Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Première partie. Précis historique

Chapitre IV. La Belgique et les Pays-Bas

Texte intégral

Aperçu historique

1Avec la signature du traité d’Utrecht (1713) qui met fin à la guerre de la Succession d’Espagne, les Pays-Bas espagnols (la Belgique d’aujourd’hui) passent à l’Autriche. Le pays profite des réformes économiques et sociales de Marie-Thérèse et de son fils Joseph II : naissance de l’industrie (verrerie, mines, textile, etc.), développement de la production agricole, abolition du servage, amélioration de l’éducation populaire, etc. Ces changements provoquent le mécontentement de toutes les classes sociales, chacune pour des raisons différentes. Il culmine en 1789 avec le soulèvement du Brabant et le départ des Autrichiens. Les états généraux déclarent alors l’indépendance des États belgiques unis (1790). Mais, en 1795, la France annexe la Belgique et en 1797 la déclare française.

2Les Pays-Bas au XVIIIe siècle souffrent de la concurrence de l’Angleterre, mais néanmoins réussissent à maintenir la plupart de leurs colonies et à détenir une importante place dans le domaine du transport maritime international et des finances. Les luttes entre orangistes et républicains, qui caractérisent la période qui suit la mort du stathouder Guillaume III (1702), affaiblissent la stabilité du pays. Elles continuent durant la seconde moitié du siècle, sous Guillaume V (1751-1795). Chassé par le « parti des patriotes » en 1785 il est rétabli, deux ans plus tard, par Frédéric Guillaume de Prusse. Mais pas pour longtemps. Les armées révolutionnaires françaises occupent les Pays-Bas (1795) et créent la République batave, alliée à la France.

La situation dans le domaine de l’éducation

3Au XVIIIe siècle la situation dans le domaine de l’éducation en Belgique continue à se détériorer. Il n’y a qu’un établissement d’éducation supérieure : la célèbre université de Louvain, avec ses nombreux collèges. Elle maintient vivante la tradition humaniste du temps d’Érasme, cultive l’étude des langues anciennes, mais néglige les sciences. Sous le règne de Joseph II, à la suite de l’opposition que suscitent ses réformes, l’université est transférée à Bruxelles.

4L’enseignement au niveau secondaire est assuré par une soixantaine de collèges, tous dirigés par des religieux (jésuites, augustins, oratoriens, récollets). On y enseigne, dit-on, un mauvais latin, presque point de grec, très peu de mathématiques, d’histoire et de géographie. La qualité de l’enseignement baisse encore plus après la suppression de l’ordre des Jésuites en 1773.

5Le renouveau commence en 1777, avec les réformes de Marie-Thérèse et de Joseph II, et la création d’un système d’écoles secondaires publiques. Elles sont toutes soumises au même programme et aux mêmes règlements. Le plan d’études comprend les langues anciennes (latin, grec), la langue maternelle (français, flamand), l’histoire, la géographie et les mathématiques. Chaque classe a son programme et ses propres manuels, étroitement liés les uns aux autres en un ensemble cohérent. Les maîtres doivent suivre la même méthode et respecter le même règlement disciplinaire.

6Ces innovations se heurtent toutefois à une forte hostilité de la part du clergé, des enseignants et des parents. Avec la Révolution française et l’annexion de la Belgique à la France l’éducation secondaire est à la fin du siècle adaptée au système français des écoles centrales.

7Les réformes de Marie-Thérèse au niveau de l’enseignement primaire connaissent moins de succès. On ne réussit pas à créer un système d’écoles élémentaires publiques. Sauf quelques écoles privées, la plupart restent entre les mains des religieux et la qualité de l’enseignement est généralement mauvaise.

8Parmi les pédagogues de cette époque qui ont joué un rôle important dans le développement de l’éducation des deux communautés linguistiques en Belgique se distingue Jean Des Roches (1740-1787). Sous-maître à Anvers, il apprit le latin et les langues germaniques, publia une grammaire flamande, une grammaire française à l’usage des Flamands, un dictionnaire français-flamand et finit par devenir secrétaire de la Commission royale pour l’éducation.

