Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume III

 | 
Carole Gerson
, 
Jacques Michon

Septième partie : La lecture

Chapitre 16. Les habitudes de lecture

Michel Verette, Heather Murray, Andrea Rotundo, Klay Dyer, Denis Saint-Jacques, Claude Martin et Clarence Karr

Texte intégral

L’alphabétisation et l’illettrisme

michel verrette

1Si la notion d’alphabétisation est difficile à cerner au cours des siècles précédents, au XXe siècle la notion elle-même devient volatile. Il est impossible de porter sur elle un seul regard et d’avoir à son sujet une opinion définitive. Au tournant du XXe siècle, même si le critère de la signature peut être encore considéré comme valable pour évaluer le taux d’alphabétisation, ce sont désormais les notions de lecture et d’écriture élémentaires qui prévalent dans la définition du terme. Au Canada, en 1911, le pourcentage des personnes de plus de cinq ans sachant lire et écrire s’élevait à 89 % ; seulement 0,5 % de la population ne savait que lire, une quantité statistiquement négligeable.

  • 1 W. Clark, « Cent ans d’éducation scolaire », p. 23.

2En 1921, dans son ensemble, le Canada a atteint un niveau d’alphabétisation presque maximum. Si le taux d’alphabétisation plafonne alors à 90 %, c’est à cause en partie d’une politique d’immigration qui permet l’entrée au pays de gens ne sachant parler ni français, ni anglais, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sachent ni lire ni écrire dans leur langue maternelle1. Il faut ajouter également que la population de Terre-Neuve, où le taux d’alphabétisation est plus bas, est exclue de ce recensement puisque cette province n’entre dans la Confédération qu’en 1949.

  • 2 Canada, Bureau fédéral de la statistique, Septième recensement du Canada, 1931, p. 269.

3En 1931, dernière année où le taux d’alphabétisation figure au recensement, les enquêtes portent sur les personnes de 10 ans et plus afin de s’assurer que la population examinée a eu le temps de fréquenter l’école assez longtemps pour lire ou écrire2. On constate que seulement 3,4 % de la population, sans compter les autochtones, est qualifiée d’analphabète. Les recensements ultérieurs ne retiennent que la fréquentation scolaire et la scolarité de la population. Dans cette perspective, le faible taux d’analphabétisme de 1931 a sans doute été considéré comme résiduel et incompressible.

  • 3 G. Bouchard, Quelques arpents d’Amérique, p. 446.
  • 4 C. Lessard, « L’alphabétisation à Trois-Rivières, 1634-1939 », p. 87.

4Le tableau général de l’alphabétisation avant la Deuxième Guerre mondiale nécessiterait de très nombreuses nuances. À titre d’exemple, au Québec, chez les cultivateurs du Saguenay, il faut attendre la deuxième moitié du siècle pour parvenir à une alphabétisation complète3. Dans la région de Trois-Rivières, d’après le relevé des signatures aux mariages, c’est au cours des années 1920 qu’on atteint ce niveau4, soit une décennie plus tard que dans l’ensemble du Canada. D’autres cas d’exception pourraient encore être trouvés dans la population, notamment chez les Métis et les Amérindiens dans les nouvelles régions de colonisation de l’Ouest ou chez les immigrants arrivés après la Première Guerre mondiale.

  • 5 J. H. Morrison, « “Black Flies, Hard Work, Low Pay”: A Century of Frontier College ».

5En Ontario, où le niveau d’alphabétisation presque maximum était déjà enregistré à la fin du XIXe siècle, on a senti très tôt le besoin de prendre contact avec les populations des régions éloignées afin de les alphabétiser. En 1899, Alfred Fitzpatrick, un pasteur du culte protestant, mettait sur pied la Canadian Reading Camp Association, qui est devenue en 1919 le Frontier College. Pour les besoins de la cause, le concept d’enseignant-cultivateur est créé, et se répand bientôt dans le reste du Canada. On ne s’adresse plus dès lors uniquement aux cultivateurs des nouvelles régions, mais aussi aux travailleurs miniers et aux ouvriers des chemins de fer5.

  • 6 A. M. Thomas, Analphabétisme chez les adultes au Canada, p. 16.

6Après la Deuxième Guerre mondiale, plus particulièrement à compter des années 1960 avec le phénomène des baby-boomers qui arrivent à l’âge adulte et la bureaucratisation croissante de l’État et de l’économie, les organisations nationales et internationales, l’UNESCO en tête, lancent le concept d’alphabétisation fonctionnelle. Sont ainsi considérés comme analphabètes les individus qui n’ont pas terminé une 5e année scolaire, et comme analphabètes fonctionnels ceux qui n’ont pas complété leur 9e année. La définition de la personne alphabétisée change donc de niveau, passant de l’élémentaire au secondaire6. On considère qu’une personne ne peut fonctionner adéquatement dans une société de plus en plus bureaucratisée et paperassière sans avoir terminé une 9e année. Pour souligner l’importance du phénomène, on crée en 1967 la journée mondiale de l’alphabétisation qui est célébrée le 8 septembre.

  • 7 W. Clark, « Cent ans d’éducation scolaire », p. 23.
  • 8 A. M. Thomas, Analphabétisme chez les adultes au Canada, p. 63.
  • 9 J. J. Tuinman, « Alphabétisation », dans EC (1985), vol. 1, p. 56.
  • 10 A. M. Thomas, Analphabétisme chez les adultes au Canada, p. 63.

7Le nouveau concept d’alphabétisation fonctionnelle fait augmenter substantiellement les taux d’analphabétisme au pays. En 1971, il y aurait eu au Canada 30 % d’analphabètes fonctionnels7, 28,4 % en 19768 et encore 20 % en 19819. En 1976, dans la plupart des provinces, les analphabètes fonctionnels représentent près du tiers de la population. À la même époque, l’Ontario en aurait compté tout de même 25 %, les autres provinces se situant sous la barre des 20 %10.

8Ces données très inquiétantes suscitent de vigoureux débats. Au départ, on conteste la pertinence de lier le taux d’alphabétisation au taux de scolarisation. Est-ce que le fait d’avoir terminé une 9e année est un meilleur gage de réussite économique, de capacité à fonctionner dans la société ? Pour répondre à cette question, il faudrait pouvoir mesurer l’efficacité de l’instruction reçue et emmagasinée au cours des années scolaires, d’où la prudence des spécialistes face aux statistiques basées uniquement sur les années de scolarité. De plus, ces statistiques ne tiennent pas compte du degré de développement des régions qui n’exigent pas toutes le même niveau de formation de la population.

9Des mesures sont alors prises pour corriger ce qui semble être un problème social important. Des groupes d’action communautaire spécialisés en alphabétisation apparaissent alors un peu partout au Canada. Des associations provinciales et nationales sont créées afin de coordonner le travail, puis de gérer les subventions qui leur sont attribuées par les pouvoirs publics qui ont calculé les coûts sociaux et économiques qu’entraîne l’analphabétisme fonctionnel. La clientèle de ces groupes d’action est très variée. D’abord, il y a les immigrants qui entrent au Canada sans parler aucune des deux langues officielles du pays. Ensuite, les adultes analphabètes qui, n’ayant jamais senti l’obligation d’apprendre ni à lire ni à écrire, découvrent à la suite de changements dans le monde du travail les lacunes de leur formation. Enfin, le groupe des décrocheurs scolaires, que l’on essaie de récupérer par ce moyen avant qu’il ne soit trop tard. Dans l’ensemble, d’une décennie à l’autre, de 10 à 15 % de la population canadienne aurait eu besoin de ces services.

