Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume III

 | 
Carole Gerson
, 
Jacques Michon

Troisième partie : L’édition pour grand public

Chapitre 8. La presse périodique

Mary Vipond, Marie-Jose Des Rivières, Carole Gerson, Denis Saint-Jacques, Frédéric Brisson, Jacques Michon, Carolyn Strange et Tina Loo

Texte intégral

L’évolution de la grande presse commerciale

mary vipond

1Pour la majeure partie du XXe siècle, l’univers de la presse périodique au Canada est dominé par des questions de propriété et de concurrence. En ce qui concerne les journaux, l’essor des chaînes et des conglomérats médiatiques qui conduira les villes à n’être desservies que par un seul journal soulève l’inquiétude et déclenche la tenue d’enquêtes publiques. Pour ce qui est des périodiques, qui se heurtent à la concurrence serrée des magazines américains, le gouvernement fédéral va mettre en place des mesures variées pour soutenir l’industrie canadienne. Cependant, si la propriété et la concurrence médiatiques retiennent le plus l’attention, d’autres transformations importantes vont survenir. Ainsi, à mesure qu’elle se consolide, l’industrie des journaux se diversifie grâce à l’apparition du format tabloïd et à la multiplication des journaux communautaires. Les périodiques se diversifient parallèlement et, en 1980, le marché longtemps dominé par les magazines pour le grand public comprendra un vaste éventail de publications spécialisées.

  • 1 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport], p. 56.
  • 2 Ibid.; P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 75.
  • 3 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport ], p. 58 ; P. Audley, ibid., p. 75.

2À la fin de la Première Guerre mondiale, le Canada compte environ 135 quotidiens et autant de propriétaires. Les journaux sont soumis à une très faible concurrence extérieure et appartiennent presque tous à des entrepreneurs locaux. La plupart des villes, peu importe la taille, possèdent alors deux ou trois quotidiens. L’industrie profite d’un tarif postal de 2e classe peu élevé qui n’équivaut qu’à une fraction des frais de port réels et qui permet à de nombreux lecteurs ruraux d’avoir accès aux quotidiens urbains. Cette subvention instaurée immédiatement après la Confédération par le gouvernement fédéral avait été consentie afin de « faciliter la diffusion de l’information dans toute la nouvelle fédération1 ». Si cette subvention perd une partie de sa justification à mesure que d’autres médias contribuent à véhiculer les nouvelles à travers le pays, elle demeure néanmoins en place et, au début des années 1980, conjuguée au tarif postal préférentiel s’appliquant aussi aux périodiques, elle coûtera aux Postes 120 000 000 $ annuellement2. Les quotidiens et les périodiques de masse profitent également d’une exemption de la taxe de vente imposée au fabricant (taxe d’accise fédérale), une économie qui, en 1980, se chiffre à plus de 100 000 000 $3.

  • 4 P. Audley, ibid., p. 37-40.
  • 5 L. Kubas, Les quotidiens et leurs lecteurs, p. 96.
  • 6 Ce chiffre est calculé après la fermeture des quotidiens Winnipeg Tribune et Ottawa Journal.
  • 7 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport], p. xi.
  • 8 Ibid., p. 108-110.

3Compte tenu d’une technologie de plus en plus onéreuse, et malgré cette aide gouvernementale indirecte, les propriétaires de journaux cherchent à réaliser des économies d’échelle. À partir des années 1920, la Presse canadienne, une agence coopérative appartenant aux journaux, fournit des nouvelles nationales et internationales à ses sociétaires d’un bout à l’autre du pays4. Au cours de la même décennie, les familles Sifton et Southam fondent les premières chaînes de journaux au Canada. La chaîne Southam va demeurer l’une des plus importantes du marché anglophone, position qu’elle partage au cours des décennies suivantes avec la Thomson Newspapers Limited et le groupe Sun. En 1980, ces trois entreprises réunies contrôlent 67 % du tirage des quotidiens de langue anglaise. Le marché des quotidiens de langue française, situé principalement au Québec, connaît la même année une concentration encore plus grande avec Quebecor qui accapare à lui seul 46,5 % des tirages et Gesca de Paul Desmarais avec 28,8 %5. Ainsi, s’il existe 117 quotidiens urbains à la fin de l’année 1980, seules sept villes canadiennes sont le théâtre d’une véritable concurrence à cet égard6. La Commission royale sur les quotidiens (commission Kent), née en 1981 « de la stupéfaction et du choc7 » provoqués par la fermeture des quotidiens Winnipeg Tribune (fondé en 1890) et Ottawa Journal (fondé en 1885) par les groupes Thomson et Southam, constate que la recherche de profits toujours croissants ne peut qu’inciter les propriétaires de journaux à réaliser d’autres fusions et à restreindre ainsi la concurrence. La baisse de couverture des scènes locales et régionales par les grands quotidiens donne lieu à une vive critique, même si la multiplication des journaux communautaires est perçue comme une des réponses à ce problème. La deuxième source de préoccupation concerne l’acquisition graduelle des journaux par des conglomérats aux intérêts commerciaux divers, incluant d’autres médias, ce que les commissaires associent à un déclin du service public8. Le gouvernement ne prendra néanmoins aucune mesure à cet égard.

