Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 12. Apprendre à écrire une langue étrangère

Texte intégral

Pierre Bayle

12

1675

1Le principal moïen d’avancer dans une langue, c’est de composer souvent (stilus optimus dicendi magister, dit Cicéron), soit en mettant en latin quelque bel endroit d’un livre français, soit en composant de son crû tantôt la relation d’un petit ouvrage, d’un songe, d’une querelle, d’un festin, vrai ou faux [...].

Nouvelles lettres (t. I : 130-133).

Abbé Bencirechi

12

1772

2Comme ce n’est pas assez, Mesdames, que de posséder les principes d’une langue, de l’entendre et de la parler, si l’on ne sait pas écrire aussi, comme il faut, les mots qui la composent, l’orthographe, qui est l’art d’écrire correctement, sera le sujet des leçons suivantes [...].

Cité par M. Reuillon-Blanquet, HEL 16-II (1994 : 64) — [Étrennes italiennes [...] (1783 : 121)].

3Après avoir appris, Mesdames, les Principes de la langue italienne, et vu la manière correcte avec laquelle il faut écrire les mots qui la composent, il paraît naturel que vous appreniez encore la manière d’unir ensemble et d’arranger ces mêmes mots, ce qui forme le style.

Ibid. (152).

Nicolas Boileau

1701

4C’est une étrange entreprise que d’écrire une langue étrangère quand nous n’avons point fréquenté avec les Naturels du Pays et je suis assuré que si Térence et Cicéron revenaient au monde ils riraient à gorge déployée des Ouvrages latins des Fernels, des Sannazar et des Murets [...].

5Il y a beaucoup de français dans tous les vers latins des Poètes français qui écrivent en latin aujourd’hui. Vous me ferez plaisir de parler de cela dans votre Académie et d’y agiter la question Si on peut bien écrire une langue morte.

Lettre à Brossette du 6 octobre 1701, citée par Colombat (1992 : 32).

* James Buchanan

12, 3, 5, 6

1762

6Les raisons pour lesquelles les jeunes et les adultes illettrés sont coupables d’une orthographe déficiente, d’une syntaxe erronée, de tautologies, d’une diction basse et vulgaire sont :

  1. Qu’on ne leur a pas enseigné grammaticalement leur langue.

  2. Qu’ils sont déficients dans la connaissance des choses, leurs capacités n’ayant pas été développées par un fonds d’observation.

  3. Qu’ils manquent d’invention.

7En suivant le programme offert ici, toutes ces déficiences seront maintenant éliminées et toutes les difficultés contournées. Car

  1. Ils deviendront parfaits en Orthographe, en appliquant les règles, & c., appropriées.

  2. Ils acquerront un solide fonds de mots par la recherche continuelle de leurs significations dans leur dictionnaire. Et,

  3. Leurs capacités s’étendront en faisant des exercices écrits en anglais erroné [« false syntax »], des exercices d’analyse grammaticale et d’analyse des phrases, ainsi que par la pratique des méthodes exposées dans les chapitres sur la Tautologie et la mauvaise Diction. Leur invention se développera visiblement et leur jugement augmentera. De sorte que non seulement ils deviendront maîtres en orthographe, en construction correcte et en expression élégante, mais aussi du « quoi » et du « pourquoi », grâce à une série d’exercices écrits, extraits d’une variété de nos meilleurs classiques et d’écrivains connus pour la pureté de leur style. Tout leur étant expliqué, ils feront, comme dit plus haut, la connaissance des choses elles-mêmes, des arts et des sciences. En outre, ils acquerront une connaissance experte et critique de leur propre langue, qui a été négligée de manière si surprenante au profit d’un vernis de latin et de grec, avec lesquels, après avoir gaspillé tant de temps précieux, ne pourront pas plus communiquer qu’avec des Chinois.

