Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume III

 | 
Carole Gerson
, 
Jacques Michon

Septième partie : La lecture

Chapitre 17. Les prescriptions et les interdictions de lecture

Pearce Carefoote, Daniel O’Leary, Pierre Hébert, W. H. New et Lorna Knight

Texte intégral

L’État et la censure des imprimés

pearce carefoote

  • 1 Canada, Statuts, 1847, 10-11 Victoria, c. 31, « An Act for Repealing and Consolidating the Present (...)

1La réglementation canadienne en matière d’imprimés est fille de la loi des douanes adoptée en 1847 par la province du Canada, loi qui interdisait l’importation de « livres et dessins à caractère immoral ou indécent1 ». Par la suite, une jurisprudence tenant compte des situations et des technologies nouvelles s’est développée pour aussi combattre la sédition. La surveillance s’est durcie pendant les guerres et les crises politiques. Les Canadiens ont eu du mal, toutefois, à s’entendre sur les définitions d’« obscénité » et de « sédition » en rapport avec l’évolution des mœurs.

  • 2 « Banned Books − 1938 », Quill & Quire, vol. 5, avril 1939, p. 37.
  • 3 B. Ryder, « Undercover Censorship », p. 134-135.
  • 4 R. Whitaker, « Chameleon on a Changing Background », p. 20.

2Depuis la Confédération en 1867, le contrôle des imprimés étrangers relève des agents de douane, tandis que celui de la production nationale ressortit au Code criminel et à l’appareil judiciaire. Le tarif douanier du début des années 1930, par exemple, interdit les « livres, imprimés, dessins, peintures, estampes, photographies et représentations en tout genre, de caractère séditieux, déloyal, immoral ou indécent2 ». Jusqu’en 1958, les fonctionnaires qui refusent de laisser entrer un livre au pays peuvent conforter leur avis personnel en s’appuyant sur une liste de publications interdites. La première liste, dressée en 1895, énumérait 47 périodiques américains. En 1957, c’est plus de 1 000 ouvrages « indécents » qui sont recensés, conséquence de la prolifération des livres de poche3. À la fin du XXe siècle, les douaniers restent fidèles à l’esprit des premières lois tarifaires, au grand dam de librairies gaies comme Little Sister’s à Vancouver, Glad Day à Toronto et L’Androgyne à Montréal. Sauf durant les crises politiques ou sociales qui remettent la censure à l’ordre du jour, les autorités fédérales et provinciales sont moins strictes à l’égard de la production imprimée nationale, se limitant à un rôle de soutien et cautionnant la thèse assez floue des « normes sociales » en vigueur au Canada4.

  • 5 J. Keshen, « The First World War in Print ».
  • 6 Canada, Statuts, 1914, 5 George V, c. 2, Loi sur les mesures de guerre.

3La Première Guerre mondiale a donné lieu à une censure sans précédent au pays comme sur le champ de bataille5. Dès 1914, la Loi sur les mesures de guerre autorise « la censure, le contrôle et la suppression des publications, écrits, cartes, plans, photographies, communications et moyens de communication6 ». Après l’Armistice de 1918, le socialisme devient la hantise d’un pouvoir en butte à une agitation ouvrière qui rappelle la toute récente révolution russe. Sur recommandation du lieutenant-colonel Ernest J. Chambers, chef du Bureau de la censure, le gouvernement fédéral proroge la Loi sur les mesures de guerre jusqu’en 1919, officiellement pour remettre sur pied une économie nationale chancelante. L’importation de nombreux livres et périodiques de gauche est prohibée. Quelques périodiques canadiens sont également interdits en 1918-1919, entre autres le Western Clarion et The Red Flag de Vancouver, mais Chambers ne réussit pas à faire condamner les groupes qui publient en sol canadien des ouvrages illégaux comme le Manifeste du parti communiste de Karl Marx (voir illustration 5.2), réédité en 1919 par le Parti socialiste du Canada.

  • 7 J. Keshen, Propaganda and Censorship during Canada’s Great War, p. 93.

4Entre les deux guerres, les bureaucrates traquent surtout les imprimés qui menacent l’ordre politique ou social relevant de leur compétence. En réaction à la grève générale de mai 1919 à Winnipeg et à l’agitation ouvrière qui secoue le Dominion, le gouvernement fédéral ajoute un 98e article au Code criminel, un texte établissant que quiconque participe à la production ou à la distribution d’imprimés prônant ou justifiant l’emploi de la force ou le terrorisme pour changer l’ordre politique ou économique encourt 20 ans de prison7.

  • 8 R. Whitaker, « Chameleon on a Changing Background », p. 26.

5Au Québec, le gouvernement de Maurice Duplessis fait adopter, en 1937, la Loi du cadenas interdisant la publication des textes communistes et autorisant les procureurs à fermer les imprimeries et à incarcérer les personnes soupçonnées de propager des idées communistes (voir illustration 17.1). L’Église catholique, censeur traditionnel de la province, soutient sans réserve cette violation de la liberté d’expression. Comme souvent dans les cas de censure, la loi ne définit pas ce qui constitue une « propagation », mais le gouvernement fédéral, tout à sa hantise socialiste, choisit de fermer les yeux. La Loi du cadenas restera en vigueur durant 20 ans8.

  • 9 H. D. Fischer, Struggle for Press Freedom in Canada, p. 53-64.

6Le Crédit social albertain tente aussi de museler la presse, avec moins de succès. Entre 1935 et 1937, le gouvernement de William Aberhart fait adopter une série de lois de plus en plus contraignantes. Point d’orgue de cette campagne, l’Alberta Press Act de 1937 oblige les journaux à publier gratuitement les mises au point du président du Social Credit Board sur les politiques publiques. Le parti peut exiger du directeur d’une publication jusqu’à une page dans chaque numéro. La loi force en outre les journaux à divulguer les noms de tous ceux qui ont collaboré à la rédaction d’un éditorial. Les publications risquent la suspension et les journalistes, l’interdiction professionnelle. L’Edmonton Journal porte l’affaire devant la Cour suprême. En 1938, le tribunal statue à l’unanimité que la loi est inconstitutionnelle. Un prix Pulitzer spécial récompensera le combat des directeurs du journal pour la liberté de la presse9.

17.1 Clarté : journal d’opinions et d’action populaire, 17 avril 1937. Publié à Montréal de 1935 à 1939, ce journal communiste a résisté à toutes les tentatives de fermeture. Le titre de la caricature de S. Field associe le régime Duplessis à la montée du fascisme. (Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Québec.)

  • 10 G. Purcell, « Wartime Press Censorship in Canada », p. 10.
  • 11 McMaster University Library, William Ready Divison of Archives and Research Collections, Macmillan (...)
  • 12 G. Purcell, « Wartime Press Censorship in Canada », p. 80.

7En 1939, la reprise des hostilités en Europe provoque un durcissement de la censure canadienne. Sur le front intérieur, la surveillance est volontaire : éditeurs et directeurs appliquent, dans leurs domaines respectifs, les dispositions censoriales de la Loi sur les mesures de guerre et du Règlement sur la défense nationale promulgué en septembre 193910. Comme pendant la Première Guerre mondiale, il s’agit de protéger les secrets militaires, de garantir la sécurité nationale et le succès des opérations à l’étranger, de soutenir le moral de la population civile. Le fardeau de la preuve ne repose pas sur l’accusateur, comme le veut la coutume, mais sur l’accusé. Le chef du Bureau de la censure peut confirmer l’absence d’infraction dans un texte publié, mais n’a pas le droit de constater que la publication d’une histoire constitue une infraction au règlement, ce qui complique la tâche des journalistes, notamment en ce qui a trait aux mouvements de troupes et aux renseignements logistiques. La crainte d’enfreindre la loi incite, par exemple, Hugh S. Eayrs de Macmillan Company of Canada à demander à Irene Baird de modifier quelques passages de son roman contestataire Waste Heritage (1939)11. Avec le temps, les instructions du Bureau de la censure se précisent, et les rédacteurs s’y plient de bonne grâce. À l’apogée des hostilités, la liste noire d’Ottawa compte quelque 600 publications12.

  • 13 R. Whitaker, « Chameleon on a Changing Background », p. 31.

8La Crise d’octobre (1970) est la dernière période de tension du XXe siècle à provoquer une restriction de la liberté d’expression. En réactivant la Loi sur les mesures de guerre pour contrer la menace appréhendée du Front de libération du Québec contre l’ordre public au Canada en général, et au Québec en particulier, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau réinstaure toutes ses dispositions sur la censure de la presse et l’interdit de publication. Les restrictions imposées à la couverture de presse suscitent étonnamment peu de protestations sur le coup13, mais une fois la crise terminée, le contrôle gouvernemental de la presse écrite est durement critiqué. Au bout du compte, la Loi sur les mesures de guerre sera abrogée et remplacée en 1988 par une Loi sur les mesures d’urgence qui ne prévoit aucune censure.

