Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 11. Apprendre à lire une langue étrangère

Texte intégral

* Joseph Aickin

11, 12

1693

1Ce n’est pas le lecture de l’anglais ou une belle écriture qui font un bon élève d’anglais ; l’important, l’essentiel, c’est d’être capable de lire, écrire et désigner toutes les choses dans des termes convenables et appropriés, et d’exprimer sa pensée en vers. Ce sont ces défauts de nos écoles de langue anglaise [english schools en opposition aux écoles latines] qui font que les parents envoient leurs enfants dans les écoles latines, apprendre l’accidence latine, ce qui est un remède inadéquat à cette exigence. Cela est très déshonorant pour vous, une perte de temps pour les enfants et une dépense d’argent inutile pour leurs parents. Car ce qui arrive le plus souvent c’est qu’alors que les enfants poursuivent leurs études à l’école latine ils oublient beaucoup de leur anglais, et se trouvent dans la nécessité de retourner à l’école anglaise pour réapprendre à lire et à écrire. Afin de prévenir et de remédier à ces inconvénients, j’ai rédigé cette Grammaire anglaise. La jeunesse y peut apprendre à la perfection la langue anglaise, sans avoir besoin d’aller à l’école latine. Et comme l’apprentissage de la grammaire latine était jusqu’à présent considéré comme d’une grande aide pour perfectionner les jeunes dans la connaissance de l’anglais, ainsi maintenant l’apprentissage de cette grammaire anglaise sera d’un grand avantage pour les enfants dans l’acquisition de la langue latine ; ce qui sera un grand événement pour les maîtres de latin et de grec. Car les enfants qui ne maîtrisent pas leur langue maternelle ne sont pas capables d’en apprendre une autre. Et parce que les méthodes usuelles d’enseigner aux enfants à épeler et à lire sont tellement embrouillées et pénibles, je vous ai donc donné un long traité d’orthographe, et en accord avec l’opinion des meilleurs grammairiens, je l’ai réduit à une méthode grammaticale, autant que la nature du sujet le permettait, car en effet la partie orthographique de la langue anglaise est la plus difficile. Il y a de nombreux défauts dans la partie orthographique de la langue. Car le nombre de caractères n’est pas suffisant pour exprimer les différents sons articulés que nous avons, comme on peut le voir par les différents sons de la voyelle a, comme dans can, cane, call, man, etc. [...]. Par ailleurs l’habitude a fait que nous épelions les mots selon l’idiome de la langue à laquelle ils sont empruntés ; en outre, et le plus communément, nous sommes obligés de prononcer ces mots contrairement au génie de notre langue [...].

The English Grammar (1693 : Préface).

11, 12, 14

1693

2* Il me reste à vous faire un rapport sur les parties de cette grammaire et la méthode d’enseigner les enfants selon les règles grammaticales. En orthographe, la première chose que nous devrions enseigner sont les noms et les formes des lettres ; ensuite, leurs différents sons ou force. Pour inciter les enfants à apprendre les lettres, je leur ai donné à la page seize un alphabet symbolique car rien ne plaît autant aux enfants intelligents que les images. Il est adapté à la prononciation anglaise autant que la nature de la chose le permet. Et je vous ai donné également un long traité grammatical, physique, sur la formation des sons des lettres ; et j’ai réduit le tout en de telles règles méthodiques qu’elles seront une tâche très facile à les enseigner aux enfants.

3Cette méthode peut être utilisée par les étrangers qui éprouvent une grande difficulté à prononcer les lettres selon notre prononciation anglaise ; car le grand obstacle qui empêche les étrangers d’apprendre notre langue, provient de la différence des sons, ce à quoi ces Tables remédieront en faisant appliquer leur voix aux différents instruments de la parole, et il en découlera les sons authentiques des lettres. Et [elles peuvent être utilisées] par ceux de nos compatriotes qui ont quelque imperfection dans leur prononciation. Ces règles peuvent également être adaptées pour l’éducation de ceux qui sont muets de naissance ou par accident, pourvu que leurs autres organes de la parole soient bons. Car le savant Dr Wallis affirme dans la préface de sa Grammaire anglaise, avoir enseigné à deux personnes de ce type à lire, à écrire et à comprendre ce qu’ils avaient lu et écrit.