10Ce qui fut longtemps considéré comme suffisant pour vivre en société et qui ne constituait pas un obstacle infranchissable pour le nouvel immigrant est devenu, au fil des ans, et surtout à partir de la seconde moitié du XXe siècle, tout à fait insuffisant. À la fin du siècle, qui est placée sous le signe de la performance, la notion d’analphabétisme technologique ou informatique viendra s’ajouter au concept d’alphabétisation fonctionnelle et soulèvera de nouvelles questions d’adaptation et de formation.

Les enquêtes sur la lecture

heather murray et andrea rotundo

  • 11 Nous n’avons pas tenu compte ici des nombreuses enquêtes sur l’alphabétisation des adultes ni du d (...)

11Les enquêtes menées auprès des lecteurs entre la Première Guerre mondiale et 1980 sont étonnamment nombreuses. Quoique de portée inégale, elles sont révélatrices en tant que documents de l’histoire sociale. Quel est leur objet ? Comment les enquêteurs conçoivent-ils la lecture ? Et quelles questions jugent-ils — ou ne jugent-ils pas — important de poser à leurs répondants ? Mais alors que le terme « enquête » peut être appliqué à tout examen des goûts et des profils démographiques des lecteurs, telles les statistiques détaillées de circulation des bibliothèques ou de ventes de livres, nous nous limiterons ici aux sondages directs des lecteurs portant sur leurs goûts et leurs habitudes de lecture, effectués par le moyen de recensements, questionnaires, entrevues ou à l’aide d’un groupe témoin11. Une exception est à noter, les données du Bureau fédéral de la statistique sur les bibliothèques qui, bien qu’obtenues de façon indirecte, sont la source première d’information sur le lectorat national avant 1978.

  • 12 Voir, par exemple, Marketing “Profile” Survey, étude entreprise en 1978 par la revue industrielle (...)
  • 13 Voir, par exemple, « In the Editor’s Confidence », Maclean’s Magazine, 15 mai 1947, p. 4 ; « Canad (...)
  • 14 « Test 11 Magazines’Audience in Biggest Reader Survey », Financial Post, 15 janvier 1949, p. 9.
  • 15 Canadian Facts Ltd., Report of a Study of the Daily Newspaper.
  • 16 « Series of Surveys Include Teenage Readership Details », Marketing, 21 avril 1967, p. 6.

12Les enquêtes sur la lecture poursuivent une grande variété d’objectifs. Certaines sondent le lectorat d’un magazine ou d’un journal de manière à recruter de nouveaux publics ou à explorer de nouveaux marchés, ou pour mieux ajuster les contenus aux goûts du public12. À partir de 1940, l’initiative la plus connue en cette matière est celle du Maclean’s Magazine qui a recours, sur une base annuelle, à des « démarcheurs » qui font du porte-à-porte pour prendre le pouls des lecteurs ; après quoi, dans des éditoriaux, la direction du Maclean’s informe les lecteurs sur leurs attentes et annonce les mesures qu’elle prendra pour les satisfaire13. Les associations professionnelles commandent pour leur part des études plus générales : en 1949, une première vérification des tirages de périodiques, pour le compte du Magazine Research Group of Canada nouvellement constitué, décrit les lecteurs de 11 périodiques aussi bien français qu’anglais14. Un sondage mené en 1962 pour la Canadian Daily Newspaper Publishers Association donne lieu à plus de 3 000 entrevues individuelles (dans presque un tiers des cas avec des enfants et des adolescents) concernant « le lieu, la manière et le moment » où ils lisent des journaux15. L’émergence de la « jeunesse » comme groupe de lecteur distinct est manifeste dans l’enquête de 1967 commandée par le magazine The Canadian qui tente de savoir, entre autres choses, s’il parvient à « rejoindre » les adolescents16.

  • 17 G. H. L., « What Do Canadians Read? », Canadian Bookman, no 5, novembre 1923, p. 318; A. H. Gibbar (...)
  • 18 À l’origine classées avec « l’éducation », les statistiques de bibliothèques passent dans l’envelo (...)
  • 19 Canada, Bureau fédéral de la statistique, Division de l’éducation, Survey of Libraries/Relevé des (...)
  • 20 Ibid., Survey of Libraries, 1946-48, p. 10.

13Les enquêtes commandées par des entreprises commerciales ou des revues professionnelles ne sont pas nécessairement étroitement ciblées. Au début des années 1920, le Canadian Bookman se donne bien du mal pour déterminer si le Canada est un pays « passionné de lecture » et s’efforce de trouver des éléments de réponse à cette question. Un article intitulé « What Do Canadians Read ? » avance que la première Semaine du livre de la Canadian Authors Association a contribué à éveiller le public aux productions canadiennes. Un autre article intitulé « What Moose Jaw Reads » montre que les romans comptent pour pas moins de 85 % des emprunts en bibliothèque effectués le samedi par des adultes17. Le besoin d’informations plus crédibles concernant la lecture publique est comblé, du moins en partie, avec la création en 1921 du Relevé des bibliothèques du Bureau fédéral de la statistique qui, les premières années, recueille en plus des données de circulation provinciales et nationales des statistiques provenant de bibliothèques particulières18. Certaines tendances significatives s’en dégagent : par exemple, la baisse des emprunts chez les adultes, qui correspond à l’amélioration du marché de l’emploi après la crise économique, et l’augmentation constante de l’emprunt chez les jeunes, qui atteindra au milieu du siècle un sommet avec plus de 50 % de la circulation nationale19. Certaines statistiques appellent des études plus poussées : la baisse de 25 % enregistrée dans l’emprunt d’ouvrages de fiction pendant et après la Deuxième Guerre mondiale20 est-elle le reflet d’une transformation des goûts du public, de la diminution du temps de loisir, de la popularité des romans-feuilletons publiés dans les magazines, de l’attrait des livres de poche bon marché ou des efforts des bibliothécaires pour détourner les lecteurs des romans frivoles ? L’enquête exceptionnelle de 1936-1938, qui comprend des sections intitulées « Qui utilise les bibliothèques ? » et « Que lit-on ? », emprunte une voie différente de celle des statistiques. On y découvre des données ventilées par emprunteurs et emprunteuses ; on y trouve une réflexion sur les différences de goût des lecteurs de la campagne et des lecteurs de la ville ; on y apprend la préférence pour la sociologie de l’Île-du-Prince-Édouard qui, à cet égard, a une longueur d’avance sur le reste du pays, imputable notamment au dynamisme du mouvement des cercles d’études dans cette province, phénomène dont traite DeNel Rehberg Sedo au chapitre 18.

  • 21 A. Kapos, Toronto Speaks.
  • 22 J. Talbot et M. Liversage, Lake Erie Regional Library System.
  • 23 R. Stanton, Vancouver Public Library: Users Survey at the Central Library, July 1972.
  • 24 G. Soules, What People Want in a Library.
  • 25 Toronto Public Library, Reading in Toronto, p. 20.

14Certaines bibliothèques et des réseaux particuliers, qui ont davantage besoin de données modulées, sondent aussi leurs propres abonnés. En 1960, un rapport de la Toronto Public Library, Toronto Speaks, mesure avec précision le degré d’alphabétisation, les préférences linguistiques et les habitudes de lecture de loisir de la population adulte immigrante d’après-guerre21, tandis que l’enquête fouillée de la Lake Erie Regional Library se penche, en 1972, sur l’appartenance linguistique et les préférences en matière de lecture de nombreux groupes de nouveaux venus dans la région22. La même année, la Vancouver Public Library sonde les usagers des différents services de la Central Library23 en vue d’une enquête plus ambitieuse visant à déterminer « ce qu’attendent les gens d’une bibliothèque24 ». En 1944, en montrant que les livres pourvus d’une jaquette exercent un plus grand attrait, une ingénieuse enquête de la Toronto Public Library démontre sans aucun doute possible que les lecteurs jugent les livres d’après leur couverture25. On trouve de semblables enquêtes menées par des bibliothèques, petites et grandes, dans les rapports annuels, les revues d’association et les dossiers de bibliothèque.

  • 26 « Survey of Canadian Book Buyers », Quill & Quire, vol. 38, avril 1972, p. 1.
  • 27 L. Kubas, Les quotidiens et leurs lecteurs.
  • 28 K. F. Watson, Les habitudes de lecture comme loisir, p. 120-121.
  • 29 Voir C. Delude-Clift, Le comportement des Québécois. Un compte rendu de l’enquête paru dans Le Dev (...)

15Si les rapports émanant du Relevé des bibliothèques contiennent les données les plus constantes sur le public lecteur, des institutions gouvernementales sondent les lecteurs de façon intermittente à d’autres fins. En 1972, l’Ontario Royal Commission on Book Publishing distribue quelque 2 500 questionnaires aux membres du Readers’ Club of Canada26. La faillite en 1980 de deux quotidiens respectés suscite une commission royale d’enquête sur les journaux qui, en décembre de la même année, conduit une étude pilote préparatoire à une enquête plus complète, la « National Readership Study » effectuée auprès de 3 500 adultes. Le rapport de la commission constate d’intéressantes disparités régionales, dont le fait qu’on lit moins les journaux dans les provinces de l’Atlantique et les Prairies, et établit une corrélation entre la lecture de journaux et la lecture de livres, de magazines et l’utilisation de la radio et de la télévision27. Dans ce qui sera sans nul doute l’enquête la plus exhaustive jamais entreprise sur les lecteurs canadiens, le Secrétariat d’État ajoute un « Aperçu des activités de loisir choisies : habitudes de lecture » à son enquête publiée dans le mensuel Labour Force Survey en février 1978. On y interroge ainsi environ 17 000 répondants sur la place que tient la lecture dans leur vie, sur leurs goûts, leurs attitudes et leurs sources d’approvisionnement. L’analyse minutieuse de ces données est particulièrement éclairante en ce qui concerne la répartition par genres et sujets traités, les contrastes entre les deux cultures et les comparaisons statistiques avec d’autres pays ; le sondage comprend aussi des questions sur le pays d’origine des livres ou des périodiques, de même que sur la langue dans laquelle ils sont imprimés, mais aucune compilation de cette information n’a été effectuée. En se basant sur son portrait global du temps de loisir consacré à la lecture par les adultes, le rapport met en doute le prétendu « fossé entre les sexes » par rapport à la lecture de livres, découvre d’alarmantes disparités dans l’ensemble du pays quant à l’accès aux livres et aux aptitudes de lecture des adultes, et conteste les enquêtes antérieures qui établissent une corrélation entre la lecture et le temps consacré activement à d’autres passe-temps28. Ce sondage continue depuis de servir de référence pour les enquêtes sur les habitudes de lecture. Au Québec, le Centre de recherche sur l’opinion publique (CROP) se livre au même genre de travail en 1976, et se penche sur l’usage des temps libres et les activités culturelles dans la province, où des taux étonnamment bas de lecture de loisir chez les adultes font comprendre aux éducateurs et aux éditeurs l’urgence d’agir29.

  • 30 Le service des Special Collections de la University of Calgary Library abrite les archives du grou (...)
  • 31 L. Wheatcroft, Something for Nothing.
  • 32 D. Broten et P. Birdsall, The Canadian Reader I; D. Broten, P. Birdsall et G. Donald, The Canadian (...)
  • 33 M. Ben-Gera, Enquête sur les habitudes de la lecture en Ontario.
  • 34 « Weekend Poll: Reading Habits », Vancouver Sun Weekend Magazine, 24 juin 1978, p. 3.

16En 1980, le rapport monumental de James Lorimer et l’interprétation des données brutes sur les activités de loisir par Susan Shaw constituent de remarquables retombées de l’enquête nationale de 1978. Commandé par l’Association of Canadian Publishers, Book Reading in Canada (1983) brossera le portrait d’ensemble de la population des lecteurs de livres en portant plus d’attention que le rapport initial à la réception des imprimés canadiens. Que les éditeurs canadiens se doivent de connaître les lecteurs canadiens est une prémisse que reconnaît aussi CANLIT, l’innovatrice équipe de recherche-action30. En 1975, le projet pilote Something for Nothing a pris note des réactions des résidents du nord de Toronto lorsqu’on leur a remis gratuitement (en leur demandant de le lire) un livre de poche choisi parmi une collection d’une centaine de titres offerts par des éditeurs canadiens31 ; lui succèdent, en 1978, une enquête approfondie auprès de plusieurs centaines de résidents de la région de Peterborough et un sondage pancanadien auprès de 16 classes de littérature canadienne du secondaire32. De toute évidence, 1978 représente une année charnière en matière d’enquêtes sur la lecture : en plus de celles déjà mentionnées, il faut ajouter une enquête ontarienne33 qui jauge les impacts du programme « Half Back », lequel permet d’utiliser les billets perdants à la loterie provinciale pour acheter des livres canadiens, et Weekend Magazine qui commande un sondage téléphonique auprès de plus de mille citadins afin de connaître notamment leurs genres et auteurs préférés34.

  • 35 A. Bergeron, Les habitudes de lecture des Québécois, p. 63.
  • 36 J. Mirucki, Le marché du livre au Canada, tome I, p. 1.
  • 37 G. Gagnon, Habitudes et comportements des lecteurs.
  • 38 M. Alain, « Recherches psycho-sociologiques sur les habitudes de lecture au Canada » ; L. Brunet, (...)