  • 14 B. Fraser, « Our Hush-Hush Censorship: How Books Are Banned », Maclean’s Magazine, 15 décembre 1949 (...)
  • 15 « The Case of Lady Chatterley », The Vancouver Sun, 20 juin 1960, p. 4.

9Toujours prêts à monter au front de la censure quand ils voient ou croient la patrie en danger, les gouvernements fédéral et provinciaux ont tendance à laisser à des tiers, entre autres au service des douanes, la charge de défendre la norme sociale du moment contre les publications taxées d’obscénité. Ulysse de James Joyce, par exemple, est banni de 1923 à 1949, année où le Maclean’s Magazine dénonce la prohibition de ce classique désormais consacré14. Le texte non censuré du roman de D. H. Lawrence, Lady Chatterley’s Lover, est interdit dès sa parution en 1960, le juge montréalais Théophile-Adélard Fontaine le déclarant obscène sans tenir compte des témoignages d’écrivains réputés comme Hugh MacLennan et Morley Callaghan, qu’il réduit à des « opinions purement personnelles15 ». L’année suivante, le verbatim du procès britannique contre le roman est bloqué à la douane sous prétexte qu’il contient des détails salaces. Mais, en 1962, la Cour suprême du Canada autorise la vente du livre.

  • 16 J. V. McAree, « Failing as Artists They Turn to Dirt », The Globe and Mail, 3 février 1949, p. 6.
  • 17 J. Clydesdale, « The Naked and the Dead by Norman Mailer − Under the Hood », This Magazine, vol. 36 (...)

10Des 126 titres qu’on ne pouvait pas importer au Canada en 1949, seulement 29 ont été jugés séditieux ; les autres tombaient dans la catégorie « obscène ». Parmi eux, on trouve The Naked and the Dead (1948), roman de Norman Mailer qualifié de « pure pornographie16 » par le Globe and Mail et mis à l’index en février 1949 par James Joseph McCann, alors ministre du Revenu national ; ce titre figurait pourtant depuis 10 semaines au palmarès du New York Times. Comme tant d’autres censeurs, McCann ne l’avait pas lu. Il avait parcouru des extraits choisis par ses adjoints, les avait trouvés « dégoûtants » et avait fait retirer le livre des rayons17. Un autre cas, Tropic of Cancer (1934) d’Henry Miller, sera réhabilité en 1962 grâce à une intervention de la bibliothèque de la University of Toronto auprès du ministre fédéral du Revenu.

  • 18 Canada, Code criminel du Canada (2006), art. 163 (8).
  • 19 Ibid., art. 587 (1) (d).
  • 20 M. Czarnecki, « Margaret Laurence and the Book Banners », Chatelaine, vol. 58, octobre 1985, p. 55 (...)

11Le problème, en ce qui concerne la loi canadienne, réside peut-être moins dans la définition de l’obscénité que dans son interprétation. La définition inscrite au Code criminel en 1954, et modifiée cinq ans plus tard dans sa formulation actuelle, se lit comme suit : « Est réputée obscène toute publication dont une caractéristique dominante est l’exploitation indue des choses sexuelles, ou de choses sexuelles et de l’un ou plusieurs des sujets suivants, à savoir le crime, l’horreur, la cruauté et la violence18. » Le Code criminel stipule aussi que la simple citation de passages, sans égard au contexte littéraire, demeure la façon légale de prouver l’obscénité et de faire condamner un livre et ses promoteurs19. La méthode est largement exploitée par les groupes de parents qui tentent, surtout durant les années 1970, d’obtenir un droit de regard sur les lectures des élèves. En 1976, par exemple, un groupe de parents de Lakefield, ville ontarienne où vit Margaret Laurence, unis sous la bannière des « citoyens pour la défense de la décence », tentent de faire exclure son roman The Diviners (1974) des écoles parce que cette « pornographie repoussante » encourage « la dégradation, l’indécence et l’immoralité ». Leur échec n’empêchera pas une autre association de dénoncer le livre en 1985 ; là encore, les opposants admettront qu’ils ne l’ont pas lu au complet20. Ici et là, des comités de parents contestent des classiques comme Such Is My Beloved (1934) de Morley Callaghan, Who Has Seen the Wind (1947) de W. O. Mitchell et Lives of Girls and Women (1971) d’Alice Munro.

12À l’orée des années 1980, la « sécurité nationale » est rarement invoquée pour réclamer une censure ; le débat est plutôt centré sur la défense des « valeurs familiales », les opinions partisanes et les droits des groupes religieux ou minoritaires. Les agents de la douane continuent à défendre vigoureusement la norme sociale, mais les attaques contre la liberté d’écrire n’émanent plus du seul milieu politique. L’insertion de la Charte des droits et libertés dans la Constitution canadienne, en 1982, va toutefois rendre très difficile, sinon impossible, la justification de quelque limite que ce soit à la liberté d’expression des écrivains.

La censure religieuse au Canada anglais

daniel o’leary

  • 21 B. Ryder, « Undercover Censorship », p. 129.
  • 22 Citation tirée de A. W. Harrison, Check-List of United Church of Canada Publications, vol. 1, dédic (...)
  • 23 Queen’s University Archives, Lorne Pierce fonds, Lorne Pierce à E. J. Pratt, 16 décembre 1924.

13Pour Bruce Ryder, la « censure invisible », suppression tacite ou masquée des imprimés condamnables, fait « partie intégrante de l’organisation sociale21 ». De grandes maisons d’édition comme Ryerson Press, propriété de l’Église unie, ont subi des pressions ecclésiastiques qui ont amené leurs directeurs, Lorne Pierce, lui-même pasteur ayant reçu les ordres, par exemple, à jouer les censeurs pour des motifs moraux ou religieux. Mais comment savoir ce qui, dans ces décisions, relève de la censure et ce qui exprime un préjugé ou un penchant éditorial ? Pierce a admis avoir usé de son autorité pour rejeter des œuvres qui lui déplaisaient : « Je voyais ma maison d’édition comme le grand orgue d’une cathédrale à la console duquel je pouvais jouer la musique que je voulais […] tant que j’occuperais mon fauteuil, rien de laid, de faux ou de déplaisant n’y serait publié22. » Il refuse en 1924 « The Witches’Brew », long poème d’E. J. Pratt, pour des raisons morales23, mais publie l’année suivante Settlers of the Marsh, roman réaliste controversé de Frederick Philip Grove.

  • 24 M. Jeanneret, God and Mammon: Universities as Publishers, p. 1-2.

14Tant que les éducateurs s’autocensurent pour se conformer aux règles de leur communauté religieuse, un contrôle officiel de la production imprimée n’est pas vraiment nécessaire. Dans ses mémoires, l’éditeur Marsh Jeanneret en fournit un exemple éloquent : entre les deux guerres, Copp Clark voulait publier la série complète des œuvres de Shakespeare et en a confié l’édition à O. J. Stevenson de l’Ontario Agricultural College. Le texte, écrit-il, a été « si bien expurgé […] qu’il aurait convenu à toutes les classes et même aux écoles du dimanche24 ». En fait, à cette époque, tant de postes clés dans le circuit des communications sont occupés par de bonnes âmes qu’il n’est pas besoin d’une vigoureuse censure publique. Après la Deuxième Guerre mondiale, cependant, la laïcisation de la vie publique et la libéralisation des règles éditoriales ont tôt fait de réveiller l’activisme évangélique et conservateur.

  • 25 The Raphaelite, [Saint John, Mount Carmel Academy], vol. 3, 1937, p. 36.
  • 26 B. Ryder, « Undercover Censorship », p. 139.
  • 27 Ibid., p. 138-145.

15Toujours sur la brèche, l’Église catholique a jusqu’en 1939 mis autant d’énergie à dénoncer les mauvais livres qu’à produire des substituts honnêtes. Dans un numéro de The Raphaelite, revue publiée trois fois l’an durant les années 1930 par les enseignantes de la Mount Carmel Academy à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, on peut lire : « L’ouvrage profane nous exhorte rarement à faire progresser la civilisation chrétienne. Son génie et son enseignement sont en totale contradiction avec ceux du Christ. Pour se préparer à l’action catholique et à la christianisation de ce pays, il est indispensable de se nourrir de bonne littérature catholique25. » Dans les années 1950, la Catholic Women’s League (CWL) reprend le flambeau, exerçant de fortes pressions sur les gouvernements fédéral et provinciaux pour obtenir la condamnation des publications réputées immorales. En 1954, sa branche albertaine forme avec les associations de fermières et la University Women’s League, l’Alberta Advisory Board on Objectionable Publications. Ce conseil, actif jusqu’en 1973, « tient une liste de publications répréhensibles qu’il transmet aux distributeurs » ; il est tacitement entendu « qu’aucune accusation d’indécence ne sera portée ou appuyée par le procureur général contre ceux qui suivront les avis du conseil26 ». En 1955, la CWL lance une « croisade pour la décence » sous l’égide d’Evelyn Markle, présidente du conseil archidiocésain, et publie la National Organization for Decent Literature’s List of 300 Objectionable Publications. En 1956, le procureur général de l’Ontario, cédant aux pressions, crée un comité de huit membres connu de 1960 à 1972 sous le nom d’Obscene Literature Committee, qui agit afin de tempérer cet activisme religieux27.

