Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre V. L’Italie, l’Espagne et le Portugal

Texte intégral

Aperçu historique

L’Italie

1Le XVIIIe siècle commence avec la guerre de la Succession d’Espagne (1701-1714) à la fin de laquelle l’Espagne cède l’Italie à l’Autriche (traité d’Utrecht 1713) qui en 1735 cède le royaume de Naples à l’Espagne. Après la guerre de Succession d’Autriche l’Italie reste divisée en plusieurs États : Italie autrichienne au nord, Italie espagnole au sud, États pontificaux au centre, Venise indépendante, Gênes et Modène protectorats français, le Piémont et la Sardaigne liés à la maison de Savoie. Durant la seconde moitié du siècle, les réformes des despotes éclairés (Marie-Thérèse, Joseph II), de Léopold 1er dans les territoires sous contrôle autrichien, de Charles III au royaume de Naples, contribuent au réveil de la culture italienne et à la prise de conscience nationale des Italiens. C’est le début du Risorgimento qui culminera au siècle suivant pendant la lutte pour l’unification du pays.

2Cependant l’écart entre le nord, plus libéral et plus avancé économiquement, et le sud conservateur, semi-féodal, continue à s’élargir jusqu’à la Révolution française. Avec l’occupation de l’Italie par les armées napoléoniennes en 1796-1797 les anciens régimes sont abolis, le territoire réorganisé et administré par des institutions semblables à celles de la France d’après 1789. Mais le congrès de Vienne (1815) rétablira l’ancien régime et l’Italie restera divisée jusqu’à la création du royaume d’Italie en 1861.

L’Espagne

3Le XVIIIe siècle commence avec l’accession au trône de Charles d’Anjou, petit-fils de Louis XIV. Comme roi d’Espagne il prend le nom de Philippe V (1700-1746) et fonde la dynastie des Bourbons d’Espagne, qui règne au pays à ce jour. Son choix, contesté par l’Autriche, provoque la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714). Les droits de Philippe V sont toutefois confirmés par le traité d’Utrecht (1713) mais l’Espagne perd les territoires qu’elle occupe aux Pays-Bas et en Italie au profit de l’Autriche.

4Sous le règne des Bourbons l’usage du français se répand. Après le mariage de Philippe V avec Elisabeth Farnèse, sa seconde épouse, à l’influence de la culture française s’ajoute l’influence italienne. L’Espagne se rapproche de l’Autriche et obtient pour Ferdinand VI (1746-1759) Naples et la Sicile. Ce dernier participe à la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), au côté de la Prusse, contre l’impératrice Marie-Thérèse (1740-1780), qui toutefois parvient à faire respecter ses droits.

5Charles III (1759-1788) règne en despote éclairé. Assisté de son ministre Aranda, ami de Voltaire, il renforce le pouvoir central, expulse les Jésuites en 1767, réforme les finances et encourage l’agriculture et le commerce. Il participe aussi à la guerre de Sept Ans (1756-1763) au côté de l’Autriche et à la guerre de l’Indépendance américaine (1775-1782) contre l’Angleterre.

6Ses réformes perdent en vigueur durant le règne de Charles IV (1788-1808), fort influencé par le duc Godoy, l’amant de la reine. Nommé premier ministre, Godoy échoue dans ses efforts pour rétablir un gouvernement de despotisme éclairé. Il réussit toutefois à rapprocher l’Espagne de la France révolutionnaire, et même à en faire son alliée (1796) contre l’Angleterre, ce qui ne la protégera pas des armées de Napoléon (1808).

Le Portugal

7Le Portugal retrouve son indépendance en 1668. Quand dans la guerre de la Succession d’Espagne il se range au côté de l’Autriche contre la prétention au trône de Charles d’Anjou, les Espagnols envahissent le Portugal qui s’allie alors à l’Angleterre (1703) et chasse les envahisseurs espagnols. Mais son économie passe sous l’influence croissante de Londres. À la fin du règne de Jean (Joao) V le Magnanime (1706-1750) le Portugal traverse une crise générale : le roi est faible, ses ministres incompétents et l’élite du pays non formée pour assumer ses responsabilités. L’industrie et le commerce souffrent de la concurrence anglaise, les mines d’or et de diamants du Brésil montrent des signes de récession, la surface des terres cultivées diminue et l’élevage du bétail devient rare.

8Sous le règne de Joseph Ier (1750-1777), c’est le ministre Pombal, ami des philosophes des Lumières, qui gouverne le pays. Il réalise d’importantes réformes : il renforce le pouvoir du roi face au Saint Siège et le rôle du gouvernement dans l’administration de l’État, protège l’économie, crée des sociétés commerciales et de nouvelles industries, prend des mesures pour réduire l’achat d’articles de luxe et la sortie de l’or du pays, accorde à la bourgeoisie des privilèges et des honneurs et organise la reconstruction de Lisbonne, détruite par un puissant tremblement de terre en 1755. Il procède aussi à l’expulsion des Jésuites du Portugal (1759), geste qu’imitent peu après le roi de France (1764), le roi d’Espagne (1767) et le roi de Naples (1768). Cinq ans plus tard le pape Clément XIV signe la suppression de la Compagnie de Jésus (1773).

9À Joseph 1er succède sa fille Maria (1777-1799). En dépit des pressions de son entourage elle ne se précipite pas pour annuler les réformes réalisées pendant le règne de son père. Mais Pombal est démis de ses fonctions, les nobles qu’il avait persécutés sont réhabilités et leurs propriétés restituées, et l’Église retrouve une partie de son ancien pouvoir (la censure par exemple). L’économie du Portugal prospère pendant la Révolution française et les guerres napoléoniennes. À la même époque la santé mentale de la reine se détériore et en 1792 elle cède le pouvoir à son fils Jean. Il devient prince régent en 1799 et roi (Jean VI) à la mort de sa mère en 1816.

La situation dans le domaine de l’éducation

L’Italie

10Au temps des Lumières le déclin politique, économique et culturel du pays se poursuit jusqu’au Risorgimento, le mouvement (1815-1870) qui aboutit à l’unification du pays. Les questions de l’éducation et de l’enseignement des langues préoccupent nombre de représentants de la culture italienne mais la réflexion théorique n’occupe pas une grande place dans les discussions. L’Italie du XVIIIe siècle donne au monde le juriste Beccaria (1738-1794), l’historien et philosophe Vico (1668-1744), l’auteur comique Goldoni (1707-1793), mais aucun pédagogue quelque peu original. L’éducation des jeunes est dans tous les États italiens l’affaire du clergé, en premier lieu des Jésuites jusqu’à la dissolution de leur Société (1773) par le pape Clément XTV.

11Dans la deuxième moitié du siècle, les régions contrôlées par l’Autriche profitent des réformes scolaires de Marie-Thérèse et de Joseph IL Plus tard, pendant l’occupation de l’Italie par les armées napoléoniennes, des mesures sont prises par les autorités françaises en vue d’assurer la centralisation et l’uniformisation du système d’éducation italien et d’y répandre l’enseignement du français. Les progrès dans le domaine de l’éducation en Italie au XVIIIe siècle restent toutefois minces, en particulier au niveau élémentaire.

  • 1 La deuxième année de la scuoletta correspond à la première classe de grammaire du collège.

12Les Jésuites, en principe, ne s’occupent pas de l’éducation élémentaire. Tout au plus créent-ils pour les futurs collégiens la scuoletta qui pendant un an ou deux ans1 prépare les garçons aux études latines. Les maîtres enseignent les rudiments du latin, la lecture et le vocabulaire de base. Les enfants lisent le petit Donat, le premier livre de la grammaire d’Alvarez ou un autre manuel de grammaire, d’habitude sous forme dialoguée ; ils traduisent certaines fables de Phèdre et apprennent quelques dialogues de Vivès.

13Ce sont les écoles pies qui dans les villes enseignent aux fils de la petite et moyenne bourgeoisie à lire et à écrire l’italien, à calculer, et qui les initient aux matières nécessaires à leur futur métier dans des manuels écrits en italien. La plupart des enfants des paysans toutefois ne fréquentent pas l’école.

14L’éducation secondaire est dominée par les Jésuites. Des 669 collèges qu’ils dirigent dans le monde, 141 se trouvent en Italie : 29 en Sicile, 28 au royaume de Naples, 34 dans la province de Rome, 26 dans la province de Milan et 24 dans la province de Venise (Brizzi 1976 : 22). Tous ces établissements suivent le programme d’études et la méthode d’enseignement prescrits par le Ratio Studiorum (1599). Il n’y a pas de différences substantielles entre les collèges jésuites, qu’ils opèrent en Europe, en Amérique ou en Asie.

