Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre VI. Les États de l’Autriche

Texte intégral

Aperçu historique

1À peine le second siège de Vienne (1683) terminé et la menace turque éloignée définitivement (victoire du prince Eugène à Zenta en Voïvodine, 1697), voici qu’éclate la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713) entre l’Autriche qui favorise la candidature de l’archiduc autrichien Charles, le futur empereur Charles VI, et la France qui appuie celle du duc d’Anjou, le futur Philippe V. Elle finit avec la signature des traités d’Utrecht (1713) et de Rastadt (1714) qui mettent fin au long règne des Habsbourg en Espagne. En échange, les Espagnols cèdent aux Habsbourgs d’Autriche leurs territoires en Italie (Naples, Mantoue, une partie de la Toscane, la Sardaigne) et la Belgique.

2En 1703, le prince de Transylvanie Ferenc Rákoczi organise en Hongrie une révolte armée contre Vienne qui durera jusqu’en 1711. La paix revient avec la signature de la paix de Satu Mare qui garantit à la noblesse hongroise ses privilèges traditionnels et aux Habsbourgs le droit héréditaire à la couronne de Hongrie. C’est le début d’un processus qui mènera graduellement à la transformation de l’Autriche en un État dualiste. Pour les magnats hongrois et la haute hiérarchie de l’Église catholique c’est l’âge d’or, l’époque où « Extra Hungariam non est vita, si est vita — non est ita ! »

3Un des principaux soucis de Charles VI dès le début de son règne (1711-1740) est d’assurer l’indivisibilité des États de l’Autriche et la succession au trône à sa fille Marie-Thérèse. La Pragmatique sanction qu’il signe en 1713 à cet effet ne sera pas reconnue par les autres pays sans conflits et tractations compliqués. Dans la confrontation avec la Turquie qui suit, l’Autriche obtient avec le traité de Passarowitz (1718) nombre de territoires dans les Balkans qu'elle perd dans une nouvelle guerre (1736-1739) après la signature de la paix de Belgrade (1739). Elle perd aussi la Lorraine, Naples et la Sicile dans la guerre de Succession de Pologne (1733-1738).

  • 1 La Silésie est depuis la fin du XIIIe siècle sous l’influence des rois de Bohême. Charles IV, avec (...)

4La guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) qui commence au moment où Marie-Thérèse (1740-1780) accède au trône finit également par la défaite de l’Autriche. Elle perd la Silésie, la partie la plus industrialisée du royaume de Bohême1, qui passe à la Prusse, Parme qui est attribuée aux Bourbons d’Espagne et une partie du Milanais qui est attachée à la Sardaigne. Marie-Thérèse prend alors conscience de l’urgence de changements radicaux dans l’administration, l’armée, la justice et l’éducation de ses États et procède à une série de réformes bien réfléchies.

5Parallèlement, elle encourage la création de manufactures (textiles, verre), de compagnies minières et métallurgiques (en Autriche, en Bohême, en Slovaquie), le développement du commerce et de l’agriculture. Elle prend aussi des mesures pour l’amélioration des conditions de vie de la population de cette monarchie multiethnique, en grande majorité slave. Elle réussit ainsi à moderniser les structures de l’État, à consolider le pouvoir royal et à renforcer l’autorité des organes gouvernementaux à Vienne.

6Dans le domaine de la culture aussi les progrès sont nombreux. En architecture et dans les arts plastiques culmine l’art baroque et, vers la fin du siècle, l’art néo-classique. Dans le domaine des lettres apparaissent des œuvres littéraires et scientifiques dans les langues de tous les peuples de l’Empire autrichien, qui contribuent à l’éveil de leur conscience nationale. L’art le plus florissant toutefois est la musique (Mozart, Haydn, Stamitz).

7Les réformes entamées par Marie-Thérèse sont complétées et appliquées avec fermeté par son fils et collaborateur Joseph II (1780-1790), en dépit de l’opposition que ce monarque éclairé rencontre. C’est lui qui en 1781 décrétera l’abolition du servage des paysans et mettra fin à la discrimination contre les non-catholiques, deux réformes capitales et celles dont il est le plus fier.

8Son successeur Léopold II (1790-1792), politicien habile, défend à l’intérieur, tant bien que mal, l’œuvre accomplie par sa mère et son frère. À l’extérieur il adopte une attitude prudente envers la France révolutionnaire. Son fils cependant, François II (1792-1835), qui lui succède au moment où sa tante, Marie-Antoinette, est arrêtée, mise en prison et décapitée et où l’Assemblée législative déclare la guerre à l’Autriche (20 avril 1792), suit une politique plus conservatrice tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’ère de l’absolutisme éclairé prend fin. De la Révolution française et des guerres napoléoniennes naît une nouvelle Europe à laquelle l’Autriche a du mal à s’intégrer.