  • 28 J. Bakan, « Beyond Censorship », p. 84-88.
  • 29 J. Dick, Not in Our Schools?!!! School Book Censorship in Canada, p. 88-93.
  • 30 Ibid., p. 39.
  • 31 Ibid., p. 9-10.

16Dans une étude sur le rôle de l’école comme instance de contrôle de la liberté d’expression idéologique, politique et sexuelle, le professeur de droit Joel Bakan souligne l’influence des « organisations conservatrices et religieuses d’extrême droite » sur la législation scolaire en Amérique du Nord28. Souvent subtile au point de ne pas laisser de trace, cette pression aboutit parfois à une interdiction qui ne passe pas inaperçue. L’histoire scolaire du Canada est fertile en incidents de ce genre. Un guide de discussion sur la censure scolaire publié par la Canadian Library Association (CLA) en 1982 énumère 117 articles de revues ou de journaux en anglais sur ce thème, parus pour la plupart entre 1976 et 197929. À part les multiples protestations parentales motivées par la partisanerie politique, la violence ou le stéréotype, la CLA identifie Renaissance International comme une « organisation chrétienne fondamentaliste […] active partout au Canada, dont le nom apparaît souvent dans les comptes rendus des polémiques à propos de livres scolaires30 ». Mais ces manœuvres se retournent souvent contre leurs instigateurs. En 1978, par exemple, le conseil scolaire de Richmond, en Colombie-Britannique, voulait retirer une publication anonyme, Go Ask Alice, « des bibliothèques des écoles secondaires et la reléguer à la bibliothèque publique. Des élèves scandalisés ont présenté une pétition au conseil […] Un étudiant de 17 ans a fait observer que cette mise à l’index a incité les gens à lire le livre. Ce qui s’est avéré juste puisque le titre s’est envolé rapidement dans toutes les librairies de Richmond31. »

La censure cléricale et la critique littéraire laïque au Québec

pierre hébert

  • 32 P. Hébert, avec P. Nicol, Censure et littérature au Québec… (1625-1919).

17De l’arrivée de Mgr Bourget à la tête du diocèse de Montréal, en 1840, jusqu’à la Révolution tranquille, le clergé catholique, à la faveur d’une entente implicite, a exercé au Québec un pouvoir sur la littérature et le livre en général. Au XIXe siècle, la censure répressive s’est avérée une méthode de contrôle efficace. Le nombre limité d’imprimés mis en circulation et l’absence d’éditeurs indépendants ont facilité l’exercice d’une censure fondée sur l’interdit32. Mais au XXe siècle, le clergé perd progressivement ce contrôle sur les imprimés. De 1918 à 1960, de plus en plus de publications littéraires et commerciales véhiculent des valeurs séculières et sont en concurrence avec les périodiques d’obédience cléricale déjà en place ou nouvellement créés ; après 1960, la voix qu’entendent les lecteurs est presque totalement laïcisée et professionnalisée. Des journaux à fort tirage, indépendants financièrement comme La Presse et La Patrie, tiennent de moins en moins compte des directives ecclésiastiques. Les nouveaux éditeurs, tels Albert Lévesque et Albert Pelletier, font preuve d’audace dans le choix de leurs publications. Et, à partir des années 1940, la montée de la littérature populaire et des crime comics pose la question de l’obscénité.

Le déclin de la censure cléricale

  • 33 P. Hébert, « Une censure totale ? ».
  • 34 J.-C. Harvey, Pages de critique, p. 94.

18À partir de la Première Guerre mondiale, l’Église catholique abandonne les pratiques répressives du siècle précédent pour adopter une approche normative de la production imprimée. Devant l’impossibilité de contrer les publications jugées offensantes, il apparaît beaucoup plus efficace de contrôler les manières de penser, autrement dit d’obliger à dire, plutôt que d’empêcher de dire. Ainsi peut-on interpréter la mise en œuvre par l’intelligentsia cléricale d’une vaste entreprise de nationalisation de la littérature canadienne-française, appuyée sur les valeurs du catholicisme, de la francité et du terroir33. Les abbés Camille Roy et Lionel Groulx en donnent l’exemple, Roy dans la critique littéraire, Groulx avec ses œuvres et dans l’édition en tant que directeur de la Bibliothèque de l’Action française. Durant le premier tiers du XXe siècle, une « orgie de terroir », selon l’expression de Jean-Charles Harvey, domine la production littéraire34. Si on ne compte aucune interdiction cléricale significative entre celle qui est dirigée contre le journal Le Pays, en 1913, et l’anathème contre Les demi-civilisés de Jean-Charles Harvey, en 1934, roman qui constitue une sorte de provocation contre les bonnes mœurs de l’époque, il ne faut pas y voir un relâchement de la censure mais, au contraire, le succès d’une orthodoxie qui s’exerce en amont de l’imprimé, c’est-à-dire dans la pensée même.

  • 35 Semaine religieuse de Québec, 4 avril 1935, p. 489.

19Le début des années 1930 donne lieu à une importante contestation du contrôle clérical. En 1931 et 1932, l’éditeur montréalais Albert Lévesque lance dans la collection « Les Romans de la jeune génération » quatre œuvres peu conformes à la morale religieuse : Dans les ombres d’Éva Senécal, La chair décevante de Jovette Bernier, Dilettante de Claude Robillard et L’initiatrice de Rex Desmarchais. Lévesque cherche alors à prendre ses distances par rapport à un lectorat encore imbu des principes de l’Action française. Pour cela, il devient suspect et devra finalement reculer devant les pressions du clergé. C’est d’ailleurs à ce moment-là que Groulx quitte la maison d’édition de Lévesque pour la librairie Granger Frères, plus proche du clergé. Pour sa part, Albert Pelletier, directeur des Éditions du Totem, fait paraître, en 1934, Chaque heure a son visage de Medjé Vézina, recueil de poèmes où affleure la révolte, en plus du roman de Jean-Charles Harvey, Les demi-civilisés. La même maison publie aussi la revue Les Idées (Montréal, 1935-1939), qui ne cesse d’attaquer le cléricalisme, en particulier dans le domaine de l’éducation. C’est également durant cette brève période qu’Olivar Asselin fonde L’Ordre (Montréal, 1934), journal libéral aussitôt réprouvé par le cardinal Villeneuve35, puis remplacé par La Renaissance (Montréal, 1935).

  • 36 A. DesRochers, « Les “individualistes” de 1925 », Le Devoir, 25 novembre 1951, p. 9.
  • 37 En décembre 1946, Maurice Duplessis, procureur général et premier ministre de la province de Québec (...)
  • 38 P. Hébert, avec É. Salaün, Censure et littérature au Québec… (1920-1959), p. 125-126.

20Toutefois, cette opposition au cléricalisme s’avère, selon l’heureuse expression d’Alfred DesRochers, un « feu d’artifice […] au-dessus de notre crépuscule36 ». Dans sa fulgurance, la contestation s’atténue avec l’élection de Maurice Duplessis comme premier ministre du Québec, en 1936, et le début de la Deuxième Guerre mondiale. Avec le régime de Duplessis, un vent de conservatisme souffle sur la province. La Loi du cadenas (1937) et plus tard l’affaire Roncarelli (1946)37 affichent les couleurs répressives de ce gouvernement, et le clergé y voit une belle occasion de se rapprocher du pouvoir. Avec la guerre s’implante en outre un climat de censure qui affecte la liberté d’expression. L’Église récupère le conflit à ses propres fins en interprétant cette guerre comme un châtiment de Dieu, résultat de la décadence morale et religieuse. Durant cette décennie, le clergé n’a presque pas à utiliser son pouvoir censorial, sauf à l’endroit du journal Le Jour de Jean-Charles Harvey que la Semaine religieuse de Québec, en 1942, condamne pour avoir reproduit un article de Life traçant un portrait peu flatteur de la province de Québec et de son clergé38. Le clergé persiste néanmoins dans sa volonté de contrôler la diffusion de l’imprimé. C’est d’ailleurs avec la bénédiction du cardinal Villeneuve qu’est lancée la revue Lectures (1946-1966) des Éditions Fides, qui attribue des cotes morales aux ouvrages disponibles sur le marché afin d’orienter les lecteurs, d’exercer une surveillance sur tout ce qui se publie et un contrôle accru sur l’utilisation des imprimés par les prescripteurs de la lecture : critiques, professeurs et bibliothécaires.

