Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre VIII. La Pologne, la Scandinavie et la Russie

Texte intégral

Aperçu historique

La Pologne

1Pour toute une série de raisons, dont le système aristocratique d’administration intérieure n’est pas la moins importante, la Pologne, un pays où vivent outre les Polonais, des Allemands, des Ukrainiens et d’autres minorités ethniques, perd au XVIIIe siècle, d’abord son prestige, puis son indépendance. Le roi est élu par la Diète, composée des représentants de la noblesse, mais il suffit qu’un député vote contre (« liberum veto ») pour que la décision de la majorité soit annulée. Les pays étrangers (la Russie, l’Autriche, la France, la Suède) profitent de l’impuissance du gouvernement central et de la faiblesse du pouvoir royal pour intervenir, avec l’aide de leurs alliés polonais, dans ses affaires intérieures, imposer leur protégé au trône et leurs conditions au roi et à la Diète. Ainsi, l’électeur de Saxe Auguste II le Fort (1696-1733) accède-t-il, avec l’appui de la Russie, au trône que lui disputent François-Louis de Conti, appuyé par la France, et Stanislas Lesczynski, appuyé par la Suède. Le règne des rois saxons dure jusqu’à la mort d’Auguste III en 1763.

2La couronne revient alors au Polonais Stanislas-Auguste Poniatowski (1764-1795), client de la Russie et ancien amant de Catherine II. Il sera le dernier roi polonais. En 1772 la Prusse, l’Autriche et la Russie procèdent au premier partage de la Pologne. En 1793 la Russie et la Prusse opèrent le second partage et quand l’insurrection de Cracovie (1794) sous le commandement de Kosciuzsko est écrasée par le maréchal Souvorov, la Russie, la Prusse et l’Autriche effectuent le troisième partage qui met fin à l’existence du royaume de Pologne. Il n’y aura pas d’État polonais indépendant jusqu’en 1918.

La Scandinavie

3Les pays Scandinaves forment deux royaumes : la Suède (avec la Finlande qui lui appartient depuis 1150) et le Danemark (avec la Norvège qu’il domine depuis 1387 et l’Islande qu’il occupe depuis 1380). La population de la Suède atteint environ 2 200 000 habitants et celle du Danemark à peine 1 600 000. Pourtant ces pays représentent en Europe, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, deux États redoutables. Le Danemark s’épuise dans sa lutte avec la Suède pour le contrôle de la mer Baltique, tandis que la Suède, après la défaite de Charles XII par les forces de Pierre le Grand à la bataille de Poltava (1709), perd son statut de grande puissance. Pour protéger leurs intérêts et défendre leur indépendance les Danois comme les Suédois doivent chercher l’appui de la France, de l’Angleterre ou de la Russie.

4En Suède, à la suite d’une révolte des nobles et de l’adoption d’une nouvelle Constitution (1720), le pouvoir réel passe au Riksdag (Assemblée nationale). Dans les années qui suivent, le pays connaît un essor économique et culturel considérable. En 1772, un coup d’État appuyé par la France renforce le rôle du gouvernement central. Le despotisme éclairé de Gustave III, pendant le règne duquel culmine l’épanouissement culturel du pays, prend fin en 1792, avec l’assassinat du roi. Le pays retrouve la prospérité sous Gustave IV Adolphe (1792-1809) mais l’implication de la Suède dans les guerres napoléoniennes crée de nouvelles difficultés économiques et des remous politiques qui finissent par le renversement du roi en 1808.

5L’évolution du Danemark est quelque peu différente. Frédéric IV (1699-1730) participe à la guerre du Nord (1700-1721) aux côtés de la Russie contre la Suède. Pendant le règne des monarques éclairés (Christian VI, 1730-1746 et Frédéric V, 1746-1766) qui lui succèdent, le royaume danois jouit d’une paix relative et connaît, comme la Suède voisine, une période de prospérité et de développement culturel. Le pays est à cette époque fortement influencé par les Allemands qui occupent des postes importants dans l’administration. Sous Christian VII (1766-1808) le régime se libéralise (abolition du servage en 1787, réforme scolaire, 1787). Quant à la Norvège, elle possède les mêmes structures sociales que le Danemark, toutefois le nombre des grands propriétaires terriens est bien moindre et la situation des paysans plus tolérable.

La Russie

6Si le XVIIIe siècle marque la disparition de la Pologne de la carte d’Europe et le déclin de la Suède, il commence avec l’entrée fracassante de la Russie sur la scène de la politique européenne et finit avec son ascension au statut de grande puissance. À l’origine de ces bouleversements se trouve Pierre le Grand (1689-1725). Il pose les fondements de la modernisation de son empire avec une série de réformes et impose au monde le respect de sa puissance militaire par des guerres au sud contre les Turcs et au nord contre la Suède.

7Les premières réformes de Pierre le Grand concernent l’adoption du calendrier julien, des habits occidentaux, la coupe de la barbe, la collecte des impôts, et la fondation de Saint-Pétersbourg (1703) sur les bords de la mer Baltique, laquelle en 1713 devient capitale de la Russie. Il procède aussi à la restructuration territoriale du pays (cinquante provinces) et à la création d’organes administratifs centraux (douze collèges, ancêtres des futurs ministères), à la réorganisation du système judiciaire et à la soumission de l’Église au Tsar. Il encourage le développement des manufactures d’État et privées (production de fer, d’armes, de textiles, construction de bateaux), réorganise l’armée, crée une flotte de guerre, etc.

8Un des principaux objectifs de Pierre le Grand est d’assurer à la Russie l’accès à la mer. Sa première expédition militaire est dirigée contre la Turquie (1695-1697) et finit par l’occupation de la ville d’Azov, sur la mer d’Azov. Au retour de son premier voyage en Europe (1697-1698) il dirige son attention vers le nord, la mer Baltique et, en 1700, déclare la guerre à la Suède (guerre du Nord). Elle commence par la défaite russe à Narva (1700), mais après la réorganisation de l’armée et la construction d’une grande flotte de guerre, les Russes écrasent les forces de Charles XII à Poltava (1709), battent la flotte suédoise (1714) et occupent une grande partie de la Baltique. Pierre le Grand entreprend alors son second voyage en Europe (1716-1617), finit la guerre avec la Suède en 1721 par la paix de Nystadt qui lui assure la plupart de ses conquêtes (Livonie, Estonie, une partie de la Finlande et de la Carélie), se proclame empereur, lance ses forces en direction du Caucase et occupe les côtes orientales de la mer Caspienne (1724).

