Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 6. Le problème de la grammaire

Texte intégral

* Joseph Aickin

6,3

1693

1Les difficultés et obstacles quotidiens qui se présentent lors de l’enseignement et l’apprentissage de notre langue maternelle sont dus à l’absence d’une grammaire anglaise constituée par la loi en norme de l’enseignement, comme c’est le cas pour d’autres langues ; car nulle langue ne peut s’acquérir sans règles grammaticales ; étant donné que toutes les autres langues et tous les autres langages sont enseignés par la grammaire, pourquoi n’en serait-il pas de même avec l’anglais ? Par la seule imitation on n’y parviendra pas en moins de vingt ans. J’ai connu des étrangers qui ont même consacré encore plus d’années à apprendre à parler l’anglais et qui pourtant sont loin de le pouvoir : la cause réelle en est le non-apprentissage par la grammaire. De là vient que les enfants vont à l’école dix, onze ans et même davantage et n’atteignent pas à la perfection en langue anglaise ; il peut arriver que quelques rares individus réussissent à bien savoir lire et écrire dans ce laps de temps, mais sont néanmoins obligés, à la longue, d’aller à une école de latin pour atteindre à la perfection ; et ils arrivent à maîtriser le latin, mais pas leur langue.

2La cause en est l’absence d’une telle grammaire, qui serait la norme de la langue anglaise. Car comme la plupart des maîtres n’ont pas l’avantage de connaître les meilleures méthodes d’enseignement et se fient, pour cela, à leur fantaisie faute de connaître une méthode certifiée, transforment l’enseignement et l’apprentissage en un exploit herculéen. C’est afin de remédier à une telle incommodité et une telle perte de temps inutile que je dépose ma grammaire à vos pieds. Car la jeunesse étant l’espoir du présent et le fondement de l’avenir nous devons nous préoccuper de lui transmettre le savoir par les méthodes les plus faciles et les meilleures.

The English Grammar (1693 : Préface).

Jean Le Rond d’Alembert

6, 1

1751

3[...] Les langues, nées avec les sociétés, n’ont sans doute été d’abord qu’une collection assez bizarre de signes de toute espèce, et les corps naturels qui tombent sous nos sens, ont été en conséquence les premiers objets que l’on ait désignés par des noms. Mais, autant qu’il est permis d’en juger, les langues dans cette première formation, destinées à l’usage le plus pressant, ont dû être imparfaites, peu abondantes, et assujéties à bien peu de principes certains ; et les arts ou les sciences absolument nécessaires pouvaient avoir fait beaucoup de progrès, lorsque les règles de la diction et du style étaient encore à naître. La communication des idées ne souffrait pourtant guère de ce défaut de règles, et même de la disette des mots ; ou plutôt elle n’en souffrait qu’autant qu’il était nécessaire pour obliger chacun des hommes à augmenter ses propres connaissances par un travail opiniâtre, sans trop se reposer sur les autres. Une communication trop facile peut tenir quelquefois l’âme engourdie, et nuire aux efforts dont elle serait capable. Qu’on jette les yeux sur les prodiges des aveugles-nés, et des sourds et muets de naissance ; on verra ce que peuvent produire les ressorts de l’esprit, pour peu qu’ils soient vifs et mis en action par des difficultés à vaincre.

