Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 9. Le rôle du maître

Texte intégral

Johann Bernhard Basedow

1770 ?

1Si j’étais appelé à choisir un professeur, je m’assurerais qu’il possède avant tout de bonnes mœurs, l’amour des enfants, le goût de son emploi, une facilité naturelle à apprendre vite ce qu’il ne sait pas, une promptitude raisonnable dans la réflexion, le talent d’exprimer ses pensées vite et bien, une bonne santé, une sérénité habituelle, et un extérieur qui impose le respect, et seulement après tout cela, la chose la moins importante de toutes, c’est-à-dire à quel point il sait ce qu’il doit enseigner.

Methodenbuch IX, cité dans Pinloche (1889 : 212).

Abbé Bencirechi

1772

2[...] un Maître ne vous est pas nécessaire ; & qu’une méthode qui réunit tant d’avantages & d’agrémens, supplée au choix que vous en pourriez faire quant à l’étude des Principes. Au reste, il vous en faut un qui vous aide à acquérir une prononciation exacte, qui corrige votre Traduction Hebdomadaire, & qui vous en fasse rendre compte en Italien, afin que vous contractiez l’habitude de le parler. Ce besoin ne doit s’étendre qu’à une seule fois la semaine ; expedient adopté encore par mon désintéressement.

Leçons hebdomadaires de la langue italienne à l’usage des Dames (1772 : vii).

Étienne Bonnot de Condillac

1782

3[...] Mais il n’y a point d’âge où l’on puisse comprendre les principes généraux d’une science, si on n’a pas fait les observations qui ont conduit à ces principes. L’âge de raison est donc celui où l’on a fait les observations qui ont conduit à ces principes. L’âge de raison est donc celui où l’on a observé ; et par conséquent, la raison viendra de bonne heure si nous engageons les enfans à faire des observations.

4Pour savoir comment nous devons nous conduire avec eux, la première précaution à prendre est de savoir comment nous concevons nous-mêmes les choses que nous avons apprises. Il faut décomposer l’esprit humain, c’est-à-dire observer les opérations de l’entendement, les habitudes de l’âme et la génération des idées.

5Aussi-tôt que cette analyse est faite, le plan d’instruction est trouvé : on sait du moins par où on doit commencer, et il n’en faut pas davantage. On verra que la vraie et l’unique méthode est de conduire un élève du connu à l’inconnu ; qu’il suffit, par conséquent, de commencer par ce qu’il sait, pour lui apprendre quelque chose qu’il ne sait pas encore ; et qu’en reprenant à chaque connoissance qu’on lui aura donnée, on pourra le faire passer sans effort, à une connoissance nouvelle. Il faudra seulement être attentif à ne franchir aucune des idées intermédiaires : encore cette précaution deviendra-t-elle inutile, lorsque son esprit plus exercé les pourra suppléer.

Cours d’études [...] (Préliminaires, 7).

6Au reste, l’art de parler, l’art d’écrire, l’art de raisonner et l’art de penser ne sont, dans le fond, qu’un seul et même art. En effet, quand on sait penser on sait raisonner ; et il ne reste plus, pour bien parler et pour bien écrire, qu’à parler comme on pense, et à écrire comme on parle.

Ibid. (25).

Charles François Dominique De Villers

1797

7[...] Celui qui vous enseigne les mots, doit donc pouvoir vous expliquer les idées que chacun de ces mots représente ; un tel homme doit avoir beaucoup lu, beaucoup observé ; il doit connaître à fond la nation dont il enseigne la langue, en connaître surtout la bonne compagnie, être en état d’expliquer toutes les allusions si fréquentes dans le langage ; il doit être métaphysicien, philosophe, littérateur : l’homme qui n’est pas tout cela ne mérite pas le nom de maître de langue. Mais on croit qu’un pauvre hère, parce qu’il est né en France, et qu’il écorche le français, va vous apprendre ce qu’il ignore lui-même [...].

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1889 : 89).

César Chesneau Du Marsais

1729

8Ainsi je demeure toujours convaincu, que les bons maîtres sont pour le moins aussi nécessaires que les bons livres, pour l’instruction des enfans.

Les véritables principes [...] (1971 : 184).

