Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre XI. Les États-Unis

Texte intégral

Aperçu historique

  • 1 Vers 1760 la population des treize colonies s’élève à 1 600 000 habitants. Au début de la révoluti (...)

1En 1607, un groupe de marchands anglais traverse l’Atlantique et vient s’établir là où se développera graduellement la ville de Jamestown. Ainsi naît la Virginie, première colonie britannique en Amérique du Nord. En 1620, un groupe de puritains et dissidents religieux (les Pilgrims) débarque du Mayflower à Cape Cod et fonde la Nouvelle-Angleterre. Quatre ans plus tard les Hollandais achètent Manhattan aux Iroquois et fondent la Nouvelle-Amsterdam. Puis, en 1638, des Suédois s’établissent dans le Delaware et la Pennsylvanie. La vague des colons venus d’Europe ne s’arrêtera plus1. Les plus nombreux viennent d’Angleterre et ils forment 11 colonies qui en 1732 deviennent 13. La population blanche se compose de 61 % d’Anglais, 10 % d’Irlandais, 9 % d’Allemands, 8 % d’Écossais, 3 % de Hollandais, 2 % de Français, 1 % de Suédois, et 6 % d’autres.

  • 2 À Londres et dans les autres grands ports d’Angleterre s’était formée une catégorie de professionn (...)

2Une très grande partie des colons anglais est composée de déportés politiques, de criminels de toutes sortes et surtout d’hommes et de femmes jeunes en état de servitude (« indentured servants »). Pour venir en Amérique ils ont accepté volontairement ou sous la contrainte2 de servir pendant cinq à sept ans comme domestiques, ouvriers agricoles ou artisans, le maître qui les achèterait dans les colonies. En échange ce dernier s’engage à leur apprendre à exercer un métier et aussi à lire et à écrire, ce qu’il remet d’habitude jusqu’à la veille de l’expiration du contrat.

  • 3 Ainsi à Manhattan, en 1664, quand les Anglais s’emparent de la Nouvelle-Amsterdam on relève 20 nat (...)

3Les colonies présentent entre elles des différences remarquables quant à leur étendue, au nombre et à la composition ethnique, linguistique et religieuse de leurs habitants, le caractère de leur économie, etc. Généralement on les divise en trois groupes distincts. Dans les colonies du nord (la Nouvelle-Angleterre avec la ville de Boston comme centre principal, le Rhode Island, le Massachusetts, le New Hampshire et le Connecticut) dominent les puritains. Outre l’agriculture, l’artisanat et le commerce traditionnel, ils pratiquent sans scrupules le trafic lucratif du rhum et des esclaves (Boston). Les colonies du sud (Maryland, Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie) sont habitées par de riches planteurs de tabac, de coton et de canne à sucre, des Blancs moins fortunés et des esclaves noirs. Ces colonies comptent peu d’habitants, qui vivent sur des plantations isolées. Les centres urbains sont rares ici (Charleston). Le groupe du centre (New York, New Jersey, Pennsylvanie, Delaware) a une population fort hétérogène3 appartenant à nombre de sectes protestantes rivales et deux villes importantes : Philadelphie, principal centre culturel dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord et New York, orientée beaucoup plus vers les affaires et l’accumulation de richesses matérielles que vers l’éducation, les arts et les lettres.

4Au cours du XVIIIe siècle les treize colonies réussissent à renforcer leur autonomie vis-à-vis du gouvernement de Londres mais ne pensent pas à l’indépendance. La protection des troupes anglaises leur est indispensable, tant que les Indiens résistent contre l’usurpation de leurs terres par les colons et, surtout, aussi longtemps que les Hollandais au centre (Nouvelle-Amsterdam), les Français au nord (Nouvelle-France), à l’ouest (vallée du Mississipi) et au sud (Louisiane), et les Espagnols au sud (Louisiane, Floride, Nouveau-Mexique), représentent pour eux une menace.

5Après l’occupation définitive de la Nouvelle-Amsterdam (New York) par les Anglais (1674), la signature du traité d’Utrecht (1713) et du traité de Paris (1763), les dangers hollandais et français disparaissent. C’est alors que s’intensifient les frictions avec la métropole, surtout après la tentative du gouvernement de Londres d’imposer des taxes sans l’accord des colonies. En 1773, les émeutes de Boston (« la partie de thé de Boston ») et la décision de Londres de fermer le port de Boston et d’abolir les franchises du Massachusetts (« lois intolérables ») mettent le feu aux poudres. Les colons forment un front uni et convoquent à Philadelphie le premier Congrès continental (1774), qui décide de ne plus reconnaître dorénavant à Londres un quelconque pouvoir fiscal sur les colonies.

6Les coups de feu qui accueillent les troupes anglaises envoyées pour rétablir l’ordre (bataille de Lexington, avril 1775) marquent le début de la révolution américaine. Le 4 juillet 1776, à Philadelphie, les délégués au deuxième Congrès continental adoptent la déclaration d’indépendance et mettent les milices américaines sous le commandement du général Georges Washington (1732-1799).

7La guerre d’indépendance sera longue, mais avec l’appui de la France (corps expéditionnaire de Rochambeau) et l’aide des volontaires étrangers (Lafayette, Kosciuszko) les insurgés réussissent à vaincre les Anglais à la bataille de Yorktown (19 octobre 1781) et les obligent à capituler. Deux ans plus tard, le traité de Versailles (1783) ratifie l’indépendance américaine. Les treize colonies américaines deviennent les États-Unis d’Amérique.

8Une des premières mesures des Pères fondateurs des États-Unis est la rédaction de la Constitution (1787), la première constitution écrite au monde. Le nouveau pays sera une république fédérale avec à sa tête un président. Le gouvernement fédéral dirigera la politique extérieure, la défense et le commerce avec l’étranger et entre les États. Le reste (justice, éducation, etc.) restera de la compétence de chaque État. Après de longues négociations la Constitution est adoptée, George Washington est élu premier président (1789) et Philadelphie est choisie pour capitale.

La situation dans le domaine de l’éducation

9Pour comprendre l’évolution du système d’éducation aux États-Unis, il est nécessaire de tenir compte des conditions tout à fait exceptionnelles dans lesquelles vivent et travaillent les colons. Les Amérindiens ne connaissent pas l’école formelle de type européen, avec ses niveaux, son programme, ses manuels, ses méthodes, etc. Pour les Blancs cependant les écoles sont indispensables. Mais avant de penser à l’instruction des jeunes il faut leur enseigner à survivre au milieu d’une nature sauvage et d’une population indigène hostile. Les espaces sont immenses, les mains disponibles peu nombreuses et les localités habitées éparpillées.

10La population blanche des colonies américaines se compose d’une minorité de seigneurs et d’une majorité de gens ordinaires et de colons en état de servitude. Les colons sont de différentes nationalités, parlent une multitude de langues et appartiennent à différentes Églises et sectes protestantes, toutes plus ou moins intolérantes, chacune jalouse de ses traditions et de ses rites. Créer dans ces circonstances un système d’éducation quelque peu cohérent tient d’une gageure.

11Comme les Anglais forment dans toutes les treize colonies le groupe d’habitants le plus nombreux et le plus puissant, il est naturel que le modèle d’éducation le plus répandu soit celui de l’Angleterre. Parmi les premiers colons anglais qui s’établissent en Nouvelle-Angleterre on compte 130 diplômés d’Oxford et de Cambridge. Dans les colonies du centre et du sud aussi le nombre d’anciens étudiants de ces deux grandes universités britanniques, en particulier parmi les théologiens, est considérable. Mais la population des colonies augmente rapidement et le besoin d’hommes éduqués pour prendre la relève après la mort de la première génération de dirigeants civils et d’ecclésiastiques, devient urgent.

12Très tôt au XVIIe siècle apparaissent en Nouvelle-Angleterre, puis dans les colonies du centre, des écoles primaires, des écoles secondaires et même des établissements supérieurs. Dans les colonies du sud toutefois l’instruction des jeunes reste longtemps négligée. Partout l’éducation est principalement l’affaire du clergé. Les Églises protestantes exercent au début de l’histoire des colonies un rôle décisif sur tous les aspects de la vie des habitants au point que l’on parle de théocratie.

13Les écoles catholiques sont à cette époque rarissimes, mais elles existent, en dépit de l’attitude farouchement « antipapiste » de la plupart des Églises et des sectes réformées. On relève aussi un nombre grandissant d’écoles laïques et dans les grands centres urbains des écoles créées et contrôlées, plus ou moins, par la ville.

Les écoles primaires

14Pour tout protestant la pratique de la religion est liée à la lecture individuelle de la Bible. La Bible est le guide de conduite du chrétien et la source de toute sagesse. Dès 1647, les dirigeants du Massachusetts votent une loi qui impose aux communes de 50 familles et plus de désigner un habitant pour enseigner aux enfants à lire et à écrire, et aux communes de 100 familles et plus d’ouvrir une école secondaire (« grammar school ») pour les jeunes qui iront à l’université. Le contrôle de l’application de ce règlement est confié aux élus municipaux et au diacre. Même s’il n’est pas partout scrupuleusement respecté, il contribue à assurer un certain degré d’instruction populaire.

15Le financement de l’instruction des enfants (émoluments du maître, construction et maintenance des édifices scolaires, achat de matériel didactique, etc.) est assuré par les parents, éventuellement par le maître des apprenants en état de servitude ou par une taxe scolaire, ce qui suscite souvent l’opposition des parents pauvres car il n’est pas rare que l’argent serve à subventionner les écoles supérieures fréquentées par les fils des familles aisées. Ce n’est que 300 ans après l’arrivée des premiers colons que tous les enfants des États-Unis indépendamment de la fortune de leurs parents, pourront acquérir gratuitement une certaine éducation élémentaire.

16À l’époque coloniale, il existe aux États-Unis plusieurs types d’écoles primaires : l’école paroissiale, l’école des dames (« dame school »), l’école communale et dans le sud l’« old field school ». À l’école paroissiale, c’est le pasteur qui enseigne. À l’école des dames, une veuve ou une vieille fille s’occupe des enfants de ceux qui payent ses services. Le maître de l’école communale est rémunéré avec l’argent collecté par les taxes et, comme le montant souvent ne suffit pas, les sessions sont raccourcies et l’école déplacée dans une autre localité. Quant à « l’école des champs » elle est d’habitude parrainée par la communauté locale et les enfants y sont instruits gratuitement ou à « coûts très modérés » (« very easie terms »).

17L’instruction élémentaire n’est pas considérée comme une vraie éducation, elle ne forme pas des gens instruits. Les gens instruits sont ceux qui ont fréquenté l’école latine, et qui savent lire les langues sacrées. Le but de l’école élémentaire est d’assurer l’éducation religieuse des enfants et la connaissance des rudiments de la lecture, de l’écriture et du calcul, là où le maître en est capable, ce qui n’est pas toujours le cas.

