Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 5. Qu’enseigner ?

Texte intégral

* Joseph Aickin

5, 11, 12

1693

1Une fois que les enfants maîtrisent l’alphabet, il devient nécessaire de leur enseigner la syllabation ; pour y arriver, il faut leur enseigner la différence entre consonnes et voyelles, les diphtongues étant des voyelles doubles, car toutes les syllabes en sont composées. Considérant les défauts des tables de syllabes de tous les manuels d’orthographe, j’ai composé plusieurs grandes tables, dont l’une contient près de 1360 syllabes, que vous devez amener les enfants à apprendre à la perfection. Ensuite, leur enseigner les tables des mots monosyllabiques ; à quoi j’ai ajouté une table alphabétique de mots illustrés de leurs images pour imprimer dans leur mémoire la vraie notion de la lecture de ces syllabes ; que les enfants, avant de quitter cette section, apprennent à émettre la véritable force de chaque syllabe avant d’énoncer chaque lettre de la syllabe séparément. Ensuite leur enseigner le traité sur les diphtongues et leurs sons véritables dans les mots. Afin de leur enseigner à épeler ou à diviser les mots polysyllabiques, vous devez procéder comme suit : puisqu’ils sont capables de prononcer une syllabe sans en nommer les lettres, prenez une baguette ou une plume et posez-là sur la dernière lettre d’un mot de deux syllabes et faites-leur prononcer le son de la dernière syllabe et indiquez-leur oralement la règle de division des syllabes : ainsi, par exemple, dans le cas du mot « kingdom » (royaume) posez votre règle sur le « g » et dites que quand deux consonnes sont au milieu d’un mot, la première consonne appartient à la première syllabe et l’autre à la dernière syllabe ; appliquez cette méthode pour les autres mots et vous constaterez que les enfants vous libéreront rapidement de l’obligation de pointer. Et ce sera là une règle mille fois plus facile et plus rapide que d’avoir à leur dire de lire des tables de mots entrecoupés de traits d’union. C’est grâce à ces soins que le maître inculquera la bonne méthode d’épeler. Et, afin que les enfants réussissent à lire sans épeler, j’ai ajouté deux longues tables de mots polysyllabiques, une table de mots illustrés par leurs images, pour que s’imprime dans leurs mémoires la véritable notion de la lecture et de la compréhension. Car la seule vision de la représentation des choses suggère leur nom et leur indique comment le mot doit être lu : car il m’est arrivé souvent d’avoir du mal à amener les enfants à la lecture, alors qu’ils savaient épeler admirablement.

The English Grammar (1693 : Préface).

Pierre Chompré

1751

2Rendez d’abord l’enfant maître de cette signification de chaque mot ; voilà le premier pas. Faites-lui dire ensuite le sens de la phrase, selon l’ordre naturel du français, voilà le second. Enfin vous expliquerez la structure grammaticale de chaque pièce. Voilà le troisième et dernier pas.

Introduction à la langue latine par la voie de la traduction (1751 : 10), in Chevalier (1968 : 662).

Charles François Dominique De Villers

5

1797

3Quelle est donc la marche à suivre pour enseigner une langue ? [...] Que le maître inculque dans la mémoire de son écolier force mots de sa langue : qu’il lui présente ensuite avec discrétion une idée générale, c’est-à-dire, une règle de la grammaire, quand il en croira l’instant venu ; ou plutôt encore qu’il amène doucement l’écolier à réfléchir et à généraliser lui-même. Celui-ci sera bientôt aussi habile que son maître, et à mesure qu’il apprendra la langue, il se trouvera capable d’en composer la grammaire [...].

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1889 : 86).

4Je voudrais qu’à chaque fois qu’il se rencontrerait de ces façons de parler où le tour des deux langues diffère essentiellement, le maître vous expliquât les raisons qui font dire aux Français d’une façon, ce que les Allemans disent d’une autre. Ces locutions particulières ont toujours leur source, ou dans le génie et l’harmonie propres à la langue, ou dans les mœurs, les usages, le caractère, l’histoire de la nation [...].

