Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 13. Apprendre à parler une langue étrangère

Texte intégral

Pierre Bayle

13

1675

1[...] Je ne me contenterais pas qu’un écolier discourût en grammaire sur le langage, mais je voudrais qu’il développât les antiquités qui se trouveraient dans un endroit qu’il aurait traduit. Il faut que l’étude des mots et l’étude des choses aillent de compagnie.

Nouvelles lettres (t. I : 134), cité par Dainville (1951 : 25).

Nicolas Beauzée

13, 1

1765

2Pour se faire des idées nettes & précises de la méthode que les maîtres doivent employer dans l’enseignement des langues, il me semble qu’il est essentiel de distinguer 1°. entre les langues vivantes & les langues mortes ; 2°. entre les langues analogues et les langues transpositives.

3I. 1°. Les langues vivantes, comme le françois, l’italien, l’espagnol, l’allemand, l’anglois, &c. se parlent aujourd’hui chez les nations dont elles portent le nom ; & nous avons, pour les apprendre, tous les secours que l’on peut souhaiter ; des maîtres habiles qui en commissent le méchanisme & les finesses, parce qu’elles en sont les idiomes naturels ; des livres écrits dans ces langues, & des interpretes sûrs qui nous en distinguent avec certitude l’excellent, le bon, le médiocre, & le mauvais : ces langues peuvent nous entrer dans la tête par les oreilles & par les yeux tout-à-la-fois. Voilà le fondement de la méthode qui convient aux langues vivantes, décidé d’une maniere indubitable. Prenons, pour les apprendre, des maîtres nationnaux : qu’ils nous instruisent des principes les plus généraux du méchanisme et de l’analogie de leur langue ; qu’ils nous la parlent ensuite & nous la fassent parler ; ajoutons à cela l’étude des observations grammaticales, & la lecture raisonnée des meilleurs livres écrits dans la langue que nous étudions. La raison de ce procédé est simple : les langues vivantes s’apprennent pour être parlées, puisqu’on les parle ; on n’apprend à parler que par l’exercice fréquent de la parole ; & l’on n’apprend à le bien faire, qu’en suivant l’usage, qui, par rapport aux langues vivantes, ne peut se constater que par deux témoignages inséparables, je veux dire, le langage de ceux qui par leur éducation & leur état sont justement présumés les mieux instruits dans leur langue, & les écrits des auteurs que l’unanimité des suffrages de la nation caractérise comme les plus distingués.

42°. Il en est tout autrement des langues mortes ; comme l’hébreu, l’ancien grec, le latin. Aucune nation ne parle aujourd’hui ces langues ; & nous n’avons, pour les apprendre, que les livres qui nous en restent Ces livres mêmes ne peuvent pas nous être aussi utiles que ceux d’une langue vivante ; parce que, nous n’avons pas, pour nous les faire entendre, des interpretes aussi sûrs & aussi autorisés, & que s’ils nous laissent des doutes, nous ne pouvons en trouver ailleurs l’éclaircissement. Est-il donc raisonnable d’employer ici la même méthode que pour les langues vivantes ? Après l’étude des principes généraux du méchanisme & de l’analogie d’une langue morte, débuterons-nous par composer en cette langue, soit de vive voix, soit par écrit ? Ce procédé est d’une absurdité évidente : à quoi bon parler une langue qu’on ne parle plus ? Et comment prétend-on venir à bout de la parler seul, sans en avoir étudié l’usage dans ses sources, ou sans avoir présent un moniteur instruit qui le connaisse avec certitude, & qui nous le montre en parlant le premier ? Jugez par-là ce que vous devez penser de la méthode ordinaire, qui fait de la composition des thèmes son premier, son principal, & presque son unique moyen. [...]