  • 2 « [...] tant celle-ci fut soumise à des contrôles vexatoires qui ressemblaient à un embrigadement (...)

15Les Jésuites contrôlent également les universités (Milan, Pise, Bologne, Naples, etc.) jusqu’à l’abolition de la Compagnie (en Italie : 1767). L’enseignement supérieur reste entre les mains du clergé même ensuite, jusqu’à la fin du siècle. Le cas de l’université de Turin est exceptionnel. Le roi de la Savoie Victor-Amédée place en 1729 l’Université sous l’autorité de la couronne et ordonne un programme obligatoire d’études inspiré des meilleures universités européennes. Mais cette réforme « ne fut pas un facteur de renouveau de la vie intellectuelle »2 (Jonard 1979 : 26).

L’Espagne

16La situation sur la péninsule ibérique est bien différente, ne serait-ce que parce que l’Espagne et le Portugal ne sont pas morcelés comme l’Italie. Au contraire, ils représentent deux immenses empires qui, même s’ils ont, au siècle des Lumières beaucoup perdu de leur ancien éclat, restent encore de grandes puissances politiques, économiques et militaires que personne ne peut ignorer.

17En ce qui concerne le domaine de l’éducation, rappelons que l’Espagne au XVIIIe siècle possède 32 universités avec plusieurs collèges chacune. À cela il faut ajouter les dizaines de collèges jésuites et un certain nombre d’écoles latines dirigées par d’autres ordres enseignants. Pourtant le latin des élèves et des professeurs, quand ils s’expriment en cette langue, ce qui arrive de plus en plus rarement, est jugé par les contemporains comme barbare ou pédant.

18Croyant que la situation s’améliorera, si la langue est utilisée plus fréquemment, le roi ordonne, en 1735, le retour à l’emploi obligatoire du latin dans l’enceinte de l’école, sous peine de punitions graves. Mais comme partout ailleurs en Europe, le déclin du latin est irréversible. Les mesures administratives peuvent retarder la fin de son règne, pas l’empêcher.

19Tout en reconnaissant l’importance des langues classiques plusieurs esprits éclairés, surtout dans la deuxième moitié du siècle : Martin Martinez, Mayans y Siscar, le père Sarmiento, Capmany, Jovellanos, etc., demandent la réduction du temps alloué à l’étude des langues classiques au profit de la langue maternelle et de disciplines plus utiles enseignées en espagnol. Les réformateurs se heurtent à une opposition farouche, en particulier de la part des écrivains religieux. Certains affirment que toute atteinte au latin aura pour conséquence la disparition du savoir ; d’autres rappellent que le latin a fait au cours des derniers deux mille ans ses preuves comme langue de la science. Il est donc nécessaire de maintenir et améliorer la qualité de son enseignement et de ne pas chercher à le remplacer par une autre langue artificielle ou naturelle. D’autres encore prétendent que la difficulté du latin « peut contribuer énormément à redonner au latin cette force et cette vigueur qu’on ne donnerait pas à une langue vulgaire étant donné sa facilité » (Carreter 1985 : 167). Ainsi la modernisation des programmes d’études et des méthodes d’enseignement en Espagne est faible avant la fin du siècle.

Le Portugal

20Au Portugal, comme en Italie et en Espagne, l’éducation est également contrôlée par les Jésuites. Ils ont même leur propre université à Evora. Pombal la fermera en 1758 et après l’expulsion des pères du pays, en 1759, il procédera à la réorganisation du système de l’éducation sous le contrôle de l’État. Des collèges et des écoles primaires sont créés à Lisbonne, à Evora, à Coïmbre, à Porto et dans d’autres villes provinciales importantes. Ils sont tenus par des congrégations ou par des particuliers mais dirigés par la Commission royale de la censure (1771).

21Un de premiers soucis de Pombal est la formation de cadres capables d’administrer le royaume et de promouvoir l’économie du pays. Dans ce but une école de commerce est fondée à Lisbonne (1759) où les garçons entrent à quatorze ans et pendant trois ans étudient l’arithmétique, la conversion des monnaies, la correspondance commerciale, etc. En 1761, ouvre ses portes le Collège royal des nobles. Une centaine de garçons de sept à treize ans peuvent étudier outre le latin, le grec et les humanités, l’histoire, le français, l’italien, l’anglais, l’arithmétique, la géométrie, la trigonométrie, l’algèbre, l’optique, l’astronomie, la géographie, la navigation, l’architecture militaire et civile, le dessin, la physique, l’escrime, l’équitation et la danse. En 1779 est crée l’Académie royale de la marine et en 1785 l’Académie royale de fortification, artillerie et dessin.

22En 1772, l’Université de Coïmbre est réorganisée aussi. Aux facultés traditionnelles (arts, théologie, droit, médecine) est ajoutée une faculté de mathématiques et sciences naturelles, des laboratoires sont bâtis, on construit un jardin botanique, un observatoire, etc. Toutefois Pombal s’assure que la lecture des ouvrages de Diderot, de Rousseau, de Voltaire, de Locke et d’autres auteurs qui mettent en doute le droit de pouvoir absolu du roi et de son gouvernement est prohibé. Enfin, en 1780, est fondée à Lisbonne l’Académie royale des sciences. Une de ses premières décisions sera, comme en France, la publication d’un dictionnaire officiel de la langue portugaise et la promotion d’un dialecte national commun. La pénurie de maîtres, après l’expulsion des Jésuites, et le manque d’argent ne permettent de réaliser qu’une petite partie de tous les projets des réformateurs. Même ainsi, le Portugal accomplit dans le domaine de l’éducation au cours de la deuxième moitié du siècle des Lumières des progrès notables.

23Luiz Antonio Verney. Il faut dire que ces réformes avaient été en grande partie suggérées une quinzaine d’années plus tôt par le capucin Luiz Antonio Verney (Vernei) (1713-1792), plus connu au Portugal comme « el Barbadinho ». Son Verdadeiro método de estudar (1746), écrit en portugais et traduit en espagnol en 1760, exerce une grande influence sur les novateurs de toute la péninsule ibérique. Il soumet à une critique sévère le programme d’études et la méthode d’enseignement des Jésuites et de l’Université : la mémorisation excessive, le culte des anciens, le temps passé à organiser des représentations de théâtre, le peu d’attention accordée à l’observation et à l’expérimentation, etc. Il propose d’enseigner la grammaire latine et la rhétorique dans la langue maternelle des élèves, d’adapter l’enseignement à l’âge des enfants, de réserver, au collège, plus de temps aux mathématiques, à la faculté de médecine plus de place à l’anatomie et à l’observation des malades dans les hôpitaux, etc. (Voir 2e partie, Anthologie : 66-67, 81, 124). Comme il fallait s’y attendre le livre de Verney fut vigoureusement attaqué par les Jésuites.

L’enseignement des langues anciennes

L’Italie3

  • 3 Ayant déjà traité de l’enseignement des langues dans les collèges jésuites dans le chapitre IX de (...)
  • 4 Dans la deuxième moitié du siècle se multiplient les Académies militaires. Le latin y occupe moins (...)

24Il est connu que l’objectif principal de l’instruction dans les collèges jésuites est d’entraîner les élèves à s’exprimer en latin avec éloquence (parler comme Cicéron, composer des vers comme Virgile). Dans ce but les garçons apprennent beaucoup par cœur, traduisent beaucoup, font tous les jours des exercices écrits variés, et passent de longues heures à préparer des exercices publics. Dans les collèges jésuites pour les jeunes nobles (Parme, Turin, Bologne, etc.) le programme classique est moins chargé4 Outre les humanités latines et grecques, ils y étudient les « arts chevaleresques » (la géographie, l’équitation, l’histoire, la danse, l’italien langue maternelle, les langues vivantes, etc.), jugés indispensables pour les futurs dirigeants.

25Dans les classes de grammaire ils apprennent la grammaire d’Alvarez et lisent les Épîtres familières de Cicéron et le De tristibus de Virgile. Dans la classe d’humanités, pour acquérir l’érudition et se familiariser avec les différents styles, ils lisent Cicéron, César, Salluste, Live, Curzio Rufo, Virgile, Horace. En classe de rhétorique, le manuel reste toujours Suarez. Les vieux livres de base paraissent revus et annotés dans des éditions plus modernes, les nouveaux utilisent souvent la forme dialoguée afin de rendre l’apprentissage plus agréable et de faciliter la mémorisation. Peine perdue, rien ne peut arrêter le déclin du latin.