21Les apparences sont cependant trompeuses. Durant la guerre, plusieurs ouvrages jugés malsains du point de vue de la morale religieuse sont imprimés à la faveur de l’Arrêté exceptionnel sur le droit d’auteur et les marques de commerce (1939) qui permet au Québec de jouer un rôle central dans le monde de l’édition francophone alors que la France est occupée par l’Allemagne. De nouvelles valeurs circulent qui préparent le grand tournant des années 1960. Nombreux sont les événements qui ébranlent le pouvoir clérical à ce moment-là. Jean-Paul Sartre présente une conférence à Montréal, en 1946, qui révèle la fragilité, voire l’inefficacité de la censure. Paul-Émile Borduas oppose le Refus global (Montréal, 1948), sujet abordé plus en détail par A. B. McKillop dans le chapitre 1, à la peur du changement. Le roman psychologique étale une pluralité de valeurs qui eût été impensable naguère. Il est clair que dans la décennie suivante le clergé perd de sa légitimité pour contrôler la lecture et l’imprimé.

22Un raidissement doctrinal caractérise toutefois l’Église catholique québécoise durant les années qui précèdent la Révolution tranquille. L’interdiction par Mgr Valois, directeur du Comité diocésain d’action catholique de Montréal, de commémorer en 1950 le centenaire de la mort de Balzac montre que, malgré un certain ridicule, le clergé n’entend pas reculer. La Société des écrivains canadiens (fondée en 1936), instigatrice de l’événement, devra surseoir au projet. À cette époque, on voit se multiplier les campagnes de moralité publique et les ligues contre les mauvaises lectures. La hiérarchie catholique semble revenir à des stratégies du XIXe siècle. Les publications populaires et les crime comics causent alors de grands émois. Cette littérature à grande diffusion échappe complètement au contrôle du clergé, qui fait appel au bras séculier pour contrer la nouvelle menace. Ainsi, en 1959, après de nombreuses pressions des dénominations religieuses canadiennes et en particulier du clergé québécois, comme l’explique Pearce Carefoote dans ce chapitre, la définition légale de l’obscénité est précisée dans un amendement au Code criminel. Après cette victoire, le pouvoir clérical cesse ses interventions publiques contre le livre et l’imprimé. D’une part, l’Église s’en remet à l’autorité de l’État en matière de censure. D’autre part, constatant l’inefficacité de son action censoriale et participant en cela à un vaste mouvement occidental de libéralisation, elle abolit en 1966 l’Index qui, depuis le XVIe siècle, dressait la liste des livres interdits.

  • 39 Ibid., p. 228.

23La Révolution tranquille change radicalement la nature de la censure des livres au Québec. Le pouvoir judiciaire fait désormais office de censeur, protégeant de manière générale les mœurs, comme en témoigne entre autres le procès contre Le mal des anges (1968) d’André Loiselet39, accusé d’obscénité. Durant les années 1960 et 1970, la censure cléricale ne se manifeste plus que très rarement en dehors du champ religieux proprement dit, comme à l’occasion de l’affaire des Fées ont soif (1978) de Denise Boucher, une pièce de théâtre qui s’attaque entre autres à l’image de la Vierge. Les événements entourant cette production illustrent bien le partage des pouvoirs et la manière dont fonctionne la censure aujourd’hui. Dans ce cas limitrophe, qui touche autant aux mœurs qu’à la religion, le pouvoir judiciaire va donner suite à une demande d’injonction concernant la représentation de la pièce. Si le désir de censurer émane de groupuscules, indicateurs de la fragmentation du pouvoir, le recours au judiciaire est dorénavant le principal moyen de censure dans une société de droit. Ayant quitté la sphère religieuse, la censure réside dès lors en des lieux plus profanes, telles les bibliothèques ou les écoles, où elle semble frapper tout particulièrement la littérature pour la jeunesse.

L’essor de la critique littéraire laïque

24Au cours du XXe siècle, les revues et les journaux occupent une place prépondérante parmi les diverses instances qui balisent la lecture au Québec. Dans l’entre-deux-guerres, des revues comme L’Action française (Montréal, 1917-1928) et Le Terroir (Québec, 1918-1940) préconisent des lectures qui correspondent au programme clérical dont les valeurs de base sont la langue, la foi, la patrie. Les œuvres hors de ce créneau ont peu de chances de percer et sont critiquées à la lumière des valeurs traditionnelles. Parallèlement au déploiement de publications catholiques prônant la diffusion du « bon livre », des périodiques indépendants d’esprit et de fortune présentent un point de vue critique, inspiré des valeurs laïques. Le premier d’entre eux, Le Nigog, revue qui n’a paru à Montréal que durant l’année 1918, plaide en faveur de l’art pour l’art et d’une littérature autonome. La Revue moderne, magazine pour grand public, donne la parole à Louis Dantin, le critique littéraire le plus influent et le plus novateur de l’entre-deux-guerres. Au cours des années 1930 et 1940, dans le monde des revues, certaines voix divergentes se manifestent même chez les catholiques. C’est le cas dans La Relève (Montréal, 1934-1941) et dans La Nouvelle Relève (1941-1948), qui participent au débat sur un catholicisme ouvert aux valeurs modernes et laïques s’inspirant de l’humanisme intégral de Jacques Maritain et du personnalisme d’Emmanuel Mounier.

  • 40 T. Bertrand, « Le Devoir et la littérature. Une page littéraire décevante », Lectures, tome V, no 1 (...)

25Un tournant décisif dans le discours sur la lecture est pris à la fin des années 1940 dans les pages littéraires du Devoir après l’arrivée de Gérard Filion et d’André Laurendeau à la tête du quotidien montréalais. On voit s’y manifester une critique qui rejette le cléricalisme. La liberté des propos qu’on y tient sur les livres heurte directement la direction d’une revue cléricale comme Lectures, qui y va d’une sortie violente contre le journal40. C’est à la même époque que se produit un changement de garde dans les rangs de la critique. Les porte-parole du clergé, les Henri d’Arles, Maurice Hébert, Camille Roy, Carmel Brouillard, cèdent leur place aux représentants d’une conception moderne et libérale des lettres canadiennes-françaises, comme Alfred DesRochers, Jean Le Moyne, Maurice Blain et Ernest Gagnon. Parmi les membres de cette génération, on retiendra également les noms de Pierre Baillargeon, cofondateur d’Amérique française (Montréal, 1941-1955), Gilles Marcotte, qui renouvelle dans les années 1950 la page littéraire du Devoir, Guy Sylvestre, fondateur de Gants du ciel (Montréal, 1943-1946), et Pierre de Grandpré, qui fait paraître une Histoire de la littérature française du Québec (Montréal, 1967-1969) saluée pour son ampleur, sa rigueur et la pluralité des voix qu’elle fait entendre.

  • 41 R.-M. Charland, « L’État adulte », Lectures, tome XII, no 1, septembre 1965, p. 2.

26Une critique professionnelle s’exprime régulièrement dans des revues comme Cité libre (Montréal, 1950-1966) et Écrits du Canada français (Montréal, 1954-) ou dans des publications universitaires. Journalistes et professeurs constituent une nouvelle intelligentsia qui marque le discours de cette époque et fait la promotion de la littérature québécoise auprès du grand public. Même la revue Lectures, au moment où elle abandonne les cotes morales en 1965, reconnaît que « le problème des lectures est avant tout celui des lecteurs41 ».

27Avec la Révolution tranquille, une nouvelle ère s’amorce où le lecteur n’a plus tant besoin d’être formé qu’informé. Livres et auteurs canadiens (Montréal, 1961-1968, qui devient Livres et auteurs québécois, 1969-1982) et Lettres québécoises (Montréal, 1975-) illustrent la tendance qui s’affirme et font connaître la littérature nationale à un plus large public. L’action de revues engagées comme Parti pris (1963-1968), Liberté (1959-) et La Barre du jour (1965-1977), toutes publiées à Montréal, marque une évolution encore plus radicale et une entrée définitive dans la modernité. À partir des années 1970, des revues de critique et de création de différentes tendances sont aussi lancées dans la métropole : marxistes, comme Chroniques (1975-1978) ; formalistes et féministes, telles La Nouvelle Barre du jour (1977-1990), Les Herbes rouges (1968-1993) et Stratégie (1972-1977). De nombreuses revues savantes voient également le jour à Montréal : Études françaises (1965-), Voix et images du pays (1967-1974 ; remplacé par Voix et images, 1975-), Études littéraires (1968-) et, à Sherbrooke, Présence francophone (1970-). Les journaux, pour leur part, continuent à étoffer leurs pages littéraires, donnant entre autres aux lecteurs la liste des best-sellers de la semaine. Information et publicité font désormais partie de « l’industrie du livre » dans une stratégie de diversification, voire de segmentation. Le mot latin legere signifie lire, mais aussi choisir. Au milieu du siècle, des transformations radicales se sont produites au Québec : les publications qui faisaient jadis l’objet d’interdictions et de censure, journaux, revues et livres, sont devenues des véhicules d’actualité et des produits commerciaux, et les lecteurs, au lieu d’être soumis à la sélection préalable des autorités religieuses, sont devenus maîtres de leurs propres choix.