9[...] C’est pourquoi dans le choix des maîtres, on doit préférer le bon esprit à l’érudition. Il n’est pas nécessaire, pour le progrès du començant, que le maître ait beaucoup d’érudition ; mais il faut qu’il ait beaucoup de bon esprit, c’est-à-dire, de justesse, d’étendue, de méthode, de discernement, et de patience. Si le maître ne manque que d’érudition, il pourra l’aquérir par le travail, ou y supléer par d’autres persones ; au lieu que les talens naturels ne peuvent ni s’aquérir ni être supléés.

Ibid. (211-212).

* Johann Theodor Jablonski

1713

10Il dépend certainement d’un habile maître qu’il puisse reconnaître, grâce à l’examen de son disciple, quelle tête ou ingenium possède-t-il et comment il facilite l’apprentissage d’une langue. Un maître de langue vraiment habile sait également comment instruire une petite-femme sans grammaire et un savant suivant la grammaire, car celle-ci ne fait pas tout, même si elle sert de base et de fondement pour celui qui enseigne et celui qui apprend.

11[...] Un maître de langue raisonnable fait le mieux s’il reconnaît les facultés et la sensibilité de son disciple et s’il procède d’avance pour que l’apprendre ne devienne pas une peine pour lui.

Grammaire royale (Préface).

Joseph Jouvancy

1703

Le maître

12Quelques maîtres, pour diminuer les ennuis de la classe, cherchent non ce qui est utile aux enfants, mais ce qui est moins fatigant pour eux-mêmes. Ils expliquent un auteur en bâillant : ils donnent à traiter à leurs élèves des sujets tirés d’un ouvrage en français et qui ne sont nullement à leur portée. Ils font expliquer pendant des classes entières un historien, ou bien ils font lire un livre quelconque, n’ayant d’autre but que de se débarrasser, après un an ou deux, de la charge si lourde de l’enseignement.

De la manière d’apprendre et d’enseigner (1892 : 131).

Jean-Pons-Victor Lecoutz de Lévizac

1801

[La première.]

13La première [raison pour laquelle les enfants, après de longues années d’études, ne savaient pas parler bien le français] avoit sa source dans la difficulté où l’on étoit de se procurer des maîtres, ou qui fussent nés en France, ou qui du moins y eussent vécu assez longtemps pour y perfectionner leur langage. Il y a dans toutes les langues des grâces, des finesses, des idiotismes, des constructions, en un mot, une élégance d’expressions et de tours qui ne peut être parfaitement connue et sentie que par ceux, ou qui les ont parlées dès l’enfance, ou qui ont joint, sur les lieux mêmes, une longue pratique à des réflexions profondes. La con-noissance des grammaires et des auteurs, quelque étendue qu’on la suppose, ne supplée jamais à ce défaut d’instruction primitive.

L’art de parler et d’écrire [...] (1801 : 3).

Pierre Restaut

1730

14Il est encore bon d’avertir les maîtres, que pour s’assurer du progrès que les jeunes gens feront dans l’étude des principes de leur langue, ils ne peuvent mieux faire que de les éxercer, à mesure qu’ils avanceront, à décliner des noms, ou à conjuguer des verbes les uns sur les autres, & de leur faire lire du françois, pour rendre compte de chaque mot suivant les principes ou regles qu’ils auront apprises. Ils pouront même en faire une matiere de devoirs regles, en leur dictant quelques phrases ffançoises, dont ils rapporteroient par écrit une explication grammaticale 8c détaillée sur chaque mot.

15Tout ce que j’ai dit jusqu’ici, ne regarde que les jeunes gens qui se disposent a apprendre ou qui apprennent déja la langue latine. [...]

16Principes généraux et raisonnés [...] (4e éd., 1738 : Préface, viii-ix).

17Enfin ce que j’ai dit pour les jeunes gens qui se disposent à la langue latine, peut également s’appliquer aux personnes qui veulent apprendre quelque langue étrangere, comme l’Allemand, l’Italien, ou l’Espagnol : 8c je crois pouvoir leur promettre qu’ils trouveront dans cette méthode, une préparation qui leur en applanira les plus grandes difficultés.

Ibid. (xiii).

Charles Rollin

1725

18Le maître, qui sait qu’il est redevable à tous, est donc obligé, par ménagement et par devoir, de prendre une espèce de milieu pour s’accommoder, autant qu’il le peut, et à la faiblesse et à la force de ses disciples. C’est une règle que doit garder inviolablement quiconque est préposé à la conduite des autres. Guide, berger, précepteur, pasteur spirituel, tous y sont asujettis. Le particulier peut en souffrir, mais le public y gagne : et ce serait tout gâter et renverser l’ordre que de vouloir en user autrement.

Traité des études (édition 1883, t. I : 174).

19[...] le premier soin du maître est de bien étudier et d’approfondir le génie et le caractère des enfants ; car c’est sur quoi il doit régler sa conduite.

Ibid. (224).

20[...] Voilà le temps et le moment de rompre cette mauvaise inclination dans un enfant, en l’accoutumant dès le berceau à dompter ses désirs, à n’avoir point de fantaisies, en un mot à céder et à obéir. Si on ne leur donnait jamais ce qu’ils auraient demandé en pleurant, ils apprendraient à s’en passer ; ils n’auraient garde de criailler et de se dépiter pour se faire obéir ; et ils ne seraient pas par conséquent si incommodes à eux-mêmes ni aux autres qu’ils le sont, pour n’avoir pas été conduits de cette manière dès leur première enfance.

Ibid. (227).

Rendre l’étude aimable

21C’est ici l’un des points les plus importants en matière d’éducation, et en même temps l’un des plus difficiles. La preuve en est que, parmi un très grand nombre de maîtres, qui d’ailleurs ont beaucoup de mérite, il s’en trouve très-peu qui soient assez heureux pour venir à bout de rendre l’étude aimable à leurs disciples.

Ibid. (250).

Des études que doivent faire les maîtres

22[...] le devoir essentiel d’un régent, qui consiste dans l’instruction solide qu’il doit à ses écoliers. Pour y réussir, il a besoin d’étude et de travail. Les classes, même les plus basses, demandent une certaine étendue d’érudition qui ne s’acquiert que par la lecture ; et d’ailleurs, pour l’ordinaire, un professeur ne s’y borne pas, et doit se mettre en état de passer dans les classes supérieures.

23La première étude qu’un régent doit faire, est celle qui regarde les matières qu’il enseigne et les auteurs qu’il explique. Ainsi, par exemple, il n’est point permis à un grammairien d’ignorer ce que les anciens ont écrit sur la grammaire, et encore moins ce que nous en ont laissé messieurs de Port-Royal. Un professeur de rhétorique doit avoir puisé son art dans les sources mêmes, et avoir étudié à fond les anciens rhéteurs grecs et latins. Ce n’est pas que ni l’un ni l’autre doivent accabler leurs écoliers d’un grand nombre de préceptes ; mais, pour en faire le choix, il faut les savoir tous ; et un maître habile, qui joint le discernement à la capacité, tire de ses lectures un grand secours pour instruire les jeunes gens [...].

24Outre l’étude de la classe, un régent doit se faire un fonds d’érudition tel qu’il convient à tout homme qui se mêle de littérature. Le grec doit lui devenir familier ; l’histoire ne doit point lui être inconnue. Et il ne faut pas que l’étendue de ces connaissances l’effraye ; il est incroyable combien une heure ou deux, données régulièrement chaque jour à l’étude, mènent loin au bout d’une année.

Ibid. (323-324).

25Ce que je conclus [...] et par où je finis ce chapitre, c’est que la piété est de toutes les qualités d’un précepteur, la plus essentielle, la plus importante, celle qu’il faut préférer à toutes les autres, et qui y ajoute un prix infini.

Ibid. (346).

Johann Stuve

9

1794

26Il est absolument faux de prétendre, en parlant de l’éducateur, que la profondeur de son érudition et l’étendue de ses connaissances importent peu, et de dire que tout dépend uniquement de la méthode et de la forme de son enseignement, de sa connaissance exacte de l’esprit humain et de son mode de développement, de ses qualités d’observation et de pénétration, de sa perspicacité à discerner l’utile du superflu, à distinguer ce qui est approprié à la quantité d’idées et à la manière de penser de l’enfant, de ce qui ne l’est pas. Peut-on attendre de telles qualités d’un esprit médiocre ou faible, et qui n’a reçu aucune culture ?

Cité dans Pinloche (1889 : 479).

Table des illustrations

Légende Methodenbuch IX, cité dans Pinloche (1889 : 212).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search