Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 4. Le rôle de la mémoire

Texte intégral

Pierre Bayle

4

1675

1J’oubliois une chose essentielle, c’est qu’il faut cultiver sa mémoire le plus soigneusement qu’il est possible, car c’est la maîtresse-rouë dans les lettres. Apprenez donc souvent par cœur les plus beaux endroits des Poètes.

Nouvelles lettres (t. I : 133-134), cité par Dainville (1951 : 24-25).

Claude Buffier, S. J.

4

1709

2Afin d’imprimer encore davantage ces regles dans l’esprit ; il sera bon de composer chaque jour dans la langue qu’on apprend, quelques lignes où se rencontrent les diverses constructions grammaticales qu’il s’agit de retenir : & comme il reste ordinairement quelques dificultez, on les marquera sur un papier, afin de se les faire expliquer, & de composer plusieurs fois des Thêmes où entrent ces dificultez, & de s’y familiariser. Il arrivera même très souvent qu’elles s’éclairciront bien-tôt par l’usage, sans chercher d’autre secours.

3Quand on aura lu ainsi environ cinquante pages d’un livre, c’est-à-dire, autant qu’il faut pour avoir vu la plus grande partie des mots François qui entrent dans le commerce ordinaire des honnêtes gens, il sera à propos de les repasser plus d’une fois avec la traduction, jusqu’à ce qu’on retienne, ou du moins qu’on se remette aisément leur signification. Ceux qui auraient assez de facilité de mémoire pour aprendre par cœur quelques pages de la sorte avec la traduction, en tireraient un avantage plus grand & plus prompt : mais il ne faut pas sur cela se donner aucun effort d’imagination : car par tout où l’on veut trop contraindre l’esprit, on le rend incapable de prendre plaisir à s’exercer : & s’il ne goûte ce plaisir, toutes ses études, au lieu de lui servir, ne feront que le rebuter.

Grammaire françoise [...] (1709 :42-44).

Emmanuel Kant

4

1803

4[...] La mémorisation est très nécessaire, mais il ne convient pas d’en faire un simple exercice, comme, par exemple, lorsqu’on fait apprendre des discours par cœur. Dans tous les cas cela ne sert qu’à donner de l’assurance et d’ailleurs la déclamation est une chose qui n’est propre qu’aux hommes. Au même genre appartiennent toutes les choses qu’on n’apprend qu’en vue d’un futur examen ou pour les oublier ensuite, in futuram oblivionem. On ne doit occuper la mémoire qu’avec les choses que nous avons un intérêt à conserver et qui possèdent une relation à la vie réelle.

Réflexions sur l’Éducation (1980 : 113-114).

5On doit cultiver la mémoire de bonne heure, tout en cultivant en même temps l’entendement.

6La mémoire est cultivée : 1) en retenant des noms dans les récits ; 2) par la lecture et l’écriture ; il faut exercer les enfants à faire ces deux dernières choses de tête, sans recourir à l’épellation ; 3) par les langues auxquelles les enfants doivent être initiés d’abord en les entendant, avant d’en venir à en lire quelque chose. Ce que l’on nomme un orbis pictus, s’il est bien fait, rendra ensuite de bons services, et l’on peut commencer par la botanique, la minéralogie, et l’histoire de la nature [Naturbeschreibung] en général.

Réflexion sur l’Éducation (1980 : 114-115).