La situation dans le domaine de l’éducation

9Au XVIIIe siècle l’éducation élémentaire dans les États qui forment alors l’Autriche, comme presque partout en Europe à la même époque, était très négligée, surtout dans les campagnes où vit l’écrasante majorité de la population. Les écoles secondaires sont principalement entre les mains des Jésuites. Dans certaines régions cependant (Silésie, Slovaquie, Hongrie), à côté des écoles catholiques opèrent également des collèges protestants. Indépendamment de leur dénomination tous les établissements éducatifs secondaires dispensent un enseignement fondé sur la tradition humaniste, jugé par les hommes des Lumières insatisfaisant. Marie-Thérèse (1740-1780) prend alors des mesures en vue de la modernisation du système d’éducation et de la soustraction des écoles à la tutelle de l’Église.

  • 2 La noblesse ne pardonne pas au monarque éclairé l’abolition du servage (1781), le clergé de lui av (...)

10En 1774, l’impératrice promulgue le Règlement scolaire général (Allgemeine Schulordnung für die deutschen Normal, Haupt und Trivialschulen in der samtlichen k.k. Erbländern) qui rend obligatoire la scolarisation de tous les enfants de 6 à 12 ans. Cette réforme ne devient une réalité que sous le règne de son fils Joseph II (1780-1790), en dépit de l’opposition farouche qu’elle suscite dans toutes les couches de la population2.

11Selon le Règlement les écoles se divisent en trois types : les écoles élémentaires inférieures, élémentaires supérieures et écoles normales. Dans les écoles élémentaires inférieures (Trivialschulen) les enfants de 6 à 12 ans étudient la religion, la lecture, l’écriture et le calcul (trivium) et les éléments de l’économie agricole (ceux qui habitent la campagne) ou industrielle (ceux qui habitent les villes). L’enseignement dans ces écoles est dispensé dans la langue maternelle des enfants. Là où les conditions le permettent on introduit aussi l’étude de l’allemand langue seconde.

12Dans les capitales provinciales sont fondées des écoles élémentaires supérieures (Hauptschulen) avec trois ou quatre classes, où les enfants apprennent le trivium, la composition, la géographie, l’histoire, les sciences naturelles, le dessin, les fondements du latin et les éléments de l’économie. L’enseignement dans ces écoles est dispensé la première année, et en partie la seconde année aussi, dans la langue maternelle des enfants ; dans les classes supérieures, toutefois, il est donné en allemand.

13Les écoles normales (Normalschulen) ont aussi, selon les possibilités locales, trois ou quatre classes où sont enseignées en allemand les mêmes matières qu’à l’école élémentaire supérieure mais de manière plus approfondie. Un des principaux buts de ces écoles est la formation des maîtres pour les écoles élémentaires.

14La réforme scolaire de Marie-Thérèse est un événement d’une importance capitale dans l’histoire de l’éducation en Europe centrale au XVIIIe siècle et ses conséquences se font sentir encore aujourd’hui. En 1780 en Autriche, sans la Hongrie, on compte déjà 6197 écoles et 200 000 élèves. Le nombre de maîtres d’école augmente aussi rapidement. Tous les peuples qui vivent en Autriche en profitent et bientôt ils se rangent parmi les plus alphabétisés d’Europe. La scolarisation obligatoire non seulement ouvre aux sujets autrichiens le chemin vers l’avancement social, économique et culturel, mais accélère aussi l’éveil de leur conscience nationale et le mouvement pour leur émancipation.

15Les progrès les plus marquants en littératie sont attestés en Bohême. En 1786, on y trouve une école normale, 14 écoles principales avec 2896 élèves, 2139 écoles triviales avec 131 130 élèves, 3 écoles religieuses de filles à Prague et 33 écoles de filles en province fréquentées par 2768 élèves, 16 écoles protestantes (35 en 1787), une école juive principale à Prague avec 45 élèves, 26 écoles juives en province (avec 545 élèves) et 172 enfants juifs dans les écoles catholiques (Klika, 1900 : 143-147). Le haut niveau de culture générale du peuple tchèque date de cette époque.

16L’auteur du projet de réforme de l’instruction élémentaire en Autriche est l’Abbé Johann Ignaz Felbiger (1724-1788). Il connaissait les idées de Coménius, était influencé par les philanthropinistes, en particulier par Rochow (1734-1805), dont il se considérait le disciple, et les appliqua dans la réforme des écoles de Silésie qu’il entreprit en 1765. Remarqué par Marie-Thérèse, Felbiger est alors invité à venir à Vienne préparer la réforme de l’éducation élémentaire en Autriche. Son projet est approuvé et sert de base au Règlement de Marie-Thérèse.