Encyclopédie (vol. 10 : 446, « Méthode »).
1765

5Quand je m’occupe de la langue italienne, ou de telle autre qui est actuellement vivante, je dois apprendre à la parler, puisqu’on la parle ; c’est mon objet : & si je Us alors les lettres du cardinal d’Offat, la Jérusalem délivrée, l’Énéide d’Annibal Caro, ce n’est pas pour me mettre au fait des affaires politiques dont traite le prélat, ou des aventures qui constituent la table des deux poèmes ; c’est pour apprendre comment se sont énoncés les auteurs de ces ouvrages. En un mot, j’étudie l’italien pour le parler & je cherche dans les livres comment on le parle. Mais quand je m’occupe d’hébreu, de grec, de latin, ce ne peut ni ne doit être pour parler ces langues, puisqu’on ne les parle plus ; c’est pour étudier dans leurs sources l’histoire du peuple de Dieu, l’histoire ancienne ou romaine, la Mythologie, les Belles-Lettres, &c. La Littérature ancienne, ou l’étude de la Religion, est mon objet : & si je m’applique alors à quelque langue morte, c’est qu’elle est la clé nécessaire pour entrer dans les recherches qui m’occupent. En un mot, j’étudie l’Histoire dans Hérodote, la Mythologie dans Homère, la Morale dans Platon ; & je cherche dans les grammaires, dans les lexiques, l’intelligence de leur langue, pour parvenir à celle de leurs pensées.

6On doit donc étudier les langues vivantes, comme fin, si je puis parler ainsi ; & les langues mortes comme moyen. Ce n’est pas au reste que je prétende que les langues vivantes ne puissent ou ne doivent être regardées comme moyens propres à acquérir ensuite des lumieres plus importantes : je m’en suis expliqué tout autrement au mot langue ; & quiconque n’a pas à voyager chez les étrangers, ne doit les étudier que dans cette vûe. Mais je veux dire que la considération des secours que nous avons pour ces langues doit en diriger l’étude, comme si l’on ne se proposoit que de les savoir parler ; parce que cela est possible, que personne n’entend si bien une langue que ceux qui la savent parler ; & qu’on ne sauroit trop bien entendre celle dont on prétend faire un moyen pour d’autres études. Au contraire nous n’avons pas assez de secours pour apprendre à parler les langues mortes dans toutes les occasions ; le langage qui résulterait de nos efforts pour les parler ne servirait de rien à l’intelligence des ouvrages que nous nous proposerions de lire, parce que nous n’y parlerions guere que notre langue avec les mots de la langue morte ; par conséquent nos efforts seraient en pure perte pour la seule fin que l’on doit se proposer dans l’étude des langues anciennes.

7II. De la distinction des langues en analogues & transpositives, il doit naître encore des différences dans la méthode de les enseigner, aussi marquées que celle du génie de ces langues.

81°. Les langues analogues suivent, ou exactement ou de fort près, l’ordre analytique, qui est [...] le lien naturel, & le seul lien commun de tous les idiomes. [...] Quelle est donc la méthode qui convient à ces langues ? Mettez dans la tête de vos éleves une connoissance suffisante des principes grammaticaux propres à cette langue qui se réduisent à peu-près à la distinction des genres & des nombres pour les noms, les pronoms, & les adjetifs, & à la conjugaison des verbes. Parlez-leur ensuite sans delai, & faites-les parler, si la langue que vous leur enseignez est vivante ; faites leur traduire beaucoup, premierement de votre langue dans la leur, puis de la leur dans la vôtre : c’est le vrai moyen de leur apprendre promptement & sûrement le sens propre & le sens figuré de vos mots, vos tropes, vos anomalies, vos licences, vos idiotismes de toute espece. Si la langue analogue que vous leur enseignez, est une langue morte, comme l’hébreu, votre provision de principes grammaticaux une fois faite, expliquez vos auteurs, & faites-les expliquer avec soin, en y appliquant vos principes fréquemment & scrupuleusement : vous n’avez que ce moyen pour arriver, ou plutôt pour mener utilement à la connoisance des idiotismes, ou gissent toujours les plus grandes difficultés des langues. Mais renoncez à tout désir de parler ou de faire parler hébreu ; c’est un travail inutile ou même nuisible, que vous épargnerez à votre éleve.

92°. Pour ce qui est des langues transpositives, la méthode de les enseigner doit demander quelque chose de plus ; parce que leurs écarts de l’ordre analytique, qui est la règle commune de tous les idiomes, doivent y ajoûter quelque difficulté, pour ceux principalement dont la langue naturelle est analogue : car c’est autre chose à l’égard de ceux dont l’idiome maternel est également traspositif ; la difficulté qui peut naître de ce caractere des langues est beaucoup moindre, & peut-être nulle à leur égard. C’est precisément le cas où se trouvoient les Romains qui étudioient le grec [...].