9Au début du siècle les universités de la Hollande se portent généralement bien. L’instruction secondaire aussi. Il est vrai que les écoles latines sont peu nombreuses mais les enfants de bonnes familles sont instruits par des précepteurs à la maison, ou par des maîtres de pension dans des écoles privées.

10Sur l’état de l’éducation aux Pays-Bas à la fin du siècle nous possédons, entre autres, le témoignage de Diderot qui y séjourna quelque temps en 1773, à son retour de Russie. Il est frappé par la connaissance des langues étrangères « des jeunes personnes de l’un et l’autre sexe » et encore plus par le niveau élevé d’éducation de la population :

On entretient en Hollande cinq universités. Il y a des écoles jusque dans les moindres villages. L’éducation des enfants y est soignée, ils savent tous lire, écrire et chiffrer. Ils ne vont jamais sans un crayon et des tablettes. Les papiers publics sont sans cesse entre leurs mains. Ils sont instruits des intérêts de la république, de son histoire, de leurs privilèges, de leurs libertés, et parlent très librement de la régence (1971, t. 11 : 403-403).

11Cela n’empêche pas les Hollandais, semble-t-il, d’être superstitieux, ennemis de la philosophie et de la liberté de pensée en matière de religion (quoique avec une certaine tolérance : « Cependant on ne persécute jamais. »). Diderot explique leur étroitesse d’esprit par leur orientation précoce vers le profit. « Dès le commencement le génie s’est tourné vers le commerce, et l’on s’est plus occupé à amasser de l’argent qu’à cultiver les lettres dont les progrès sont presque incompatibles avec l’esprit mercantile » (ibid.). On croirait entendre un intellectuel européen qui arrive pour la première fois aux États-Unis.

12L’enseignement populaire toutefois laisse beaucoup à désirer. Pour remédier à cette situation, le ministre mennonite Jean Nieuwenhuysen fonde en 1784 la Société du bien public. Elle se consacre à la popularisation des connaissances, la publication de livres utiles pour les masses populaires, et la création d’écoles modèles, neutres sur le plan de la religion et gratuites pour les enfants pauvres. Ce programme ne se réalise pleinement qu’au temps de la République batave (1795-1806).

L’enseignement des langues anciennes

13Jusqu’en 1773 l’éducation secondaire est entre les mains de l’Église catholique. La manière d’enseigner et d’apprendre les langues anciennes dans les collèges belges est pour cette raison la même que dans les collèges dirigés par les Jésuites, les Oratoriens et autres ordres enseignants en France et ailleurs en Europe. Les fondements d’un réseau d’écoles secondaires publiques sont posés par les réformes de Marie-Thérèse et de son fils Joseph II après l’expulsion des Jésuites. Le latin reste toujours la matière principale du programme mais on accorde une plus grande attention au grec, à l’histoire, à la géographie et aux mathématiques.

14L’innovation la plus remarquable est l’introduction en sixième année de l’enseignement méthodique de la langue maternelle afin qu’elle serve de fondement à l’apprentissage du latin. Après six mois d’étude les enfants sont censés connaître suffisamment les rudiments de leur langue et peuvent entamer l’étude des langues anciennes.

15Ils étudient les principes du latin en s’appuyant sur leurs connaissances de la grammaire française et parallèlement ils apprennent le vocabulaire latin de base, afin de pouvoir suivre dans la classe suivante l’explication des auteurs classiques. À cet effet le maître dicte chaque jour six mots latins avec leur équivalent français et les élèves les apprennent par coeur. Les mots choisis sont tirés des Fables de Phèdre et de Cornelius Nepos, deux auteurs dont ils auront à lire les textes en cinquième année.