5De plus, Mademoiselle, j’engagerais votre maître de langue à vous faire toujours bien remarquer ce qui est du langage figuré, ou ce qui est au propre. Je voudrais qu’il vous fît observer, à mesure qu’elles se présenteraient, les différentes sortes de figures, comment un même mot reçoit deux, trois, et quelquefois plus de sens différens, car voilà ce qu’on entend par les figures des mots ; comment, et par quelles liaisons d’idées, un mot peut ainsi passer d’une signification à une autre. — Vous dirés que j’exige beaucoup ? Mais, encore une fois, les mots ne sont que les signes sensibles des idées. On ne vous fait retenir que de vains sons, si l’on ne vous fait pas attacher une idée bien claire à chaque mot qu’on vous apprend. — Une telle étude, croyés-moi d’ailleurs, serait plus attachante, et plus profitable cent fois, que celle des conjugaisons, et de toutes les difficiles bagatelles de votre grammaire.

6Ce n’est pas tout. Je voudrais qu’on vous fît remarquer dans la composition des mots d’une langue, la composition des idées ; qu’on vous fît remonter aux racines, quand cela se pourrait ; qu’on vous indiquât légèrement les sources où sont puisés les mots empruntés des langues anciennes, ou des nations voisines ; tout cela avec réserve, sans tomber dans l’arbitraire, sans donner dans les opinions systématiques ; mais seulement autant qu’il en faudrait pour mieux vous rendre raison du fond et du génie particulier de la langue.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 : 89-90).

Denis Diderot

1773 ?

7C’est une grande question de savoir si la seule étude des langues anciennes vaut le temps qu’on lui consacre et si cette époque précieuse de la jeunesse ne pourrait pas être employée à des occupations plus importantes. Soit raison, soit préjugé, je croirai difficilement qu’on puisse se passer de la connaissance des Anciens. Cette littérature a une consistance, un attrait, une énergie, qui feront toujours le charme des grandes têtes. Mais je pense que l’étude des langues anciennes pourrait être abrégée considérablement et mêlée de beaucoup de connaissances utiles. En général, dans l’établissement des écoles, on a donné trop d’importance et d’espace à l’étude des mots, il faut lui substituer aujourd’hui l’étude des choses. Je pense qu’on devrait donner dans les écoles une idée de toutes les connaissances nécessaires à un citoyen depuis la législation jusqu’aux arts mécaniques qui ont tant contribué aux avantages et aux agréments de la société.

Cité par A. Billy (1932 : 370).

César Chesneau Du Marsais

5, 6

1722

8Après que nos jeunes éléves se sont exercez dans la routine qu’on vient d’expliquer, on leur aprend le mécanisme de la construction, en faisant pour ainsi dire l’anatomie de toutes les phrases, et en leur donnant une idée juste de toutes les parties du discours, selon les principes de la grammaire raisonnée.

9Ceux qui disent que le nom substantif est celui devant lequel on peut mettre le ou la, n’en donnent point une idée qui soit prise du fond des choses, et par conséquent ne suivent point la grammaire raisonnée, selon laquelle il faudrait dire que le nom substantif est un mot qui signifie une substance, ou quelque chose qui est regardée comme subsistant.

10Nos éléves aprennent la grammaire selon cette idée. On leur explique toutes les parties du discours, le nom, le verbe, etc. On leur fait connoître la raison des cas ; le nominatif c’est lorsque l’on nomme le sujet de la proposition ; l’accusatif est le cas où l’on met ce qui est le terme ou l’objet de l’action que le verbe signifie, etc. et voilà toute la syntaxe. Ce n’est point le verbe qui gouverne les cas, c’est le sens.

11Or j’espère faire voir dans ce discours que cette méthode est à la portée des jeunes gens qui ont passé par notre routine, et que la méthode ordinaire demande beaucoup plus d’attention et de contention d’esprit.

Exposition d’une méthode raisonnée [...] (1971 : 27-28).

* Benjamin Franklin

5

1749

12À propos de leurs études, il serait souhaitable qu’ils soient instruits en toute chose utile et toute chose ornementale. Mais l’art est long et leur temps bref. Il est donc proposé qu’ils apprennent ces choses qui seront probablement les plus utiles et les plus ornementales en tenant compte des différentes professions auxquelles ils se destinent.

13Tous devraient apprendre à écrire joliment et promptement car cela est utile à tous [...].

