Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre VII. Les Balkans

Texte intégral

Aperçu historique

1Les Balkans au XVIIIIe siècle restent toujours sous le joug turc. Cependant l’Empire ottoman est en voie de déclin. Son économie est arriérée, sa force militaire affaiblie et son importance politique diminuée. Non seulement il ne représente plus une menace sérieuse pour l’Europe chrétienne, mais au contraire ses dirigeants y cherchent des alliés pour faire face à l’ouest aux attaques de son vieil ennemi l’Autriche et à l’est d’un nouveau rival, la Russie de Pierre le Grand et de Catherine II. La diplomatie française en profite pour resserrer ses liens avec le sultan et renforcer ses positions dans cette partie du bassin méditerranéen.

  • 1 La Russie obtient des Turcs, entre autres, le droit de libre navigation en mer Noire et dans les d (...)

2Le peuple qui saura tirer le plus grand avantage de l’affaiblissement de ses maîtres et des nouvelles conditions internationales (guerres russo-turques, traité de Kutchuk-Kaïnardzi1 de 1774, Révolution française, guerres napoléoniennes) est le peuple grec. Les habitants des campagnes, profitant de la paix relative dans les Balkans, de la reprise du commerce avec l’Occident et de l’augmentation de la demande pour les produits manufacturiers et régionaux, quittent leurs villages en grand nombre et viennent s’établir à Ioannina, Athènes, Salonique, Patras, Constantinople, Smyrne ou émigrent à Pest, Vienne, Terst, Marseille, Odessa.

  • 2 On appelle Phanariotes les Grecs, en règle générale lettrés, qui vivent autour du Patriarcat œcumé (...)

3Les Grecs prennent progressivement le contrôle d’une grande partie du commerce de la Turquie avec l’Europe et du transport maritime dans la Méditerranée et la mer Noire et accumulent ainsi de grandes fortunes. À la même époque, les Grecs de Constantinople, les Phanariotes2, accèdent aux plus hautes fonctions dans l’administration turque : le Grand drogman de la Porte, poste comparable à celui de ministre des affaires étrangères (depuis 1669), le drogman de la flotte (depuis 1701), les princes de Valachie (depuis 1709) et de Moldavie (depuis 1712) sont grecs.

4Le développement économique, l’émergence d’une bourgeoisie et d’une noblesse grecques, sont accompagnés d’une renaissance culturelle. Des dizaines de jeunes appuyés par leurs parents ou grâce à des bourses de l’Église ou de mécènes de la diaspora, partent poursuivre des études dans les universités italiennes, allemandes et françaises. Là, ils subissent l’influence des philosophes des Lumières et plus tard de la Révolution française. Comme les rapports entre les Grecs de la diaspora et de la mère patrie restent ininterrompus durant toute la période de la servitude, les nouvelles idées se répandent aussi en Grèce.

5De leur côté les maisons d’édition grecques à Venise, à Trieste et à Vienne impriment quantité de livres et de revues de tous genres qui sont expédiés dans les Balkans et partout en Europe où vivent et travaillent des Grecs. Ainsi, « [...] le Grec moderne prend de plus en plus conscience d’appartenir à une lignée qui sans interruption remonte jusqu’à la Grèce ancienne. Il sait être l’héritier des Grecs de l’époque classique » (Dimaras 1969 : 57) et ne tolère plus le statut humiliant de « raya ».

6Avec l’éveil de la conscience nationale le mouvement de résistance armée contre les Turcs, encouragé par les organisations patriotiques à l’étranger et par la Russie orthodoxe, prend de l’ampleur. Il culmine en 1821 avec le début de la guerre de libération qui se terminera le 3 février 1830 par la signature du protocole d’indépendance de la Grèce.

La situation dans le domaine de l’éducation

  • 3 D. Tsakonas (1981 : 251) nie l’existence de l’école secrète (« kryfo scholeio »), généralement acc (...)

7Après la chute de Constantinople (1453) les Turcs reconnaissent aux chrétiens le droit de pratiquer leur religion, de s’instruire dans leurs écoles et de lire les livres de leur choix. La responsabilité de l’éducation des populations orthodoxes est confiée au Patriarcat œcuménique. Comme les patriarches soupçonnés de menacer les intérêts du sultan sont destitués ou mis à mort, que les écoles sont créées, financées et surveillées par l’Église et que les maîtres sont eux-mêmes des ecclésiastiques, les autorités turques ont rarement à intervenir3.

  • 4 « Pour bien étudier l’évolution culturelle de la Grèce sous la domination ottomane, il est nécessa (...)

8En Grèce continentale4 les conditions de l’éducation des enfants sont très difficiles, particulièrement dans les campagnes. La majorité de la population est pauvre et illettrée, les popes peu instruits, la vie souvent menacée. La situation commence à changer vers 1720. La fondation de nouvelles écoles s’accélère et la qualité de leur enseignement s’améliore, surtout dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle grâce aux soins des communautés prospères, les dons qui arrivent de la diaspora et le plus grand nombre de personnes éduquées.

  • 5 La pénurie de manuels scolaires est générale. Le premier abécédaire grec, intitulé Mega Alfavitari (...)

9Les meilleures écoles primaires ont deux classes : une pour les débutants et une autre pour les élèves avancés. Les premiers reçoivent principalement une instruction religieuse (« iera grammata »). Ils apprennent à reconnaître les lettres et les syllabes, à réciter par cœur les prières, à écrire et à calculer (« kolyvogram-mata »). Comme les abécédaires manquent5, on se sert d’abécédaires manuscrits, du Psautier et de l’Octoichon (un recueil de psalmodies de l’époque byzantine), textes rédigés en grec archaïque que les enfants lisent sans comprendre. Les seconds reçoivent en plus un teint d’éducation classique. Outre les textes religieux (Actes et Épîtres des Apôtres), ils lisent aussi les Sentences de Chrysoloras (v. 1350-1415), les vers édifiants d’autres auteurs, les Fables d’Ésope, mémorisent des passages, apprennent les hellénismes, parfois font des thèmes et sont initiés à l’orthographe. Tous les enfants cependant n’apprennent ni ensemble ni les mêmes choses. Les dignitaires et les riches propriétaires qui le souhaitent offrent à leurs fils, là où les conditions le permettent, une instruction élémentaire plus soignée à domicile.

10En Roumanie, au temps des Phanariotes, se développe un enseignement élémentaire en roumain et en slavon (l’ancienne langue de l’Église roumaine) dispensé dans les monastères et les églises. Les enfants pauvres destinés à la prêtrise ou à des fonctions dans les secrétariats de l’administration apprennent aussi à lire, à écrire, à calculer, et les principes de la religion (Camariano-Cioran 1974 : 18).

11En Bulgarie les écoles élémentaires sont peu nombreuses, situées généralement dans les presbytères et les monastères et fréquentées surtout par les garçons destinés au service de l’Église. Ils y apprennent à lire les livres ecclésiastiques, en particulier ceux qui sont écrits en slavon.

12La situation dans les pays de l’ancienne grande Serbie est plus complexe. La Bosnie est convertie à l’islam, le Monténégro, isolé dans les montagnes, est dirigé par des princes-évêques héréditaires alliés à la Russie. La Croatie et la Slovénie, deux pays slaves mais catholiques, sont associées à l’empire d’Autriche-Hongrie jusqu’en 1918 et fortement germanisées. L’instruction élémentaire ne commence à s’y développer qu’au temps de Marie-Thérèse.

13En Serbie, occupée par les Turcs, il y a très peu d’écoles élémentaires serbes. Elles sont d’habitude situées, comme en Grèce, en Roumanie et en Bulgarie, auprès des églises et des monastères orthodoxes. Toutefois, la région de la Voïvodine, au nord-est, occupée par les Autrichiens au XVIIIe siècle, profite pendant un certain temps des réformes scolaires de Marie-Thérèse.

14En Grèce continentale, à Athènes, Zagora, Ambelakia, Salonique et quelques autres villes, au mont Athos, à l’île de Patmos, etc., fonctionnent des écoles qui offrent un enseignement secondaire (« enkyklios paideia ») plus ou moins complet. Le principal foyer éducatif grec au XVIIIe siècle se trouve toutefois en Épire, à Ioannina, où vers la fin du siècle opèrent trois écoles secondaires.

15Dans les territoires sous occupation vénitienne (Corfou, Céphalonie), dans certaines îles des Cyclades (Syros, Chios), du Dodécanèse (Rhodes) et en Crète, à côté des écoles grecques où, un (ou plusieurs) maître enseigne l’ancien grec et dans certains cas d’autres matières aussi, opèrent des écoles catholiques dirigées par les Jésuites et d’autres ordres religieux. À Corfou on trouve même une Académie juive.

16Le grand centre culturel et spirituel du monde grec de cette époque est toutefois Constantinople, siège du Patriarcat œcuménique et de la célèbre Académie patriarcale (« Megali tou Genous Scholi »). Fondée en 1454, elle emploie des maîtres renommés qui ont pour tâche de former les cadres de l’Église orthodoxe et d’assurer aux fils des grandes familles grecques une solide éducation supérieure dans le respect des dogmes de l’orthodoxie. Il ne faut pas oublier que les Jésuites — et d’autres ordres enseignants catholiques — sont depuis 1583 très actifs dans la capitale de l’Empire ottoman.