16Aux Pays-Bas, en revanche, les programmes et les méthodes d’enseignement des écoles latines connaissent jusqu’à la création de la République batave moins de bouleversements qu’en Belgique. Les élèves apprennent le latin et le grec dans le respect de la tradition.

L’enseignement des langues vivantes

La Belgique

17L’enseignement méthodique de la langue maternelle (français, flamand ou allemand) dans les écoles secondaires belges est introduit pour la première fois en 1777 par le Plan provisionnel d’études. L’étude de la langue maternelle au collège est jugée nécessaire moins pour elle-même que comme le moyen le plus efficace pour l’acquisition du latin et du grec :

Comme rien n’est plus propre à assurer les progrès des enfants dans l’étude des langues savantes que la connaissance de leur langue maternelle, dont les principes peuvent servir d’introduction aux humanités, il a paru nécessaire de commencer les études par l’explication de ces principes [...] (Maréchal 1972 : 39).

  • 1 Pour le flamand on se sert du Nederduytsche Spraekonst de Des Roches, et pour l’allemand de l’Abrég (...)

18Dans ce but le maître explique les règles du français en se servant de l’Abrégé de Restaut1 et le complète par la lecture du Catéchisme historique de Fleury. On espère que de cette manière les enfants se familiariseront avec les principes de la grammaire générale et de la grammaire française et qu’en même temps ils prendront « une teinture de l’histoire sacrée, qu’ils doivent savoir avant toute autre ».

19Le professeur présente la règle et ensuite, lisant à haute voix un passage du livre de Fleury, explique comment elle s’applique en pratique. Les écoliers répètent le chapitre à la maison et le lendemain répondent aux questions du professeur. Pour qu’ils apprennent l’orthographe et la ponctuation le maître leur dicte un passage du livre de Fleury et ensuite le corrige (voir Maréchal, 1972 : 39-40).

20Au XVIIIe siècle, le français est en vogue dans les régions flamandes de la Belgique, en particulier chez les femmes. Les jeunes filles de la bourgeoisie l’apprennent chez les Ursulines dont les écoles sont à cette époque très populaires. Les garçons, surtout ceux destinés à faire carrière dans l’administration, apprennent le français, langue du gouvernement central, dès leur plus jeune âge avec un précepteur ou à l’école française.

21En 1778, à la recommandation de Jean Des Roches, secrétaire perpétuel de l’Académie impériale et royale des sciences et belles-lettres et greffier de la Commission royale des études, on introduit l’enseignement du français dans les classes inférieures des collèges. On se sert à cet effet du Nieuwe Fransche spraek-konst de Des Roches (1763), le manuel de français le plus utilisé en Belgique jusqu’en 1820.

22Selon les instructions ministérielles les élèves apprennent en 6e année à conjuguer les verbes réguliers, en 5e la conjugaison des verbes irréguliers, en 4e les rudiments de la syntaxe française et en 3e les flandricismes. Pour apprendre l’usage de la langue ils lisent des fables de La Fontaine et pour apprendre à écrire correctement ils font des dictées (Maréchal, 1972 : 40).

23Sous le régime espagnol, la langue étrangère la plus nécessaire à grand nombre de Belges est l’espagnol. À son apprentissage a grandement contribué Francisco Sobrino. La seule chose que nous sachions de sa vie est qu’il était au service du roi d’Espagne et maître d’espagnol à la cour de Bruxelles. Pour ses élèves, des hommes et des femmes de la haute noblesse de différentes origines éthniques, il publia à Bruxelles une Nouvelle grammaire Espagnolle mise en bon ordre et expliquée en François (1697), un Diccionario nuevo de las lenguas espanola y francesa (1705) et des Dialogues nouveaux Espagnols, expliquez en françois ; contenant beaucoup de proverbes, & des explications de plusieurs façons de parler, propres à la langue Espagnole ; la construction de l’Univers, les principaux termes des arts & des sciences & une nomenclature à la fin (1708).