9À sa mort en 1725, il laisse la Russie considérablement agrandie, forte militairement, mais faible intérieurement, en dépit de tous les progrès et de toutes les réformes. Le pouvoir est concentré entre les mains de la vieille aristocratie de naissance, de la nouvelle noblesse, composée de militaires et fonctionnaires récompensés pour leurs services, et de la bourgeoisie naissante. Le système du servage sous lequel vit la majorité de la population des campagnes est plus rigide que jamais ainsi que les pouvoirs des seigneurs. Les lourds impôts et les réquisitions militaires forcent beaucoup de paysans fibres à fuir vers le sud et l’est ou à se transformer en brigands.

10Dans les années 1725-1762, les différents groupes de nobles mènent entre eux une lutte acharnée pour se rapprocher du souverain et exercer leur influence sur le gouvernement. Elle se traduit, entre autres, par cinq coups d’État en trente-sept ans, la désorganisation de l’administration et le déclin de l’économie. La situation se stabilise avec l’avènement au trône de Catherine II (1762-1796). Elle se considère la continuatrice de l’œuvre de Pierre le Grand et la disciple des philosophes des Lumières. Elle désire rattraper le retard qui sépare la Russie de l’Europe (« la Russie est européenne ») et transformer le système autocratique dont elle a hérité en un régime de despotisme éclairé.

11Elle encourage la création de manufactures, le commerce, l’instruction mais ne fait rien pour l’amélioration des conditions de vie des paysans dont une moitié est en état de servage et l’autre en situation de grand dénuement. Au contraire elle renforce les droits des seigneurs sur les serfs qui peuvent être châtiés, envoyés en exil ou vendus comme une marchandise. Les révoltes paysannes sont donc fréquentes, mais aucune ne prend jamais les dimensions de l’insurrection de Pougatchev (1773-1775). Après sa répression, Catherine II procède à des réformes administratives et judiciaires qui ont pour but de renforcer les gouvernements provinciaux et le pouvoir des seigneurs sur les paysans, des nobles dans le gouvernement et des militaires dans l’État, car l’impératrice veut élargir les frontières de son empire.

12Dans la guerre que lui déclare la Suède (1788-1790) elle réussit à maintenir et à consolider ses possessions sur la mer Baltique. En Europe centrale elle participe aux trois partages de la Pologne et s’empare d’une grande partie de ce vieux royaume. Les victoires russes sur terre et sur mer dans la guerre contre l’Empire ottoman (1768-1774) obligent les Turcs à signer la paix de Koutchouk Kaïnardzi en 1774. La Russie occupe le littoral de la mer d’Azov, obtient une indemnité de guerre, le droit de circuler librement sur la mer Noire et d’intervenir auprès de la Porte en faveur des chrétiens orthodoxes. La deuxième guerre contre la Turquie (1787-1792) ne finit pas comme espéré par l’expulsion des Turcs des Balkans et la création d’un grand État grec avec à sa tête un prince russe, mais elle apporte à la Russie de nouveaux gains territoriaux sur les côtes de la mer Noire (annexion de la Crimée, fondation d’Odessa). Pendant la Révolution française elle s’associe à l’Angleterre (1793) et déclare la guerre à la France révolutionnaire mais les troupes russes n’interviennent activement qu’après la mort de l’impératrice. Résumant son règne l’historien russe Milioukov écrit (1932 : 613) : « Rien que des commencements sans achèvement. »

13Le processus d’européanisation de la Russie commencé par Pierre le Grand se manifeste aussi dans le domaine de la culture. Dans la première moitié du XVIIIe siècle domine l’influence allemande. Au temps de Catherine II ce sont les philosophes des Lumières, les écrivains et les artistes français qui servent d’exemple à la cour. La langue, les modes et les manières françaises sont adoptées par la haute société russe. Parallèlement se développe une culture nationale dont le plus éminent représentant est Lomonossov (1711-1765) et naît la littérature russe avec Fonvizine (1745-1792), Derjavin (1743-1816) et surtout Karamzine (1765-1826).

La situation dans le domaine de l’éducation

14La situation dans le domaine de l’éducation varie d’un pays à l’autre, parfois considérablement, par exemple entre la Pologne et la Russie, parfois peu, par exemple entre la Suède et le Danemark.

La Pologne

15La Pologne possède un réseau scolaire relativement dense. Comme partout les plus négligées sont les écoles primaires. L’instruction élémentaire est entièrement entre les mains de l’Église. Dans la plupart des écoles paroissiales, catholiques ou protestantes, polonaises ou allemandes, les enfants du peuple apprennent beaucoup à réciter des prières et peu à lire, à écrire et à calculer. Exceptionnellement, on rencontre une classe supérieure, où sont enseignés aussi les rudiments du latin. Les fils de nobles sont instruits à domicile par des précepteurs privés, les filles des grandes familles sont envoyées dans les couvents de femmes, dirigés par les Sœurs Visitandines ou les Sœurs du Saint Sacrement.

16La situation est tout autre aux niveaux secondaire et supérieur. En 1740 on compte 112 établissements, dont 67 dirigés par les Jésuites, 27 par les piaristes, 10 par les académies de Cracovie, de Zamosc et de Vilna et 5 par différentes Églises protestantes. Les programmes et les méthodes d’enseignement des collèges des différentes dénominations diffèrent peu entre eux. Tous les collèges suivent plus ou moins le modèle du collège humaniste et la matière principale est le latin.

17Vers 1740 naît un fort mouvement pour la réforme de l’éducation et du système politique qui culmine dans le dernier quart du XVIIIe siècle. À son origine se trouve le piariste Stanislas Konarski (1700-1773), un brillant latiniste formé à Rome. Pendant un voyage à Paris, où il accompagne l’ambassadeur de son pays, il découvre le Traité des études de Rollin qui le marque profondément. À son retour en Pologne, en 1740, il fonde à Varsovie le Collegium nobilium destiné à former de jeunes nobles pour en faire de bons chrétiens et aussi de bons citoyens polonais. L’année suivante il publie O poprawie bleedow wymowy où il développe sa conception de l’éducation de « l’honnête homme » et en 1755 il rédige le Statut des visites pastorales qui servira de base à la réforme des écoles pies. Le nombre de classes est réduit de sept à six et le programme est adapté aux besoins de l’époque. À côté du latin qui reste la principale matière, Konarski introduit, dès la première année et de manière graduée, l’enseignement des mathématiques, de l’histoire, de la géographie, des sciences, de la langue polonaise et des langues vivantes.

18Le « Rollin de Pologne », comme on appelle souvent Konarski pour sa contribution au renouveau pédagogique de son pays, s’est intéressé principalement à l’éducation secondaire, l’enseignement élémentaire restant éloigné de ses préoccupations. Le mouvement de renouveau pédagogique s’étend ensuite dans les collèges jésuites et les collèges des trois académies, mais l’effort de changement est très timide. En 1761, Ignace Konarski, frère de Stanislas, fonde à Opole la première école pratique des arts et métiers et, en 1764, le roi Stanislas-Auguste Poniatowski crée l’école militaire des cadets qui deviendra le collège le plus moderne de Pologne.

