Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 1. Apprendre une langue étrangère

Texte intégral

Johann Bernhard Basedow

1770

1Or, j’ai acquis par la réflexion, par l’exemple d’autrui et par ma propre expérience, la certitude que le latin peut et doit s’apprendre par la conversation et à l’occasion des leçons de choses, [...] et qu’en adoptant cette réforme nous gagnerions cinq années, dont nous ferions un meilleur emploi, et mettrions un terme au fléau des écoles.

Elementarwerk : cité dans Pinloche (1889 : 240).

Nicolas Beauzée

1757

2Tel est l’ordre [voir la table ci-dessous] que nous mettons dans notre maniere d’envisager la Grammaire. D’autres suivraient un plan tout différent, & auraient sans doute de bonnes raisons pour préférer celui qu’ils adopteroient. Cependant le choix n’en est pas indifférent. De toutes les routes qui conduisent au même but, il n’y en a qu’une qui soit la meilleure. Nous n’avons garde d’assurer que nous l’ayons saisie ; cette assertion serait d’autant plus présomptueuse, que les principes d’après lesquels on doit décider de la préférence des méthodes didactiques, ne sont peut-être pas encore assez déterminés. Tout ce que nous pouvons avancer, c’est que nous n’avons rien négligé pour présenter les choses sous le point de vûe le plus favorable & le plus lumineux.

3Il ne faut pas croire cependant que chacune des parties que nous avons assignées à la Grammaire puisse être traitée seule d’une maniere complette ; elles se doivent toutes des secours mutuels. Ce qui concerne l’écriture doit aller assez parallelement avec ce qui appartient à la parole : il est difficile de bien sentir les caracteres distinctifs des différentes especes des mots, sans connoître les vûes de l’analyse dans l’expression de la pensée : & il est impossible de fixer bien précisément la nature des accidens des mots, si l’on ne connoît les emplois différais dont ils peuvent être chargés dans la proposition. Mais il n’en est pas moins nécessaire de rapporter à des chefs généraux toutes les matieres grammaticales, & de tracer un plan qui puisse être suivi, du moins dans l’exécution d’un ouvrage élémentaire. Avec cette connoissance des élémens, on peut reprendre le même plan & l’approfondir de suite sans obstacle, parce que les premieres notions présenteront partout les secours qui sont dûs à l’une des parties par les autres. Nous allons les rapprocher ici dans un tableau raccourci, qui sera comme la récapitulation de l’exposition détaillée que nous en avons faite, & qui mettra sous les yeux du lecteur l’ordre vraiment encyclopédique des observations grammaticales.

Abbé Bencirechi

1772

4J’ai tâché de lier ensemble la Théorie de la Langue avec la partie Pratique, de la maniere que vous verrez prescrite a la fin de chaque Leçon ou Semaine. Les versions que je vous assigne alternativement pour le Français & pour l’Italien, forment le plus grand sujet de cette partie Pratique, parce qu’il n’est point de meilleur moyen pour parvenir a entendre une Langue que l'on se propose d’apprendre, que celui de la Version. Je me suis fait un devoir, pour vous rendre plus agréables ces mêmes Versions, de choisir des sujets amusans & piquans par leur aménité. J’ai eu soin aussi, pour ne pas vous obliger de vous pro curer des Dictionnaires, de rédiger à la suite des Leçons deux petits Vocabulaires, l’un Français-Italien & l’autre Italien-Français, qui vous fourniront tous les mots nécessaires pour cet objet.

Leçons hebdomadaires de la langue italienne à l’usage des Dames (1772 : vii).

Claude Buffier, S. J.

1, 3,4, 11

1709

5De la meilleure maniere d’apprendre le François, & quelque autre langue que ce soit. Chacun a coutume de se faire une métode sur ce point, conformément à son idée & à ses dispositions particuliéres : mais il est toûjours certaines métodes qui conviennent au plus grand nombre ; celle que je veux indiquer, est de cette nature. Du moins la vois-je authoriser par quantité d’expériences, & par le sentiment de ceux qui savent le plus de langues à fonds.

6On voit tous les jours que rien n’est meilleur pour parler une langue, que d’être au milieu de ceux qui la parlent. C’est ainsi qu’on parvient à l’aprendre, même insensiblement ; bien qu’on l’apprenne incomparablement mieux, quand les réflexions & les observations particulieres viennent encore au secours. Lorsqu’on ne peut avoir de commerce avec ceux qui parlent une langue, il faut y supléer avec les livres ; se mettant à les lire & tâchant à en deviner le sens par les circonstances ; comme on se met dans un pays étranger à entendre parler une langue qu’on ne sait point, & dont on conçoit ce qu’on peut par des conjectures.

7Celles-ci seront aidées considérablement par deux moyens. Le premier, c’est d’avoir une traduction de ce qu’on lit, & de la consulter, dans les endroits les plus dificiles. Le second, c’est de jetter d’abord les yeux sur une Grammaire où l’on distingue les particules, les articles, & les terminaisons des noms, des verbes, & des autres mots qui se rencontrent le plus fréquemment dans la langue qu’on étudie.

Grammaire Françoise [...] (1709 : 39).

* Louis Chambaud

1, 2

1750

8[...] De ce qui précède, il est évident qu’il est nécessaire d’apprendre une langue grammaticalement ; car le français doit être exprimé au même nombre, état et genre, mode et temps que l’anglais, sauf ce qui est particulier à son génie et idiome. Ils doivent donc connaître la nature des mots anglais à tourner en français et à montrer le rapport qu’un mot entretient avec un autre dans le discours. Cela, et rien que cela, dis-je, est enseignement de maître et la seule manière effective d’apprentissage pour les élèves. J’ai pratiqué cette méthode avec succès, non seulement avec des personnes d’un âge mûr mais aussi avec des enfants de huit ou neuf ans. Les maîtres doivent leur faire d’abord l’analyse grammaticale de la leçon de la manière indiquée ci-dessus, pour leur montrer comment procéder, et les faire tout répéter. L’usage fréquent leur rendra cet exercice familier et leur permettra d’analyser sans aide ; [...].

Exercises to the Rules [...] (1801: vi).

* John Clarke

1721

9Écrire et parler le latin est vraiment le chapitre le plus difficile en éducation. Et quoiqu’il n’existe rien qui nécessite ou admette plus d’art, de méthode et d’invention il n’est rien où on en use moins. La Méthode a été d’écrire des exemples anglais adaptés à la syntaxe de Lily, mais de manière si imprudente et avec si peu d’égard pour les capacités des enfants et les fins et les objectifs véritables de cette entreprise, que presqu’à chaque pas des exemples des règles nouvelles et des règles antérieures sont présentées pêle-mêle comme s’ils étaient conçus pour ceux qui sont déjà maîtres en syntaxe et donc n’en avaient pas besoin.

10Il semble, en effet, que les auteurs, en adaptant leur anglais se sont donné seulement la peine d’illustrer les règles existantes. Cela, fait quoiqu’avec un mélange d’anglais dans tous les sens impropre pour des débutants, ils ont pensé avoir suffisamment rempli leur rôle, et s’être acquittés de leur tâche en hommes de l’art.

11C’est une maladresse que l’on rencontre dans tous les traités de ce genre dont je sais qu’ils sont utilisés dans nos écoles, à l’exception des exercices de M. Garretson, qui a su éviter l’erreur commune qui est d’anticiper sur les règles et à cause de cela et de quelques autres points, a, dans ce sens mieux servi le public que n’importe qui de ses prédécesseurs. Pourtant son anglais est très souvent tel qu’il ne permet guère une traduction littérale ; ou s’il le permet, les mots latins sont si éloignés de leur sens que souvent ni son Index ni le dictionnaire ne fournissent aux garçons ce qui leur faut [...].

Introduction to the Making of Latin,[...] (Préface : ii).

[...] Dans le traité qui suit j’essaie de corriger ces défauts.

121. J’ai distingué entre ce qui convient aux débutants et ce qui ne leur convient pas et j’ai donc fourni la substance de la syntaxe latine, c’est-à-dire les règles les plus nécessaires et les plus utilisées sans importuner le jeune Tyro [le débutant] avec ce qui est rare et peu commun [...].