17Parmi les professeurs de l’Académie patriarcale les plus célèbres, citons Théophile Corydalée, dont les écrits exerceront une influence déterminante sur la pensée philosophique grecque au XVIII siècle, et l’érudit Alexandre Mavro-Kordatos (v.1636-v.1707), ancien élève du Gymnase grec de Rome et de l’université de Padoue, médecin, diplomate, Grand drogman de la Porte, fondateur de la dynastie des princes de Roumanie du même nom et aussi auteur d’une Grammatiki peri syntaxeos, imprimée en 1745, fort utilisée à l’Académie.

18Les débuts de l’école de Smyrne, fondée en 1743, sont plutôt modestes. Koraïs, le père des Lumières grecques, qui la fréquenta peu après son ouverture en gardera toute sa vie de très mauvais souvenirs. Le maître, un moine originaire d’Ithaque, était faible en connaissances mais très fort en bastonnades. « On était battus si abondamment que mon frère n’en pouvant plus abandonna, contre la volonté de nos parents, l’instruction grecque à jamais » (Koraïs 1984 : i). Cette école, continue-t-il, ressemblait à toutes les écoles de la Grèce d’alors. Ce n’est qu’à la fin du siècle et surtout au début du siècle suivant que le gymnase de Smyrne deviendra, avec celui de Chios, le plus moderne et le plus réputé établissement scolaire grec.

  • 6 Pour l’histoire et l’évolution de ces deux établissements scolaires, voir l’excellente monographie (...)

19Des écoles grecques, on en trouve aussi en Bulgarie et en Serbie, mais les plus renommées de toutes sont situées en Moldavie (Académie princière de Jassy) et en Valachie (Académie princière de Bucarest)6. Fondées par des princes roumains à la fin du XVIIe siècle et organisées sur le modèle de l’Académie patriarcale de Constantinople, elles sont réorganisées et connaissent leur plus grand essor sous les princes phanariotes, qui règnent en Roumanie de 1709 jusqu’en 1821.

20Les académies de Bucarest et de Jassy étaient les seules à offrir un enseignement supérieur dans la péninsule balkanique. Leurs élèves venaient de tout le sud-est de l’Europe. La plupart des intellectuels roumains et bulgares ainsi qu’un grand nombre de Grecs et de Serbes, qui plus tard se distingueront dans les domaines les plus différents de la vie publique de leur pays, ont été formés dans les académies princières.

21Les deux établissements suivent une évolution différente. Dans la première moitié du XVIIIe siècle l’académie de Bucarest jouit d’une plus grande réputation que celle de Jassy. Dans la deuxième moitié cependant, avec l’arrivée de professeurs en grande partie éduqués en Occident, la situation s’inverse.

22Bucarest et Jassy enseignent principalement la langue et la littérature de la Grèce classique mais accordent, de plus en plus, une attention particulière aux mathématiques et aux sciences naturelles ainsi qu’aux langues vivantes. Comme les principautés échappent à la surveillance directe des autorités turques et du Patriarcat œcuménique et que les princes phanariotes imitent les despotes éclairés de l’Europe, les académies peuvent offrir un enseignement non seulement laïc, ce qui est une grande innovation dans les Balkans, mais aussi plus moderne que les écoles en Grèce continentale et même que l’Académie patriarcale.

23Selon les statuts de 1776, les études à l’académie de Bucarest sont divisées en cinq niveaux de trois ans chacun. Le niveau A’ est réservé aux débutants qui savent lire et écrire. Pendant trois ans les garçons étudient la grammaire (« ta grammatika ») et sont initiés au latin. Au niveau B’ ils étudient les meilleurs auteurs grecs et latins. Le niveau C’est pour les élèves avancés. Ceux-ci étudient les poètes classiques, les ouvrages de rhétorique (« poiitika kai ritorika »), la morale d’Aristote, l’italien et le français. Au niveau D’ils apprennent les mathématiques, la géométrie, l’histoire et la géographie dans une des langues enseignées. Enfin, ceux qui arrivent au niveau E’ apprennent la philosophie d’Aristote et l’astronomie. Alors ils sont considérés prêts pour faire carrière dans l’administration civile ou dans l’Église (Gedeon 1976 : 14).

24De nombreuses écoles grecques opèrent sur les territoires sous influence italienne (Corfou, Zakynthos, Céphalonie) et en Italie (Kottounion Frontistirion à Padoue, Gymnase grec de Rome fondé en 1514 par le pape Léon X, fils de Laurent Médicis, sur la recommandation de l’éminent érudit grec Janus Lascaris, Collège grec Saint Athanase, également à Rome, fondé par les Jésuites en 1576, pour la formation des missionnaires dans l’aire grecque au Moyen-Orient).

25L’école supérieure grecque la plus célèbre en Italie est toutefois le Collegio greco Flangini de Venise, parfois appelé « Université de la nation esclave » (Tsakonas, 1981 : 218). Fondé en 1665 par Thomas Flanginis, le plus riche capitaliste grec de l’époque et chef de la communauté grecque de Venise, cet établissement fut créé pour contrecarrer l’influence du Gymnase grec de Rome auprès des jeunes Grecs et freiner leur conversion au catholicisme. Il est organisé sur le modèle des collèges italiens et emploie des professeurs de grande culture, dont plusieurs issus du Collège grec de Rome, qui dispensent pendant 150 ans, à plus de 520 jeunes Grecs, un enseignement humaniste dans les deux langues classiques, le grec et le latin. Un grand nombre des élèves après leurs études retournent en Grèce occuper des postes dans l’Église et les écoles (ibid. : 218-225).

26Ajoutons pour terminer les écoles grecques de Russie. Elles ont joué un grand rôle dans l’histoire de l’éducation russe. La plus célèbre est l’Académie slavo-greco-latine de Moscou fondée en 1687 et organisée par les frères Jean et Sofron Lichoudis, deux moines grecs de grande culture, diplômés de l’université de Padoue. Son rôle était la diffusion de la culture occidentale en Russie et la protection de l’orthodoxie des influences catholiques et protestantes. Pour les Grecs établis à Saint-Pétersbourg, le gymnase grec fondé en 1775 par Catherine II est plus important. Son but est la formation des jeunes Grecs pour les préparer à assumer des fonctions dans l’administration, l’armée, la marine et le service diplomatique russe. L’établissement remplit sa mission avec honneur.

27Au XVIIIe siècle la Bulgarie est un pays isolé du monde, économiquement arriéré et culturellement fort hellénisé. Les principaux agents d’hellénisation sont l’Église orthodoxe et les écoles grecques. Les prêtres sont formés dans les écoles grecques en Grèce, à Constantinople ou dans les académies princières roumaines. En l’absence d’écoles secondaires bulgares les enfants fréquentent les écoles grecques dans les villes portuaires ou à l’intérieur du pays où, depuis l’Antiquité, vivent et prospèrent d’importantes communautés grecques. Presque tout l’enseignement en Bulgarie est jusqu’à la moitié du XIXe siècle dispensé en grec.

28La Serbie aussi est en grande partie hellénisée. L’élite serbe parle grec, les enfants, dans les villes où vivent des Grecs, fréquentent les écoles grecques ou continuent leurs études en Grèce ou en Roumanie. L’Église orthodoxe serbe est, comme l’Église bulgare, contrôlée par Constantinople et les services ecclésiastiques sont faits en grec.

L’enseignement des langues anciennes

La langue d’enseignement

29L’enseignement dans les écoles secondaires est dispensé en grec attique, comme à l’époque byzantine. Le dialecte attique est aussi la langue de l’Église orthodoxe. La langue commune des Grecs du XVIIIe siècle cependant est une forme de grec pas encore codifiée, que les personnes éduquées appellent vulgaire, simple (« apli ») ou commune (« koini ») (Babiniotis, 1979). La « koini » présente plusieurs points communs avec l’attique dans la prononciation, le vocabulaire et la syntaxe, mais aussi de nombreux traits nouveaux. Pour cette raison, les fidèles éprouvent beaucoup de difficulté à suivre les offices à l’église et les élèves à saisir le sens des paroles de leurs maîtres ou des textes qu’ils étudient à l’école.

30Trois solutions sont proposées et défendues avec passion : revenir à la langue des ancêtres et rendre son usage universel ; adopter la « koini » comme langue nationale ; créer une langue mixte, composée d’éléments de l’attique et du néohellénique. Ainsi commence l’âpre combat de la langue qui divisera les Grecs pendant près de deux cents ans. À l’époque où s’éveille la conscience nationale et où en Europe se développe un puissant mouvement philhellène, il n’est pas facile de renier la langue des illustres ancêtres et de la remplacer par celle des paysans et des bergers incultes. D’un autre côté, comment exciter le patriotisme des descendants de Thémistocle et de Léonidas quand ils ne comprennent pas le discours de leurs dirigeants spirituels, de leurs représentants politiques, de leurs éducateurs, de leurs auteurs et de leurs poètes contemporains ?

  • 7 « Nos maîtres ne connaissaient pas d’autre instrument de transmission des connaissances scientifiq (...)

31Dans chacun des trois camps, on trouve des hommes de qualité. Voulgaris, par exemple, un des plus éminents penseurs et éducateurs grecs de son temps, se bat pour le maintien de la langue attique. Son élève Moisiodax recommande par contre l’usage de la « koini ». Koraïs, enfin, conseille l’adoption d’une solution de compromis. Finalement c’est la première tendance qui prévaudra dans le domaine de l’éducation7. La « koini » est considérée insuffisamment développée pour exprimer avec précision et élégance les concepts philosophiques et scientifiques. Elle n’est donc utilisée que dans les exercices de traduction et, à l’occasion, pour expliquer un passage difficile d’un texte classique (Tрιανδαφυλλδις : 1965, vol. 1).