18Partout, et jusque bien après 1800, l’éducation primaire est volontaire, irrégulière, rudimentaire et inadéquate. Si l’instruction des garçons est limitée et insatisfaisante, celle des jeunes filles l’est encore davantage, les femmes à l’époque coloniale n’ayant pas de statut individuel légal. Elles dépendent complètement de leur mari ou de leur père, ce que certains appellent « the woman-as-chattel conconcept ». Cela ne signifie pas que les filles sont totalement exclues des bienfaits de l’instruction. Beaucoup fréquentent l’école des dames, souvent avec les garçons, dans certains États elles peuvent suivre ensuite les cours à l’école municipale, quand les garçons n’y sont plus. Il existe aussi des écoles privées pour les jeunes filles des familles plus aisées, avec un programme d’études plus riche. Les meilleures de ces écoles sont dirigées par des hommes, par exemple The Young Ladies Academy de Philadelphie fondée en 1787 par John Poor, diplômé de Harvard (Monrœ, [1940] 1971 : 473).

19Aux XVIIe et XVIIIe siècles, on ne peut parler d’éducation des enfants noirs. Cependant, la dépendance grandissante des planteurs à l’égard du travail des esclaves rend nécessaire une certaine instruction professionnelle. Beaucoup apprennent, par la routine, à exercer un métier, un petit nombre apprennent seuls ou avec l’aide de leur maître à lire et à écrire un peu. Quelques rares écoles acceptent aussi des enfants noirs. Au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle les Quakers et certaines organisations bénévoles commencent à s’occuper de manière systématique de l’éducation des Noirs. On voit alors apparaître des écoles pour les Noirs à New York, à Philadelphie, à Charleston et ailleurs.

20La réaction des colons blancs ne tarde pas à se manifester, car les esclaves capables de lire la Bible peuvent être baptisés et un Noir baptisé ne peut pas rester esclave toute sa vie. En 1740, la Caroline du Sud promulgue une loi qui interdit à quiconque d’instruire ou de faire instruire un esclave et ferme les écoles qui acceptent des Noirs. En 1767, la Virginie passe une loi qui stipule que le statut de l’esclave ne change pas après le baptême. Un Noir est esclave toute sa vie, et les enfants d’une femme noire sont automatiquement aussi des esclaves. Long sera le chemin à parcourir pour que les enfants noirs acquièrent le droit à l’éducation.

21Aux XVIIe et XVIIIe siècles, on trouve très peu d’écoles catholiques, primaires ou autres, sur le territoire des treize colonies britanniques. Celles qui y sont fondées, par exemple en Pennsylvanie, sont privées et de nature éphémère. Les Jésuites tentent en 1640 d’ouvrir un collège dans le Maryland, mais sans grand succès. Plus d’un siècle plus tard, en 1767, on cite l’existence d’une école paroissiale à Philadelphie avec des maîtres laïcs. La situation ne commence à changer qu’après la guerre d’indépendance et l’établissement en 1790 du premier diocèse américain à Baltimore. L’année suivante est fondé le collège Georgetown et puis d’autres écoles catholiques à travers tout le pays.

22La présence de missionnaires catholiques espagnols et français et d’écoles catholiques en Floride, au Mississipi, en Arizona, au Nouveau-Mexique et en Californie date du XVIe siècle. Ces territoires toutefois n’appartenaient pas encore aux États-Unis. Comme les protestants, les catholiques étaient profondément divisés sur des questions de dogme. En outre, l’antagonisme politique entre la France et l’Espagne se reflète également dans le domaine de l’éducation. En Louisiane, par exemple, les capucins espagnols et français ne s’entendent guère. Sous le régime espagnol, peu de Français de la Nouvelle-Orléans envoient leurs enfants dans les écoles élémentaires espagnoles. Ils préfèrent les envoyer dans une des nombreuses écoles privées.

23Une date particulièrement importante pour l’éducation catholique des femmes en Amérique du Nord est l’arrivée, en 1727, à la Nouvelle-Orléans, d’un groupe d’ursulines de Rouen. Leur école offre aux jeunes filles une éducation générale adaptée à leur futur rôle d’épouse et de mère. Elle présente cependant une particularité qui mérite d’être signalée : elle est bilingue. L’enseignement y est dispensé en français et en anglais, et les élèves sont tenues de converser tous les jours dans les deux langues (Watts, 1963 : 12).

24Avant 1840, les maîtres d’école n’ont aucune formation pédagogique. Pour devenir maître d’école il suffit de connaître les Écritures et d’appartenir à l’une des Églises dominantes. D’habitude le pasteur est également maître d’école. Les autres qualités requises du candidat à l’enseignement primaire sont de bonnes mœurs et une certaine maîtrise des matières au programme (lecture, écriture, calcul, religion). Même après 1839, quand Henry Barnard ouvre la première école normale (« Teacher’s Institute ») aux États-Unis, deux ans d’école secondaire suffisaient pour y être admis.

25Jusqu’au XVIIIe siècle, la principale méthode d’enseignement est la répétition à satiété et la mémorisation de la leçon. Tous les manuels sont de caractère religieux (abécédaires, psaumes, hymnes, extraits de la Bible, etc.). Ils sont importés d’Europe et par conséquent se prêtent mal au contexte nord-américain. Ainsi, lorsque, en 1783, paraît le Blue-Backed Speller de l’Américain Noah Webster (voir plus loin) il connaît un succès inouï.

Les écoles secondaires

26La première école secondaire dans les colonies britanniques en Amérique du Nord sur laquelle nous disposions d’informations suffisantes est la Boston Latin School (1635). Vers 1700, grâce à la loi de 1647 concernant les communes de 100 familles et plus, près d’un tiers des villes du Massachusetts ont une école latine. Les écoles latines dans les colonies du centre sont nombreuses en Pennsylvanie, mais rares dans l’État de New York, cette colonie manifestant peu d’intérêt pour l’éducation classique. Dans les colonies du sud, par contre, les grands propriétaires terriens sont connus pour leur admiration de la culture classique. Mais l’isolement des plantations et l’absence de centres urbains importants empêchent la création d’écoles secondaires. Il y en a quelques-unes, à Charleston et ailleurs, mais elles sont privées et éphémères.

  • 4 Selon Good (1964 : 57), le programme des écoles latines américaines était moins chargé que celui d (...)

27Le but des écoles latines est de préparer les jeunes destinés aux études collégiales. Le programme d’études est inspiré de celui des « grammar schools » anglaises et, dans le cas des écoles allemandes de Pennsylvanie, de celui des gymnases piétistes de Prusse. Les études durent généralement sept ans et sont presque entièrement consacrées à la grammaire du latin et du grec et à la lecture des auteurs de l’Antiquité classique dans l’original. La lecture des auteurs a pour but l’illustration des règles de grammaire et l’acquisition du vocabulaire. Le développement du goût joue un rôle secondaire4.

28Le nombre des écoles latines dans les treize colonies et le nombre des élèves qui les fréquentent montrent qu’au XVIIIe siècle l’éducation secondaire humaniste n’est pas particulièrement populaire en Amérique. Après 1730, on voit se développer, comme en Europe à la même époque, un mouvement d’opposition à l’éducation classique et en faveur d’une formation plus utilitaire. On demande l’abolition du latin et du grec, ou au moins la limitation du temps consacré à l’étude de ces deux langues, les textes classiques étant depuis longtemps accessibles dans les principales langues vernaculaires. On recommande l’introduction à leur place de l’étude de l’anglais et d’autres matières utiles, des disciplines qui préparent les jeunes à la vie, pas à l’entrée à l’Université.

29Les nouvelles écoles sont en règle générale privées et s’appellent écoles moyennes (« middle schools ») ou académies. Le premier établissement de ce genre est fondé en 1737 à Bethlehem, en Pennsylvanie, par Ernst Frederic Bleck. Elle est conçue principalement pour les garçons destinés aux affaires et aux professions libérales. On y enseigne l’anglais, les mathématiques, le latin, le grec, le français, l’allemand, l’arpentage, la comptabilité, le dessin technique, le dessin et la musique. L’académie la plus connue est toutefois The Academy and Charitable School de Pennsylvanie à Philadelphie, dont la création avait été recommandée par Benjamin Franklin en 1743.

30Dans l’impossibilité d’enseigner toutes les matières « utiles » et « ornementales », l’art étant, selon l’adage, long et la vie courte, Franklin propose la création d’un établissement où les élèves apprendront les choses qui seront les plus utiles dans l’exercice de leur future profession (voir 2e partie, Anthologie : 380, 392,427,435). Lorsque, en 1751, l’académie ouvre finalement ses portes, le programme d’études comprend la calligraphie, le dessin, l’arithmétique, la comptabilité, la géométrie, l’astronomie, la grammaire et la composition anglaises, l’histoire, la géographie, la chronologie, les langues anciennes et les langues vivantes.

  • 5 Ils ont de l’expérience avec ce type d’école, très populaire en Grande-Bretagne après la Restaurat (...)

31Les académies se multiplient vers la fin du siècle avec l’arrivée de nombreux Écossais, généralement presbytériens5. Ils s’installent le plus souvent dans les colonies du centre et du sud. Chaque établissement dispense les cours choisis par son propriétaire et utilise la méthode d’enseignement qu’il favorise. Tous n’ont pas le talent pédagogique des membres de la famille Tennant, dont le Log College (1751) deviendra le noyau de la célèbre université de Princeton.

32Toutefois l’attitude de la plupart des Pères fondateurs des États-Unis et des champions de l’utilitarisme envers l’Antiquité est ambivalente, comme chez tant d’Européens depuis le début du christianisme. Ainsi Franklin, dans son Autobiographie (1881), suggère-t-il de repousser l’étude du latin après l’étude, plus facile, d’une ou deux langues modernes, de sorte que les élèves apprennent au moins une langue vivante, s’ils doivent abandonner les études avant de maîtriser le latin. Rush (voir 2e partie, Anthologie : 383,472-474) aussi finit par accepter l’enseignement du latin mais seulement pour le lire. Dans une lettre à son fils Richard de douze ans il lui donne même ce conseil très surprenant venant de sa plume : « Go on with your class in learning Latin » !

33Finalement, vers 1800, les esprits s’apaisent et le débat s’éteint. L’éducation classique continue cependant à jouir dans la bonne société d’un plus grand prestige puisque c’est à travers le latin et le grec qu’on accède à l’Université et qu’on devient théologien, médecin et surtout avocat, profession fort enviée à cette époque.

Les écoles supérieures

  • 6 Une université anglaise se compose de plusieurs collèges. Aux États-Unis un collège est en même te (...)

34En 1636, les dignitaires de la Nouvelle-Angleterre décident de fonder à Cambridge, dans le Massachusetts, le collège Harvard, afin de promouvoir le savoir dans les colonies et, surtout, pour qu’après la mort des théologiens présents, les églises ne se retrouvent pas avec des ministres du culte illettrés. Quoique à l’origine fort orienté vers la théologie, Harvard, comme la plupart des universités américaines6 qui verront le jour par la suite, n’est pas un collège théologique, mais un établissement d’études supérieures modelé principalement sur l’Emmanuel College de l’université de Cambridge en Angleterre, où la plupart de ses fondateurs avaient étudié.

35La deuxième université américaine, William and Mary College, en Virginie, n’est fondée qu’en 1693 et la troisième, Yale College dans le Connecticut, en 1701. Dans la deuxième moitié du siècle cependant explose ce qu’on appelle le « College enthusiasm », qui n’est pas sans rappeler la ruée des jeunes Européens vers les collèges au début du XVIIe siècle.