Ibid.

11,5

1693

4* Quand les enfants commencent à lire mettez-leur entre les mains le livre d’un quelconque auteur anglais. Il y a tant de livres qui se prêtent à cette fin que je n’ai pas besoin de vous en prescrire des règles. Mais les histoires et les romans plaisent le plus aux enfants, et tandis qu’ils lisent, faites appel aux règles, jusqu’à ce qu’ils deviennent des maîtres en orthographe. Une fois qu’ils lisent passablement bien, mettez-les à étudier dans leur manuel de grammaire les critiques sur la partie concernant l’orthographe. Il est nécessaire ensuite de les faire entrer dans la seconde partie de la grammaire, de leur enseigner les règles de l’étymologie, de la syntaxe et de la prosodie ; car comment les garçons pourraient-ils faire du bon anglais, s’ils ne connaissent pas les parties du discours, les règles qui permettent de lier les mots et la véritable manière d’accentuer les mots ? Personne ne peut lire de manière intelligible, s’il ignore la prosodie. Ni ne peut comprendre un livre en vers sans cette connaissance. Pour perfectionner les garçons dans ces parties il est nécessaire de leur donner d’abord un sujet ; comme par exemple de faire une amplification sur : le savoir, Dieu, la vertu ou la religion, etc. Lorsque les enfants auront écrit leur amplification, le maître doit prendre sa plume et corriger les fautes d’orthographe, d’étymologie, etc. Ensuite ils doivent apprendre à écrire des épîtres ou des lettres, par exemple : à leurs pères, mères, parents, etc., jusqu’à ce qu’ils soient capables de raconter et d’écrire en anglais dans un style fleuri, élégant et éloquent. Il reste à leur enseigner la poésie ou versification et, de la même manière, à leur donner un sujet pour exercer leur veine poétique, jusqu’à ce qu’ils soient capables de faire des vers promptement. Voilà, Messieurs, quelle est à mon avis la juste, correcte et bonne méthode d’enseigner la langue anglaise. Mais je suis prêt à entendre comment elle pourrait être améliorée par une main plus compétente que la mienne.

Ibid.

Pierre Bayle

11

1675

5Ce qu’il y a de plus nécessaire c’est les langues. C’est pourquoi ne laissez passer aucun jour sans lire un auteur ancien. [...] Attachez-vous à Cicéron : c’est le grand maître. Traduisez du latin en français et du français en latin. Remarquez le génie de cette langue, la diverse signification et le divers régime des mots ; faites-vous une affaire de pénétrer la force et l’élégance de chaque terme.

6Pour les poètes, Virgile est sans doute le meilleur. En traduisant des vers, observez exactement les figures, les phrases poétiques, pourquoi telle chose s’exprime ainsi et ainsi. Et parce qu’on n’apprend l’amour des langues que pour l’amour des choses, en même temps que vous traduirez du latin, comprenez la matière dont on parle, remarquez si le résonnement est juste [...].

Nouvelles lettres (t. I : 133-134).

Claude Buffier, S. J.

11

1709

7Les livres les meilleurs à lire au commencement, sont ceux dont le sujet nous seroit agréable & familier ; parce que les choses qui nous sont connues, & qui nous plaisent, nous font aisément appercevoir & retenir les mots qui les expriment, au lieu qu’en lisant un livre dont la matiere n’est pas à notre portée, notre esprit est embarassé en même temps & des choses & des expressions ; & ne concevant pas bien celles-là, il ne peut gueres entendre celles-ci. Il paraît étrange qu’on ne fasse pas toûjours cette réfléxion à l’égard des jeunes gens en certaines circonstances ; & qu’on leur mette quelquefois entre les mains des livres à interpreter, sur des matieres qu’ils n’entendroient pas même dans leur langue naturelle, & pour lesquels par consequent ils ne sauraient avoir nul attrait. Il faut encore pour la même raison prendre au commencement les livres les plus aisez à entendre ; parce que le plaisir de les interpréter sans peine, ou du moins avec peu de dificulté, animant le courage, évertue aussi l’esprit, & réveille son atention.