17Felbiger est aussi l’auteur de Methodenbuch für Lehrer der deutschen Schulen in den Kaiserlich-königlichen Erbländern (1775), un traité consacré à l’éducation primaire. Il contient des conseils pratiques pour l’enseignement de toutes les matières du programme, et en premier lieu de la langue maternelle. Il insiste particulièrement sur la maîtrise de l’orthographe, de la morphologie et de la syntaxe de la langue maternelle. Il recommande à cet effet des exercices d’analyse grammaticale et pour la composition l’imitation de modèles choisis, d’abord oralement et ensuite par écrit, avant de s’aventurer à des rédactions libres. C’est depuis cette époque et sous l’influence de Felbiger que dans les écoles autrichiennes l’accent est mis sur la langue écrite, (Jelínek, 1966 : 24).

18Felbiger est convaincu que la méthode d’enseignement la plus efficace au niveau élémentaire est la méthode catéchistique (questions-réponses) et la technique littérale et tabulaire inventée par un certain Johann Fr. Hähn à Berlin. Le maître n’écrit pas au tableau toute la phrase que les élèves doivent apprendre mais seulement les lettres initiales de chaque mot, l’une après l’autre, ou bien il les groupe sous forme d’aperçu, de schème ou de tableau.

19Soit la phrase :

Ze gest gediny Bůh, genž wssechno stwořil, wssechno zachovává a zprawuge [...].
(Qu’il n’y a qu’un Dieu qui a tout créé, garde et administre tout [...].)

20le maître écrit seulement :

Z g g B, g w s, w z a z.

21Felbiger souhaite que l’on enseigne les règles de grammaire de manière déductive, à partir du texte écrit au tableau par le maître ou par un élève. Il pense avec Basedow qu’il est bon que le texte soit parfois écrit intentionnellement avec des fautes afin que les élèves apprennent à observer, à réfléchir et à écrire correctement. Il juge la connaissance des règles de grammaire indispensable, tant pour l’apprentissage de la langue maternelle que pour l’étude de langues étrangères.

22L’influence de Felbiger sur le système d’éducation dans les États d’Autriche fut énorme bien que ni la technique littérale et tabulaire ni les exemples avec des fautes ne s’imposèrent et que lui-même fut démis de ses fonctions par Joseph II. Il dut quitter Vienne et aller à Bratislava, où il mourut oublié.

23La réforme thérésienne de l’éducation élémentaire est précédée de celle des universités et des établissements secondaires. On procède à la révision des programmes des universités (Vienne, Prague), à la substitution partielle du latin par l’allemand et à la création de nouveaux établissements supérieurs (académie militaire, école polytechnique à Vienne, académies des nobles, autres universités et écoles supérieures en Bohême, en Slovaquie et en Hongrie).

24Puis, en 1752, est entamée la réforme de l’éducation secondaire. Les gymnases passent sous la surveillance de l’État et seuls les élèves qui maîtrisent l’allemand y sont admis. En 1771 on ouvre à Vienne la première école réale, mais ce type d’école moderne ne connaît pas la même popularité qu’en Prusse. La principale matière au niveau secondaire reste donc le latin même après l’éviction des Jésuites. L’addition au programme d’études des sciences naturelles et de l’histoire, à l’exemple des écoles pies, ne change pas la vocation humaniste des collèges.

25L’opposition à Joseph II est particulièrement féroce en Hongrie, car dans ses efforts de centralisation de l’administration et de germanisation de la population, l’empereur abolit la constitution hongroise, décrète la fréquentation de la même école par tous les enfants, indépendamment de leur religion et de leur langue maternelle, et impose l’enseignement de tous en allemand. Sous François II (1792-1835) toutefois, la constitution hongroise est restituée et de nouveaux règlements scolaires (Politische Verfassung der deutschen Schulen in den K., auch K.K. deutschen Erbstaaten) sont décrétés. La division des écoles en catholiques et protestantes est rétablie, l’obligation scolaire assouplie et l’enseignement du hongrois devient obligatoire. La germanisation, contre laquelle les Hongrois s’étaient battus, est alors remplacée par la magyarisation progressive des peuples qui habitent la Hongrie.

L’enseignement des langues anciennes

26Sur l’enseignement du latin et du grec dans les États d’Autriche au XVIIIe siècle j’ai peu à dire. Les écoles secondaires étant principalement entre les mains des Jésuites jusqu’à leur expulsion en 1773, elles suivent, comme tous les collèges jésuites du monde, le programme et la méthode d’enseignement prévus par le Ratio Studiorum (1599). Les réformes scolaires de Marie-Thérèse et de Joseph II affaiblissent les positions du latin, mais moins sérieusement que dans les autres pays d’Europe, d’une part parce que la création d’écoles réales se réalise lentement, d’autre part parce que la cour de Vienne et la diète hongroise continuent d’utiliser le latin comme langue internationale de communication.