24Sobrino n’est pas un auteur original. Il copie ses prédécesseurs, César Oudin en particulier, sans vergogne, et souvent littéralement (voir Sanchez Pérez 1992 : 156-158). Néanmoins sa grammaire et ses dialogues ont connu plusieurs éditions et son dictionnaire devint « le dictionnaire franco-espagnol le plus vendu au XVIIIe siècle » (Niederehe, 1987 : 21).

25Sous le régime autrichien les Wallons, catholiques, n’apprennent pas le flamand, langue des hérétiques protestants. Toutefois, les fonctionnaires wallons qui sont envoyés en Flandre doivent maîtriser la deuxième langue nationale. Ils l’apprennent en privé ou par l’usage. Sur l’enseignement des autres langues vivantes en Belgique nous sommes mal informés. Nous savons qu’en 1780, un Irlandais, le père Fleming, enseigne pendant quelques mois l’anglais au Collège-Pensionnat royal de Bruges, dans l’espoir d’y attirer des élèves d’Angleterre. Un collège similaire est fondé peu après à Gand. Des cours de français, d’anglais et d’allemand sont offerts aussi dans d’autres grandes villes, notamment à Anvers. Mais nous ignorons la méthode d’enseignement utilisée par ces maîtres de langues et les manuels employés.

26Sous le régime français les langues vivantes ne figurent pas au programme des écoles centrales. Cependant les élèves qui le souhaitent les étudient après les classes régulières.

Les Pays-Bas

27Le néerlandais est enseigné dans les petites écoles élémentaires. Il faut que tous les enfants apprennent à lire les textes religieux. Il est aussi étudié dans les écoles françaises, qui en règle générale dispensent un enseignement moderne. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, la grammaire de néerlandais la plus respectée au pays était le Nederduitsche Spraekkunst (1706) d’Arnold Moonen (Noordegraaf, 1994 : 175). Les Hollandais connaissent la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, plusieurs fois traduite en néerlandais, mais préfèrent utiliser dans leurs écoles les grammaires normatives.

28Une des traductions de la Grammaire générale est l’œuvre d’une savante d’Amsterdam, Johanna Corleva (1698-1752). Elle publia sa traduction à ses frais, en 1740, sous le titre Algemeene en geredeneerde spraakkonst. L’année suivante elle publia un gros dictionnaire bilingue, De Schat der Nederduitsche Wortelwoorden [..]/ Le Trésor des Mots Originaux, de la Langue Flamande [...]. Cet ouvrage était destiné aux Néerlandais qui souhaitaient apprendre le français et aux Français qui souhaitaient apprendre le néerlandais. L’auteur croyait qu’il était possible d’acquérir le néerlandais rapidement en apprenant un nombre limité de mots radicaux, sans avoir recours à d’autres langues étrangères, et que celui qui connaît les règles de la grammaire générale peut apprendre de manière plus efficace les règles de la grammaire de n’importe quelle langue (Noordegraaf, 1994 : 181-182).

29Corleva rédigea aussi une grammaire néerlandaise et une grammaire française, mais elles sont restées inédites. Ses livres publiés ayant peu attiré l’attention, sa contribution à l’avancement de la linguistique et de la pédagogie des langues aux Pay-Bas fut modeste. Néanmoins elle mérite une place dans ce volume du Précis de l’histoire de la didactique des langues, au moins comme une des premières femmes à s’affirmer dans les domaines de la lexicographie, de la grammatologie et de la pédagogie des langues, disciplines traditionnellement dominées par les hommes.

30Au XVIIIe siècle, la langue vivante la plus étudiée aux Pays-Bas est aussi le français. Les enfants des nobles et de la riche bourgeoisie apprennent la langue à la maison avec une gouvernante française, ou avec un précepteur d’origine française ou encore, moins fréquemment, wallonne, suisse, hollandaise et même allemande. La plupart des enfants de la bourgeoisie apprennent le français à l’école française. Elles sont nombreuses, différenciées et ont une longue tradition. Dans toutes les grandes villes et dans beaucoup de villages on trouve une école française pour filles, pour garçons ou mixte, avec ou sans pensionnat. Beaucoup de garçons y restent le temps d’acquérir la langue et ensuite vont continuer leur éducation à l’école latine. Certains y restent plusieurs années pour recevoir une éducation générale en français et en hollandais.