4Cependant la facilité de rendre et de recevoir des idées par un commerce mutuel, ayant aussi des avantages incontestables, il n’est pas surprenant que les hommes aient cherché de plus en plus à augmenter cette facilité. Pour cela ils ont commencé par réduire les signes aux mots, parce qu’ils sont, pour ainsi dire, les symboles que l’on a le plus aisément sous la main. De plus, l’ordre de la génération des mots a suivi l’ordre des opérations de l’esprit : après les individus, on a nommé les qualités sensibles, qui, sans exister par elles-mêmes, existent dans ces individus, et sont communes à plusieurs : peu à peu l’on est enfin venu à ces termes abstraits, dont les uns servent à lier ensemble les idées, d’autres à désigner les propriétés générales des corps, d’autres à exprimer des notions purement spirituelles. Tous ces termes que les enfans sont si long-temps à apprendre, ont coûté sans doute encore plus de temps à trouver. Enfin, réduisant l’usage des mots en préceptes, on a formé la grammaire, que l’on peut regarder comme une des branches de la logique. Éclairée par une métaphysique fine et déliée, elle démêle les nuances des idées, apprend à distinguer ces nuances par des signes différens, donne des règles pour faire de ces signes l’usage le plus avantageux, découvre souvent par cet esprit philosophique qui remonte à la source de tout, les raisons du choix bizarre en apparence qui fait préférer un signe à un autre, et ne laisse enfin à ce caprice national qu’on appelle usage, que ce qu’elle ne peut absolument lui ôter.

5Les hommes, en se communiquant leurs idées, cherchent aussi à se communiquer leurs passions. C’est par l’éloquence qu’ils y parviennent.

[...] Discours préliminaire de l’Encyclopédie (p. 34-35).

Claude Buffier, S. J.

6

1709

Préface

6Cet Ouvrage est divisé en trois Parties : La premiere contient les fondemens où les principes sur quoi est apuyé l’art de la Grammaire : La seconde, contient une pratique de Grammaire : Et la troisiéme, des additions à la Grammaire.

7On néglige souvent d’aprendre les choses dont je traite dans la premiere Partie : mais cette connoissance ne laisse pas d’être des plus importantes ; puisque l’art d’aranger les mots à une connexion essentielle, avec la maniere d’aranger les pensées. C’est par-là qu’il sert de base aux plus hautes siences, & qu’il fournit des régies où la Théologie même est quelquefois obligée d’avoir recours.

8D’ailleurs c’est faute de pénétrer jusqu’aux fondemens de la Grammaire qu’au Heu de contribuer, comme elle devroit, à éclaircir les idées, elle ne contribue souvent qu’à les embarasser : on ne peut donc l’étudier solidement qu’on n’aprenne la fin qu’elle se propose, les moyens qu'elle emploie, l’ordre de ses parties, le vrai sens des termes qui lui sont familiers ; en un mot, la nature de la Grammaire en général, qu’ignorent plusieurs mêmes de ceux qui l’enseignent. J’avoue aussi que cette premiere Partie est plus curieuse pour former l’esprit par raport à la Grammaire, que nécessaire pour en aquérir la pratique ; c’est pourquoi ceux qui ne cherchent qu’à aprendre le François, peuvent passer tout d’un coup à la seconde Partie.

9[...] Je mets à la fin plusieurs Remarques sur divers endroits de notre Grammaire qui pourraient arrêter ou embarasser davantage les étrangers.

10C’est à ceux-ci particulierement que j’ai eu en vue d’être utile. On sait que dans toute l’Europe, & presque dans toutes les Parties du monde, les honnêtes gens montrent une extrême passion d’aprendre le François. J’ai cru devoir seconder leur inclination, à cause d’une prérogative qu’a eu notre Langue depuis près de cent ans, & qui doit toucher un homme de ma profession : C’est qu’elle a fourni sur les matieres de Religion & de pieté un grand nombre d’excellens Ouvrages. Les Sermons de nos plus habiles Prédicateurs imprimez depuis vingt ans, pourraient seuls en être la preuve.

11Cependant avec cette dètermination où sont les étrangers d’aprendre le François, il semble qu’il n’y ait point encore de Grammaires qui leur conviennent parfaitement : car ou elles sont trop étendues pour des commençans ; ou elles ne traitent point de toutes les parties de la Grammaire ; ou elles sont faites par des Auteurs qui ne sont pas à portée de savoir le véritable usage de notre langue ; ou enfin elles sont si anciennes, que cet usage a changé considérablement depuis qu’elles ont paru : témoin celle du P. Chiflet qui a été si utile & qu’on a imprimée tant de fois : [...].

Grammaire françoise [...] (1709 : Préface).

6

12La Grammaire est un amas de réfléxions faites & arrangées pour enseigner & pour aprendre une langue.

13Une langue ou un langage est la maniere dont une certaine quantité d’hommes sont insensiblement convenus, & ont acoutumé d’exprimer mutuellement leurs pensées par la parole.

14L’expression la plus simple dont on se serve par la parole, pour indiquer ses pensées, s’apelle un mot [...].

Ibid. (1709 : 46).

Pierre-Nicolas Chantreau

6

1781

15[...] l’unique tâche d’une Grammaire écrite pour l’enseignement d’une deuxième langue devrait être la simple analyse des différences qui se trouvent dans la langue maternelle par rapport à la langue qu’il s’agit d’apprendre ; et non pas la fâcheuse explication des éléments communs à toutes les langues, très gênante pour les personnes d’un certain âge.

Arte de hablar [...] (1781 : Préface), cité par Tost-Planet (1994 : 46).

16* Pour passer à l’étude d’une langue seconde, il convient bien d’être auparavant familier avec les principes de la maternelle.

Ibid. (45).

Étienne Bonnot de Condillac

1782 ?

17Or, la pensée, considérée en général, est la même dans tous les hommes. Dans tous elle vient également de la sensation : dans tous, elle se compose & se décompose de la même maniere.

18Les besoins qui les engagent à faire l’analyse de la pensée sont encore communs à tous ; & ils employent tous à cette analyse des moyens semblables, parce qu’ils sont tous conformés de la même maniere. La méthode, qu’ils suivent, est donc assujettie aux mêmes regles dans toutes les langues.

19Mais cette méthode se sert, dans différentes langues, de signes différents. Plus ou moins grossiere plus ou moins perfectionnée, elle rend les langues plus ou moins capables de clarté, de précision & d’énérgie ; & chaque langue a des regles qui lui sont propres.

Objet de la grammaire

20On appelle grammaire la science qui enseigne les principes & les regles de cette méthode analytique. Si elle enseigne les regles que cette méthode prescrit à toutes les langues, on la nomme grammaire générale ; & on la nomme grammaire particuliere, lors qu’elle enseigne les regles que cette méthode suit dans telle ou telle langue.

21Étudier la grammaire, c’est donc étudier les méthodes que les hommes ont suivies dans l’analyse de la pensée.

22Cette entreprise n’est pas aussi difficile qu’elle peut vous le paroître. Elle se borne à observer ce que nous faisons quand nous parlons : car le système du langage est dans chaque homme qui sait parler. D’ailleurs un discours n’est qu’un jugement ou une suite de jugements. Par conséquent, si nous découvrons comment une langue analyse un petit nombre de jugements, nous connoîtrons la méthode qu’elle suit dans l’analyse de toutes nos pensées [...].

Cours d’étude [...] (1795 : 62-64).

Charles François Dominique De Villers

1797

23Et voilà pourquoi, Mademoiselle, l’étude de la grammaire est si rebutante et si sèche. C’est qu’on commence par où l’on devrait finir ; c’est que l’esprit se lasse bientôt de ce qu’il ne peut concevoir. La grammaire est excellente pour faire maudire aux commençans la langue étrangère qu’ils veulent apprendre, et la langue plus étrangère encore des supins et des gérondifs.

Lettre à Mademoiselle D. S.[...] (1899 : 85-86).

César Chesneau du Marsais

6, 1

1729

24[...] Ainsi je vais expliquer de nouveau cette Méthode en faveur des personnes qui voudront en faire usage.

25Pour entrer dans ma pensée, il faut d’abord suposer un grand principe, dont on doit tâcher de bien comprendre toute l’étenduë.

26C’est que nous ne parvenons aux idées générales qu’après avoir passé, pour ainsi dire, par les idées particuliéres.

27Il n’est pas possible d’entendre les principes généraux et les termes abstraits, si l’on n’a pas dans l’esprit les idées particuliéres qu’ils suposent.

28Si un jeune homme qui commence à étudier la géométrie, n’avoit pas apris par l’usage de la vie, ce que c’est qu’un tout, et ce que c’est qu’une partie, il ne comprendrait point le principe abstrait, que le tout est plus grand que sa partie, ni les conséquences qu’on tire ensuite de ce principe.

29Il en est de même de la Grammaire ; il faut commencer par graver dans l’esprit les mots particuliers sur lesquels on a fait des régies ; tel est l’ordre naturel : nous recevons par les sens les impressions des objets, et ensuite nous raisonnons sur ces impressions.

30C’est pour me conformer à cet ordre naturel, qu’avant que de parler de déclinaisons, de conjugaisons, et de grammaire, je fais expliquer d’abord un latin rangé selon l’ordre de la construction simple, par le moyen d’une interprétation interlinéaire. Le commençant n’a à retenir que la simple signification des mots, tels qu’il les trouve.

31Décliner et conjuguer, c’est dire de suite, les différentes terminaisons d’un même mot : Chacune de ces terminaisons particuliéres est destinée à marquer un raport particulier, sous lequel ce que le mot signifie est considéré, et c’est ce raport que je fais sentir par une pratique préliminaire, qui non-seulement prépare aux réfléxions, mais encore qui les fait naître. Je vais donner ici le prologue de Phédre pour exemple de cette pratique.

Les véritables principes [...] (1971 : 185-186).

32[...] je ne parle des régies de grammaire, qu’à ceux qui ont été exercés pendant quelque tems à la traduction interlinéaire... les régies dont il s’agit suposent que le cerveau ait déja acquis la consistance nécessaire pour comprendre des réfléxions un peu méditées.

33[...] parce que la grammaire traite des mots et de leurs usages, et que les mots ne sont que les signes de nos idées et de nos jugemens. Nous pensons, et ensuite nous nous servons des mots pour exprimer nos pensées.

Ibid. (201).

6,9

34[...] Pourquoi fonder les régies de grammaire, dira-t-on, sur des observations de logique et de métaphysique ? Faut-il être philosophe avant que d’être grammairien ?

35Je réponds qu’il seroit à souhaiter que ceux qui enseignent la grammaire fussent philosophes. Les grammairiens qui ne sont pas philosophes, ne sont pas même grammairiens.

Ibid. (206).

* Richard Johnson

6

1706

36[...] et c’est pourquoi, comme pour des prières faites en commun, il est préférable de disposer d’une forme solide pour tous, plutôt que de donner à chacun — qu’il soit doué ou non — liberté totale de dire ce qu’il veut, afin que soient satisfaits quelques hommes doués. Et quant au reste, ce qui doit être acquis par l’élève en plus de ce que son maître lui enseignera, et bien que j’aie admis que cela puisse être possible, je dois reconnaître que ce sera difficile, et la voie en aucune manière comparable, du point de vue de la facilité, à l’assistance fournie par une bonne grammaire. C’est pourquoi on pourrait conclure que la grammaire est nécessaire à l’acquisition de cette langue. Mais, supposant en définitive qu’elle pourrait être acquise sans cela, l’avantage de cette acquisition serait très inférieure que si l’acquisition se faisait au moyen d’une bonne grammaire. Une langue acquise par l’usage serait perdue par l’absence d’usage, du fait qu’il n’y aurait pas de conversation suffisante pour qu’on se la rappelle : et, dans ce cas, comment faire autrement, pour la récupérer, que d’user d’une grammaire. Laquelle étant une chose neuve — qu’il faudra apprendre par cœur — est une tâche décourageante à un tel âge ; et que la plupart n’entreprendront jamais. Tandis que celui qui l’a apprise par la grammaire pourra la retrouver à tout moment par la grammaire ; qui, ayant été apprise une fois déjà, lui reviendra en mémoire avec un peu d’application. On peut dire que la lecture aura remplacé cette absence de conversation ? Mais il est évident qu’elle ne l’a pas fait chez ceux qui ont lu et écrit le plus sur ce sujet ; car autrement on n’aurait pas présentement tant d’erreurs dans leurs écrits. Que feront alors ceux qui n’ont pas le loisir de lire tout le temps à cette fin, et qui pourtant pourraient avoir à écrire en latin ? En outre, l’usage de la grammaire dans ce cas présente, un autre avantage, qui est considérable. Car celui qui a appris une langue dans une grammaire qui explique les raisons de la langue [The Ratio of Language] a progressé d’autant dans sa voie vers une autre langue, une partie considérable des raisons de la langue étant commun à toutes les langues. Et c’est là un avantage considérable sur la façon d’acquérir une langue uniquement par la conversation, et d’une telle importance qu’il suffirait à inverser la balance ; quoique là où le maître est capable de la parler correctement, comme beaucoup le sont, je n’en doute pas, rien n’est comparable à l’emploi simultané des deux [conversation et grammaire]. La question qui se pose ensuite est : s’il faut une grammaire, quelle sorte de grammaire ? Sans aucun doute c’en sera une qui réponde à tous les objectifs de la grammaire, c’est-à-dire ceux par lesquels cette langue puisse être acquise de la manière la plus prompte. À cette fin, elle doit être tout d’abord compréhensible, sans cela elle ne suffira jamais à l’acquisition de la langue latine. Deuxièmement, elle doit être certaine. Troisièmement, elle doit être simple. Quatrièmement, elle doit être aussi brève que sa compréhension le permet. À propos de ces trois dernières qualifications je ne pense pas qu’il y ait contestation ; certitude, brévité et perspicacité étant admises par tous comme devant être les éléments constitutifs d’un tel ouvrage. Quant à la première, savoir la compréhension, le monde ne s’entend pas sur ce sujet. Plusieurs s’imaginent qu’une esquisse générale de ce qui est le plus ordinaire dans une langue suffit. Je dois avouer, que je ne suis pas en faveur de l’épuisement des mémoires des jeunes gens en les forçant à trop courir dans cette direction. Mais la grammaire doit suffire à tout cela, car autrement ils n’obtiendront ce qu’ils n’y trouvent pas qu’avec encore plus d’ennuis ?

37* [...] À part de cela il y a un autre avantage à l’usage de la grammaire dans ce cas, qui est extrêmement considérable. Parce que celui qui a appris une langue par la grammaire, telle qui explique le « Ratio » de la langue, est d’autant plus en avant dans son chemin vers une autre ; vu qu’il existe une partie considérable dans le « Ratio » de la langue qui est commun à toutes. Et cela est un avantage puissant sur la manière de l’acquérir uniquement par la conversation, et tel que seul pourrait faire tourner la balance ; car là où le maître est capable de le parler bien, et il y en a plusieurs, je n’en doute pas, il n’y a rien de comparable de les mettre ensemble. La question est, si grammaire, quelle sorte de grammaire ? Indubitablement une telle qui répond à tous les buts de la grammaire, c’est-à-dire avec laquelle cette langue pourrait être acquise le plus tôt. À cette fin elle doit, premièrement, être générale, autrement elle ne sera jamais suffisante pour l’acquisition de la langue latine. Deuxièmement, elle doit être certaine. Troisièmement, elle doit être simple. Quatrièmement elle doit être aussi brève qu’il le faut pour qu'elle soit générale ou suffisante. À propos de ces trois dernières qualifications, je ne crois pas qu’il y ait dispute. Certitude, brévité et perspicacité étant de tous reconnues comme des constituantes nécessaires d’un tel ouvrage [...].

Ibid.

* Gregorio Mayans I Siscar

1768

Grammatica de la Lingua Latina Libro primero de los rudimentos de la Lengua Latina Partes de la grammatica

En nombre de Dios cantemos

Au nom de Dieu parlons

Reglas de Lengua Latina.

des Règles de la langue latine.

La Grammatica es un’Arte

La Grammaire est un Art

que ensena a bien concordar

qui enseigne à bien accorder

las Partes de la Oracion

les parties du discours

en qualquiera lengua pura.

dans n’importe quelle langue pure.

Ella tiene quatro Partes.

Elle a quatre parties.

La primera Analogia

La première est l’Analogie

Sintaxis es la Segunda.

La syntaxe est la seconde

Es Prosodia la tercera.

La prosodie la troisième

En fin la quarto, Orthopeya.

Enfin, l'orthoépie est la quatrième.

La Analogia por Casos

L’analogie par cas

va declinando los Nombres ;

décline les noms-,

i los Verbos, por Personas.

et les verbes par personnes.

Casos, i Personas llaman

Les cas et les personnes imposent

a las Terminaciones

les terminaisons

de los Nombres, i los Verbos.

des noms et des verbes.

Por la Sintaxis se aprende

Par la syntaxe on apprend

el orden, que han de tener

l’ordre qui doit régner

entre si todas las Partes.

entre toutes les parties.

La Prosodia ensena bien

La prosodie enseigne

la Brevedad, o Largueza,

la brièveté ou la longueur

que cada Silaba tiene.

que chaque syllabe a.

La Orthopeya dà las Reglas

La orthoépie donne les règles

de buena Pronunciacion :

de la bonne prononciation ;

i, si esta bien se escriviere,

Si, elle donne les règles de bien écrire

se llamarà Orthografia,

que trata de unir las letras

elle s’appelle Orthographe

et traite comment unir les lettres

en la devida manera,

de la manière qui se doit

i separarlas de modo,

ou les séparer de façon

que entre si no se confundan.

qu’elles ne se confondent pas entre elles.

Grammatica..., Libro primero
(1768 : 3-4).

Del modo indicativo

Du mode indicatif

LA Oracion de Indicativo,

La Phrase indicative

senala immediatemente

signale immédiatement

el Obgeto de la accion ;

l’objet de l’action ;

i siempre, i expressamente

et toujours et expressément

la verdad, o falsedad

découvre la vérité ou la fausseté

descubre, sin recurrir

sans recourir

a circunstancias algunas.

à quelques circonstances.

El Indicativo Modo,

Le Mode Indicatif

positivamente afirma :

affirme positivement

positivamente niega ;

nie positivement ;

como, Yo grito ;

Comme : Je crie ; Je ne crie pas.

No grito,

Ego clamo ; Ego non clamo,

Ego clamo ; Ego non clamo,

Il sert aussi à noter,

Sirve tambien a notar

les questions des deux choses :

las questiones de ambas cosas,

celles d’affirmer et de nier.

las de afirmar, i negar.

A me amas ? Mais est-ce que tu m’aimes ?

An me amas? Acaso me amas?

An non amas ? Mais est-ce que tu ne m’aimes pas ?

An non amas? Tù no me amas?

[...]

Ibid., Libro segundo (1768 : 254-255).
Trad. franç.
J. A. C.

* Jenkin Thomas Phillips

6

1723

38En enseignant les langues citées ci-dessus, j’ai déjà laissé entendre que j’insistais principalement sur les flexions des verbes et des noms, et sur quelques règles générales de syntaxe, attirant l’attention sur les exceptions et les irrégularités comme elles se présentaient au cours de la lecture, soit pour le genre des noms ou pour la syntaxe. Mais afin que rien n’échappe à notre attention, je faisais lire au garçon, lorsqu’il était déjà assez bien familiarisé avec la langue, après et pas avant, la grammaire correspondante, du début à la fin ; il la lisait alors aussi bien avec profit qu’avec délice. Car une grammaire n’est rien de plus qu’une série de réflexions faites sur une langue ; et elle est de peu ou de nul usage, sauf à ceux qui possèdent, jusqu’à un certain degré, une connaissance de la langue dont elle est la grammaire. Et par conséquent toutes les nations civilisées ont des grammaires pour se perfectionner dans leur langue. Les Grecs, les Romains avaient les leurs, et nous avons les nôtres, pour cultiver la langue anglaise. Mais la grammaire rédigée pour que des jeunes puissent apprendre une langue étrangère, devrait être claire et brève, comprendre les flexions des noms et des verbes et quelques-unes des règles générales les plus utiles ; lesquelles pourraient être écrites ou imprimées facilement sur une face d’une feuille de papier, placées dans un cadre pour l’usage de l’apprenant et ainsi exposer instantanément à sa vue toute l’économie de la langue latine.

A Compendious Way of Teaching [...] (1723 : 69).

Abbé Noël Antoine PLUCHE

6

1751

39[...] les langues n’ont pas été formées par régies, & ne peuvent d’abord s’apprendre par régles.

La mécanique des langues (1751 : 25).

40Vous êtes plein de cette pensée si ordinaire & si apparente, que les régies sont la base d’une langue : mais j’ose vous dire qu’il n’y a point de maxime dont vous ayez plus à vous défendre

Ibid. (42).

* Luis Antonio Vernei (Verney) (dit Barbadinho)

6, 1, 2

1746

Grammaire latine. Latinité

41Après l’étude de la grammaire vulgaire suit celle du latin [...]. Quand on entre dans ce royaume et on voit la quantité de gros livres et les arts qu’il faut étudier rien que pour la grammaire, on est étonné [...].

42La grammaire doit être divisée en deux volumes. Dans le premier doivent être traitées les choses indispensables pour l’étude des choses principales. Dans le second, les réflexions qui sont les plus appropriées pour l’avancement [des élèves] et pour les maîtres, telles que les difficultés grammaticales et les raisons des règles qui paraissent moins communes [...].

43Ce dont je puis assurer V. P. est qu’avec cette méthode on apprend en un an plus de grammaire, que ne savent plusieurs, à qui on l’a enseignée pendant trente ans ou qui y ont passé toute leur vie. Je suis persuadé qu’un homme ne doit ou ne peut posséder toutes les règles qui se trouvent dans la grammaire du Pe Alvarez [le manuel de grammaire utilisé dans les collèges jésuites].

Verdadeiro Método de Estudar (1965 : 31-32).

Noël François Wailly

6

1803 ?

44La Grammaire est l’art de parler et d’écrire. Tout art suppose une méthode et des règles. L’art grammatical est donc le développement méthodique des règles que l’on doit suivre pour rendre ses idées, soit que l’on parle, soit que l’on écrive. Ces règles ont pour base le bon usage, c’est-à-dire, la manière dont les personnes bien élevées, et les bons auteurs ont coutume d’écrire et de parler.

45La Grammaire considère les mots, ou comme des sons qui frappent les oreilles, ou comme des signes de nos pensées.

Principes généraux et pariculiers de la langue françoise [...] (p. 1).

46[...] Pour étudier avec fruit une langue, il suffit d’être en état de décomposer la phrase et de la réduire à ses élémens, le sujet, l’attribut et le mot qui les lie, ou le substantif, l’adjectif et le verbe. Le reste peut être l’objet des recherches du grammairien, mais est le plus souvent fort inutile à l’homme du monde. Aussi, la plupart des traités qu’on offre au public sous le titre fastueux de Grammaire générale, ne sont que des Grammaires particulières à-la-fois enflées et déguisées par quelques lambeaux d’une métaphysique triviale qui, en se traînant sur les idées les plus claires, parvient à les obscurcir.

Ibid, (note de bas de page).

* Noah Webster

6

1807

47La grammaire, comme science, traite des liens naturels entre les idées et les mots qui sont les signes des idées, et développe des principes communs à toutes les langues.

48A Philosophical and Pratical Grammar [...] (p. 7).

Table des illustrations

Légende Grammatica de la Lingua Latina Libro primero de los rudimentos de la Lengua Latina Partes de la grammatica
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search