26La situation du grec est encore plus précaire, celui-ci étant devenu matière facultative. Ceux qui l’étudient apprennent la grammaire dans les Rudimenta linguœ grecœ ex primo libro Institutionum (1653) de J. Gretser et lisent des extraits d’auteurs païens : Ésope, Isocrate, Lucien, Homère, Théophraste, Sophocle, Pindare, Euripide, et de Pères de l’Église : Chrysostome et Basile.

L’Espagne

27Don Gregorio Mayans Y Siscar. Les Jésuites enseignent toujours le latin en latin d’après la grammaire du père Emmanuel Alvarez. Dans les collèges non jésuites, on se sert de l’Arte de Nebrija, un vieil ordre royal interdisant l’usage de tout autre manuel de grammaire latine. Des voix s’élèvent, plus ou moins discrètement, en faveur d’une approche plus adaptée aux possibilités de l’enfant ou plus philosophique, mais sans résultat.

  • 5 C’est ce que suggérait déjà au XVIe siècle Juan Luis Vivès, dont Mayans est un fin connaisseur et (...)

28Un des critiques les plus sévères de la situation qui règne dans les écoles espagnoles est l’érudit Don Gregorio Mayans y Siscar (1699-1781). Il recommande que les enfants, entre sept et huit ans, apprennent d’abord parfaitement et de manière systématique la grammaire de leur langue maternelle5 et seulement ensuite, entre huit et neuf ans, la grammaire du latin et du grec, deux langues qu’il considère indispensables pour la formation des jeunes. Ce temps lui paraît amplement suffisant. Ceux qui trouvent un an trop court pour acquérir des connaissances si simples [ !] devraient abandonner les études et se consacrer plutôt à « tresser des cordes » ou au travail dans les champs (Carreter 1985 : 35).

  • 6 Morel Fatio (1915 : 188) résume ainsi la doctrine de Mayans : « Deux choses lui semblent essentiel (...)

29Quand en 1768, un an après l’expulsion des Jésuites, il publie sa Gramática de la lengua latina, ses idées sur le sujet ne sont plus tout à fait les mêmes. En effet, il pense que la langue latine ne peut pas être étudiée parfaitement en quelques mois et qu’en conséquence les grammaires courtes ne servent qu’à « tromper » le public (ibid. : 158)6. Le livre de Mayans est conçu comme une grammaire scolaire, est rédigé en castillan et est fondé sur l’Arte de Nebrija. Il s’agit d’un ouvrage en deux volumes, bourré de détails que l’auteur juge nécessaires mais qui, en réalité, sont plus utiles aux professeurs qu’aux enfants. En dépit de ses défauts, la grammaire de Mayans est généralement bien reçue par les universités.

30Le premier volume enseigne les rudiments de la langue latine en vers. Le second livre, plus volumineux, explique avec force détails les particularités du latin en s’appuyant sur la connaissance qu’ont les élèves de la grammaire espagnole.

31Juan de Iriarte. En 1771, un autre humaniste célèbre, Juan de Iriarte, après quarante ans de labeur, publie pour les besoins des collégiens sa Gramática latina escrita con nuevo método y nuevas observaciones en verso castellano, con su explicacion en prosa. Elle est également en vers espagnols pour faciliter la compréhension et la mémorisation, elle est plus concise que celle de Mayans, et s’inspire aussi de l’Arte de Nebrija. En voici un exemple :

  • 7 Selon Carreter (1985 : 160) la Grammaire d’Iriarte parut à Madrid en 1771. Sanchez Pérez (1992 : 1 (...)

REGLA 1. De su definicion.
La gramática se toma
por el arte que igualmente
ensena a hablar rectamente,
y escribir alg-n idioma :
y así, seg-n nos lo indica
su mismo nombre, se llama
de la Griega diccion Gramma
que la Letra significa7.

  • 8 Il serait pourtant utile de savoir ce qu’en pensent les enseignants : la grammaire philosophique a (...)

32Alors que dans la France voisine et en d’autres pays européens, les grammairiens subissent, depuis la publication de la Grammaire générale et raisonnée de Port Royal en 1660, l’influence de la Minerva (1587) de Sanctius (Sanchez de las Brozas), « l’influence de Brocense en Espagne fut nulle dans l’enseignement du latin au cours du XVIIIe siècle », écrit avec regret Carreter. Dans l’enseignement des langues vivantes et, dans une certaine mesure, du grec aussi, où la tradition était moins pesante et les intérêts à protéger moins menacés, les pédagogues avaient une plus grande liberté de choix et d’action. Ainsi, alors qu’il faut attendre jusqu’à la moitié du XIXe siècle pour trouver les idées de Sanchez de las Brozas présentées dans les manuels de latin, le père Bernardo Agustin de Zamora publie à la fin du siècle une Gramática griega filosofica segun el sistema del Brocense qui ne passe pas inaperçue puisqu’en 1796 paraît une deuxième édition (Carreter 1985 : 161)8.

Le Portugal

33Au XVIIIe siècle dans les collèges portugais, pour la plupart dirigés par les Jésuites, l’enseignement des langues anciennes stagne. Après 1759 le gouvernement procède à la réorganisation du système d’éducation secondaire et prend des mesures pour la modernisation du programme d’études et la formation de nouveaux maîtres à l’université de Coïmbre. Pour la première fois l’instruction au Portugal est sécularisée (Carrato 1980 : 22).

34Les manuels jésuites sont retirés des écoles et leur emploi est strictement défendu. L’Arte de gramática d’Alvarez est remplacé par la Artinha latina de l’oratorien Antonio Pereira de Figueiredo ou l’Arte de Gramática Latina Reformada d’Antonio Félix Mendes, professeur de Lisbonne. Les débutants apprennent les rudiments, les règles de syntaxe les plus simples et lisent les Épîtres de Cicéron les plus faciles ; les élèves de la classe intermédiaire acquièrent une vue générale de la grammaire, continuent la lecture des Épîtres de Cicéron qu’ils complètent de quelques extraits d’Ovide ; ceux de la classe supérieure étudient les finesses du latin et lisent des textes plus difficiles de Cicéron. L’enseignement du grec, fort négligé précédemment est renforcé. En classe de rhétorique, au lieu de Suarez, on étudie les Institutions de Quintilien, adaptées par Rollin, ainsi qu’Aristote, Cicéron et Longin.

35Une autre innovation est l’introduction d’un examen d’entrée obligatoire pour les collégiens qui décident de poursuivre leurs études à l’université de Coïmbre.

L’enseignement des langues vivantes

L’Italie

36L’italien langue maternelle est enseigné de manière méthodique dans les écoles pies. Au collège les élèves apprennent la langue maternelle de manière indirecte, à travers le latin.

37La langue étrangère la plus étudiée en Italie depuis la deuxième moitié du XVIIe siècle est le français. On l’apprend en privé avec un maître de langue ou dans le collèges des nobles avec un professeur, le plus souvent d’origine française. Il semble que le nombre d’élèves qui suivaient ces cours était élevé, non seulement parce que c’était de bon ton mais aussi parce que le français était la langue d’enseignement de la danse et d’autres « arts chevaleresques ».

38Au XVIIIe siècle l’intérêt des couches de la société les mieux éduquées pour la langue et la culture françaises se répand de Milan à Palerme et prend la forme d’une gallomanie. Les Italiens qui désirent apprendre le français ou s’y perfectionner disposent d’une grande quantité et variété d’instruments didactiques (Minerva 1996 : 18) : grammaires, dictionnaires, méthodes complètes, gazettes, revues, nouveautés littéraires, etc.

  • 9 Selon Minerva (1996 : 101), entre 1789 et 1795 paraissent 18 manuels de français, mais on compte 1 (...)

39Certains manuels de français sont des rééditions du siècle dernier (les livres de Feri, Veneroni, Lépine, etc.). Les nouveaux titres se multiplient rapidement au cours du siècle pour atteindre un sommet sous l’occupation française9. Les auteurs sont pour la plupart des Français qui vivent et enseignent leur langue en Italie (Aimé Chattard, J. B. Duboccage (Du Boccage), Elie Bogillot, Louis Goudar, Charles de Baudisson, Denis de Villecomte d’Orléans, etc.). On y trouve aussi plusieurs Italiens par exemple Michele Berti, A. Antonini, Antonio Scopa, Nicolo Starace, etc.