« Lire les auteurs canadiens » : l’influence des critiques

w. h. new

28Les critiques trient et évaluent des publications, décrivent des modèles, font des interprétations, signalent des tendances et indiquent quelles œuvres conviennent à telle circonstance, comme les lectures d’été et les étrennes de Noël. Qu’ils encouragent ou découragent les lecteurs, leurs commentaires ont une influence notable sur la réputation des écrivains. Pourtant, ces commentaires ne sont objectifs qu’en apparence. Excentriques ou conformes à une « norme universelle », ils sont colorés par l’éducation, l’expérience, les idées politiques et les préjugés de leurs auteurs, tout autant que les textes dont ils traitent et les médias qui les diffusent. Les livres canadiens publiés au XXe siècle ont fait l’objet de recommandations, de commentaires et de critiques dans tous les genres et sur tous les supports de leur époque : de l’article de presse ou de revue jusqu’aux émissions de radio et de télévision, au film documentaire, en passant par le journalisme littéraire et les ouvrages de controverse et d’analyse. Si la critique érudite ne touche qu’indirectement les non-initiés par ses effets sur l’enseignement et les programmes d’étude, les opinions publiées par la presse ou diffusées par la radio et la télévision ont un impact direct sur la clientèle des librairies.

  • 42 J. E. Baker, Archibald MacMechan, p. 126.
  • 43 Voir la piquante correspondance de Deacon publiée dans W. A. Deacon, Dear Bill.

29Dans un magazine ou un journal populaire, cet impact peut être considérable à l’échelle locale et nationale. De 1907 jusqu’à sa mort, en 1933, le professeur Archibald MacMechan a expédié régulièrement de Halifax au Montreal Standard une chronique intitulée « The Dean’s Window » où il faisait l’éloge de livres propres à réjouir le cœur des lecteurs42. L’un des plus formidables critiques de son temps, William Arthur Deacon, directeur des pages littéraires du Saturday Night de 1922 à 1928 et du Globe and Mail de 1936 à 1960, ne supportait pas le style fleur bleue, même chez des célébrités comme Arthur Stringer et L. M. Montgomery ; son mépris ne semble toutefois pas avoir nui à la popularité de l’un ou de l’autre. Comme son confrère Hector Charlesworth, Deacon avait ses bêtes noires, mais il a aussi contribué à lancer beaucoup de carrières littéraires43. Sur la côte Ouest, c’est une chronique de Jack Scott parue en mars 1961 dans The Vancouver Sun qui a ressuscité Malcolm Lowry et popularisé ses œuvres, notamment Under the Volcano (Au-dessous du volcan, 1950). Quelques critiques influents comme Robert Fulford se sont exprimés dans plusieurs organes de presse, par exemple dans le Maclean’s Magazine et le Financial Post, ainsi qu’à la radio ; d’autres n’ont servi qu’un ou deux maîtres, tels Robertson Davies, partisan du beau style et contempteur de la mesquinerie dans l’Examiner de Peterborough durant les années 1940 et 1950, et Doris Giller, chroniqueuse au Montreal Star puis, à partir de 1979, à The Gazette, qu’elle a dotée de son premier cahier littéraire. Dans les périodiques à grand tirage, la critique a souvent été une chasse gardée : celle de B. K. Sandwell, directeur de 1932 à 1951, et d’Arnold Edinborough, directeur de 1958 à 1962 et éditeur de 1963 à 1970 au Saturday Night ; de William French, directeur des pages littéraires du Globe and Mail de 1960 à 1990.

  • 44 Canadian Forum, vol. 1, no 1, octobre 1920, p. 3.

30La multiplication des périodiques de critique après 1918 atteste les progrès de la sensibilité littéraire au Canada. Les critiques publient non seulement dans des revues à large diffusion comme le Canadian Magazine of Politics, Science, Art and Literature (Toronto, 1893-1939), mais aussi dans des périodiques spécialisés comme le Canadian National Railways Magazine (Montréal, 1915-1957 ; « Railways » disparaît du titre en 1937), distribué au personnel du transporteur ferroviaire Canadien National, qui publie des critiques de livres et des nouvelles au milieu de recettes de cuisine, de comptes rendus des activités de ses employés et de récits de voyage. Entre les deux guerres, une kyrielle de nouvelles revues (grand public, politiques, commerciales, professionnelles et savantes) se servent de la critique pour exalter la culture nationale. The Canadian Forum (Toronto, 1920-2000), qui succède à Rebel, lancé trois ans plus tôt, cherche à nourrir « un débat informé sur les enjeux publics et, au-delà des querelles partisanes, à souligner et apprécier les évolutions artistiques et littéraires typiquement canadiennes44 ». D’autres nouvelles revues influent sur la sélection d’ouvrages canadiens en s’adressant aux prescripteurs de lecture qui choisissent les titres proposés aux clients des librairies et des bibliothèques. Par exemple, Quill & Quire (Toronto, 1935-) axe ses critiques sur la composition des stocks de librairie, et les publications de la Canadian Library Association s’intéressent aux choix des bibliothécaires. Les revues universitaires Queen’s Quarterly (Kingston, 1893-) et Dalhousie Review (Halifax, 1921-) sont des guides de recherche éclectiques qui proposent des recensions de monographies historiques, de biographies et d’essais sur la culture accessibles au public cultivé. En 1935, le University of Toronto Quarterly (UTQ) inaugure « Letters in Canada », une chronique sur la production littéraire canadienne de l’année écoulée : miroir des débats critiques en cours, elle contribuera à former le caractère moderniste de la critique canonique canadienne jusqu’aux années 1960. Parmi les collaborateurs, Watson Kirkconnell y résume la production allophone et Northrop Frye y tient la rubrique de poésie entre 1951 et 1960. Comme dans ses autres textes critiques, notamment The Bush Garden (1971), Frye adopte dans sa lecture des œuvres canadiennes et étrangères une approche mythopoétique qui marquera profondément l’enseignement et les interprétations scolaires de la littérature canadienne dans les années 1960 et 1970. Le public cultivé s’initiera à cette approche avec des œuvres comme The Educated Imagination (1963 ; Pouvoirs de l’imagination, 1969), texte souvent réimprimé après sa diffusion dans le cadre des conférences Massey de la CBC.

  • 45 Voir M. Fee, « Lorne Pierce, Ryerson Press, and The Makers of Canadian Literature Series ».

31Les Canadiens anglais lisant surtout des revues britanniques et américaines n’ont jamais manqué d’information sur les livres étrangers. Par contre, pour obtenir une critique des titres canadiens, ils doivent consulter des sources nationales. Elles se multiplient à partir des années 1920. Un vif nationalisme culturel inspire alors une série de livres présentant au lecteur les écrivains canadiens dans des études savantes, fourmillantes de détails historiques et biographiques, comme Headwaters of Canadian Literature (1924, tiré de chroniques parues dans le Montreal Standard) de MacMechan et An Outline of Canadian Literature (French and English) (1927) de Lorne Pierce, ou encore la collection « Makers of Canadian Literature » commandée par ce dernier pour la Ryerson Press dont la publication débute en 192345. Après 1960, la littérature canadienne devient un sujet de recherche sous l’égide de Carl F. Klinck, auteur d’une monumentale Literary History of Canada (1965 ; Histoire littéraire du Canada, 1970) ; la critique littéraire se spécialise et s’étoffe à mesure que s’anime le débat universitaire au Canada et à l’étranger. En 1970, W. H. New publie sa première recension annuelle de la production littéraire canadienne dans The Journal of Commonwealth Literature (University of Leeds) ; il la poursuivra dans Canadian Literature jusqu’en 2003. Hors des universités, c’est le primesautier Survival (1972 ; Essai sur la littérature canadienne, 1987) de Margaret Atwood qui étanche avec le plus de succès la soif d’information des lecteurs. Ce guide thématique général, qui devait être un outil promotionnel pour la House of Anansi Press, devient un livre à succès parce qu’il comble un grand besoin de reconnaissance culturelle et entretient l’illusion d’une définition claire de l’identité canadienne. Ouvrage phare pendant deux décennies, il a contribué à graver le nom de son auteure dans l’imagination populaire.

  • 46 Canadian Historical Review, no 1, 1920, p. 1.