8[...] cependant je ne voudrais aucunement qu’on me comprenne comme si je décriais l’étude des langues latine et grecque, dont la connaissance est absolument nécessaire pour certaines professions civiles et aux personnes destinées au service de l’Église ; et elles devraient être un objet d’étude pour tout gentilhomme. Car il ne peut être dit de celui qui les ignore qu’il a une éducation libérale ou qu’il occupe une place parmi les savants. Mais ce que je voudrais, d’accord en cela avec les auteurs les plus judicieux qui ont écrit sur l’éducation, c’est qu’il y ait beaucoup de temps pour enseigner aux jeunes les langues mortes, sans négliger l’étude de leur propre langue et sans exclure la connaissance des choses et les connaissances utiles. Et que de toutes les grammaires c’est celle de leur langue qui doit principalement les préoccuper.

9Quelle est donc la meilleure méthode pour qu’un jeune gentilhomme acquière la facilité et l’élégance de la parole, l’habitude d’ordonner et de régler rapidement et facilement ses pensées, sur n’importe quel sujet compris par lui, afin de haranguer de manière improvisée (extempore) ? Jusqu’à ce qu’une meilleure méthode soit présentée, permettez-moi de proposer celle qui suit, dont je puis garantir le succès par ma propre expérience, à savoir : que les gentilshommes aient une variété d’exercices tirés de nos écrivains les plus purs, des discours ou oraisons traduits de la manière la plus élégante, mis dans des expressions incorrectes ; qu’ils les mettent dans un style élégant, après quoi faites-les lire le sujet deux ou trois fois : un discours bref, une oraison, ou un extrait et ensuite le réciter de manière improvisée (extempore). Cela est, en grande partie, comme s’ils récitaient leur propre composition. C’est d’une grande aide pour la mémoire, comme peut en témoigner tout gentilhomme qui récite de manière improvisée (extempore) de la chaire ou de la barre ce qu’il rédige lui-même.

The British Grammar or an Essay in Four Parts [...] (Préface : xx).

Charles François Dominique De Villers

1797

10Quand vous aurés ainsi lu pendant quelque tems, analysé, traduit, écrit beaucoup de mots, que vous serés habituée à saisir leurs liaisons, et qu’enfin vous entendrés passablement la phrase française, il sera tems de vous faire risquer quelques petits essais de composition par vous-même, soit en parlant, soit en écrivant ; car tout ce que vous aurés fait jusqu’ici n’aura été que pour acquérir 1’intelligence de la langue. Et il est évident qu’il faut comprendre ceux qui parlent et qui écrivent, avant que de se mettre soi-même à écrire et à parler.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 : 90).

* Benjamin Franklin

12

1749

Cinquième année

11Pour s’améliorer en composition les jeunes peuvent continuer à rédiger des lettres et écrire de petites rédactions en prose et quelquefois en vers non pas pour faire d’eux des poètes, mais pour la raison que rien ne familiarise un garçon aussi rapidement avec la variété d’expressions que la nécessité de trouver tels mots et phrases qui conviennent à la mesure, le son et la rime d’un vers, et en même temps expriment le sentiment. Toutes ces rédactions devraient passer sous les yeux du maître, qui indiquera les fautes et les fera corriger par celui qui les a écrites.

Proposais [...] (1749 : 127-128).

Charles Rollin

12, 1

1725

12Mais faut-il commencer par la composition des thêmes ou par l’explication des auteurs ? C’est ce qui fait plus de difficulté, et sur quoi les sentimens sont partagés. À ne consulter encore que le bon sens et la droite raison, il semble que la dernière méthode devrait être préférée car, pour bien composer en latin, il faut un peu connoître le tour, les locutions, les règles de cette langue, et avoir fait amas d’un nombre assez considérable de mots dont on sente bien la force, et dont on soit en état de faire une juste application. Or tout cela ne se peut faire qu’en expliquant les auteurs qu’en expliquant les auteurs, qui sont comme un dictionnaire vivant et une grammaire parlante, où l’on apprend par l’expérience même la force et le véritable usage des mots, des phrases et des règles de la syntaxe.

Traité des études (édition 1883, t. I : 151).