40Les grammaires de la langue française pour Italiens publiées en Italie sont nombreuses. Citons le Nuovo metodo teorico e pratico per imparare con facilità, ed in breve la Lingua francese col mezzo de’confronti italiani, 1741, de P. N. Gauzen et J. B. Duboccage, excellents connaisseurs des deux langues, un ouvrage où abondent les règles grammaticales, les exemples et les exercices pour la pratique orale. Le texte a été plus tard revu par Duboccage et publié sous le titre Le maître français ou le Restaut travesti (1750).

41Des manuels de prononciation rappelons les Osservazzioni sulla pronunzia ed ortografia francese [...] (1743) de Filippo Domenico Marchiony, le Nuovo metodo per imparare da se a leggere ed a pronunziare in pochissimo tempo il vago idioma francese (1755) de Denis de Villecomte, les Brevi rudimenti di pronunziazione francese [...] (1775), sans nom d’auteur, mais selon M. L. Cappello « assez complet » (1994 : 145), les Elementi della pronunzia francese (1781), d’Elie Bogillot.

42Le nombre de dictionnaires augmente aussi. Hormis les nombreuses rééditions du Dictionnaire Italien et François et François et Italien de Veneroni (1677), signalons le Dictionnaire Italien, Latin et François (1735) d’A. Antonini, le Nouveau Dictionnaire François-Italien (1771) de l’abbé italien originaire de Nice Francesco D’Alberti di Villanova ou de Villeneuve.

  • 10 Certains manuels enseignent deux langues (le français et l’italien), plus rarement une troisième a (...)

43Le type de manuel le plus souvent demandé reste la méthode de langue complète10 (grammaire, vocabulaire, lettres, proverbes, dialogues, contes, etc., tout dans le même volume). Parmi celles qui connaissent plusieurs éditions citons le Nuovo Metodo per insegnare il francese agli Italiani (1720) de Carlo Munier, maître de français à Naples, un ouvrage qui enseigne la prononciation, les parties du discours, à converser, à se servir de beaux mots et à écrire des lettres dans les deux langues.

44Un autre manuel complet est le Nuovo metodo per imparare con ogni facilita a bien leggere, scrivere e parlare francese (1758) de Chattard, maître de français, comme son père avant lui, au collège Tolomei de Sienne. Pédagogue expérimenté il fait de l’usage (vocabulaire, phrases et compliments, dialogues familiers) le fondement de sa méthode (« Usus te plura docebit ») sans pour autant négliger les principes. Citons encore la Nouvelle méthode abrégée et facile pour apprendre parfaitement, en peu de temps et de soi-même la langue Française (1784, 2e éd. 1795), également orientée vers la pratique. Son auteur, Caiëtan Nassoin, s’inscrit dans une tendance qui se développe à cette époque, en particulier en Allemagne, qui considère l’apprentissage par cœur de dialogues construits par l’auteur du manuel bien plus profitable à l’apprenant que la lecture et la traduction de textes littéraires.

  • 11 Selon Mormile la première édition date de 1737, selon Lillo et Minerva de 1744.

45Les plus populaires de tous les manuels de français pour Italiens sont L’arte d’insegnare la lingua francese per mezzo dell’italiano [...] (1677) de Michele Berti, qui continue à être publié jusqu’en 1752, et surtout la Nuova Grammatica italiana e francese (1744)11 de Lodovico Goudar, le manuel de français le plus utilisé en Italie pendant plus de 150 ans, constamment revu, corrigé et augmenté par les éditeurs successifs.

  • 12 L’exemplaire de L’arte d’insegnare [...] que j’ai consulté à la Bibliothèque nationale de France e (...)

46Michele Berti écrit l’Arte [...]12 pour des adultes « qui souhaitent d’apprendre en peu de tems l’une & l’autre de ces deux Langues [...] ». L’ouvrage se compose de trois parties : la première est théorique et est consacrée à la prononciation (ce qui se prononce autrement en français et autrement en italien) et aux « préceptes les plus necessaires » concernant les parties du discours (p. 1-144, 184-204). L’auteur explique cela brièvement, sans trop s’arrêter aux exceptions, présumant que les maîtres donneront des explications « à mesure qu’ils voient que les Ecoliers sont capables de les comprendre » (Préface).

47Les deux autres parties de YArte sont de caractère pratique : une nomenclature thématique (p. 145-181) : nourriture, vêtements, meubles, parties du corps, etc., et des dialogues (p. 205-275), empruntés à la grammaire française pour les Anglais de Claude Mauger intitulée The True Advancement of the Trench Tongue ([1653] 1656) et traduits par Berti en italien. Il les inclut dans son manuel « pour accoutumer les commenças a lire, & pour leur apprendre en même tems quelque chose, qui leur puisse servir à parler [...] ». À la fin, il ajoute un recueil de contes (p. 276-364) qu’il a « premierement écrits en François, & puis [...] traduits en Italien [...] » pour la pratique de la lecture, de la traduction et de l’expression orale en français.

48Le nombre de pages consacrées aux préceptes montre que Berti considère une certaine connaissance préalable des règles de grammaire et l’approche bilingue comme deux conditions fondamentales pour l’acquisition d’une langue étrangère. Cette méthode mixte semble répondre aux besoins des apprenants puisque l’Arte est réédité plus de 35 fois en 75 ans. Il est aussi le « texte de base sur lequel viendront se greffer les insertions ultérieures ou duquel seront retranchées des parties entières pour être regreffées ensuite dans un autre manuel sous un titre différent » (Minerva 1996 : 54).

49Celui qui dominera la scène pendant plus de cent ans, comme un siècle plus tôt Giovanni Veneroni (Jean Vigneron), est l’auteur de la Nuova Grammaiica italiana e francese (1744), Louis (Lodovico) Goudar. Sur sa personne comme sur celle de Berti, nous ne savons pratiquement rien, sauf qu’il était originaire de Montpellier. Sonmanuel qui continue à être publié jusqu’en 1935 (Lillo 1991 : 121-65) vise un public éduqué et plutôt masculin, car sa méthode est fondée sur une connaissance préalable des préceptes (les dames généralement apprennent les langues sans préceptes).

50L’édition que j’ai consultée a été publiée à Naples en 1766, d’après l’édition de Nice (1764), « la migliore et la piú compiúta », et consacre les 220 premières pages aux parties du discours. L’auteur s’appuie sur la grammaire de Restaut, explique les règles en italien et les illustre d’exemples dans les deux langues. La plus grande partie du reste du livre enseigne le vocabulaire familier (p. 221-298) et des dialogues familiers (p. 299-347). Ces dialogues ressemblent plutôt à un manuel de pragmatique : comment s’informer de la santé de quelqu’un ; pour rendre visite à un ami, etc. Voici un exemple (p. 299) :

Pour faire offre de service à quelqu’un

— C. La prego Signor Valerio, a far capitale di me in ogni accorenza.

— C. Je vous prie Monsieur Valere, de compter sur moi en toutes les occasions.

— D. Le rendo mille grazie.

— D. Je vous rends mille graces.

— C. Se vaglio a servirla in qualche cosa, commandi pure.

— C. Si je suis bon à vous rendre quelque service, vous n’avés qu’à commander.

— D. Obbligato tanto alla bontà sua.

— D. Je vous remercie de votre bonté.

— C. Disponga sempre di me con ogni maggior libertà.

— C. Disposés toujours de moi avec une entière liberté.

— D. Io resto confuso di tante finezze.

— D. Je suis confus de tant de politesse.

— C. Si a persuado, che i suoi commandi da nissun altro saranno mai nè con maggior desiderio aspettati, né con più prontezza eseguití.

— C. Soïés persuadé que personne au monde n’attendra vos ordres avec plus d’empressement & ne les exécutera avec plus de promptitude que moi.

— D. V.S. mi confonde con tanta cortesìa.

— D. Tant d’honnêtetés me confondent.

— C. Non ho altra ambizione che di servirla.

— C. Toute mon ambition est d’avoir l’honneur de vous servir.

— D. Troppo è obligante.

— D. Vous êtes trop obligeant.

— C. Ha bisogno di qualche cosa ? Veda pure in che le possa giovare.

— C. Avés-vous bésoin de quelque chose ? Voyez en quoi je puis vous être utile ?

— D. La sue offerte sono così graziose, che occorendo non mancherò di prevalermene.

— D. Vos offres sont si gracieuses que je ne manquerai point de m’en prévaloir dans l’occasion [...].

51Dans les pages 389-418 Goudar présente les différentes significations de certains verbes et noms polysémiques. Par exemple le verbe avorter (p. 392).

Il peccato d’una donna, che proccura di abortire, grida vendetta al cospetto del Signore. Quell’accidente fece andar a voto l’impressa.

Le péché d’une dame qui tâche de se faire avorter crie vengeance devant le Seigneur. Cet accident fit avorter l’entreprise.

52Le livre finit avec un court traité sur la prononciation du français (p. 418-435), des modèles de lettres familières (p. 436-477) et quelques remarques sur les mots français qui se prononcent avec un « h » aspiré (p. 478-481). La structure et le contenu de la Nuova Grammatica [...] montrent que l’objectif principal de Goudar est d’enseigner à ses élèves italiens à parler un français correct, soigné et vivant. Il utilise à cet effet la méthode mixte : il explique d’abord les principes grammaticaux dans la langue maternelle des apprenants et ensuite il passe au vocabulaire, expressions et phrases utilisés par les Français polis et instruits dans les différentes situations de la vie quotidienne. Les modèles de langue qu’il propose à ses élèves ne sont pas tirés des textes littéraires mais composés par l’auteur lui-même afin qu’ils apprennent à s’exprimer comme les natifs. Pour qu’ils comprennent rapidement et exactement la leçon il se sert systématiquement de l’approche bilingue.

53De nombreux Italiens, en particulier les membres de grandes familles aristocratiques dans les régions sous domination autrichienne au nord-est du pays, apprennent, pour des raisons évidentes, l’allemand. Nous possédons cependant très peu d’informations sur les manuels d’allemand publiés en Italie au XVIIIe siècle, sur les maîtres qui l’ont enseigné et leurs méthodes. Je citerai ici deux ouvrages pour l’étude de l’allemand qui ont connu une grande circulation : le Dictionnaire impérial représentant les quatre langues principales de l’Europe, sçavoir l’italien, le français, l’allemand et le latin (1700) de Veneroni et, surtout, la Grammatica della Lingua Todesca (1688) de Maffia Chirchmaier, professeur d’allemand, de latin, d’italien, de français, d’espagnol et d’anglais ( !) à Florence.

54L’intérêt des Italiens pour l’anglais, à l’exception des hommes d’affaires des villes portuaires, en particulier de Livourne où vit une importante colonie de commerçants anglais, reste longtemps assez faible. Graduellement, cependant, la haute société et les hommes de lettres en viennent à considérer une certaine connaissance de la langue utile, afin de se tenir informés sur l’actualité politique, économique et culturelle de la plus grande puissance mondiale, de lire les gazettes anglaises et les ouvrages scientifiques et littéraires, dont parlent les Français avec tant d’admiration, ou de s’entretenir avec les touristes qui chaque année visitent par milliers les sites antiques et les musées.

55Ferdinando Altieri. Ceux qui veulent apprendre l’anglais seuls ou avec un maître peuvent choisir entre les cinq grammaires et les deux dictionnaires d’anglais qui voient le jour en Italie au cours du XVIIIe siècle et qui sont tous réédités plusieurs fois. En 1701 paraît à Livourne la Nuova, e Perfetta Grammatica Inglese che contiene con metodo tutta le Teoria, e Pratica di questa Lingua. Son auteur, Arrigo Pleunus, se présente sur la page de titre comme professeur de latin, de français et d’anglais. Ferdinando Altieri était professeur d’italien à Londres. En 1726 il y publia un Dizionario italiano ed inglese. A Dictionary Italian and English [...] et deux ans plus tard A new Grammar Italian-English and English-Italian, qui restera très populaire pendant presque cent ans. En 1736 Altieri fait imprimer à Venise la grammaire italienne séparément sous le titre de Grammatica inglese, che contiene un esatto e facil metodo per apprendere questa lingua.

56Le Piémontais Giuseppe Baretti (1719-1789) vivait aussi en Angleterre. Il quitta l’Italie à l’âge de 32 ans et alla s’établir à Londres, où il enseigna l’italien. Il apprit l’anglais parfaitement et devint un personnage important dans les milieux littéraires londoniens. Il est l’auteur de A Dictionary of the English and Italian Languages (1760), et de A Grammar of the Italian Language [...] to which is added an English Grammar for the Use of the Italians (1760). En 1778 il fait, comme Altieri, imprimer en Italie séparément la grammaire anglaise de cet ouvrage sous le titre de Grammatica della lingua inglese [...] Rivista, e corretta ed arricchita di Dialoghi, e di Lettere Mercantili, qui sera également longtemps populaire.

57Sur Guglielmo Dalmazzoni, l’auteur de la Nuova Grammatica della Lingua Inglese per uso degl’Italiani, publiée à Rome en 1788, nous ne savons rien. L’auteur de la cinquième grammaire, Nuova e Facile Grammatica della Lingua Inglese per gl’Italiani [...] était anglais, Edward Barker. Tout ce qu’on sait sur sa vie est qu’il est né à Londres, qu’il était moine carmélite établi en Toscane et qu’il publia son manuel à Sienne en 1766, pour les besoins de ses élèves.

58Ces ouvrages comprennent une partie théorique et une autre pratique. La première explique les principes de manière traditionnelle, en accord avec les manuels anglais de grammaire de l’époque. La seconde comprend le vocabulaire, les structures de base, des dialogues familiers, des modèles de correspondance commerciale et des informations sur la vie et la culture des Anglais.

  • 13 Mauvillon, dans son Cours complet de la langue françoise (1754), écrit longuement sur les limites (...)

59Tous ces auteurs réservent beaucoup de place à la prononciation de la langue écrite et tentent « de décrire la phonétique de l’anglais sous une forme adaptée à leurs lecteurs, c’est-à-dire d’après le système phonétique de l’italien » (Frank 1983 : 25-61). Ils éprouvent cependant de grandes difficultés, car les sons des lettres de l’alphabet anglais (surtout le a, le e, le th) ne peuvent pas être représentés adéquatement par les lettres de l’alphabet italien et la transcription phonétique est souvent boiteuse13.

L’Espagne

  • 14 « Efectivamente, en España no se perfila un pensamiento especifico sobre el tema de la ensenanza d (...)

60En Espagne au XVIIIe siècle, les personnes qui s’intéressent à la pédagogie des langues vivantes sont rares14. Comme le nombre de ceux qui souhaitent les apprendre est restreint, les éditeurs impriment peu de manuels de langues étrangères. On constate la même indifférence pour l’enseignement méthodique de la langue vernaculaire. Des neuf grammaires espagnoles qui paraissent au cours du siècle (Sanchez Pérez 1992 : 152), dont la Gramatica de la lengua castellana, publiée en 1771 par l’Académie royale d’Espagne, aucune n’est conçue pour servir aux jeunes Espagnols à apprendre plus facilement les règles de leur langue maternelle ou aux étrangers à acquérir l’espagnol.

61Les débuts de l’étude méthodique des langues vivantes sont liés aux efforts des Sociétés économiques des Amis du Pays qui voient le jour dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Le but de ces sociétés est de contribuer à l’amélioration de la formation professionnelle du peuple. À cet effet elles fondent des écoles d’un type nouveau, qui ne sont pas sans rappeler les « Realschulen » allemandes.

62On y enseigne des disciplines d’utilité immédiate, nécessaires pour l’exercice d’une profession ou d’un métier, les langues classiques et les langues vivantes. La méthode d’enseignement du français en milieu scolaire, comme de l’anglais d’ailleurs, ne diffère pas beaucoup de celle des langues classiques. Dans ces écoles les élèves apprennent le français et l’anglais principalement pour lire des textes écrits en ces langues, pas pour les parler, les maîtres capables d’enseigner l’oral étant rares et les occasions de converser avec des locuteurs natifs peu nombreuses. Une des plus célèbres écoles de ce type est le Real Instituto Asturiano, fondé en 1794 par Jovellanos. Outre la navigation, la minéralogie, les sciences exactes et les sciences naturelles, on y enseigne « las lenguas de las naciones cultas », notamment le français et l’anglais.