  • 9 S. E. Houston, « “A Little Steam, a Little Sizzle and a Little Sleaze” ».
  • 10 L. Kubas, Les quotidiens et leurs lecteurs, p. 99-100.
  • 11 P. Desbarats, Les quotidiens et l’ordinateur, p. 1 et 2.

4Si l’industrie des journaux est demeurée fidèle à ses pratiques pendant des décennies, elle fait face à des changements décisifs dans les années 1970. Mentionnons entre autres l’émergence de tabloïds quotidiens mettant l’accent sur le crime et le sexe, lancés à Montréal et à Québec par le groupe Quebecor de Pierre Péladeau et popularisés dans plusieurs villes canadiennes-anglaises par le groupe Sun. Les tabloïds avaient déjà commencé à faire partie de la scène journalistique torontoise avant la Deuxième Guerre mondiale ; au milieu des années 1950, les trois grands tabloïds de la ville, Flash (1936 ?-1972), Hush (1927-1937, 1941-1973) et Justice Weekly (1946-1972), sont distribués partout au Canada9. Il n’en demeure pas moins que la décennie 1970 en est une de grande croissance pour ce genre de publications. En 1980, Le Journal de Montréal (1964-) monopolise près de 62 % du marché montréalais de langue française et le Sun de Toronto (1971-) détient presque 22 % du marché torontois10. Le succès des tabloïds modifie le paysage de l’industrie canadienne des journaux, tandis que leur parution matinale amorce la tendance générale des lecteurs à préférer les journaux du matin à ceux du soir. La nouvelle importance accordée aux journaux de fin de semaine et l’introduction des éditions du dimanche apporteront une autre innovation. Par ailleurs, l’arrivée des ordinateurs dans le monde de la presse et des salles de nouvelles entraînera des changements dans la pratique journalistique que Peter Desbarats qualifiera pertinemment de « révolutionnaires11 ».

  • 12 I. A. Litvak et C. J. Maule, Cultural Sovereignty, p. 30 et 31.

5De son côté, l’industrie des revues et magazines est plongée dans une situation très différente et beaucoup moins prospère. En effet, dès 1918, le marché canadien est submergé par les publications américaines. Durant les années 1920 et 1930, les éditeurs de périodiques canadiens sollicitent du gouvernement une protection qui va au-delà des tarifs postaux subventionnés. À la fin des années 1920, le gouvernement libéral réduit le tarif douanier sur une partie du papier et des autres produits d’importation nécessaires aux éditeurs de périodiques. Au début des années 1930, le gouvernement conservateur instaure pour une courte période un tarif douanier sur les périodiques importés. Cette mesure va inspirer le lancement d’éditions canadiennes de revues américaines (périodiques imprimés au Canada à partir de plaques ayant traversé la frontière, et comportant parfois un certain contenu canadien). Ceux-ci bénéficient d’un avantage considérable, car, comme leurs frais généraux sont absorbés par le vaste marché américain, cela leur permet d’offrir des taux publicitaires à rabais pour le marché canadien. Le gouvernement fédéral se penche finalement sur la question à la fin des années 1950, alors que 80 % du marché canadien des magazines d’intérêt général revient aux Américains, incluant les importations directes (tirages excédentaires) et les éditions canadiennes de magazines d’origine américaine. À cette époque, à elles seules, les éditions canadiennes du Reader’s Digest (édition française établie en 1947, édition anglaise en 1948) et du Time (édition anglaise seulement, établie en 1943) accaparent 37 % des recettes publicitaires des magazines12.