L’organisation des études

  • 8 Au temps de l’occupation ottomane, écrit Dimaras (1969 : 57), « nous suivons sans interruption à t (...)

32Les écoles secondaires et supérieures grecques suivent dans l’enseignement de l’ancien grec les objectifs de l’« enkyklios paideia » de Byzance8 et utilisent sans grands changements les mêmes approches que les maîtres byzantins. Le but principal est la maîtrise de la grammaire, une expression orale et écrite correcte.

33En Grèce continentale les écoles secondaires les plus connues sont celles de Ioannina, de l’île de Patmos, d’Athènes et du mont Athos. Les professeurs de l’école de Ioannina (1600-1820) se servent dans l’enseignement du grec de la grammaire de Laskaris et sont pour cela connus comme « laskarites ». L’école connaît son plus grand essor au XVIIIe siècle, quand des prêtres éduqués en Italie lui donnent une orientation plus mathématique et scientifique. Elle attire alors des élèves de toute la Grèce, surtout au temps de Balanos Vasilopoulos, professeur de sciences et de philosophie jusqu’en 1757 et auteur d’une Ekthesis synoptiki Arithmitikis, Algevris, kai Chronologias, publiée à Vienne en 1798.

34Mais Balanos, comme son fils qui lui succède à la tête de l’établissement, est farouchement opposé aux nouvelles idées et méthodes importées d’Europe et diffusées par les professeurs des deux autres écoles créées à Ioannina dans la deuxième moitié du siècle. Les disputes prennent terme avec la détérioration rapide de la situation politique dans cette partie de la Grèce à la veille de la guerre pour l’indépendance. L’une après l’autre les trois écoles se voient obligées de fermer leurs portes et la ville de Ioannina perd son statut de métropole culturelle.

35Le programme d’études de l’école de Patmos est plus limité que celui d’Ioannina et centré principalement sur l’enseignement de la langue grecque. Ses maîtres sont surtout connus pour leur attachement à la grammaire de Théodore Gazis (Gaza) et sont pour cela appelés « gazites ». L’Académie patriarcale par contre offre les cours complets de l’« enkyklios paideia » (grammaire, rhétorique, philosophie), mais modernisés, notamment par l’éminent philosophe Théophile Corydalée (c.1560- ?), éduqué à l’université de Padoue.

36Le tableau des disciplines enseignées et des méthodes d’enseignement dans les écoles grecques de la fin du siècle, dressé par Dimitris Katartzis (Catargi en roumain), qui était né et avait fait ses études à Constantinople, décrit presque certainement les pratiques de l’Académie patriarcale. Après les « iera grammata », les enfants étudient la grammaire de l’ancien grec, l’« étymologikon » (la morphologie) pendant un ou deux ans, la syntaxe et le vocabulaire pendant deux ou trois ans, la poétique, la rhétorique et l’« épistolographie » pendant un à deux ans et, finalement, ils passent plusieurs années à étudier la logique et la philosophie néoaristotélicienne, principalement d’après les manuels de Corydalée (Dimaras 1974 : 28-31).

37Au début du XVIIIe siècle il y a très peu de manuels pour l’enseignement du grec ancien dans les écoles grecques. La première imprimerie de l’Empire ottoman est fondée en 1727 mais elle est fermée en 1745. Ce n’est qu’en 1783 qu’une autre sera créée. Quant à l’imprimerie du Patriarcat de Constantinople, fondée en 1627 par le patriarche Cyrille Loucaris, elle ne dure que quelques mois. À Venise cependant les imprimeries de Glykys (1670) et de Sarros (1686) restent actives jusqu’à la libération et même après, et rendent des services inestimables à la culture néohellénique. Au début elles impriment principalement des ouvrages de religion, mais à partir de la deuxième moitié du siècle des Lumières le pourcentage de manuels scolaires, en particulier pour l’enseignement du grec ancien, ne cesse d’augmenter (Dimaras 1969 : 104-112).

38Dans la plupart des cas il s’agit de rééditions des grammaires de Théodore Gazis, Janus Laskaris, Manuel Chrysoloras, connues depuis le XVe siècle dans toute l’Europe occidentale. De toutes les grammaires nouvelles, seules celles de Georgios Sougdouris et de Vissarion Makris connaissent une deuxième édition. On imprime aussi des manuels de rhétorique (Corydalée), de logique (Voulgaris), d’épistolographie (Corydalée) et un certain nombre de textes d’auteurs grecs classiques (Ésope, Homère) et des Pères de l’Église.

39Néanmoins les livres dans les écoles sont toujours rares, surtout en Grèce continentale. Pour remédier quelque peu à cette situation et en attendant le jour où les érudits grecs pourront offrir à leurs compatriotes des éditions des auteurs classiques comparables à celles publiées en Occident, Ioannis Patousas, docteur en théologie à l’université de Padoue et « scolarque » du Collegio Flangini de 1703 à 1714, fait imprimer en 1710 à Venise une Encyclopédie en quatre volumes. Elle comprend des œuvres de Lucien, Plutarque, Xénophon, Platon, Synésios, Isocrate, Démosthène, Jean Chrysostome, saint Basile, saint Athanase, tous les auteurs anciens païens et chrétiens étudiés dans les écoles grecques. Cet ouvrage, en dépit des faiblesses que lui reproche Koraïs, rend pendant près d’un siècle de très grands services aux maîtres et aux étudiants.

40Sur la méthode d’enseignement du grec dans les écoles secondaires grecques nous sommes peu informés. Un des rares témoignages qui nous soit parvenu est celui que nous a laissé Koumas sur Dimitrios Pezaros, son maître d’école à Tyrnavos ([1832] 1966 : 567-572). Pezaros n’était jamais sorti de Grèce. Il avait fait toutes ses études à Ioannina et au mont Athos, pourtant il dépassait, semble-t-il, en érudition, en méthode et en vertu bien des professeurs diplômés des universités européennes.

41Il tenait une sorte de commune, où 10 à 15 garçons venus des alentours étaient nourris, logés et instruits, les plus pauvres gratuitement, les autres pour une somme insignifiante. Il enseignait tous les niveaux, du matin au soir : avec les uns il faisait l’analyse grammaticale (« etechnologei »), il corrigeait les exercices des autres, expliquait, écoutait ceux qui récitaient, montrait aux débutants à écrire ou à calculer. Le soir les garçons du village rentraient chez eux, et les internes jouissaient jusqu’à l’heure du coucher de sa compagnie et de sa sagesse.

42Il divisait les élèves en plusieurs classes. La plus petite s’exerçait aux rudiments de la grammaire (« technologia »), la seconde à l’analyse syntactique du discours, la troisième rédigeait des thèmes, la quatrième composait des lettres selon Corydalée, la cinquième lisait les poètes, la sixième « géométrisait » et philosophait et pour cette raison elle était souvent divisée en deux groupes différents.

43Pour la grammaire Pezaros n’utilisait que l’Épitomi ton octo tou logou meron de Laskaris. Pour la lecture il employait le Gnomologikon (Sentences) de Chrysoloras, les Fables d’Ésope, les Dialogues de Lucien, l’Encyclopédie de Patousas, certains discours de Démosthène, les Histoires d’Hérodote, les Lettres de Synésios, l’Ilias d’Homère et les œuvres des poètes tragiques. Deux fois par semaine il dictait des thèmes improvisés, la première sur les types des verbes et la seconde sur tout le reste, tout en continuant à faire la leçon aux élèves des autres classes.

44Il enseignait, semble-t-il, sans interruption toute l’année. Les matières qu’il ne maîtrisait pas suffisamment, il recommandait à ses élèves de les étudier avec des professeurs plus qualifiés que lui. Sa diligence et sa vertu, l’indigence de sa vie, liée à sa noblesse intérieure, inspiraient à tous le respect pour cet homme vêtu de haillons et rendirent son nom célèbre dans toute la nation hellénique. Le plus louable chez Pezaros était, selon Koumas, que « la superstition ne souilla jamais son cœur pieux ». Il révérait les choses sacrées en paroles et en actes, comme nul autre, tout en respectant aussi les œuvres des anciens écrivains grecs, en particulier l’Ilias d’Homère, qu’il récitait souvent par cœur avec une émotion visible (Koumas [1832] 1966 : 567-572).

45La plupart des autres professeurs suivaient, autant que les circonstances le permettaient, les techniques et les approches des maîtres des écoles de l’enkyklios paideia de Byzance : la méthode catéchistique (« erotapokriseis »), les exercices d’analyse grammaticale (« schedii »), l’explication interlinéaire (ou « psychago-giquegique ») de chaque mot du texte classique à l’aide de plusieurs synonymes, groupés entre les lignes), la mémorisation.

L’enseignement du latin

  • 9 Sur les îles ioniennes sous occupation vénitienne et sur les autres îles où le nombre de Grecs con (...)

46Le latin, langue de l’Église catholique, n’est pas enseigné dans les écoles grecques9. Non seulement faute de professeurs, mais aussi et surtout parce qu’il faut protéger les jeunes orthodoxes des idées occidentales. L’étude du latin, comme celle des langues vivantes, devient ainsi une affaire plutôt personnelle. On l’apprend avec un maître jésuite ou protestant, ou seul avec des livres.

47Les Jésuites, souvent des Grecs convertis et éduqués au Collège grec de Rome, étaient très actifs dans le Moyen-Orient, en particulier à Constantinople et à Smyrne. C’est à eux que l’érudit Alexandre Mavrocordato, fondateur de la dynastie des princes de Roumanie, confie son fils Nicolas pour qu’ils lui apprennent le latin et c’est avec eux que les fils de ce dernier étudieront la langue de Cicéron.