32Le fossé entre la pratique universitaire et la diffusion populaire n’en demeure pas moins immense. Dans les années 1950, les tirages cumulés des trois revues trimestrielles universitaires ne totalisent pas 4 000 exemplaires. Il arrive que le UTQ n’ait pas 100 abonnés. En novembre 1957, le magazine Star Weekly (Toronto, 1910-1968) en compte 885 000. L’hebdomadaire torontois a forcément plus d’influence sur les réputations littéraires, moins par la publication de critiques en bonne et due forme que par le détour de profils biographiques. Pour corriger ce déséquilibre, les directeurs de la Canadian Historical Review (Toronto, 1920-) consacrent une vingtaine de pages par numéro aux « publications récentes en rapport avec l’histoire du Canada » afin de donner aux critiques « la latitude nécessaire46 » pour se faire une opinion éclairée. Malgré cet appel à la profondeur, beaucoup de critiques demeurent superficielles. Même problème sur le plan de la réception littéraire, malgré les efforts de George Woodcock, premier directeur de Canadian Literature, fondée à Vancouver en 1959, qui s’inspire de Scrutiny et de The Sewanee Review et sollicite des essais d’écrivains et d’universitaires. Les premières années, son magazine trimestriel publie des comptes rendus sur toutes les publications canadiennes dignes de mention ; malgré une nette augmentation du volume et du tirage, la direction, débordée par la croissance fulgurante de la production littéraire, devra renoncer en 1980 à cette couverture quasi exhaustive. Les revues inscrites dans des créneaux précis comme le théâtre (Canadian Theatre Review, Toronto, 1974-), la littérature pour enfants (Littérature canadienne pour la jeunesse/Canadian Children’s Literature, Guelph, 1975-), la géographie, les sciences politiques et le droit, rendent compte surtout des livres susceptibles d’intéresser leur lectorat particulier. Canadian Dimension (Winnipeg, 1963-) pratique une critique engagée dans le domaine social et les médias, tout comme This Magazine (Toronto, 1966-) qui s’intéresse aux écrits portant sur les politiques et les pratiques de l’éducation.

  • 47 D. Staines, « Reviewing Practices in English Canada », p. 63-64.
  • 48 R. Fulford, D. Godfrey et A. Rotstein (dir.), Read Canadian.

33La prolifération des titres oblige les lecteurs à utiliser d’autres critères pour faire leurs choix, comme les prix nationaux et locaux, les palmarès hebdomadaires des succès de librairie, les cahiers de loisirs des quotidiens du samedi, les entrevues à la radio et à la télévision. Dans les années 1950, les émissions Critically Speaking et Fighting Words de la CBC font connaître d’un océan à l’autre plusieurs critiques, dont l’acerbe Nathan Cohen du Toronto Star. Durant son existence, le Readers’Club of Canada publie le Canadian Reader (1959-1981), mensuel qui fait la promotion d’un nouveau titre canadien dans chaque numéro : Robert Weaver signe la critique inaugurale sur The Apprenticeship of Duddy Kravitz de Mordecai Richler. En 1960, Malcolm Ross y est félicité pour sa gestion de la toute récente « New Canadian Library » (les membres du club ont droit à 20 % de remise). Un autre périodique grand public, Books in Canada (Toronto, 1971-), opte pour la distribution gratuite et le financement publicitaire. Piloté par Val Clery, il affiche son « parti pris » contre le « quasi-monopole » des publications américaines au Canada. Sa popularité montre que les lecteurs canadiens des années 1970 sont curieux d’en savoir plus sur les auteurs de leur pays. Toutefois leurs sources d’information sont moins nombreuses entre 1959 et 1986 ; comme l’a constaté David Staines, les journaux canadiens ont sabré dans leurs cahiers littéraires et beaucoup de critiques originales ont été remplacées par des commentaires repris des agences de presse américaines47. Exception faite de rares profils dans une publication internationale, comme l’élogieux article d’Edmund Wilson, « Morley Callaghan of Toronto », paru dans The New Yorker en 1960, ou la pluie d’articles qui accompagne habituellement l’octroi d’un prix international, ceux et celles qui veulent « lire des auteurs canadiens48 » dans les années 1970 ne doivent toujours compter que sur des sources canadiennes pour s’informer et se faire une opinion.

L’initiation des jeunes à la lecture

lorna knight

  • 49 S. Egoff, The Republic of Childhood, p. 13.

34Pour leurs lectures, les enfants ont toujours été soumis aux choix des adultes. Selon Sheila Egoff, « chaque livre lu par un enfant lui parvient seulement après l’intervention d’un ou, plus exactement, de plusieurs adultes : écrivain, éditeur, libraire, bibliothécaire, parent, enseignant49 ». Au XXe siècle, ces adultes prennent toutes sortes de moyens pour inciter les jeunes à lire et pour diriger leurs lectures. Les bibliothèques publiques, vouées depuis si longtemps au plaisir de lire, s’attaquent à l’illettrisme ; les écoles, principales responsables de l’enseignement de la lecture, réalisent qu’il leur faut une bibliothèque adaptée et le soutien des parents. Après 1960, une préparation étant jugée essentielle avant l’entrée à l’école, les intervenants se multiplient. En 1980, outre les enseignants et le personnel des bibliothèques publiques et scolaires, les théoriciens de l’éducation, les parents, les éditeurs, les écrivains et les illustrateurs auront tous voix au chapitre.

  • 50 Y. Lamonde, P. F. McNally et A. Rotundo, « Les bibliothèques publiques et l’émergence d’une culture (...)
  • 51 L. H. Smith, The Unreluctant Years, p. 13.
  • 52 J. Chabot, Montréal et le rayonnement des bibliothèques publiques, p. 41-42.

35Le mouvement s’amorce avant la Première Guerre mondiale : plusieurs bibliothèques municipales engagent des spécialistes en littérature pour la jeunesse qui montent des sections spéciales (obligatoires dans les établissements financés par la Carnegie Foundation) et créent un service emblématique : « l’heure du conte50 ». En 1922, la Toronto Public Library (TPL) couronne plus d’une décennie d’efforts au profit des jeunes par la fondation de la Boys and Girls House, première bibliothèque pour les enfants de l’empire britannique. Sa directrice, Lillian H. Smith, croit fermement que les enfants doivent prendre plaisir à lire : « Rien ne peut forcer des enfants à lire, longtemps, ce qu’ils n’aiment pas […] Ils ne savent pas forcément pourquoi ils écartent un livre et tiennent à un autre, car leur jugement est rarement analytique. Il se fonde sur un pur instinct de plaisir51 » (voir illustration 17.2). La bibliothèque municipale de Montréal suit l’exemple torontois en 1941, réservant aux enfants une salle où ils ont accès aux rayons. Toutes les semaines, on leur propose une heure du conte, parfois un film, des ateliers d’arts plastiques et des débats sur leurs auteurs préférés52.

17.2 Pegi Nicol MacLeod, Jane Reading (vers 1948). (J. M. Barnicke Art Gallery, Hart House, University of Toronto.)

17.3 Barbara Cooney (illustratrice), brochure publicitaire pour la Semaine du livre pour la jeunesse canadienne/Young Canada’s Book Week de 1959. (The Children’s Book Council, Inc. [New York] et Barbara Cooney Porter Royalty Trust.)

  • 53 L. A. McGrath, « Service to Children in the Toronto Public Library », p. 104-105, 87, 123 et 111.
  • 54 G. Boulizon, Livres roses et séries noires, p. 166-168.

36Dans les années 1930 et 1940, la TPL se renseigne sur les goûts de ses jeunes lecteurs et leur propose ce qu’il y a « de mieux », selon sa propre définition qui exclut les feuilletons, les bandes dessinées et, pour une raison inexpliquée, The Secret Garden, le classique de Frances Hodgson Burnett. Ses recommandations, publiées et régulièrement mises à jour dans Books for Boys and Girls (1927, 1928, 1940, 1954), se vendent dans le monde entier53. Au Québec aussi, la littérature jeunesse est un objet de fréquents débats. L’un des ouvrages phares sur ce thème, Livres roses et séries noires (1957) de Guy Boulizon, est, comme l’annonce son sous-titre, un « guide psychologique et bibliographique » moralisant qui dénonce les bandes dessinées et le « péril “rose” » des romans mièvres qui donnent aux jeunes filles une fausse image de la réalité54.

  • 55 L. A. McGrath, « Service to Children in the Toronto Public Library », p. 331.