132. J’ai disposé les règles dans un ordre qui, je pensais, faciliterait la mémorisation et conviendrait mieux à mon plan. Je commence avec les règles sur les accords, le nominatif après Sum, &c., l’accusatif après un verbe transitif, le régime des prépositions et ce cas commun de l’accusatif avec le mode infinitif. [...]

143. Les exemples sont, pour la plupart, empruntés aux auteurs classiques, et sont des phrases qui me paraissent se prêter à une traduction littérale, avec peu ou pas de remaniements. J’espère qu’ainsi on ne mettra pas en doute la propriété des termes latins et que la traduction ressemblera plus à du latin que celle de Garretson, ou de tout autre [...].

154. Les exemples sont de trois sortes : d’abord, ceux qui suivent immédiatement la règle, sont courts, et ne visent à rien d’autre qu’à illustrer cette règle. Ceux de la seconde sorte sont plus longs : ils exemplifient non seulement la règle à laquelle ils sont attachés, mais mettent en jeu aussi, autant que possible, toutes les règles précédentes, pour les mieux fixer dans la mémoire. Car sans cela les garçons oublieraient une règle pendant qu’ils en apprennent une autre. Ceux de la troisième sorte commencent avec le signe &. Ils exemplifient sans ordre toutes les règles précédentes et subséquentes. Et pour cette raison, ne doivent pas être touchés lors de la première lecture du livre (car je juge commode qu’ils le lisent plus d’une fois). Dans la plupart de ces exemples j’ose mettre les mots latins dans leur ordre propre, c’est-à-dire celui qu’ils ont chez les auteurs desquels je les extrais, ce qui serait inopportun avec les autres exemples [...].

165. J’ai mis les mots latins dans une colonne à côté des mots anglais. C’est une chose très nécessaire et utile dans des ouvrages de cette nature, afin d’épargner la peine de consulter les indexes et les dictionnaires, aussi bien que pour éviter l’usage de termes impropres et barbares et les fautes d’orthographe, qui autrement seraient inéluctables, comme je crois, tous les maîtres découvrent à leur regret. Sans parler aussi du fait que les garçons pourront faire ainsi dix fois plus de progrès qu’ils en font en cherchant dans un index ou un dictionnaire les mots dont ils ont besoin.

176. La première partie de cet ouvrage ayant reçu du public un accueil qui dépassait mes attentes, j’ai ajouté dans cette édition, tel que promis, une histoire générale de Grèce et de Rome. L’histoire étant une des parties les plus faciles et les plus divertissantes des Lettres humaines et que celles des Grecs et des Romains sont absolument nécessaires aux étudiants, j’espère que cette addition ne déplaira pas à ceux qui ont déjà lu la première édition. Étant donné que mon dessein est de familiariser avec l’idiome latin les jeunes écoliers qui ont déjà digéré parfaitement les règles, la colonne latine ne correspond pas mot pour mot à la colonne anglaise, comme c’est le cas dans les exemples concernant les règles. C’est pourquoi il sera nécessaire que le maître aide les garçons, en leur lisant une ou deux fois la leçon, quand ils l’abordent pour la première fois. Je ne pouvais pas imaginer une méthode plus adéquate que celle-là pour familiariser les garçons avec l’idiome latin. Du fait qu’ils ont à leur disposition des mots rangés dans leur ordre propre, ils pourront, après avoir reçu pendant quelque temps un peu d’aide et en consacrant l’attention nécessaire, faire une traduction juste et élégante de l’anglais, ce qui les obligera peut-être, à observer de manière plus effective les différences entre les deux langues qu’avec toute autre méthode.

18Je pense que l’utilisation la plus appropriée de cette Introduction serait non seulement de donner comme devoir aux garçons la traduction chaque soir d’une partie, mais aussi de le lire en latin à l’école de la façon suivante : Qu’ils commencent par une phrase à la fois que le maître leur lit deux ou trois fois, en leur expliquant la règle et en leur montrant comment il faut l’appliquer. Après avoir ainsi parcouru trois ou quatre pages, on les fera revenir en arrière et lire deux phrases de chaque leçon, jusqu’à ce qu’ils arrivent à quatre ou cinq leçons plus loin qu’au départ. Ensuite, qu’ils recommencent, lisant trois phrases jusqu’à ce qu’ils arrivent à une demi-douzaine ou une dizaine de pages, plus loin que précédemment. Et que cette méthode de les faire revenir au début, et en augmentant ainsi leur tâche, soit poursuivie, jusqu’à ce qu’ils deviennent maîtres des règles préliminaires, et peuvent traduire couramment les exemples et expliquer chaque chose qu’ils font. Ensuite, il suffira de les faire revenir là où vous voyez que leur habileté est défaillante. À ce point ils doivent également être sûrs de connaître parfaitement les règles étudiées, sans se servir du manuel, et les dire au maître avant de lui réciter leur leçon. Si j’insiste tellement sur cette manière d’utiliser le traité qui suit, c’est que je considère la méthode commune très déficiente sur ce point. On ne fait, pour autant que je sache, rien ou peu de cette sorte, dans nos « grammar schools ». Pourtant, il suffirait d’un peu de réflexion pour convaincre tout homme raisonnable que, si amener les garçons à traduire dans un style latin pur est la partie la plus difficile du travail du maître, il faut lui allouer une partie proportionnée du temps et de l’effort. C’est à cause de cette omission par la méthode vulgaire que des garçons bien doués avancent ensemble pendant cinq ou six ans à l’aveuglette, sans jamais maîtriser les règles les plus ordinaires de la Syntaxe. Alors que je suis abondamment convaincu, par ma propre expérience en cette matière, qu’un garçon d’une intelligence acceptable, peut en l’espace de deux ou trois ans à partir de son entrée dans la langue latine, atteindre une bonne maîtrise de l’Introduction qui suit. Mais quoique je sache que cela soit faisable, je ne pense pas néanmoins qu’il soit approprié d’introduire les élèves si tôt à des exercices de thème [making of Latin] comme cela se fait communément. Je suis d’avis qu’il est mieux de repousser le thème à plus tard quand ils auront lu un auteur latin facile ; leur raisonnement sera alors plus mûr, et plus capable de venir à bout d’un sujet aussi difficile qu’est vraiment la grammaire [...].

An Introduction to the Making of Latin [...] (Préface : vi-ix).

Étienne Bonnot de Condillac

1782 ?

19En effet, pourquoi avons-nous tant de peine à nous familiariser avec les sciences qu’on nomme abstraites ? C’est que nous les étudions, avant d’avoir fait d’autres études qui devoient nous y préparer : c’est que ceux qui les enseignent, nous parlent comme à des personnes instruites, & nous supposent des connoissances que nous n’avons pas. Toutes les études seraient faciles, si, conformément à l’ordre de la génération des idées, on nous faisoit passer, de connoissance en connoissance, sans jamais franchir aucune idée intermédiaire, ou du moins en ne supprimant que celles qui peuvent facilement se suppléer. Je puis vous rendre cette vérité sensible par une comparaison qui n’est pas noble, à la vérité, mais elle nous éclairera, & nous ne cherchons que la lumiere.

20Considerez donc, Monseigneur, les idées que vous avez acquises comme une suite d’échelons, & jugez s’il vous eût été possible de sauter tout à coup au haut de l’échelle. Vous voyez que vous n’auriez pas même pu monter les échelons deux à deux, & vous les avez montés facilement un à un. Or, les sciences ne sont que plusieurs échelles mises bout à bout. Pourquoi donc ne pourriez vous pas, d’échelon en échelon, monter jusqu’au dernier ?

Cours d’étude [...] (1795 : 56-57).

Mat(t)hias Cramer

1640 ?-1730 ?