De la composition des thèmes

13Quand les enfants ont déjà quelque légère teinture du latin, et qu’ils ont été un peu formés à l’explication, je crois que la composition des thèmes peut leur être fort utile, pourvu qu'elle ne soit pas trop fréquente, surtout dans les commencements. Elle les oblige de mettre en pratique les règles qu’on leur a souvent expliquées de vive voix, et d’en faire eux-mêmes l’application, ce qui les grave bien plus profondément dans leur esprit ; elle leur donne occasion d’employer tous les mots et toutes les phrases qu’on leur a fait remarquer dans l’explication des auteurs. Car il serait à souhaiter que les thèmes qu’on leur donne fussent pour l’ordinaire composés sur l’auteur même qu’on leur aurait expliqué, qui leur fournirait des expressions et des locutions déjà connues, dont ils feraient l’application selon les règles de la syntaxe.

Ibid. (196).

14Il y aurait une autre manière de faire composer les enfants, qui pourrait aussi convenir aux classes plus avancées, et qui me paraîtrait fort utile, quoiqu’elle ne soit pas usitée. Ce serait de leur faire faire quelquefois des thèmes en classe, comme on leur y fait expliquer les auteurs, c’est-à-dire de vive voix. Par là on leur apprend plus facilement et plus certainement à faire usage de leurs règles et de leurs lectures, et on les accoutume à se passer de dictionnaires ; à quoi je voudrais que l’on tendît, parce que l’habitude de les feuilleter entraîne une perte de temps considérable. Je suis persuadé qu’on reconnaîtra par l’expérience que les jeunes gens, pourvu qu’ils veuillent faire quelque effort, trouveront par eux-mêmes presque toutes les expressions et toutes les phrases qui entreront dans un thème. Ce ne sera que pour un petit nombre de mots qui leur seront nouveaux et inconnus qu’ils seront obligés d’avoir recours aux dictionnaires, dont par cette raison les plus courts et les plus simples seront les meilleurs pour eux.

Ibid. (198).

12, 13

De la composition

15C’est surtout en rhétorique que les jeunes gens s’appliquent à produire quelque chose d’eux-mêmes, et qu’on les forme avec plus de soin à cette partie des études la plus difficile, la plus importante, et qui est comme le but de toutes les autres. Pour être en état d’y réussir, ils doivent avoir fait dans les autres classes, par la lecture des auteurs, un amas et une provision des termes et des manières de parler de la langue dans laquelle ils entreprennent d’écrire ; en sorte que, lorsqu’il s’agira d’exprimer quelque pensée et de la revêtir de termes convenables, ils trouvent dans leur mémoire, comme dans un riche trésor, toutes les expressions dont ils auront besoin.

Ibid. (365).

* Noah Webster

12, 14

1789

16Une question se pose maintenant : les Américains devraient-ils retenir ces fautes [d’anglais] qui engendrent d’innombrables obstacles dans l’acquisition et l’usage de la langue, ou devraient-ils transformer tout de suite ces abus et mettre de l’ordre et de la régularité dans l’orthographe de la langue américaine ?...

17Les principales modifications, nécessaires pour rendre notre orthographe suffisamment régulière et facile sont celles-ci :

  1. L’omission de toutes les lettres superflues ou muettes comme dans bread. [...] Cette modification causerait-elle quelque inconvénient, quelque embarras ou dépense ? En aucune manière. Par ailleurs, elle réduirait la difficulté à écrire, et mieux, à apprendre la langue ; elle réduirait la vraie prononciation à une certitude ; et alors qu’elle aiderait les étrangers et nos propres enfants à acquérir la langue, elle rendrait la prononciation uniforme dans les différentes parties du pays, et empêcherait presque la possibilité de changements.

  2. La substitution d’un caractère qui a un son défini, à celui qui est plus vague ou indéterminé. Ainsi, en mettant ee ou ie, les mots mean, near, speak, grieve, zeal, deviendraient meen, speek, green, zeel. Cette modification n’occasionnerait pas la moindre peine ; en même temps elle éliminerait tout doute concernant la prononciation ; [...].