17Depuis 1944, année où l’éditeur Albert Lévesque entreprend une vaste enquête sur la lecture chez les Canadiens français, les sociologues, les analystes culturels et les membres de l’industrie du livre au Québec sentent toujours le besoin d’études plus spécialisées. Empruntant son nom à une salutation familière, « Entrez donc », l’enquête de Lévesque sur la lecture de livres et de journaux menée auprès de « 2 239 foyers de langue française au Canada », dont les ménages francophones hors Québec, offre d’intéressantes répartitions par régions et occupations professionnelles, et examine l’incidence d’un autre média (dans ce cas précis, la radio) sur la lecture — thème qui demeure une caractéristique des études québécoises. Les données récurrentes qui démontrent un taux anormalement faible de lecture du livre dans la province nécessiteraient des analyses et explications plus approfondies. En 1973, l’enquête d’Alain Bergeron auprès d’une centaine de répondants de la ville de Québec se concentre sur les facteurs liés à la famille et à l’éducation qui infléchissent la prédisposition à la lecture et conclut que le niveau de culture de ces lecteurs citadins se compare à celui du reste « du monde occidental35 ». L’étude en deux volumes de Jean Mirucki, Le marché du livre au Canada (1986), est la contrepartie francophone du rapport Lorimer ; d’ailleurs, Mirucki utilise lui aussi des données tirées de l’enquête de Statistique Canada de 197836. Il produit d’abondants renseignements sociodémographiques et des tableaux exposant la disponibilité du livre, les modèles d’acquisition du livre, les effectifs des clubs du livre et autres renseignements reliant, pour reprendre le titre d’un chapitre, « Les lecteurs et la demande de livres ». L’orientation urbaine de nombreuses enquêtes aura également pour effet de susciter des études régionales ou rurales, comme celle entreprise en 1970 avec la collaboration du ministère québécois des Affaires culturelles37. Enquêtes et études sur les habitudes de lecture au Québec prolifèrent à tel point dans les années 1970 qu’elles deviennent de plein droit un sujet de recherche : Marc Alain analyse les enquêtes psychosociologiques sur les habitudes de lecture en 1972, tant au Canada anglais qu’au Québec ; dans son synopsis de 1980, Lise Brunet propose, quant à elle, un survol critique des courants dominants et des postulats méthodologiques en ce domaine38.

18Si de nombreuses enquêtes sur la lecture se concentrent sur des objectifs étroits ou commerciaux, elles cherchent la plupart du temps à saisir de plus vastes problèmes qui se manifestent au fil du siècle. Entre les deux guerres, elles visent à déterminer si le Canada est un pays doué d’une culture littéraire et si les bibliothèques publiques rejoignent et servent adéquatement la population ; dans les années 1960 et 1970, elles veulent savoir s’il existe une tranche de la population prête à « lire des ouvrages canadiens » et à soutenir une industrie nationale de l’édition, et si les provinces, les régions et les groupes ethniques ou culturels sont véritablement représentés dans les sondages nationaux.

Les best-sellers

klay dyer, denis saint-jacques et claude martin

  • 39 E. Long, The American Dream and the Popular Novel, p. 5.
  • 40 M. Korda, Making the List, p. x-xi.

19L’esthétique et la philosophie du roman populaire et, au-delà, l’influence des succès de librairie sont depuis longtemps objets de polémique. Pour beaucoup de critiques, les best-sellers ne sont que des spécimens d’une culture de masse dégradée, réduite à l’état de marchandise. Pour d’autres, « les romans à succès sont des produits culturels particulièrement importants comme phénomènes sociaux. Bien que ce soient des livres, leur statut de best-sellers en fait d’abord une construction sociale39 » qui éclaire en profondeur la dynamique socioculturelle de la lecture dans la vie quotidienne. Lire une liste de succès de librairie, c’est pénétrer dans une « réalité révisée » et découvrir ce qu’une société alphabétisée achète et, doit-on supposer, lit en marge des prescriptions des gardiens de la légitimité culturelle : « Comme le pèse-personne, [le best-seller] nous dit la vérité, si peu flatteuse soit-elle, et est donc […] une mesure assez fiable de notre culture40. »

  • 41 M. Vipond, « Best Sellers in English Canada, 1899-1918 », p. 99.

20L’idée de calculer et de comparer les volumes de vente tire son origine de la transformation du livre en marchandise aux États-Unis : « Dès son premier numéro, en février 1895, la revue américaine Bookman publie des listes de livres établies “selon la demande” et d’après des données glanées auprès de libraires partout aux États-Unis41. » Cette liste inaugurale a été éclipsée en 1911 par celle du Publisher’s Weekly, la plus influente de son temps.

Les best-sellers en anglais

  • 42 Ibid.

21En 1901, s’inspirant de la liste du Bookman, le Bookseller and Stationer a créé « un “sommaire canadien” des six livres les plus vendus chaque mois au Canada42 ». Les auteurs canadiens y figurent en bonne place, avec en tête Sir Gilbert Parker, auteur de romans historiques répondant si bien au goût du jour que son nom apparaît encore dans les listes des succès de librairie de la Première Guerre mondiale. Il y côtoie Ralph Connor, L. M. Montgomery, Stephen Leacock et Norman Duncan. Parker, Connor et Basil King, écrivain méconnu aujourd’hui, font bonne figure aux États-Unis également.

22Le déclenchement des hostilités en 1914 a provoqué une prévisible modification du ton et des thèmes des best-sellers signés par des Canadiens. Rhymes of a Red Cross Man du Canadien Robert Service occupe la première place sur la liste américaine des œuvres non romanesques en 1917 et 1918, devant In Flanders Fields and Other Poems de son compatriote John McCrae, en cinquième place en 1919. Connor campe dans la catégorie des romans internationaux avec The Major, en septième place en 1918, et The Sky Pilot in No Man’s Land, premier sur la liste canadienne l’année suivante. Les palmarès canadiens fourmillent de romans historiques, de récits de guerre, de biographies et de guides d’autoformation, entre autres genres familiers, mais quelques œuvres plus littéraires y percent, comme Wild Geese (1925) de Martha Ostenso et Wild Animals I Have Known (1926 ; réédition du texte de 1898) d’Ernest Thompson Seton, pour le plus grand embarras des critiques habitués à diaboliser tous les titres populaires.

  • 43 M. Vipond, « Best Sellers in English Canada, 1919-1928 », p. 88-89 et 99.
  • 44 D. M. Daymond, « Mazo De La Roche », p. 108.

23Les listes canadiennes d’après-guerre ne sont pas moins dominées que celles d’avant-guerre par des noms britanniques ou américains, notamment Zane Grey, W. J. Locke et Mary Roberts Rinehart. Selon les calculs de Mary Vipond, « durant les années 1920, environ 17 % des romans qui deviennent des best-sellers au Canada sont signés par des Canadiens, 37 % par des Américains, 45 % par des Britanniques et 3 % [ sic] par des écrivains d’autres nationalités. Pour la période 1899-1918, les chiffres correspondants sont 20 %, 44 %, 36 % et 0 %. » Les noms canadiens se raréfient au fil des années 1920, passant de 20 % dans la première moitié de la décennie à 14 % dans la seconde43. Paradoxalement, c’est à cette époque de déclin que Jalna (1927) de Mazo De La Roche lance la nouvelle auteure canadienne de best-sellers internationaux : « De son vivant, la chronique de la famille des Whiteoak de Jalna […] s’est vendue à plus de 11 000 000 d’exemplaires dans 193 éditions anglaises et 92 éditions étrangères44. »

  • 45 Costain figure ensuite dans les listes de 1947 (The Moneyman, no 2), 1949 (High Towers, no 7), 195 (...)
  • 46 A. P. Hackett et J. H. Burke, 80 Years of Best Sellers: 1895-1975, p. 150.