31Les maîtres de français de ces écoles sont recrutés par correspondance ou par des annonces dans les journaux. Tous ne sont pas français. Ceux qui le sont, surtout les « demoiselles », connaissent d’habitude peu ou mal la grammaire et l’orthographe. La formation théorique des maîtres hollandais, par contre, est plus solide, mais la qualité de leur expression orale laisse souvent à désirer. Sur la méthode d’enseignement des maîtres de ces écoles nous sommes peu informés. Nous en savons aussi très peu sur les manuels qu’ils utilisaient.

32Le français est enseigné dans toutes les universités du pays hors programme. Plusieurs professeurs enseignent d’autres langues aussi. L’université de Franeker a même une chaire de français, ce qui est une innovation en Europe. Le premier à l’occuper était le pasteur de l’Église wallonne de Franeker, le Suisse Jacques Garcin. Il favorisait la méthode directe, comme nous l’apprenons de son discours inaugural, cité par Riemens (1919 : 188) :

Je ne m’occuperai pas de vous enseigner les règles de la grammaire, parce que pour les apprendre la meilleure occasion vous est donnée autre part dans cette université [le maître de français Pieter Romar]. Que vous apprendrai-je donc ? L’usage et l’exercice que demandent toutes les langues vivantes et mortes. La facilité de parler ne s’acquiert que par un commerce fréquent ; toutes les langues s’apprennent par l’exercice. J’attache le plus grand prix à vous faire juger de l’élégance et de la force des œuvres des meilleurs auteurs français, puisque c’est vers eux que sont attirés ceux d’entre vous qu’intéressent nos études. Vous désirez une plus haute culture. La langue française y contribuera, cette langue qui est en outre du plus haut intérêt pour les sciences et les arts auxquels vous vous êtes voués.

33Aux Pays-Bas les personnes intéressées par la littérature française ont un accès facile aux livres et périodiques français. D’ailleurs grand nombre de ceux-ci sont imprimés à Amsterdam, à Rotterdam, à La Haye ou à Leyde. On lit les chefs d’œuvre de la littérature française (Racine, Corneille, Molière, La Fontaine, Fénelon, Voltaire, mais aussi Rollin, Montesquieu, etc.). De même le marché offre des manuels de français pour tous les besoins, tous les niveaux et tous les goûts. Les maîtres de langue et leurs élèves, ainsi que les autodidactes, ont l’embarras du choix. Ceux qui cherchent des grammaires peuvent choisir entre le Traité de la grammaire françoise (1707) de Regnier Desmarais, Les principes généraux de la grammaire Françoise mis dans un ordre succinct (1708) de Pierre du Fourg, ouvrage bien populaire qui connaît une dizaine d’éditions, la Nouvelle méthode raisonnée pour apprendre facilement la langue françoise dans l’analogie qu’elle a avec les langues grecque et latine, contenant les règles des déclinaisons (1738) de François Barin, la Grammaire françoise extraite des meilleurs grammairiens françois, ou Dialogue entre un grammairien et son élève (1763) de J.-B.-René Robinet, la Grammaire générale raisonnée française et hollandaise (1768) de Ernst Zeydelaar, etc.

34Ceux qui préfèrent des manuels qui enseignent toutes les habiletés linguistiques (méthodes complètes) peuvent se procurer la Grammaire d’un tour nouveau, composée en faveur de ceux qui préfèrent la pratique à la théorie, ornée de 60 figures en taille douce (1717) de Pierre Derbaud, Les vrais Principes de la langue Françoise, ou la parole reduite en méthode, conformément aux lois de l’usage en 16 discours (1737) de Gabriel Girard, la Nouvelle méthode familière Niewe gemeenzaame leerwijze de Charles Cazelles (6e éd. 1796), etc.