  3. Une légère modification d’un caractère, ou l’addition d’un point distinguerait différents sons, sans la substitution d’un nouveau caractère. Ainsi un très petit trait à travers th ferait la distinction entre ces deux sons. De même, un point au dessus d’une voyelle, à (point) ou ô (point) ou ï pourrait répondre à tous les usages de différentes lettres. Et pour la diphtongue ow, que les deux lettres soient unies par un petit trait, ou toutes les deux engravées sur une même pièce de métal avec le trait final gauche du w étant uni à l’o.

18Celles-là, avec quelques autres modifications insignifiantes, répondraient à tous les usages et rendraient l’orthographe suffisamment correcte et régulière.

19Les avantages qui découleraient de ces changements sont nombreux, grands et permanents.

201. La simplicité de l’orthographe faciliterait l’apprentissage de la langue. Actuellement, il faut aux enfants des années de labeur pour apprendre à épeler ; et après tout, le travail est rarement accompli. Quelques hommes, qui sont éduqués pour un métier qui exige un emploi constant de l’écriture, finissent par épeler la plupart des mots sans hésitation, mais la plupart des gens restent, toute leur vie, des maîtres imparfaits en orthographe, et sont enclins à faire des fautes, chaque fois qu’ils prennent la plume pour rédiger une courte note. Plus grave encore, beaucoup de personnes, même éduquées et de goût, n’osent jamais écrire une lettre sans consulter fréquemment le dictionnaire.

21Mais avec l’orthographe proposée, un enfant apprendrait à épeler, sans peine, en très peu de temps, et l’orthographe étant très régulière, il aurait toujours du mal à faire une faute. Il lui serait, dans ce cas, aussi difficile d’épeler mal qu’il lui est aujourd’hui d’épeler correctement.

22Outre cet avantage, les étrangers seraient capables d’acquérir la prononciation de l’anglais, maintenant si difficile et embarrassante, qu’ils sont soit complètement découragés après la première tentative soit obligés, après plusieurs années de labeur, de se satisfaire d’une connaissance imparfaite du sujet.

232. Une orthographe correcte rendrait la prononciation de la langue aussi uniforme que l’épellation dans les livres. Le résultat d’une réforme telle que celle que je recommande ici, serait l’uniformité générale à travers les États-Unis. Toutes les personnes de tous les rangs sociaux, parleraient avec un certain degré de précision et d’uniformité. Une telle uniformité dans ces États est très souhaitable ; elle ferait disparaître les préjugés, et concilierait affection et respect mutuels.

243. Une telle réforme diminuerait le nombre de lettres d’environ un seizième ou un dix-huitième. Cela nous épargnerait une page sur dix-huit et une économie d’un dix-huitième du coût des livres est un avantage qui ne devrait pas être négligé.

254. Mais un avantage capital de cette réforme dans ces États serait qu’il établirait une différence entre les orthographes anglaise et américaine. Cela surprendra ceux qui n’ont pas prêté attention au sujet ; mais je suis confiant qu’un tel événement aura d’énormes conséquences politiques. Car, des changements, aussi petits qu’ils soient, encourageraient la publication des livres dans notre pays. Elle rendrait, jusqu’à un certain point, nécessaire que tous les livres soient imprimés en Amérique. Les Anglais ne copieraient jamais notre orthographe pour leur usage et, par conséquent, une même impression des livres ne conviendraient pas aux deux pays. Les habitants de la présente génération liraient les impressions anglaises ; mais la postérité, ayant appris une épellation différente, préférerait l’orthographe américaine.

26Outre cela, une langue nationale est un lien d’union nationale. Tout moyen devrait être employé pour rendre les gens de ce pays nationalistes, leur faire clamer leur attachement à leur pays, leur inspirer la fierté du caractère national.

27Quel que soit leur attachement à l’Indépendance et à la liberté de leur gouvernement, leurs opinions ne sont pas suffisamment indépendantes ; un surprenant respect pour les arts et la littérature de leur pays d’origine, et une imitation aveugle de ses comportements prévalent toujours parmi les Américains. Ainsi le respect habituel pour un autre pays, méritoire en effet et louable, détourne leur attention de leurs propres intérêts, et les empêche de se respecter.

An Essay on the Necessity, Advantages and Practicality of Reforming the Mode of Spelling, in Vassar (dir.) (1966 : 106-108).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search