19En 1773, avec la suppression de l’ordre de Jésus et la mort de Konarski, il devient nécessaire de repenser tout le système d’éducation polonais. Une Commission de l’éducation nationale est créée qui se donne pour tâche de compléter la réforme entamée par le « Preceptor Poloniæ ». Elle proclame un concours pour la rédaction de nouveaux livres d’école, publie un guide pour les auteurs des manuels et organise à l’Académie de Cracovie et à l’Académie de Vilna des séminaires pour la formation théorique des futurs professeurs, suivis de stages dans une école paroissiale. La Commission formule aussi des instructions précises pour l’enseignement de la lecture, du calcul, des leçons de choses, de l’éducation physique, de l’éducation morale, etc., et divise le pays en circonscriptions scolaires pour assurer l’application des mesures proposées. Hélas, en 1795 a lieu le troisième partage, la Pologne disparaît de la carte de l’Europe et l’œuvre de la Commission nationale de l’éducation reste inachevée.

Les pays Scandinaves

20Dans les pays Scandinaves, à la suite des transformations réalisées pendant la Réforme, le clergé perd la plupart de ses privilèges mais garde le contrôle de l’école. En Suède, le niveau de l’éducation primaire dispensée dans les écoles cathédrales et triviales est généralement jugé insatisfaisant. En 1724 le règlement sur l’éducation confie la nomination des directeurs et des professeurs d’école au clergé. Le programme d’enseignement des gymnases est conçu principalement en accord avec les besoins de l’Église.

  • 1 Au début du XVIIIe siècle on compte rien qu’à Stockholm 18 écoles privées et 130 maîtres privés. U (...)

21Les principales matières étudiées sont donc le latin, le grec, le catéchisme et, dans les classes supérieures, l’histoire de l’Église, la rhétorique, l’arithmétique, la géométrie et l’hébreu. Les sciences sont complètement absentes du programme. Le niveau des écoles publiques est si bas que beaucoup de parents préfèrent envoyer leurs enfants dans une des nombreuses écoles privées, dirigées pour la plupart par des Allemands1. La situation n’est pas meilleure dans les universités, où les étudiants sont admis sans égard pour leurs études préalables et où les professeurs sont souvent nommés par le Riksdag pour d’autres raisons que leurs connaissances et leurs compétences. Ainsi, vers 1740, plus de la moitié des étudiants amènent à l’université leurs propres professeurs.

22Dans toutes les universités (Uppsala, Lund, Abo, Dorpat et Greifswald) la plus importante faculté est la faculté de théologie, ce qui n’est pas étranger au spiritualisme piétiste qui à cette époque se répand d’Allemagne dans tous les pays Scandinaves. Cependant avec la fondation de l’Académie des sciences (1739) se développe en Suède l’étude des sciences naturelles et biologiques, grâce à des savants tels qu’Emmanuel Swedenborg (minéralogie), Anders Celsius (astronomie) et en premier lieu Carl Linnaeus (botanique, agriculture).

23La situation au Danemark et en Norvège n’est pas très différente. Frédéric IV tente, sans grand succès, d’organiser le système d’éducation du royaume. Selon les ordonnances de 1716 pour les écoles de Copenhague et de 1721 pour les douze districts relevant directement de la couronne, les enfants de cinq à huit ans doivent fréquenter l’école cinq à six heures par jour, les autres, une demi-journée pour apprendre la lecture et le catéchisme (l’écriture et le calcul ne sont pas obligatoires).

24Christian VI (1730-1746) entreprend la réorganisation des écoles urbaines et en 1739 rend l’école primaire obligatoire avec des résultats limités à cause de l’opposition des grands propriétaires. Les progrès sont plus rapides au temps de Frédéric VI qui abolit le servage (1788) et crée une école normale (1790). Les Danois ont une université à Copenhague depuis 1478. Les Norvégiens cependant doivent attendre 1813 pour avoir à Oslo leur première université.

La Russie

25L’énorme retard de la Russie au XVIIIe siècle par rapport à l’Europe occidentale s’explique en partie par l’état de grande ignorance de la population. L’analphabétisme freine l’effort de modernisation du pays entrepris par Pierre le Grand. Ses tentatives pour améliorer le niveau d’instruction du peuple échouent, d’une part, faute de maîtres, de manuels, de locaux et de matériel scolaire et, d’autre part, à cause de la peur qu’éprouvent les Russes ordinaires à l’égard des livres et de la science.

26Ainsi « l’école primaire n’a guère existé sous le règne de Pierre » (Milioukov, 1932 : 403). Incapable d’éduquer les masses, il tourne son attention vers le clergé et la noblesse. En 1719 il ordonne que les fils des prêtres et des gens bien-nés sachent lire et écrire et subissent un examen pour prouver qu’ils ne sont pas illettrés, faute de quoi ils ne pourront pas se marier.

  • 2 « Encore à la fin du XVIIe siècle, on discute sérieusement pour savoir s’il vaut mieux s’initier à (...)

27Cet état de choses ne change pas beaucoup avant l’avènement de Catherine II2. C’est elle qui essaiera de créer un système national d’instruction publique. Impressionnée par le succès des réformes scolaires de Marie-Thérèse, elle fait venir en Russie Jankovic de Mirievo qui avait collaboré à la réforme scolaire d’Autriche, et lui demande de soumettre un projet, qui servira de base aux travaux du Comité pour les écoles élémentaires (1782) qu’elle dirige. Pour l’implantation de la réforme envisagée elle ouvre à Saint-Pétersbourg une école normale (1783) et fait traduire en russe 27 livres scolaires allemands et autrichiens, et en 1786 publie le Statut des écoles populaires, un règlement qui crée deux types d’écoles : les petites écoles et les écoles principales.

28Les petites écoles ont deux classes et accueillent gratuitement les enfants des deux sexes de toutes les couches sociales. Les élèves y apprennent la lecture, l’écriture, l’arithmétique, le catéchisme, l’histoire sainte, la grammaire russe et le dessin. Les écoles principales ont cinq classes et préparent les futurs maîtres des petites écoles et les jeunes qui continueront leurs études à l’Université. L’éducation devient la responsabilité de l’État qui impose les programmes et les méthodes d’enseignement, approuve les manuels et contrôle la formation et le rendement des maîtres.