48Adamantios Koraïs (1748-1833), par contre, dont le grand-père était Fauteur d’un long poème en vers iambiques contre les « Papistes » et les Jésuites, apprit le latin avec le chapelain du consulat des Pays-Bas à Smyrne, Bernhard Keun, en échange de leçons de grec ancien. Vers la fin du siècle, de nombreux penseurs grecs et en premier lieu Koraïs demandent l’introduction du latin dans le programme d’études des écoles secondaires grecques. Le latin est jugé indispensable pour l’étude des livres savants publiés en Occident (Moisiodax), pour la traduction en grec moderne de livres scientifiques (Catargi) et même pour l’apprentissage du grec classique (Koraïs).

49Koraïs croit, comme les humanistes italiens du XVIe siècle (Guarino de Vérone, Enea Silvio Piccolomini, Aldus Manutius), que le latin est « un des dialectes grecs ». Il est convaincu qu’il est impossible d’apprendre parfaitement l’une de ces deux langues savantes sans connaître l’autre et que celui qui prétend le contraire se trompe ou cherche à tromper le public (Koraïs 1984 : 260-261). Il conseille donc que le latin soit enseigné parallèlement au grec, au moins dans les écoles des villes les plus importantes.

  • 10 Le prince Constantin Mavrocordato introduit l’étude du latin à l’Académie de Jassy en 1743. Son en (...)

50Les Grecs qui viennent poursuivre des études en Occident apprennent le latin sur place. C’est plus facile en Italie, où existent des collèges conçus pour l’éducation des jeunes Grecs (les deux collèges grecs de Rome, le Flanginion à Venise), des maîtres compétents et de riches bibliothèques. Dans les principautés roumaines, où la vieille tradition latine n’est pas encore complètement morte, l’enseignement du latin est encouragé par les princes phanariotes, surtout à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle10. Le latin est aussi enseigné dans les académies grecques de Russie, à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

51Pour les besoins des écoles grecques qui enseignent le latin et des autodidactes, on publie ou on réimprime, principalement en Italie, mais aussi en Russie et ailleurs, le Thisavros tis Enkyklopedikis vaseos tetraglossos. Meta ton epitheton eklogis, kai Dittou ton Latinikon te kai Italikon lexeon pinakos [...] (1658, 1723,1750 et, en 1784, au grec ancien, au grec moderne, au latin et à l’italien, on ajoute aussi le français) du Crétois Gerasimos Vlakhos. Ce prêtre, professeur de grec et de latin, est considéré comme le premier lexicographe grec moderne. En 1776 sort de l’imprimerie de l’université de Moscou une édition gréco-latine des Colloquia scholastica [...] Syllaliai scholastikai de Ioachim Lange. En 1785 paraît à Vienne la Grammatiki Ellino-Latinis [...] de Georgiou Dimitriou, une des premières grammaires latines pour les Grecs. Dans les écoles du monde orthodoxe le latin joue un rôle secondaire, de la même manière que l’étude du grec dans les écoles de l’Europe occidentale est en importance loin derrière le latin.

Maîtres de langue et penseurs pédagogiques grecs

52On ne peut attendre d’un peuple esclave, pauvre et ignorant comme l’était le peuple grec jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle, qu’il donne au monde de grands penseurs ou d’éminents savants. Mais dès que les conditions politiques, économiques et sociales commencent à changer, les écoles à se multiplier et le nombre des jeunes éduqués en Occident à augmenter, apparaissent des théoriciens de l’éducation, des maîtres de langue et des auteurs de manuels de langue, dont certains n’ont rien à envier à la plupart de leurs collègues occidentaux.

  • 11 Voulgaris a préparé un abrégé de An Essay concerning human understanding de Locke, d’après la trad (...)

53Le premier dans l’ordre chronologique est le moine Eugène Voulgaris (1716-1806), originaire de Corfou et éduqué à l’université de Padoue. Philosophe, mathématicien et excellent prédicateur, il enseigne à son retour d’Italie à Ioannina, où il introduit la philosophie de Locke11, de Leibniz et de Wolf. Admiré par les jeunes, il est attaqué par les disciples de Corydalée, se voit obligé de quitter la ville et de passer au mont Athos, où, à la demande du Patriarcat de Constantinople, il fonde la célèbre École athonique (Athonias). Cinq ans plus tard les conservateurs l’obligent à partir de nouveau. Il se rend alors à Constantinople où il est nommé professeur des sciences à l’École du Patriarcat, mais de nouveau persécuté pour ses idées il quitte son poste et se rend en Allemagne.

54Après un séjour à Leipzig où il publie sa Logique (1766), il visite Berlin. Là, il est reçu par Frédéric le Grand, à qui il fait probablement bonne impression puisque celui-ci le recommande à Catherine IL L’impératrice invite Voulgaris à venir à Saint-Pétersbourg travailler pour elle, il accepte, y est ordonné prêtre et, un an après, nommé archevêque de Cherson. Il ne semble pas toutefois trop apprécier sa nouvelle fonction et trois ans plus tard il soumet sa démission et retourne à Saint-Pétersbourg, où il finit ses jours à l’âge de quatre-vingt-neuf ans.

55Outre la Logique, Voulgaris est l’auteur d’une Métaphysique (Venise, 1805), d’une Géométrie, de plusieurs traités philologiques et théologiques ainsi que de nombreuses traductions (entre autres de Virgile). Homme des Lumières, quoique dans la seconde moitié de sa vie il renie plusieurs idées de sa jeunesse, par exemple son admiration pour Voltaire, Voulgaris contribua grandement à la modernisation des programmes d’études des écoles grecques, surtout de la philosophie et des mathématiques. Il resta toutefois jusqu’à sa mort catégoriquement opposé à l’usage de la langue démotique dans l’enseignement secondaire et supérieur.

  • 12 C’est Voulgaris, semble-t-il, qui à l’école Athonias l’initia à la langue latine.
  • 13 « Une chose est certaine : Moisiodax était de culture grecque, il a écrit en grec, il avait des se (...)

56Son élève Iosip Moisiodax (v. 1725-1800)12 intéresse plus directement l’histoire de l’enseignement des langues dans les Balkans. Grec13, né en Roumanie, il fréquente différentes écoles, dont celle du mont Athos, enseigne ici et là et vers 1760 se rend en Italie poursuivre des études à l’université de Padoue. À son retour en Roumanie on lui confie deux fois la direction de l’Académie princière de Jassy. Il réussit à moderniser le programme d’études en plaçant l’accent sur les mathématiques et les sciences et en introduisant de nouveaux manuels et des méthodes d’enseignement plus efficaces.

57Moisiodax est l’un des rares pédagogues grecs de cette époque à s’intéresser aussi bien à la pratique qu’à la théorie pédagogique. Il résume ses opinions dans le Pragmateia peri paidon agogis i pedagogia, qu’il publie à Venise en 1779, un ouvrage fort influencé par Locke, mais qui contient aussi beaucoup d’idées personnelles sur l’éducation des jeunes et l’enseignement des langues. Il favorise l’éducation collective et demande aux magistrats la construction d’écoles publiques au lieu de nouvelles églises, déjà trop nombreuses. Il souhaite rendre l’instruction attrayante pour les enfants et conseille des maîtres jeunes pour les classes inférieures. Il insiste sur le devoir des professeurs de tenir compte du niveau intellectuel de leurs disciples et de ne leur enseigner que ce qu’ils sont capables de comprendre. Il condamne le culte immodéré des classiques et le mépris de la science moderne. Il demande la réduction du temps alloué à l’étude de la grammaire du grec ancien au profit des disciplines scientifiques, de la langue grecque contemporaine (« la langue que nous parlons aujourd’hui ») et des langues vivantes. Lui-même maîtrisait, outre le grec, le latin, le français, l’italien et le roumain.

58Il s’oppose vigoureusement à la traduction interlinéaire, pratiquée dans les écoles grecques depuis Byzance, et propose l’utilisation du temps dépensé à la recherche des synonymes à l’étude du contenu et de l’aspect esthétique des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Il juge nécessaire d’enseigner la philosophie et les mathématiques en grec moderne pour que tous comprennent bien. Lui-même traduit en néo-grec la Philosophie morale de Muratori, et crée ainsi la terminologie philosophique de la langue néo-hellénique. De même, il considère indispensable l’étude du français, de l’italien et d’autres langues modernes, afin que les élèves puissent lire les ouvrages des savants et des auteurs contemporains dans la langue d’origine.

59Les innovations de Moisiodax se heurtent toutefois à l’opposition des représentants conservateurs de la classe dirigeante. Ils lui reprochent de corrompre les jeunes avec son admiration pour la culture européenne, l’usage d’autres manuels que ceux consacrés par la tradition et l’emploi en classe de la langue parlée. Lui, de son côté, les accuse d’honorer plus leurs chiens que les professeurs de leurs enfants. Obligé de démissionner il passe quelque temps à Vienne et à son retour en Roumanie il doit se satisfaire d’un poste mal payé à l’Académie princière de Bucarest, qu’il occupe jusqu’à sa mort, à l’âge de soixante-quinze ans.

60Camariano-Cioran, à la fin de l’essai qu’elle lui consacre (1966 : 297-332), écrit que cet esprit éclairé était :

un des philosophes les plus importants de la pensée néo-grecque. Il occupe une place d’honneur dans l’histoire de la philosophie néo-grecque et devrait en occuper une semblable aussi dans l’histoire de la philosophie et de la pédagogie roumaine, car c’est dans les pays roumains qu’il a déroulé toute son activité d’enseignement.