Ibid. (446-447).

Charles François Dominique De Villers

1797

10Je prendrai la liberté de vous demander à mon tour quel degré d’attention et d’intérêt vous y mettrés ? combien de momens vous y consacrerés chaque jour ? quelle est la portée de votre mémoire ? La réponse à votre question dépend de tout cela. Croyés pourtant qu’on n’apprend pas quarante ou cinquante mille mots, qui font le courant d’une langue, comme on apprend un rôle de comédie. Ceux qui se vantent de vous apprendre le français dans six mois sont des fripons ou des ignorans. Ce n’est pas une petite entreprise que d’étudier tout un système nouveau de langage. Les Athéniens prétendaient que Cécrops avait deux âmes, parce qu’il parlait égyptien et grec. Il est certain qu’il faut presque savoir penser de deux manières pour parler deux langues avec perfection.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 : 91-92).

César Chesneau Du Marsais

1722

11Pour moi j’aprens d’abord à parler, en disant simplement, dites un tel mot, et ensuite j’examine la méchanique de la parole.

Exposition d’une méthode raisonnée [...] (1971 : 2).

12Les différens tours que les peuples différens ont pris pour s’exprimer sont soumis à ces deux régies souveraines d’uniformité et de variété ; il y a uniformité dans l’essentiel de la pensée, et variété dans le tour et dans l’expression.

13Tous les hommes du monde qui penseront que dieu a créé le ciel et la terre, regarderont dieu comme agent, et le ciel et la terre comme patient, ou terme de l’action de dieu ; voilà l’uniformité. Mais ils se serviront de sons différens pour exprimer le nom de dieu et le nom du ciel et de la terre ; ils marqueront encore d’une maniére différente le raport sous lequel ils regardent dieu en cette occasion, et le raport sous lequel ils considèrent le ciel et la terre ; voilà la variété.

14La nature a fait l’homme pensant, et lui a donné des organes avec lesquels il peut rendre des sons pour faire connoître ce qu’il pense. La même pensée sera la même par tout ; mais les différentes circonstances des pays différens, et le peu de commerce qu’il y a entre les nations, ont fait donner des modifications différentes aux sons qui servent à faire connoître cette pensée.

Ibid. (23).

13, 12

1729

15Si vous voulés que votre disciple parle, ou écrive comme ce Romain ; souvenés-vous du grand principe, que les mots ne sont que les signes et l’habit de nos pensées ; comencés donc par lui faire aprendre la maniére dont Cicéron a habillé, pour ainsi dire, sa pensée ; qu’il entende bien le tour original des pensées de cet auteur, et vous verrés qu’il prendra peu à peu l’habitude de l’imiter. Il remarquera, sans doute, lui-même, que le que de la phrase françoise, n’est pas exprimé en latin, que le nom est à l’accusatif, etc. : mais ce n’est pas par ces remarques qu’il faut que vous comenciés : vous devés d’abord lui montrer la phrase latine, telle qu'elle est, indépendamment de la phrase françoise. Il faut aprendre à penser en latin, c’est-à-dire, selon le tour latin, pour être en état de bien s’exprimer en cette langue.

Les véritables principes [...] (1971 : 195).

Joachim Faiguet De Villeneuve

13, 1

1756

16À l’égard du grec, l’application qu’on y donne est le plus souvent infructueuse, surtout dans les colléges, où l’on exige des thèmes avec la position des accens : on pourrait employer beaucoup mieux le tems qu’on perd à tout cela ; c’est pourquoi j’en voudrais décharger la jeunesse, persuadé qu’il suffit à des écoliers de lire le grec aisément, & d’acquérir l’intelligence originale des mots françois qui en sont dérivés. [...] Mais travail pour travail, il vaudrait encore mieux étudier [au lieu du grec] quelque langue moderne, comme l’italien, l’espagnol, ou plûtôt l’anglois, qui est plus utile & plus à la mode : la grammaire angloise est courte & facile ; on se met au fait en peu d’heures. À la vérité la prononciation n’est pas aisée, non-seulement par la faute des Anglois, qui laissent leur orthographe dans une imperfection, une inconséquence qu’on pardonneroit à peine à un peuple ignorant, mais encore par la négligence de ceux qui ont fait leurs grammaires & leurs dictionnaires, & qui n’ont pas indiqué, comme ils le pouvoient, la valeur actuelle de leurs lettres, dans une infinité de mots où cette valeur est différente de l’usage ordinaire. M. King, maître de langues à Paris, remédie aujourd’hui à ce défaut ; il montre l’anglois avec beaucoup de méthode, & il en facilite extrèmement la lecture & la prononciation.

