Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 3. Le rôle de la langue maternelle

Texte intégral

* Joseph Aickin

1693

1Messieurs, il serait à désirer que tout savoir soit enseigné dans la langue maternelle. Les jeunes pourraient alors, dans leurs jeunes années, non seulement absorber les sciences inférieures, mais encore la philosophie, la théologie et le droit, et se rendre utiles à l’Église et à l’État en moins de temps qu’il ne leur faut à présent pour acquérir les langues. Si cela devenait possible, les maîtres d’anglais seraient l’objet d’une plus grande vénération et leurs moyens d’existence s’accroîtraient de beaucoup. Mais l’on ne pourra atteindre cela tant que, par votre attention et votre industrie particulières, il n’aura pas été inventé des termes anglais propres à toutes les sciences ; tant que le préjudice vulgaire lié à la difficulté d’apprendre n’aura pas disparu (grâce à vos méthodes faciles), tant que l’on n’aura pas découvert que la langue anglaise est suffisamment riche par elle-même pour exprimer toute notion et toute chose ; mais plus encore tant que les gens ne verront pas qu'elle peut être acquise parfaitement sans recours à la langue latine, dont ils sont tellement appréciatifs, alors que la langue anglaise est bien plus riche qu’elle. En outre, c’est la langue la plus facile à enseigner et à apprendre au monde.

The English Grammar (Preface).

Pierre-Nicolas Chantreau

3, 2

1781

2Ceux qui auraient à entreprendre une carrière littéraire ont besoin de savoir la langue latine (dit le Prologue de la Grammaire Royale Espagnole, page 4) et ils y parviendront avec plus de facilité, s’ils ont appris auparavant dans leur propre Grammaire les principes qui sont communs à toutes les langues. Cet avis, conforme aux procédés de la nature, est le même que celui qui a été adopté depuis maintenant quelques années par l’Université de Paris, laquelle fait commencer les études par celle de la langue française.

3Note : Ce qui se vérifie en ce que dit Mr. de Wailli dans sa dédicace à l’Université de Paris : Comme l’expérience vous a appris que les éléments, et la plupart des règles du discours, sont communs à toutes les langues, c’est par les principes du français que vous commencez vos instructions. L’étude par ce moyen ne rebuta pas les jeunes gens ; parce que pour leur apprendre les règles de la langue maternelle, il ne s’agit que de les rendre attentifs à des choses qu’ils savent déjà confusément ; et quand ils connoissent les principes de leur langue, il leur est aisé d’en faire l’application à celle d’Athènes ou de Rome.

Arte de hablar bien francés (Préface).

César Chesneau Du Marsais

3, 2, 9, 7

1729

4[...] dans la pratique de l’explication qui se fait de vive voix, on doit faire observer avec soin les diférences principales des deux langues [latin, français], et raporter les remarques les plus importantes, que nos grammairiens ont faites sur la langue françoise. Il est honteux de ne sçavoir pas écrire en sa propre langue. Les maîtres doivent corriger exactement les fautes d’ortographe et de construction, et surtout celles qui sont contraires à la justesse et à la netteté du stile.

Les véritables principes [...] (1971 : 218).

3, 2, 9, 7

1729

5Comencés donc par l’interprétation interlinéaire ; elle vous fournira bientôt de la matiére pour les régies, et vous aurés le double avantage de faire l’aplication de ces régies, également sur le latin et le françois.

6[...] on peut fort bien comencer d’abord par en faire l’aplication sur des exemples françois, et passer en même tems aux exemples latins ; mais il ne s’ensuit pas de-là qu’on doive comencer séparément par la Grammaire françoise pour revenir ensuite à la latine ; ces deux études ne se nuisent point l’une à l’autre, au contraire, elles se soutiennent. Ainsi, je crois que ce serait un tems perdu de se restreindre à ne parler d’abord que du françois.

Ibid. (220).

7Le bon usage, c’est la manière ordinaire de parler des honnestes gens de la nation... j’entends les personnes que la condition, la fortune ou le mérite élèvent au-dessus du vulgaire, et qui ont l’esprit cultivé par la lecture, par la réflexion et par le commerce avec d’autres personnes qui ont les mêmes avantages.

Cité par D. Trudeau (1992),
dans la page liminaire sans références bibliographiques.

* Benjamin Franklin

3

1749

8Instruits de cette manière, les jeunes quittant cette école [à la fin de la sixième année de l’« English school »] seront aptes à apprendre tout métier, vocation ou profession, à l’exception de ceux qui exigent la connaissance des langues ; et, quoique ne connaissant pas une langue étrangère ou une langue ancienne, ils seront maîtres dans leur langue propre, ce qui est d’un usage plus immédiat et plus général ; et ils auront acquis, de la sorte, de nombreuses autres compétences de valeur ; le temps passé en général à l’acquisition de ces langues — souvent sans succès — ayant été consacré, ici, à poser les fondements d’un savoir et d’une habileté qui, convenablement améliorés, les qualifieront pour réussir et remplir différentes fonctions dans la vie civile, avec profit pour eux-mêmes et leur pays.