24Après la Deuxième Guerre mondiale, quelques tendances lourdes persistent : les Américains étendent leur emprise sur les listes canadiennes, la restructuration des entreprises livre le marché des best-sellers à une poignée de grands éditeurs, et cette concentration de pouvoir favorise le développement d’une sorte de vedettariat littéraire. Le poids des clubs du livre se fait sentir de plus en plus fortement ; ce sont deux grandes organisations américaines, le Book of the Month Club et la Literary Guild, qui ont le plus d’influence sur les marchés canadiens du best-seller. Au moins un écrivain canadien en profite : Thomas B. Costain, qui vend 2 100 000 exemplaires de The Black Rose en 1945 et se classe troisième au palmarès annuel du Publisher’s Weekly45. Un roman ultérieur, High Towers, septième en 1949, dépasse le million d’exemplaires grâce aux 800 000 livres et plus vendus par le Dollar Book Club46, procurant à Costain une audience qui lui assure une place parmi les auteurs à succès pendant une bonne partie des années 1950.

25Les succès de Costain l’expatrié, comme ceux du romancier Arthur Hailey, immigrant britannique arrivé au Canada en 1947 et reparti pour les Bahamas après avoir connu des succès internationaux avec ses romans Airport (classé premier en 1968) et Wheels (premier en 1971), soulèvent la question du rapport entre la littérature (populaire ou non) et la formation d’un imaginaire proprement canadien. La seule œuvre littéraire canadienne qui ait été un succès de librairie aux États-Unis au milieu du siècle est Earth and High Heaven de Gwethalyn Graham, classée neuvième en 1945.

26Du milieu du siècle aux années 1970, les succès de librairie deviennent de plus en plus difficiles à mesurer au Canada anglais à cause, entre autres, de la prolifération des catégories et de la pénurie de données fiables. Les journaux commencent à publier des listes nationales et locales dressées à partir des rapports de vente des libraires. Pendant un an environ (1969-1970), Quill & Quire imprime des listes émanant de librairies situées dans différentes parties du pays : à part quelques variations régionales, les livres américains dominent partout. Les titres canadiens les plus populaires, cette année-là, sont les mémoires politiques de Judy LaMarsh, Memoirs of a Bird in a Gilded Cage, et les Selected Poems, 1956-1968 de Leonard Cohen. Les palmarès se spécialisent : écrivains canadiens et auteurs étrangers, livres de poche et éditions reliées, sans parler des grands classements par genres ou par thèmes. Pendant les années 1960 et 1970, malgré le développement de l’édition de poche et le nombre de livres canadiens-anglais publiés, aucun titre canadien ne parvient à figurer parmi les 15 plus grands succès de librairie internationaux. Cette exclusion durera jusqu’à la fin du millénaire, même pour les lauréats canadiens de grands prix internationaux.

Les best-sellers en français

27Les premières listes de best-sellers n’apparaissent régulièrement dans les journaux du Québec que dans les années 1970. Avant 1954, les mentions de réédition qui se calculent en millier d’exemplaires servent d’indicateurs de succès. De 1954 à 1970, des listes publiées sporadiquement révèlent une prise de conscience graduelle du phénomène du best-seller.

  • 47 D’après la banque de données sur les rééditions littéraires au Québec de Max Roy, archives du Cent (...)

28Avant les années 1950, les succès romanesques les plus notoires, Un homme et son péché (1933) de Claude-Henri Grignon, Menaud, maître draveur (1937) de Félix-Antoine Savard et Le survenant (1945) de Germaine Guèvremont, avec une dizaine d’éditions chacun47, sont soutenus, pour deux d’entre eux, par des adaptations radiophoniques et télévisuelles. Le succès de Menaud, qui ne bénéficie pas d’un tel relais médiatique, résulte en partie d’une réception enthousiaste de la part de la critique nationaliste et de la diffusion de l’ouvrage dans les écoles. En 1945, Bonheur d’occasion de Gabrielle Roy connaît, quant à lui, une réussite remarquable qui dépasse les frontières : le roman, qui comptera en 1978 huit éditions en français — six au Québec, une en France et une en Suisse —, reçoit le prix Femina et est retenu, en traduction, dans la sélection mensuelle du Book of the Month Club de New York.

  • 48 Pour la période 1954-1958, les données proviennent d’une analyse des 25 meilleurs titres de l’anné (...)

29De 1954 à 1958, Le Petit Journal fait paraître une rubrique hebdomadaire intitulée « Livres en vedette », où une quinzaine de titres sont sélectionnés, mais sans classement déterminé. Les publications françaises s’y taillent une part enviable (57 %), suivies des ouvrages québécois (30 %). De 1959 à 1962, cette rubrique est remplacée par une liste de best-sellers comprenant cinq titres classés par ordre d’importance. Les plus grands succès de cette période — Les insolences du Frère Untel, célèbre pamphlet de la Révolution tranquille, Le dernier des justes d’André Schwarz-Bart, prix Goncourt, les Mémoires intérieurs de François Mauriac, La saison des pluies de Graham Greene et Le docteur Jivago de Boris Pasternak, à qui le gouvernement russe a interdit de recevoir le prix Nobel en 1958 — donnent une idée de l’ouverture du marché québécois aux succès étrangers et de la pénétration de celui-ci par des éditeurs parisiens comme Gallimard et Robert Laffont. Justement, ce dernier diffuse à cette époque une collection intitulée « Best-sellers48 ». De 1962 à 1969, ce sont les rééditions qui permettent encore de déterminer quels sont les succès de l’heure. Ainsi, Une saison dans la vie d’Emmanuel de Marie-Claire Blais, avec ses huit éditions, son prix Médicis et ses dix traductions, remporte la palme des plus grands succès québécois de la période.

  • 49 D. Saint-Jacques et al., Ces livres que vous avez aimés.

30À partir de janvier 1970, le quotidien La Presse propose une liste de best-sellers publiée chaque semaine, qui contient une dizaine de titres. On y retrouve aussi bien Papillon d’Henri Charrière que Le parrain (traduction de The Godfather) de Mario Puzo et le Petit manuel d’histoire du Québec de Léandre Bergeron. Dans cette décennie, les deux titres qui reviennent le plus souvent sont Le choc du futur (traduction de Future Shock) d’Alvin Toffler (90 fois) et Kamouraska d’Anne Hébert (62 fois)49. La part de la production québécoise parmi les 25 titres les plus populaires au cours d’une année tourne autour de 60 % au début des années 1970 et de 40 % en 1980. Dans la production des éditeurs français distribuée au Québec, qui disputent la première place aux éditeurs québécois, 40 % des titres retenus sont des traductions de livres américains. Au cours de ces années, les récits de fiction, romans et bandes dessinées occupent une place de plus en plus importante dans les listes des best-sellers, représentant le tiers du corpus. Les biographies suivent à 20 %, alors que les essais et les livres pratiques paraissent en perte de vitesse, passant de 45 à 30 % au palmarès.

31Les données des sondages sur les pratiques culturelles au Québec démontrent que les lecteurs de best-sellers sont proportionnellement plus scolarisés que la moyenne de la population. Le contingent le plus important, qui représente les deux tiers du lectorat, est formé par des femmes, surtout celles qui ont une scolarité de niveau collégial et un emploi. Elles lisent tout autant les œuvres écrites pour elles par des femmes que les œuvres d’auteurs masculins, alors que les lecteurs masculins ne lisent pas ce genre de littérature destinée au public féminin. En général, les lecteurs de best-sellers disent rechercher dans ce type d’ouvrages un héros qui se montre exemplaire dans sa résistance à l’adversité et un récit qui soit profitable à leur expérience personnelle. Il faut signaler enfin que le développement du marché des best-sellers à partir des années 1970 incitera au cours des décennies suivantes plusieurs auteurs québécois, comme Yves Beauchemin, Arlette Cousture et Marie Laberge, à écrire pour ce lectorat.