L’enseignement des langues vivantes

27Mes informations sur l’enseignement des langues vivantes dans les pays qui forment l’Autriche au XVIIIe siècle sont également très pauvres, sauf pour la Bohême. Contrairement à l’Allemagne où l’histoire de l’enseignement des langues a une longue tradition et un présent florissant, les Autrichiens n’accordent pas beaucoup d’attention au passé de la didactique des langues. Ils auraient sans doute beaucoup de choses intéressantes à dire, leur pays ayant longtemps régné sur grand nombre de peuples de l’Europe centrale. Pourtant, il n’existe pas, autant que je sache, de travaux comparables à ceux de E. Stengel (1890), de K. Dorfeld (1892), de H. Christ et H.-J. Rang (1985), de K. Macht (1986) ou de K. Schrōder (1987) pour l’Allemagne.

28La principale langue vivante étudiée en Autriche au XVIIIe siècle est le français. Pour des raisons historiques et culturelles l’intérêt pour l’italien reste toujours grand, pour l’espagnol moindre, pour l’anglais très limité. Quand, en 1778, l’université de Vienne demande un professeur d’anglais, Marie-Thérèse juge la diffusion de cette langue dangereuse pour la religion et la morale et s’oppose catégoriquement à son enseignement dans les universités et les académies (Schröder 1983 : 57).

  • 3 Nous savons que l’apprentissage de l’allemand langue seconde commence en Autriche à l’école élémen (...)

29Généralement, les langues vivantes sont apprises en privé, avec un précepteur ou une gouvernante. À l’université, dans les académies des nobles et au gymnase elles sont enseignées en dehors du programme, par les règles ou par l’usage, selon le maître ou les besoins des élèves. La plupart des manuels de français, d’italien et d’espagnol vendus en Autriche sont importés des pays voisins. Par contre, l’édition de manuels d’allemand pour les populations non germanophones et de manuels enseignant aux Allemands les autres langues parlées dans la monarchie prospère. Le pédagogue slovaque Matthias Bel, par exemple, publie à Pressbourg (Bratislava) en 1718 ses Institutiones linguœ germanicæ et en 1729 le Ungarische Sprachmeister3.

L’enseignement du français

30Un des premiers manuels de français pour jeunes débutants est une version revue de l’Orbis sensualium pictus de Coménius (Comenius Gallicogermanicus oder die Welt in Bildern, französisch und deutsch [...] (2e éd. 1817). Les pages sont divisées en trois colonnes : dans la première on lit le texte en français, dans la seconde la traduction allemande et dans la troisième des commentaires sur les significations secondaires du mot et des informations grammaticales (genre, nombre, infinitif des verbes, homonymes, etc.). Par exemple :

l’étoile — auch der Glückstern, die Meerspinne, das weisze Zeichen der Pferde.

31Pour les apprenants plus avancés ou plus âgés on utilise les ouvrages publiés en Allemagne, par exemple, une des innombrables éditions de la Grammaire royale françoise et allemande Neue und vollstandige Königliche französische Grammatik (1680 ?) de Des Pepliers, le Französisches Lesebuch (1755) de Gedike, etc. Parmi les livres de français les plus intéressants, je citerai deux manuels publiés à Prague à la fin du siècle des Lumières : le Handbuch zum Gebrauche der Jugend bey Erlernung der deutsch-französisch und böhmischen Sprachen (1775) de Franz Martin Pelzel (en tchèque Pelcl) et le Grundsätze der französischen Sprache auf eine besonders erleichternde Art vorgetragen, und durchgangig mit lehrreichen und unterhaltenden Beyspielen aus Fenelons Telemach bewahrt (2e éd. 1792) de Joseph Léopold Hardy.

32Franz Martin Pelzel (Pelcl) (1734-1801) est un des premiers représentants de la renaissance nationale tchèque qui se distinguera comme linguiste et historien. Après des études à Vienne, il entreprend un long voyage à travers l’Allemagne, la France et l’Angleterre et à son retour en Bohême devient précepteur auprès d’enfants des plus grandes familles aristocratiques de Prague. En 1791, il est le premier à occuper le poste de professeur de la langue et de la littérature tchèques à l’université de Prague. Comme beaucoup d’autres intellectuels tchèques de cette époque, au début il écrit ses ouvrages en allemand mais au fur et à mesure que le mouvement nationaliste tchèque se développe il passe au tchèque. Son manuel de français, le premier du genre à paraître en Bohême au XVIIIe siècle, s’adresse principalement à de jeunes écoliers allemands ou tchèques, qui souhaitent apprendre le français par l’usage, sans règles de grammaire. Il s’agit d’un mince volume composé d’un bref vocabulaire (p. 1-26), de quelques dialogues familiers (p. 27-48) et de récits édifiants (p. 49-141).