61Le Phanariote Dimitris Katardzis (en roumain Catargi) partage nombre d’idées de Moisiodax, comme on peut s’en apercevoir en lisant ses essais pédagogiques, dont un important traité sur l’éducation et une grammaire du grec moderne, restés inédits jusqu’en 1974. Haut fonctionnaire de la principauté de Valachie, il s’occupe des questions pédagogiques en sa qualité d’administrateur et surtout comme père soucieux de l’éducation de son fils adoré. Dans ses Dokimia (1974) il exprime des opinions intelligentes sur la langue d’enseignement, l’étude des langues et l’organisation des écoles.

62Katardzis souhaite que l’enseignement soit dispensé en valaque et en grec moderne, deux langues vivantes, et non en grec classique. Il demande pour chaque discipline des professeurs spécialisés qu’il faut bien payer, ou du moins des maîtres capables d’enseigner la même discipline dans les deux langues. Pour pallier le manque chronique de manuels scolaires, il recommande que les maîtres n’enseignent pas plus de deux heures par jour et qu’ils occupent le reste du temps à rédiger, à traduire ou à copier des livres, éventuellement à faire quelque autre travail utile qui leur serait assigné par la direction de l’école !

63Il suggère également que le maître de grec explique les mots grecs ensemble avec les choses qu’ils désignent et que, quand il enseigne en grec ancien, qu’il hellénise les leçons (« exellinizei ») à l’aide de thèmes (« thématographia »). Le maître de latin doit procéder de la même manière en latin, afin que les élèves qui désirent se perfectionner dans ces deux langues savantes aient avec qui pratiquer chaque dialecte. Il est convaincu que l’approche bilingue est le meilleur moyen d’apprendre les langues car, dit-il, il est facile de faire des progrès dans une langue étrangère en voyant les idées qu’on connaît dans sa langue. Il conseille la même procédure dans l’enseignement des langues vivantes dont il recommande chaudement l’étude, mais de cela il sera question dans la section suivante.

L’enseignement des langues vivantes

  • 14 Même l’étude des auteurs classiques grecs, elle la regarde avec méfiance, lorsqu’elle ne se limite (...)

64L’Église, gardienne de l’orthodoxie et de l’identité ethnique des Grecs, n’encourage pas l’étude des langues modernes, lorsqu’elle ne s’y oppose pas ouvertement, afin de protéger ses ouailles des influences catholiques et protestantes, ainsi que de la littérature libertine des auteurs occidentaux14. Il faut ajouter toutefois que la plupart des Grecs qui à cette époque ont à communiquer avec des étrangers peuvent se passer de la connaissance d’une autre langue, le grec attique étant en Europe orientale la langue de l’Église orthodoxe et des chrétiens éduqués et le grec démotique une des principales langues du commerce au Moyen-Orient. Le nombre de Grecs qui savent parler, lire et écrire les dialectes étrangers reste par conséquent longtemps restreint.

L’enseignement des langues vivantes

65Cette situation commence à changer au cours du XVIIIe siècle, quand la connaissance des langues modernes devient pour beaucoup de Grecs une nécessité. Les premiers à s’appliquer de manière systématique à l’étude des langues vivantes sont les Phanariotes. C’est dans leurs rangs que sont recrutés les professeurs de la Grande école patriarcale, les fonctionnaires laïcs du Patriarcat ; les grands interprètes de la Sublime Porte, les drogmans de la flotte turque et les Princes de Valachie et de Moldavie, les Turcs ne faisant plus confiance aux notables locaux. Parmi les autres Grecs qui apprennent les langues vivantes il faut citer les commerçants qui négocient avec les peuples de l’Empire ottoman et avec les pays de l’Europe occidentale, les jeunes qui vont étudier ou s’établir hors de la Grèce continentale, les marins, les soldats au service des puissances étrangères et, bien entendu, les intellectuels pour satisfaire leurs besoins personnels et augmenter leur culture.

66Tous les peuples des Balkans ont intérêt à apprendre le turc, la langue de leur maîtres. Beaucoup, en particulier les interprètes et les hauts fonctionnaires, le maîtrisent presque à la perfection, mais nous sommes très peu informés sur la manière dont ils l’avaient apprise. C’était très probablement par l’usage, ou avec l’aide d’un maître privé. Il n’y avait pas à cette époque de manuels de turc pour les besoins des peuples non turcophones de l’Empire ottoman. Les deux premiers paraissent au début du XIXe siècle en Europe occidentale : le Lexikon Tourkikon kai Graikikon de Zacharias Agioritis en 1804 à Venise, et la Grammatiki GraikoTourkiki de Dimitrios Alexandridis en 1812 à Vienne.

67Selon Zaviras (1972 : 237), Germanos, un moine crétois polyglotte (français, arabe, turc, albanais), traduisit, avant 1760, du turc en grec moderne, la grammaire turque d’ibrahim Pacha, mais elle resta inédite, comme sa grammaire albanaise et sa grammaire italienne. Plus importante semble avoir été la production de « karamanlidika », textes principalement religieux écrits en turc mais en caractères grecs, enrichis de signes diacritiques pour rendre les sons turcs qui n’existent pas en grec (b, d, ch) (Chidiroglou 1990 : 254).

68Pour beaucoup de Roumains, de Bulgares et de Serbes une certaine familiarité avec le grec moderne est incontournable. Nombre de Grecs, surtout les habitants des îles ioniennes et ceux qui viennent en Italie faire des études ou des affaires, apprennent l’italien. L’allemand est moins étudié et encore moins l’anglais. L’étude du russe cependant se répand avec l’émigration massive de Grecs en Russie au temps de Catherine II. À partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle toutefois la langue vivante la plus étudiée dans les Balkans est le français.

La francomanie

  • 15 Moisiodax affirme que tous les jeunes des plus grandes familles aristocratiques de Constantinople (...)

69Pour les Phanariotes, la connaissance du français, langue de la diplomatie et de plus en plus langue de communication universelle, est d’abord une nécessité, ensuite une mode15. La francomanie des Phanariotes se répand aussi dans les principautés de Valachie et de Moldavie où ils règnent.

  • 16 Rigas Velestinlis était en rapport avec le Directoire en France et préparait le mouvement de libér (...)

70Les Phanariotes de Constantinople, l’aristocratie grecque et roumaine dans les principautés, ainsi que les intellectuels et les bourgeois lettrés, ne se contentent pas d’étudier et de parler la langue. Plusieurs lisent dans l’original les livres des auteurs connus ou à la mode, les autres se familiarisent avec la culture française dans les traductions qui se multiplient. En outre, ils suivent dans les journaux et les gazettes l’évolution de la Révolution française, dont les idéaux enflamment le cœur des jeunes, par exemple de Rigas Velestinlis (v. 757)16, un des premiers dirigeants du mouvement de libération, auteur du Chant de Guerre des révolutionnaires grecs et traducteur de Restif de La Bretonne.

71La diffusion de la langue et de la culture françaises et des idéaux révolutionnaires font perdre le sommeil à l’élite politique grecque et aux dirigeants de l’Église orthodoxe. Ainsi en 1798 paraît l’Enseignement paternel dans lequel le patriarche de Jérusalem Anthimos combat les idées libérales qui arrivent de France et conjure les Grecs de rester fidèles à l’autorité turque imposée par Dieu. À Smyrne, le prêtre Ierotheos demande qu’on empêche les jeunes de poursuivre des études dans les pays occidentaux parce qu’ils y apprennent l’impiété et la répandent dans leur milieu à leur retour. Le professeur Balanos à Ioannina condamne l’étude des langues étrangères parce qu’elle mène à la perte de la foi, et l’écrivain Parios surenchérit en demandant que les jeunes ne se rendent pas en Occident, même pour faire du commerce, parce qu’avec les marchandises ils importent aussi le poison de l’irréligion et de l’immoralité (Dimaras 1977 : 306). Alexandre Kalfoglou, un intellectuel de Constantinople sur lequel nous sommes peu informés, publie une Ithikin stichourgian (Versification morale) qu’il adresse à son neveu à Bucarest, où il parle de l’influence néfaste des idées françaises sur la jeunesse grecque :

Non seulement ils ne vont pas à la messe, ne jeûnent pas : [... ] Ils se vantent d’être les élèves de Mirabeau, de Rousseau et de Voltaire même s’ils ne les comprennent pas, et ne les ont jamais lus [...]. Ainsi avec ces « lumières » et des imprimés français les jeunes mettent avec impudence le feu à leur maison (Gedeon 1976 : 88).

72À la même époque, le maître d’école Polyzoïs Kontos écrit dans les Dialogues Funèbres (1793), furieux contre les auteurs français et ceux qui diffusent leurs œuvres en Grèce : « Oh ! que je vous appelle méchants et tueurs des mœurs, vous avez enseigné l’amour aux jeunes hommes et aux jeunes filles. » Malgré cela l’enseignement du français se répand des principautés à la Grèce continentale et dans les écoles grecques de la diaspora.

73Les langues modernes sont dans les écoles grecques rarement enseignées, même comme matières facultatives. Seules les académies princières de Bucarest et de Jassy ont, semble-t-il, à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, des professeurs de français et d’italien « mais leurs noms ne sont pas connus » (Camariano-Cioran 1974 : 253). Les grandes familles de Constantinople et dans les principautés roumaines engagent pour l’instruction de leurs enfants des précepteurs français, italiens ou des personnes qui maîtrisent ou qui prétendent posséder ces langues.

74Les précepteurs n’étaient pas toujours fiables. Le précepteur des enfants de la famille princière des Soutsos, par exemple, un certain Mercier, ancien maître de français à Jassy, nous est présenté comme « le démagogue le plus enragé et le plus scélérat qui existe » (Dimaras 1969 : 88). Les précepteurs français à Constantinople sont accusés d’enseigner avec la langue les idées révolutionnaires, et à cause de cela sont, en 1798, expulsés (ibid.). Quant aux maîtres de langue, ils sont souvent peu instruits et de morale douteuse. Le maître de français de Katardzis à Constantinople, un certain Beauscamp, de son vrai nom probablement Karo-BoscampLasopolski, était un agent double ou triple qui s’était fait remarquer entre autres pour avoir enlevé une jeune fille grecque qu’il rendit plus tard à ses parents (ibid. : 29).

75Nous ne savons pas comment il procéda pour enseigner à son élève le français, mais ce dernier lui resta toute sa vie reconnaissant « pas tant pour ce qu’il m’a appris le français, mais parce qu’il m’a fait connaître l’ouvrage de monsieur Massuet [...] ». Pierre Massuet (1698-1776) était un auteur prolifique, peu connu en son temps et aujourd’hui oublié. L’ouvrage qui a joué un si grand rôle dans la vie de Katardzis s’appelait Eléments de philosophie moderne (1752). Dans ce livre, le jeune Katardzis trouvait des réponses concises à toutes les questions qu’il se posait et cela jusqu’au jour où il découvrit l’Encyclopédie, dont il dit : « et désormais je n’eus plus besoin d’autres livres » (Dimaras 1969 : 34).

  • 17 Dans les académies pondères de Roumanie le latin est enseigné depuis 1776. En 1811 il est introdui (...)

76Le cas d’Adamantios Koraïs (1748-1833) est plus original. Quand il avait environ treize ans, il trouva dans la bibliothèque héritée de son grand-père plusieurs éditions critiques d’ouvrages d’auteurs classiques grecs, préparées par Isaac Casaubon (1559-1614) et d’autres hellénistes. Il voulait lire leurs commentaires mais ne le pouvait pas, car il ignorait le latin, cette langue n’étant pas à cette époque enseignée dans les écoles grecques17. Les seuls qui eussent pu le lui apprendre étaient les Jésuites, ce qui chez les Koraïs était absolument impensable. Non seulement parce que les Jésuites étaient les « ennemis du Christ », mais aussi parce que le regretté grand-père avait composé, fait imprimer à Amsterdam et distribuer à Smyrne gratuitement sa Réfutation de la religion latine, un long poème en trente-six chapitres où il dénonçait les abus des papistes dans leurs efforts de convertir les Grecs à la religion catholique.

  • 18 « Ces deux langues je les étudiais pas tellement pour le profit que je pourrais en tirer, [... ] m (...)

77Koraïs pria donc son père de lui trouver un maître d’italien, et un autre de français, croyant que la connaissance de ces deux langues romanes lui rendrait plus aisé l’apprentissage du latin18. Mais à cette époque, dans cette partie du monde, il était très difficile de trouver des maîtres de langues vivantes compétents et des manuels pour les étudier, rédigés en grec. Il eut beaucoup de peine à trouver quelqu’un pour lui enseigner l’italien, seuls quelques jeunes destinés au commerce l’apprenant, et encore plus à trouver un maître de français, étant probablement le premier à Smyrne à en chercher un. Très vite il se rendit compte que ces deux messieurs étaient aussi ignorants que ses maîtres à l’école grecque et que la seule différence entre eux était que les premiers n’enseignaient pas à coups de bâton comme les seconds.

  • 19 L’hébreu est à cette époque peu étudié en Grèce. Néanmoins, en 1768 paraît à Lausanne une grammair (...)

78Son expérience ne fut pas meilleure quand il se mit dans la tête d’apprendre aussi l’arabe. Seul un Turc pouvait le lui apprendre, mais, comme il écrit dans son autobiographie, cela lui était impossible, car il lui suffisait d’entendre le mot « Turc » pour être saisi de convulsions étranges. Quand quelqu’un lui dit que l’arabe ressemblait beaucoup à l’hébreu, il se mit à chercher, et finalement trouva, un maître juif (ibid. : 3)19. « Mais quel maître [...] ! » Il était si ignare que Koraïs aurait certainement abandonné l’étude de l’hébreu si la chance ne l’avait pas aidé. Il se lia d’amitié avec Bernhard Keun, le chapelain du consulat hollandais à Smyrne, lequel, en échange de leçons de grec, non seulement se prêta à lui enseigner le latin mais mit également à sa disposition sa bibliothèque avec des livres dans les trois langues sacrées. Ainsi, lorsque plus tard il arrive à Montpellier, il n’a pas de difficulté à communiquer avec les Français dans leur langue ni à étudier la médecine à la célèbre université.

Les manuels disponibles

79Les manuels pour l’apprentissage des langues vivantes en grec sont, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, rarissimes. Après 1750 cependant on commence à publier des grammaires, des dictionnaires, des dialogues et des méthodes complètes pour les principales langues vivantes. Quelques-uns de ces ouvrages sont même réimprimés plusieurs fois et certains atteignent des tirages surprenants. La méthode d’allemand Procheirou kai evporistou didaskalou ton Protopeiron Romeliton tis germanikis glossis de Mikhaïl Papageorgiou, par exemple, est tirée à Vienne en 1772 à 3000 exemplaires et connaît en vingt ans deux autres éditions, une à Pest en 1792, l’autre à Vienne en 1793.

80Tous les manuels de langue de cette période paraissent en Occident, en premier lieu à Venise, à Terst et à Vienne, souvent grâce à des souscriptions. Ils servent non seulement aux besoins des Grecs qui vivent sous l’esclavage ou dans la diaspora, mais aussi aux Roumains, Bulgares et Serbes qui parlent grec. Les auteurs de ces textes sont des Grecs qui, en règle générale, ont appris les langues vivantes dans les pays où elles sont parlées.

81Outre les manuels de langue, les éditeurs grecs impriment des romans, des pièces de théâtre, des traités de philosophie, de sciences naturelles, de mathématiques, de médecine, d’histoire, de navigation, etc., traduits du français, de l’italien, de l’allemand, de l’anglais et d’autres langues étrangères aussi. Dans les lignes qui suivent je signale les livres les plus populaires ou les plus importants qui ont servi aux hellénophones dans l’apprentissage des langues et des cultures des peuples d’Europe.

82La langue la mieux représentée est toujours l’italien, langue très répandue dans le bassin méditerranéen et qui a un long ancrage en Grèce, en raison de l’occupation souvent prolongée de différentes parties du territoire (îles ioniennes, Péloponnèse, Crète, etc.) et dans l’est de la Méditerranée. Parmi les livres publiés au XVIIIe siècle nous trouvons des dictionnaires : outre le dictionnaire quadrilingue (1658) de Vlakhos que nous avons déjà cité, le Tesoro della lingua greca-volgare ed italiana ciœ ricchissimo dizzionario greco-volgare ed italiano, œuvre posthume du père Alessio di Somavera, publié à Paris en 1709, le Neon Lexikon Italikon Graikikon (1792), préparé par Spyridon Vlantis, d’après le Dictionnaire de Crusca ; des manuels de grammaire : la Grammatiki Italiki, itoi methodos syntomos ki evkolotati tou orthos manthanein tin italikin glossan [...] (1774) sans nom d’auteur, la Grammatiki tis italikis glossis, diirimeni eis dyo merei, amelei eis Etymologïkon kai Syntaktikon (1779) de Thomas Dimitriou ; des méthodes de langue complètes, par exemple : l’Épitomi Grammatikis exigitheisa eis tin aplin Romaikin dialekton me tin frasin eis to Italikon, kai meta prosthikis aikiakou ( ?) tinos Lexikou, kai tinon prosoikeious dialogon, [...] (1799) de Dimitri Venieri ; des traductions d’ouvrages littéraires : l’Amyntas de Tasse, des comédies de Goldoni, les contes de Boccace, etc.

83Les auteurs de manuels et de traductions sont souvent des professeurs des écoles grecques en Italie. Certains, tel Spyridon Vlantis (1765-1830), dans la préface de leurs ouvrages traitent longuement de la manière d’enseigner et d’apprendre les langues étrangères. Vlantis est né à Venise de parents grecs, fréquenta le Collegio Flangini et suivit ensuite les cours de philosophie chez les Jésuites. De condition modeste il ne peut continuer des études à l’université de Padoue et pendant longtemps gagne sa vie comme employé chez un commerçant grec et comme maître privé. En 1796 il est finalement nommé professeur au Collegio Flangini où jadis il fut élève, et se distingue comme pédagogue, lexicographe et traducteur (Ovide, Cornelius Nepos, Goldoni, Boccace, Madame de Beaumont, et autres).

84Dans la préface du Magasin des enfants (1788), il répond à ceux qui mettent en doute l’utilité de la traduction grecque de l’ouvrage de Madame de Beaumont quand on peut lire le livre en français qu’« il n’est pas convenable de mépriser notre noble langue paternelle » et que tous les peuples cultivés s’accordent à dire que le premier devoir de l’homme est d’apprendre sa propre langue, avant de s’appliquer à l’étude des langues étrangères. Bien que pour les Grecs qui vivent en Italie la langue la plus nécessaire soit l’italienne, il considère comme une erreur impardonnable que les enfants grandissent sans connaître un mot de leur langue maternelle, alors qu’il faudrait qu’ils l’absorbent en même temps que le lait maternel.