36Pour satisfaire cette demande soudaine on entreprend alors la création de six autres universités : en 1746 le New Jersey College (Princeton University) est fondé, en 1754 le King’s College (Columbia University), en 1755 le Philadelphia College (University of Pennsylvania), en 1764 le Rhode Island College (Brown University), en 1766 le Queen’s College (Rutgers University) et en 1769 le Dartmouth College. Ainsi, alors que de 1636 à la fin du XVIIe siècle 450 jeunes Américains seulement obtiennent un diplôme universitaire (tous de Harvard), on compte 1400 bacheliers de 1715 à 1745 et 3100 pour la période 1745-1776.

37Dans tous ces collèges, on étudie les textes latins, grecs et, dans certains cas (Harvard), l’Ancien Testament en hébreu. Les sciences, l’histoire, et la littérature classique, quand elles figurent au programme, occupent une place insignifiante. C’est alors que l’opposition à l’étude des langues anciennes prend toute son ampleur. Les collèges américains de cette époque sont, d’une manière ou d’une autre, associés à une Église protestante donnée, même s’ils ne sont pas tous directement contrôlés ou dirigés par elle. Harvard, par exemple, est un collège d’orientation puritaine, Yale d’inclination anglicane (Westminster Confession) et le Collège de Pennsylvanie, en dépit de son antisectarisme proclamé, de tendance épiscopalienne.

L’enseignement et l’apprentissage des langues anciennes

L’étude du latin

  • 7 Exceptionnellement, les garçons sont initiés aux rudiments du latin à l’école municipale, mais l’e (...)
  • 8 « When scholars had so far profited at the grammar schools, that they could read any classical aut (...)

38Le latin est étudié à l’école latine7. Les élèves qui fréquentent ces écoles proviennent de familles aisées, car les études n’y sont pas gratuites et durent sept ans. Le programme de toutes les écoles latines est plus ou moins le même parce que leur but aussi est identique : préparation des élèves à l’entrée au collège. Pour être admis dans un collège le candidat doit passer un examen et démontrer qu’il maîtrise les langues classiques8.

39En Nouvelle-Angleterre les personnes qualifiées pour enseigner le latin ne manquent pas. Déjà vers 1650 quelque 130 diplômés de Cambridge et d’Oxford viennent s’y établir et d’autres continuent d’arriver. À ceux-là, il faut ajouter les jeunes colons qui sortent de Harvard et au cours du XVIIIe siècle des nouveaux collèges. Dans les autres colonies vivent nombre d’immigrants, en particulier d’origine allemande (Pennsylvanie) et française (Virginie, New York), diplômés des grandes universités européennes. Quelques-uns (John Lovett, Ezechiel Cheever, Franz Daniel Pastorius) se distinguent par leurs connaissances, leur méthode et leur dévouement. La majorité du corps enseignant toutefois se compose de maîtres qui n’ont pas le temps de faire leurs preuves, car ils ont accepté l’enseignement comme une solution provisoire, en attendant de faire carrière comme ministres du culte. On y trouve aussi des « ne’er-do-wells » (bons à rien) venus d’Angleterre (Monroe, [1940] 1971 : 154).

40Le programme d’études des écoles latines aux XVIIe et XVIIIe siècles ne diffère pas beaucoup de celui des grammar schools de la même époque en Angleterre, des gymnases en Allemagne ou des collèges français. Ainsi, à l’école latine de Boston, les trois premières années sont consacrées à l’étude des rudiments du latin (conjugaisons, déclinaisons, accords, vocabulaire fondamental) et à la lecture des Distiques de Caton et des Fables d’Ésope. En quatrième année les élèves lisent les Colloques d’Érasme et des extraits d’Ovide, en cinquième ils poursuivent l’étude des auteurs cités ci-dessus et y ajoutent les Épîtres de Cicéron, en sixième ils se familiarisent avec le style d’Ovide, de Lucius Florus et de Virgile et commencent l’apprentissage du grec. La septième année est consacrée à la lecture extensive de textes de style et de genre variés : Cicéron, Justin, Virgile, Horace, Juvénal, Persius, le Nouveau Testament en grec, Isocrate, Homère, et Hésiode. Dans les autres écoles latines on lit plus ou moins les mêmes auteurs (« the common list of School classics »).

41La méthode d’enseignement des langues classiques dans les écoles latines américaines ne présente aucune originalité. Comme dans les écoles européennes, pour apprendre à lire, à écrire et à parler le latin les élèves écoutent les explications du maître, répètent individuellement ou en chœur, récitent par cœur des règles, des phrases, des maximes et plus tard des passages, font de l’analyse grammaticale (« parsing »), traduisent oralement et par écrit. Les exercices les plus usités sont la traduction double, la rédaction de lettres, les harangues et les disputes en latin.

  • 9 Selon Reinhold (1984 : 57) cet ouvrage de Clarke, avec son accent sur les choses plutôt que sur le (...)

42Mais déjà au milieu du XVIIe siècle la ville de Boston forme un comité pour examiner la possibilité d’introduire des méthodes d’enseignement plus modernes, telles que la méthode de Coménius, dont les manuels sont connus dans les colonies et certains même utilisés. Plus tard, au début du XVIIIe siècle, les maîtres, influencés par An Essay upon the Education of Youth in Grammar Schools (1720) de John Clarke (voir chapitre I), s’orientent de plus en plus vers un enseignement du latin moins littéraire et plus utilitaire9.

43Toutefois, les élèves ne semblent pas éprouver beaucoup d’amour pour l’apprentissage du latin, quelle que soit la méthode d’enseignement. C’est pour cette raison que les auteurs des manuels, comme leurs professeurs sans doute aussi, tentent dans les préfaces de leurs ouvrages (grammaires, recueils de textes, glossaires, manuels de syntaxe et de prosodie) de les convaincre des mérites de cette étude.

44Jusqu’en 1804, la majorité de ces manuels sont importés d’Angleterre ou sont des rééditions américaines de l’original anglais (The Rudiments de Ruddiman, An Introduction de Clarke, etc.). Plusieurs toutefois sont composés par des professeurs américains pour les besoins de leurs élèves, tels l’Accidence. A Short Introduction to the Latin Tongue: For the Use of the Lower Forms in the Latin School (Boston, 1707) d’Ezekiel Cheever (une vingtaine d’éditions) ou The American Latin Grammar (1770) de R. Ross (une dizaine d’éditions).

45Parmi les manuels de lecture et de conversation les Corderii Colloquiorum restent très populaires (28 éditions) jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Pour les exercices de traduction, les élèves peuvent utiliser la Nomenclatura (1735) de Gregory, The Philadelphia [...] (1787) de Greenwood, ou A Practical New [...] (1798) de J. Ross. Pour les exercices de syntaxe An Introduction [...] (1799) de Mair et, pour la syntaxe et la prosodie, The Rudiments [...] (1783) de Noyes.

46Comme en Europe, le public américain trouve le temps consacré à l’étude du latin très long et les résultats tout à fait disproportionnés par rapport aux efforts des maîtres et des élèves et aux dépenses des parents ou de la communauté. Pour corriger la situation certains demandent que le latin soit enseigné plus et mieux, mais un grand nombre de personnalités influentes, comme nous l’avons déjà vu, demandent l’abolition du latin et son remplacement par des matières plus utiles, et en anglais.

47Les sentiments des critiques de l’enseignement classique des écoles latines sont résumés de manière claire et précise par William Livingston, dans sa lettre (1768) à l’évêque de Landstaff :

  • 10 « We want hands, my lord, more than heads. The most intimate acquaintance with the classics, will (...)

Monseigneur, nous avons besoin de bras, pas davantage de têtes. La connaissance la plus intime des classiques ne déplacera pas nos chênes ; ni le goût pour les Géorgiques ne cultivera nos terres. Plusieurs de nos jeunes cognent leur tête contre l’Iliade, au lieu d’employer leurs bras à nettoyer nos étangs et à drainer nos marécages. D’autres méditent dans des cogitations profondes sur l’arrangement d’un syllogisme alors qu’ils devraient diriger le bout de la charrue (trad. J. C.)10.

L’étude du grec

48Il semble que l’étude du grec dans les écoles latines des colonies américaines occupe au XVIIIe siècle une place moindre que dans les grammar schools d’Angleterre à la même époque. Les élèves américains, par exemple, ne commencent à apprendre le grec, du moins au Boston Latin School qui sert de modèle à beaucoup d’autres, que dans la deuxième moitié de la sixième année, alors que les jeunes Anglais sont initiés au grec dès la quatrième année.

49Le but principal de l’enseignement du grec est la lecture du Nouveau Testament et en second lieu d’Homère, d’Isocrate, et d’autres auteurs classiques. Au contraire du latin, la compétence orale n’est pas envisagée, aussi la langue d’enseignement du grec est bien le latin et non pas la langue cible. L’élite sociale des colonies est nourrie de culture grecque, mais presque tous ont lu les auteurs grecs dans des traductions (latines ou anglaises).

50La méthode d’enseignement du grec ne diffère pas trop de celle du latin : explication et mémorisation des règles et du vocabulaire, lecture et traduction des textes grecs en latin. Les manuels de grammaire grecque utilisés aux XVIIe et XVIIIe siècles sont importés d’Angleterre, par exemple la grammaire de Wetenhall (1776) rédigée en latin et la grammaire de Camden (1800). La première grammaire grecque écrite et imprimée aux États-Unis est celle d’Alexander (1796), qui est également l’auteur d’une grammaire latine (1795).

L’étude de l’hébreu

51Alors que l’intérêt pour le grec reste bien moindre que pour le latin, et que son étude finit par devenir principalement l’affaire des spécialistes, les colons puritains, selon Novak (1969), éprouvent une certaine affinité avec le judaïsme. Ils croient que l’apprentissage de l’hébreu se recommande non seulement parce que c’est la langue mère, ou comme disait à ses étudiants Ezra Stiles, le professeur érudit de l’université Yale, parce que c’est la langue dans laquelle ils entendront les anges chanter au ciel, mais aussi parce que pour savoir comment construire en Amérique une nouvelle Jérusalem il est nécessaire de consulter l’Ancien Testament dans l’original.

52Pourtant ils n’ont aucune sympathie pour les adeptes modernes du judaïsme. Ils tiennent à l’écart de l’expérience américaine les 3000 juifs séfarades qui vers 1650 émigrent d’Espagne et du Portugal vers la Nouvelle-Angleterre et jugent de leur devoir de les convertir au christianisme en même temps que les Amérindiens. Selon une opinion largement répandue, les Amérindiens sont les descendants des dix tribus d’Israël disparues. En 1788, un certain Jonathan Edwards assure même pouvoir démontrer sans grande difficulté la parenté des deux races, en retrouvant l’origine hébraïque des langues amérindiennes !

  • 11 Après cette date, cependant, ils peuvent remplacer l’étude de l’hébreu par celle de la langue fran (...)