6La Commission royale d’enquête sur les publications (commission O’Leary) est constituée en 1960 dans le but d’enquêter sur la situation des magazines canadiens. En 1964, à la suite des recommandations de la Commission, la Loi de l’impôt sur le revenu est modifiée de façon à empêcher les annonceurs de comptabiliser dans leurs déductions fiscales les coûts des annonces publicitaires publiées dans des périodiques non canadiens, à l’exception des éditions canadiennes de magazines américains déjà en place. L’article 5 du Tarif des douanes est également modifié de façon à interdire l’importation d’éditions à tirage fractionné de périodiques non canadiens dont les annonces publicitaires sont destinées au marché canadien. À la fin des années 1960, l’industrie des magazines canadiens se retrouve toutefois dans une situation désastreuse. Bien que le Maclean’s (voir illustration 8.1) atteigne un important lectorat, les Canadiens en général lisent moins de magazines et surtout des publications importées. Par ailleurs, les annonceurs nationaux négligent les périodiques pour se tourner vers les médias électroniques. Seuls les magazines Time et Reader’s Digest, qui profitent d’un lectorat et de revenus sans cesse croissants, sont épargnés par ce courant.

  • 13 Canada, Parlement, Sénat, Comité spécial du Sénat sur les moyens de communication de masse, Le miro (...)
  • 14 P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 68.
  • 15 Ibid., p. 57.
  • 16 Ibid., p. 75-77.

7En 1968, dans son examen de la situation des périodiques, le Comité spécial du Sénat sur les moyens de communication de masse (comité Davey) dirige son attention sur la décision « mal inspirée » d’exempter le Time et le Reader’s Digest des exigences de la législation précédente, et recommande le retrait de l’exemption et l’obligation éventuelle pour les deux magazines de devenir propriété canadienne13. Le projet de loi C-58, autre modification à la Loi de l’impôt sur le revenu adoptée en 1975, redéfinit les caractéristiques du magazine canadien de manière à amener le Time à cesser de publier son édition canadienne en tant que telle et le Reader’s Digest à modifier sa structure de propriété afin de remplir les conditions nécessaires14. Cette mesure a pour effet d’améliorer les revenus des périodiques nationaux et, en 1980, les éditeurs de périodiques canadiens affichent un certain optimisme. Néanmoins, cette industrie connaît une concentration qui dépasse celle des journaux et continue d’évoluer dans un environnement où 71 % des exemplaires de magazines de grande consommation achetés au pays, et un pourcentage considérablement plus élevé dans les kiosques à journaux, sont des périodiques dont le contenu est « à l’origine conçu pour des magazines étrangers15 ». D’autre part, lorsque les tarifs postaux de 2e classe augmentent substantiellement en 1969, la subvention postale qui leur a été accordée, devenue beaucoup plus importante pour les éditeurs de périodiques que pour les éditeurs de journaux, est de plus en plus menacée. D’ailleurs, dès le milieu des années 1960, on reproche à cette subvention son inefficacité (car elle profite à des périodiques étrangers autant qu’à des périodiques canadiens) et le fait qu’elle contribue au déficit de Postes Canada16.

  • 17 Ibid., p. 66.

8La situation des périodiques québécois est différente à cause d’une spécificité linguistique qui les distingue des périodiques américains et de la distance géographique et culturelle qui les éloigne de la concurrence européenne de langue française, même si aucun de ces deux facteurs ne leur assure pour autant la rentabilité. Au cours de la période étudiée, la population francophone du pays est desservie par un nombre proportionnellement moins grand de publications en langue française. Les mesures d’incitation économique vont certes conduire à l’innovation (tabloïds), mais aussi à une concentration plus grande des journaux en langue française. La presse quotidienne de langue française se distingue également par la publication d’un journal indépendant et sans but lucratif, Le Devoir (fondé en 1910), très influent au sein des élites québécoises en dépit d’un tirage restreint. La presse périodique de langue française occupe une place plus limitée et a une portée plus faible que son équivalent de langue anglaise. En 1980, la totalité de ce marché se retrouve entre les mains de quatre sociétés dont aucune n’est québécoise. Paradoxalement, Maclean-Hunter est le plus grand éditeur de magazines en langue française. Ses versions françaises du Maclean’s (Le Magazine Maclean, fondé en 1961, qui devient L’Actualité en 1976) et de Chatelaine (Châtelaine, fondée en 1960) comptent alors pour plus de 44 % du marché francophone17.

  • 18 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport], p. 36.
  • 19 Ibid., p. 37.
  • 20 F. J. Fletcher, Les quotidiens et les affaires publiques, p. 49.