63L’enseignement des langues vivantes dans les écoles secondaires du pays reste l’exception. D’une part il se heurte à l’opposition des professeurs des langues classiques et des éléments conservateurs de la société, d’autre part à l’absence de professeurs compétents et au manque de manuels satisfaisants. Ainsi, le projet de Juan Antonio Gonzalez Canaveras, directeur de l’Academia y Seminario de la ville de Cadiz, de fonder un collège ou séminaire pour l’éducation des jeunes nobles où l’anglais serait enseigné comme le latin (règles, vocabulaire, lecture, traduction, disputes, etc.), mais de manière intensive (deux heures le matin, deux heures l’après-midi), sera rejeté.

64Quelques années plus tard José Gonzalez Torres de Navarra propose de créer à Madrid un séminaire où l’enseignement des langues occuperait dans le programme d’études une place centrale. Son projet ne sera pas accepté, comme sera ignorée la demande en 1793 du professeur des langues orientales et interprète des langues modernes Juan Josef Heydeck, de fonder une chaire de langues modernes (anglais, allemand) et de géographie à l’Estudios Reales de San Isidro.

65Quant à la pénurie de manuels d’anglais, elle persiste encore à la fin du siècle, comme l’atteste le Modo de ensenar las lenguas y ciencias que convien a un noble bien educado (1794) de Canaveras. L’auteur y recommande pour l’anglais l’utilisation de la grammaire et du dictionnaire anglais-français de Boyer, ouvrages composés un siècle plus tôt pour les besoins des Anglais et des Français, et pour la lecture, non pas des textes anglais, mais des récits historiques de Cornelius Nepos et l’Iliade d’Homère dans la traduction anglaise de Pope (Martin-Gamero 1961 : 151-155) !

L’enseignement du français

66Au début du XVIIIe siècle les Espagnols qui parlent français représentent une infime minorité. « L’Espagnol n’étudie pas le français, à des rares exceptions près. Seuls les reflets, lointains, des Lumières dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, mèneront à un certain changement » (Niederehe 1988b : 34). Il est certain cependant que l’accession au trône de Philippe V (1700-1746), qui inaugure le règne des Bourbons, contribue à un plus large usage du français à la cour, dans la haute société et dans les milieux des arts et des lettres.

  • 15 On se souviendra qu’au XVIe siècle, les Anglais et les Français s’opposent avec non moins de véhém (...)

67Avec la diffusion du français dans la bonne société se multiplient les gallicismes dans la conversation en castillan. Cela est ressenti par les patriotes comme une menace sérieuse pour l’avenir de l’espagnol et certains réagissent de manière virulente contre la « présence asphyxiante du français » (Carreter 1985 : 178)15.

  • 16 Le Real Seminario est fondé en 1725 et confié aux Jésuites pour former les futurs dirigeants du pa (...)

68Généralement, le français est appris en privé avec un précepteur, une gouvernante ou un maître de langue, le plus souvent d’origine française. Il est rarement étudié dans les collèges : le père Josef Nunez de Prado (1666-1743) l’introduit au Real Seminario de Nobles de Madrid16, Chantreau l’enseigne pendant une dizaine d’années à l’École militaire d’Avila, Jovellanos l’inclut dans le programme d’études de son Instituto Asturiano (1794), on l’apprend à l’Academia de Guardias Marinas de La Ysla (Séville ?), etc.

69Avec la demande croissante les manuels de français publiés en Espagne se multiplient. Selon Bascunana (1994 : 7), « on assiste dans la première moitié du XVIIIe [siècle] à une prolifération d’ouvrages destinés à l’enseignement de la langue française aux Espagnols ». Néanmoins, leur nombre ne peut aucunement être comparé à celui des manuels qui voient le jour en Allemagne ou en Angleterre à la même époque, même si on ajoute les textes importés de France (Vayrac 1714, Séjournant, 1775, Gattel 1790), ou des Pays-Bas (Sobrino 1705) et dont certains sont réédités en Espagne.

70Les manuels les plus utilisés, et aussi les plus importants ou les plus intéressants, sont ceux édités en Espagne même, notamment la Gramatica de la Lengua Francesa (1728) de Josef Nunez de Prado (1666-1743), la Llave nueva y universal para aprender con brevedad y perfeccion la lengua Francesa sin maestro (1748) d’Antoine Galmace et 1’Arte de Hablar bien frances, o gramatica completa (1781) de Pierre Nicolas Chantreau.

71Joseph Nuñezde Prado est un Jésuite espagnol qui maîtrise parfaitement le français pour avoir séjourné pendant sept ans à la cour de Paris. Nommé professeur de français au Real Seminario de Nobles, il rédige pour ses élèves la Gramatica de la Lengua francesa qu’il publie en 1728. Cette grammaire traditionnelle connaît plusieurs éditions jusqu’à la fin du siècle et sert de référence à plusieurs de ses successeurs.

  • 17 Selon Bascunana (1994b : 5) la Llave nueva [...] est un ouvrage « charnière » moins pour son conte (...)

72Parmi ceux-ci le plus important est le Français Antoine Galmace, ancien professeur de philosophie et de théologie à l’université de Paris et maître de français à Madrid pendant une vingtaine d’années. La Llave nueva y universal para aprender con brevedad y perfeccion la lengua francesa sin auxilio de maestro qu’il publie en 1748 à Madrid, s’adresse principalement aux autodidactes17. L’auteur assure ses lecteurs qu’avec son manuel si pratique ils apprendront la langue « en peu de temps ». La Llave [...] se compose de deux parties : a. la prononciation et l’orthographe et b. la morphologie. Galmace explique d’abord brièvement les règles et ensuite il les illustre avec de nombreux exemples qu’il présente sur trois colonnes : texte espagnol ; traduction française ; transcription phonétique. Voici par exemple comment il enseigne l’application de la règle de la contraction de l’article défini masculin avec la préposition « à » (p. 73) :

Práctica, y uso de los Articulos definidos.
De el articulo definido Singular Masculino.

Antes de consomme.

El camino del Cielo esta negado al pecador.

Le chemin du Ciel est refusé au pecheur.

Le chemèn du Ciel è refuzé ô pecheur.

El Palacio del Rey està abierto para el Ministro.

Le Palais du Roi est ouvert au Ministre.

Le Palè du Roè é tuver ô Ministr.

El Pueblo gusta del govierno del Reyno.

Le Gouvernement du Royaume plait au Peuple

Le guverneman du Rœiom plè tô Peupl.

[...]

73Tout l’ouvrage est conçu de la même manière, même la « conversacion graciosa, y erudita » placée à la fin du manuel, entre deux cavaliers, l’un Français l’autre Espagnol, qui se rencontrent dans une auberge et passent la nuit dans la même chambre.

  • 18 Sur Chantreau voir : Tost Planet (1994), Lépinette (1995a) et Reboullet (1990b).

74Nicolas Chantreau (1741-1808), voyageur, historien, espion français et professeur de français est l’auteur de nombreux ouvrages dont le plus célèbre est sa grammaire de français pour Espagnols, Arte de hablar bien fiances, un ouvrage qui de 1781 à 1905 connut « au moins quatre-vingts versions ou éditions plus ou moins différentes » (Tost Planet 1994 : 38)18. Le livre se compose de trois parties : prononciation et orthographe, analogie et sens des mots, construction et syntaxe. En outre il comprend une nomenclature, un ensemble phraséologique important, un traité de la propriété des mots et quelques observations sur l’art de traduire, le tout tiré de « Wailli, Du Marsais, Port-Royal, Fromant, Condillac » et autres auteurs. Selon Reboullet (1990 : 6), Chantreau, avec ce livre,

  • 19 Sans vouloir sous-estimer les mérites de Chantreau dans la diffusion du français en Espagne ce jug (...)

a créé le prototype de ce qui sera le manuel de langue étrangère au XIXe siècle, un manuel complet qui ajoute à la phonétique, l’orthographe et la grammaire du XVIIIe un vocabulaire méthodique, une collection de phrases usuelles, des anecdotes et citations, le tout assorti d’exercices d’application et de récapitulations. En somme, une méthodologie aujourd’hui dépassée mais qui en 1781, avait un siècle d’avance19.

75Nous savons très peu de choses sur la manière dont chacun de ces trois auteurs employait son manuel. Le Jésuite Nunez favorise l’approche grammaticale, celle utilisée dans les collèges de la Société de Jésus pour enseigner le latin : explication des règles du français par le maître et comparaison avec celles de l’espagnol, apprentissage des règles par cœur par les élèves et leur application dans des exercices de traduction. Galmace explique les règles, les idiotismes et les mots les plus fréquents de la langue française et montre comment les utiliser dans la pratique. Mais « le divorce est manifeste entre les “bonnes intentions” exposées dans la préface de la Llave et leur mise en pratique » (Bascunana 1994b : 5). Chantreau, qui enseigne le français dans un établissement scolaire (l’École militaire d’Avila), préfère assurer, au début de l’apprentissage, une solide préparation théorique. Il exige des élèves qu’ils comprennent et apprennent par cœur les règles, les listes thématiques de vocabulaire et les phrases familières et ensuite qu’ils appliquent tout dans des exercices écrits et oraux. Du maître il demande qu’il explique tout de manière claire et de comparer constamment le français à l’espagnol.