29La réforme scolaire de Catherine II se heurte cependant à de nombreux obstacles. Il n’y a pas assez de fonds, ni suffisamment de maîtres. Les nobles rejettent la scolarisation obligatoire et le principe de l’école unique. Ils préfèrent envoyer leurs fils dans les écoles privées. Beaucoup de parents refusent aussi de se priver de l’aide manuelle de leurs enfants. La réussite de la réforme scolaire est donc partielle, d’autant plus qu’elle ne s’applique point aux enfants des serfs. Elle marque cependant un tournant dans l’histoire de l’enseignement primaire en Russie. Un an après la publication du Statut on compte déjà 165 écoles au lieu des 12 initiales et dix ans plus tard leur nombre atteint 316.

  • 3 Cet établissement, orienté principalement vers la formation de prêtres, est transféré en 1714 au C (...)

30Les débuts de l’enseignement secondaire et supérieur datent de 1687, quand Siméon Polotski fonde à Moscou l’Académie grecque, plus tard appelée Académie slavo-gréco-latine. Les élèves y apprennent le slavon dont l’écriture fut créée au IXe siècle par saints Cyrille et Méthode et utilisée par l’Église orthodoxe dans les pays slaves, l’ancien grec, le latin et les humanités (au début en grec, plus tard de plus en plus en latin). En 1701, Pierre le Grand la convertit en école latine complète et confie sa direction à l’État3. Pierre le Grand, qui a un besoin urgent de spécialistes pour moderniser son royaume, y fait venir des Hollandais, des Allemands et des Anglais et tente parallèlement d’y créer des écoles qui formeront rapidement les cadres qui lui manquent.

31Il invite donc à Moscou l’Anglais Farewardson, professeur de mathématiques et de navigation, qui, en 1705, inaugure l’École des sciences mathématiques et navales. Les résultats cependant sont peu satisfaisants, car les élèves n’ont pas la formation nécessaire pour profiter de ses leçons. Le gymnase privé avec internat fondé en 1705 par le pasteur Glück de Marienbourg pour l’éducation des jeunes de grandes familles, échoue aussi, les nobles n’y envoyant pas leurs fils et les boursiers retournant chez leurs parents ou allant étudier dans une des écoles professionnelles, l’Académie navale, l’École des ingénieurs, l’École de l’artillerie, etc.

32L’empereur aura plus de succès avec les « écoles des chiffres » qu’il fonde en 1716 et les écoles diocésaines qu’il ordonne aux évêques de créer dans leurs évêchés en 1721. À la même époque des Européens, plus ou moins cultivés, ouvrent des écoles privées et des pensionnats pour les enfants des couches privilégiées, dont le programme d’études ne correspond toutefois guère aux besoins du pays. Bien plus importante est pour cette raison la fondation en 1725 de l’Académie des sciences à Saint-Pétersbourg, même si ses premiers membres sont tous étrangers et les débuts très difficiles. À l’Académie était attaché un gymnase, le premier gymnase public de Russie, qui au début attire, pour toutes sortes de raisons, très peu d’étudiants.

33En 1731 est fondée sur les bords de la Neva l’École des Cadets pour 200 garçons de familles nobles, âgés de 13 à 18 ans. Cet établissement dynamique offre un programme identique à celui des académies des nobles en Europe occidentale et de ses murs sortiront les premiers représentants de la littérature russe. Probablement que l’événement le plus important dans l’histoire de l’éducation en Russie au siècle des Lumières est la fondation en 1755 de l’université de Moscou selon le plan du savant, philologue et écrivain russe Mikaïl Vasilievitch Lomonosov (1711-1765). Elle avait trois facultés (philosophie, médecine, sciences) et deux gymnases, un pour les nobles, l’autre pour les roturiers, comme le gymnase de Kazan (1758) sur la rive gauche de la Volga.

34Catherine II, souveraine éclairée, s’intéresse plus à la création d’un système national d’instruction publique, qui contribuerait à élever le niveau culturel de la population, qu’à la formation de techniciens et de spécialistes, comme c’était le cas de Pierre le Grand. Dans ses efforts elle ne réussit que partiellement. Néanmoins à sa mort en 1796 il y a en Russie 20 000 élèves et 790 maîtres, ce qui représente un progrès considérable. La contribution la plus durable de l’impératrice au développement de l’éducation secondaire et supérieure est la création dans les villes d’écoles principales et de gymnases et d’une école normale à Saint-Pétersbourg.

35Au début de son règne Catherine II est fort influencée par les théories d’Ivan Ivanovic Betskoï (1704-1794), auteur d’une Organisation générale de l’éducation de la jeunesse des deux sexes (1764), diplomate et pédagogue russe qui rêve de créer une « nouvelle race humaine » en isolant les enfants dans des établissements où règnent la vertu et la sagesse. Parmi les écoles qu’il fonde, la plus célèbre est l’Institut Smolnyi (1764), à Saint-Pétersbourg, destiné à l’éducation de 200 jeunes filles de 6 à 18 ans. Dans cette institution, inspirée de l’École de Saint Cyr de Madame de Maintenon, les élèves sont divisées selon leur origine familiale (noble, bourgeoise) et apprennent les langues, le calcul, l’histoire, la géographie et les arts nécessaires à une dame de la bonne société et à une bonne épouse (danse, dessin, chant, musique, manières, religion, travaux féminins).

36Un contemporain de Betskoï, l’Ukrainien Grigorii Savitch Skovoroda (1722-1794), fils de cosaque, s’intéresse à l’éducation du peuple. Mécontent de l’instruction qu’il reçoit à l’académie de Kiev, il se rend à pied à Halle et passe trois ans à étudier dans la célèbre université la philosophie moderne. De retour en Ukraine il enseigne un peu, se voit obligé de quitter son poste et passe trente ans de sa vie comme poète, prédicateur et philosophe itinérant. Skovoroda, influencé par la pédagogie piétiste et les idées de J.-J. Rousseau, prône une éducation en accord avec la nature pour les enfants des deux sexes.

37Skovoroda recommande le développement harmonieux du corps, de la raison et de l’âme, la volonté de se perfectionner, ainsi que l’amour du travail, de la vie et des hommes. Il eut l’occasion d’appliquer ses idées dans son enseignement à Mikhaïl Kovalinski, son futur biographe.

L’enseignement des langues anciennes4

La Pologne

38La Pologne est, au XVIIIe siècle, comme l’Autriche et la Hongrie, un des derniers remparts de la latinité. Dans les collèges jésuites le programme d’études, la méthode d’enseignement et les manuels de latin et de grec sont ceux prévus par le Ratio Studiorum. Il ne semble pas qu’il y ait eu à cette époque en Pologne des professeurs novateurs qui aient laissé une marque profonde sur la didactique des langues. La Société de Jésus est en forte crise et à la veille de sa suppression. Les innovations, timides il est vrai, on les trouve dans les collèges des piaristes, après la réforme de Konarski en 1755.

  • 5 Plezia (1953 : 54) écrit qu’Adam Toloczko en 1768 fait imprimer à l’imprimerie des piaristes à Vil (...)