35Mais, selon Frijhoff (1989 : 4), « la façon même dont l’élite sociale utilisa à son profit la diffusion de la langue française conduisit au XVIIIe siècle au discrédit conjugué de cette élite et de sa langue de culture ».

36Les Hollandais jouissent depuis le Moyen Âge de la réputation de parler plusieurs langues. Plus haut nous avons cité Diderot qui ne cache pas sa surprise de voir tant de « jeunes personnes de l’un et l’autre sexe » parler des langues étrangères (1971, t. 11 : 400). Outre le français les Hollandais montrent un intérêt particulier pour l’anglais. Selon Howatt, les Pays-Bas sont le premier pays en dehors de l’Angleterre où l’on commence à enseigner l’anglais langue étrangère (1984 : 61). Cette tradition continue au XVIIIe siècle en dépit des rivalités et des guerres entre les deux pays.

37Les Hollandais apprennent l’anglais en privé, avec un maître de langue, à l’université ou seuls, en se servant principalement des rééditions des manuels et des dictionnaires publiés au XVIIe siècle, du très populaire A Compendious Guide to the English Language (1705) de William Sewel et de nouveaux ouvrages qui souvent enseignent deux langues étrangères à la fois, telles la Nouvelle méthode pour apprendre facilement les langues française et anglaise (1718) de Rogissard, la Medulla linguce Gallicae grammatices, or an abridgement of the first elements of the French tongue (1726) d’Étienne Coulet, professeur de ces deux langues à l’université de Leyde, la Grammaire nouvelle Française, Anglaise, et Hollandaise (1735) de Guillaume Pell, etc.

38L’intérêt pour les autres langues vivantes européennes : l’italien, l’allemand, l’espagnol, le portugais, est moindre. Quant à l’hébreu, l’arabe et les langues « exotiques » les néerlandais n’ont jamais cessé de s’y intéresser.

***

39Ce chapitre est très court, les informations à ma disposition en ce moment ne me permettant pas de faire une description plus détaillée de l’enseignement et de l’apprentissage des langues dans ces deux pays. L’Histoire de l’enseignement et de la méthodologie des langues vivantes en Belgique des origines au début du 20e siècle (1972) de Maréchal couvre surtout le XIXe siècle et l’Esquisse historique de l’enseignement du français en Hollande du XVIe au XIXe siècle (1919) de Riemens se limite à l’étude du français. Selon Noordegraaf et Vonk (1993 : ix), personne n’a encore écrit une histoire générale de l’enseignement des langues étrangères aux Pays-Bas. Il existe quantité d’articles et de monographies rédigés par les membres de la Werkverband Geschiedenis van de Taalkunde (Société néerlandaise pour l’histoire de la linguistique) et par d’autres chercheurs du pays, mais mon ignorance du flamand m’empêche de les lire. Ceux écrits en français ou en anglais sont peu nombreux et très concis. Quant aux travaux de Swiggers et de son équipe à l’université de Louvain sur l’histoire de l’enseignement des langues en Belgique, ils me sont restés pour la plupart inaccessibles.

40Dans ces circonstances il est très difficile de porter un jugement sérieux sur la contribution de la Belgique et des Pays-Bas à la didactique des langues au siècle des Lumières. De mes recherches j’emporte l’impression que la Belgique et les Pays-Bas ne jouent plus au XVIIIe siècle le rôle pionnier dans l’enseignement des langues qu’ils ont joué jusqu’à la fin de la Renaissance. En effet on ne trouve aucun pédagogue des langues ou auteur de manuel original. Mais il se peut que les spécialistes belges et néerlandais nous préparent des surprises agréables.

Notes

1 Pour le flamand on se sert du Nederduytsche Spraekonst de Des Roches, et pour l’allemand de l’Abrégé de la Grammaire de Gottschied.

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter