Version classiqueVersion mobile

Marie-Victorin à Cuba

 | 
Marie-Victorin
, 
frère Léon

Préface

Pierre Bourque

Texte intégral

1Ma première visite à La Havane en 1972 fut faite pour visiter la bibliothèque José Martí, à la recherche de la trace et des écrits du frère Marie-Victorin et de son collègue et ami cubain, le frère Léon ; devant les résultats négatifs de cette démarche, je me présentai au Jardin botanique de La Havane où, enfin, un « ancien » de la boîte me parla avec beaucoup d’affection du frère Léon, connu à Cuba sous le nom de Hermano León.

2Quelle étrange et belle histoire que l’amitié et la correspondance entre ces deux frères des Écoles chrétiennes, savants et écrivains dans leur pays respectif et témoins extraordinaires de leur société.

3Cette amitié entre deux botanistes nous est enfin révélée grâce au talent et à la passion d’André Bouchard, conservateur du Jardin botanique de Montréal durant de nombreuses années et féru d’histoire.

4Trente-sept années de correspondance (1907-1944), de rencontres et d’échanges entre deux frères des Écoles chrétiennes, le frère Marie-Victorin, un des premiers docteurs en sciences du Québec, enseignant, écrivain, botaniste émérite, l’une des personnalités les plus marquantes du début du XXe siècle, et le second, de 15 ans son aîné et d’origine française, le frère Léon, ayant fui les lois sur la laïcité en France au début du siècle dernier pour continuer ses activités sur l’île de Cuba et y écrire la Flora de Cuba, ouvrage qui sert encore aujourd’hui de référence.

5Entre ces deux personnages exceptionnels, une complicité basée sur l’appartenance commune à un ordre religieux puis sur une passion dévorante pour la nature et la botanique. Ils attendront 30 ans avant de se rencontrer en personne et d’herboriser ensemble l’île de Cuba, à Holguin, Pinar del Rio, Santa Clara ou Camaguëy et de publier trois volumes remarquables sur leurs Itinéraires botaniques sur l’île de Cuba.

6Entre-temps, ils se seront échangé des dizaines de spécimens précieux sur la flore québécoise comme sur celle de Cuba, et le frère Léon, en suivant à la trace l’œuvre scientifique de Marie-Victorin, deviendra un familier à distance de la flore de la Gaspésie, de la Côte-Nord ou du Témiscouata. Ils auront connu et côtoyé les grands noms de la botanique américaine comme les Drs Britton, Bailey, Fairchild, Merrill et Howard.

7S’ils sont restés fidèles à leur mission première d’abnégation et de services à la jeunesse de leur pays, ils n’hésiteront pas à décrire le monde autour d’eux et à prendre position sur les événements sociaux et politiques de leur pays et du monde.

8Puis, soudain, tout se termine brutalement à la mort de Marie-Victorin en 1944 ; il n’y a plus de réponses ni de contacts entre Montréal et Cuba, ni aucune trace du frère Léon, mort en 1955, quelques années avant la prise du pouvoir par Fidel Castro en 1959.

9Tout un pan de notre histoire scientifique incarnée par Marie-Victorin et ses liens avec Cuba seraient restés lettre morte, n’eut été la remise à jour de cette magnifique correspondance. André Bouchard ajoute judicieusement, à chaque étape de cette longue correspondance, des éclaircissements sur les hommes et les femmes mentionnés et sur les circonstances entourant les événements énumérés. Tel un exégète, il fouille chaque source d’information, consulte les archives, contacte les témoins encore vivants des deux protagonistes et n’hésite pas à les défendre lorsque le besoin s’en fait sentir.

10Je suis convaincu que la publication de ces lettres n’est que la première étape dans notre compréhension des liens exceptionnels qui ont uni le Québec et Cuba grâce à Marie-Victorin et au Jardin botanique et que l’on pourra assister prochainement après un trop long intermède à la reprise du dialogue et des échanges scientifiques entre nos deux pays.

Auteur

Directeur du Jardin botanique (1980-1994) et maire de Montréal (1994-2001)

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search