53Toujours selon Novak, l’hébreu est enseigné par des ministres du culte dans certaines écoles privées du Massachusetts, à l’école latine de Boston, à New Haven et ailleurs. Dans les universités l’hébreu est longtemps obligatoire, en particulier à Harvard. Les collèges Queen, New Jersey, Rhode Island et King offrent aussi des cours. Jusqu’en 1728, pour être diplômés à Harvard, les étudiants doivent être capables de lire l’Ancien Testament dans l’original, de le traduire en latin, de faire l’analyse logique d’un extrait et de converser en hébreu avec le professeur11.

54Alors qu’en Angleterre au XVIIIe siècle l’enseignement de l’hébreu dans les universités est en plein déclin, dans les colonies américaines il est en vogue, au point que l’éducation d’un gentilhomme est considérée imparfaite sans la connaissance de la langue des patriarches. Les étudiants passent beaucoup de temps à étudier les règles et les exceptions, à mémoriser des listes de paradigmes de noms, pronoms, verbes, à décomposer les mots et à analyser leurs parties selon l’Horologium Hebrœum, sive Consilium, quomodo sancta lingua spacio xxiv. horarum ab aliquot Collegis sufficientur apprehendi queat (1623) de Wilhelm Shickard, The Key of the Holy Tongue (1593) de Martinius de Navarre (dans la traduction anglaise d’I. Udall), le General Grammar for the ready attaining of the Ebrau, Samaritan, Calde, Syriac, Arabic and the Ethiopian Languages (Berlin, 1650) de Christian Ravis, ou la grammaire (1735) du professeur de Harvard Monis.

55Après la guerre d’indépendance, avec la sécularisation de l’éducation et l’attrait croissant des disciplines scolaires pratiques, l’intérêt pour l’hébreu diminue d’année en année, encore plus que pour le grec, et il n’est plus étudié que par des amateurs des langues orientales et les spécialistes qui en ont le besoin.

L’enseignement des langues vivantes

L’anglais langue maternelle

56Les enfants des immigrants anglophones apprennent à lire et à écrire l’anglais à la maison avec leurs parents ou avec un précepteur, ou encore à l’école élémentaire. Nous savons que dans le Massachusetts il existe depuis 1647 une loi, adoptée par quelques autres provinces aussi, qui oblige les parents à envoyer leurs enfants à l’école. Par ailleurs, les maîtres d’enfants et d’adultes en état de servitude (indentured servants) s’engagent en les achetant à s’occuper de leur éducation, à leur apprendre un métier ainsi qu’à lire et à écrire. En l’absence d’une surveillance systématique, ces dispositions ne sont pas toujours respectées. Néanmoins elles contribuent à augmenter le nombre de colons alphabétisés.

57Le but visé par les mesures citées plus haut n’est pas de préparer l’accès des enfants à la culture, mais d’assurer leur formation religieuse. Aussi apprennent-ils à lire et à épeler dans le manuel de catéchisme, le Psautier, le livre d’hymnes et des extraits des Testaments.

58Même les manuels scolaires introduits plus tard : abécédaires et manuels de prononciation (« spelling books ») ont un contenu purement religieux.

  • 12 Avec la chute d’Adam nous avons péché tous. - Pour mériter le Ciel tiens-toi à la Bible. - Christ (...)

59L’exemple le plus éloquent en est le New England Primer, publié vers 1660 et réimprimé d’innombrables fois. L’exemplaire de la Bibliothèque publique de New York (1727), le plus ancien connu à ce jour, comprend un alphabet illustré, suivi de courts chapitres illustrés du catéchisme. L’alphabet enseigne les lettres, à l’exemple de 1’Orbis sensualium pictus (1658) de Coménius, à l’aide d’images et d’une phrase édifiante en vers rimés12.

  • 13 La mort de M. Rogers sur le bûcher, rapportée par son épouse et ses neuf enfants. M. JOHN ROGERS, (...)

60Les chapitres qui suivent commencent toujours par un dessin, comme dans Orbis sensualium pictus, mais contrairement à l’ouvrage de Coménius, les textes du Primer n’enseignent pas les noms et l’usage des choses qui entourent l’enfant mais le catéchisme puritain13.

61Avec l’introduction, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, de cours d’anglais dans les écoles latines et l’apparition de pre­mières écoles moyennes (académies), l’en­seignement de l’anglais langue maternelle prend aux États-Unis non seulement de l’ampleur mais aussi une nouvelle orienta­tion. En effet, le but primordial n’est plus l’endoctrinement des élèves aux dogmes de l’Église anglicane, mais la maîtrise des règles de la grammaire de l’anglais et la lecture des livres des plus grands auteurs anglais (Milton, Pope, Swift que l’on dit égaux, sinon supérieurs, aux chefs-d’œuvre de la littérature grecque et latine).

  • 14 En dépit de leur nom, ces manuels traitent principalement des lettres de l’alphabet, de la divisio (...)
  • 15 Cette manière de présenter la grammaire est, selon Buchanan, la méthode la plus facile d’enseigner (...)

62Les textes traditionnellement utilisés pour initier les enfants à la lecture et à l’écriture (psaumes, prières, Bible), ne répondent donc plus aux besoins de l’époque et sont remplacés par un grand nombre de manuels d’orthographe (« spelling books »)14, de grammaires, de dictionnaires, de manuels d’élocution, de correspondance, etc. Le virage est impressionnant. Alors qu’au XVIIe siècle aucun livre de grammaire n’est sorti des imprimeries américaines, au cours du siècle suivant on en compte 32. La plupart de ces grammaires se composent de quatre parties (orthographe, étymologie, syntaxe, prosodie), comme les grammaires latines. Plusieurs se présentent encore sous forme de questions-réponses, telle la très populaire British Grammar or an Essay in Four Parts Towards Speaking and Writing the English Language Grammatically and Elegantly for Use of the Schools of Great Britain and Ireland and of Private Young Gentlemen and Ladies (1769) de Buchanan15. Il y en a même une en vers (The Compendious American Grammar, 1792, de Humphreys).

63Certains de ces livres (A Compendium of English Grammar [1779] de Curtis ou An English Grammar [1785] de Mennye) contiennent aussi des exercices, entre autres des phrases en mauvais anglais (bad English, false syntax) que l’élève doit corriger. D’autres auteurs (Ticknor, Alexander) préfèrent publier les exercices dans un volume séparé.

  • 16 La première grammaire anglaise écrite en Amérique, A Short English Grammar. An Accidence to the En (...)

64La plupart de ces manuels sont des rééditions de textes d’origine anglaise (Short introduction to English Grammar [1762] de Robert Lowth, Theory of Language [1762] et Rudiments of English Grammar [1761] de Joseph Priestley (voir Anthologie : 86, 200), English Grammar [1798] de Lindlay Murray, etc.). Mais on trouve également des ouvrages d’auteurs américains, en premier lieu A Grammatical Institute [...] (1784) de Webster, qui connaît vingt et une éditions16. Néanmoins, l’enseignement de l’anglais langue maternelle ne se généralise aux ÉtatsUnis qu’après la guerre de l’Indépendance et surtout au XIXe siècle.

65Le manuel d’anglais qui sous le régime colonial est le plus largement utilisé dans les écoles américaines est le New Guide to the English Tongue, du pédagogue anglais Thomas Dilworth (1740). Imprimé en 1747 à Philadelphie par Benjamin Franklin, toujours préoccupé de l’amélioration du système d’éducation de son pays et, plus particulièrement, de l’enseignement de la langue maternelle, ce petit ouvrage connaît immédiatement un immense succès auprès du public comme en témoignent les 40 éditions américaines pour la période 1747-1840.

  • 17 Avec deux exceptions cependant : I i (dessin de la plante Monotropa uniflora de Virginie) - IndiaP (...)

66Le manuel de Dilworth se compose de cinq chapitres : le premier enseigne aux enfants les lettres de l’alphabet anglais, la formation des syllabes et leur prononciation. La présentation de l’alphabet couvre trois pages. Chaque lettre est imprimée en caractères majuscules et minuscules au-dessus d’une image qui représente un animal17, avec son nom imprimé au-dessous. Par exemple A a — dessin représentant un singe — Ape, [...] C c — dessin représentant un coq — Cock, [...] L 1 — dessin représentant un lion — Lion.

67Le second consiste en plusieurs listes de mots classés par nombre de syllabes (une, deux, trois syllabes, etc.) avec indication de l’accent tonique afin que les enfants apprennent à prononcer correctement. Les mots sont présentés dans des phrases empruntées aux psaumes qui rendent le sens du nouveau vocabulaire évident et en même temps inculquent les principes de la doctrine de l’Église anglicane.

68Le troisième chapitre est consacré aux règles de base de la grammaire anglaise. Dilworth les présente sous forme de questions et réponses, approche utilisée depuis l’Antiquité pour sa prétendue qualité de faciliter la compréhension et la mémorisation de la matière enseignée.

69Le quatrième illustre les règles suivant des sentences « divines, morales et historiques » et des fables choisies, en prose et en vers. Les élèves apprennent ainsi non seulement à se servir correctement de leur langue maternelle mais aussi à vivre en bons chrétiens. L’objectif édificateur de l’ouvrage est souligné dans le cinquième chapitre par l’inclusion d’un recueil de prières pour les occasions les plus diverses.

70Le Grammatical Institutes of the English Language, comprising an easy, concise and systematic Method of Education designed for the Use of English Schools in America (1783) de Noah Webster, appelé le « précepteur des États-Unis », est sans conteste incomparablement plus populaire. Webster (1758-1843) est le plus grand pédagogue et linguiste américain de l’époque révolutionnaire, et le principal promoteur de l’instruction en anglais, plus exactement en américain, et cela à tous les niveaux.

En tant que nation indépendante, écrit-il, notre honneur exige que nous ayons notre propre système, de langue aussi bien que de gouvernement. La GrandeBretagne [...] ne devrait plus nous servir de modèle (cité dans R. Smith, 1979 : 44).

  • 18 Cet abécédaire est probablement le plus grand best-seller pédagogique américain. Plus de 200 ans a (...)

71Grammatical Institutes [...] se compose de trois livres : L’American Speller18 qui, comme l’abécédaire de Dilworth, enseigne les secrets de la lecture et de l’orthographe ; le Grammatical Institute of the English Language (1784) et un manuel de lecture : An American selection of lessons in reading and speaking. Calculated to improve the minds and refine the taste of youth. And also to instruct them in the geography, history and politics of the United States (1785).

72La grammaire de Webster est, selon l’auteur, fondée sur l’usage, la manière dont la langue est communément parlée, en accord avec le principe cicéronien : Usas est Norma Loquendi dont il fait sa devise, et non pas sur le modèle de la grammaire latine. Cependant il est inconséquent et souvent il adopte une attitude normative, comme les grammairiens qu’il critique. Néanmoins sa Grammatical Institute reste la plus importante grammaire anglaise écrite par un Américain et publiée aux États-Unis au XVIIIe siècle.

73Comme nombre de ses prédécesseurs et contemporains Webster enseigne la grammaire sous forme de questions-réponses. Exemple:

  • 19 LE PRONOM. Qu’est-ce qu’un pronom ? Le pronom est un mot qui remplace un nom. Combien de choses ap (...)

PRONOUN19
What is a pronoun?
A pronoun is a word standing for a noun.
How many things belong to a pronoun?
Four, viz. person, number, gender, and case. Pronouns, like nouns, have two numbers, the singular
and plural, and are of all genders, masculine, feminine and neuter.