39La conception de la didactique des langues de Konarski est influencée par Rollin et Coménius5. Comme le premier, il souhaite enseigner aux jeunes toutes les compétences linguistiques : comprendre, parler, écrire en prose et en vers le latin le plus pur, celui des meilleurs auteurs. N’oublions pas que la langue latine joue encore dans la société polonaise un rôle très important comme moyen de communication. Du second, qu’il connaît et admire beaucoup, il adopte l’idée que le fondement de l’étude des langues étrangères doit être la connaissance préalable de la langue maternelle. Toutefois, dans ses travaux, Konarski ne s’occupe que de l’enseignement et de l’apprentissage des langues classiques.

40Pour simplifier l’apprentissage du latin, il compose une Grammatika ad usum iuventutis Scholarum Piarum (1741), qui devient le manuel de grammaire latine des classes inférieures des collèges piaristes en Pologne. Elle enseigne l’orthographe, la prononciation des voyelles et des consonnes, l’étymologie (les flexions), les rudiments de la syntaxe (les accords et l’ordre des mots) et les principes de la prosodie. Les débutants devaient apprendre par cœur les règles et les exemples, en latin et en polonais, ainsi que le vocabulaire inclus dans le manuel, afin de passer rapidement à la lecture des auteurs. Alors ils avaient tout le temps d’approfondir leur connaissance de la grammaire.

41Ici il faut ajouter que la Grammatyka pijarska, nom sous lequel le manuel de Konarski est connu, diffère des grammaires couramment utilisées dans les écoles, par exemple des Institutions d’Alvarez, non seulement parce que son contenu se limite au strict nécessaire mais aussi parce qu’elle comprend des chapitres qui d’habitude figurent plutôt dans les manuels de langues modernes que dans les grammaires latines : des notions d’arithmétique en latin, le calendrier romain, un vocabulaire d’environ 2000 mots avec leurs équivalents polonais, un recueil d’environ 900 exemples de poésie latine le plus souvent en un seul vers, et un catéchisme (voir Plezia, 1953).

42Pour la lecture, les deux premières années les élèves se limitent au texte de leur manuel de grammaire éventuellement, ils lisent aussi Orbis sensualium pictus ou Janua linguarum de Coménius. En troisième année (« Gramatyka ») ils étudient les Ustawy szkolne (les Constitutions de Konarski) (1753 ?), des extraits de Nepos et de Rufus, des épîtres de Pline le Jeune, des Tristia d’Ovide. En quatrième année (« Syntaksa ») ils lisent Ad familiares de Cicéron, des extraits de Caton l’Ancien, Jugurtha de Salluste, des passages de Tite-Live et de Quinte-Curce, d’Ovide, de Virgile et d’Horace. En cinquième année (« Humanitas ») on ajoute à Cicéron, Eutrope, Ovide, Martial, Livius, César, l’Énéide de Virgile, Horace, etc. Enfin en sixième (« Retoryka »), la rhétorique d’après l’Art oratoire (1767) de Konarski, Démosthène, Cicéron, Tite-Live, Salluste, Quinte-Curce, Tacite, etc. Konarski recommande de lire les auteurs rapidement, sans s’attarder sur les détails, afin que l’intérêt des élèves ne se disperse pas et que le maître en profite pour enseigner le reste de la grammaire d’après des exemples concrets tirés des textes étudiés.

43Konarski est, comme son maître à penser Rollin, un grand admirateur de la langue grecque. Le programme d’études qu’il propose prévoit deux années de grec, pas pour le parler et l’écrire comme le latin, mais pour pouvoir lire dans l’original au moins les auteurs que les élèves connaissent déjà en traduction latine (les Fables d’Ésope, les discours d’Isocrate et de Démosthène, etc.). Malheureusement cette langue avait été jusque-là tout à fait négligée dans les collèges piaristes et il n’y avait pas de professeurs capables de l’enseigner. Konarski décide donc d’envoyer à Rome un de ses élèves étudier avec un helléniste piariste nommé Corsini. Ce n’est pas suffisant et le grec continuera à occuper dans les collèges piaristes une place secondaire.

44La réforme de Konarski n’a certes pas apporté de changements radicaux dans l’enseignement des langues classiques. Elle introduit cependant en Pologne des idées plus modernes, en premier lieu celles du janséniste Rollin, et les rend plus intéressantes en les combinant avec les principes didactiques coméniens, très connus dans son pays.

Les pays Scandinaves

45Sur l’étude des langues anciennes en Scandinavie je ne possède pas en ce moment de renseignements significatifs. L’ignorance des langues nordiques m’empêche de consulter les sources premières ou secondaires. Dans les ouvrages de référence en français et en anglais on ne trouve que des informations très générales. Tout laisse croire qu’au siècle des Lumières il n’y a pas dans ces pays de pédagogue ou d’auteur de manuels qui ait fait une contribution originale à la didactique des langues anciennes.

La Russie et l’essor du latin

46Avec l’européanisation graduelle du pays, l’arrivée de professeurs étrangers, le nombre croissant de Russes qui étudient dans les universités occidentales, le refuge offert aux Jésuites par Catherine II après la suppression de leur Société par le pape, le besoin des savants russes de se tenir au courant des travaux de leurs collègues européens qui écrivent en latin et ceux de l’Église orthodoxe qui souhaitent combattre la diffusion de la religion catholique, on constate un certain recul du grec au profit du latin.

  • 6 Lors de son premier voyage en Hollande (1698), Pierre le Grand s’était lié d’amitié avec un imprim (...)

47Les langues anciennes sont enseignées dans les gymnases, à l’Académie slavo-grécolatine, dans les séminaires de l’Église orthodoxe et dans les écoles supérieures. Le latin jouit à cette époque en Russie, comme en Pologne et en Hongrie, d’un grand prestige. Les élèves étudient la grammaire, mémorisent les règles, lisent des textes religieux ou classiques et traduisent. On utilise longtemps des manuels étrangers traduits en russe. Au début ils sont imprimés à Amsterdam6 (Latina grammatica, 1700, Nomenklator, un lexique russe-latinallemand, 1700), puis en Russie (Lateinisch-und Ruszisches Lexicon, 1731). Les plus populaires toutefois sont le Compendium Grammaticœ latinœ, avec sept éditions entre 1762 et 1792 et un tirage d’environ 12 000 exemplaires, et la Grammaire latine de Cellarius avec trois éditions à Moscou et trois autres à Saint-Pétersbourg.

L’enseignement des langues vivantes

La Pologne

48Au XVIIIe siècle, les deux langues dominantes sont le polonais et l’allemand. Les débuts de l’enseignement méthodique du polonais et de l’allemand, langues maternelles, ont lieu dans la deuxième moitié du siècle. Pour beaucoup de Polonais la langue étrangère la plus nécessaire est l’allemand. Le français jouit d’une plus grande popularité dans la bonne société.

49L’étude systématique du français commence en Pologne au XVIIe siècle avec l’arrivée des Visitandines, des Demoiselles du Saint Sacrement et des Théatins, un ordre religieux fondé en Italie en 1524 par le père Carafa, évêque de Theato, pour la réforme des mœurs. Les Théatins ouvrent leur premier collège des nobles à Varsovie en 1702. Ils y enseignent principalement les langues étrangères, d’une manière théorique et pratique, sous forme individuelle. Quinze professeurs s’occupent chacun d’un ou deux élèves. Le matin de 8 h à 10 h ils enseignent le latin, de 10 h à 12 h le français, et de 14 h à 16 h l’allemand. La conversation en polonais était interdite en tout temps. Le nombre de leurs élèves étant toujours resté très bas (quatre élèves en 1783) ils exercèrent peu d’influence sur le développement de l’enseignement des langues vivantes en Pologne.

50Par contre les Visitandines et les Demoiselles du Saint Sacrement ont joué un grand rôle dans la diffusion du français. Les jeunes filles d’origine noble, pensionnaires pendant plusieurs années dans leurs couvents, étaient éduquées en français. Elles apprenaient la langue dans la Nouvelle méthode très facile pour apprendre en peu de tems à lire, écrire et parler françois (1699) du père Duchênebillot. Il la rédigea à la demande des Religieuses de l’Adoration perpétuelle du Très-Saint-Sacrement pour l’usage des Demoiselles Pensionnaires du Monastère Roial. Le manuel, qui était utilisé aussi par les Visitandines, connut plusieurs rééditions (1755 à Lublin, 1768 à Cracovie, 1785 à Léopol), et comprend outre les principales règles de grammaire, un vocabulaire et un petit dialogue familier.

51Les langues vivantes étaient rarement enseignées dans les écoles publiques catholiques, plus souvent dans les gymnases protestants, surtout dans les villes habitées par des Allemands (à Torun sur la Vistule, à Gdansk et à Elblag sur la mer Baltique). On se servait du Télémaque de Fénelon, de la Grammaire royale de Des Pepliers et du Secret de délier la langue de Mme La Roche. Le français était vers 1740 enseigné aussi au gymnase évangélique de Leszno. Coménius (1592-1670) y fut longtemps professeur et c’est là qu’il publia la célèbre Janua Linguarum, l’ouvrage utilisé par des générations partout dans le monde pour apprendre les langues anciennes et vivantes. Il semble que pour les besoins des élèves de cet établissement on publia également un manuel intitulé Principes pour apprendre aisément la langue française, à l’usage du collège évangélique réformé à Lissa, sans date et sans nom d’auteur, mais Niklborc (1962 : 52), à qui j’emprunte cette information ainsi que la plupart des renseignements qui suivent sur l’enseignement du français en Pologne, n’en est pas tout à fait sûre.

52Généralement, dans les écoles publiques où les langues vivantes sont enseignées, les maîtres emploient la méthode grammaticale. Vers la fin du siècle, quand la Commission de l’éducation introduit l’enseignement des langues vivantes (allemand, russe, français), c’est la méthode de Meidinger, dite de « grammaire-traduction », qui est la plus utilisée. Les enfants de bonne famille apprennent les langues vivantes avec leur gouvernante, leur précepteur ou un maître privé, par l’usage et la lecture.

53Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle l’engouement de la bonne société polonaise pour tout ce qui est français (manières, modes, langue, livres) est tel qu’il suscite le mécontentement d’une grande partie du public, d’autant plus que le comportement, les mœurs et les connaissances des gouvernantes et des précepteurs français laissent souvent à désirer. Niklborc parle même d’« influence néfaste des aventuriers gouverneurs » (1962 : 75).

54Pour l’étude du français il existe un nombre considérable de manuels publiés en Pologne. Certains sont écrits en latin, telle la très populaire (dix éditions) Grammatica Gallica brevis et facilis [...] (1743) en 73 pages d’Antoine Wisniewski, ou la Grammatica Gallica et Latino-Polonica de Silvestre Alexander (1732), d’autres sont en polonais comme la Grammatyka francuzka krotko zebrana dla uczacych sie jezyka francuzkiego w Akademii Wilenskie (1774) qui connut neuf éditions, ou la Grammatyka francuzka dla pozytku szlachetney mlodzi uczacey sie in Coll. Nobilium Scholarum Piarum (1776) de Pawel Chlebowski, et quelques-uns sont en français comme la Grammaire pour Polonais d’Eléazar Mauvillon (1754).

55L’étude de l’anglais est presque totalement négligée. Selon Fisiak, la littérature et la culture anglaises n’atteignent la Pologne qu’à la fin du XVIIIe siècle et cela à travers le français. Le Hamlet de Shakespeare, par exemple, est traduit pour la première fois en polonais en 1797, à partir d’une traduction française. Ce n’est qu’après la révolte de 1830, quand grand nombre de réfugiés politiques émigrent en Angleterre, que des contacts culturels directs sont établis entre les deux pays (1983 : 9). Jankowska (1986 : 387), de son côté, écrit que les contacts avec les Anglais étaient plutôt rares, la langue étrangère que les Polonais éduqués étudiaient d’habitude étant le français.

56L’allemand devait être plus connu, car les Allemands représentaient une grande partie de la population des villes polonaises, et dans certaines régions ils en formaient même la majorité. Il y avait certes aussi des Polonais qui maîtrisaient l’italien, mais sur l’enseignement et l’apprentissage de ces langues en Pologne je n’ai pas de renseignements actuellement.

La Scandinavie

  • 7 L’autorité en matière d’étude du français en Suède est E. Hammar. C’est de ses travaux, notamment (...)

57Les langues vivantes dans les pays Scandinaves sont enseignées dans les académies des nobles et les écoles militaires, rarement dans les écoles publiques, plus fréquemment à l’université et surtout à domicile. La langue étrangère qui est de loin la plus étudiée est le français7. Les jeunes enfants l’apprennent avec leurs gouvernantes, souvent « des femelles du plus bas étage » ou avec un Parleur, un paysan qui fait ce métier « parce qu’il ne sait ni lire ni écrire ». Ce n’est pas surprenant si, avec de tels maîtres, les disciples acquièrent « des prononciations vicieuses & des manieres de parler basses & populaires » (Des Campeaux 1785 : Préface). Le pire c’est qu’à cause de leur ignorance complète des principes ils n’ont plus tard aucun moyen de s’améliorer. Il est donc recommandé aux parents de faire preuve de la plus grande prudence lors de l’embauche d’une gouvernante :

s’assurer plus qu’on ne fait ordinairement, si les Demoiselles, nées françoises ou non, à qui on commet ce soin, sont bien en état de se charger de cette partie de l’éducation ; faute de quoi il faudrait prendre pendant quelque tems un bon maitre pour la lecture & la prononciation & le faire revenir chaque année pendant deux ou trois mois pour continuer la même opération, en exhortant la Demoiselle à assister à ses leçons & à adopter sa méthode (ibid.).