Les correspondances de lectrices et de lecteurs

clarence karr

  • 50 S. E. McMullin, « Walt Whitman’s Influence in Canada ».
  • 51 R. Panofsky, « At Odds: Reviewers and Readers of the Jalna Novels », p. 65. Les archives De La Roc (...)

32Le spectacle de partisans exaltés constitue l’un des traits les plus frappants de la culture populaire du XXe siècle. L’exemple extrême nous est offert par les déguisements et les langages utilisés par les admirateurs de la série Star Trek. Leurs équivalents littéraires deviennent souvent des emblèmes de leur époque : par exemple, au début du XXe siècle, le truculent poète Walt Whitman a inspiré à ses admirateurs la création de cultes et de clubs dont deux qui ont vu le jour dans la région de Toronto50. La vénération entourant le poète populiste écossais Robert Burns est plus durable : aujourd’hui encore, le 25 janvier, on mange du haggis d’un océan à l’autre pour commémorer sa date de naissance. Cela dit, les admirateurs canadiens de tel livre ou de tel auteur ne sont pas très portés sur l’adoration publique. Leurs marques d’appréciation sont plus individualistes, plus intimistes, plus discrètes, moins constantes aussi. La lettre est leur moyen d’expression préféré, pour tisser à l’occasion des relations personnelles avec des auteurs vivants. Les archives de plusieurs écrivains conservent des traces de ce genre de correspondance ; Mazo De La Roche, par exemple, « a reçu des milliers de lettres du monde entier, dans un nombre incalculable de langues, de correspondants de différents niveaux d’instruction51 ».

  • 52 University of Manitoba Archives and Special Collections, MSS 56, carton 49, dossier 2, John B. Mer (...)
  • 53 University of Western Ontario Archives, Arthur Stringer papers, carton 3, dossier 3, Meredith Flor (...)
  • 54 Ibid., dossier 3, Lisa Elliot à A. Stringer, 7 janvier 1922.
  • 55 R. Panofsky, « At Odds: Reviewers and Readers of the Jalna Novels », p. 67-68.

33S’ils ne sont pas simplement en quête d’une signature, les lecteurs qui écrivent ces lettres d’admiration agissent sous le coup d’une vive émotion ressentie à la lecture d’un texte ; aussi leurs missives jettent-elles un éclairage important sur la réception de l’imprimé. Ces lecteurs sont souvent si déconcertés par leur propre audace qu’ils demandent à l’auteur d’excuser leur intrusion. Ils ne peuvent s’empêcher de lui faire partager leurs secrets, sur un ton proche de la confession qui témoigne de leur immense candeur. C’est qu’ils ont lu le texte au travers d’un prisme, celui de leur propre vie, et se sentent en étroite communion affective, voire intellectuelle avec l’auteur tel qu’ils le perçoivent. Plusieurs lecteurs et lectrices qui se disent envoûtés par le texte de l’auteur, évoquent une fusion psychique. Au milieu des années 1930, par exemple, The Man from Glengarry de Ralph Connor émeut si profondément un lecteur de 19 ans qu’il écrit : « Il vous pénètre jusqu’à la moelle. Son thème exquis vous hante52. » À certains admirateurs, le livre apporte réconfort et consolation ; d’autres y puisent des perspectives neuves sur leur propre vie. « Oh ! quel réconfort, confie l’un d’eux à Arthur Stringer, de lire des pensées qu’on a souvent eues sans pouvoir les exprimer53. » Des générations de lectrices se sont reconnues dans l’esprit indépendant d’Anne Shirley (de Green Gables), l’héroïne de L. M. Montgomery. Les lecteurs évoquent volontiers le soutien moral, le surcroît de confiance et de courage qu’ils ont puisés dans les livres de l’auteur auquel ils écrivent, telle cette Suédoise transplantée dans la plaine canadienne qui se sent si proche de Chaddie, l’héroïne de la trilogie des Prairies de Stringer, que son histoire l’aide à surmonter le choc du déracinement et à persévérer54. À l’instar du fils d’un admirateur de Mazo De La Roche d’Edmonton, beaucoup d’enfants ont reçu le nom d’un auteur ou d’un personnage de roman55.

  • 56 University of Manitoba Archives and Special Collections, MSS 56, carton 49, dossier 1, Roy Wilkins (...)

34Quelques lecteurs prétendent même que certains livres ont changé le cours de leur vie. En 1931, un homme qui avait songé à se suicider après la mort tragique de son fils unique, écrit à Ralph Connor : « Si je survis, je le devrai à vos œuvres56. » Plusieurs hommes d’Église ont attribué leur choix de carrière aux romans de cet auteur. Tantôt, un lien spirituel fort se tisse entre le lecteur et l’auteur, produisant l’impression de rencontrer « une âme sœur », comme le dit l’héroïne Anne Shirley. Tantôt, c’est la coïncidence entre le roman et la vie du lecteur — les circonstances, les personnages, les événements — qui déclenche la réaction fusionnelle et la lettre admirative.

  • 57 York University Archives and Special Collections, Margaret Laurence fonds, 1980-001/007 (07), [Dav (...)

35Les livres qui provoquent ce genre de réactions traduisent en général une foi profonde dans la nature humaine. Leurs lecteurs sont frappés, non par la présence de l’écrivain, la puissance de sa voix, mais par l’absence de cynisme et de négativisme dans son examen de la condition humaine. Les admirateurs de Margaret Laurence soulignent la profondeur psychologique et la neutralité de ses portraits, deux qualités qui les émeuvent au point de leur arracher rires et larmes. « J’aime vos romans, écrit un admirateur en 1975, parce que vous aimez sincèrement et intelligemment la vie — le vivant — et les gens57. »

36À la fin du XXe siècle, les adeptes de la communication imprimée transmettent leurs réactions admiratives moins par la poste que sur la Toile, sur les sites de clavardage et autres lieux d’échange en ligne, comme les « Kindred Spirits » du L. M. Montgomery Institute de la University of Prince Edward Island. Ces réseaux d’échange, qui court-circuitent la relation avec l’auteur, sont moins révélateurs de l’interaction intime du lecteur avec le texte que les lettres de confidences de lecteurs ou de lectrices directement adressées à l’écrivain.

Les autobiographies de lecteurs : L. M. Montgomery et Marcel Lavallé

clarence karr

37Affamés de culture, les grands lecteurs ont des goûts fort éclectiques. Durant la première moitié du XXe siècle, ils font leur miel des livres de lecture scolaire conçus pour un large public, des collections de chefs-d’œuvre de la littérature mondiale et d’une pléthore de réimpressions bon marché. Indifférente aux frontières disciplinaires, leur quête exprime la personnalité et les ambitions personnelles de ces individus. Les journaux intimes de L. M. Montgomery (1874-1942), fille adulée de l’Île-du-Prince-Édouard à qui Anne of Green Gables a conféré une gloire internationale, et de Marcel Lavallé (1922-1963), fils d’humbles agriculteurs québécois incarcéré pendant une grande partie de sa vie adulte, révèlent des parcours comparables.

  • 58 Sources : L. M. Montgomery, The Selected Journals, et M. Lavallé, Journal d’un prisonnier. On trou (...)