8Quand on a trouvé un livre à la portée & au goût du commençant, il faut lui en faire lire chaque jour une certaine quantité, soit page à page, ou periode à periode, ou phrase à phrase ; de maniere qu’il découvre du moins par le secours de la traduction, la signification de chacun des mots, & qu’il entrevoie leur construction grammaticale. Si on ne la découvrait pas d’abord en quelque mot particulier, il ne faut pas laisser de continuer ; ce qui ne vient pas les premiers jours, viendra imperceptiblement dans la suite. Il ne faut que remarquer les endroits où l’on aperçoit assez clairement cette construction, pour distinguer, suposé que ce soit un nom, de quel cas, de quel genre, de quel nombre il est ; s’il est nominatif, ou cas du verbe ; si l’article est défini ou indéfini, masculin ou féminin : suposé que ce soit un verbe, en quelle personne, en quel temps, en quel mode il est : supposé que ce soit un modificatif, s’il est adverbe, ou préposition, ou conjonction ; s’il est exprimé en un mot ou en plusieurs mots : suposé que ce soit une préposition, quel cas elle régit ; quand c’est une conjonction, si elle joint ensemble deux noms, ou deux verbes, ou deux phrases.

9[...] Après avoir lu un livre suivant cette métode, on en prendra un autre qui soit d’un stile diférent : afin de s’accoutumer à tous les stiles, qui ont chacun leurs tours particuliers & qui font, pour ainsi dire, dans une même langue autant de diférens langages.

10Il faut commencer cet exercice par le stile le plus simple, tel que les Fables, où la narration n’a rien de recherché ni d’embarassé ; les Dialogues & les Comédies (s’il s’en trouve, où il n’y ait rien de dangereux pour les moeurs) sont tres-propres à amuser l’esprit ; & par consequent à lui faire retenir beaucoup d’expressions, qui sont de l’usage le plus commun. Le stile des lettres convient encore tres-bien à ceux qui étudient une langue ; pourvu, comme nous avons dit, que la matiere en soit à leur portée. Celles du Comte de Bussi, & celles de Voiture sont les plus estimées dans notre langue. On peut lire ensuite des livres de Litérature, de Morale & d’Histoire assez indifféremment, & chacun selon son goût : pour finir par les Poètes, dont le stile est en toutes les langues le plus dificile à entendre [...].

Grammaire Françoise [...] (1709 : 40-45).

Charles François Dominique De Villers

1797

11[...] jetés votre grammaire au feu, prenés-moi le Télémaque, les Lettres péruviennes, les jolis Contes de Marmontel, la Vie de Marianne par Marivaux, quelques-unes de ses comédies : prenés-moi enfin des livres bien écrits qui vous intéressent et vous amusent : ils ne vous manqueront pas en français. Il y a un M. Luneau de Boisgermain qui a fait imprimer à Paris des traductions interlinéaires très ingénieuses, très utiles, et que je vous conseille aussi de vous procurer.

12Surtout ne lisés dans une langue étrangère, et que vous voulés apprendre, rien que vous ne comprissiés très facilement s’il était écrit dans la vôtre. Comme il ne s’agit ici que d’apprendre des mots, il ne faut que l’esprit ait à travailler sur le fond des choses. Que votre maître n’imite pas ces pédans, qui pour montrer le latin à de petits garçons, leur font traduire les odes d’Horace, les subtiles satyres de Tacite, ou les œuvres philosophiques de Cicéron, auxquelles les pauvres enfans n’entendraient rien même dans leur langue maternelle. Cette loi si importante, est toujours la première négligée.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 : 87-88).