33Le vocabulaire est élémentaire et présenté par ordre alphabétique :

Der Abend, Le Soir, ten vecer
allezeit, toujours, vzdycky [...].

34Les sujets des dialogues (p. 27-48) ne présentent aucune originalité : pour faire une visite le matin, pour s’habiller, le gentilhomme avec le tailleur, pour manger, du temps, pour s’informer d’une personne, pour demander ce qu’on dit de nouveau, d’où venés vous, Monsieur ? pour écrire, etc.

Guten Tag, mein Herr, wie befinden Sie sich.
Bonjour, Monsieur, comment vous portés vous ?
Dobry den, muj Pane, jak se maji ?

35Le patriote Pelcl profite cependant de l’occasion pour faire l’éloge de sa langue maternelle et faire valoir l’utilité du tchèque pour les étrangers, en particulier pour les Allemands qui vivent en Bohême, ainsi dans ce dialogue :

XI. De la langue bohême.

Quel livre avés–vous–là ? – C’est une Grammaire bohême. – Je suis bien charmé de ce que vous apprenés cette langue. – J’aimerois mieux apprendre le françois ou l’anglois. – Croyés-moi, que la langue bohème est pour votre état aussi necessaire, que la françoise. – Je ne saurais le croire. – Allés au marché, hors de la ville, ou au village voisin, & vous le croirés. Là vous rencontrerés d’abord des gens, qui ne parlent que le bohème. – Mon domestique parlera au lieu de moi. – Mais il vaut mieux quand on peut s’enoncer soi même avec le monde. Il y a encore d’autres avantages que vous pouvés tirer de cette langue. – Quels donc, je voudrais les savoir. – Vous pourrés un jour avoir une charge dans le royaume de Bohême. – Comme mon cher Pere, peut-être ? – Justement. Au couronnement du Roi, à la diete &c. il faut parler bohème. – Je ne savois pas cela. – Alors on se rend ridicule quand on ne sait pas la langue de sa patrie. – Je ne voudrais pas qu’on se moquat de moi. – Outre cela, vous aurés un jour des sujets bohèmes. – Oui, car sur la terre de mon Pere les païsans ne parlent que Bohême. – Ainsi vous pourrés leur parler vous même. – Je le ferai avec plaisir. – Par là vous gagneréz leur affection & leur amour. – Est–ce qu’ils haïssent les gens, qui ne sauraient leur parler ? – Oui, car ils les prennent pour des Suedois ou pour des Prussiens. – Pourquoi n’aiment-ils donc pas ces nations-là ? – Parce qu’ils ont été tant de fois pillés par eux. – Dans le Siecle passé & dans le présent, n’est-ce pas ? – Oui, comme vous aurés lû dans l’abrégé de l’histoire de Bohême. – Je parlerai donc assurément bohême avec eux, pour qu’ils ne me prennent pas pour leur ennemi.

XII. De la même langue.

–Est-ce que cette langue me peut etre utile aussi hors du païs ? – Il n’y a pas à douter. – Ayés la bonté de me l’expliquer. – Vous entrerés apparemment dans le militaire. – J’en ai grand envie. – Vous trouverés beaucoup de Bohèmes à l’armée. Et peut–etre plusieurs dans votre regiment. – Et cela à quoi me servira–t–il ? – A beaucoup. Quand vous pourrés parler leur langue, ils vous aimeront comme leur compatriote. Ils vous pourront sauver la vie dans une bataille. Ils hazarderont volontiers leurs vies pour leur compatriote. – Je suis bien charmé de le savoir. – Il se peut que vous voyagerés en Hongrie, en Pologne ou en Russie. On parle slavon dans tous-ces païs-là. – Est–ce que la langue bohême & slavonnne sont la même chose ? – C’est presque la même langue. La difference qu’il y a entre la langue bohême, polonoise & russe est très petite. C’est pourquoi un Bohême peut en très peu de temps parler russe & polonois. – Je pourrais donc voyager dans ces païs-là, & parler avec tous les habitans ? – Oui, vous pouvés passer à travers des Slaves depuis Prague jusqu’aux frontieres de la Chine. – Comment cela. – Vous traversés la Bohême, la Moravie, la Pologne, la Russie & la Siberie. – Il est vrai, la Siberie confine avec les Etats des Chinois. – Vous voyés donc, jusqu’où l’on peut parvenir avec la langue bohême. – Je ne savois pas cela. J’apprendrai donc avec assiduité pour savoir bientôt le bohême. – Vous ferés très bien. Tout le monde vous en louera.