9Au cours du XXe siècle, les journaux et périodiques de langue française et anglaise font face à un nouveau défi, celui des médias audiovisuels. Comme la commission Kent le précise : « Le lecteur du début du siècle s’est graduellement mâtiné d’un auditeur et d’un visionneur d’informations18. » En 1980, les journaux et les magazines partagent avec la radio et la télévision la mission d’informer, d’instruire et de divertir les Canadiens, et ils se font mutuellement concurrence dans le secteur publicitaire. La commission Kent exprime une vive inquiétude vis-à-vis de la concentration des journaux, invoquant qu’une telle concentration réduit la crédibilité de la presse en tant que source d’information. En 1980, seulement 29 % des Canadiens estiment que les journaux offrent les nouvelles les plus impartiales, alors que 53 % croient que c’est la télévision qui les leur fournit19. Les journaux et les magazines conservent un rôle de premier plan dans la couverture et les analyses des événements en profondeur, mais ils subissent la pression exercée par les forces concurrentielles au sein de leur propre industrie et par la compétition des autres médias pour « dramatiser, simplifier ou banaliser » l’information, ce qui se fait sentir dans les journaux avec l’essor des tabloïds20. Ces deux industries voient la transformation non seulement de leur structure économique, mais également de leur apparence et de leur contenu.

  • 21 Voir D. W. Smythe, Dependency Road.
  • 22 P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 63.

10Les facteurs profonds qui déterminent l’organisation des périodiques et des autres médias de masse au Canada changent peu entre 1918 et 1980. Les journaux et les magazines font partie des industries culturelles, c’est-à-dire que leur produit est transmis par un véhicule d’envergure, tributaire de la technologie et à visée commerciale. Leur profit ne découle pas des ventes de publications aux lecteurs, mais des ventes d’espaces publicitaires aux annonceurs21. En 1980, la publicité représente environ 70 % des recettes totales des magazines et un peu moins de 80 % de celles des journaux22. La proximité géographique du Canada avec les États-Unis, le plus grand pays producteur de culture de masse du monde, et leurs similitudes sociales et linguistiques pour une grande partie de la population canadienne, fait obstacle à la concurrence des produits canadiens sur leur propre marché. En réaction à cette conjoncture, différentes vagues de nationalisme culturel apparaissent, soulevées parfois par des groupes d’intérêt particuliers et orientées vers certaines industries culturelles plus que d’autres.

8.1 Franklin Arbuckle, couverture du Maclean’s (Toronto), 10 novembre 1956. Elle montre Joe Pedlar, rédacteur en chef du Herald d’Oxbow, en Saskatchewan, dans son bureau. La femme et la pancarte « Poetry No Longer Accepted (La poésie n’est plus acceptée) » à l’avant-plan constituent une allusion ironique à Sarah Binks, héroïne éponyme du roman parodique de Paul Hiebert publié en 1947. (Maclean’s et succession de Franklin Arbuckle.)

  • 23 Québec, Comité de travail sur la concentration de la presse écrite, De la précarité de la presse ou (...)

11Selon l’argument nationaliste, les produits culturels ne sont pas comparables aux autres produits ; en permettant aux Canadiens de communiquer entre eux, ils contribuent à créer un sentiment d’identité et une conscience nationale. Par conséquent, ces produits doivent bénéficier d’une protection spéciale sur le marché ; les diverses mesures décrites plus haut sont fondées sur cette croyance. D’un autre côté, et pour des raisons reposant sur les mêmes principes, il y a toujours eu une grande réticence à voir l’État intervenir dans la libre circulation des idées. C’est pourquoi les mesures protectionnistes ont été débattues, instaurées, retirées et remaniées de nombreuses fois tout au cours du XXe siècle. La question des journaux, en raison de leur proportion importante de propriété et de contenu canadiens, n’a pas soulevé autant l’inquiétude que celle des périodiques pour lesquels l’alerte est donnée depuis une centaine d’années. Néanmoins, des critiques sur la situation des journaux ont été formulées par des sources nationalistes intellectuelles et culturelles, notamment concernant la nécessité d’assurer une diversité des voix sur la scène canadienne. Le titre d’un rapport du gouvernement du Québec sur la concentration de la presse, De la précarité de la presse ou le citoyen menacé23, exprime du reste l’idée principale de cette réflexion.

