Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 7. La correction des fautes

Texte intégral

Charles François Dominique De Villers

7

1797

1Lors donc, Mademoiselle, que vous aurés acquis l’intelligence, passés à la composition. Écrivés des phrases, parlés ; que votre maître vous corrige. Presque toutes les fautes que vous ferés d’abord seront des germanismes. Il faut qu’on les relève, et qu’on vous fasse sentir le génie différent des deux langues. Surtout mettés-y le tems convenable, car on n’apprend rien en courant.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 :90).

Abbé Noël Antoine Pluche

1751

2C’est une pratique également nuisible à ceux qui enseignent & à ceux qui étudient sous eux, d’employer à entendre 8c à reprendre des fautes, le tems qui étoit dû tout entier aux Écrivains les plus purs ; parce que de cette sorte la faute qui ne nuisoit qu’à un seul devient un mal commun à tous. Rarement entend-t-on dans les classes un langage pur, & elles retentissent sans fin des expressions qu’il ne faudroit jamais répéter, mais qu’on fait sonner haut 8c clair. Ne voit-on pas que c’est là ce qui époumonne les maîtres, 8c que plus ils se tourmentent à faire sentir le nombre 8c la grossièreté des fautes, plus ils font de tort à la jeunesse qu’ils en occupent ? Quand l’oreille est gâtée par une longue habitude d’entendre des expressions vicieuses, la langue 8c le goût ne peuvent manquer d’en souffrir. Jamais un homme ne sentira la vraie propriété 8c le caractère d’une langue, ou il n’y viendra que bien tard, quand on ne lui aura fait entendre 8c souvent 8c long-tems que des façons de parler contraires au bon usage de cette langue, 8c qu’il se sera fort occupé non des locutions dont il faut uniquement contracter l’habitude, mais de celles dont il faut s’abstenir.

3Ne dites point qu’en corrigeant ces fautes on les fait éviter, 8c que c’est pour les faire éviter qu’on les tympanise. Jamais l’oreille n’est frappée par des mauvais sons, qu’elle ne reçoit une sorte de blessure ; & si elle n’entend presque point d’autres, dans une longue suite d’années & dans un âge tendre, pensez-vous la rendre plus saine à force de la déchirer ainsi d’un jour à l’autre ? Le jeune homme qui n’entend que des repréhensions se défiera de plus en plus de sa langue : il sera plus timide par la connoissance des dangers : il ne connoît que cela. Mais il ne se fortifie pas cependant par l’habitude du bon : & c’est de quoi il s’agit. Voyez ce qui arrive à ceux qu’on ne se mèt pas en peine d’exercer à parler le latin des Auteurs, mais qu’on n’instruit qu’à force de régies qu’on leur donne à suivre, & de modèles de fautes qu’on les avertit d’éviter. Loin de les encourager à dégourdir leur langue on les amène communément au point de paraître muèts ou stupides. L’habitude d’entendre des fautes & des grossièretés est-elle, je vous prie, plus propre à apprendre le latin à un jeune hommes, que l’habitue d’entendre sans fin des sons discordans n’est propre à former un musicien ; quand on les mettrait bout à bout de dessein formé, & qu’on ne les lui réitérerait que pour lui en faire sentir le ridicule ?

4Avertissez : criez tant qu’il vous plaira, que le tout est faux & exécrable. Celui qui écoute comprend la vérité de votre avis. Mais cependant le mauvais son, le mauvais tour de phrase a affecté son oreille. Le mal est fait. Or ce n’est point la raison, c’est l’oreille qui conduit la langue & qui communique à coup sûr ses affections. Si vous voulez qu’un homme ne laisse entendre ni aucune expression villageoise, ni aucun accent provincial, est-ce un fort bon moyen pour y réussir de vouloir qu’il soit toûjours avec des gens de village afin qu’il se moque d’eux ; ou de vouloir qu’il soit perpétuellement avec ses compatriotes, afin qu’il sente à tout moment en quoi il ne les faut pas imiter ? Faites, faites-lui entendre le langage de Paris. Qu’il prenne pour modèle celui de la Cour. Pour tout ce qui s’appelle fautes, patois, ou accens, puisse-t-il être sourd & muèt.

La mécanique des langues [...] (p. 171-174).

Charles Rollin

1725

5On voit, par cet admirable endroit de Quintilien, dont je n’ai rapporté qu’une partie, que le devoir du maître, en corrigeant les compositions de ses écoliers, est de ne se pas contenter de blâmer les expressions et les pensées qui lui paraîtront mauvaises, mais d’en rendre en même temps la raison, et d’y en substituer d’autres ; de leur fournir sur-le-champ quelques phrases, quelques périodes qui relèvent et embellissent leurs compositions ; de les leur faire retoucher une seconde fois, quand il n’en aura pas d’abord été content ; de leur dicter de temps en temps des matières corrigées au moins en partie, qui leur servent de modèles ; et surtout de ne les point rebuter par un air trop sévère, mais de les animer et de les encourager par l’espérance du succès, par des louanges dispensées à propos et avec mesure, et par tous les moyens qui peuvent exciter parmi les jeunes gens l’émulation et l’amour du travail.

Traité des études (édition 1883, t. I : 370).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search