César Chesneau Du Marsais

11,1

1729

13[...] Comme les langues ne s’aprénent que par la pratique, si l’on veut bien aprendre le latin, on doit lire des livres latins, sans intérompre ses lectures, au moindre mot qu’on n’entend pas, et sans s’amuser à rendre raison de tout. Lisés et relisés, et vous vous trouverés toujours plus avancé, et plus en état de rendre raison. On s’éclaircit peu à peu de ce qu’on ignore, et on continue toujours à lire ; mais cette pratique supose une certaine capacité déjà acquise, et une bonne volonté qui est rare dans les enfans.

Les véritables principes de la Grammaire [...] (225).

11, 12, 1

14Les conoissances ne se devinent point, les langues ne sont point innées : toute copie, toute imitation doit être précédée de la conoissance de l’original : plus cette conoissance sera exacte, plus l’imitation deviendra facile avec un peu de pratique : or, la composition des themes n’est et ne doit être qu’une imitation des façons de parler des auteurs latins, donc l’intelligence de ces auteurs, ou du moins de leurs façons de parler originales, doit précéder la composition des thémes.

Ibid. (214-215)

* Benjamin Franklin

11,3

1749

15Il est nécessaire qu’ils étudient et comprennent leurs leçons avant de se mettre à les lire proprement, fin à laquelle tout garçon devrait avoir un dictionnaire anglais, qui l’aide [à surmonter] les difficultés. Quand les garçons nous lisent en anglais nous nous imaginons volontiers qu’ils comprennent ce qu’ils lisent parce que nous-mêmes le comprenons et parce que c’est leur langue maternelle. Mais souvent ils lisent comme parlent les perroquets, sachant peu ou rien du sens. Il est impossible à un lecteur de donner la modulation de voix voulue et de prononcer correctement, si la compréhension ne précède sa langue et ne le rende maître du sentiment. Habituer les enfants à lire à haute voix ce qu’ils ne comprennent pas tout de suite, est la cause de ces sons monotones, si communs parmi les lecteurs, qui une fois qu’ils ont pris l’habitude de l’utiliser trouvent difficile à s’en corriger. De cette manière, sur cinquante lecteurs nous en trouvons rarement un bon. En l’absence d’une bonne lecture, les pièces publiées en vue d’influencer l’esprit des hommes pour leur propre profit ou le bien public perdent la moitié de leur force. S’il n’y avait qu’un bon lecteur dans le voisinage, un orateur public pourrait être entendu à travers la nation avec les mêmes avantages et avoir les mêmes effets sur son auditoire que si les auditeurs entendaient sa voix.

Proposais [...] (1749 : 123-124).

* Thomas Jefferson

11, 12, 15

1819

[Du latin et du grec]

16L’utilité pour nous des langues grecque et latine est, premièrement, d’être des modèles de goût pur dans l’écriture. [...] Nous leur sommes certainement redevables de l’usage du style rationnel et pur dans la composition moderne qui distingue tellement les nations où ces langues sont familières. Sans ces modèles, nous aurions probablement continué dans le style ampoulé de nos ancêtres nordiques, ou le style hyperbolique et vague des orientaux. Deuxièmement, dans les valeurs d’une formation classique, j’inclus le luxe de lire les auteurs grecs et romains dans toute leur beauté originale. Et pourquoi ce luxe innocent et élégant ne devrait-il pas être prééminent par rapport à ceux qui s’adressent uniquement aux sens ? Je me considère, quant à moi, plus redevable à mon père pour cela que pour tous les autres luxes que ses soins et son affection ont mis à ma portée, et davantage à présent que lorsque j’étais plus jeune et plus sensible à des délices d’une autre origine. Quand les ravages de l’âge ont affaibli les énergies utiles de l’esprit, les pages classiques remplissent le vide de l’ennui, et deviennent de douces composantes au repos dans le tombeau où, tôt ou tard, nous descendrons tous. Troisièmement. Une troisième valeur réside dans l’accumulation du vrai savoir déposé et transmis à nous par ces langues, savoir : en histoire, morale, arithmétique, géométrie, astronomie, histoire naturelle, etc.