37En novembre 1949, la Canadian Association of Children’s Librarians (1939) et la Canadian Library Association (1946) inaugurent la Semaine du livre pour la jeunesse canadienne (voir illustration 17.3). Pour les bibliothécaires, c’est l’occasion, tout en faisant la promotion de la lecture chez les jeunes, d’attirer l’attention de personnes et de groupes qui ne connaissent pas forcément les divers rôles de la bibliothèque dans leur milieu. Après 1960, pour contrer la concurrence de la télévision, les bibliothèques s’évertuent à séduire les écoliers avec des programmes de lectures estivales, des ateliers d’arts plastiques et quantité d’ajouts aux services en place, comme l’heure du conte, les clubs de lecture et les troupes de théâtre et de marionnettes. Elles courtisent aussi la clientèle préscolaire avec des « livres pour les petits » qui « font découvrir le livre aux enfants de moins de deux ans par le toucher, la mélodie et la chanson55 ». Dans les années 1970, les jeunes Québécois sont activement invités à la lecture par Communication-jeunesse, association traitée au chapitre 4 par Françoise Lepage, Judith Saltman et Gail Edwards.

  • 56 F. Irvine, « Introduction », dans Current Problems in Reading Instruction, p. iii.

38Au Canada, la lecture est enseignée à l’école, où l’on utilise les livres de lecture comme outils de base. Ce régime est brutalement remis en question après la publication du best-seller de Rudolf Flesch, Why Johnny Can’t Read : And What You Can Do about It (1955). Inquiets de voir la télévision remplacer le livre dans les activités de loisir des jeunes, enseignants et experts en éducation sont amenés à étudier les habitudes de lecture. La diatribe de Flesch contre les écoles qui fabriquent des illettrés mobilise l’opinion et unit différents groupes dans leurs efforts pour donner le goût de la lecture aux jeunes. En 1955, on les voit en grand nombre assister au premier colloque canadien sur la lecture organisé par la Federation of Women’s Teachers Associations of Ontario. Dans sa préface aux actes du colloque, Florence Irvine remarque que cet apprentissage concerne maintenant la place de la lecture dans l’enseignement élémentaire, le développement des programmes de lecture pour les individus les plus lents comme les plus doués, l’enseignement de la lecture aux nouveaux citoyens et la formation de lecteurs autonomes56.

39À partir de la fin des années 1950, les bibliothèques scolaires anglophones et francophones obtiennent les ressources dont elles ont besoin pour remplir le rôle de plus en plus important qu’on leur assigne dans la promotion de la lecture auprès des jeunes ; notamment, on y engage des enseignants formés en bibliothéconomie. Maîtres d’œuvre en éducation, les gouvernements provinciaux reconnaissent depuis longtemps que les bibliothèques scolaires et publiques ont un rôle à jouer dans l’apprentissage de la lecture. À Terre-Neuve, par exemple, le ministère de l’Éducation a mis en place une bibliothèque itinérante pour les écoles en 1926 ; son homologue néo-écossais en a fait autant en 1929. Comme de raison, les services de la bibliothèque scolaire suivent l’évolution des théories de l’éducation et de la pédagogie. Le recentrage sur l’enfant amène l’apprentissage par ressources et quelques méthodes controversées pour enseigner la lecture. Dans ses Normes de service de bibliothèque pour les écoles canadiennes publiées en 1968, l’Association canadienne des bibliothèques scolaires propose des moyens aux éducateurs pour cultiver l’amour de la lecture et apprendre aux élèves à trouver des renseignements sans aide extérieure. En plus de servir les passionnés de lecture auxquels il fait découvrir les trésors de la bibliothèque publique, le bibliothécaire de l’école s’adresse aussi à l’ensemble des écoliers, y compris ceux qui sont les plus doués. Ce nouveau rôle sera codifié dans des guides pédagogiques optimistes comme Partners in Action : The Library Resource Centre in the School Curriculum (Toronto, 1982).

  • 57 Young Canada Listens: School Broadcasts, 1942-1943, p. 27.

40L’apprentissage de la lecture subit par ailleurs l’influence des nouveaux médias. La radio scolaire est née en 1939, mais c’est en 1942-1943 qu’est diffusée la première émission à contenu littéraire au Canada : Tales from Far and Near, une production de l’école new-yorkaise School of the Air of the Americas. En 1944, la radio de la CBC inaugure la diffusion de lectures à haute voix par des bibliothécaires de la Toronto Public Library, qui font également la sélection des textes pour la série Stories for You, diffusée de 1945 à 1957. Une autre formule populaire de la CBC est l’adaptation dramatique de livres pour enfants destinée à « inculquer aux jeunes le goût des belles histoires, l’amour des bons livres et le réflexe d’y puiser plaisir et délassement57 ».

41De la fin des années 1950 au début des années 1970, la CBC produit pour les écoliers des émissions radiophoniques qui cultivent le goût de la littérature, plutôt que celui de la lecture. La télévision fait du bon travail auprès des plus jeunes : The Friendly Giant, emblème de la télé éducative publique pendant 26 ans, est une émission d’un quart d’heure montrant le héros éponyme et ses amis Jerome the Giraffe et Rusty the Rooster en train de bavarder, de lire, de faire de la musique ou de chanter. Le style serein, distrayant et éducatif plaît à l’enfant qui s’apprête à découvrir la lecture. Les jeunes francophones ont droit à Bobino (1957-1985) et à Passe-partout (1977-1987), deux émissions qui valorisent le livre comme source d’information. Entre 1958 et 1964, trois fois par semaine, les enfants d’âge préscolaire et leurs parents sont conviés à Nursery School Time, émission divertissante et éducative pour les petits. Les producteurs de la CBC aident les parents à choisir en publiant la grille horaire à l’avance et en dressant des listes de livres conseillés pour les enfants. À la fin des années 1950, l’antenne de la CBC à Vancouver produit Hidden Pages, émission d’une demi-heure par semaine diffusant des adaptations dramatiques de livres pour pré-adolescents.

  • 58 New Brunswick Federation of Home and School Associations, Primer for Parents, p. 4.

42Le rôle parental s’étoffe après l’avènement de la télévision. Comme la structure familiale est en pleine mutation depuis la fin de la guerre, les écoles réagissent aux reproches qui leur sont adressés en rappelant que les parents sont les premiers éducateurs des enfants. En 1956, la New Brunswick Federation of Home and School Associations déclare dans un manifeste de 39 pages intitulé Primer for Parents : « Trop d’ignorants ont trop longtemps péroré sur cet enseignement qui constitue la principale matière au programme élémentaire. » La lecture est désormais enseignée « dans un ordre différent », précise-t-on dans le texte qui invite les parents à ne pas éluder leur responsabilité : « Lire tout haut, partager, expliquer, guider, voilà ce que des parents sages […] peuvent faire pour aider leurs enfants à découvrir les livres58. » Le développement de l’éducation préscolaire, des maternelles et des garderies amène les parents à initier très tôt leurs enfants à la lecture.

  • 59 S. Landy, «Why Johnny Can Read… but Doesn’t», Canadian Library Journal, no 34, octobre 1977, p. 387

43Pendant les années 1970, la qualité des lectures des jeunes suscite un flot d’études et ressuscite le débat sur les « bons » et les « mauvais » livres, mais cette fois, c’est la télévision qui est accusée de tous les maux de la lecture. Au terme d’une de ces enquêtes sur les jeunes qui ne lisent plus, Sarah Landy constate que « le non-lecteur a tendance à considérer la lecture comme une source d’information tout juste bonne pour faire ses devoirs. Il n’associe que très rarement lecture et plaisir59. » Elle en conclut qu’il faut diversifier les lectures des jeunes, leur proposer aussi des bandes dessinées, des revues, des livres humoristiques, des publications sur le sport. Malgré certaines résistances, le conseil sera suivi par beaucoup de bibliothèques publiques et scolaires.

44La mobilisation des écrivains et des éditeurs canadiens survient au terme d’une décennie d’enquêtes exhaustives, alors que se propage le concept du « lecteur réticent », tiré d’un livre sur la littérature pour la jeunesse publié en 1953 par Lillian H. Smith, The Unreluctant Years. Comme solution de rechange aux bandes dessinées et autres lectures dépréciées, on commence vers la fin des années 1970 à produire des livres attrayants au vocabulaire simplifié. Les personnages sont à peine esquissés, mais l’intrigue démarre sur des chapeaux de roues, et chaque chapitre se clôt sur un suspense ; bref, on copie le style narratif de la télévision pour mieux retenir l’attention des non-lecteurs. Plébiscités par les enseignants, ces romans seront adoptés par de nombreux écrivains et éditeurs.

  • 60 L. Nilson (comp.), The Best of Children’s Choices, p. 102.

45Depuis 1979, les enfants ont aussi voix au chapitre grâce à la publication Children’s Choices, une initiative du Citizens Committee on Children. Reconnaissant que « les goûts des jeunes ne se conforment pas toujours au jugement des adultes », ce groupe de citoyens de la région d’Ottawa veut renseigner les parents sur les véritables goûts des enfants. Avec le temps, « enseignants et bibliothécaires ont massivement adopté Children’s Choices. Ses index détaillés aident les uns à repérer des titres pour enrichir leurs cours de sciences sociales ou de langue, les autres à répondre rapidement aux demandes des parents en quête de livres pour un lecteur réticent comme aux attentes des enfants avides de bons livres sur leurs thèmes favoris60. » En 1980, inciter les enfants à lire est devenu l’affaire d’une foule d’intervenants au Canada, des parents et gardiens aux auteurs et dessinateurs, en passant par les bibliothécaires, les enseignants, les libraires, les éditeurs et, parfois, les enfants eux-mêmes.