85Il conseille aux aimables parents d’habituer leurs enfants, dès l’âge le plus tendre, à la langue grecque en les confiant à des gouvernantes qui parlent la langue proprement et, plus tard, de les remettre aux soins d’un sage précepteur. Pour apprendre à lire et à écrire la langue maternelle il propose de retirer de leurs mains l’Octoichon et le Psautier, utilisés depuis des siècles dans les écoles grecques. « Je ne nie pas, écrit-il, qu’ils soient merveilleux et pleins de concepts élevés et saints ; je demande seulement quel profit et quel avantage peuvent tirer les enfants de leur lecture », puisqu’ils ne comprennent pas un mot de ce qu’ils lisent et que les maîtres eux-mêmes ont du mal à en saisir le sens. Il suggère donc de remplacer ces textes par « des livres qu’ils comprennent, si vous voulez qu’ils aiment l’étude », par exemple par les Fables d’Ésope, une catéchèse qui serait composée sous forme de questions et de réponses ou le Magasin des enfants de Madame de Beaumont, dont il est le traducteur.

86Quand on fait l’inventaire des manuels de français pour des apprenants hellénophones au temps de la gallomanie, on est surpris de constater qu’il n’existe qu’un dictionnaire : le Lexikon trigloson tis Gallikis, Italïkis kai Romaïkis dialektou eis tomous treis (1786) de Georgios Vendotis, et un seul manuel de grammaire de 264 pages, la Grammatiki tis Gallikis dialektou (1786) du même auteur. Georgios Vendotis est né à Zakynthos. Après l’école grecque il poursuit ses études dans les meilleures académies italiennes et ensuite s’installe à Venise. Il travaille pendant quelque temps comme correcteur à l’imprimerie bien connue de Glykys, puis se rend à Vienne et de là à Pest où il gagne sa vie comme maître d’école à l’école grecque. De retour à Vienne il travaille jusqu’en 1790 comme correcteur à l’imprimerie de Baumeister et ensuite il ouvre la première imprimerie grecque de cette ville.

87Dans la préface de son ouvrage Vendotis écrit que sa Grammatiki a pour but de servir d’introduction à la langue française et que ceux qui le désirent peuvent plus tard lire des grammaires plus détaillées, par exemple celle de Wailly. À ceux qui considèrent le français difficile il rappelle qu’avec la lecture et l’exercice la langue la plus difficile devient facile. Il attire l’attention des maîtres sur la prononciation de « b, d » et de « g, j, h, q, u », « presque impossible à expliquer par écrit », et sur la différence entre le passé composé, le passé simple et le plus-que-parfait.

  • 20 Les élèves apprennent, par exemple, que généralement l’accent est mis sur la dernière syllabe, mai (...)

88Aux élèves, il recommande d’observer toujours les idiotismes français et non les grecs, de ne pas avoir honte de se servir dans la conversation des mots français qu’ils connaissent parce qu’autrement ils n’apprendront jamais à parler la langue, et leur rappelle qu’il est préférable de parler librement et vite, même avec des erreurs, plutôt que lentement et avec difficulté, sans faire de fautes. S’ils ont la « liberté » ils pourront corriger les fautes en quelques jours. Enfin il leur conseille de compléter l’étude de la langue par la lecture des livres des meilleurs auteurs. La Grammatiki de Vendotis se compose de deux parties. La partie théorique explique la prononciation (p. 1-26) : les lettres, les diphtongues, les triphtongues, la prononciation de « e », de « i », les consonnes et les règles les plus indispensables20. Il explique ensuite les neuf parties du discours (p. 27-196) et ajoute quelques remarques sur l’orthographe des mots (p. 197-204).

89La partie pratique de son manuel comprend un lexique thématique francogrec (p. 205-225), des dialogues français et grecs (p. 226-257) et les traits caractéristiques (« charactires ») de différentes nations (p. 257-264). C’est vraiment un ouvrage pour débutants, qui ressemble à des dizaines d’autres livres de ce type qui au XVIIIe siècle sortent chaque année des imprimeries européennes. Son plus grand mérite est d’être le premier manuel de français pour les Grecs.

  • 21 Dans la préface de sa Grammatiki galiiki theoritiki kai praktiki (1814) Partzoulas porte un jugeme (...)

90Le Lexikon tis Gallikis, Italikis kai Romaïkis dialektou (1786) de Vendotis connut de nombreuses éditions. Il suit l’ordre alphabétique et se compose de trois tomes. Le premier, le dictionnaire français-grec-italien est un gros volume de 900 pages dont les trente et une premières sont consacrées aux conjugaisons des verbes réguliers et irréguliers dans les trois langues. Nous ne savons pas où, ni comment Vendotis apprit le français, mais le fait est que sa grammaire, en dépit de ses défauts21 et, surtout, son dictionnaire contribuèrent plus que toute autre publication de l’époque à la diffusion de la langue française parmi les Grecs.

91Si les manuels de français n’abondent pas, les traductions d’ouvrages français sont par contre nombreuses et couvrent tous les genres et toutes les disciplines : le Télémaque de Fénelon (1742), l’Histoire ancienne de Rollin (1750), le Memnon (1766) de Voltaire, le Tartuffe (1793) de Molière, les Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle (1794), les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1795) de Montesquieu, les Fables de La Fontaine (1796), le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce [...] de l’abbé Jean-Jacques Barthélemy (1797), les Éléments d’Arithmétique ( ?) de l’abbé Nicolas La Caille, etc.

92Pour l’allemand, langue beaucoup moins étudiée par les Grecs que le français, il existe plus de manuels et de dictionnaires mais bien moins de traductions. En 1785, Dimitrios Darvaris publie à Vienne une Grammatiki Germaniki et en 1809 Dialogoi Graiko-Germanikoi. Darvaris apprit les « iera grammata » et l’« enkyklia » en Grèce, ensuite il fréquenta l’Académie princière de Bucarest, poursuivit des études à Pest, où il apprit le slavon et le latin, et à Halle, où pendant quatre ans il étudia la philosophie. Il passa le reste de sa vie à enseigner et à écrire, d’abord en Hongrie puis en Autriche. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, tous publiés à Vienne : Guide de la bonne pédagogie [...] (1791), Le Pédagogue [...] (1804), Guide de la vie [...] (1812), Chrestomathie en néo-grec (1820), Grammatiki aplœlliniki (1806) et de plusieurs autres manuels scolaires.

93Darvaris est fort influencé par la pédagogie philanthropiniste et il est pour cela appelé parfois le Campe des Grecs (Camariano-Cioran 1974 : 274). Il souhaitait que tous les maîtres, généralement peu éduqués et sans grande expérience, suivent la même méthode d’enseignement ; il recommandait la création d’une école normale où les futurs enseignants apprendraient les méthodes spéciales de chaque discipline et s’exerceraient à les appliquer dans leur enseignement sous la surveillance de leurs professeurs. En attendant ce jour, il explique aux maîtres dans les préfaces de ses manuels comment les utiliser pour obtenir les meilleurs résultats.

94En 1796, voit le jour à Leipzig, où vit une importante colonie grecque, un Lexikon aploromaiïkon, germanikon kai italïkon de K. Weigel. Mais le pionnier des études allemandes est Mikhaïl Papageorgiou (1727-1796). Après des études à Ioannina avec le grand Voulgaris, il enseigne pendant quelque temps en Grèce, puis il émigre en Allemagne. Là, il apprend l’allemand et le latin et ensuite se rend à Vienne étudier la philosophie, les sciences et aussi la médecine, qu’il abandonne cependant. Il passe le reste de sa vie à enseigner, principalement dans les écoles grecques à Vienne, Pest et Buda. Finalement, il retourne à Vienne où il meurt à l’âge de soixante-neuf ans. L’érudit commerçant Georgios Zaviras (1744-1804), qui l’a bien connu en Hongrie, le présente comme « un très bon grammairien, orateur, poète et philosophe » (« anir grammatikotatos, ritor, poiitis kai filosofos »).

95Le principal souci de Papageorgiou est d’aider ses compatriotes établis en Allemagne et en Autriche qui, faute de maîtres et de manuels, perdent beaucoup de temps à apprendre l’allemand ou l’apprennent mal. Il sait que pour les Grecs qui n’ont pas fréquenté l’école allemande la plus grande difficulté dans l’étude de l’allemand consiste dans le choix correct du genre des noms et dans la prononciation. Soit les apprenants n’ont personne pour répondre à leurs questions sur la langue, se sentent frustrés et se découragent, soit les informations qu’ils acquièrent ne sont pas vérifiées, sont mal comprises ou le fruit de conjectures.

96Papageorgiou compose pour les débutants Eisodos radia (1767), une introduction à la langue allemande en grec, avec un abécédaire qui explique comment lire et prononcer les lettres allemandes. Il rédige ensuite une grammaire allemande (Grammatiki) en grec moderne, mais comme il ne réussit pas à trouver assez de souscripteurs cet ouvrage restera inédit. Cet échec ne l’arrête pas dans ses efforts et en 1768 il fait imprimer l’abécédaire séparément, sous le titre d’Alfavitario, ainsi qu’un petit dictionnaire pour les débutants (Lexikon Romaiïkogermanikon, 1768).

