Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Pline le Jeune à Cornelius Fuscus

Texte intégral

1Vous me demandez comment je vous conseillerais d’étudier à votre maison de campagne, où vous êtes déjà depuis longtemps. L’une des meilleures manières, selon l’avis de beaucoup de gens, c’est de traduire du grec en latin, ou du latin en grec. Par là vous acquérez la justesse et la beauté de l’expression, la richesse des figures, la facilité de vous expliquer ; et dans cette imitation des auteurs les plus excellents, vous prenez insensiblement des tours et des pensées semblables aux leurs. Mille choses qui échappent à un homme qui lit, n’échappent point à un homme qui traduit. La traduction ouvre l’esprit, forme le goût. Vous pouvez encore, après avoir lu quelque chose, seulement pour en prendre le sujet, le traiter vous-même, résolu de ne pas céder à votre auteur ; ensuite conférer vos écrits avec les siens, et soigneusement examiner ce qu’il a dit mieux que vous, ce que vous avez dit mieux que lui. Quelle joie, si l’on s’aperçoit que l’on prend quelquefois le dessus ! Quel redoublement d’émulation, si l’on voit que l’on demeure toujours au-dessous ! Il ne sera pas inutile aussi de choisir les plus beaux endroits, et de joûter contre eux. Comme ce combat se hasarde en secret, il est hardi sans être téméraire. Ce n’est pas que nous n’ayons vu beaucoup de personnes, à qui ces sortes de combats ont si bien réussi, qu’entrés en lice dans le dessein seulement de suivre ceux qu’ils ne désespéroient pas d’atteindre, ils les ont enfin glorieusement devancés. Souvenez-vous encore, quand vous aurez perdu les idées de votre ouvrage, de les reprendre, d’en conserver une partie, de retrancher l’autre, d’y ajouter, d’y changer. Rien, je l’avoue, n’est plus pénible, plus ennuyeux, mais cette peine a son utilité. Vous rendez à votre esprit, son premier feu, et vous revenez avec des forces nouvelles. Enfin, vous ajoutez de nouveaux membres à un corps qui sembloit auparavant achevé, et vous ne faites point de tort à ceux qu’il avoit déjà. Je sais que votre étude présente est l’éloquence du barreau ; mais pour cela, je ne vous conseillerais pas de ne point quitter quelquefois ce style de dispute, et, pour ainsi dire, de guerre. Comme les champs se plaisent à changer de différentes semences, nos esprits aussi veulent être exercés par différentes études. Je voudrois tantôt qu’un beau morceau d’histoire vous occupât, tantôt que vous prissiez soin de bien écrire une lettre, quelquefois que vous fissiez des vers. Souvent, dans les plaidoyers même, il se présente des occasions où l’on est obligé de placer des descriptions qui ne sont pas seulement historiques, mais presque poétiques. En écrivant des lettres, on se fait un style concis et châtié. En faisant des vers, je ne dis pas dans ces ouvrages de longue haleine (qu’il n’est permis d’entreprendre qu’à ceux qui jouissent d’un plein loisir) mais dans ces petites pièces galantes et délicates, propres à délasser des plus importantes occupations, on s’amuse. Cela s’appelle des jeux ; mais ces jeux quelquefois ne nous attirent pas moins de gloire que des écrits plus sérieux. C’est pourquoi je vous dirai (pour vous donner le goût des vers, par des vers mêmes :)

Comme on voit un morceau de dre,
Entre les mains de l’ouvrier,
Se laisser si bien manier,
Qu’à son ordre aussitôt elle est ce qu’il désire ;
Qu’elle devient et Mars et Pallas tour à tour ;
Ou Vénus, ou son fils l’Amour :
Comme l’eau répandue éteint les incendies,
Ou va par différents canaux,
Coulant à travers les roseaux,
Porter l’émail dans les prairies :
Il faut de même que l’esprit
Se prête à différent caprice ;
Et que docile, il obéisse
Aux règles que l’art lui prescrit.

2C’est ainsi que les plus grands orateurs, et même que les plus grands hommes s’exerçoient ou se délassoient ; ou plutôt, c’est ainsi qu’ils se délassoient et s’exerçoient tout ensemble. Il est surprenant combien ces petits ouvrages éveillent l’esprit et le réjouissent. L’amour, la haine, la colère, la pitié, la politesse ; enfin, tout ce qui se présente plus ordinairement dans la vie, dans le barreau, dans les affaires, peut-être le sujet de ces sortes de pièces. Outre que de cette poésie, comme des autres, nous tirons cet avantage, qu’après avoir été enchaînés par la mesure des vers, la liberté de la prose nous met à l’aise, et que nous écrivons plus gaîment dans un genre dont nous sentons la facilité, par la comparaison que nous en venons de faire. En voilà peut-être sur ce sujet plus que vous n’en demandiez. J’ai pourtant oublié un point essentiel : je n’ai point dit ce qu’il falloit lire, quoique ce soit l’avoir assez dit, que d’avoir marqué ce qu’il falloit écrire. Souvenez-vous seulement de bien choisir les meilleurs livres dans chaque genre ; car on a fort bien dit : qu’il falloit beaucoup lire, mais non beaucoup de choses. Je ne vous marque point ces livres ; ils sont si universellement connus, qu’il n’est pas nécessaire de les indiquer ; d’ailleurs, je me suis si fort étendu dans cette lettre, qu’en voulant vous donner des avis sur la manière d’étudier, j’ai dérobé un temps considérable à vos études. Reprenez donc au plus tôt vos tablettes. Commencez quelqu’un des ouvrages que je vous ai proposés, ou continuez ce que vous avez commencé. Adieu.

3Pline le Jeune (Ier siècle)

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search