Proposais [...] (1749 : 129).

* Richard Johnson

3

1706

9Je l’ai rédigé [Grammatical commentaries] en anglais, car il sera plus facile à comprendre à plusieurs de ceux qui auront l’occasion de le consulter et particulièrement aux garçons qui, comme j’ai souvent constaté, sont mis à quia par la grammaire latine. Et je considère comme une faute impardonnable de notre méthode ordinaire, d’enseigner à un novice les règles latines en latin. Pour qu’il réussisse jamais à les comprendre il doit les traduire d’abord du latin en anglais. Si elles étaient rédigées uniquement en anglais il les aurait comprises bien plus rapidement.

Grammatical Commentaries [...] (1706 : Preface).

Jean-Pons-Victor Lecoutz de Lévizac

3

1801

10C’est donc dans une grammaire écrite en françois que l’on doit étudier les principes de cette langue.

L’art de parler et d’écrire [...] (1801 introduction, 5).

3,6

1801

11La seconde cause [de mauvais résultats des élèves] n’étoit pas moins funeste aux progrès des jeunes personnes que la précédente [mauvais maîtres]. Elle avoit son principe dans l’usage où l’on étoit, et où l’on est encore dans quelques écoles, de ne mettre entre leurs mains que des grammaires écrites dans leur propre langue. On ne peut pas sans doute se dispenser de le faire pendant quelque temps : mais, dès que les élèves sont en état d’entendre passablement le François, on doit leur donner aussitôt une grammaire écrite en cette langue, et faire étudier en même temps les deux grammaires, jusqu’à ce qu’ils soient assez forts pour s’en tenir à la dernière. Cette méthode a plusieurs avantages. Je n’en indiquerai que deux, parce que ce sont ceux dont la vérité est le plus frappante. Le premier, c’est qu'elle les habitue à construire régulièrement leurs phrases, et qu’ainsi leur donnant plus d’assurance et de hardiesse, elle leur facilite la bonne et vraie expression. Le second, c’est qu’elle grave en même temps dans leur esprit la règle et l’exemple qui s’éclairent l’un par l’autre, au lieu que souvent l’expression étrangère détruit cet accord, et est le véritable contre-pied de l’exemple qu’on cite en preuve.

Ibid. (1801 : 4).

Charles Lhomond

1780

12Les Enfans comprennent plus aisément les Principes de la Grammaire, quand ils les voient appliqués à une Langue qu’ils entendent deja, & cette connoissance leur sert comme d’introduction aux Langues anciennes qu’on veut leur enseigner.

Elemens de la grammaire françoise (Préface).

* Joseph Priestley

3

1761

13Le bien-fondé de l’introduction de la grammaire anglaise dans les écoles de langue anglaise [English schools à la différence des écoles latines ou Grammar schools], ne peut être contesté. En toute profession, la compétence dans sa propre langue remplit un rôle aussi bien utilitaire qu’ornemental. Sa connaissance critique est absolument nécessaire à toute personne d’éducation libérale. Je crois que la raison principale pour laquelle elle a été tellement négligée est le peu de difficulté rencontrée dans son étude. La langue latine était une langue si complexe qu’elle devint par nécessité une branche considérable de l’instruction dans les écoles romaines, même si le grec était la langue savante des Romains. Alors que la nôtre, étant plus simple, est probablement moins généralement comprise. Et quoique la Grammar school soit, tout compte fait, le lieu le plus propice pour l’apprendre, combien de Grammar schools avons-nous, et non de moindre importance, qui soient dépourvus de toute organisation pour son enseignement régulier ? Toute l’habileté que nos jeunes, dans les écoles, en ont a été acquise de manière indirecte ; c’est-à-dire par la seule pratique de la langue dans la traduction orale.

The Rudiments of English Grammar (1761 : Preface, 4).

Charles Rollin

3, 5, 1, 2

1725

14[Rollin donne aux Français en exemple les Romains qui apprenaient avec le même soin le grec langue étrangère et le latin langue maternelle.] Il s’en faut bien que nous apportions le même soin pour nous perfectionner dans la langue française. Il y a peu de personnes qui la sachent par principes. On croit que l’usage seul suffit pour s’y rendre habile. Il est rare qu’on s’applique à en approfondir le génie et à en étudier toutes les délicatesses. Souvent on en ignore jusqu’aux règles les plus commîmes : ce qui paraît quelquefois dans les lettres même des plus habiles gens.

15Un défaut si ordinaire vient sans doute de l’éducation. Pour le prévenir, il est nécessaire d’employer tous les jours pendant le cours des classes un certain temps à l’étude de notre langue.

16Quatre choses peuvent, ce me semble, contribuer principalement au progrès qu’on en doit attendre : la connaissance des règles, la lecture des livres français, la traduction, la composition.

Traité des études (édition 1883, t. 1 : 109).