17Au reste, un avantage que nous avons pour l’anglois, & qui nous manque pour le grec, c’est que la moitié des mots qui constituent la langue moderne, sont pris du françois ou du latin ; presque tous les autres sont pris de l’allemand. De plus, nous sommes tous les jours à portée de converser avec des Anglois naturels, & de nous avancer par-là dans la connoissance de leur langue. La gazette d’Angleterre qu’on trouve à Paris en plusieurs endroits, est encore un moyen pour faciliter la même étude. Comme cette feuille est amusante & qu'elle roule sur des sujets connus d’ailleurs ; pour peu qu’on entende une partie, on devine aisément le reste ; & cette lecture donne peu à peu l’intelligence que l’on cherche.

18La singularité de cette étude, & la facilité du progrès, mettroient de l’émulation parmi les jeunes gens, à qui avancerait davantage ; & bientôt les plus habiles serviraient de guides aux autres. Je conclus enfin que, toutes choses égales, on apprendrait plus d’anglois en un an que de grec en trois ans ; c’est pourquoi comme nous avons plus à traiter avec l’Angleterre qu’avec la Grece, que d’ailleurs il n’y a pas moins à profiter d’un côté que de l’autre, après le ffançois & le latin, je conseillerais aux jeunes gens de donner quelques momens à l’anglois.

19J’ajoûte que notre empressement pour cette langue adoucirait peut-être nos fiers rivaux, qui prendraient pour nous, en conséquence, des sentimens plus équitables ; ce qui peut avoir son utilité dans l’occasion.

Encyclopédie (vol. 6 : 91, « Étude »).

Stéphanie-Félicité de Genlis

13,1

1928 ?

20M. le duc de Chartres acheta Saint-Leu, maison charmante où nous avons passé tous les ans toute la belle saison, c’est-à-dire huit mois de l’année. Je fis faire dans le beau parc de cette maison un petit jardin pour chacun de mes élèves ; ils y travaillèrent et le plantèrent eux-mêmes. J’avais pris un jardinier allemand, qui ne leur parlait que dans sa langue : il les suivait à leurs promenades du matin avec le valet de chambre allemand, et l’on ne parlait qu’allemand à ces promenades ; à celles du soir on ne parlait qu’anglais, ainsi qu’au dîner ; on soupait en italien. Je pris pour aumônier, à la recommandation de M. Doria, nonce du pape, l’abbé Maristini, son parent, âgé de vingt-huit ans, qui avait été fort bien élevé et qui connaissait parfaitement la littérature de son pays ; il donnait tous les jours aux princes une leçon d’italien dans ma chambre. J’attachai en outre à leur éducation un pharmacien, nommé M. Alyon, bon botaniste et excellent chimiste. [...]

Mémoires de Madame de Genlis (édition 1928, t. I : 193).

Joseph-François Lafitau

13, 1, 15

1724

21[Pour communiquer entre eux les Canadiens français et les Amérindiens utilisaient] un jargon dont le Dictionnaire est fort court, & ne roule que sur le commerce même ; il y entre des mots pris des Langues de toutes les Nations, avec qui les François ont communiqué ; on y prend un temps pour un autre, une troisième personne pour une première, un pluriel pour un singulier : tout est bon, le geste, la présence de la chose, & l’usage, rendent intelligible un discours par lui-même inintelligible. Le François croit parler la Langue du Sauvage, le Sauvage croit parler celle du François & ils s’entendent assez bien pour le besoin qu’ils en ont.

Les Moeurs des sauuages ameriquains comparées aux moeurs des premiers tems (475-476), cité par Hanzeli (1969 : 217).