76À la fin du siècle Caspar Melchior Jovellanos (1744-1811) publie deux brefs traités de grammaire française et anglaise, mais selon Martin-Gamero (1961 : 150) ils n’apportent rien ni sur le plan linguistique, ni sur le plan méthodologique et ils ne méritent d’être signalés que parce qu’ils sont l’œuvre d’un grand réformateur pédagogique. L’auteur favorise l’enseignement par l’usage mais il n’explique pas comment l’expérience de l’instruction individuelle pourrait être adaptée à l’enseignement collectif en milieu scolaire.

77Capmany intéresse l’histoire de la didactique des langues comme auteur d’El Arte de traducir [...] (1776), un important manuel qui enseigne à traduire en espagnol des textes écrits en français, et d’un Nuevo diccionario francés-español (1805). Le premier ouvrage de Capmany se compose de deux parties : une présentation 1. des différences morphologiques et syntaxiques entre le français et l’espagnol (p. 1-72), 2. de mots français suivis de phrases idiomatiques classées par ordre alphabétique et de leur équivalent espagnol. Exemple :

Negliger Descuydar
Un style negligé Un estilo desaliñado
A la negligée Al descuido, sin afectacion
Elle etoit dans son negligé Estaba de trapillo ò sin aderezarse.
(Cité dans Lépinette 1995b : 47.)

78Cette partie de l’Arte est la plus longue (p. 73-190) et la plus importante. Dans la préface l’auteur explique les principes théoriques de son ouvrage, empruntés « certainement [...] à des sources françaises » (Lépinette 1995b : 31). Il suggère aussi une méthode pour apprendre le français en autodidacte qui n’est point plus originale. En effet, aux adultes qui souhaitent acquérir principalement l’habileté de lire et de comprendre Capmany recommande de choisir des ouvrages simples au contenu familier et de les lire en se servant d’un bon dictionnaire. Vouloir apprendre en même temps à parler et à écrire ne fera que retarder leur progrès.

79Au contraire des manuels, les grands dictionnaires bilingues paraissent hors de l’Espagne. Le plus populaire de tous, le Diccionario nuevo de las lenguas espanola y Francesa (1705) de Francisco Sobrino, maître d’espagnol à la cour de Bruxelles, est publié à Bruxelles. Le Nouveau dictionnaire espagnol, français et latin (1749) de Nicolas de Séjournant, « ecuyer, interprete du Roy, pour la langue espagnole », est publié à Paris. En Espagne sont édités plutôt des dictionnaires spécialisés, tels le Promptuario trilingue, [...] catalan, castellano, y francés [...] (1771) de Joseph Broch pour les besoins des hommes politiques, et le Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes y sus correspondientes en las tres lenguas, francesa, latina e italiana (1786-1788) du P. Andrès Marcos Burriel (voir Niederehe 1988).

L’enseignement de l’anglais

80Au XVIIIe siècle la plupart des manuels qui pourraient servir aux Espagnols à apprendre l’anglais sont publiés en Angleterre par des émigrés espagnols (Felix Antonio de Alvarado, Sebastian Puchol, Pedro de Pineda, Giral Delpino, Felipe Fernandez), des Anglais (John Stevens ou Stephens dit Juan Steffan, Henry Newman) ou des Italiens (Giuseppe Baretti).

81Les Espagnols ne découvrent la culture anglaise que dans la deuxième moitié du siècle, sous le règne de Charles III (1759-1788), quand l’Espagne s’ouvre à l’Europe. Les traductions de l’anglais se multiplient alors, l’enseignement de la langue anglaise se répand et les premiers manuels pour l’apprentissage de l’anglais font leur apparition.

  • 20 « [...] su unico interés estriba en haber sido la primera obra de su género que se publica en Espa (...)

82La première grammaire anglaise publiée en Espagne est la Gramática, Inglesa, y Castellana, o Arte Metodico y Nuevo para aprender con facilidad el idioma inglés (1784), de l’Anglais John Stevens, qui réside à Valencia et travaille comme interprète de la Chambre de commerce et du Consulat de Sa Majesté britannique. Selon Martin-Gamero (1961), à qui j’emprunte la plupart de mes renseignements sur l’enseignement de l’anglais en Espagne, il s’agit d’une adaptation de la grammaire anglaise-française de Boyer (probablement la grammaire comprise dans The Compleat French Master for Ladies and Gentlemen, 1694). Le livre de Stevens est écrit en mauvais espagnol et son unique intérêt, outre le fait d’être le premier ouvrage de ce genre publié en Espagne20, est probablement le dialogue qui illustre la méthode que Stevens suivait avec ses élèves :

Entiende vm. el ingles ?

Comprenez-vous l’anglais ?

Lo hablo un poco..

Je le parle un peu

Cuanto ha que vm lo aprende ?

Depuis quand l’étudiez-vous ?

Cerca de seis meses.

Depuis près de six mois.

Quien es su maestro ?

Qui est votre professeur ?

Es ingles de nacion... Nos da cada semana dos lecciones o tres en Diálogos para aprender de memoria.

Il est Anglais d’origine... Il nous donne deux ou trois leçons par semaine sous forme de dialogues que nous devons apprendre par cœur.

Es esto todo ? No ha hecho vm. otra cosa desde que empezó a aprender ?

C’est tout ? Vous n’avez rien fait d’autre depuis que vous avez commencé à apprendre ?

He aprendido a leer.

J’ai appris à lire.

Pero quizá su maestro mismo no sabe leer.

Mais peut-être que votre professeur ne sait pas lire.

Es suizo.

Il est Suisse.

Esto haria rebentar de risa a un ingles, si llegase a saber que la lengua inglesa fuese ensenada en alguna parte del mundo por un suizo. Solamente se aprende un lenguaje mediante las muchas esplicaciones y traducciones que uno hace de ambas maneras...

Ceci ferait éclater de rire un Anglais, s’il venait à apprendre que quelque part dans le monde, l’anglais est enseigné par un Suisse. On apprend une langue seulement par les nombreuses explications et traductions que l’on fait des deux façons...

Mi maestro ha empezado a hacerme aprender el uso, y práctica de los articulos, las declinaciones de los nombres, las conjugaciones de los verbos, y las principales reglas de la construcción enseñandome a leer al mismo tiempo...

Mon professeur a commencé à me faire apprendre l’usage et la pratique des articles, les déclinaisons des noms, la conjugaison des verbes et les principales règles de la construction, m’enseignant à lire en même temps...

Aora me hace construir el Telemaco y los Viajes de Ciro ; me da una composición sobre los principios, y las reglas del idioma ingles.

Maintenant il me fait construire Télemaque et les Voyages de Cyre ; il me donne une composition sur les principes et les règles de la langue anglaise.

Entiende vm. lo que lee ?

Comprenez-vous ce que vous lisez ?

Perfectamente, excepta cuando encuentro algunos idiotismos.

Parfaitement, sauf lorsque je trouve quelques idiotismes.

(Trad. fr. Simon Busbib.)

83Un mois plus tard paraît à Madrid la Gramática que contiene reglas faciles para pronunciary aprender metodicamente la lengua inglesa [...] (1784) du dominicain irlandais Thomas Connelly (1727 ?-1800), confesseur de la famille royale. L’auteur fait l’éloge de la langue anglaise, souligne l’intérêt qu’elle présente en particulier pour les commerçants et prévoit qu’elle deviendra bientôt la langue universelle. L’ouvrage se divise en quatre parties : la prononciation, la morpho logie, la syntaxe sur des exemples tirés des textes de Milton, Pope, Swift, Hume, etc., et des dialogues complétés de sentences, de lettres d’affaires, etc.

84En 1798 Connelly publie avec l’aide du carmélite Thomas Higgins, également confesseur de la famille royale, A New Dictionary of the Spanish and English Languages [...], le premier publié en Espagne.