* Benjamin Rush

3

1786

17[...] Je demande pardon pour avoir tardé si longtemps à traiter de la manière distincte et particulière de l’éducation qui convient aux femmes d’une république. Je suis d’avis qu’elles doivent participer à tous nos plans d’éducation pour les jeunes hommes, car sans cela aucune loi ne les rendra effectives. Pour qualifier nos femmes à cet effet, il faudrait qu’elles soient éduquées non seulement dans les branches traditionnelles de l’éducation féminine, mais qu’elles soient aussi instruites sur les principes de liberté et de gouvernement et qu’on leur inculque les obligations du patriotisme.

Education agreeable to a Republican form of Government, in R. Vassar (dir.) (1966 : 128).

1798

18* [...] On ne fera jamais assez pour enseigner à nos jeunes à lire et à écrire notre langue américaine d’une manière adéquate et élégante. L’étude de la langue grecque constituait une partie substantielle de la littérature des Athéniens, d’où la sublimité, la pureté et l’immortalité de tant de leurs écrits. Les avantages d’une connaissance parfaite de notre langue pour les jeunes destinés au droit, à la médecine ou à la théologie, sont trop évidents pour être cités ici, mais dans un état [la Pennsylvanie] qui se vante d’avoir la première ville commerciale d’Amérique [Philadelphie], je souhaite voir les jeunes gens destinés à la comptabilité cultiver la langue américaine, car j’espère qu’un grand nombre d’entre eux seront éduqués dans nos collèges. Le temps n’est plus où une éducation académique était considérée inutile pour qualifier un jeune homme pour le commerce. Je considère que nulle autre profession n’est capable d’en profiter plus que celle-ci. Le français et l’allemand devraient également être enseignés de manière sérieuse dans tous nos collèges, car ils abondent en livres utiles sur tous les sujets. Ces langues sont si importantes et nécessaires, qu’un diplôme ne devrait jamais être décerné à un jeune homme qui ne peut les parler ou les traduire.

Of the Mode of Education Proper in a Republic, in R. Vassar (1966: 126-127).

Ernst Christian Trapp

3

1788

19On n’oubliera pas que lorsqu’on parle d’une méthode quelconque d’enseignement et de son amélioration, je garde à l’esprit la tête normale de l’homme moyen dont il suffit de considérer les désirs en réfléchissant au contenu et à la forme de l’enseignement pour découvrir ce qui convient le mieux. Les génies se débrouillent seuls, quelle que soit la forme que prenne l’enseignement ; et personne ni aucune méthode au monde ne peuvent aider les très médiocres.

Über den Unterricht in Sprachen (p. 53), in Weller (1990 : 117).

* Luis Antonio Vernei(y) (dit Barbadinho)

3, 6

1746

Grammaire portugaise

20Je commence cette lettre par la Grammaire, qui est la porte de toutes les autres études et dont le choix [du manuel] dépend le plus. Parce que beaucoup ne comprennent pas ce que signifie ce mot, ils ne font pas de grands progrès en grammaire [...].

21La Grammaire est l’art d’écrire et de parler correctement. Tous nous apprenons notre langue au berceau : mais si par hasard on se contente de cette connaissance, on ne parlera jamais comme des hommes doctes. Nos premiers maîtres des langues vivantes sont habituellement des femmes ou des hommes de peu d’instruction, de qui nous apprenons notre propre langue avec beaucoup d’erreurs et, de paroles impropres et pour la majeure partie des paroles plébéiennes. Il est nécessaire de corriger ces erreurs de notre première éducation par l’étude [...].

22Il ne faut pas intimider les garçons par des mauvaises manières ou des coups, comme il arrive tous les jours, mais leur expliquer avec grande patience les règles, avant tout, leur montrer, par notre propre discours ou dans un livre ou une lettre en langue vulgaire bien écrits et faciles, l’emploi et la raison de ces préceptes. Leur faire sentir et faire faire tout régulièrement, de la manière suivante : premièrement leur expliquer brièvement les règles et les obliger à répéter eux-mêmes les connaissances générales. Puis leur donner à lire un livre de lettres, comme par exemple celui du père Antonio Vieyra, choisir les plus faciles, ou une courte histoire et leur demander de les lire ; et au même temps leur indiquer les parties du discours, ce qui s’observe avec beaucoup de facilité. Ajouter à cela les principales règles de la syntaxe. Ces connaissances générales suffisent pour le moment parce que tout cela sera repris en classe de latinité.

23Après ces principes, enseigner les deux choses les plus principales en matière des langues : premièrement la propriété des mots. Leur montrer la force de chacun d’eux dont ils connaissent le nom commun ; deuxièmement la nature de la phrase. Avec cela enseigner aux garçons à prononcer bien et à lire convenablement. Quand les garçons sont suffisamment avancés, les obliger à écrire des lettres sur divers sujets et les introduire à la correspondance épistolaire [...]. Par la même occasion leur enseigner l’orthographe et la ponctuation.

Verdadeiro Método de Estudar (1965 : 61-62).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search