Pierre-Joseph François Luneau de Boisjermain

1787

22Ce cours d’instruction simple, que la Nature fait suivre à toutes les mères dans tous les pays du Monde, pour apprendre à parler à un enfant sa langue maternelle, devrait être la seule méthode pour apprendre les langues & presque partout on l’a abandonnée.

23[...] Avant de parler une langue & de pouvoir l’entendre parler, il faut se garnir la tête de mots, il faut lire beaucoup.

Cours de langue latine (1787 : Préface, vi).

Pierre Louis Moreau de Maupertuis

13

1752

24Il ne faudrait que confiner dans une même ville tout le latin de son pays ; ordonner qu’on y prêchât, qu’on y plaidât, qu’on n’y jouât de la comédie qu’en latin. Je crois bien que le latin qu’on y parlerait ne serait pas celui de la cour d’Auguste, mais aussi ce ne seroit pas celui des Polonais.

Lettres sur le progrès des sciences (1752), cité par Colombat (1992 : 35).

Gottfried Quand

13, 1

1753

25Faites-vous donner, avant toute autre chose, une idée des principes les plus généraux de la langue que vous voulez apprendre. Mettez-vous ensuite à la lecture des livres les mieux écrits qui sont toujours clairs et faciles à entendre. Que votre Maître sçache vous faire observer en lisant avec vous, les cas auxquels on peut appliquer les règles, qui deviendront elles-mêmes par là plus claires et qui s’imprimeront d’autant mieux dans votre mémoire. Commencez en même temps à traduire de l’Allemand en François, essayez ensuite de composer aussi dans notre langue, c’est après un exercice suffisant de cette nature qu’il sera tems de se mettre à parler la langue, et d’acquérir par l’usage cette dernière habileté qui met en état d’exprimer sur le champ tout ce que l’on veut. Ainsi ne commencez pas par où il faudrait finir.

La grammaire allemande (1753 : 137), cité par Levy (1950 : 178).

26Évitez surtout le défaut de la plûpart de ceux qui apprennent notre langue et qui veulent d’abord apprendre à parler avant de connoître encore une lettre Allemande ; comme si c’étoit sçavoir une langue que d’y pourvoir dire bonjour, bon soir, etc. ; on en apprend autant à un perroquet.

Ibid.

Charles Rollin

13, 1

1725

De la coutume de faire parler latin dans les classes

27Il y a, ce me semble, sur cette matière, deux extrémités également vicieuses. L’une est de ne pas souffrir que les jeunes gens parlent dans les classes une autre langue que la latine ; l’autre serait de négliger entièrement le soin de leur faire parler cette langue.

281°. Pour ce qui regarde le premier inconvénient, je ne comprends pas comment on peut exiger des enfants qu’ils parlent une langue qu’ils n’entendent point encore, et qui leur est absolument étrangère. L’usage seul peut suffire pour les langues vivantes ; mais il n’en est pas ainsi de celles qui sont mortes, qu’on ne peut bien apprendre que par le secours des règles, et par la lecture des auteurs qui ont écrit dans ces langues. Or, il faut un temps assez considérable pour parvenir à l’intelligence de ces auteurs.

29D’ailleurs, en supposant même qu’on ne les obligerait à parler latin qu’après qu’on leur aurait expliqué plusieurs auteurs, y a-t-il lieu d’espérer qu’alors même, en parlant entre eux et dans les classes, ils puissent s’exprimer d’une manière pure, exacte, élégante ? Combien leur échappera-t-il d’impropriétés, de barbarismes, de solécismes ! Est-ce là un bon moyen de leur apprendre la pureté et l’élégance du latin, et ce langage bas et rampant du discours familier ne passera-t-il pas nécessairement dans leurs compositions ?

30Si on les oblige dans ces premières années à parler toujours latin, que deviendra la langue du pays ? Est-il juste de l’abandonner ou de la négliger, pour en apprendre une étrangère ?