74Le manuel de Webster contient également de nombreux exemples d’analyse grammaticale (« parsing ») et de « mauvais anglais », tirés des textes sacrés et des chefs-d’œuvre des classiques anglais, avec en parallèle la version corrigée et le numéro de la règle de sa grammaire qu’il faut respecter dans chaque cas particulier, ainsi que différents autres exercices. Exemple (p. 97) :

The number of the names together were about an hundred and twenty. Acts i.15

The number of the months are with thee.

Job xiv.5

[...]

Whœver the king favours.

Shakespeare

[...]

Laying the suspicion upon somebody, I know not who. Swift

The number of the names together was about an hundred and twenty.

Acts i.15 By rule 1.

The number of the months is with thee.

Job xiv.5 By ibid.

[...]

Whomever the king favours. Shakespeare By rule 9

[...]

Laying the suspicion upon somebody, I know not whom.

Swift By ibid.

75Exemples qui enseignent la syntaxe (p. 102) :

An ellipsis in the beginning of a sentence is often admissible.
True Construction
14.
I always have been faithful to my country and always will be faithful to my country.
Elliptical
I always have and always will be faithful to my country.
In an enumeration of particulars, the conjunction and is elegantly suppressed, except before the last particular.
15.
Love and joy and peace and endless felicity will be the portion of the righteous.
Love, joy, peace and endless felicity will be the portion of the righteous.

76Si ses ouvrages grammaticaux lui ont assuré une notoriété nationale, ses dictionnaires l’imposèrent dans le monde entier comme un pionnier de la lexicographie. En 1806 Webster publie sonCompendious Dictionary qui connaît un succès certain mais laisse son auteur insatisfait. Il passe alors plus de vingt ans à apprendre et à comparer les langues et à étudier les particularités de l’anglais américain, avant de publier An American Dictionary of the English Language (1828) qui le rendra célèbre. Après Webster l’enseignement de la prononciation, de l’orthographe et du vocabulaire de l’anglais aux États-Unis s’américanise.

L’anglais langue seconde

77Les enfants des immigrants non anglophones établis dans les centres urbains apprennent l’anglais, langue de leur nouveau pays, à l’école fondée par les représentants civils et ecclésiastiques de leur nationalité. Chez les Allemands, par exemple, Franz Daniel Pastorius, dès son arrivée aux États-Unis en 1683, encourage ses compatriotes à apprendre l’anglais. La plupart des écoles moraves enseignent jusqu’à la fin du XVIIIe siècle uniquement en allemand, mais à Bethlehem, l’anglais langue seconde est introduit dès 1747 et plus tard l’instruction devient bilingue, en allemand le matin, en anglais l’après-midi.

78Les Allemands adultes fréquentent les cours du soir, ou étudient la langue avec un maître privé. Ils ont aussi la possibilité de se familiariser avec la langue anglaise dans les églises allemandes qui offrent des services bilingues. Quant aux occasions de converser en anglais avec des natifs elles sont de plus en plus nombreuses. Ceux qui ne se contentent pas d’une connaissance pratique peuvent utiliser Grammatica anglicana Concentrata (1736) de Theodor Arnold (voir ch. III), réédité à Philadelphie en 1748, ou quelque autre manuel importé d’Angleterre ou d’Allemagne.

79Les Hollandais, les Suédois, les Finnois, les Français et les autres groupes d’immigrants vivant dans les villes ont aussi des écoles et des églises qui opèrent dans les deux langues ainsi que des manuels, parfois composés expressément pour satisfaire les besoins des immigrants. Les Français, par exemple, peuvent utiliser le Supplement aux grammaires anglaises et La Nomenclature Anglaise (1794) de Carré, Le tuteur anglais (1795) de Cobbett, A Plain, Rational Essay [...] (1797) de Macintosh, tous imprimés aux État-Unis.

80Les enfants noirs qui pendant la période coloniale apprennent à lire et à écrire l’anglais à l’école sont rares. Quelques-uns cependant ont la chance d’appartenir à un maître éclairé qui s’occupe de leur alphabétisation. Après 1783 apparaissent des écoles élémentaires pour les Noirs. En 1798, on ouvre à Boston une école pour l’enseignement de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique aux jeunes Noirs. Elle n’était certainement pas la seule.

81Nous savons qu’au début de la colonisation, les puritains désirent sincèrement éduquer les Amérindiens, leur enseigner l’anglais et même le latin afin de les convertir plus facilement au christianisme. Mais les rapports entre colonisateurs et colonisés se détériorent rapidement. Pour la plupart des colons, les Amérindiens sont des sauvages qu’il faut, sinon exterminer, du moins repousser le plus loin possible vers l’ouest. Néanmoins il y a toujours eu des pasteurs animés par l’amour chrétien pour penser à l’éducation et au salut de la population indigène.

82On cite souvent le nom d’Eleazar Wheelock, pasteur d’un petit village du Connecticut, qui faisait venir chez lui des jeunes Indiens pour les instruire. Il est à l’origine de la fondation d’une école de charité pour les Indiens (Moore’s Indian Charity School) qui fonctionna de 1754 à 1770 et du collège Dartmouth (1770), au New Hampshire, pour la formation de missionnaires auprès des tribus résidant près de la frontière.

L’allemand langue maternelle

  • 20 Franklin écrit dans une lettre à Peter Collinson, membre du Parlement anglais, que si le flot de l (...)

83Après l’anglais, l’allemand est la langue la plus étudiée aux États-Unis au XVIIIe siècle. La colonie allemande représente à la fin du régime colonial 9 % de la population blanche américaine, la plus importante minorité ethnique après l’irlandaise (10 %). Elle compte 150 000 membres environ, c’est-à-dire deux fois la population française de la Nouvelle-France à la même époque. Les colons allemands viennent de différentes parties d’Allemagne. On trouve parmi eux des théologiens, des médecins, et surtout des artisans et des paysans. Ils ne sont pas comme les décrit Franklin l’espèce la plus « ignorante » et la plus « stupide » de la nation. Ils appartiennent à un grand nombre d’Églises aux rapports souvent hostiles et vivent dans des communes dispersées en Nouvelle-Angleterre, à New York, en Virginie, mais surtout en Pennsylvanie, où à la veille de l’indépendance ils forment presque la moitié de la population. Actifs, disciplinés et travailleurs ils réussissent bien dans leur nouvelle patrie, ce qui inquiète sérieusement les Anglais20.

84Toutes les sectes allemandes aux États-Unis n’accordent pas la même importance à l’éducation, surtout au temps des pionniers. Toutes cependant estiment indispensable l’instruction élémentaire de leurs membres dans la langue maternelle en vue de leur formation religieuse et de la lecture de la Bible en allemand. Dès leur arrivée dans le Nouveau Monde, les Allemands, du Maine dans le nord jusqu’aux Carolines dans le sud, mais surtout en Pennsylvanie, ouvrent pour les enfants des écoles affiliées à telle ou telle église réformée et organisent des cours du soir pour les adultes (Zeydell 1964 : 324).

85La première école connue est celle du polymathe Pastorius (1651-1719) à Germantown, la ville dont il devient aussi le bourgmestre. Comme les maîtres de toutes les autres premières écoles allemandes, il utilise des manuels importés d’Allemagne, mais aussi son propre abécédaire, A New Primer or Methodical Directions, publié vers 1698.

  • 21 L’Unité des Frères Moraves, Église réformée fondée par le comte Nicolas Ludwig von Zinzendorf en 1 (...)
  • 22 Les premières années, de 1740 à 1762, les Moraves établis à Bethlehem en Pennsylvanie créent un sy (...)
  • 23 Ma principale source de référence en ce qui concerne les écoles moraves est la thèse de Mabel Hall (...)

86L’Église la plus active dans le domaine de l’éducation est l’Unité des Frères Moraves21. Quoique ses disciples représentent à cette époque à peine 1 % de la population de Pennsylvanie, leur contribution au développement du système d’éducation américain est capitale. En 1742, ils ouvrent à Bethlehem une école pour les filles, une autre pour les garçons à Nazareth ainsi qu’une école maternelle22. Plus tard, leurs missionnaires fondent une série d’autres établissements scolaires non seulement en Pennsylvanie mais aussi dans les autres colonies américaines, en Amérique latine et au Canada23.

87Les maîtres des écoles allemandes sont de qualité inégale. On trouve parmi eux des théologiens formés dans les grandes universités européennes et des laïcs comme le polyglotte Johann Mathias Cramer, des érudits comme Franz Daniel Pastorius (1651-1719), des pédagogues chevronnés comme le mennonite Christopher Dock (v. 1698-1771), auteur du Hundred Rules for the Conduct of Children (1770 ?), un des premiers traités américains sur l’éducation. Jusqu’aux guerres napoléoniennes un grand nombre de fonctions supérieures dans l’Église et dans l’enseignement sont remplies par des jeunes diplômés d’Iéna, de Halle, ou d’une autre université protestante, envoyés d’Allemagne. Il y a également des maîtres moins instruits, et au niveau élémentaire des artisans et des matrones qui savent à peine lire et écrire.

  • 24 Comme le stipulent les Procès-verbaux de la conférence provinciale du 15 décembre 1784: « The real (...)
  • 25 Cette institution (Theological seminary), bien que son nom ne l’indique pas, était conçue en fait (...)

88Pour aider leurs collègues moins qualifiés, les maîtres expérimentés publient des guides pédagogiques. Parmi les plus connues de ces publications figure le Betrachtungen über eine verstândige und christliche Erziehung der Kinder (1776) de l’évêque Paul Eugene Layritz, qui devint le livre de référence des maîtres moraves sur les questions de méthodologie. Les bouleversements en Europe, l’expansion des activités des Moraves et la multiplication de leurs écoles les mènent, en 1785, à ouvrir Nazareth Hall, une académie connue sous le nom de Paedagogium24, et en 1807 une modeste école normale, pour la formation des futurs ministres du culte et des enseignants25.

89Généralement le but de l’enseignement de la langue maternelle à l’école primaire est de préparer les enfants à la lecture de la Bible et d’autres textes religieux. L’objectif de l’école secondaire et de l’académie est l’acquisition des connaissances nécessaires aux futurs maîtres d’école et aux ministres du culte. Les différences entre les programmes d’études des écoles de sectes différentes sont mineures.

90Il semble que le curriculum le mieux réfléchi et le plus complet soit celui des écoles moraves. Il est fondé sur le principe de Zinzendorf : Alles aus Christus, durch Christus, mit Christus, und zur Verherrlichung Christi (tout de Christ, par Christ, avec Christ et pour la glorification de Christ), ainsi que sur la pédagogie piétiste de Francke, dont il fut l’élève, et l’éducation active de Coménius, dont il se considère le continuateur.

91Le programme du jardin d’enfants et de l’école primaire se compose d’exercices religieux : lecture, explication et récitation de versets de l’Écriture ou d’hymnes se référant aux souffrances et à la mort de Jésus ; d’exercices musicaux, plus exactement de chants religieux ; et d’exercices linguistiques de base : lecture des lettres de l’alphabet, des syllabes et des mots tirés de la Bible et imprimés sur des feuilles volantes en grands caractères, récités en chœur ou individuellement et parfois chantés sur une mélodie indiquée par le maître ; ou lecture de passages de la Bible ou d’autres textes religieux ; exercices d’écriture et de calligraphie ; rudiments de grammaire, etc. Plus tard, au niveau secondaire et supérieur, l’enseignement de la grammaire devient plus systématique et la lecture un peu plus variée.