36Les sujets des récits édifiants dans les trois langues à la fin du livre sont plutôt niais : l’enfant imprudent, l’enfant corrigé, l’enfant obéissant, l’enfant attentif, l’enfant sans jouet, l’enfant véridique, l’enfant opiniâtre. Ils permettent cependant aux élèves de pratiquer la lecture et la conversation à un niveau élémentaire.

37L’auteur de Grundsätze der französischen [...] est un Français, Joseph Hardy, fonctionnaire d’État à Prague (Kaiserl. Königl. Gubernialsecretär in Böhmen) et professeur à l’école principale Týn à Prague, où il donne des cours de français quatre heures par semaine. C’est un homme cultivé et un pédagogue habile qui enseigne sa langue principalement par l’usage, sans toutefois négliger les règles de grammaire. Son manuel est clair, méthodique et pratique. Il représente un des meilleurs exemples que je connaisse de l’utilisation du populaire Télémaque de Fénelon pour enseigner le français.

38Pour Hardy le Télémaque de Fénelon est un trésor de sagesse et un des plus beaux modèles de la beauté de la langue française. Sa lecture permet au maître d’amener les élèves à la connaissance de cette langue de manière facile et agréable et aux élèves d’apprendre le français en lisant une histoire merveilleuse et édifiante qu’ils comprennent, les pages étant divisées en deux colonnes, celle de gauche avec le texte en français et celle de droite en allemand.

39Composé principalement pour des jeunes apprenants, le manuel de Hardy peut être utilisé avec profit par les professeurs et même par les érudits (Préface). Il enseigne toutes les habiletés linguistiques et contient des conseils sur la manière de l’employer. Pour obtenir les résultats souhaités il faut commencer par l’étude des principes et tout d’abord apprendre à lire et à prononcer. Le maître fera donc épeler et lire chaque mot français dans la première section et dans le vocabulaire thématique du manuel. De cette façon les élèves apprennent à prononcer et en même temps ils acquièrent une provision considérable de mots français qu’ils doivent graver dans leur mémoire en les répétant fréquemment. Par exemple :

Les Métiers & Les Professions.

Die Handwerke,und Gewerbe.

Un accoucheur, ein Geburtshelfer.

Un chirurgien, ein Wundarzt.

Un aiguilletier, ein Genkler.

Un cirier, ein Wachslichtzieher.

Un apoticaire, ein Apotheker.

Un cloutier, ein Nagelschmied.

Un architecte, ein Baumeister.

Un confiseur, ein Zuckerbäcker.

Un arquebusier, ein Büchsenmacher.

Un cordier, ein Seiler.

[…]

40La deuxième étape de l’apprentissage est consacrée à l’étude des rudiments de la grammaire (les parties du discours et leur usage). Ils sont présentés sous forme de questions-réponses, toujours dans les deux langues (p. 39) :

D. Qu’est-ce que l’article Défini ?
R. C’est un mot qui détermine le sujet, dont on parle.
D. Quels sont les noms qui prennent cet article ?
R. Les noms communs ou appelatifs [...].

41La règle est ensuite illustrée par des exemples tirés deTélémaque (p. 40) :

Bientót Apollon montra à tous les Bergers les arts, qui peuvent rendre leur vie agréable. Il chantoit les fleurs dont le Printems se couronne, les parfums qu’il répand, & la verdure qui nait sous ses pas. Puis il chantoit les délicieuses nuits de l’été, où les Zephirs rafraîchissent les hommes, & où la rosée, désaltere la terre. Il mèloit aussi dans ses chansons, les fruits dorés, dont l’Automne récompense les travaux des laboureurs, & le repos de l’hiver, pendant lequel la jeunesse folâtre danse auprès du feu. Enfin il représentoit les forêts sombres qui couvrent les montagnes, & les creux vallons, les rivieres par mille détours, semblent se jouer au milieu des riantes prairies [...].

42Et voici comment il enseigne l’imparfait (p. 224) :

D. Qu’est-ce que l’Imparfait ?
R. C’est une inflexion du verbe qui marque le passé avec rapport au présent.
D. Quand est-ce qu’on se sert de ce tems ?
R.l. On s’en sert pour exprimer une action qui se faisoit dans le tems d’une autre action.

« Pendant qu’Idomenée interrogeait avec curiosité les Crétois, qui étaient revenus de la guerre, Telemaque écoutoit les sages conseils de Mentor. » I.XXII

2. On s’en sert pour désigner les actions par leur durée ou leur progression successive.

« Calypso avoit les yeux rouges & enflamés ; ses regards ne s’arrêtaient en aucun endroit ; ils avoient je ne sais quoi de sombre & de farouche ; ses joues tremblantes étaient couvertes de tâches noires & livides ; elle changeoit à chaque moment de couleur. Souvent une pâleur mortelle se répandoit sur tout son visage : ses larmes ne coulaient plus comme autre fois avec abondance ;
[...]. »

3. On s’en sert pour désigner les actions de certaines personnes dont on nous dépeint le caractere. « Il écoutoit chaque jour à certaines heures réglées tous ceux de ses sujets qui avoient ou des plaintes à lui faire ou des avis à lui donner [...]. »

43Hardy procède de manière systématique, du simple au complexe et du connu vers l’inconnu. Il accorde une grande importance à la répétition et aux exercices d’application, oraux et écrits. Les élèves lisent à haute voix, répondent aux questions, racontent les épisodes de Télémaque qu’ils ont aimés le plus, les traduisent du français à l’allemand, les écrivent en français, etc. Sa méthode n’est pas très originale mais elle est cohérente et bien structurée.