31J’ai remarqué ailleurs que les Romains n’en usaient pas ainsi pour leurs enfants ; et bien des raisons nous portent à les imiter en ce point. La langue française s’étant emparée, non par la violence des armes ni par autorité, comme celle des Romains, mais par sa politesse et par ses charmes, de presque toutes les cours de l’Europe ; les négociations publiques ou secrètes, et les traités entre les princes, ne se faisant presque qu’en cette langue, qui est devenue la langue ordinaire de tous les honnêtes gens dans les pays étrangers, et celle qu’on y emploie communément dans le commerce de la vie civile, ne serait-il pas honteux à des Français de renoncer en quelque sorte leur patrie, en quittant leur langue maternelle, pour en parler une dont l’usage ne peut jamais être, à leur égard, ni si étendu ni si nécessaire ?

32Mais le grand inconvénient de cette coutume, et qui me frappe le plus, c’est qu’elle rétrécit en quelque sorte l’esprit des jeunes gens, en les tenant dans une gêne et une contrainte qui les empêche de s’exprimer librement. Une des principales applications d’un bon maître est d’accoutumer les jeunes gens à penser, à raisonner, à faire des questions, à proposer des difficultés, à parler avec justesse et avec quelque étendue. Cela est-il praticable dans une langue étrangère ? et y a-t-il même beaucoup de maîtres capables de le bien faire ?

332°. Il ne s’ensuit pas de tout ce que je viens de dire qu’on doive entièrement négliger cette coutume. Sans parler de mille occasions imprévues qui peuvent arriver dans la vie, surtout quand on voyage dans les pays étrangers, où la facilité d’entendre et de parler latin devient d’un grand secours, et quelquefois même d’une absolue nécessité, la plupart de ceux qui étudient dans les collèges devant un jour s’appliquer, quelques-uns à la médecine, d’autres au droit, un grand nombre à la théologie, tous à la philosophie, ils sont indispensablement obligés, pour réussir dans ces études, de s’accoutumer de bonne heure à parler la langue de ces écoles, qui est la latine.

34Outre ces raisons, l’habitude de parler latin, quand elle est accompagnée d’une étude solide, peut servir à faciliter l’intelligence de cette langue, en la rendant plus familière et comme naturelle ; et elle peut aussi aider pour la composition, en fournissant des expressions avec une plus grande et plus riche abondance.

35Les Romains, qui ne devaient jamais parler en public la langue grecque, par où ils auraient cru avilir la dignité de leur empire, s’exerçaient pourtant dans leur jeunesse à composer dans cette langue, et sans doute à la parler aussi ; et Suétone remarque que Cicéron, jusqu’à sa préture, fit toujours ses déclamations en grec.

36Il est donc à propos de faire quelquefois parler latin les jeunes gens dans les classes ; de les obliger à s’y préparer au logis en lisant quelques histoires dans les auteurs qu’on leur explique, dont on leur fera rendre compte d’abord en français, puis en latin ; de les interroger quelquefois en cette langue sur les observations qu’on aura faites en expliquant les auteurs. Pour cela, il faut que le maître lui même, dans ses explications, mêle la langue latine à la française ; elles ne seraient pas d’une grande utilité pour les jeunes gens, si elles se faisaient purement en latin. Comme une langue étrangère laisse toujours beaucoup d’obscurité, ils écouteraient avec moins de plaisir, moins d’attention, et par conséquent avec moins de fruit. Mais si l’on a quelque histoire à raconter, quelque trait d’antiquité à rapporter, quelque principe de rhétorique à établir, rien n’empêche qu’on ne fasse tout cela d’abord en latin ; après quoi on répète les mêmes choses en français, en leur donnant plus d’étendue, et en les montrant sous plusieurs faces, afin de les faire mieux comprendre.

37Cette méthode ne serait pas seulement utile aux écoliers, elle servirait aussi beaucoup aux maîtres, à qui elle procurerait une grande facilité de parler latin, qui leur devient nécessaire en bien des occasions, et qui ne peut s’acquérir que par un long usage et un fréquent exercice.

Traité des études (édition 1883, t. I : 227-230).

* Noah Webster

13

1789

38Les deux points [...] que je considère comme la base de la norme de l’expression orale sont ceux-ci : la pratique universelle incontestée et le principe d’analogie. La pratique universelle est généralement, peut-être toujours, une règle de propriété. Sur des points contestés, là où les opinions et la pratique des gens diffèrent, c’est l’analogie qui devrait toujours mettre fin à la controverse.

Dissertations on the English Language (1789: 28).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search