38Séparés par le sexe, l’éducation, la religion, la langue, la classe sociale et deux générations, ces êtres mènent des vies très dissemblables, lisent rarement les mêmes livres et ont des réactions très différentes face à la modernité. Montgomery note ses lectures du début à la fin de sa vie adulte ; Lavallé, uniquement les livres en français et en anglais qu’il dévore en prison pendant les années 1950. Pourtant, leurs journaux intimes présentent des similitudes qui laissent croire à l’existence de tendances généralisables58. Tous deux lisent avec avidité pour s’instruire ou se divertir, des poèmes, des romans, la Bible, des biographies, des ouvrages d’histoire, des pièces de théâtre, des essais et des œuvres classiques choisis au hasard et couvrant un vaste répertoire. Tenaillés par l’envie de lire, qu’ils comparent à une soif inextinguible, ils savent aussi bien lire très rapidement que prendre le temps de lire lentement et intensivement un livre. Lavallé, qui s’approvisionne en faisant du troc avec d’autres détenus quand il n’écume pas la bibliothèque de la prison, avale d’une traite une étude critique sur Victor Hugo et des traductions d’un roman de John Steinbeck, du Mein Kampf d’Adolf Hitler et des Dialogues de Platon, mais consacre plusieurs jours aux Propos sur le bonheur d’Alain (Émile-Auguste Chartier), dont il goûte la sagesse. Montgomery, de son côté, confesse que les Essais de Ralph Waldo Emerson l’absorbent entièrement. L’un et l’autre relisent volontiers les livres qu’ils ont aimés, en mémorisent des extraits, notent les maximes qui leur montrent ou leur confirment la voie à suivre. La forme matérielle du livre les laisse indifférents : ils ne s’intéressent qu’au contenu.

39Montgomery est une chrétienne libérale rebelle aux doctrines de l’Église, Lavallé, un athée avoué, mais ils portent tous les deux l’empreinte de leur éducation familiale et religieuse. Ils relisent régulièrement la Bible, savourant sa sagesse, ses récits, son imagerie, et manifestent un penchant pour le livre de Job. Ils détestent les textes moralisateurs. En dehors de leurs lectures sérieuses, ils se gavent de romans policiers : Montgomery connaît tout Agatha Christie, Lavallé adore Georges Simenon. Ils lisent aussi pour se distraire et se détendre : Lavallé lit des romans populaires contemporains et des extraits d’On Liberty de John Stuart Mill ; Montgomery, vers la fin de sa vie, revient aux livres de Sir Walter Scott, d’Anthony Trollope et d’Ian Maclaren qu’elle a aimés enfant.

40Pour s’instruire, ces deux grands lecteurs plongent dans des ouvrages érudits d’histoire, de philosophie et de science. Lavallé, qui a quitté l’école plus tôt que Montgomery, est un autodidacte plus zélé ; il lit même les dictionnaires pour enrichir son vocabulaire. Tous deux puisent leur plaisir intellectuel à des sources bien différentes. Les poèmes de Robert Browning, les essais de Bliss Carman, les romans et la biographie de George Eliot éclairent et inspirent Montgomery, tandis que Lavallé admire André Gide pour son esprit d’aventure et sa volonté d’être luimême, volonté qu’il communique au lecteur.

41Les livres sont aussi des amis et des sources de réconfort. Le Journal d’un curé de campagne de George Bernanos aide Lavallé à combattre le désespoir et la dépression qui le rongent ; les poèmes de La Fontaine le réconfortent. Pour Montgomery, les livres constituent le meilleur des remèdes contre les désagréments d’un mariage malheureux et sa vie d’épouse de pasteur presbytérien. Après avoir assisté à une répétition houleuse, Decline and Fall of the Roman Empire d’Edward Gibbon lui permet de retrouver la sérénité ; History of Greece de George Grote atténue sa peine durant une crise intime.

42Ni la fascination ni le plaisir n’amoindrissent l’instinct critique de ces lecteurs impénitents. Même quand l’ouvrage les absorbe tout entiers, ils conservent le recul nécessaire et font passer le texte au crible de leur expérience. Ils manifestent un penchant calviniste commun pour l’introspection qui les pousse à s’autoanalyser à travers leurs lectures, surtout pendant leur jeunesse. Montgomery, qui vivra plus longtemps que Lavallé, prendra l’habitude de ressasser ses souvenirs vers la fin de sa vie.

43Chaque lecteur est façonné par son cadre de vie. Comme tous les membres de sa génération, Montgomery abhorre le réalisme cru, lui préférant l’humanisme idéaliste des grands écrivains du XIXe siècle, mais apprécie les ouvrages historiques et biographiques de facture contemporaine, comme Queen Victoria de Lytton Strachey et Reminiscences de Margo (Asquith) Tennant qui font partie de ses livres favoris. Plus moderne, Lavallé goûte le style laconique et brutal des Roger Martin du Gard, André Malraux et François Mauriac, de même que les franches descriptions de l’homosexualité de Gide et de Gore Vidal. Lavallé est un grand amateur de l’avant-garde américaine : Norman Mailer, Truman Capote, Thomas Wolfe, entre autres. Les tableaux de la pauvreté américaine brossés par Erskine Caldwell dans Tragic Ground et God’s Little Acre lui semblent bien plus réels que le village traditionnel du Québec dépeint par Ringuet dans Trente arpents. À la littérature québécoise, il reproche son autocensure et son incapacité à saisir le langage parlé du peuple. Ses choix, ses perspectives critiques et ses jugements sévères sur l’Église et le provincialisme du Québec témoignent d’un progressisme rare pour un jeune homme de cette époque.

44Au-delà de ce qui les sépare, ces deux lecteurs sont des adeptes d’un humanisme libéral qui oriente et qui est façonné par ces lectures compulsives. À Montgomery comme à Lavallé, le livre a donné des ailes, mais aussi des racines.

Notes

1 W. Clark, « Cent ans d’éducation scolaire », p. 23.

2 Canada, Bureau fédéral de la statistique, Septième recensement du Canada, 1931, p. 269.

3 G. Bouchard, Quelques arpents d’Amérique, p. 446.

4 C. Lessard, « L’alphabétisation à Trois-Rivières, 1634-1939 », p. 87.

5 J. H. Morrison, « “Black Flies, Hard Work, Low Pay”: A Century of Frontier College ».

6 A. M. Thomas, Analphabétisme chez les adultes au Canada, p. 16.

7 W. Clark, « Cent ans d’éducation scolaire », p. 23.

8 A. M. Thomas, Analphabétisme chez les adultes au Canada, p. 63.

9 J. J. Tuinman, « Alphabétisation », dans EC (1985), vol. 1, p. 56.

10 A. M. Thomas, Analphabétisme chez les adultes au Canada, p. 63.

11 Nous n’avons pas tenu compte ici des nombreuses enquêtes sur l’alphabétisation des adultes ni du degré d’aptitude à lire des enfants.

12 Voir, par exemple, Marketing “Profile” Survey, étude entreprise en 1978 par la revue industrielle du même nom, Survey of Readers of the “United Church Observer” (Toronto, Gruneau Research Ltd., 1961) et Continuing Study of Publication Audiences : C.S.P.A. Report on “United Church Observer”, July 1964 (Toronto, Gruneau Research Ltd., 1964), qui ciblent d’éventuels annonceurs dans le United Church Observer.