92Les méthodes d’enseignement sont les mêmes que celles utilisées en Allemagne dans les écoles réformées. Les Moraves préfèrent cependant la méthode catéchistique (question-réponse), surtout dans les classes inférieures car ils sont convaincus qu’elle facilite la mémorisation. L’apprentissage par cœur occupe une très grande place dans l’apprentissage de toutes les matières. L’autre méthode favorite d’apprentissage est la récitation par cœur, tous les jours, de chaque leçon. L’élève se rend dans la salle de récitation où il débite exactement les règles, les paradigmes, les passages assignés. Si le maître, ou son assistant, juge qu’il n’a pas étudié sa leçon il est envoyé chez le directeur pour être puni. Toutefois les professeurs donnent des cours magistraux aux élèves des dernières classes.

93Vers la fin du XVIIIe siècle, l’allemand n’est presque plus étudié comme langue maternelle. Les élèves allemands dans les grandes villes sont une minorité, et beaucoup commencent à perdre la maîtrise de leur première langue. L’enseignement se donne de plus en plus en anglais ou devient, comme dans les écoles moraves, bilingue. Les autorités encouragent l’américanisation des minorités quand elles ne l’imposent pas. Plusieurs décennies s’écouleront avant que la situation ne change et que n’arrive la « teutonomanie ». Mais le temps où les Allemands pouvaient vivre et travailler en allemand est irrévocablement échu. L’allemand dorénavant est enseigné comme langue seconde ou comme langue étrangère.

L’allemand langue étrangère ou seconde26

  • 26 Voir Edwin H. Zeydell (1964): « The Teaching of German in the United States from Colonial Times to (...)

94Selon Zeydell, l’enseignement de l’allemand aux États-Unis au XVIIIe siècle est très difficile à traiter parce que les centres culturels (Boston, New York, Philadelphie, Jamestown-VA, Charleston-SC) de cette époque sont séparés et dispersés. L’influence allemande s’exerce principalement à travers les livres. Parmi les premiers colons anglais, quelques-uns connaissent l’allemand (par exemple le gouverneur du Connecticut Winthrop Jr.) et possèdent des livres savants ou religieux allemands dans leur bibliothèque. Certains ont appris l’allemand avec un maître privé dont on ignore l’identité.

95L’allemand langue étrangère est étudié en Amérique de manière formelle à partir de la moitié du XVIIIe siècle, notamment en Pennsylvanie, où la population allemande, comme nous le savons déjà, représente une force économique et politique importante. En 1743, les Anglais qui jugent opportun que leurs enfants apprennent l’allemand peuvent les envoyer à l’école privée qui vient d’ouvrir ses portes à Philadelphie. Les adultes qui, pour des raisons pratiques ou culturelles, éprouvent le besoin de l’apprendre peuvent aussi, à partir de la même année, suivre les cours du soir offerts par deux maîtres allemands, Joseph Grelius et Johann Schuppy, et après 1756, fréquenter l’école de Jacob Ehrenzeller, ou celle de Johann Mathias Cramer. Le nombre de maîtres d’allemand à Philadelphie ne cesse d’augmenter jusqu’en 1780, ce qui prouve que la demande était considérable.

96C’est aussi à Philadelphie que l’allemand est enseigné au niveau supérieur pour la première fois aux États-Unis, aux heures de loisir il est vrai. En effet, le Public Academy and College de Philadelphie, fondé en 1749, grâce surtout aux efforts de Benjamin Franklin, engage en 1753 Mr Krämer (ou Creamer), « un monsieur originaire d’Allemagne très compétent pour enseigner l’allemand et le français ». Plus tard l’Institut allemand du Public Academy and College, devenu en 1779 l’université de Pennsylvanie, emploie un professeur de philosophie qui enseigne le latin et le grec en allemand et John Christopher Kunze, théologien allemand réputé, pour enseigner la langue allemande.

97Les écoles moraves contribuent aussi à la diffusion de l’allemand d’abord auprès des jeunes Noirs et Amérindiens qu’elles accueillent puis, après 1747, auprès d’un nombre croissant de garçons et de filles de familles anglaises, écossaises et irlandaises attirés par la réputation des établissements scolaires moraves. L’enseignement tend alors à devenir bilingue. À Nazareth Hall, après 1786, l’instruction est dispensée alternativement en allemand et en anglais. Les enfants sont obligés de parler en alternance trois jours par semaine en allemand et trois jours en anglais. Pour huit mots de l’autre langue employée un jour que ce n’est pas son tour, ils doivent payer un cent. Les jours d’usage de l’allemand la lecture de la Bible se fait à l’heure du repas en allemand et vice versa. Le dimanche cependant les élèves peuvent s’exprimer dans la langue de leur choix.

98Dans les autres colonies l’allemand langue étrangère est enseigné en privé et dans les académies, surtout dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avant la Révolution, ainsi que dans certaines universités, par exemple au Collège William and Mary en Virginie, au King’s College de New York et, semble-t-il, au Salem College à Salem en Caroline du Nord, mais les informations sur les maîtres, le nombre d’étudiants, la méthode d’enseignement et les manuels utilisés sont maigres.

99Pour l’étude de l’allemand langue étrangère les intéressés peuvent utiliser des manuels importés d’Allemagne, d’Angleterre ou imprimés dans les colonies. Parmi les plus utilisés citons : A Complete German Grammar de Johann James Bachmair, publiée à Londres v. 1753 et plusieurs fois réimprimée à Philadelphie après 1765, le Lesebuch de Gedike, le Lesebüchlein für Schüler de Otterbein, la New German Grammar (1746) de Benedictus Beiler, comprenant des dialogues en plus de la grammaire, le dictionnaire de C. Ludwig Teutsch englisches Lexicon (v. 1746, Leipzig), etc.

100Ceux qui souhaitent se perfectionner dans cette langue peuvent acheter toutes sortes de livres allemands importés d’Allemagne et régulièrement annoncés dans les journaux, lire des journaux allemands, par exemple le Germantown Zeitung, ou suivre les services religieux dans les églises allemandes. Au début de la Révolution toutefois, la diffusion si prometteuse de l’allemand est brusquement arrêtée. Alors que de France viennent au secours des rebelles américains Rochambeau avec son corps expéditionnaire et des dizaines de volontaires, dont le plus célèbre est Lafayette, de Hesse et de Hanovre arrivent des mercenaires qui se battent aux côtés des Anglais. Du coup les Allemands deviennent suspects et leur langue impopulaire. Après la déclaration de l’Indépendance les autorités encouragent ou imposent l’américanisation et limitent l’immigration d’Allemagne et de Suisse. L’allemand perd son attrait pour longtemps.

  • 27 « Il sera du devoir des missionnaires d’étudier les langues indiennes ; de former des assistants i (...)

101Il ne faut pas terminer ce sous-chapitre sans dire quelques mots sur les efforts des missionnaires allemands pour évangéhser les Amérindiens, en allemand ou en anglais27. Les missionnaires moraves sont parmi les plus actifs, certains d’entre eux étant venus en Amérique dans le but unique de travailler à la conversion des « Sauvages », ce qui demandait beaucoup de courage et d’abnégation. Avant de se rendre chez les indigènes ils recevaient une formation rudimentaire dans une école pour missionnaires, créée à Bethlehem, en Pennsylvanie, en 1744. Partout où ils se rendent afin de répandre la bonne parole ils fondent une petite école où ils enseignent aux indigènes, non seulement les principes de la religion chrétienne, mais aussi la lecture et l’écriture dans la langue indigène et en allemand, les éléments de l’arithmétique, l’hygiène, un métier, les arts ménagers, etc.

102Pour réussir dans leur travail, ces missionnaires doivent maîtriser la langue de la tribu indienne visée et créer une écriture pour leur langue. Parfois, ils envoient les enfants des parents convertis dans les écoles moraves où, en compagnie des élèves blancs, ils apprennent l’allemand et l’anglais en même temps que la religion. Ils espèrent les utiliser comme assistants pour accélérer la conversion des Amérindiens, mais sans grand succès, semble-t-il.

103Un des missionnaires moraves les plus actifs est David Zeigsberger (1721-1808). Il a passé la plus grande partie de sa vie parmi les Indiens et composa nombre d’ouvrages sur leur langue et leurs coutumes. Plusieurs de ses écrits sont restés inédits et sont conservés à la bibliothèque de l’Université Harvard (Haller, 1953 : 211), d’autres ont été publiés, par exemple Delaware Indian and English Spelling Book (Philadelphie, 1806).

L’enseignement du français

104Selon Watts (1963 : 14), à l’exception d’une légère perte d’intérêt pour le français au début du XVIIIe siècle, son enseignement reste très répandu dans les treize colonies américaines, en particulier à la veille de la Révolution. Sa popularité augmente encore plus pendant et après la guerre d’indépendance, à cause de l’appui apporté par la France à la lutte des Américains.

  • 28 Comme en Europe à la même époque, beaucoup d’Américains s’opposent à l’apprentissage du français p (...)

105Les apprenants appartiennent généralement à l’élite sociale. Pour les hommes de la bonne société la connaissance du français est considérée comme un raffinement et une marque de culture, pour les dames des grandes familles un élément fondamental d’une bonne éducation28, pour les théologiens, les médecins, les avocats, les commerçants et leurs employés (secrétaires, traducteurs, interprètes), un outil plus ou moins indispensable.

106Les maîtres de français sont en règle générale des immigrants français, au début des pasteurs huguenots, plus tard des royalistes (hommes et femmes) et des prêtres ou anciens prêtres catholiques qui ont fui la Révolution française. On trouve parmi eux aussi des Anglais et des Écossais, en particulier des jeunes qui se préparent aux études en théologie, des Italiens, des Allemands et des Polonais éduqués.

  • 29 Les trois exemples qui suivent sont extraits des journaux de Philadelphie. Mme Rodes, nouvellement (...)

107Certains enseignent plusieurs langues, quelques-uns n’acceptent pour élèves que des enfants, la majorité offrent leurs services à tous, d’habitude le matin aux jeunes, le soir aux adultes. Tous ne sont pas suffisamment instruits et beaucoup n’ont aucune expérience pédagogique. Mais la demande est parfois si grande, comme en attestent les annonces dans les journaux de l’époque, que la plupart d’entre eux réussissent à survivre pendant quelque temps comme précepteurs ou maîtres de français, et pour certains en exerçant un autre métier en même temps29.