L’enseignement de l’allemand langue seconde

44Pour tous les peuples de l’Autriche la langue étrangère la plus utile est au XVIIIe siècle l’allemand. Son apprentissage commence déjà à l’école élémentaire, mais les maîtres, même ceux qui possèdent bien la langue, n’ont pas la formation nécessaire pour l’enseigner. Pour les aider les autorités publient en 1779 le Einige Hïlfsmittel, durch deren Gebrauch und Anwendung die Erslernung der deutschen Sprache sowohl [...] (voir Hruška, 1911 : 7-8). Ce remarquable guide méthodologique de 29 pages, inspiré des principes pédagogiques de Coménius et de la pratique des écoles philanthropinistes, surprend par son extraordinaire modernité.

45Le but visé par les auteurs de ce guide est l’acquisition par les élèves en quatre ans d’une solide compétence orale en allemand. Le programme d’études prévoit deux niveaux, de deux ans chacun. Au premier niveau les enfants de la première et de la deuxième année apprennent l’allemand comme leur langue maternelle. Ils doivent acquérir le vocabulaire contenu dans leur abécédaire et celui qui se rapporte aux objets qui les entourent, et assembler les mots en phrases par imitation. Étant donné l’âge des enfants l’enseignement de la grammaire est tout à fait prohibé. Ils entendent la langue étrangère, voient les choses connues dont ils doivent apprendre à dire le nom en allemand, le maître et les élèves font les gestes correspondant aux énoncés.

46Le vocabulaire est présenté par centres d’intérêt (le corps humain, les vêtements, les outils, les animaux domestiques, etc.), et est souvent répété et mémorisé. Pour briser la monotonie les enfants jouent de temps en temps le jeu « aux commandes » imaginé par Wolke (voir chapitre III). Ils exécutent l’ordre en disant ce qu’ils font et s’exercent ainsi à conjuguer les verbes en s’amusant. Pour pratiquer l’expression orale le maître discute avec la classe, fait parler les élèves entre eux, raconter une anecdote qu’ils ont lue dans leur abécédaire, jouer un dialogue, réciter une fable par cœur, prier en allemand, chanter. Pour pratiquer l’expression écrite, ils écrivent à l’école et à la maison en respectant autant que possible l’usage allemand sans en connaître les règles.

47En troisième et quatrième années tout se passe en allemand. C’est à ce niveau qu’ils commencent à étudier la grammaire (l’orthographe, les déclinaisons et les conjugaisons). Le maître écrit au tableau le modèle de la déclinaison ou de la conjugaison dans la langue maternelle et, à côté, le modèle allemand. Les enfants les examinent, trouvent les différences et les similitudes, imitent le modèle écrit au tableau, puis s’exercent à décliner et à conjuguer de mémoire. Comme devoir le maître leur donne des noms à décliner, des verbes à conjuguer, des phrases à traduire.

48En quatrième année ils apprennent les règles de la syntaxe allemande en comparant des phrases dans la langue maternelle et en allemand. Le premier semestre est réservé principalement aux exercices de traduction, le second à la composition (la narration écrite d’un épisode à l’école ou la rédaction d’une lettre). Ainsi préparés les garçons peuvent entrer au gymnase où ils auront tout le temps de perfectionner leur connaissance de la langue et de la culture allemandes, et qui sait peut-être de se germaniser complètement.

  • 4 Les manuels d’allemand pour les peuples dominés par l’Autriche sont nombreux. Je n’en ai vu que qu (...)

49Les débutants plus âgés, surtout ceux qui ont étudié le latin, mais aussi les Tchèques qui veulent s’initier à l’allemand ou les Allemands qui souhaitent acquérir une connaissance rudimentaire du tchèque peuvent utiliser, par exemple, l’Elementarwerk der bömisch-deutsch- und lateinischeti Sprache (1784) de FranzJohannTomsa4. Il s’agit d’un livret de 87 pages, divisé en quatre sections : 1. un recueil de maximes en tchèque, allemand et latin (p. 1-40) avec au bas de la page un lexique trilingue, les substantifs (genre, génitif, significations) et les verbes à l’infinitif :

Kdo je tu ? Wer ist hier ? Quis adest?
Co je? Was ist? Quid est ?
Neni jim tu zyma ? Ist ihnen hier nicht kalt? Non hic alges ?