17Mais à qui ces choses sont-elles utiles ? Certainement pas à tous les hommes. Il y a des conditions d’existence dans lesquelles elles doivent rester à jamais étrangères, et aussi des périodes dans la vie, après lesquelles la tentative de les acquérir serait un très mauvais emploi de son temps. Leur acquisition devrait être l’occupation de nos jeunes années seulement, quand la mémoire est susceptible d’impressions profondes et durables, la raison et le jugement n’étant pas encore assez forts pour des spéculations abstraites. [...] Pour résumer donc le tout, on peut vraiment dire que les langues classiques constituent une base solide pour la plupart des sciences et un ornement pour toutes.

Thomas Jefferson and Education in a Republic, in Arrowood (dir.) (1930 : 170).

Emmanuel Kant

11

1803

18Lire [...] Lire des romans est la plus mauvaise des choses pour les enfants, puisqu’ils n’en font pas d’autre usage que de s’en amuser dans le moment où ils les lisent. Lire des romans affaiblit la mémoire. Il serait en effet ridicule de se souvenir de romans et de vouloir les raconter de nouveau aux autres. On doit donc retirer tous les romans des mains des enfants. En effet, tandis qu’ils les lisent ils forgent dans le roman même un nouveau roman, parce qu’ils se représentent autrement les circonstances et restant assis, sans penser à rien, ils ne font que rêver.

Réflexions sur l’Éducation (1980 : 114).

Eléazar Mauvillon

11

1754

19Avant que de commencer à lire 8c à observer un ouvrage, il est à propos d’en connoître l’auteur, autant que la chose est possible, 8c de se mettre au fait de ses bonnes & de ses mauvaises qualités, afin de pouvoir juger de l’influence qu’elles peuvent avoir eu sur ses ouvrages.

20Rivière Du Frény, dont il est ici question était valet-de-chambre de Louis XIV. Il eut le bonheur d’amuser ce monarque, qui le combla de bienfaits, sans pouvoir le mettre à son aise. Du Frény étoit un des plus grands dissipateurs qu’il y ait eu. [...] On voit en lisant ses ouvrages, que le dérangement de sa conduite influa aussi sur l’œconomie de ses pièces ; peu de nœud, point de liaison. Ce sont plutôt des actes détachés que des comédies.

Son style se ressent de l’enjouement 8c de la gaiété de son humeur.

Cours complet [...] (t. II : 224-225).

Charles Rollin

11, 10

1725

21J’ai toujours souhaité qu’il y eût des livres composés exprès en latin pour les enfants qui commencent. Ces compositions devraient être claires, faciles, agréables. D’abord les mots seraient presque tous dans leur ordre naturel, et les phrases fort courtes. Ensuite on augmenterait insensiblement les difficultés, à proportion du progrès que les jeunes gens peuvent faire. Surtout on aurait soin de faire entrer des exemples de toutes les règles qu’on doit leur apprendre. L’Élégance n’est pas ce qu’il y faudrait principalement chercher, mais la netteté. Il s’agit de leur apprendre des mots latins, de les accoutumer aux différentes constructions propres à cette langue, et d’appliquer les règles de la syntaxe à ce qu’on leur fera lire. On pourrait leur donner quelques apophtegmes des anciens, quelques histoires tirées de l’Écriture sainte, comme celles d’Abel, de Joseph, de Tobie, des frères Machabées, et d’autres pareilles. Les auteurs profanes en peuvent aussi fournir de fort belles [...].

22Un ancien professeur de l’université, à qui j’ai communiqué mes vues, a bien voulu composer de ces sortes d’histoires tirées de l’Écriture sainte pour l’usage des enfants qui commencent à étudier la langue latine, ou qui sont dans les premières classes. J’espère que le public aura lieu d’être content de ce petit ouvrage, et que l’approbation qu’il lui donnera portera l’auteur à en composer un second dans le même goût, mais d’un genre différent, où l’on ramassera des histoires et des maximes de morale tirées des anciens auteurs, et composées pour l’ordinaire de leurs propres termes, mais dégagées de toutes les difficultés, et proportionnées à la faiblesse des commençants.