* Jenkin Thomas Philipps

4

1723

7[...] Et le garçon ayant acquis une connaissance générale de la nature, des sortes, des propriétés et des flexions des noms et des verbes, je lui faisais expliquer quelques sentences de la Janua linguarum [de William Bathe publié à Salamanque en 1611], un ouvrage qui contient la plupart des mots latins, condensés dans 1200 courtes phrases en anglais et en latin ; il n’avait donc pas besoin d’aller à la « chasse » des mots dans le dictionnaire. Car le plus souvent, l’absence de familiarité avec le génie de la langue latine, fait que les jeunes débutants choisissent les mots les plus impropres, ce qui donne au maître un travail et une peine de plus pour les classer correctement. Ainsi ils gaspillent misérablement leur temps à errer dans le labyrinthe des mots du dictionnaire qui se prononcent de manière semblable mais ont des significations très différentes, faute de compétence dans le choix de ceux qui conviennent à leur dessein. Je suis bien convaincu que si le Testament latin était publié avec une traduction anglaise littérale interlinéaire, les hommes d’affaires, qui ont du temps de libre, s’ils passent une seule semaine ou quinze jours à apprendre les verbes et les noms, peuvent en moins de temps que je ne puis l’exprimer ici, parvenir à l’entendement de n’importe quel auteur latin en prose. Si certains auteurs classiques étaient ainsi publiés, on rendrait un bon service au public.

8Ces Messieurs qui suivent la tradition des anciens, disent que cela n’est rien d’autre qu’apprendre la leçon par cœur, et, moi, je le dis aussi. Car toutes les langues sont apprises de cette manière et pas autrement. Et il y a toutes les raisons du monde de rendre le chemin aussi facile que possible aux jeunes voyageurs, ce qui se fait avec cette méthode. Car elle n’emploie que la mémoire, et ils avancent lentement, sans heurts sur leur route ou perte de temps, et avec beaucoup de plaisir à trouver leur affaire si facile, alors qu’on la rend si inextricablement compliquée à tant d’autres garçons.

9Tout cela est tellement simple et d’une évidence indéniable, que je connais beaucoup d’hommes qui ont appris plusieurs langues sans l’aide d’un maître, d’une grammaire ou d’un dictionnaire, rien qu’en comparant leur Testament dans une langue qu’ils connaissaient déjà avec le Testament imprimé dans la langue qu’ils désiraient apprendre.

A Compendious Way of Teaching [...] (1723 : 61-65).

* Thomas Ruddiman

4

1714

10[...] Ce qui m’a le plus découragé dans cette entreprise [rédiger un nouveau manuel des rudiments du latin dépourvu d’erreurs], c’était les divergences d’opinion des grammairiens, les débats et les disputes animés concernant la méthode d’instruction et la façon la plus appropriée de communiquer la langue latine à d’autres de la manière la plus facile et la plus rapide. Ce serait presque une tâche sans fin que de compter les différents schémas conçus à cet effet ; c’est pourquoi je ne m’engagerai pas sur ce sujet plus qu’il ne me semble nécessaire pour donner à mon lecteur une vue claire et distincte des raisons qui m’ont fait choisir la méthode que j’ai suivie.

11J’ai constaté depuis longtemps, que ceux de notre pays dont l’affaire est de diriger les études des jeunes, sont grandement divisés sur ce qu’une Introduction à la grammaire latine devrait contenir et en quelle langue ses préceptes devraient être transmis. Certains sont en faveur de les contracter à l’extrême et de ne charger la mémoire de l’apprenant qu’avec ce qui est essentiel et absolument nécessaire ; tandis que d’autres soutiennent que cela serait trop général et insuffisant pour diriger la pratique sans y ajouter plusieurs règles particulières. En outre, bien que la majorité préfère communiquer dans une langue connue les premiers principes de grammaire, il y en a plusieurs, dont quelques personnes distinguées, qui sont favorables au maintien du latin, car si, au début, il crée des difficultés à l’apprenant, il laisse une impression plus durable sur son esprit et l’habitue de manière plus directe à parler en latin, pratique courante dans nos écoles. Il paraissait presque impossible de satisfaire tant d’opinions différentes ; cependant la méthode que j’ai choisie me semble la plus juste. Car j’ai réduit la substance de ces rudiments en une sorte de texte, et j’en ai donné une version en latin et une anglaise, laissant au choix et à la discrétion du maître la version à utiliser. Et afin qu’aucun ne se plaigne que le texte est trop succinct, j’ai ajouté des notes, qui, je suppose humblement, corrigeront ce défaut.

Rudiments of the Latin Tongue [...] (1714/1811 : iv-v).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search