85Torres de Navarra est l’auteur d’une Gramática inglesa (1799) en 66 pages, manuel sans intérêt particulier, en dehors de l’introduction (Martin-Gamero 1961 : 158). L’auteur y propose la création à Madrid d’un séminaire avec internat pour 25 garçons mais qui pourrait graduellement en accueillir jusqu’à 500. Les élèves seraient sélectionnés de tous les coins du pays et répartis en différents départements. Dans chaque département les cours seraient dispensés dans une langue différente. Pendant deux ans les disciples n’entendraient et ne parleraient que cette langue. Ensuite ils passeraient à un autre département pour apprendre de la même façon une nouvelle langue.

86Les garçons inscrits dans le département anglais réciteraient leurs prières en anglais au lever et au coucher. Le matin, ils suivraient la messe en anglais et ils liraient et écriraient tous les jours des textes anglais. Le problème des enseignants serait résolu relativement facilement en recrutant des répétiteurs espagnols, de préférence originaires de la Biscaye, où le nombre de personnes qui ont voyagé ou qui ont été élevées en Angleterre est grand.

87Le programme d’études suggéré par Torres de Navarra prévoit quatre niveaux d’instruction : au premier, les élèves apprendraient principalement à prononcer ; au deuxième, à lire et à écrire les syllabes ; au troisième, à lire et à écrire les noms des choses concrètes (des meubles, des vêtements, des repas, etc.) en anglais et en espagnol ; et au quatrième, à lire avec compréhension. Dans la salle de classe seraient affichés des panneaux avec les noms des choses et les formes des verbes en anglais et en espagnol, afin que les garçons voient que l’on dit et l’on écrit les mêmes choses de manière différente.

88Torres de Navarra était convaincu qu’avec sa méthode les élèves apprendraient sans grande peine à lire la langue étrangère et à la parler convenablement au cours de leurs voyages. D’autres avant lui l’avaient pensé aussi. En effet, l’approche du réformateur espagnol est une variante de la méthode d’apprentissage des langues par imprégnation. Cette méthode est connue depuis la Renaissance et réapparaît périodiquement sous un autre nom, comme une nouvelle invention.

Le Portugal

89L’intérêt des Portugais pour les langues modernes commence à la fin du XVIIe siècle et s’intensifie au XVIIIe quand l’espagnol cesse de jouer le rôle de seconde langue de l’élite intellectuelle du pays (voir Salema 1996 : 85-93). Les langues vivantes sont longtemps étudiées en privé, avec un précepteur, un maître de langue ou dans un cours public. Leur enseignement formel commence après 1761, date de l’inauguration du Colégio Real de Nobres de Lisboa.

90Dans ce collège sont instruits une quarantaine de garçons de huit à treize ans. Ils sont censés apprendre, outre le latin, le français, l’italien et l’anglais, mais les professeurs de langues modernes manquent. Les langues étrangères, en particulier le français, sont vers la fin du siècle enseignées également dans les académies militaires, les autres collèges de nobles du Portugal et dans les écoles religieuses pour les garçons (École épiscopale à Beja) ou dans les établissements pour les jeunes filles dirigés par les Ursulines et les Sœurs de la Visitation. Mes renseignements actuels sur les maîtres portugais des langues modernes au siècle étudié, sur leurs méthodes d’enseignement et les manuels qu’ils utilisaient sont si insignifiants qu’il m’est impossible de faire d’autres commentaires.

***

91L’Italie, l’Espagne et le Portugal sont des bastions jésuites. Dans l’enseignement des langues classiques, de nouveaux horizons s’ouvrent dans tous ces pays après la dissolution des collèges jésuites. Les guerres, la révolution française et l’occupation française ne permettent pas la pleine réalisation des réformes entamées en Italie par les piaristes et les Autrichiens, en Espagne par des penseurs comme Gregorio Mayans y Siscar et au Portugal par le Barbadinho.

92L’enseignement des langues vivantes se résume essentiellement à l’enseignement du français (francomanie). Les maîtres et les auteurs des manuels sont pour la plupart d’origine française. La méthode d’enseignement préférée est la méthode mixte qu’on adapte aux besoins des apprenants (étudiants des académies nobles ou des écoles professionnelles, dames, particuliers). Aucun de ces trois pays ne donne au XVIIIe siècle de pédagogue des langues qui marque la discipline.

Notes

1 La deuxième année de la scuoletta correspond à la première classe de grammaire du collège.

2 « [...] tant celle-ci fut soumise à des contrôles vexatoires qui ressemblaient à un embrigadement des intelligences. Dans le domaine culturel comme dans les autres, c’était la raison d’État qui avait le pas sur tout. Il fallait se soumettre ou se démettre » (Jonard 1979 : 26).

3 Ayant déjà traité de l’enseignement des langues dans les collèges jésuites dans le chapitre IX de mon Précis I (1994 : 313-338) et consacré à la même question un autre chapitre du présent volume (p. 223-233), je me limite ici à quelques brefs commentaires.

4 Dans la deuxième moitié du siècle se multiplient les Académies militaires. Le latin y occupe moins de place qu’au collège classique. Le temps épargné est consacré à l’enseignement de disciplines plus utiles ou techniques.

5 C’est ce que suggérait déjà au XVIe siècle Juan Luis Vivès, dont Mayans est un fin connaisseur et dont il a édité les œuvres complètes.

6 Morel Fatio (1915 : 188) résume ainsi la doctrine de Mayans : « Deux choses lui semblent essentielles : l’enseignement du latin en langue vulgaire, à l’aide de livres écrits en espagnol et de professeurs parlant espagnol ; puis l’emploi exclusif des œuvres classiques les mieux faites pour apprendre aux élèves à parler et à écrire correctement et avec élégance, telles que les comédies de Térence ou les lettres de Cicéron, à la place de la littérature médiévale ou ecclésiastique. »

7 Selon Carreter (1985 : 160) la Grammaire d’Iriarte parut à Madrid en 1771. Sanchez Pérez (1992 : 154 et 432), de qui nous empruntons l’exemple ci-dessus, affirme que l’ouvrage d’Iriarte parut en 1795.

8 Il serait pourtant utile de savoir ce qu’en pensent les enseignants : la grammaire philosophique a-t-elle une place dans le collège ? Des enfants de huit à treize ans peuvent-ils la comprendre ? et si oui, sous quelles conditions et à quel prix ?

9 Selon Minerva (1996 : 101), entre 1789 et 1795 paraissent 18 manuels de français, mais on compte 117 titres pour la période qui va de 1796 à 1814.

10 Certains manuels enseignent deux langues (le français et l’italien), plus rarement une troisième aussi (anglais, allemand, espagnol, etc.). Vers la fin du siècle les manuels comprennent de plus en plus des exercices pratiques, principalement de traduction.

11 Selon Mormile la première édition date de 1737, selon Lillo et Minerva de 1744.

12 L’exemplaire de L’arte d’insegnare [...] que j’ai consulté à la Bibliothèque nationale de France est un petit volume bilingue de 396 pages, publié à Bologne, sans date d’édition.

13 Mauvillon, dans son Cours complet de la langue françoise (1754), écrit longuement sur les limites de la transcription phonétique. Voir chapitre III.

14 « Efectivamente, en España no se perfila un pensamiento especifico sobre el tema de la ensenanza de idiomas, ni en general ni referido a la enseñanza del español en particular » (Sanchez Peréz 1992 : 144).

15 On se souviendra qu’au XVIe siècle, les Anglais et les Français s’opposent avec non moins de véhémence à l’invasion de l’italien et à l’italomanie des couches supérieures (Caravolas 1994a : 98-99, 210) et que de nos jours les autorités dans nombre de pays non anglophones prennent des mesures pour la protection de la langue nationale devant la prolifération de mots anglais.

16 Le Real Seminario est fondé en 1725 et confié aux Jésuites pour former les futurs dirigeants du pays.

17 Selon Bascunana (1994b : 5) la Llave nueva [...] est un ouvrage « charnière » moins pour son contenu que pour « sa conception pédagogique et méthodologique ».

18 Sur Chantreau voir : Tost Planet (1994), Lépinette (1995a) et Reboullet (1990b).

19 Sans vouloir sous-estimer les mérites de Chantreau dans la diffusion du français en Espagne ce jugement me semble fort exagéré, car à mon avis il ne tient pas compte de l’évolution des manuels des langues vivantes au XVIIIe siècle en Allemagne, en Angleterre et ailleurs.

20 « [...] su unico interés estriba en haber sido la primera obra de su género que se publica en España » (Martin-Gamero 1961 : 166).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search