23Ce second ouvrage a paru depuis la première édition du mien, et l’approbation du public a ratifié mes conjectures...

Traité des études (édition 1883, t. I : 185-186).

La lecture des poètes profanes peut-elle être permise dans des écoles chrétiennes ?

24[Se référant à saint Basile] les abeilles ne s’arrêtent pas à toutes sortes de fleurs ; et dans celles mêmes où elles s’attachent, elles n’en tirent que ce qui leur convient pour la composition de leur précieuse liqueur. Nous tâcherons de les imiter ; et comme en cueillant les roses on évite les épines, nous prendrons dans les auteurs profanes ce qu’il y a d’utile, sans toucher à ce qu’ils peuvent avoir de pernicieux.

25Voilà notre règle et notre modèle ; voilà le moyen de sanctifier la lecture des poètes. Et comment pourrions-nous nous en écarter, puisque les païens mêmes nous en donnent l’exemple ? Serait-il raisonnable que sur ce point nous eussions moins de délicatesse qu’eux ? Quintilien, comme je l’ai déjà remarqué ailleurs, veut qu’on fasse choix non-seulement des auteurs, mais encore des endroits qu’on peut lire dans ceux qu’on aura choisis [...].

Ibid. (254).

* Noah Webster

11

1784

table xxxvii

Lessons of easy words to learn children to read and to know their duty.

Leçons de mots faciles pour apprendre aux enfants à lire et à connaître leur devoir.

lesson I.

leçon I.

No man may put off the law of God.

Aucun homme n’échappe à la loi de Dieu.

My joy is in his law all day.

Ma joie est dans sa loi toute la journée.

O may I not go on the way of sin.

Oh, puissé-je ne pas prendre le chemin du péché.

Let me not go the way of ill men.

Ne me laisse pas prendre le chemin des hommes mauvais.

II.

A bad man is a foe to the law.

Un méchant homme est un ennemi de la loi.

It is his joy to do ill.

Sa joie est de faire le mal.

All men go out of the way.

Tous les hommes s’égarent.

Who can say he has no sin?

Qui peut dire qu’il est sans péché ?

III.

The way of man is ill.

La voie de l’homme est d’être mauvais.

My son, do as you are bid.

Mon fils, fais ce que l’on te demande.

But if you are bid, do no ill.

Mais si on te dit, ne fais pas le mal.

See not my sin, and let me not go to the pit.

Ne vois pas mon péché et ne me laisse pas tomber dans le piège.

IV.

Rest in the Lord, and mind his word.

Remets-toi à Dieu et écoute sa parole.

My son, hold fast the law that is good.

Mon fils, tiens fort à la bonne loi.

You must not tell a lie, nor do hurt.

Tu ne dois pas dire des mensonges ni faire le mal.

We must let no man hurt us.

Nous ne devons laisser personne nous faire du mal.

V.

Do as well as you can, and do no harm.

Fais aussi bien que tu le peux et ne fais pas le mal.

Mark the man that doth well, and do so too.

Remarque l’homme qui fait le bien, et fais de même.

Help such as want help, and be kind.

Aide ceux qui ont besoin d’aide et sois bon.

Let your sins past put you in mind to mend.

Que tes anciens péchés te décident à te corriger,

VI.

I will not walk with bad men.

Je ne marcherai pas avec des hommes mauvais.

That I may not be cast off with them.

Afin que je ne sois pas rejeté avec eux.

I will love the law, and keep it.

J’aimerai la loi et l’observerai.

I will walk with the just, and do good.

Je marcherai avec les justes et ferai le bien.

VII.

This life is not long

Cette vie-ci n’est pas longue

But the life to corne has no end.

Mais celle à venir est sans fin.

We must pray for them that hate us.

Nous devons prier pour ceux qui nous haïssent.

We must do as we like to be done to.

Nous devons faire ce que nous voulons que l’on nous fasse.

Grammatical Institute (Part II : 101).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search