  • 8 Pour les Suédois : N. Laloué de Mont-Louis, L’Élégance parfaite de la langue françoise, ou Nouvell (...)
  • 9 Johan Biurman, Introduction à la langue françoise pour ceux qui ne savent pas le latin ou l’allema (...)

58Beaucoup de maîtres de langues dans les pays Scandinaves se servent de manuels de français écrits pour les Allemands, par exemple de la très populaire Grammaire royale de Des Pepliers. Cependant, au cours du siècle, les ouvrages composés par des maîtres de langue d’origine française8 et surtout Scandinave9, se multiplient. Outre les ouvrages qui enseignent toutes les compétences linguistiques, on imprime des manuels de grammaire, de vocabulaire, des dictionnaires (le Nouveau dictionnaire françois-svédois et svédois-françois de Levin Möller, 1745 ; le Dictionnaire françois-suédois et suédois-françois de Jakob Björkegren et Barthold Nyström, 1784), et des textes littéraires français (par exemple, le Télémaque de Fénelon) avec des commentaires dans la langue maternelle pour pratiquer la lecture et la conversation.

  • 10 Pour des renseignements plus détaillés sur l’enseignement de l’anglais en Suède voir la thèse de I (...)

59Pour beaucoup de commerçants, de militaires et de diplomates la connaissance de l’allemand, de l’anglais et du russe est aussi importante, sinon plus, que la maîtrise du français. Le nombre des manuels pour l’étude de ces langues est toutefois incomparablement moindre que pour l’apprentissage du français. Je citerai pour exemple le Fort Auch Tydeliget Begrep af en Engelsk Grammatica (1744) de Lorents J. Kullin 1’Essay on a methodical English Grammar for the Swedes (1748) d’Ifvar Kraak ; les Rudimenta Grammaticae Anglicance (1749) et le Royal English-Danish Grammar (1753) de Carl Bertram10. En 1751 paraît à Stockholm une Grammatika rossiïskaïa.

60Il semble que l’étude de l’italien était moins répandue. Un manuel largement utilisé pour l’apprentissage aussi bien des langues anciennes que des langues vivantes était l’Orbis sensualium pictus de Coménius (éditions 1775, 1796).

La Russie

61Une des premières mesures de Pierre le Grand pour l’éducation du peuple russe et l’émancipation de l’État de l’influence du clergé est sa réforme de l’écriture, l’introduction de l’alphabet civil (grazdanka) à la place de l’alphabet slavon, la langue de l’Église orthodoxe. L’enseignement du russe langue maternelle se développe plus rapidement après la publication en 1755 de la Ruska grammatika de Mikhaïl Vassilievitch Lomonossov (1711-1765) qui deviendra le manuel de grammaire russe officiel.

62Une des conditions pour la réussite des efforts de modernisation de la Russie entrepris par Pierre le Grand, la familiarisation avec la culture, la science et la technique des pays avancés d’Europe, était la formation de jeunes en langues étrangères. Mais ce n’était pas facile dans un pays aussi arriéré de faire comprendre à la population l’importance des langues étrangères et de former des citoyens polyglottes. Ceux qui s’y sont appliqués ont vite compris l’avantage de la connaissance des langues non seulement pour servir leur patrie et avancer dans leur carrière, mais aussi « afin que les serviteurs et les servantes n’entendent rien de ce que l’on dit » et afin qu’on puisse distinguer « un homme bien des imbéciles », comme l’écrit l’auteur de l’Honnête miroir de la jeunesse (1717), un des premiers ouvrages traduits en russe et qui jouit d’un grand succès dans la bonne société qui sait lire.

63L’intérêt des classes dirigeantes pour les langues vivantes s’accroît considérablement au temps d’Elisabeth (1742-1761), fille de Pierre I. D’une part le nombre d’étudiants qui fréquentent les universités étrangères et de Russes qui voyagent en Europe augmente considérablement, d’autre part l’importation de maîtres étrangers prend de l’ampleur. Les écoles privées et les pensionnats se multiplient rapidement. En 1764, par exemple, on compte 27 établissements d’éducation supérieure dirigés par des étrangers pour environ 6 000 élèves. Généralement le programme d’études de ces écoles, si on excepte l’enseignement des langues vivantes, ne tient pas compte des besoins du pays.

64Dans la première moitié du siècle, à Saint-Pétersbourg, à Moscou et dans les grandes villes où vit une importante minorité allemande, on constate un certain intérêt des Russes pour l’allemand. La connaissance de cette langue reste cependant très limitée (courtisans, militaires, médecins) même après l’arrivée de dizaines de milliers de paysans et d’artisans allemands, recrutés par les agents de Catherine II pour coloniser certaines régions de la Volga, de l’Ukraine et de la Sibérie.

65À cette époque la Russie aussi est atteinte par la « francomanie » qui déferle en Europe. Le français devient la principale langue étrangère étudiée par l’aristocratie, les intellectuels et les fils de riches commerçants. Les précepteurs, les gouvernantes, les cuisiniers français sont alors en grande demande et, naturellement, toutes sortes d’aventuriers et d’escrocs en profitent. L’anglais intéresse particulièrement les gens de mer, l’italien et l’espagnol sont moins étudiés.

66Le premier établissement scolaire où les langues vivantes sont enseignées est le gymnase du pasteur allemand Glück. On y enseigne, outre le latin, l’allemand, le français, l’italien et le suédois. Cependant peu de jeunes de la bonne société sont attirés par les études et ceux qui fréquentent le gymnase n’y restent pas longtemps. L’École des Cadets de Saint-Pétersbourg, fondée en 1731 pour former les cadres de l’armée et de la fonction publique, a plus de succès. Les 200 garçons de 13 à 18 ans issus de familles nobles qu’elle accueille apprennent, comme les élèves des collèges de nobles en Europe occidentale, peu de latin et de grec. Ils étudient surtout les mathématiques, la physique, les langues vivantes (français, allemand, italien, polonais) et d’autres disciplines d’agrément. Une des écoles russes où les langues vivantes occupent une place centrale est l’Institut Smolny, à Saint-Pétersbourg. L’enseignement y est dispensé de 1764 à 1783 en français, puis en russe.