13 Voir, par exemple, « In the Editor’s Confidence », Maclean’s Magazine, 15 mai 1947, p. 4 ; « Canada’s Newsmagazine Enters Year Two : A Progress Report to Maclean’s Readers », Maclean’s Magazine, 4 octobre 1976, p. 14.

14 « Test 11 Magazines’Audience in Biggest Reader Survey », Financial Post, 15 janvier 1949, p. 9.

15 Canadian Facts Ltd., Report of a Study of the Daily Newspaper.

16 « Series of Surveys Include Teenage Readership Details », Marketing, 21 avril 1967, p. 6.

17 G. H. L., « What Do Canadians Read? », Canadian Bookman, no 5, novembre 1923, p. 318; A. H. Gibbard, « What Moose Jaw Reads », Canadian Bookman, no 4, avril 1922, p. 121-122.

18 À l’origine classées avec « l’éducation », les statistiques de bibliothèques passent dans l’enveloppe « culturelle » en 1975. L’information publiée durant cette période se concentre d’abord sur l’accessibilité aux livres, puis sur la formation et les diplômes des bibliothécaires, enfin sur le financement et les infrastructures.

19 Canada, Bureau fédéral de la statistique, Division de l’éducation, Survey of Libraries/Relevé des bibliothèques, 1952-1954, p. 26.

20 Ibid., Survey of Libraries, 1946-48, p. 10.

21 A. Kapos, Toronto Speaks.

22 J. Talbot et M. Liversage, Lake Erie Regional Library System.

23 R. Stanton, Vancouver Public Library: Users Survey at the Central Library, July 1972.

24 G. Soules, What People Want in a Library.

25 Toronto Public Library, Reading in Toronto, p. 20.

26 « Survey of Canadian Book Buyers », Quill & Quire, vol. 38, avril 1972, p. 1.

27 L. Kubas, Les quotidiens et leurs lecteurs.

28 K. F. Watson, Les habitudes de lecture comme loisir, p. 120-121.

29 Voir C. Delude-Clift, Le comportement des Québécois. Un compte rendu de l’enquête paru dans Le Devoir (7 janvier 1978, p. 28) commence comme suit : « Un Québécois sur trois ne lit aucun journal et 56 % avouent n’avoir jamais lu un seul livre de leur vie. »

30 Le service des Special Collections de la University of Calgary Library abrite les archives du groupe CANLIT, y compris les relevés de l’enquête originale.

31 L. Wheatcroft, Something for Nothing.

32 D. Broten et P. Birdsall, The Canadian Reader I; D. Broten, P. Birdsall et G. Donald, The Canadian Reader II.

33 M. Ben-Gera, Enquête sur les habitudes de la lecture en Ontario.

34 « Weekend Poll: Reading Habits », Vancouver Sun Weekend Magazine, 24 juin 1978, p. 3.

35 A. Bergeron, Les habitudes de lecture des Québécois, p. 63.

36 J. Mirucki, Le marché du livre au Canada, tome I, p. 1.

37 G. Gagnon, Habitudes et comportements des lecteurs.

38 M. Alain, « Recherches psycho-sociologiques sur les habitudes de lecture au Canada » ; L. Brunet, « Les tendances de la recherche sur les habitudes de lecture au Québec ».

39 E. Long, The American Dream and the Popular Novel, p. 5.

40 M. Korda, Making the List, p. x-xi.

41 M. Vipond, « Best Sellers in English Canada, 1899-1918 », p. 99.

42 Ibid.

43 M. Vipond, « Best Sellers in English Canada, 1919-1928 », p. 88-89 et 99.

44 D. M. Daymond, « Mazo De La Roche », p. 108.

45 Costain figure ensuite dans les listes de 1947 (The Moneyman, no 2), 1949 (High Towers, no 7), 1952-1953 (The Silver Chalice, no 1), 1955 (The Tontine, no 9) et 1957 (Below the Salt, no 9).

46 A. P. Hackett et J. H. Burke, 80 Years of Best Sellers: 1895-1975, p. 150.

47 D’après la banque de données sur les rééditions littéraires au Québec de Max Roy, archives du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoise (CRILCQ), Université du Québec à Montréal.

48 Pour la période 1954-1958, les données proviennent d’une analyse des 25 meilleurs titres de l’année (150 sur 4007). Pour la période 1959-1962, un ensemble de 774 titres ont été analysés. Données compilées par Claude Martin avec la collaboration de Caroline Bergeron et Gaëlle Jeannesson.

49 D. Saint-Jacques et al., Ces livres que vous avez aimés.

50 S. E. McMullin, « Walt Whitman’s Influence in Canada ».

51 R. Panofsky, « At Odds: Reviewers and Readers of the Jalna Novels », p. 65. Les archives De La Roche sont conservées à la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

52 University of Manitoba Archives and Special Collections, MSS 56, carton 49, dossier 2, John B. Merchant à R. Connor, 18 novembre 1934.

53 University of Western Ontario Archives, Arthur Stringer papers, carton 3, dossier 3, Meredith Floris Waite à A. Stringer, 18 septembre 1921.

54 Ibid., dossier 3, Lisa Elliot à A. Stringer, 7 janvier 1922.

55 R. Panofsky, « At Odds: Reviewers and Readers of the Jalna Novels », p. 67-68.

56 University of Manitoba Archives and Special Collections, MSS 56, carton 49, dossier 1, Roy Wilkinson à R. Connor, 6 juillet 1931.

57 York University Archives and Special Collections, Margaret Laurence fonds, 1980-001/007 (07), [David Glassco?] à M. Laurence, 21 juin 1975.

58 Sources : L. M. Montgomery, The Selected Journals, et M. Lavallé, Journal d’un prisonnier. On trouvera plus d’information sur les lectures de Montgomery dans C. Karr, « Addicted to Reading ».

Auteurs

Professeur agrégé au Collège universitaire de Saint-Boniface et auteur de Lalphabétisation au Québec, 1660-1900 : en marche vers la modernité culturelle (2002). Ses recherches portent sur l’histoire socioculturelle et sont centrées sur l’enseignement et l’alphabétisation.

Heather Murray enseigne au Department of English de la University of Toronto. Son plus récent ouvrage, Come, Bright Improvement ! The Literary Societies of Nineteenth-Century Ontario, a été publié en 2002. Elle étudie actuellement la rhétorique des premiers mouvements de réforme au Canada.

Un chercheur indépendant avec une longue feuille de route dans le domaine de l’histoire des lecteurs et de la lecture au Canada des origines à nos jours. Présentement, il prépare une édition critique de In the Village of Viger de Duncan Campbell Scott et travaille à une étude consacrée à l’esthétique et à l’idéologie entourant les libraires itinérants dans l’histoire canadienne.

Professeur de littérature française et québécoise au Département des littératures de l’Université Laval et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises. Il dirige le collectif La vie littéraire au Québec.

Économiste et professeur au Département de communication de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les statistiques dans le domaine de la culture et des communications, le développement des industries culturelles, les best-sellers et la programmation télévisuelle au Québec.

Professeur d’histoire à la retraite du Malaspina University College de Nanaimo, en Colombie-Britannique, est l’auteur de Authors and Audiences : Popular Canadian Fiction in the Early Twentieth Century (2000). Il s’intéresse présentement au roman populaire, aux lettres d’admirateurs et aux lectures de L. M. Montgomery.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search