97Ce dictionnaire contient environ 2120 mots allemands, principalement des noms et des verbes jugés particulièrement utiles. Ils sont présentés avec la transcription phonétique en grec et leur signification première. Pour faciliter la mémorisation des noms, l’auteur les groupe par familles : ceux qui se rapportent à l’homme se trouvent au chapitre « A » (anthropos), à l’âme au chapitre « Ψ » (psychi), au corps au chapitre « » [soma] et ainsi de suite. Les verbes, eux, sont classés par ordre alphabétique et par conjugaison.

98Papageorgiou croit que nous ne sommes capables de prononcer et de comprendre que les mots que nous avons imprimé dans notre mémoire. Il attend pour cela de l’élève qu’il apprenne tout le livret par cœur afin qu’il puisse s’en servir partout promptement, au moment où il en éprouvera le besoin. Quelques années plus tard il publie aussi une méthode d’allemand pour débutants (Procheiros Didaskabs ton protopeiron Romeliton tis Germanikis Glossis, 1772). Ce manuel comprend 1’Alfavitarion et le Lexikon déjà publiés séparément en 1768 et en plus une série de dialogues familiers gréco-allemands. Ces ouvrages modestes sont restés longtemps très populaires et ont permis à des milliers d’hellénophones de s’initier à la langue allemande.

99Alors qu’en Europe l’étude de la langue anglaise se répand, ni les Grecs de la Grèce continentale ni ceux de la diaspora ne montrent d’intérêt particulier pour cette langue. Certes des étudiants et des commerçants établis à Londres ont appris l’anglais par l’usage, mais ils ne sont pas nombreux et ils n’ont à leur disposition à cette époque aucun manuel écrit en grec pour se perfectionner. Par contre, l’édition de manuels de russe augmente, surtout vers la fin du siècle avec la grande vague d’émigration grecque vers la Russie. Théodore Polykarpof Orlof, successeur des frères Leichoudis à la direction de l’école gréco-latine de Moscou où il avait été élève, publie « en l’année 6213 de la création du monde », c’est-à-dire en 1704, un Lexikon Triglosson itoi lexeon sbvonikon, ellinikon kai latinikos thisavros. Plus tard, en 1762, sort des imprimeries de l’Université impériale de Moscou un recueil anonyme de Dialogues en latin, russe, grec, français et allemand. Une deuxième édition de l’ouvrage paraît en 1802, toujours sans nom d’auteur, mais tout indique que celui-ci était d’origine grecque.

  • 22 L’intérêt croissant des Grecs pour les langues étrangères est attesté par l’existence de quelques (...)

100En 1782 l’imprimerie de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg publie l’Alfaviton Ellinikon [...] de Voulgaris et un manuel de langue en grec et russe intitulé Diabgos kai diigiseis. En 1795, le moine Vladimir, professeur de l’Académie slavo-gréco-latine de Moscou, publie un livret de 138 pages intitulé Pleon evcharistoi dialoghoi, avec le texte en grec moderne dans la colonne de gauche et les phrases russes dans la colonne de droite. Bien plus importante pour l’étude de la langue russe est l’édition en 1796 de la Grammatiki tis Rossikis dialektou d’Anastasiou Mikhail. L’ouvrage publié par l’Imprimerie de l’Université impériale de Moscou contient, outre le traité de grammaire, un recueil de mots utiles et de dialogues familiers22.

***

101Ce chapitre, quoique consacré aux Balkans, traite surtout de la Grèce et des Grecs. Ce n’est ni faute d’une documentation plus complète ni par parti pris, mais parce que les auteurs roumains, bulgares et yougoslaves, ainsi que les ouvrages de référence consultés (encyclopédies, dictionnaires pédagogiques, histoires de l’éducation), indiquent unanimement que l’éducation secondaire et supérieure de ces peuples était au XVIIIe siècle assurée uniquement par les établissements scolaires grecs, des maîtres grecs ou hellénisés et des manuels en langue grecque rédigés par des Grecs. « Les écoles grecques avaient un caractère interbalkanique » et la langue grecque était pour tous les peuples des Balkans comme “une fenêtre entrouverte” sur la culture universelle » (Camariano-Cioran 1974 : 16). Il serait intéressant d’en savoir plus sur l’enseignement du grec ancien et de comparer la méthode par laquelle il était enseigné à cette époque avec celle que l’on utilisait pour le latin à la même période dans les pays occidentaux.

Notes

1 La Russie obtient des Turcs, entre autres, le droit de libre navigation en mer Noire et dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles et la protection des chrétiens orthodoxes de l’Empire ottoman, celle des catholiques étant assurée par la France.

2 On appelle Phanariotes les Grecs, en règle générale lettrés, qui vivent autour du Patriarcat œcuménique, dans le quartier de Constantinople appelé Phanar(i).

3 D. Tsakonas (1981 : 251) nie l’existence de l’école secrète (« kryfo scholeio »), généralement acceptée par la tradition grecque, les Turcs n’ayant, selon lui, jamais empêché les chrétiens de s’instruire et n’intervenant pas dans la confrontation des idées.

4 « Pour bien étudier l’évolution culturelle de la Grèce sous la domination ottomane, il est nécessaire de distinguer deux courants : le continental et l’insulaire. Le premier aboutira à la culture phanariote et à l’esprit du siècle des Lumières, tandis que l’autre, qui s’est produit plus tôt, grâce à la domination vénitienne en Crète d’abord, aux îles ioniennes ensuite, a participé beaucoup moins à l’Aufklärung » (Dimaras 1969 : 122).

5 La pénurie de manuels scolaires est générale. Le premier abécédaire grec, intitulé Mega Alfavitarion, n’est imprimé qu’en 1771 à Vienne (Gedeon 1976 : 16).

6 Pour l’histoire et l’évolution de ces deux établissements scolaires, voir l’excellente monographie d’Ariadna Camariano-Cioran : Les Académies Princières de Bucarest et de Jassy et leurs professeurs (830 pages de texte et 73 planches), publiée à Salonique en 1974.

7 « Nos maîtres ne connaissaient pas d’autre instrument de transmission des connaissances scientifiques que le dialecte attique » (Koumas [1832) 1966 : 576).

8 Au temps de l’occupation ottomane, écrit Dimaras (1969 : 57), « nous suivons sans interruption à travers Byzance la présence de l’antiquité classique dans le domaine scolaire ».

9 Sur les îles ioniennes sous occupation vénitienne et sur les autres îles où le nombre de Grecs convertis au catholicisme est important la situation est quelque peu différente.

10 Le prince Constantin Mavrocordato introduit l’étude du latin à l’Académie de Jassy en 1743. Son enseignement est confié à un professeur transylvanien nommé Frenk ( ?), mais on ignore si cet enseignement a été maintenu. À l’Académie de Bucarest l’édit du prince A. Ypsilanti de 1776 accorde à l’enseignement du latin, langue de laquelle dérive le roumain, une place presque égale à celle du grec (Camariano-Cioran 1974 : 48, 92)

11 Voulgaris a préparé un abrégé de An Essay concerning human understanding de Locke, d’après la traduction française de Pierre Coste, parue en 1700.

12 C’est Voulgaris, semble-t-il, qui à l’école Athonias l’initia à la langue latine.

13 « Une chose est certaine : Moisiodax était de culture grecque, il a écrit en grec, il avait des sentiments grecs et il se considérait comme tel » (Camariano-Cioran 1966 : 297).

14 Même l’étude des auteurs classiques grecs, elle la regarde avec méfiance, lorsqu’elle ne se limite pas au seul aspect linguistique mais s’intéresse aussi aux qualités esthétiques et aux idées de l’écrivain.

15 Moisiodax affirme que tous les jeunes des plus grandes familles aristocratiques de Constantinople apprennent le français et l’italien. De même, l’auteur anonyme de Erotos apotelesmata (1792) écrit qu’en règle générale les nobles de Constantinople ont l’habitude d’apprendre la langue française mieux que leur propre langue (Dimaras 1983 : 153).

16 Rigas Velestinlis était en rapport avec le Directoire en France et préparait le mouvement de libération des peuples balkaniques. Il est arrêté et exécuté par les Turcs en 1798.

17 Dans les académies pondères de Roumanie le latin est enseigné depuis 1776. En 1811 il est introduit au gymnase de Smyrne, ensuite à Chios et dans d’autres écoles.

18 « Ces deux langues je les étudiais pas tellement pour le profit que je pourrais en tirer, [... ] mais plutôt pour m’initier au latin [...] » (Valetas : 1964 : 2).

19 L’hébreu est à cette époque peu étudié en Grèce. Néanmoins, en 1768 paraît à Lausanne une grammaire de l’hébreu : Eisagogi eis to Evraïkon eidioma [...].

20 Les élèves apprennent, par exemple, que généralement l’accent est mis sur la dernière syllabe, mais que quand la dernière syllabe finit avec un « e » muet, comme dans monde, l’accent est alors sur l’avant-dernière syllabe.

21 Dans la préface de sa Grammatiki galiiki theoritiki kai praktiki (1814) Partzoulas porte un jugement dévastateur sur l’ouvrage de son prédécesseur : la grammaire de Vendotis, écrit-il, est brève et incomplète, le peu de choses qu'elle contient sont fausses, inutiles à nos maîtres, imprécises et difficiles à mémoriser, car il traite tout de manière non méthodique.

22 L’intérêt croissant des Grecs pour les langues étrangères est attesté par l’existence de quelques autres manuels d’autres langues vivantes aussi, certains publiés, d’autres restés inédits, tels les Stoicheia ellino-alvanikis grammatikis kai ellino-alvanikoi dialogoi de Ioannis Vilaras (voir Yochalas, 1985).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search