14[...] Lorsqu’on dit aux jeunes, que les grands hommes, dont ils apprennent en histoire la vie et les actions, parlaient deux des meilleures langues qui aient jamais existé, les plus expressives, riches et belles ; que les écrits les meilleurs, les compositions les plus achevées et les productions les plus parfaites de l’esprit humain et de la sagesse, se trouvent dans ces langues, qui ont duré pendant des âges et qui dureront aussi longtemps qu’il y aura des hommes ; qu’aucune traduction ne peut leur rendre justice ou offrir le plaisir que l’on éprouve en les lisant dans l’original ; que ces langues contiennent toute la science ; qu’une d’elles est devenue presque universelle, étant la langue des savants de tous les pays ; que les comprendre est une marque de distinction, etc., peut-être cela les rendra-t-il désireux d’apprendre ces langues et de s’appliquer à les apprendre. Tous ceux qui se destinent à la théologie devraient étudier le latin et le grec ; ceux qui se destinent à la médecine le latin, le grec et le français ; au commerce le français, l’allemand et l’espagnol. Et quoique tous ne devraient pas être forcés d’apprendre le latin, le grec ou les langues étrangères, aucun de ceux qui expriment un désir ardent de les apprendre ne devrait en être empêché, à condition que leur anglais, l’arithmétique, et autres études absolument nécessaires, ne soient pas négligées pendant ce temps.

Projet de Programme d’études de l’Académie de Pennsylvanie.

Fridrich Gedike

5, 1,2

1756

Les premiers échelons d’un savoir universel

15172. Le français est à peu près la première langue que doit maîtriser celui qui aspire à dépasser la médiocrité dans sa vie et dans quelque genre littéraire.

16173. L’italien, à peine moins nécessaire, est facile quand on connaît le latin et le français.

17174. Nous les conseillons à ceux qui veulent les étudier toutes les deux à l’Académie.

18175. Un maître compétent et animé leur apprendra la prononciation. Ils l’écouteront lire en l’observant avec soin, puis ils liront en sa présence.

19176. En même temps, ils se rendront familiers avant tout avec les formes des noms, ainsi que les articles, les pronoms, les verbes et les auxiliaires, et aussi avec les exceptions.

20177. Dans toutes les langues, ce sont là les éléments les plus fréquents.

21178. Ils observeront les ressemblances dans la dérivation du latin.

22179. Au début, ils liront des textes qu’ils comprennent par interprétation directe et autrement ; rarement auront-ils des maîtres pour les interpréter correctement.

23180. Ils s’attacheront à un livre unique, bien adapté à eux et à leurs études. Ils le liront souvent. Ils en observeront chaque mot, pour en faire une base et un modèle.

24181. Ils liront d’autres livres couramment. Ils se contenteront d’y revenir plus tard, si quelque phrase risque de ralentir leur lecture.

25182. Ils noteront les phrases où ils achoppent et les soumettront au maître.

26183. Quand ils sont avec le maître, ils lui présenteront ces cas avec discrétion de peur, à la fin, de l’empêcher d’avancer.

27184. Même l’anglais peut de nos jours ouvrir des trésors d’érudition.

28185. Ils feront la comparaison avec l’allemand, de la manière déjà décrite.

29186. Du latin ils décèleront des traces en espagnol.

30187. De l’allemand, des rejetons en belge, en danois, en suédois, au hasard des livres et des lectures.

Primae lineae Isagoges in eruditionem universalem
(3e éd., 1774). Trad. franç. M. de Grandpré.

Jean Goebel

5

1798

31Veut-on nous faire bien connoître les principes et les secrets de la langue allemande ? Il faut comparer son génie avec celui de la nôtre, et puiser dans les sources du bon sens, les explications des détails qui nous sont étrangers ! C’est ce que l’auteur a essayé de faire.

Grammaire [...] de la langue allemande (2e éd., 1798 : 4).

* Thomas Jefferson

5

 ?

32[...] Un professeur est proposé pour les langues anciennes, en particulier le latin, le grec et l’hébreu ; mais ces langues étant le fondement commun de toutes les sciences, il est difficile de prévoir ce que sera l’importance de cette école. En même temps on ne saurait susciter une plus grande obstruction à l’étude assidue que la présence [dans ces classes], les intrusions et la turbulence bruyante d’une multitude de jeunes garçons. Et s’il faut les placer ici pour les rudiments des langues, ils pourraient être si nombreux que son caractère et sa valeur comme université se confondent avec ceux d’une Grammar school. Il est donc fort à souhaiter que les écoles préliminaires [spéciales], privées ou publiques qui préparent les étudiants à entrer à l’Université, soient réparties en districts à travers l’État.

33[...] Dans ces écoles de district ou collèges, les garçons devraient être mis en mesure de lire les auteurs les plus faciles, latins et grecs. Ce serait utile et suffisant pour ceux, nombreux, qui ne sont pas destinés à une formation universitaire. On pourrait aussi y enseigner la grammaire anglaise, les niveaux supérieures de l’arithmétique [...].

Thomas Jefferson and Education in a Republic,
in Arrowood (dir.) (1930 : 145-147).

Jean-Pons-Victor Lecoutz de Lévizac

5

1801

34En général, on oublie trop, dans l’enseignement des langues, que toutes les connoissances humaines se tiennent et portent sur une base commune, et que cette base est la grammaire. On doit donc, dans cet enseignement, ne perdre jamais trois objets de vue, savoir, les qualités logiques du discours, ses qualités grammaticales, et ses qualités de goût.

L’art de parler et d’écrire [...] (1801 : Introduction, 19-20).

Charles Lhomond

1780

35La Métaphysique ne convient point aux enfants. À cet âge, on est bien plus capable d’être guidé que d’être éclairé dans ces sortes de matières. On peut se proposer deux choses dans l’étude d’un Langue : 1) de connaître l’Usage ; ce qui se réduit à ce fait : voilà comme on s’exprimait chez tel peuple ; 2) de connaître la raison de cet usage. La première connaissance, celle du fait, suffit pour entendre les auteurs, et elle est certainement la seule qui convienne à la faible intelligence des enfants.

Éléments de la grammaire latine (Préface).

Éléazar Mauvillon

5

1754

36[L’accueil que le public a fait à ses autres ouvrages le] fait espérer qu’il recevra favorablement un traité complet d’une Langue qui mérite peut-étre par bien des endroits, qu’on en ait plus qu’une connoissance superficielle.

37On trouvera difficilement ailleurs un aussi grand nombre d’observations sur la prononciation, sur l’orthographe & la prosodie, c’est aussi ce qui m’a donné le plus de peine, 8c que j’ai le plus travaillé ; car voulant enseigner cette partie de la Langue à ceux même qui n’en ont pas d’idée, il m’a fallu entrer dans des détails infinis, 8c réduire en règles ce qui souvent n’est que l’effet du caprice. Le Traité de la Syntaxe ne m’a pas moins coûté par le peu de secours que j ai trouvé dans nos grammairiens les plus célèbres, qui ont presque négligé cette partie, supposant avec raison que ceux, pour qui ils écrivoient n’avoient que faire de lire ce qu’ils savoient déja. En effet qui est-ce qui ignore l’arrangement des mots dans sa langue maternelle ? C’est aussi pour la même raison qu'ils n'ont parlé que très-succinctement de l’usage des adverbes, des prépositions & des conjonctions, sur quoi je me suis étendu davantage pour l’utilité des Lecteurs que j’ai principalement en vue. Voila à peu près tout ce que j’avois à dire sur la partie théorique de mon ouvrage : venons à la partie pratique. Je serai court. Je crois sans trop me flatter que c’est un morceau unique en son genre. Au lieu de ces dialogues plats & puérils, de ces prétendus bons mots dont on a renforcé les Grammaires françoises faites & imprimées en Allemagne, en Espagne, en Angleterre, &c. je donne d’abord un petit dictionnaire des arts & des termes de la conversation familière. De-là je fais voir de quelle manière on doit lire nos livres pour les lire avec fruit.

38[...] Après avoir montré la manière de lire nos auteurs avec fruit ; je fais voir comme on doit traduire des autres Langues en François ; & enfin comme on peut s’y prendre pour composer sur un sujet quelconque.

Cours complet [...] (t. I : Préface).

* Thomas Jenkin Philipps

5

1723

39[...] À ce moment, le garçon s’était fait une bonne idée de la langue latine ; alors je mettais entre ses mains un Térence en anglais, qu’il lut en moins de trois mois. De la même manière et pendant les heures de loisir je lui enseignais à lire le français. Et lorsqu’il acquit la prononciation, il travailla quelque temps, comme il avait fait plus tôt pour le latin, à maîtriser les verbes et les noms ; ensuite il commença à apprendre les phrases dans une autre colonne de la Janua Linguarum [de W. Bathe]. Phrases qu’avec l’aide du latin il maîtrisa en très peu de temps ; de sorte qu’avant la fin de la première année il pouvait traduire en anglais les Fables de La Fontaine et me faire un rapport sur le texte du ministre du culte français qu’il avait entendu et sur une partie du sermon, car je lui imposais de ne jamais manquer l’Église française, afin qu’il s’habitue au vrai accent de cette langue. Dans le même volume, dans différentes colonnes, il y avait les mêmes phrases en italien, en espagnol, en grec et en hébreu. Il les apprit toutes, comme il l’avait fait pour le latin et le français, prenant garde cependant à ne jamais commencer une nouvelle langue avant d’avoir fait un progrès considérable dans la dernière. Et afin de faire cela de façon plus efficace, je l’obligeais à écrire lisiblement les douze cents sentences [de la Janua de Bathe] dans le même ordre où il les avait apprises.

40Je pensais alors qu’il était temps de lui enseigner les choses aussi bien que les mots ; ce qui nous donnerait un levier pour en même temps améliorer le latin et c’est ainsi que je lui montrai un globe terrestre [...].

A Compendious Way of Teaching [...] (1723 : 68).

Pierre Restaut

1730( ?)

41Le moyen qui m’a paru le plus convenable pour former le cœur en même tems que le langage, a été de ne rien mettre que d’instructif dans les exemples qu’il m’a falu apporter à la suite des regles de la Grammaire. J’en ai employé fort peu d’indifférents, & il n’y en a presque pas qui ne renferme un point de religion ou de morale, un trait d’histoire ou de science. Ce qui poura encore contribuer à faire mieux entendre les regles, & à en rendre l’étude moins ennuyeuse.

Avertissement sur la seconde édition des Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise (p. xviii).

Charles Rollin

5

1725

De la connaissance des règles

42Comme les premiers éléments du discours sont communs, jusqu’à un certain point, à toutes les langues, il est naturel de commencer l’instruction des enfants par les règles de la grammaire française, dont les principes leur serviront aussi pour l’intelligence du latin et du grec, et paraîtront beaucoup moins difficiles et moins rebutants, puisqu’il ne s’agira presque que de leur faire ranger dans un certain ordre des choses qu’ils savent déjà, quoique confusément.

43On leur apprendra d’abord les différentes parties qui forment un discours, comme le nom, le verbe, etc. ; puis les déclinaisons et les conjugaisons ; ensuite les règles les plus communes de la syntaxe. Quand ils seront un peu rompus par l’habitude dans ces premiers éléments, on leur en fera voir l’application dans quelques livres français, et l’on sera exact à leur demander raison de tous les mots qui s’y rencontreront.

44Il faut les accoutumer de bonne heure à bien distinguer les points, les virgules, les accents, et les autres notes grammaticales qui rendent l’écriture correcte, et commencer par leur en expliquer la nature et l’usage. Il faut aussi leur faire articuler distinctement toutes les syllabes, surtout les finales. Il est même nécessaire que le maître étudie avec attention les différents défauts de langage ou de prononciation qui sont particuliers à chaque province, et quelquefois même aux villes qui se piquent le plus de politesse, pour les faire éviter aux enfants, ou pour les en corriger. On ne peut dire combien ces premiers soins leur épargneront de peine dans un âge plus avancé.

45À mesure que les enfants croîtront en âge et en jugement, les réflexions sur la langue deviendront plus sérieuses et plus importantes. Un maître judicieux saura faire bon usage des savantes remarques que tant d’habiles gens nous ont laissées sur ce sujet. Mais il en faudra faire un choix, et écarter tout ce qui serait ou peu usité, ou au-dessus de la portée des jeunes gens. Des leçons suivies et longues sur une matière si sèche pourraient leur devenir fort ennuyeuses. De courtes questions, proposées régulièrement chaque jour comme par forme de conversation, où l’on les consulterait eux-mêmes, et où l’on aurait l’art de leur faire dire ce qu’on veut leur apprendre, les instruiraient en les amusant, et, par un progrès insensible, continué pendant plusieurs années, leur donneraient une profonde connaissance de la langue.

Traité des études (édition 1883, t. I : 109-110).

1719 ?

46[...] Si nos écoles sont ouvertes à la jeunesse, c’est pour que son esprit cultivé et préparé par les lettres, puise dans leur commerce cette finesse et cette urbanité nécessaires à tous les emplois de la vie ; de là le nom d’humanités donné à l’objet de nos études. Que faisons-nous pour atteindre ce but ? Nous offrons à nos élèves les écrits de l’Antiquité ; ils se familiarisent parmi nous avec ces hommes immortels qui sont, sans aucun doute, les plus sûrs des maîtres, et leur âme se forme et se nourrit par une lecture assidue de leurs ouvrages. Mais à ces grands modèles nous joignons ce que notre siècle, ce que notre pays a produit d’excellent dans chaque genre, et nous évitons qu’on ne puisse nous reprocher d’être, après tant d’études, étrangers dans notre patrie. Cette variété de connaissances, quelle que soit son étendue, n’est encore que la base de l’éducation que nous devons à la jeunesse. Le goût, ce sentiment délicat qui saisit toujours le véritable beau, est le fruit le plus précieux des études ; tous nos efforts se portent donc à l’inspirer aux disciples qui nous sont confiés. Estimer les choses plus que les mots ; préférer les pensées aux figures qui leur servent d’ornement ; trouver dans un jugement sain des ressources contre la dangereuse douceur de ce style recherché qui ne plaît à la jeunesse que parce qu’il est aussi léger qu’elle-même ; rejeter ces vaines lueurs qui frappent sans éclairer ; enfin, s’attacher de préférence aux auteurs dont l’expression pure et pleine de vigueur peut faire connaître cette élégance simple, qui est le coloris de la nature ; voilà, MM. les impressions que nous travaillons à communiquer à la plus tendre enfance, en sorte que l’esprit ne semble devoir qu’à lui-même ce qu’il doit à une heureuse habitude, et s’ouvre sans peine à tous les genres de travail qu’on lui destine dans le cours de la vie. C’est le propre en effet, soit des lettres humaines, dont je parle ici, soit des arts plus relevés qui y mettent le comble, je veux dire la Philosophie et les Mathématiques, que ces belles connaissances, lors même qu’elles ne se montrent pas à découvert dans le sujet que l’on traite, et qui leur est étranger, agissent néanmoins par une vertu secrète, et se font sentir dans celui qui parle ou qui écrit, de manière que le citoyen dont l’esprit a été cultivé par des arts si dignes de l’homme, imprime à tout ce qu’il fait une grâce qui le trahit en quelque sorte, et qui fait connaître malgré lui l’éducation qu’il a reçue dans ses premières années.

Discours sur l’établissement de l’instruction gratuite,
traduit par M. H. Avocat, cité par Antoine (1874 : 244-246).

* Thomas Ruddiman

5, 3

1811 ?

47Pour rendre mon dessein d’un usage plus général, j’ai été obligé de recourir à cet expédient, qui a produit un inconvénient, à savoir, que le livre a ainsi gonflé en un volume bien plus grand que je ne souhaitais ou que peut-être certains voudront excuser, quoique les raisons soient si évidentes, qu’il est inutile de les citer. Je reconnais avoir été plus verbeux dans les notes que la nature des Rudiments ne semble l’exiger, mais je suppose qu’on n’y trouve rien de plus que ce qui pourrait être utile au maître ou à l’élève. Et comme il n’était jamais de mon intention qu’on leur enseigne tout ou une partie de ce qui se trouve dans les notes avec le même soin que dans les Parties Essentielles, j’ai cru qu’ils pouvaient en être dispensés d’autant plus facilement. Il y a encore une chose qui les a augmentées considérablement, ce sont les remarques que j’ai ajoutées sur les noms, les pronoms et les verbes anglais ; je les ai jugées utiles à deux titres : premièrement, elles servent à illustrer la Grammaire Latine dont nous recevons les premières notions et impressions dans la langue que nous-mêmes parlons. Deuxièmement, parce que le plus grand nombre de ceux à qui on enseigne le latin, en recueillent peu d’autre profit que celui de pouvoir parler et écrire en anglais avec une plus grande exactitude. J’ai pensé alors qu’il ne serait pas mauvais d’y ajouter quelque chose qui serve à ce but [...].

Rudiments of the Latin Tongue [...] (1811 : Préface).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search