67Les manuels pour l’étude des langues vivantes destinés à des apprenants russes paraissent après la fondation de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg et surtout celle de l’université de Moscou. Un des premiers à paraître est Kniga lexikon (1717), un dictionnaire russe-hollandais. Quelques années plus tard E. Weismann publie Grammatika niemeckaïa (1731), une grammaire allemande pour les élèves du gymnase de Saint-Pétersbourg, avec à gauche le texte allemand et à droite, le texte russe, ainsi qu’un dictionnaire trilingue Teutsch-Lateinisch-und Russisches Lexicon [...] (1731). Paraissent ensuite Niemetskaïa azbuka (1758), une nouvelle grammaire allemande en 1762, par Aguentov, la Grammaire allemande et le Petit dictionnaire en quatre langues : allemand, latin, français, russe (1776) de E Heltherhof, etc. Les 28 manuels et les 5 dictionnaires qui sortent des imprimeries universitaires et privées pendant le règne de Catherine prouvent que l’intérêt des Russes pour l’allemand reste très vif jusqu’à la fin du siècle.

68Au début du XVIIIe siècle les manuels russes pour l’étude du français sont extrêmement rares. Dans sa bibliographie, Bitov ne signale que Sokraschenaïa frantsouzskàia grammatika (1730), un petit livre de grammaire. Au temps de Catherine cependant sont imprimés 33 ouvrages pour apprendre le français (grammaires, vocabulaires, abécédaires, lexiques, livres de conversation, parfois multilingues, tels les Colloquia Scholastica (1776) en latin, russe, grec, français et allemand) ainsi que 6 dictionnaires (Marker 1985 : 196). Parallèlement les traductions de textes de Voltaire, Racine, Molière, La Fontaine, mais aussi d’ouvrages d’auteurs galants se multiplient.

69L’intérêt pour les autres langues vivantes est beaucoup plus petit que pour le français et l’allemand. L’anglais est enseigné à l’Académie de Saint-Pétersbourg. C’est pour satisfaire les besoins des futurs officiers de marine que sont traduits en russe les premiers manuels d’anglais : la Prakticheskaïa Angliskaïa Grammatica (1766), l’Angliska Grammatica (1772) et le New Guide to the English longue (1776).

70À la même époque paraît aussi à Moscou Alfabeto italiano. Azbuka Italianskaïa (1773) contenant un vocabulaire, des dialogues et des récits édifiants dans les deux langues. Enfin, l’édition russe de l’Orbis sensualium pictus (1757) de Coménius joue un rôle important dans l’étude des langues étrangères en Russie aussi.

***

71Les informations présentement à ma disposition ne me permettent pas d’en dire plus ni de porter un jugement de valeur sur l’enseignement des langues anciennes dans les pays étudiés dans ce chapitre. La littérature consultée ne signale le nom d’aucun maître ou auteur de manuel de latin ou de grec d’origine Scandinave ou russe qui ait fait au XVIIIe siècle une contribution majeure à l’avancement de la didactique des langues classiques. Même les piaristes polonais et leur principal représentant Konarski se contentent de réarranger le programme d’études (accent sur la lecture, enseignement des sciences) et de simplifier la méthode d’enseignement (accent sur la langue maternelle).

72En ce qui concerne l’étude des langues modernes, celle-ci demeure une affaire personnelle. Dans les pays Scandinaves cet enseignement est influencé par les idées et les méthodes des pédagogues allemands et français. La Pologne, qui a une longue tradition dans l’étude des langues, vit dans la deuxième moitié du siècle une période exaltante de renouveau pédagogique mais disparaît comme État souverain avant de pouvoir donner au monde les fruits de ses réformes. Quant à la Russie elle est en train de rattraper son énorme retard par rapport à l’Europe occidentale.

Notes

1 Au début du XVIIIe siècle on compte rien qu’à Stockholm 18 écoles privées et 130 maîtres privés. Une des raisons pour lesquelles ces écoles prospèrent est qu’elles accordent une attention particulière à l’enseignement des sciences (Stomberg 1969 : 527).

2 « Encore à la fin du XVIIe siècle, on discute sérieusement pour savoir s’il vaut mieux s’initier à la grammaire, à la rhétorique, à la philosophie et à la théologie pour comprendre l’Écriture, ou bien servir Dieu en toute « Simplicité et lire les Saintes Écritures sans en comprendre l’esprit » (Milioukov, 1932 : 244).

3 Cet établissement, orienté principalement vers la formation de prêtres, est transféré en 1714 au Couvent de la Trinité Saint Serge et devient l’Académie ecclésiastique.

4 En ce moment je ne possède pas suffisamment de renseignements pour traiter plus longuement de l’enseignement des langues anciennes dans les pays Scandinaves.

5 Plezia (1953 : 54) écrit qu’Adam Toloczko en 1768 fait imprimer à l’imprimerie des piaristes à Vilnius sa traduction de la Janua aurea (...) ad usum juventutis Scholarum Piarum, que Konarski appréciait hautement les manuels de Coménius et que dans ses Constitutions il recommandait chaudement leur usage dans les collèges piaristes.

6 Lors de son premier voyage en Hollande (1698), Pierre le Grand s’était lié d’amitié avec un imprimeur d’Amsterdam et lui avait demandé d’y fonder une imprimerie russe. Les ouvrages publiés échappaient ainsi à la censure de l’Église. Il y avait aussi une imprimerie russe à Halle.

7 L’autorité en matière d’étude du français en Suède est E. Hammar. C’est de ses travaux, notamment de son Enseignement du français en Suède jusqu’en 1807. Méthodes et manuels (1980), que j’emprunte la plupart de mes renseignements sur le sujet.

8 Pour les Suédois : N. Laloué de Mont-Louis, L’Élégance parfaite de la langue françoise, ou Nouvelle grammaire, très utile, pour apprendre facilement & en peu de tems la langue françoise, (1739) ; P. C. Des Réaux, Grammaire courte et méthodique pour enseigner aux jeunes gens des deux sexes les principes de la langue françoise et pour faciliter en même tems la grammaire latine (1782). Pour les Danois : Nicolas Chamereau, Grammaire nouvelle & facile françoise-danoise avec des dialogues & un vocabulaire, des Histoires, des Lettres & Adresses de lettres, (1737) (voir Anthologie : 193) J. Campeaux, Cours théori-pratique de langue françoise (1785), etc.

9 Johan Biurman, Introduction à la langue françoise pour ceux qui ne savent pas le latin ou l’allemand, contenue dans 32 leçons, (1729) ; Ifvar Kraak, Grammaire françoise, courte & methodique, (1746) ; Carl Stridsberg, Fransysk grammaire [...] (1793). Voir E. Hammar : L’enseignement du français en Suède jusqu’en 1807. Méthodes et manuels (1980).

10 Pour des renseignements plus détaillés sur l’enseignement de l’anglais en Suède voir la thèse de I. Bratt (1977) : Engelsundervisningens framväxt i Sverige.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search