108Le recrutement des maîtres et des précepteurs de la Nouvelle-France est pratiquement nul. Watts (1963 : 61) cite un seul nom. Un certain Louis-Hector Piot d’Angloiserie arrive du Canada à Boston, où il travaille d’abord comme précepteur des enfants du gouverneur, et où il ouvre ensuite une école française. En 1733-1735, il donne des leçons de français trois jours par semaine aux étudiants de Harvard. Mais il semble avoir d’étranges visions, est accusé de diffuser des doctrines dangereuses, se trouve pour cela remercié et les étudiants reçoivent l’ordre strict de ne plus le fréquenter. Les Américains n’ont pas intérêt à augmenter le nombre des catholiques chez eux, et l’Église catholique québécoise freine les séjours aux États-Unis, en particulier après 1763, pour empêcher que les jeunes ne soient contaminés par les idées républicaines. Néanmoins, des particuliers viennent s’y établir et certains y font fortune. Selon la Harvard Encyclopedia of American Ethnic Groups (1982), en 1790 vivaient aux États-Unis environ 6000 Canadiens français dont plus de la moitié dans la région du Michigan.

109L’enseignement du français aux particuliers est dispensé au domicile de l’élève ou du maître, les cours du soir dans un local loué à cet effet. L’instruction collective des jeunes est assurée dans les écoles privées avec ou sans pensionnat, et dans les académies où les garçons se préparent à l’exercice de leur future pro-fession, par exemple à l’Académie de Philadelphie. Dans les écoles secondaires publiques le français et les autres langues vivantes étrangères n’entrent au programme que vers 1830. Quant aux universités, le français est enseigné à Harvard, à Princeton, à William and Mary, etc., mais généralement aux heures de loisir.

110Sur le contenu de cet enseignement et la manière dont il est dispensé nous sommes peu informés. Les maîtres et les maîtresses les moins qualifiés se contentent d’apprendre à leurs élèves les rudiments de la lecture et de l’écriture et aussi à parler un peu. Certains maîtres décrivent leur méthode d’enseignement dans les gazettes. Si l’on se fie à leurs déclarations, seule une infime minorité utilise la méthode pratique, par l’usage. Un maître anonyme annonce en 1727 qu’il ouvre une école avec pensionnat où les élèves parleront un mois le français et le mois suivant le latin, une méthode, dit-il, qui leur fera économiser les trois quarts du temps qu’ils dépensent normalement dans les écoles à apprendre la langue au moyen de livres. En 1771, le Parisien Michel Bechades promet d’enseigner en trois mois à parler sans difficulté la langue française grâce à la « méthode spéciale » qu’il utilise. Presque tous se servent de la méthode grammaticale et surtout de la méthode mixte. La méthode interlinéaire se répand principalement au XIXe siècle.

  • 30 Jean Pal(l)airet (1697-1774) est maître de français auprès de trois enfants du roi George II (1727 (...)

111Un annonceur anonyme informe le public new-yorkais, en 1735, qu’il enseigne le français et l’espagnol d’après la meilleure méthode en usage en Grande-Bretagne, sans cependant donner de détails. Un autre informe les lecteurs d’un journal qu’il enseigne selon le système de M. Pal(l)airet30. En 1756, Pierre Papin de Préfontaine, professeur de français à Philadelphie qui emploie la méthode grammaticale, propose aux souscripteurs intéressés son Direct Guide to the French Language, un ouvrage, affirme-t-il, sans égal, même en Europe. En 1761 William Clajon proclame pouvoir enseigner en six mois la vraie prononciation et à traduire dans les deux sens, après quoi les élèves pourront continuer seuls leur apprentissage s’ils suivent la méthode qu’il leur recommandera. M. et Mme Legrun ( ?) font savoir qu’à leur école pour jeunes filles, externes et pensionnaires, ils enseignent le français grammaticalement et avec l’accent des Français natifs. M. de Saint Pry informe qu’il vient de composer une grammaire anglaise et française « selon un plan entièrement neuf » (« on a plan entirely new »), qui lui permet de donner aux élèves une vaste connaissance de cette langue universelle en six mois. M. Jastram à Philadelphie enseigne en 1780 par principes, etc.

112Généralement, les maîtres des écoles privées, des académies et des collèges enseignent la grammaire, lisent des fables et Télémaque, font faire l’analyse grammaticale, la traduction mot à mot et phrase par phrase des textes étudiés, et font apprendre par cœur les paradigmes, le vocabulaire, des extraits et les dialogues de leur manuel.

113Les manuels utilisés varient selon la clientèle et les qualifications et préférences de l’enseignant. Ils sont presque tous importés de France ou d’Angleterre ou réimprimés aux États-Unis. Avec les jeunes débutants on se sert d’habitude de textes religieux faciles et de fables. Avec les élèves plus âgés et les adultes on utilise la Bible, Télémaque de Fénelon, The Compleat French Master for Ladies and Gentlemen (1694) d’Abel Boyer, Grammar of the French Tongue (3e éd. 1764), Exercises to the Rules and Constructions of French Speech, les Fables choisies à l’usage des enfants, The Idioms of the French and English Languages, le Nouveau dictionnaire français-anglais et anglais-français, The Rudiments of the French Tongue, Thèmes français et anglais, tous de Louis Chambaud, auteur très populaire aux États-Unis après 1750. Non moins demandés sont Grammar of the French Tongue Grounded upon the Decisions of the French Academy (Londres v. 1760), A Progressive French Reader, Entertaining and Instructive Exercises with the Rules of French Syntax (Philadelphie, 1781), Elements of French Conversation de Jean-Baptiste Perrin (?–1786).

114Il existe aussi des manuels de français composés par des Américains d’origine anglaise ou française et publiés aux États-Unis. Parmi les premiers, je citerai Some Short and Easy Rules Teaching the True Pronunciation of French (Boston, 1720), un livret de douze pages, de Thomas Blair et, surtout, la première grammaire française composée par un Américain, A New French and English Grammar, wherein the Principles are Methodically Digested, with Useful Notes and Observations, Explaining the Terms of Grammar and Further Improving its Rules (1784) de John Mary, professeur de français à l’université Harvard. Le livre comprend trois parties : 1. les rudiments de la langue française, suivis de mots et expressions utiles, ainsi que de dialogues familiers et faciles pour des jeunes débutants ; 2. des exercices instructifs et amusants pour apprendre à respecter les règles de la syntaxe française, exercices sur l’emploi des noms et des verbes simples ; enfin 3. des exercices en « bad French » où l’élève doit remplacer les termes mal choisis et mettre les mots de la phrase dans l’ordre demandé par la syntaxe française. Le manuel finit par une liste d’expressions concernant la marine.

115Parmi les seconds, rappelons A Table of French Verbs [...] (1780) sur deux larges pages et les Fables choisies à l’usage des enfants [...] (1784), du pasteur Ézechiel Carré. Paul-Joseph-Guérard de Nancrède (1760-1841), maître de langue française à l’université Harvard, publie en 1792 à Boston le premier livre de lecture en langue étrangère en Amérique : L’Abeille française, ou nouveau recueil de morceaux brillans des auteurs français les plus célèbres : ouvrage utile à ceux qui étudient la langue française, et amusant pour ceux qui la connaissent, à l’usage de l’Université de Cambridge [Harvard] et, en 1797, une édition de Télémaque révisée et corrigée qu’il dédie à la jeunesse américaine (Watts, 1963 : 107).

116Beaucoup d’Américains éduqués gardent dans leur bibliothèque des ouvrages français qu’ils achètent dans les bonnes librairies et sont abonnés aux revues et aux journaux français publiés en France ou aux États-Unis, par exemple le Courrier de Boston que publie depuis 1789 Nancrède. Ils assistent à l’occasion à la messe dans les églises réformées françaises, où les services se font en français et en anglais et, de temps en temps, aux représentations données par des troupes françaises en tournée (par exemple à Charleston en 1794).

  • 31 Thomas Jefferson (voir Anthologie : l52, 197-19S) cependant avoue qu’après un an à Paris, lui et s (...)

117Le nombre d’Américains qui ont appris le français avec un maître ou dans une école privée est considérable. Beaucoup peuvent lire et même écrire la langue et ont pour cela l’impression de maîtriser le français. Au premier contact avec des Français ils constatent toutefois qu’ils sont incapables de tenir avec eux la plus simple des conversations (voir Watts, 1963 : 17-21). Par contre après un séjour de quelques mois en France certains font des progrès remarquables31. Les intéressés attribuent leur inhabileté à parler le français à la méthode d’enseignement ou à l’incompétence des maîtres, ce qui devait être souvent vrai.

118C’est probablement en souvenir de sa propre expérience que John Adams, le second président des États-Unis, qui avait étudié le français à Harvard, répondit à la question posée par des officiers américains sur la meilleure et la plus rapide méthode d’apprendre le français que selon l’opinion commune il y en avait deux : trouver une maîtresse française et fréquenter le théâtre. Pressé de leur dire laquelle des deux était selon lui la meilleure il répondit que probablement on apprendrait plus vite en combinant les deux qu’en s’en tenant à une seule (Watts, 1963 : 19).

Les autres langues

119À l’époque coloniale, le hollandais, le polonais, le finnois sont étudiés dans les écoles paroissiales ou privées surtout comme langues maternelles. L’italien et l’espagnol sont enseignés en privé, en particulier à New York et à Philadelphie. Smith (1979 : 36) écrit que trois manuels d’espagnol et un d’italien avaient été réimprimés aux États-Unis dans la dernière décennie du XVIIIe siècle, mais il ne cite que le nom de deux auteurs espagnols (Giral del Pino, 1795 et Fernandez, 1798). À partir du milieu du siècle plusieurs académies et collèges offrent des cours en ces deux langues et aussi en d’autres langues vivantes.

120Dès le début de l’histoire des colonies nord-américaines, les missionnaires catholiques et protestants s’appliquent à l’étude des langues amérindiennes. Chaque année, de 1632 à 1673, les Jésuites publient à Paris leurs Relations où on trouve éparpillées plusieurs informations intéressantes sur les langues des peuples natifs. Ils publient également deux essais : le premier de Paul Lejeune sur la langue des « sauvages montagnais », le second de Jean de Brébeuf sur la langue des Hurons (Hanzeli 1984 : 212). Par ailleurs, de 1654 à 1799, une quarantaine de publications anglaises voient le jour, la plupart au XVIIe siècle. Parmi les plus intéressantes notons Ylndian Grammar (1666) et The Indian Primer (1669) de John Eliot, Ylndian Primer de Cotton Mather (1699), et les Observations (1788) d’Edwards.

***

121La situation aux États-Unis est différente de ce qu’elle est au Canada, ne serait-ce que parce que les premiers se débarrassent de leurs maîtres anglais et deviennent un peuple indépendant tandis que les seconds passent du statut de colonie française à celui de colonie anglaise. Aux États-Unis, sous le régime colonial, l’éducation, et par conséquent l’enseignement des langues, est aux mains des différentes Églises protestantes et suit plutôt la tradition humaniste des écoles britanniques. Après la guerre d’indépendance la tendance utilitariste déjà présente domine dans le système d’éducation américain. L’éducation humaniste ne disparaît pas pour autant, tout simplement elle devient l’apanage des fils de la haute société qui étudient à Harvard. Cette catégorie d’élèves apprend les trois langues sacrées : latin, grec et hébreu comme dans les grammar schools et les universités anglaises. Dans les écoles secondaires et les nouvelles universités les programmes sont moins exigeants que dans les établissements du même type en Europe à la même époque. Dans cet immense pays où tout est à faire, les Américains cherchent des solutions pratiques, simples, économiques. Il se passera beaucoup de temps avant qu’ils ne les trouvent car avant de se mettre à philosopher il faut se battre pour survivre.

122Dans le domaine de la langue maternelle, c’est l’anglais américain de Webster qui s’imposera, dans l’enseignement des langues classiques dominera l’approche bilingue. Les langues vivantes sont considérées comme un luxe et leur enseignement n’est pas encouragé, sauf là où la vie économique l’exige, par exemple dans le cas de l’allemand en Pennsylvanie. Être Américain, c’est parler anglais.

Notes

1 Vers 1760 la population des treize colonies s’élève à 1 600 000 habitants. Au début de la révolution (1776) on compte déjà 2 500 000 habitants dont le quart sont des esclaves noirs. En dépit de la guerre la population ne cesse d’augmenter pour atteindre quatre milbons en 1790, dix millions vers 1830 et trente millions à la veille de la guerre de Sécession (1860).

2 À Londres et dans les autres grands ports d’Angleterre s’était formée une catégorie de professionnels respectés, appelés « spirits » (esprits), spécialisés dans l’enlèvement (« spiriting away ») d’enfants et d’adultes et leur vente à des compagnies, capitaines de bateau ou intermédiaires qui les emmenaient dans les colonies où ils étaient à nouveau revendus avec profit.

3 Ainsi à Manhattan, en 1664, quand les Anglais s’emparent de la Nouvelle-Amsterdam on relève 20 nationalités qui parlent 18 langues différentes.

4 Selon Good (1964 : 57), le programme des écoles latines américaines était moins chargé que celui des grammar schools en Angleterre. En général on attendait d’un élève anglais beaucoup plus que d’un élève américain à la même époque. L’élève anglais lisait donc plus d’auteurs et faisait plus d’exercices que l’américain.

5 Ils ont de l’expérience avec ce type d’école, très populaire en Grande-Bretagne après la Restauration (voir chapitre I).

6 Une université anglaise se compose de plusieurs collèges. Aux États-Unis un collège est en même temps une école supérieure et une université qui décerne des diplômes.

7 Exceptionnellement, les garçons sont initiés aux rudiments du latin à l’école municipale, mais l’enseignement des langues anciennes, et en premier lieu du latin, est la prérogative des écoles secondaires.

8 « When scholars had so far profited at the grammar schools, that they could read any classical author into English, and readily make and speak true Latin and Write it in verse, as well as prose, and perfectly decline the paradigms of nouns and verbs in the Greek tongue, they were judged capable of admission to Harvard Collidge » (Cotton Mather, 1702, cité dans Reinhold 1984 : 27).

9 Selon Reinhold (1984 : 57) cet ouvrage de Clarke, avec son accent sur les choses plutôt que sur les mots, est devenu le vade-mecum de plusieurs générations de maîtres américains de latin.

10 « We want hands, my lord, more than heads. The most intimate acquaintance with the classics, will not remove our oaks; nor a taste for the Georgics culivate our lands. Many of our young people are knocking their heads against the Iliad, who should employ their hands in clearing our swamps and draining our marshes. Others are musing, in cogitation profound, on the arrangement of a syllogism, while they ought to be guiding the tail of a plow » (cité par Reinhold 1984 : 63).

11 Après cette date, cependant, ils peuvent remplacer l’étude de l’hébreu par celle de la langue française.

12 Avec la chute d’Adam nous avons péché tous. - Pour mériter le Ciel tiens-toi à la Bible. - Christ a été crucifié et est mort pour les pécheurs. - Le Déluge a submergé la terre entière. - Elie caché près du ruisseau] est nourri par le corbeau. - Le procès [de Paul] a fait peur à Félix [le gouverneur romain]. - Notre vie s’écoule comme le sable du sablier coule. - Mon Livre et mon cœur ne doivent jamais se contredire.- Job même puni Dieu bénit. - L’armée du fier Coré [révolté contre Moïse] a été noyée. - Lot fuyant vers Çoar vit une pluie de feu tomber sur Sodom. - C’est Moïse qui conduisit les Israéliens à travers la mer. [Traduit en français par J. C. avec l’aide du théologien américain D. Schatschneider.]

13 La mort de M. Rogers sur le bûcher, rapportée par son épouse et ses neuf enfants. M. JOHN ROGERS, ministre de l’Évangile à Londres, fut le premier martyr au temps du règne de la reine Marie et il fut brûlé à Smithfield, le 14 février 1554. Son épouse avec neuf petits enfants et un autre à son sein le suivirent au bûcher. Ce pénible combat ne l’a guère intimidé ; mais avec une patience merveilleuse il mourut courageusement pour l’Évangile de Jésus-Christ (trad. J. C.).

14 En dépit de leur nom, ces manuels traitent principalement des lettres de l’alphabet, de la division des mots en syllabes et de la prononciation.

15 Cette manière de présenter la grammaire est, selon Buchanan, la méthode la plus facile d’enseigner les rudiments, puisqu’elle divise le sujet en parties et soulage l’esprit. « The most easy Method of conveying rudimentary Instruction; as it divides the Subject into Parts, and continually relieves the Mind. Besides, Youths can perceive the Force of an Answer, when they would be puzzled in reasoning, or in a Chain of Consequences » (cité dans R. Smith 1979 : 40).

16 La première grammaire anglaise écrite en Amérique, A Short English Grammar. An Accidence to the English Tongue de Hugh Jones, a été publiée en 1724 à Londres et il semble qu’elle n’a jamais été distribuée, rééditée ou publiée en Amérique (Charlotte Downey 1978 : vi).

17 Avec deux exceptions cependant : I i (dessin de la plante Monotropa uniflora de Virginie) - IndiaPink et X x (dessin du roi de Perse Xerxès) - Xerxes.

18 Cet abécédaire est probablement le plus grand best-seller pédagogique américain. Plus de 200 ans après sa publication il n’a guère vieilli. Le nombre d’exemplaires vendus à ce jour s’élève, selon The Oxford Companion to American History (1966), à 100 millions.

19 LE PRONOM. Qu’est-ce qu’un pronom ? Le pronom est un mot qui remplace un nom. Combien de choses appartiennent au pronom ? Quatre, à savoir la personne, le nombre, le genre et le cas. Les pronoms, comme les noms, ont deux nombres, le singulier et le pluriel, et sont de tous les genres, masculin, féminin et neutre (trad. J. C.).

20 Franklin écrit dans une lettre à Peter Collinson, membre du Parlement anglais, que si le flot de l’immigration allemande en Pennsylvanie ne s’arrête pas, les Anglais se trouveront bientôt en minorité et perdront non seulement leur langue mais aussi le pouvoir : « In short unless, the stream of their importation could be turned from this to other Colonies, as you very judiciously propose, they will soon so out number us, that all the advantages we have will not, in My Opinion, be able to preserve our language, and even our government will become precarious » (cité dans J. Crawford, 1992 : 19).

21 L’Unité des Frères Moraves, Église réformée fondée par le comte Nicolas Ludwig von Zinzendorf en 1722, renoue avec la tradition de l’Unité des Frères de Bohême, dont le dernier évêque a été Comenius (1592-1670).

22 Les premières années, de 1740 à 1762, les Moraves établis à Bethlehem en Pennsylvanie créent un système de vie communautaire appelé General Economy. Les habitants sont divisés en deux catégories : la « congrégation des pèlerins » qui s’occupe de la conversion des colons blancs et des Indiens et la « congrégation domestique » (House Congregation) dont le devoir consiste à travailler pour subvenir aux besoins de tous et financer les projets de l’Église. La famille individuelle et la maison privée n’existent pas, du moins pas dans le sens traditionnel. L’éducation des enfants à partir de 18 mois est confiée à des veuves ou des femmes célibataires choisies. À l’âge de 5-6 ans ils vont à l’école-pensionnat. Après 18 ans ils vivent à la maison des garçons ou des filles célibataires en attendant de joindre l’une ou l’autre des deux congrégations.

23 Ma principale source de référence en ce qui concerne les écoles moraves est la thèse de Mabel Haller (1953) : Early Moravian Education in Pennsylvania.

24 Comme le stipulent les Procès-verbaux de la conférence provinciale du 15 décembre 1784: « The real intention is, that the boys who display an ability for the sciences should be permitted to enjoy instruction in the basic principles of the sciences several years longer than is the custom in our town schools, possibly until their sixteenth or seventeenth year, before they learn a trade; so that they may qualify as school teachers or similar occupations [...] » (voir Haller 1953 : 69).

25 Cette institution (Theological seminary), bien que son nom ne l’indique pas, était conçue en fait pour être « a teacher training school as well as a theological seminary » (Haller 1953 : 76), et elle est généralement considérée comme la première école normale dans l’histoire de l’éducation des États-Unis.

26 Voir Edwin H. Zeydell (1964): « The Teaching of German in the United States from Colonial Times to the Present », The German Quarterly, vol. XXXVII : 315-392.

27 « Il sera du devoir des missionnaires d’étudier les langues indiennes ; de former des assistants indigènes ; d’enseigner aux Indiens à lire et à écrire ; de traduire en delaware toutes les parties importantes de la Bible et autant d’hymnes que possible ; d’instiller les principes de la paix dans les cœurs des convertis ; d’éduquer la congrégation à l’idée qu’indépendamment des nationalités quelle représente et des distinctions tribales qu’elle embrasse, tous les Indiens sont les mêmes devant notre Seigneur Jésus-Christ. » (Haller, 1953 : 196, tr. J. C.).

28 Comme en Europe à la même époque, beaucoup d’Américains s’opposent à l’apprentissage du français par les dames, qui devraient, selon eux, consacrer leur temps à l’étude de choses plus utiles.

29 Les trois exemples qui suivent sont extraits des journaux de Philadelphie. Mme Rodes, nouvellement arrivée dans cette ville, annonce en 1722 qu’elle vend de l’huile d’orange, très efficace contre les coliques, ainsi que des bonbons, et quelle peut enseigner aux filles et aux garçons à lire et à écrire en français parfaitement. Un certain Odran Dupuy fait savoir au public, en 1735, qu’il nettoie et répare des montres et enseigne le français à des prix raisonnables. Le Parisien Francis Daymon, maître de latin et de français, tient v. 1770, outre une école de langues, un magasin où il vend du cognac, du sucre, du savon, des clous, des vêtements, des médicaments et autres articles de nécessité quotidienne. On trouve des annonces du même genre dans les journaux de New York, de Boston et des autres grandes villes américaines (Voir Watts 1963 : 14-35).

30 Jean Pal(l)airet (1697-1774) est maître de français auprès de trois enfants du roi George II (1727-1760) et auteur de la Nouvelle Méthode pour apprendre à bien lire et à bien orthographier (1727) et de la très populaire (plus de 20 éditions) A new royal French grammar [...] (1730), un ouvrage d’environ 400 pages qui explique la prononciation, la grammaire, la syntaxe et le vocabulaire français.

31 Thomas Jefferson (voir Anthologie : l52, 197-19S) cependant avoue qu’après un an à Paris, lui et ses collaborateurs n’ont pas fait le moindre progrès en français, contrairement à sa fille Patsy, qui pendant ce temps a appris à le parler couramment (Watts, 1963 : 20).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search