Notes

1 Canada, Statuts, 1847, 10-11 Victoria, c. 31, « An Act for Repealing and Consolidating the Present Duties of Customs in This Province », 1847.

2 « Banned Books − 1938 », Quill & Quire, vol. 5, avril 1939, p. 37.

3 B. Ryder, « Undercover Censorship », p. 134-135.

4 R. Whitaker, « Chameleon on a Changing Background », p. 20.

5 J. Keshen, « The First World War in Print ».

6 Canada, Statuts, 1914, 5 George V, c. 2, Loi sur les mesures de guerre.

7 J. Keshen, Propaganda and Censorship during Canada’s Great War, p. 93.

8 R. Whitaker, « Chameleon on a Changing Background », p. 26.

9 H. D. Fischer, Struggle for Press Freedom in Canada, p. 53-64.

10 G. Purcell, « Wartime Press Censorship in Canada », p. 10.

11 McMaster University Library, William Ready Divison of Archives and Research Collections, Macmillan Company of Canada fonds, first accrual, authors’series, partie 1, carton 47, H. S. Eayrs à I. Baird, 6 et 13 novembre 1939.

12 G. Purcell, « Wartime Press Censorship in Canada », p. 80.

13 R. Whitaker, « Chameleon on a Changing Background », p. 31.

14 B. Fraser, « Our Hush-Hush Censorship: How Books Are Banned », Maclean’s Magazine, 15 décembre 1949, p. 25; « Ulysses Comes Out of Hiding », The Vancouver Sun, 13 avril 1950, p. 12.

15 « The Case of Lady Chatterley », The Vancouver Sun, 20 juin 1960, p. 4.

16 J. V. McAree, « Failing as Artists They Turn to Dirt », The Globe and Mail, 3 février 1949, p. 6.

17 J. Clydesdale, « The Naked and the Dead by Norman Mailer − Under the Hood », This Magazine, vol. 36, no 2, septembre-octobre 2002, p. 2.

18 Canada, Code criminel du Canada (2006), art. 163 (8).

19 Ibid., art. 587 (1) (d).

20 M. Czarnecki, « Margaret Laurence and the Book Banners », Chatelaine, vol. 58, octobre 1985, p. 55 et 190.

21 B. Ryder, « Undercover Censorship », p. 129.

22 Citation tirée de A. W. Harrison, Check-List of United Church of Canada Publications, vol. 1, dédicace.

23 Queen’s University Archives, Lorne Pierce fonds, Lorne Pierce à E. J. Pratt, 16 décembre 1924.

24 M. Jeanneret, God and Mammon: Universities as Publishers, p. 1-2.

25 The Raphaelite, [Saint John, Mount Carmel Academy], vol. 3, 1937, p. 36.

26 B. Ryder, « Undercover Censorship », p. 139.

27 Ibid., p. 138-145.

28 J. Bakan, « Beyond Censorship », p. 84-88.

29 J. Dick, Not in Our Schools?!!! School Book Censorship in Canada, p. 88-93.

30 Ibid., p. 39.

31 Ibid., p. 9-10.

32 P. Hébert, avec P. Nicol, Censure et littérature au Québec… (1625-1919).

33 P. Hébert, « Une censure totale ? ».

34 J.-C. Harvey, Pages de critique, p. 94.

35 Semaine religieuse de Québec, 4 avril 1935, p. 489.

36 A. DesRochers, « Les “individualistes” de 1925 », Le Devoir, 25 novembre 1951, p. 9.

37 En décembre 1946, Maurice Duplessis, procureur général et premier ministre de la province de Québec, fait perdre au restaurateur Frank Roncarelli de Montréal son permis de vente de boissons alcooliques pour avoir accepté de payer le cautionnement de 400 Témoins de Jéhovah accusés de sédition. Roncarelli gagnera finalement sa cause, en septembre 1959, quand la Cour suprême du Canada sommera Maurice Duplessis de lui rembourser personnellement les frais encourus.

38 P. Hébert, avec É. Salaün, Censure et littérature au Québec… (1920-1959), p. 125-126.

39 Ibid., p. 228.

40 T. Bertrand, « Le Devoir et la littérature. Une page littéraire décevante », Lectures, tome V, no 10, juin 1949, p. 577-586.

41 R.-M. Charland, « L’État adulte », Lectures, tome XII, no 1, septembre 1965, p. 2.

42 J. E. Baker, Archibald MacMechan, p. 126.

43 Voir la piquante correspondance de Deacon publiée dans W. A. Deacon, Dear Bill.

44 Canadian Forum, vol. 1, no 1, octobre 1920, p. 3.

45 Voir M. Fee, « Lorne Pierce, Ryerson Press, and The Makers of Canadian Literature Series ».

46 Canadian Historical Review, no 1, 1920, p. 1.

47 D. Staines, « Reviewing Practices in English Canada », p. 63-64.

48 R. Fulford, D. Godfrey et A. Rotstein (dir.), Read Canadian.

49 S. Egoff, The Republic of Childhood, p. 13.

50 Y. Lamonde, P. F. McNally et A. Rotundo, « Les bibliothèques publiques et l’émergence d’une culture publique », p. 285; et L. A. McGrath, « Service to Children in the Toronto Public Library », p. 192.

51 L. H. Smith, The Unreluctant Years, p. 13.

52 J. Chabot, Montréal et le rayonnement des bibliothèques publiques, p. 41-42.

53 L. A. McGrath, « Service to Children in the Toronto Public Library », p. 104-105, 87, 123 et 111.

54 G. Boulizon, Livres roses et séries noires, p. 166-168.

55 L. A. McGrath, « Service to Children in the Toronto Public Library », p. 331.

56 F. Irvine, « Introduction », dans Current Problems in Reading Instruction, p. iii.

57 Young Canada Listens: School Broadcasts, 1942-1943, p. 27.

58 New Brunswick Federation of Home and School Associations, Primer for Parents, p. 4.

59 S. Landy, «Why Johnny Can Read… but Doesn’t», Canadian Library Journal, no 34, octobre 1977, p. 387.

60 L. Nilson (comp.), The Best of Children’s Choices, p. 102.

Table des illustrations

Légende 17.1 Clarté : journal d’opinions et d’action populaire, 17 avril 1937. Publié à Montréal de 1935 à 1939, ce journal communiste a résisté à toutes les tentatives de fermeture. Le titre de la caricature de S. Field associe le régime Duplessis à la montée du fascisme. (Bibliothèque de l’Assemblée nationale, Québec.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 17.2 Pegi Nicol MacLeod, Jane Reading (vers 1948). (J. M. Barnicke Art Gallery, Hart House, University of Toronto.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17446/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 17.3 Barbara Cooney (illustratrice), brochure publicitaire pour la Semaine du livre pour la jeunesse canadienne/Young Canada’s Book Week de 1959. (The Children’s Book Council, Inc. [New York] et Barbara Cooney Porter Royalty Trust.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17446/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteurs

Bibliothécaire spécialiste des manuscrits du Moyen Âge et des livres anciens à la Thomas Fisher Rare Book Library de la University of Toronto, détient un doctorat en théologie de la Katholieke Universiteit Leuven en Belgique. Il s’intéresse à l’histoire de la théologie et à l’histoire de la censure.

Professeur adjoint de littérature canadienne à l’Université Concordia à Montréal. Ses principaux centres d’intérêt en recherche sont l’histoire du livre, le nationalisme canadien et les mémoires écrits par des Canadiens. Il termine un ouvrage consacré à la littérature victorienne nationaliste du Canada intitulé provisoirement Britons in the New Dominion.

Professeur au Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke. Ses recherches portent depuis plusieurs années sur la censure et la littératrure au Québec. Il a publié entre autres deux livres sur cette question, en 1997 et 2004, puis le Dictionnaire de la censure au Québec. Littérature et cinéma, en 2006, avec Yves Lever et Kenneth Landry.

University Killam Professor Emeritus à la University of British Columbia. Il a publié plusieurs ouvrages sur la poésie, la critique et la littérature pour la jeunesse. Il est le directeur de publication de l’Encyclopedia of Literature in Canada (2002) et de six volumes du Dictionary of Literary Biography consacrés au Canada.

Actuellement archiviste au Kingston General Hospital. Ses principaux centres d’intérêt sont les écrivains canadiens et l’édition, les ephemeras du XIXe siècle, les récits de vie et l’histoire de la médecine au Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr