Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre X. Le Canada

Texte intégral

Aperçu historique

  • 1 En 1675, on compte déjà 7 850 habitants, et en 1700 quelque 20 000. Ensuite la population français (...)

1L’histoire de la Nouvelle-France commence en 1608 avec la fondation de Québec par Samuel de Champlain. En 1663 Louis XIV transforme la colonie de la Nouvelle-France en province royale administrée par un gouverneur général qui représente le pouvoir royal, et un intendant qui s’occupe de l’administration civile. À cette époque la population de la colonie ne dépasse pas les 3 000 âmes. Au cours des dix années suivantes, le nombre des colons augmente rapidement1 grâce aux mesures du gouvernement français qui encourage l’immigration de jeunes (soldats, « filles du roi »). La plupart des habitants défrichent et cultivent la terre, plusieurs font la traite des fourrures, un petit nombre vit dans les trois villes de Québec, Montréal et Trois-Rivières.

  • 2 Le Canada s’étend des Éboulements à Vaudreuil sur la côte nord du Saint-Laurent et de Rimouski à C (...)

2Les conditions de vie dans la colonie sont extrêmement difficiles. Non seulement le climat est cruel et l’isolement total, mais encore faut-il tout construire, se battre avec les Indiens et faire face à la concurrence anglaise pour la suprématie en Amérique du Nord. En 1701, alors qu’au Canada, comme on appelle au XVIIIe siècle, la partie la plus peuplée de la Nouvelle-France2, la paix est établie avec les Iroquois, en Europe éclate la guerre de la Succession d’Espagne (1701-1714) qui ruine la France et se termine par l’affaiblissement des positions françaises en Amérique du Nord (perte de Terre-Neuve, de l’Acadie).

3Après la signature du traité d’Utrecht, le Canada connaît la paix pendant trente ans. Au cours de cette période l’agriculture, qui jusque-là assurait les besoins des fermiers et des habitants des villes, se transforme en agriculture commerciale. Parallèlement se développent le commerce des fourrures à Montréal, du blé à Québec, le commerce du bois et la pêche à Louisbourg, la construction de navires, etc., ce qui donne naissance à la bourgeoisie canadienne. Son épanouissement est entravé cependant par les contraintes imposées par la métropole.

4À partir de 1744 les frictions avec l’Angleterre augmentent, les escarmouches à la frontière se multiplient, les préparatifs de guerre s’intensifient, la confrontation devient inévitable, surtout après 1755, quand les Anglais déportent les Acadiens dans les colonies américaines et incendient leurs villages. Le conflit armé commence en Europe en 1756. C’est la guerre de Sept Ans. Les Anglais déterminés à mettre fin à l’empire français en Amérique mobilisent leurs forces et en 1759 défont l’armée française à la bataille des Plaines d’Abraham, à Québec. Les opérations militaires continuent jusqu’en septembre 1760, quand Montréal se rend aux Anglais. En 1763 le traité de Paris confirme la fin de la Nouvelle-France. Le Québec devient colonie anglaise et les Canadiens français deviennent des sujets britanniques.

5Le statut de la colonie est défini par l’Acte de Québec (1774) et l’Acte constitutionnel (1791). Le premier reconnaît les lois civiles françaises et le libre exercice de la religion catholique. Le second divise le Canada en deux colonies à régime parlementaire : le Bas-Canada francophone et le Haut-Canada colonisé par des loyalistes américains et autres immigrants anglophones ou protestants. Le Bas-Canada est dirigé par un gouverneur, un conseil exécutif composé de cinq Anglais et quatre Français, une chambre haute avec neuf Anglais et sept Français, et une chambre de cinquante députés (34 Français et 16 Anglais). Au parlement les députés peuvent s’exprimer dans la langue de leur choix et les procès-verbaux sont tenus dans les deux langues, avec préséance de la version française en matière civile. Les conditions des vainqueurs étant modérées, l’élite sociale canadienne s’allie aux Anglais. Quant au reste de la population, elle s’adapte à la nouvelle situation sans grande difficulté, d’autant plus que depuis la conquête le pays connaît la prospérité, en particulier pendant les dix dernières années du XVIIIe siècle.

La situation dans le domaine de l’éducation

  • 3 Lorsqu’en 1608 Champlain fonde Québec, le poste ne compte que 28 hommes. Vingt ans plus tard la po (...)

6Sur l’immense territoire de la Nouvelle-France vit une population blanche longtemps numériquement insignifiante3. En 1700 on ne compte encore que 20 000 habitants et, à la fin du Régime français, en 1760 leur nombre s’élève à un peu plus de 65 000. Pour la grande majorité des colons, l’instruction des enfants ne constitue pas une priorité. Pour abattre les arbres, labourer la terre, chasser, fabriquer des outils, bâtir une maison et défendre sa famille il n’est pas nécessaire de savoir lire et écrire. Pour connaître la volonté de Dieu, un catholique n’a pas à lire la Bible, comme les protestants, il lui suffit de s’adresser au prêtre.

7Lorsque les Jésuites fondent, en 1635, le Collège de Québec, ils ne répondent à aucun besoin réel de la population de la colonie (moins de 200 personnes !), mais obéissent à l’exigence du marquis de Gamaches, père de l’un de leurs novices picards, qui leur lègue 16 000 écus d’or s’ils ouvrent un collège à Québec pour l’instruction des jeunes Indiens.

8Sous le Régime français voient le jour 47 petites écoles (Audet 1950, t. 1 : 20). Elles sont créées par des particuliers, avec la permission de l’Église, ou par les ordres religieux. Les Jésuites, les Sulpiciens et les Frères Charon s’occupent de l’éducation des garçons, les Ursulines et les Sœurs de la Congrégation de Montréal des filles. Le programme d’études de ces écoles est le même que dans les petites écoles en France, la discipline principale restant la religion. La lecture, l’écriture et le calcul sont des matières secondaires. Quand les enfants apprennent à lire, ils le font sur des textes religieux : le premier et le second Alphabet, le Syllabaire, le Pater, l’Ave, le Credo, les Psaumes, etc. Dans les couvents et les meilleures écoles primaires les filles apprennent en outre les travaux propres à leur sexe. Dans certains cas les garçons sont initiés au latin. En ce qui concerne la méthode d’enseignement, les bons maîtres suivent généralement le Règlement pour les maîtres et maîtresses d’École du Diocèse de Lyon (1676) de l’abbé Charles Démia, La Méthode pour faire les Écoles ou l’École paroissiale ou la manière d’instruire les enfants des petites écoles (1654) de l’abbé Jacques de Bétancour.

9Quant aux maîtres d’école, ils sont de toutes sortes :

[...] un bedeau, un chantre, voire même un domestique de curé, transformés en maître d’école étaient peut-être à cette époque reculée, plus fréquents qu’on ne pense. Pourquoi aurait-on été si difficile ? Le sujet était-il honnête, de bonnes mœurs et capable d’enseigner à lire et à écrire, on en était satisfait (Gosselin, 1911 : 63).

  • 4 L’équivalent des « indentured servants » dans les colonies britanniques en Amérique du Nord (voir (...)

10À ceux-là il faut ajouter les fils de famille que leurs parents exilaient au Canada et qui, plutôt que de s’engager à servir pendant quelques années un maître4, préféraient se faire « professeurs », tel ce jeune Breton d’environ 28 ans, appelé Chevalier. Il parcourt les campagnes pour apprendre aux enfants à lire et à écrire, mais comme il est d’un « naturel emporté » et a l’habitude de tenir des propos « peu honnêtes » qui dénotent « un caractère vicieux », l’intendant Dupuy le convoque chez lui et lui défend « sous peine de punition corporelle de s’ingérer de montrer à lire et à écrire aux jeunes gens de la colonie » (ibid. : 129).

11En général, on trouve en Nouvelle-France plus d’écoles dans les villes que dans les campagnes, où non seulement la concentration d’élèves est plus petite mais aussi où les prêtres et les personnes susceptibles d’enseigner la lecture et l’écriture sont moins nombreux et parfois inexistants. Les historiens canadiens s’accordent à dire que sous le régime français non seulement il y avait plus d’écoles pour filles que pour garçons, mais aussi que les jeunes Canadiens étaient attirés de moins en moins par l’école et de plus en plus par la chasse et les opérations militaires. Ainsi, la proportion des lettrés dans la période qui précède la Conquête est inférieure à celle qu’on trouve un siècle plus tôt (Magnuson, 1992 : 189).

12Les garçons qui se destinent à un métier entrent pendant un certain nombre d’années en apprentissage chez un artisan. Celui-ci s’engage à leur enseigner les secrets de son art mais comme la lecture et l’écriture ne sont pas toujours indispensables à la profession choisie, il n’est pas obligé de s’occuper aussi de leur scolarisation comme c’est le cas dans les colonies anglaises voisines. Avec le temps on crée à Saint-Joachim, à Montréal et à Québec des embryons d’écoles techniques. Enfin, au Collège de Québec, et plus tard au Séminaire de Québec, on offre des cours de dessin, de navigation, d’hydrographie, etc.

13Avant la Conquête, il existe un seul établissement secondaire digne de ce nom, le Collège des Jésuites de Québec. À partir de 1655 c’est un collège de plein exercice (classes de grammaire, d’humanités, de rhétorique et de philosophie) qui suit le même programme et la même méthode d’enseignement que les collèges jésuites de France. À la fin du XVIIe siècle, semble-t-il, il accueille 100 à 120 élèves annuellement. La plupart des enfants, avant d’entrer au Collège de Québec ont fréquenté une des écoles latines à Québec, à Montréal, etc., où un maître d’école ou un curé leur a enseigné les rudiments du latin. Comme beaucoup de garçons arrivent au collège sans nulle préparation, les Jésuites sont obligés d’ajouter une classe élémentaire qu’ils confient à un instructeur.

14Après la fermeture du Collège de Québec (1756) et l’expulsion des Jésuites du Canada, c’est le Séminaire de Québec qui devient le principal établissement secondaire de la colonie. Il est composé du petit séminaire avec internat pour les candidats à la prêtrise et du collège des élèves externes qui se destinent aux professions libérales.

15En 1773, les bourgeois de Montréal, en collaboration avec les Sulpiciens, réussissent finalement à ouvrir dans leur ville aussi une école secondaire, le collège Saint-Raphaël. Mais l’influence des représentants laïcs ne durera pas longtemps. En 1794 les Sulpiciens prennent les affaires en mains, remplacent le directeur canadien par un Français de France et transforment le collège « pour plus d’un siècle [en] une maison à direction française » (Galarneau, 1978 : 18).

16En 1791 l’Acte constitutionnel divise la province de Québec (Canada) en deux provinces séparées : le Haut-Canada, à colons anglais, et le Bas-Canada, où vit la population francophone. Au début du XIXe siècle, le Haut-Canada compte environ 50 000 habitants, dont beaucoup de Loyalistes venus des États-Unis après la déclaration d’indépendance américaine. Ce sont eux qui ouvrent à Kingston (1785) la première école secondaire. La deuxième école secondaire du HautCanada est fondée à Cornwall, vingt ans plus tard, plus exactement en 1804. Le programme d’études de ces établissements est assez modeste et comporte l’enseignement des langues classiques et des mathématiques.

  • 5 Cette école ferme ses portes en 1786, quand son fondateur quitte Québec et s’établit à Kingston où (...)

17Au Bas-Canada, à côté des écoles françaises catholiques paraissent bientôt des écoles anglaises protestantes : en 1790, six à Québec, en 1791, quatre à Montréal, d’autres à Gaspé, Sorel, l’Assomption, Saint-Jean et en 1798 une école secondaire, l’académie d’Alexander Skakel. Il y a même une académie fondée en 1781 à Québec par le révérend J. Stuart, qui accueille des élèves de toutes les confessions5. Ainsi sont posées les bases d’un double système d’éducation fondé sur la religion (catholique, protestante) qui dure jusqu’à 1998. Mais alors que les Anglais créent des écoles « à vive allure », les Canadiens français ne font pas preuve du même zèle. « Vers 1790, la population protestante de la province de Québec comptait donc au moins dix-sept écoles pour 10 000 habitants. Les Canadiens de leur côté en possédaient tout au plus une quarantaine pour 160 000 ! » (Audet, 1950 t. II : 138-139).

L’enseignement des langues anciennes

18Au Collège de Québec la matière principale est, comme dans tous les collèges d’Europe, le latin. Il ne faut pas s’attendre à des innovations ou à des surprises. D’une part, les Jésuites sont tenus partout de suivre scrupuleusement les directives contenues dans le Ratio Studiorum (1599) de la Société de Jésus, d’autre part, la majorité des professeurs est provisoire : étudiants en théologie, jeunes pères inexpérimentés ou vieux missionnaires à la retraite.

La plupart des jésuites employés à l’établissement scolaire de Québec, écrit le P. De Rochemonteix, ne faisaient qu’y passer. On les y retenait quelque temps pour apprendre les langues sauvages et, pendant ce temps, ils se livraient à l’enseignement des langues classiques ou des sciences. Une fois en état de rendre service dans les missions, but suprême de leurs vœux, ils quittaient Québec (Gosselin, 1911 : 273).

19La situation de ce collège est particulière. Québec est une ville minuscule au milieu de la « sauvagerie » et continuellement menacée. Le nombre d’élèves dans les classes du Collège est longtemps extrêmement petit et se compose de fils de fonctionnaires de l’administration française, de fils de colons canadiens et souvent de jeunes Indiens, la raison d’être du Collège étant, comme nous le savons, l’éducation chrétienne de jeunes Indiens.

20Comme dans tous les collèges jésuites l’objectif principal de l’enseignement est d’apprendre à parler et à écrire couramment et avec élégance le latin. À cet effet les garçons étudient la grammaire et les auteurs prévus par le Ratio Studiorum dans des manuels importés de France, car sous le Régime français il n’y a pas de presse d’imprimerie au Canada. On se sert donc de la Méthode facile pour décliner et conjuguer de Meslier, des Rudiments de la langue latine du père Codret et, avec les élèves avancés, de la grammaire latine de Despautère.

21Certaines grammaires utilisées (par exemple, la Nouvelle méthode d’apprendre la langue latine, la Rhétorique, la Poésie et tout ce qu’on voit dans le cours des Humanités, sans qu’il soit besoin d’autres livres, par D. Durand, 1710) enseignent les règles en vers, à la manière de la Nouvelle Méthode latine de Lancelot. Le professeur demande : de quel genre sont les noms de vents, de fleuves et de montagnes ?

Masculins les vents nous ferons,
Les fleuves souvent et les monts.

22et les noms de provinces, d’îles et de navires ?

Ville et Province, isle et Navire
En us, a, féminin désire.
Quand autrement ils finiront
Leur terminaison ils suivront.

23Quel est le nominatif pluriel des neutres ?

Le pluriel Nominatif
Des neutres vient de l’Ablatif ;
S’il n’est qu’en E ils n’auront qu’A,
S’il est en I ils font IA.
Cependant le Comparatif
Fait en A son Nominatif ;
Plus fait plura, parfois IA,
Vetus vieux, n’a queVetera.
[...]
(Cité par Gosselin, 1911 : 285.)

24Après les déclinaisons, les conjugaisons et les exceptions on passe à la lecture et à la traduction des fables d’Ésope et de Phèdre, des Lettres familières, Lettres à Atticus, De Officiis, Traité sur l’éloquence, etc., de Cicéron, d’extraits de Virgile, Sénèque, Ovide, Quinte-Curce, César, Cornelius Nepos, etc.

25Pour préparer leurs cours, puiser des exercices et choisir des sujets de composition, les professeurs disposent de commentaires sur toutes les questions obscures ou difficiles du programme : de la Rhétorique de Soarès, le Candidatus Rhetoricae du père Pomey, la Rhétorique du père Jouvency, de dictionnaires spécialisés (le Dictionnaire-Royal-Français du père Pomey ; le dictionnaire Français-latin du père Jouber ou du père Lebrun ; le Latino-gallico du père Parot le Magnus apparatus poeticus pour les vers latins, le Dictionnaire poétique de Vanieri) et d’autres publications utiles.

  • 6 « [...] nous avons pu difficilement nous assurer qu’on l’enseignait au Collège de Québec » (Gossel (...)

26L’enseignement du grec au Collège de Québec occupe une place insignifiante6. Ceux qui l’étudient utilisent la Grammaire grecque de Nicolas Clénard ; les Institutiones absolutissimœ in linguam grcecam (1617) ; Rudimenta linguœ grcecce (1656) du père Gretseri ; Syntagma radicum linguce grcecce (1646) ; Quantité grecque (1612) du père Bailly ; la Règle des accents et des esprits (1655) du père Labbé ; la Grammaire grecque (1702) du P. Meslier ; la Nouvelle Méthode pour apprendre la langue grecque (1656) (probablement de Lancelot).

27Quant à l’hébreu il ne semble pas qu’il ait jamais fait partie du programme.

28Ce ne sont pas seulement les maîtres qui ne restent pas longtemps au collège. Les élèves qui suivent les cours jusqu’à la classe de rhétorique sont peu nombreux et ceux qui font aussi la philosophie encore plus rares. Beaucoup se satisfont d’un bref séjour et puis partent. Au XVIIIe siècle la Société de Jésus est partout dans le monde en état de crise profonde et cela se reflète aussi sur la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage au Collège de Québec. Ceux qui apprennent le latin de manière satisfaisante sont l’exception. Par la faute des élèves, des maîtres, de la méthode ou pour d’autres « causes valables ou non, nos ancêtres n’ont pas su ou n’ont pas pu profiter » de l’enseignement des pères jésuites (Gosselin, 1911 : 275).

29Après la fermeture définitive du collège jésuite, l’enseignement classique au Canada est dispensé par le Séminaire de Québec. Les nouveaux professeurs n’apportent aucun changement majeur au programme d’études ni à la méthode d’enseignement. Il n’est donc pas surprenant qu’ils obtiennent les mêmes résultats que leurs prédécesseurs. Des 850 garçons qui fréquentent le Séminaire de Québec de 1668 à 1758, moins de 200 ont fini les cours et de ceux-là, la moitié seulement sont devenus prêtres.

  • 7 Ce qui fait dire à Marie de l’Incarnation qu’« un Français devient plutôt sauvage qu’un Sauvage ne (...)
  • 8 Ces enfants « ne sont ni vrais protestants ni vrais catholiques, mais une espèce de chrétiens bâta (...)

30En ce qui concerne le rêve du fondateur du Séminaire, Mgr Laval, de former des prêtres Amérindiens pour gagner plus facilement les tribus indiennes au catholicisme, il s’évanouit rapidement, ainsi que le projet de francisation des Indiens. Au contraire, ce sont les jeunes Canadiens qui très souvent imitent le mode de vie des Indiens et deviennent « coureurs des bois »7. Devant l’évidence l’Église catholique concentre son attention principalement sur l’éducation chrétienne des colons, dont la conduite à la fin du XVIIIe siècle laisse souvent à désirer : intempérance, alcoolisme, cupidité, goût du luxe, mariages avec des hérétiques et enfants « chrétiens bâtards »8, « hardiesse à lire les livres les plus dangereux et à écouter le langage de l’impiété » (Audet, 1950, vol. II : 280-293).

L’enseignement des langues vivantes

  • 9 Le manuel de grammaire le plus utilisé à la fin du XVIIIe siècle est probablement les Éléments de (...)

31Au XVIIIe siècle, ni le français langue maternelle ni les langues vivantes étrangères ne font partie du programme d’études des écoles québécoises. Le français est appris principalement en traduisant du latin. Le professeur corrige les devoirs et explique les règles de grammaire contre lesquelles les élèves ont péché9. En rhétorique, au Séminaire de Québec et au Collège de Montréal, on étudie les règles de la rhétorique latine dans le Candidatus Rhetoricœ de Pomey, le Gandidatus de Jouvency et le Bibliotheca rhetorum de Le Jay pour apprendre à les appliquer au français.

32Pour des raisons pratiques, économiques, politiques et autres, beaucoup de Canadiens français apprennent, même avant la Conquête, à parler l’anglais. Les contacts, éphémères ou durables, avec les Anglais des colonies voisines se multipliant, ils acquièrent la langue par l’usage, la conversation. Après 1760, avec l’arrivée d’un nombre croissant d’Anglais dans la province, les occasions de pratiquer la langue se présentent plus fréquemment et la maîtrise de la langue des nouveaux maîtres du pays devient indispensable pour nombre d’entre eux. Ainsi avant la fin du siècle l’anglais est enseigné dans certaines classes du Collège de Montréal et du Séminaire de Québec, mais seulement vers 1830 dans les collèges classiques (Galarneau, 1978 : 176).

33Des dizaines d’années plus tôt cependant, paraissent dans la Gazette de Québec (1764), la Gazette littéraire de Montréal (1778) et le Herald de Québec (1788) des annonces par lesquelles des particuliers, pas toujours compétents ou suffisamment instruits, avertissent la population qu’ils donnent des cours d’anglais. Patrick McClement, le premier professeur d’anglais au Canada, offre d’enseigner aux enfants français, à son école à Québec, « à lire, à écrire et à parler la langue anglaise à un prix fort raisonnable ». Il profite de l’occasion pour rappeler aux parents qu’étant donné que « toutes les affaires publiques de cette province se font à présent, et se feront à l’avenir en langue anglaise, il espère q[ue] les citoyens ne négligeront pas cette occasion de faire instruire leurs enfants dans cette langue vibrante dont la connaissance ne peut manquer de leur être utile dans la suite de leur jour ». Un certain Mathieu de Coine fait savoir qu’il charge « deux Chélins et demi par moi pour montrer à lire et à écrire » et Belmont Forten informe le public qu’il « enseigne à lire naturellement de la même manière que le grand Sheridan enseigne », ainsi que « la méthode de composer des thèmes sur divers sujets » (Audet, 1950, t. II : 136).

  • 10 Voir Hanzeli (1969) : Missionary linguistics in New France.

34Au XVIIIe siècle, les missionnaires, les maîtres des écoles pour Amérindiens, les commerçants, les chasseurs, certains militaires et fonctionnaires apprennent les langues des autochtones10, les uns pour évangéliser les « sauvages », les autres pour les franciser, les troisièmes pour négocier avec eux. D’habitude, les missionnaires suivent pendant quelques semaines des cours de rudiments de la langue de la tribu dans laquelle ils auront à œuvrer. L’enseignement est dispensé par des missionnaires, qui connaissent la langue plus ou moins suffisamment, parfois assistés d’Amérindiens convertis.

35Les apprenants utilisent des dictionnaires, des vocabulaires et des grammaires, la plupart composés par des missionnaires du siècle précédent, corrigés et complétés par leurs successeurs. Les nouveaux ouvrages linguistiques sont au siècle des Lumières moins nombreux qu’au siècle précédent et leurs auteurs appartiennent aux Sulpiciens (l’esquisse d’une grammaire algonquine d’Elie Dépéret, le Dictionnaire algonquin-français de Jean-Claude Mathevet, un dictionnaire français-algonquin et un recueil de phrases en français et algonquin de Guichard de Kersident), aux Frères chrétiens ? (mission St-François de Sales) (le Dictionnaire abnaquis-françois et François-abnaquis de Joseph Aubery), à la Congrégation des Pères du Saint Esprit (Traité de la langue Mïkmaque de l’abbé Pierre Maillard), et non presque exclusivement aux Jésuites comme auparavant (Elementa grammaticce huronicæ [1745] et Radices huronicœ [1751] de Pierre Potier, le Dictionarium Gallico-otaoaka [v. 1740] de Pierre Du jaunay, le dictionnaire français et miami-illinois de Jean-Baptiste Le Boullenger, la grammaire illinoise de Louis Vivier et le dictionnaire illinois de Louis Meurin), la crise que connaît la Société de Jésus allant croissant. On rencontre aussi un Abénaquis, instruit par les jésuites, nommé Nudénans, auteur de Radicum Uabanakaearum Sylva ex variis veterum recentiorumque manuscript. codicibus collectæt alpha, ordini restituta (1760).

36Toutefois, l’apprentissage formel donne rarement des résultats satisfaisants. La plupart des missionnaires apprennent donc la langue ou s’y perfectionnent, en allant vivre plusieurs années avec les Amérindiens. Au début, des indigènes (convertis, prisonniers, etc.), plus ou moins familiers avec le français, leur servent d’interprètes ou d’informateurs. Ainsi, Marie de l’Incarnation apprend-elle de ses pensionnaires le huron et l’algonquin et finit par les posséder assez pour composer même un dictionnaire aujourd’hui disparu. En 1632, le Jésuite Le Jeune a la chance de trouver parmi les Montagnais dont il s’occupe un jeune converti ayant vécu quelque temps en France et le prend pour instructeur.

Ayant donc ceste commodité [la collaboration de Pierre], je me mets à trauailler sans cesse, ie fay des conjugaisons, declinaisons, quelque petite syntaxe, vn dictionnaire, auec une peine incroyable, car il me falloit quelquefois demander vingt questions pour auoir la cognoissance d’vn mot, tant mon maistre peu duit à enseigner varioit (cité par Hanzeli, 1969 : 48).

37Pourtant après un an d’efforts Le Jeune doit constater qu’il faut plus qu’un maître compétent et un élève motivé pour bien apprendre une langue, morte ou vivante, polie ou primitive, car « [...] le tout gist à composer souuent, à apprendre quantité de mots, à me faire à leur accent, et mes occupations ne le permettent pas » (ibid.).

38Un autre Jésuite, Pierre Laure, envoyé en 1720 en mission chez les Montagnais du Saguenay, à cause de sa connaissance de l’algonquin, découvre à sa grande surprise que cette langue ne lui « servoit presque de rien ». Il a cependant la chance de trouver une femme indigène intelligente qui parle le français couramment et qui accepte de lui enseigner son dialecte. La méthode choisie instinctivement par cette Montagnaise ignorante est celle pratiquée par Clénart au XVIe siècle et par les partisans durs de la « méthode directe » à la fin du XIXe siècle, sans la moindre référence à la langue maternelle de son élève, dans ce cas, sans un mot de français.

En maître elle conduisit mes études et dès le premier mot quelle m’entendit prononcer, c’en est fait, dit elle aux autres, notre pere a parlé notre langue, je ne lui parlerai plus françois. Malgré mes instances elle garda sa parole ; et a force de la faire deviner elle mit son écolier en état de prescher à Noël sans papier (Hanzeli, 1969 : 45).

39Les Jésuites étaient des gens instruits et pouvaient consulter les ouvrages grammaticaux, généralement manuscrits, pour confirmer ou corriger les connaissances acquises par la pratique. Les personnes moins éduquées, les commerçants, les chasseurs, les habitants, les militaires entretenant des rapports réguliers avec les Amérindiens, apprennent à communiquer avec leurs interlocuteurs par le seul usage. Étant donné la grande variété des dialectes autochtones utilisées en Nouvelle-France et l’impossibilité de les maîtriser toutes, un grand nombre de cette catégorie de colons utilisent

un jargon dont le Dictionnaire est fort court, & ne roule que sur le commerce même ; il y entre des mots pris des Langues de toutes les Nations, avec qui les François ont communiqué ; on y prend un temps pour un autre, une troisième personne pour une première, un pluriel pour un singulier : tout est bon, le geste, la présence de la chose, & l’usage, rendent intelligible un discours par lui-même inintelligible. Le François croit parler la Langue du Sauvage, le Sauvage croit parler celle du François & ils s’entendent assez bien pour le besoin qu’ils en ont (Lafitau 1724 : 475-476, cité par Hanzeli, 1984 : 216).

40Un siècle plus tôt, Paul Le Jeune, premier supérieur de la mission jésuite au Canada, écrivait déjà :

J’ai remarqué dans l’étude de la langue qu’il y a un certain baragouin entre les Français et les Sauvages qui n’est ni français ni sauvage ; et cependant quand les Français s’en servent, ils pensent parler sauvage, et les Sauvages, en l’usurpant, croient parler bon français [...] (Oury, 1973 : 343).

***

41Les quelques dizaines de milliers de colons français qui au XVIIIe siècle vivent éparpillés dans l’immense espace de la Nouvelle-France n’ont ni les moyens ni le temps de s’occuper de didactique des langues. L’unique école secondaire de la colonie à Québec suit le programme et la méthode d’enseignement des collèges français et les écoles élémentaires, le programme et les méthodes des petites écoles en France.

Notes

1 En 1675, on compte déjà 7 850 habitants, et en 1700 quelque 20 000. Ensuite la population française augmente principalement grâce au taux de natalité élevé (55 à 65 pour 1000 habitants).

2 Le Canada s’étend des Éboulements à Vaudreuil sur la côte nord du Saint-Laurent et de Rimouski à Châteauguay sur la côte sud. Les autres parties de la Nouvelle-France sont : l’Acadie (l’île Royale – Cap-Breton, l’île Saint-Jean – Île-du-Prince-Édouard, et une partie du littoral) ; le Labrador ; les Établissements royaux (de Sept-îles aux Éboulements) ; les Pays d’en Haut dans la région des Grands Lacs ; la mer de l’Ouest à l’ouest des Grands Lacs ; et la Louisiane : l’Illinois (haute Louisiane) et la basse Louisiane (Nouvelle-Orléans).

3 Lorsqu’en 1608 Champlain fonde Québec, le poste ne compte que 28 hommes. Vingt ans plus tard la population française de la colonie ne dépasse pas les 100 personnes, dont 5 femmes seulement. Encore en 1640 on ne compte que 270 habitants, 300 en 1645,1700 en 1658, environ 2500 en 1660 et 3035 en 1663. La grande majorité des colons est établie à Québec et ses environs (1976 h.), 462 sont installés autour de Trois-Rivières, fondée en 1634, et 598 dans la région de Montréal, fondée en 1642.

4 L’équivalent des « indentured servants » dans les colonies britanniques en Amérique du Nord (voir chapitre XI).

5 Cette école ferme ses portes en 1786, quand son fondateur quitte Québec et s’établit à Kingston où il ouvre la première école classique du Haut-Canada (Audet, 1950, t. II : 138).

6 « [...] nous avons pu difficilement nous assurer qu’on l’enseignait au Collège de Québec » (Gosselin, 1911 : 291).

7 Ce qui fait dire à Marie de l’Incarnation qu’« un Français devient plutôt sauvage qu’un Sauvage ne devient français » (cité dans A.M.D.G., 1863, t. I : 209).

8 Ces enfants « ne sont ni vrais protestants ni vrais catholiques, mais une espèce de chrétiens bâtards, indifférents, tolérants, souvent impies déclarés et ennemis de toute religion » (Magnuson, 1992 : 62).

9 Le manuel de grammaire le plus utilisé à la fin du XVIIIe siècle est probablement les Éléments de la Grammaire française de Lhomond (1780). La première édition québécoise de ce manuel paraît à Québec en 1800. De nombreuses autres éditions suivront.

10 Voir Hanzeli (1969) : Missionary linguistics in New France.

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search