21Mat(t)ias Cramer ou Kramer, érudit allemand, membre de la Société Royale Prussienne des Sciences, à Berlin) est né en Cologne vers 1640 et il est mort vers 1730 à Erlangen., maître d’italien, de français, de néerlandais et d’espagnol. Il a enseigné à son école à Nuremberg mais aussi à l’université d’Altdorf, à l’Académie équestre d’Erlangen et à l’Université Electorale-Palatine de Heidelberg. Il est auteur de nombreux manuels de langues (Le nouveau Parlement, 1696, Le Guidon de la langue allemande, 1687, Grammatica et syntaxis linguae hispanicae, 1711 et autres) et de dictionnaires (Das neue Dictionarium oder Wort-Buch, in ItaliänischTeutscher und Teutsch-Italiänischer Sprach,1672, Dictionnaire royal françaisallemand et allemand-français, 1715). Il subit l’influence de Coménius dont il publia une version révisée de l’Orbus sensualium pictus Cramer visait principalement le public adulte et adaptait sa méthode d’enseignement aux besoins, aux intérêts et à la formation de ses élèves.

Voir : Schröder (1987 : 256-263), Christ (1991 : 19-25).

Charles François Dominique De Villers

1

1797

22Lisés, parlés, écrivés : apprenés le français, Mademoiselle, comme vous avés appris l’allemand, par l’usage, et non par les règles, qui n’en sont que la copie.

23[...] La lecture des bons auteurs, et la conversation des gens qui parlent bien, peuvent seules vous donner le pli d’une langue.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 : 88).

Denis Diderot

1, 5, 6, 10

1773 ?

24[...] On dit que les enfants sont propres à apprendre les langues. Oui, les mots ; par habitude et routine. Par principes ? Rien n’est plus faux.

25Les principes d’une langue supposent l’application la plus subtile de la logique et le jugement le plus ferme. Rien de plus sec, de plus fatigant, de plus dégoûtant et de plus abstrait que la grammaire raisonnée soit générale des langues, soit particulière d’une langue. Les mathématiques n’ont rien d’aussi difficile. Je sais ma langue, et je la sais bien ; et à tous moments elle m’offre des difficultés dont nos Quarante [académiciens] auraient de la peine à se tirer.

26Une langue pour être bien apprise, demande : le discours habituel ; la traduction de la langue étrangère dans sa langue propre ; et la traduction de sa langue propre dans la langue étrangère.

27Sans cette dernière condition, que quelques philosophes ont rejetée, on ne sait jamais profondément une langue.

28Si l’on y regarde de près on trouvera qu’en traduisant d’une langue étrangère dans la sienne, c’est proprement sa langue qu’on étudie et qu’on écrit, et qu’en traduisant de sa langue dans une langue étrangère, c’est celle-ci qu’on écrit et qu’on étudie. Ce qui tend beaucoup plus droit au but qu’on se propose. Faire des thèmes, mauvais, si l’on veut ; mais il faut en faire.

Tourneux, Diderot et Catherine II (1899 : 376).

1, 10

1751

29J’ai exigé la citation de l’endroit où le synonyme grec & latin étoit employé, parce qu’un mot a souvent plusieurs acceptions ; que le besoin, & non la Philosophie, ayant présidé à la formation des langues, elles ont & auront toutes ce vice commun ; mais qu’un mot n’a qu'un sens dans un passage cité, & que ce sens est certainement le même pour tous les peuples à qui l’auteur est connu. Mηνιν ἄειδε, Өεά & c. arma virumque cano, &c. n’ont qu’une traduction à Paris & à Pékin : aussi rien n’est-il plus mal imaginé à un François qui sait le latin, que d’apprendre l’anglois dans un dictionnaire anglois-françois, au lieu d’avoir recours à un Dictionnaire anglois-latin. Quand le dictionnaire anglois-françois aurait été ou fait ou corrigé sur la mesure invariable & commune, ou même sur un grand usage habituel des deux langues, on n’en saurait rien ; on serait obligé à chaque mot de s’en rapporter à la bonne foi & aux lumieres de son guide ou de son interprete : au lieu qu’en faisant usage d’un dictionnaire grec ou latin, on est éclairé, satisfait, rassuré par l’application ; on compose soi-même son vocabulaire par la seule voie, s’il en est une, qui puisse suppléer au commerce immédiat avec la nation étrangère dont on étudie l’idiome. Au reste, je parle d’après ma propre expérience : je me suis bien trouvé de cette méthode ; je la regarde comme un moyen sûr d’acquérir en peu de tems des notions très-approchées de la propriété & de l’énergie. En un mot, il en est d’un dictionnaire anglois-françois & d’un dictionnaire anglois-latin, comme de deux hommes, dont l’un vous entretenant des dimensions ou de la pesanteur d’un corps, vous assûreroit que ce corps a tant de poids ou de hauteur, & dont l’autre, au lieu de vous rien assûrer, prendrait une mesure ou des balances, & le peserait ou le mesurerait sous vos yeux.

Encyclopédie, article « Encyclopédie », vol. 2 : 638A.

30César Chesneau Du Marsais

1, 10, 6

1722

31[...] de même la meilleure méthode pour aprendre les langues étrangeres, c’est de s’instruire du tour original, ce qu’on ne peut faire que par la traduction littérale.

32Si vous aprenez l’italien, par exemple, vous ne le scaurez jamais parfaitement en ne voyant que des traductions dans lesquelles le tour italien est rendu par le tour françois. Je vais faire connoître ceci par des exemples tirez des proverbes.

Non destare il can che dorme ; le françois, c’est, n’éveillez pas le chat qui dort ; mais mot à mot ne point éveiller le chien qui dort.

33La fiamma è vicina al fuoco, le feu ne va pas sans fumée, mot à mot, la flamme est voisine de la fumée.

34E un voler dar pugni alla luna, c’est vouloir prendre la lune avec les dents ; mot à mot, c’est un vouloir donner un coup de poing à la lune.

35Perdere l’acqua e’l sapone, perdre son temps et sa peine ; mot à mot, perdre l’eau et le savon.

36Qui négligerait la traduction littérale dans tous ces exemples, pourrait-il se flatter de bien aprendre l’italien ? il en est de même dans toutes les langues.

Exposition d’une Méthode raisonnée (1971 : 13).

1, 2, 5, 6

1722

37J’ai dit en commençant que cette routine étoit une imitation de la maniere dont on aprend les langues vivantes. Les négocians des villes maritimes et des villes frontiéres font des échanges de leurs enfans, afin qu’ils aprennent réciproquement la langue voisine ; et ces enfans qui n’ont d’autre maître que l’usage, sçavent en six mois beaucoup plus de mots et de façons de parler de la langue du pays où ils ont été transplantez, que ne sçavent de latin ceux qui l’ont étudié pendant plusieurs années par la méthode ordinaire.

38Je propose une routine semblable à l’usage de ces enfans, et peut-être plus exacte et plus facile, parcequ’on a toujours avec soi son interprète, c’est-à-dire les cahiers dans lesquels les auteurs avec qui nos enfans conversent, sont expliquez littéralement.

39La grammaire n’est venue que long-temps après le langage. L’usage a établi les langues, et ensuite les grammairiens ont fait leurs réfléxions. Ainsi c’est imiter la nature que de commencer par l’usage.

Ibid. (1971 : 26).

1729

40[...] On ne peut conoître la maniére de s’habiller des étrangers, qu’on ne se représente leurs habits tels qu’ils sont, ainsi on ne sçauroit aprendre une langue étrangère à moins qu’on n’aprenne la signification propre des mots, et les tours particuliers de cette langue.

41Il est vrai qu’il y a certains principes généraux qui conviennent à toutes les langues ; mais de plus, chaque langue a ses façons de parler particuliéres, qui sont, pour ainsi dire, les habits différens de la même pensée, et qu’on ne peut faire entendre qu’en les montrant telles quelles sont : Ainsi, quand le tour latin ne ressemble point au tour françois, j’en fais sentir la diférence par la langue latine même, et non par les seules opérations des régies ordinaires, qui ne font pas connoître la raison de cette diférence, et qui éloignent du génie de la langue latine. Pour expliquer, par exemple, ces paroles de Cicéron : Scio illud tibi esse curae, je traduis d’abord litéralement, scio, je sçai, illud, cela, esse, être, curae, à soin, tibi, à toi.

42Tel est le latin : or c’est le latin qu’il s’agit de montrer, c’est-là l’objet de cette premiére traduction. Ensuite on rend cette pensée selon le tour de la langue françoise : Nous disons, je sçai que vous vous interessez beaucoup à cela, que vous y prenez part, etc. Cette seconde sorte de traduction, que j’apelle la traduction des pensées, est au-dessous du texte pur, et vis-à-vis de l’interprétation interlinéaire.

Les véritables principes de la grammaire [...] (1971 : 193-194).

1,15

1729

43Ce serait donc un avantage considérable pour les enfans, s’ils pouvoient aprendre la grammaire par de véritables principes. Cette pratique leur rendrait l’esprit juste autant que chacun en particulier serait capable d’aquerir de la justesse, et ils s’acoutumeroient à faire usage de leur raison dans les autres fonctions de leur vie ; ce qui doit être le but de toutes les études.

Ibid. (212).

44Tout le monde avoue qu’on n’aprend point les langues pour elles-mêmes, qu’elles ne sont qu’un moyen qui doit nous conduire à d’autres conoissances. Seroit-il possible que dans un siécle où l’on a perfectioné toutes les sciences et toutes les méthodes, les premiéres et les plus belles années de la vie, ne fussent employées qu’à aprendre quelques dificultés de la syntaxe latine ? et qu'enfin tout le fruit de tant de larmes, de contrainte, de dépense, ne se réduisit comunément qu’à aquérir le privilége de pouvoir dire qu’on a fait le cours de ses études ; pendant que les sciences réelles pouroient fournir une ample matiere pour ocuper les jeunes gens utilement et avec plaisir ?

Ibid. (231-232).

Denis Gaullyer

1

1731

45Qui ne rirait de voir ces bonnes gens crier à pleine tête contre les colléges, et nous proposer sérieusement, au lieu de la méthode qu’on y suit : celui-ci, sa règle monosyllabique Ad. et son unique leçon d’une demi-heure pour mettre un Septième en état de faire expliquer à d’autres toutes sortes d’auteurs latins ; celui là, son Imprimerie en colombier avec ses logettes ou boulins ; l’un, ses crochets, pour lier ensemble les différents cas d’un nom ou les différentes personnes d’un verbe ; l’autre, ses gloses interlinéaires, comme si c’était quelque chose de bien rare et qui fut utile à d’autres qu’à des enfants ; cet autre-ci, ses affiches par la ville, où il dit beaucoup de bien de lui-même et beaucoup de mal de tous les autres ; cet autre-là, ses propres livres, où en parlant fort superficiellement du nom de chaque science et de chaque langue, il promet de les enseigner et de les faire apprendre toutes, même à danser sur la corde et à glisser sur la glace, et cela, à un jeune homme avant qu’il ait atteint l’âge de seize ans. Telles sont les idées folles et extravagantes de plusieurs nouveaux aventuriers de la nouvelle littérature, qui, pour attraper des dupes, promettent au public quelque chose de miraculeux et de fabuleux, et dont quelques-uns sont assez simples, pour se vanter de faire entrer dans la tête d’un jeune homme toutes les langues et toutes les sciences, tous les arts mécaniques et libéraux, avant qu’il ait atteint l’âge de seize ans. Aussi par leurs méthodes ils n’ont jamais fait et ne feront jamais des hommes de Belles-lettres, mais de misérables avortons comme eux.

Préface à l’édition de la Méthode pour commencer les humanités [...] de Tannegui Lefèvre qu’il publia à Paris en 1731. [Cité par Antoine (1874 : 219)].

Stéphanie-Félicité De Genlis

1

1825

46Nous allâmes d’abord à Londres, dans la maison que M. le duc d’Orléans y avait achetée. Nous y passâmes une quinzaine de jours ; de là nous allâmes à Bath, où nous restâmes deux mois. Il y avait une excellente troupe de comédiens qui jouaient la tragédie et la comédie. Je louai une loge, et, pour nous bien familiariser avec la langue parlée, nous allions presque tous les jours au spectacle. Nous entendîmes parfaitement presque tout de suite la tragédie ; il n’en fut pas de même de la comédie : la vitesse du débit, les façons de parler familières et proverbiales et les fréquentes abréviations nous déroutaient continuellement. Mais nous portions toujours avec nous les pièces imprimées, où nous lisions ce que notre oreille ne nous faisait pas comprendre, et, de cette manière, au bout de six semaines, nous entendions l’anglais comme les Anglais mêmes.

Mémoires de Madame de Genlis (édition 1928, t. II : 45-46).

Emmanuel Kant

1

1803

47La sentence : tantum scimus, quantum memoria tenemus, possède évidemment sa vérité et c’est pourquoi la culture de la mémoire est très nécessaire. Les choses sont ainsi faites que l’entendement suit d’abord les impressions des sens et que la mémoire doit les conserver. C’est ce qui se passe, par exemple, pour les langues. On peut les apprendre soit par une mémorisation formelle, soit par le commerce avec les hommes et pour les langues vivantes cette dernière méthode est la meilleure. L’étude des vocables est réellement nécessaire, mais l’on procédera au mieux en faisant apprendre les mots qui se présentent chez l’auteur qu’on lit avec l’adolescent. La jeunesse doit avoir une tâche [Pensum] précise et déterminée.

Réflexions sur l’Éducation (1980 : 113).

48Dans tout ce qui doit cultiver l’entendement des règles doivent être présentes. Il est aussi très utile d’abstraire les règles, afin que l’entendement ne procède pas simplement mécaniquement, mais avec la conscience d’une règle.

49Il est aussi très bon d’exprimer les règles dans une certaine formule et de les confier ainsi à la mémoire. Avons-nous la règle en mémoire ? même si nous en oublions l’usage, nous le retrouverons bien vite. La question se pose ici de savoir si les règles doivent [être] données d’abord in abstracto, ou s’il ne faut les apprendre qu’après en avoir fait bon usage ? ou bien s’il faut faire aller ensemble la règle et l’usage ? Ce dernier point de vue est seul sage. Dans l’autre cas, tant que l’on n’est pas parvenu aux règles, l’usage est très incertain. Il faut aussi à l’occasion ranger les règles par classes, car on ne les retient pas si elles ne sont pas liées entre elles. À certains égards la grammaire devra venir en premier lieu dans l’étude des langues.

Ibid. (116).

* Adamantios Koraïs

1,5

1818

(Lettre à Th. Kaïris, professeur à l’école de Kydonies en Grèce.)

50[...] Il est nécessaire que vous vous trouviez un professeur de la langue latine, laquelle aide et facilite grandement l’apprentissage de la grecque. Mais cela dépend du zèle de ton très érudit collaborateur et collègue, devant qui je me prosterne humblement. Quand je dis qu’elle aide, je pense non seulement à la compréhension de la langue, mais également à l’obtention d’informations plus complètes sur l’histoire grecque. Probablement tu ignores, que moi qui suis ton père, ou plutôt ton grand-père pour ce qui est de l’âge, c’est de l’auteur latin Pline, que j’ai appris par hasard, il y a pas si longtemps, d’où la ville a pris le nom de Kydoniai. Une des îles près de votre côte s’appelait en effet Kydonia. [...].

Valetas G. (1965, t. II : 148).

* (Lettre à K. Kokkinakis à Vienne)

1819

51[...] il faudrait cependant qu’avant tout tu bosses un peu la langue latine. Ne t’effraie pas. Le latin est vraiment un dialecte de la langue grecque, différant de l’éolienne en cela seulement qu’il s’est éloigné un peu plus de sa source. Puis, je ne te dis pas de devenir un bon latiniste. Il suffit que tu apprennes assez pour comprendre sans peine les commentaires des éditeurs de bonnes éditions d’auteurs grecs. Alors, l’étude du grec deviendra pour toi plus aisée.

Ibid. (196).

Jean-Pons-Victor Lecoutz de Lévizac

1, 2

1797

52Plus la connoissance de la langue Françoise s’étend, plus ceux qui s’intéressent véritablement à sa gloire doivent veiller, non seulement à ce qu’on n’en répande que les vrais principes, mais encore à ce que les progrès qu’on y fait tournent, pour les jeunes esprits, au développement de la raison et du goût. Le temps qu’on emploie à l’étude des langues étrangères est un temps irréparablement perdu, si l’on n’en retire que le seul et foible avantage d’entendre le jargon ordinaire de la conversation. En s’y appliquant, on doit avoir des motifs plus nobles, des vues plus étendues. Ce à quoi l’on doit aspirer, c’est à la connoissance des grandes et sublimes beautés des heureux génies qui les ont immortalisées, et qui se sont immortalisés par elles. On n’y parviendra jamais dans les pays étrangers, tant qu’on s’obstinera à ne faire aucun changement dans la manière de les enseigner.

L’art de parler et d’écrire correctement la langue françoise [...] (Introduction, 3e édition, 1801 : 1).

[...] Il y a deux méthodes pour apprendre les langues : celle des principes, et celle de la pratique.

53Si on ne les étudie que pour en faire un passe-temps, ou pour dire qu’on les a apprises, on peut, si l’on veut, se borner à la méthode de la pratique, quoiqu’elle soit très-longue, et presque toujours incertaine.

Ibid. (17).

54Pour vous, My Lady, qui voulez que toute espèce d’étude contribue au développement de quelque faculté ; vous qui regardez comme un devoir qui vous est imposé par la Providence de donner à vos enfans les instructions les plus propres à faire leur bonheur et le bien de la société dont ils sont membres, vous adopterez, j’en suis sûr, la méthode des principes. Votre expérience vous a convaincue qu’elle est la plus simple, la plus courte, et la seule dont le succès ne soit pas douteux. En tout il faut une base, et une base solide : or la connoissance d’une langue ne peut en avoir d’autre que la connoissance des principes sur lesquels elle porte. Chercher à l’élever sur d’autres fondemens, c’est vouloir qu’elle n’ait pas plus de consistance que ces bulles que les enfans, à l’aide d’un chalumeau, tirent du savon : un souffle les a fait naître, un souffle les fait évanouir. L’étude des langues n’est pas un jeu : c’est un objet très-sérieux, et d’une nature si importante que sur lui seul porte tout l’édifice des connoissances humaines.

55Mais, dit-on, quand sans doute on n’a pas examiné la question avec assez de soin, ou, peut-être, qu’on a des raisons pour le dire, les principes sont rebutans : ils ennuient et dégoûtent bientôt. Pourquoi fatigueroit-on la mémoire de préceptes dont l’aridité n’est propre qu’à dessécher l’esprit, à flétrir le cœur, et à obscurcir à leur aurore les beaux jours de l’enfance ? Ah ! My Lady, répètera-t-on sans cesse cette objection ? Ne voudra-t-on pas enfin se convaincre que ce ne sont pas les préceptes qui rebutent, mais seulement la manière dont on les présente ? Il est un art, oui, My Lady, il est un art d’ôter aux préceptes cette sécheresse dont on se plaint. Si l’on est assez heureux pour les connoître, ne doutez pas que ce dont on fait un épouvantail avec si peu de raison ne contribue à étendre l’esprit, et à le parer de tout ce que la délicatesse et la grâce ont de plus enchanteur et de plus piquant.

56Voulez-vous, My Lady, que vos enfans trouvent du plaisir dans l’étude de la langue françoise ? veillez à ce qu’on ne leur en mette sous les yeux que les véritables principes, et qu’on ne leur en donne que des idées simples, claires et vraies : empêchez qu’on n’étouffe leur raison naissante sous un tas de mots qui ne leur présentent aucun sens, et de dénominations barbares que le raisonnement ne réprouve pas moins que le goût. [...] Ordonnez sur-tout qu’on ne choisisse, pour l’application des principes qu’on leur donne, que des exemples qui renferment un genre d’instruction quelconque.

Ibid. (18-19).

Pierre-Joseph François Luneau de Boisjermain

1

1783

57J’ai dit qu’on apprend partout la langue que l’on parle sans secours de la grammaire, qui lui est propre. J’ai dit qu’on n’a pensé à faire des grammaires d’une langue que quand elle a été perfectionnée.

Cours de langue italienne (Préface : x).

58[...] Quand on veut étudier une langue, je pense qu’il faut se conduire comme on conduit un enfant auquel on veut apprendre à parler sa langue maternelle ; et qu’il faut suivre dans cette nouvelle étude l’instinct seul des mères qui apprennent à parler à leurs enfants. Quand la nature a donné aux organes de l’enfant la facilité d’articuler les sons differents de la voix, une mère lui apprend les mots de sa langue, les uns après les autres. Elle les lui répète jusqu’à ce qu’il les ait retenus et qu’il en fasse usage. Les mères n’emploient pour cela ni maîtres ni grammaires. Elles parlent à leurs enfants : elles leur mettent des mots dans la mémoire. Je veux qu’on fasse comme elles, quand on veut apprendre une langue étrangère [...]. Messieurs les maîtres de langues étrangères ne voient dans l’étude des langues que la prononciation et la grammaire. Ils sont intéressés à donner beaucoup d’importance à ce travail.

Ibid.

* Jean-Baptise Perrin

1

1768

59Les préceptes et la pratique, les règles et les exercices doivent aller la main dans la main, pour communiquer une connaissance approfondie d’une langue, quelle qu’elle soit. Quant à la langue française, le seul moyen pour un élève de l’apprendre d’une manière valable est de poser un bon fondement en se familiarisant bien avec ses règles et ensuite de lire des livres appropriés ou de converser avec ceux qui la parlent dans sa pureté. Mais ni la lecture ni la conversation ne lui permettront jamais de la parler et de l’écrire avec propriété et élégance, s’il est totalement ignorant des principes fondamentaux.

Grammar of the French Tongue (Preface: vi-vii).

Abbé Noël Antoine Pluche

1

1751

60Il ne peut y avoir que deux façons d’apprendre les langues. On les apprend ou par l’usage, & ensuite si l’on veut par une étude réfléchie ; ou d’abord par une étude réfléchie, puis par la pratique. Voilà une différence très légère au premier aspect ; mais très grande dans la réalité. Voyez dans quel ordre vous voulez mettre l’usage d’une langue, & l’étude raisonnée de cette langue. Débutez-vous par l’usage de la langue, pour venir avec le tems à la composition régulière ? ou commencez-vous par les régies & par la composition réfléchie pour arriver à la pratique ? Voilà le point sur lequel roulent à présent nos recherches ; tout dépend de là.

La route sûre.

61Si vous commencez l’apprentissage d’une langue par la pratique, c’est-à-dire, par la très-constante habitude d’entendre puis de répéter des choses bien dites, & qu’ensuite vous affermissiez cet usage par l’étude des régies, par la connoissance de la Grammaire ; voilà le vrai chemin. Telle est la route connue de tout tems, la plus agréable, & l’unique sûre. Elle tient lieu de guide à ceux, qui la suivent, & non seulement elle n’égarre point ; mais elle empêche qu’on ne s’égarre.

Le chemin trompeur.

62Si vous commencez l’apprentissage par le raisonnement, si sans aucun usage préallable de la langue, vous prétendez sous la direction d’une Grammaire passer d’une première règle à celles qui viennent ensuite à la file, & que vous comptiez d’arriver à votre but en fournissant d’un jour à l’autre une tâche de quelques lignes mises par écrit suivant telle & telle régie ; cette route est bien longue : elle vous assujettit à de longs détours. Ou vous arriverez fort tard : ou vous n’arriverez jamais : ou vous aurez changé de route.

La mécanique des langues (1760 : 39-40).

Parler d’après les bons Auteurs, aussi aisé que de parler d’après son pere & sa mere.

63À la place d’un pere & d’une mere, qui sont pour les enfans les premiers maîtres de langue, faisons parler Plaute, Térence & Cicéron. On entend qu’il faut tirer de leurs écrits, & de tous ceux qu’on estime, des phrases très-courtes, & proportionnées à l’âge, les façons de saluer, & de demander les choses les plus communes ; en tirer de même des questions & des réponses, des fables écrites en prose, des récits fort simples, beaucoup de dialogues amusans. Et au lieu de faire marcher le latin le premier, ce qui n’est que du bruit, l’ordre de la nature demande qu’on montre d’abord aux yeux, ou qu’on fasse concevoir en françois, ce qu’on veut ensuite faire retenir en latin.

Supplément à la Mécanique des Langues (1751 : 13-14).

[...] les premières leçons des langues sont l’ouvrage de nos oreilles, & point du tout de celui de nos réflexions.

Ibid. (1751 : 18).

64 Tel est l’ordre de la nature que la langue de l’homme soit sous le gouvernement de l’oreille.

65Aussi voit-on un rapport nécessaire entre ces deux instrumens. Selon que l’oreille est bien ou mal affectée la langue est, conséquemment réglée, ou défectueuse [...], Ibid. (67).

66[...] il est très-suffisamment démontré que pour former la langue le soin capital est de former l’oreille.

Ibid. (72).

1,2

1751

67S’il s’apprend aujourd’hui quelques prétendus commencemens de Latin, ce sont des enfans, même de sept & huit ans, qui produisent ce latin du creux de leur cerveau. On exige d’eux qu’ils s’assujettissent au travail de la composition, & qu’ils se conforment à des régies de pure Logique, dès avant la naissance de leur raison. Vous les voyez tristement assis & dans un repos qui fait leur supplice. Grand silence. Méditation profonde. Choix de mots. Réformes de tour. Enfin il sera dit qu’ils composent en Latin, & qu’il y aura des degrés de mieux dans leurs compositions avant qu’ils ayent acquis la moindre idée, le moindre sentiment du caractère de cette langue. Dans le vrai, elle leur est en tout aussi inconnue que celle du Pérou ou de la terre Magellanique.

68Non seulement on les accable de régies très-difficiles à comprendre : pour surcroît de malheur la plupart de ces règles sont fausses.

Ibid. (Préface : xij-xiij).

69Car aucun d’eux [les enseignants] n’ignore qu’une jeune Demoiselle qu’on amène ici de Londres ou de Florence, peut en moins d’un an de séjour parmi nous, sans livres & sans écriture, entendre & parler le François ; au lieu que la plûpart de ceux qui étudient le latin y perdent les huit & dix ans qu’ils y mettent. Communèment il ne leur en reste rien : presqu’aucun d’eux n’entend le Latin : & ceux qui croyent l’entendre n’osent le parler. Il se rendent justice [...].

Ibid. (Préface : xvi-xvii).

70Quelle différence d’études à études ! celles des Romains suivoient l’ordre de la nature, & les degrés de l’expérience universelle en fait de langues. Ils commençoient par bégayer le Grec avec ceux qui le parloient bien : ensuite ils le parloient avec assurance : enfin ils l’écrivoient avec grace. Chez nous tout au rebours : dans l’enfance on compose le Latin. Dans la jeunesse on le balbutie. Dans l’âge viril on y renonce.

Ibid. (Préface : xiv-xv).

71[...] Il suffit au contraire de jetter l’homme dans la foule de ses semblables, pour le mettre en apprentissage. Il ne sera pas long-tems avec eux sans vouloir parler : & il y réussira sans avoir la moindre idée de la mécanique de la parole. C’est donc la société qui est l’école des langues.

Ibid. (1754 : xiii-xv).

Claude François Lizarde de Radonvilliers

1

1768

72L’étude des Langues est une des occupations les plus communes chez les nations policées. On fait un devoir à la moitié des enfans, qui naissent dans les conditions honnêtes, d’étudier le latin ; & des personnes de tout âge se font aujourd’hui un amusement d’apprendre l’Italien, & sur-tout l’Anglois. L’Allemand est nécessaire aux gens de guerre ; & toute Langue dans laquelle il y a de bons livres, est utile aux gens de lettres. Comment est-il donc arrivé que la plupart des arts moins utiles & d’un usage moins étendu, ont été perfectionnés, & que l’art d’étudier les Langues n’a fait aucun progrès ? Un rudiment & un dictionnaire, des thêmes & des versions, voilà en abrégé la méthode ancienne ; & c’est la seule que l’on suive encore aujourd’hui, non seulement dans toutes les écoles publiques, mais aussi dans le plus grand nombre des maisons particulières. Est-ce que les inventeurs ont atteint tout-d’un-coup le point de la perfection ? L’exemple serait unique. L’esprit humain avance, mais il ne vole pas ; au contraire, il se traîne avec lenteur de dégré en dégré. Les arts nouveaux ont toujours des procédés embarassans & compliqués. La pratique la plus simple, la plus aisée, qui semblerait devoir s’offrir la première, est le fruit du temps, de l’expérience, de la réflexion, quelquefois du hasard, & rarement du génie inventeur.

73Cependant cette méthode si respectée, & suivie si constamment, ne nous vient pas des nations éclairées de l’antiquité. La Grammaire était connue à Rome, elle y était cultivée ; mais on ne l’employoit pas pour enseigner les Langues. Les jeunes Romains apprenoient le grec, comme ils apprenoient le latin ; dans la maison de leurs pères, & uniquement par la conversation. Lorsqu’ils entendoient la Langue, ils alloient à l’école des Grammairiens pour apprendre à bien prononcer, à lire avec goût, & à pénétrer le sens des auteurs. Mais dans les siècles d’ignorance on crut avoir fait une importante découverte, en imaginant d’appliquer la Grammaire à l’étude du latin. Voici peut-être comment raisonnèrent les inventeurs : Une Langue est une collection de mots qu’on assemble selon certaines règles dont ont est convenu. Réunissons tous les mots dans un dictionnaire, toutes les règles dans un rudiment. Un commençant avec ces deux livres élémentaires, poura composer des versions & des thêmes, & par-là s’accoutumer à entendre le Latin, & à l’écrire.

74Si ce raisonnement spécieux pouvoit séduire un siècle amateur & dupe des fausses subtilités, l’expérience aurait dû le désabuser. Un dictionnaire contient la signification des mots ; mais il n’enseigne pas, entre les diverses significations, celle qu’il faut choisir. Un rudiment contient toutes les règles ; mais il n’enseigne pas dans les occasions particulières, comment il faut les appliquer. Aussi l’étude du latin, malgré les rudimens & les dictionnaires, est-elle encore d’une difficulté insurmontable pour la plupart des jeunes gens.

75On n’en sera pas surpris, si on veut considérer la nature des choses. Qu’est-ce que le langage parmi les hommes ? Un art pratique. Or, ces sortes d’arts s’apprennent par l’exercice, & non par le raisonnement. Placez une plume entre les doigts d’un enfant, conduisez la main ; après quelque temps il saura écrire, quoiqu’il ignore la théorie de l’écriture. Exercez les oreilles & la langue d’un enfant ; bientôt il comprendra ce que vous lui dites, & il saura vous répondre sans connoître les règles du langage. À proprement parler, les arts pratiques n’ont point de règles. Ce qu’on appelle de ce nom n’est que le recueil des observations faites sur la manière dont on a d’abord exercé ces arts par le seul instinct de la nature. Delà vient que l’habileté ne consiste pas à savoir ces règles prétendues, mais à les observer sans réflexion, soit qu’on les sache, soit qu’on les ignore. Tous les François entendent leur Langue ; combien y en a-t-il qui aient étudié la Grammaire ? Les plus habiles Grammairiens ne font aucun usage de leur science pour suivre la conversation ; ils entendent le sens du discours par habitude, comme les ignorans.

76Aussi convient-on assez généralement que la meilleure méthode pour apprendre les Langues seroit l’usage ? Mais comment apprendre par l’usage des Langues qui ne se parlent plus ? Cet obstacle n’est pas insurmontable. Les Langues sont employées à écrire comme à parler ; pourquoi ne pouroit-on pas les apprendre dans les livres comme dans le commerce de la vie ? C’est également les étudier par l’usage. Il ne reste que l’embarras de faire entendre les livres à celui qui ne sait pas la Langue dans laquelle ils sont écrits. M. Du Marsais en a trouvé un moyen fort simple. Il place au-dessus des mots latins les mots françois correspondans. D’autres auteurs ont imité & même perfectionné cette invention. La forme est indifférente. La seule chose essentielle, est de joindre toujours un mot connu au mot inconnu, afin qu’en lisant un livre écrit dans une Langue qu’on ne sait pas, on entende cependant les mots & la pensée de l’auteur.

77Voilà ce que l’on cherchoit, une manière d’apprendre par l’usage les Langues mortes. Elle a tant d’avantages sur la méthode commune, qu’il est difficile de comprendre pourquoi elle n’a pas été adoptée aussi-tôt quelle a été connue. L’ordre des exercices a pu s’y opposer dans les écoles publiques ; cet ordre est si bien combiné & renferme tant de choses utiles, comme l’a prouvé le sage Rollin, qu’on n’a pas dû le changer légèrement. Mais quels obstacles ont arrêté dans les éducations domestiques ? Quelle fantaisie attache si fortement, même des personnes du monde, aux thêmes & aux versions ? Je sais combien la coutume est impérieuse ; mais je sais aussi que, chez nous principalement, l’attrait de la nouveauté balance l’empire de la coutume.

78J’ai donc soupçonné que cette méthode n’étoit pas suffisamment connue. On a cru que c’étoit un autre systême, que des partisans de la nouveauté vouloient substituer à l’ancien ; & systême pour système, que gagne-t-on à changer ? On pouvoit bien y être trompé, parce que jusqu’ici une portion de la Grammaire a été conservée comme une introduction nécessaire. Cette complaisance pour les préjugés défigure la méthode, qui ne paroît plus ce qu’elle est en effet, une simple imitation de la nature. Les enfans apprennent leur Langue sans entendre parler de déclinaisons ni de conjugaisons ; quelle nécessité y a-t-il de leur en parler pour une autre Langue ? Les terminaisons finales des noms & des verbes forment des mots latins dont on apprendra le sens par l’usage, comme on apprend celui des prépositions & des adverbes. Il est vrai qu’on ignorera leur dénomination grammaticale ; mais qu’importe qu’on ignore que Patrum est au génitif pluriel, pourvu qu’on sache qu’il signifie des pères ? Il est vrai encore qu’on n’apprendra pas sur un seul verbe la signification de tous les temps semblables ; mais la nature conduit au même but par un chemin moins raboteux & plus court. Elle enseigne à juger des choses semblables, par analogie : vous m’avez dit qu’Amabam signifie j’aimois ; je n’ai pas besoin que vous me disiez que Cantabam signifie je chantois ; l’analogie seule me fait déviner.

79Un second défaut a pu nuire au succès de cette méthode. On n’a proposé jusqu’ici qu’une seule espèce de livres élémentaires, savoir une version littérale, accompagnée d’une traduction. Or ce livre ne suffit ni pour le commencement, ni pour la suite des études. Il n’entre pas assez dans le détail pour lever toutes les difficultés des commençans, & il ne laisse pas assez de difficulté pour ceux qui ont fait quelques progrès.

80Je me suis donc persuadé que, sans avoir fait aucune découverte, je pouvois travailler utilement sur cette matière. J’ai cru qu’en présentant cette méthode dans son vrai jour, j’en ferois sentir les avantages ; & qu’en lui donnant les développemens nécessaires, j’en faciliterais la pratique. Voici le plan que j’ai suivi.

81Je remonte d’abord jusqu’à l’origine de toutes les Langues, pour en reconnoître la composition, & expliquer plus nettement comment la nature enseigne aux enfans à parler & à entendre leur Langue maternelle. Je montre ensuite que la méthode de la version littérale imite les leçons de la nature. Pour développer cette méthode, j’ai recherché en quoi deux Langues sont différentes, & j’ai pour exemple le françois et le latin. J’ai trouvé quatre différences essentielles ; je les rapproche toutes dans le premier livre élémentaire, qui ne présente aux élèves aucune difficulté à vaincre. Mais pour suivre & hâter les progrès, je retranche bientôt ce premier livre, & j’en substitue un second qui offre une difficulté très légère ; puis un troisième, & un quatrième, dans lesquels la difficulté augmente par dégrés. Ainsi le travail est toujours proportionné aux forces, & le secours aux besoins. Dès le premier jour un élève entend quelque lignes de son auteur, parce que son livre élémentaire lui dit tout. De temps à autre son livre l’aide moins, & cependant il continue à entendre ; enfin il parviendra à n’avoir plus aucun besoin d’être aidé, & alors il saura le Latin pour le lire. Dans la vue de rendre cette lecture plus agréable & plus utile, j’entre dans un assez long détail sur les beautés du style qui dépendent de la Langue, & sur la manière de les faire passer d’une Langue à l’autre. Enfin, pour terminer la carrière de l’étude du Latin, j’examine comment on peut apprendre à l’écrire, & même à le parler. Je finis par un court essai de livres élémentaires sur quelques lignes de Grec, d’Allemand, d’Anglois, d’Espagnol, & d’Italien. On verra que les principes que j’ai posés sont généraux, quoique j’aie pris tous mes exemples dans la Langue latine. En effet, je me suis proposé ce problème : Sachant une première Langue, en apprendre une seconde par b lecture. Je n’ai épargné pour le résoudre ni mon temps, ni mon travail. Je croirais avoir rendu quelque service aux lettres, si ce petit ouvrage contribuoit à faciliter le commerce avec les bons écrivains de l’antiquité & des pays étrangers.

De b manière d’apprendre les bngues [...] (Préface).

Pierre Restaut

1,5

1730

82Le raisonnement seul ne suffit pas pour l’étude d’une langue. Il faut encore que la mémoire se charge & se remplisse d’un grand nombre de mots & de combinaisons différentes, dont la connoissance ne s’acquiert que par un exercice continué, & ne peut être du ressort d’aucune méchanique. Je conviens néanmoins, qu’on peut abréger cette étude. Mais j’en fais consister tout le secret dans l’arrangement & dans l’explication raisonnée des principes ; parce qu’il est certain que les choses ne s’apprennent qu’autant qu’on les conçoit avec netteté.

C’est sur ce seul point que j’ai travaillé. [...].

Principes généraux et raisonnés [...] (Préface : v).

Jean-Jacques Rousseau

1, 5, 6, 10, 13

1762

83Les pédagogues qui nous étalent en grand appareil les instructions qu’ils donnent à leurs disciples sont payés pour tenir un autre langage : cependant on voit, par leur propre conduite, qu’ils pensent exactement comme moi. Car, que leur apprennent-ils, enfin ? Des mots, encore des mots, et toujours des mots. Parmi les diverses sciences qu’ils se vantent de leur enseigner, ils se gardent bien de choisir celles qui leur seraient véritablement utiles, parce que ce seraient des sciences de choses, et qu’ils n’y réussiraient pas ; mais celles qu’on paraît savoir quand on en sait les termes, le blason, la géographie, la chronologie, les langues, etc. ; toutes études si loin de l’homme, et surtout de l’enfant, que c’est une merveille si rien de tout cela lui peut être utile une seule fois en sa vie.

84On sera surpris que je compte l’étude des langues au nombre des inutilités de l’éducation : mais on se souviendra que je ne parle ici que des études du premier âge ; et, quoi qu’on puisse dire, je ne crois pas que, jusqu’à l’âge de douze ou quinze ans, nul enfant, les prodiges à part, ait jamais vraiment appris deux langues.

85Je conviens que si l’étude des langues n’était que celle des mots, c’est-à-dire des figures ou des sons qui les expriment, cette étude pourrait convenir aux enfants ; mais les langues, en changeant les signes, modifient aussi les idées qu’ils représentent. Les têtes se forment sur les langages, les pensées prennent la teinte des idiomes. La raison seule est commune, l’esprit en chaque langue a sa forme particulière ; différence qui pourrait bien être en partie la cause ou l’effet des caractères nationaux ; et, ce qui paraît confirmer cette conjecture est que, chez toutes les nations du monde, la langue suit les vicissitudes des mœurs, et se conserve ou s’altère comme elles.