50Au bas de la page :

zyma (ta), die Kálte, frigus (hoc), der Winter, hiems (haec) ; (té, tey, t_) zymy, der Kàlte, frigoris, des
Winters, hiemis [...].

512. des dialogues trilingues (p. 42-48) dans des phrases complexes et sans explications ; 3. un dialogue en latin-allemand-tchèque (p. 49-60) d’après Térence :

C.*

Pamphile, si id facis, hodie postremum me vides.

C.

Pamphilus, wenn sie es thun, so sehen Sie mich heut zum lestenmal.

Pamphile, jestli to udielag tak mie dnes naposledy widieg.

P.**

Quit ita ?

P.

Wie so? (i.e. warum?)

Proč pak ?

C.

Hei mihi! vereor dicere, huic dic, quaeso, Byrrhia.

C.

Ich unglúcklicher! Ich scheue michs zu sagensage es ihm, ich bitte dich
Byrrhia.

Já nesstiastný! ostechám se to řict. Řekni mu to prosím tie, Byrrhia.

B.***

Ego dicam.

B.

Ich wills sagen.

Já řeknu.

P.

Quid est ?

P.

Was ists ?

Co je ?

*)

Charimus ein Jünggling. mládenec.

**)

Pamphilus, ein Jüngling, mládenec.

***)

Byrrhia, ein Sklav, sskláw.

52La dernière section comprend des contes en allemand et en tchèque sans latin, Die Spottwögel Posmiewáckowé (p. 61-69), Die Spatzierfahrt Jizda na procházku (p. 69-82), et une lettre de Cicéron (p. 83-87), Einige Briefe des Cicero, en latin avec au bas de la page le vocabulaire, expliqué en allemand et en tchèque.

Autres langues vivantes

53Sur l’enseignement et l’apprentissage des autres langues vivantes en Autriche nous sommes très peu informés. Apparemment la langue la plus étudiée après le français est l’italien. Il est enseigné par des Italiens. L’abbé Bencirechi, l’auteur des Leçons hebdomadaires de la langue italienne à l’usage des Dames (1772), informe ses lecteurs dans l’Avertissement qu’il est « connu & protégé par plusieurs personnes d’un rang distingué, tant à Paris qu’à Vienne en Autriche, où il a eu l’honneur d’enseigner la Langue Italienne, aux Dames de la Cour ». Certes il n’était pas le seul maître d’italien mais nous ne connaissons pas les noms des autres. Il est certain que des manuels d’italien sont imprimés en Autriche, mais je ne connais, et encore que de nom, que les Principes élémentaires de la langue italienne de J. Landi, publiés à Vienne, en 1779 et réédités en 1799.

***

54La plus importante contribution de l’Autriche à la didactique des langues au XVIIIe siècle concerne l’apprentissage de la langue maternelle au niveau élémentaire. Sur l’enseignement de l’allemand langue seconde aux peuples non germaniques dans les écoles autrichiennes, nous savons qu’au niveau élémentaire il était fondé sur la connaissance de la langue maternelle des élèves, et au niveau secondaire sur le principe d’immersion totale.

55Des recherches plus poussées pourraient nous apporter des renseignements intéressants sur les maîtres, les manuels et les méthodes d’enseignement des langues anciennes et vivantes dans ce vaste empire multiethnique.

Notes

1 La Silésie est depuis la fin du XIIIe siècle sous l’influence des rois de Bohême. Charles IV, avec le dernier des treize Majestas Carolina (1348), fait de la Silésie une partie du royaume de Bohême.

2 La noblesse ne pardonne pas au monarque éclairé l’abolition du servage (1781), le clergé de lui avoir ravi le contrôle des écoles, les paysans de les priver du travail de leurs enfants, et les différents groupes ethniques de l’Empire l’instruction en allemand dans les écoles principales et normales.

3 Nous savons que l’apprentissage de l’allemand langue seconde commence en Autriche à l’école élémentaire et qu’au gymnase l’enseignement est dispensé en latin et, de plus en plus, en allemand. Dans les pays sous contrôle hongrois, plus la magyarisation avance plus l’étude du hongrois s’intensifie.

4 Les manuels d’allemand pour les peuples dominés par l’Autriche sont nombreux. Je n’en ai vu que quelques-uns. L’ouvrage de Tomsa que je décris brièvement ici me paraît assez représentatif, la référence au latin dans l’apprentissage des langues vivantes ayant une très longue tradition dans les pays d’expression allemande. En Hongrie aussi. Un exemple : les Institutiones linguæ germanicæ (1718) de Matthias Bel cité plus haut.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search