86De ces formes diverses l’usage en donne une à l’enfant, et c’est la seule qu’il garde jusqu’à l’âge de raison. Pour en avoir deux, il faudrait qu’il sût comparer des idées ; et comment les comparerait-il, quand il est à peine en état de les concevoir ? Chaque chose peut avoir pour lui mille signes différents ; mais chaque idée ne peut avoir qu’une forme : il ne peut donc apprendre à parler qu’une langue. Il en apprend cependant plusieurs, me dit-on : je le nie. J’ai vu de ces petits prodiges, qui croyaient parler cinq ou six langues. Je les ai entendus successivement parler allemand, en termes latins, en termes français, en termes italiens ; ils se servaient à la vérité de cinq ou six dictionnaires, mais ils ne parlaient toujours qu’allemand. En un mot, donnez aux enfants tant de synonymes qu’il vous plaira : vous changerez les mots, non la langue ; ils n’en sauront jamais qu’une.

87C’est pour cacher en ceci leur inaptitude qu’on les exerce par préférence sur les langues mortes, dont il n’y a plus de juges qu’on ne puisse récuser. L’usage familier de ces langues étant perdu depuis longtemps, on se contente d’imiter ce qu’on en trouve écrit dans les livres ; et l’on appelle cela les parler. Si tel est le grec et le latin des maîtres, qu’on juge de celui des enfants ! À peine ont-ils appris par cœur leur rudiment, auquel ils n’entendent absolument rien, qu’on leur apprend d’abord à rendre un discours français en mots latins ; puis, quand ils sont plus avancés, à coudre en prose des phrases de Cicéron, et en vers des centons de Virgile. Alors ils croient parler latin : qui est-ce qui viendra les contredire ?

88En quelque étude que ce puisse être, sans l’idée des choses représentées, les signes représentants ne sont rien. On borne pourtant toujours l’enfant à ces signes, sans jamais pouvoir lui faire comprendre aucune des choses qu’ils représentent. En pensant lui apprendre la description de la terre, on ne lui apprend qu’à connaître des cartes ; on lui apprend des noms de villes, de pays, de rivières, qu’il ne conçoit pas exister ailleurs que sur le papier où on les lui montre. [...]

Émile [...](1762/1966 : 134-135).

* François Roux

1

1746

89[...] il n’y a pas plus de deux manières d’apprendre une langue bien : l’apprendre sans règles, directement, par le commerce quotidien de personnes instruites desquelles on apprend les mots, leurs modifications, leur signification et leurs liens avec d’autres mots, ou apprendre directement, à l’aide des règles, les changements et les liens des mots entre eux. La première manière est pour les enfants, car il leur manque l’habileté de déduire des phrases générales des phrases particulières, même si cette manière d’apprendre la langue est plus longue. Pour les adultes par contre la dernière est la manière la plus sûre, la plus courte la plus précise et la meilleure.

Méthode ducale [...] (Préface, voir Schröder 1969).

* John Stevens, Juan Steffan

1,2

1784

Dialogue entre le maître d’anglais et son élève espagnol.

Entiende vm. el ingles ?

Comprenez-vous l’anglais ?

Lo hablo un poco.

Je le parle un peu.

Cuanto ha que vm lo aprende ?

Depuis quand l’étudiez-vous ?

Cerca de seis meses.

Depuis près de six mois.

Quien es su maestro ?

Qui est votre professeur ?

Es ingles de nacion... Nos da cada semana dos lecciones o tres en Dialogos para aprender de memoria.

Il est anglais d’origine... Il nous donne deux ou trois leçons par semaine sous forme de dialogues que nous devons apprendre par cœur.

Es esto todo? No ha hecho vm. otra cosa desde que empezó a aprender?

C’est tout ? Vous n’avez rien fait d’autre depuis que vous avez commencé à apprendre ?

He aprendido a leer.

J’ai appris à lire.

Pero quizâ su maestro mismo no sabe leer.

Mais peut-être que votre professeur ne sait pas lire.

Es suizo.

Il est Suisse.

Esto haría rebentar de risa a un ingles, si llegase a saber que la lengua inglesa fuese ensenada en alguna parte del mundo por un suizo. Solamente se aprende un lenguaje mediante las muchas esplicaciones y traducciones que uno hace de ambas maneras.

Ceci ferait éclater de rire un Anglais, s’il venait à apprendre que quelque part dans le monde, l’anglais est enseigné par un Suisse. On apprend une langue seulement par les nombreuses explications et traductions que l’on fait des deux façons.

Mi maestro ha empezado a hacerme aprender el uso, y prâctica de los articulos, las dedinaciones de los nombres, las conjugaciones de los verbos, y las principales reglas de la construcción, ensenandome a leer al mismo tiempo...

Mon professeur a commencé à me faire apprendre l’usage et la pratique des articles, les déclinaisons des noms, la conjugaison des verbes et les principales règles de la construction m’enseignant à lire en même temps...

Aora me hace construir el Telemaco y los Viajes de Ciro ; me da una composición sobre los principios, y las reglas del idioma ingles.

Maintenant il me fait construire Télemaque et les Voyages de Cyre ; il me donne une composition sur les principes et les règles de la langue anglaise.

Entiende vm. lo que lee ? Perfectamente, excepto cuando encuentro algunos idiotismos.

Comprenez-vous ce que vous lisez ?

Parfaitement, sauf lorsque je trouve quelques idiotismes.

Grammatica Inglesa, y Castellana...,
cité par Martin-Gamero (1961 : 166-167).Trad. franç. Simon Busbib.

Ernst Christian Trapp

1,2,5

1788

90Jusqu’à quel degré de perfection doit-on apprendre une langue ? Cela dépend de l’apprenant et de son intention. Certains peuvent se contenter de comprendre une langue dans la mesure où cela est nécessaire à leurs affaires. C’est le cas par exemple de nombreux commerçants. D’autres doivent la parler, et d’autres encore doivent savoir l’écrire ; et ces deux facultés possèdent elle-mêmes des degrés divers de perfection dont tout le monde ne doit pas atteindre le plus élevé. Ce degré supérieur étant : parler sans fautes et écrire de manière juste et élégante.

Über den Unterricht in Sprachen (1788: 53, in Weller 1990: 117).

* Luis Antonio Vernei (Verney) (dit Barbadinho)

1, 5

1746

91Il serait aussi juste que l’étudiant, avec le temps, apprenne le français ou l’italien, afin qu’il puisse lire les merveilleux ouvrages sur toutes les sciences écrits dans ces langues et qui ne sont pas traduits en latin. Dans le passé les hommes doctes croyaient qu’il fallait nécessairement posséder le latin pour savoir les sciences. Mais au siècle passé et au présent, le monde s’est détrompé et persuadé qu’il est possible de traiter les sciences en toutes les langues [...]. Les meilleurs livres sont écrits en langues vulgaires ; et tout homme qui sait lire, peut à présent comprendre toutes les sciences [...]. Depuis un certain temps, les Italiens ont commencé à suivre la méthode des ultramontains. Ils ont commencé par traduire des livres anglais et français et ensuite à composer des ouvrages originaux. De sorte qu’aujourd’hui celui qui veut avoir beaucoup de connaissances facilement, doit comprendre le français ou l’italien [...]. L’étude de ces langues ne demande pas beaucoup de temps car nous pouvons nous servir de livres latins que nous avons avec la traduction littérale en français, tels ceux de Térence et d’Horace de Madame Dacier et d’un Jésuite, etc. [...]. Ces mêmes auteurs latins sont traduits en vers italiens avec en parallèle le [texte] latin, par deux hommes parmi les plus doctes d’Italie. L’italien est plus facile. Mais il ne faudrait pas que V. P. en pense que je suis impitoyable et que je veux charger les pauvres garçons avec tant de poids. Je n’indique rien que je n’aie vu exécuter par beaucoup de garçons. Et je puis affirmer à V. P. que ces études ne sont pas difficiles en elles-mêmes, mais la mauvaise méthode utilisée pour les enseigner leur donne un caractère difficile. Cependant, je n’oblige personne. Je ne montre que ce qui est utile. Lorsque l’étudiant ne se sent pas prêt il peut remettre ce travail à un autre moment, quand il sera moins fatigué.

Verdadeiro Método de Estudar (1965 : 41-42).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search