Les magazines féminins

marie-josé des rivières, carole gerson et denis saint-jacques

12Si des revues à l’intention des femmes existent en Europe depuis le XVIIIe siècle, les magazines destinés aux familles et les grandes revues féminines — caractérisées par un grand format, un papier glacé, des illustrations pleine page et d’abondantes publicités — sont apparus aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et se sont propagés rapidement dans l’ensemble des pays occidentaux. Une période de tâtonnements a toutefois caractérisé la naissance des premiers magazines féminins au Canada anglais comme au Canada français. À Toronto, Everywomen’s Journal (1914-1922) et, à Montréal, Le Coin du feu (1893-1896), Le Journal de Françoise (1902-1909), Le Foyer (1903-1927) et La Femme (1908-1912) ont duré peu de temps, fortement concurrencés par la production américaine qui inondait le Canada. Le Canadian Home Journal (Toronto, 1895-1958), Mayfair (Toronto, 1927-1961) et le National Home Monthly (Winnipeg, 1932-1960) vont connaître des existences plus longues, mais tous seront éclipsés par le succès de Chatelaine dans ses deux éditions anglaise (1928-) et française (1960-).

Les magazines féminins au Canada français

  • 24 The Canadian Newspaper Directory, 1892-1923; McKim’s Directory of Canadian Publications, 1924-1942.

13La création du magazine féminin au Québec débute avec la parution de La Revue moderne (Montréal, 1919-1960). Sa première directrice, Madeleine (pseudonyme d’Anne-Marie Gleason), une journaliste expérimentée, veut en faire un organe culturel de grande diffusion comme La Revue des deux mondes de Paris qui a joui d’une grande longévité. Son important lectorat féminin saute aux yeux dans son sommaire qui comporte une section intitulée « Femina » englobant la moitié de l’espace rédactionnel et consacrée essentiellement à des sujets pouvant intéresser les lectrices. La Revue moderne publie des auteurs canadiens-français de façon soutenue, ainsi que des auteurs français reconnus ; les uns et les autres offrent surtout des histoires sentimentales. Les articles d’information sont centrés sur le Canada français. En 1922, le magazine porte en sous-titre Organe de la section française de la société des auteurs canadiens. Destinée de plus en plus au public féminin, La Revue moderne connaît au départ des tirages qui s’élèvent à plus de 20 000 exemplaires24.

  • 25 Voir D. Saint-Jacques et M.-J. des Rivières, « Le magazine en France, aux États-Unis et au Québec »

14Comme la plupart des magazines de cette époque contiennent une section féminine, les lectrices ont une influence considérable sur tout ce marché. Ainsi Le Bulletin des agriculteurs (Montréal, 1915-) qui rejoint 12 000 abonnés à la fin des années 1920, en compte plus de 60 000 à la fin des années 1930 et dépasse les 140 000 à la fin des années 194025 ; cette croissance repose presque exclusivement sur le lectorat féminin. Aux articles et publicités consacrés aux agriculteurs, une nouvelle politique éditoriale ajoute plusieurs pages destinées aux femmes. Fiction, conseils pratiques de mode et de cuisine et chroniques de loisirs constituent près de la moitié de chaque numéro. Cela illustre bien la part prédominante jouée par les lectrices dans le succès des magazines pour le grand public.

15Malgré cela, tous ces périodiques se présentent d’abord comme des magazines « familiaux ». Il faut attendre un certain temps avant que les magazines francophones jouissant d’une aussi grande longévité que le Ladie’s Home Journal (1883-) aux États-Unis et Chatelaine au Canada anglais ne s’affichent comme essentiellement féminins. Les premiers à le faire sont Paysana (Montréal, 1938-1949) et Jovette (Montréal, 1941-1952), celui-ci créé par les éditeurs de La Revue moderne. Le tournant est pris quand La Revue populaire (Montréal, 1907-1963) — principal magazine canadien-français de l’époque avec Le Samedi (Montréal, 1889-1963) — se transforme progressivement en « Magazine de la Canadienne », sous-titre finalement adopté en 1958 alors que la revue est tirée mensuellement à plus de 100 000 exemplaires. On constate la même évolution avec l’édition française de Châtelaine qui succède à La Revue moderne, rachetée par la maison Maclean-Hunter de Toronto.

  • 26 Voir M.-J. des Rivières, Châtelaine et la littérature (1960-1975).

16Châtelaine (1960-), qui tire à plus de 112 000 exemplaires par mois dès sa parution en français, s’impose comme le plus important magazine québécois à grand tirage26. Sa première rédactrice en chef, Fernande Saint-Martin, en fait un lieu de diffusion de la pensée féminine qui explore de nombreux champs de l’activité humaine. Féminisme et action sociale, éducation, lois, langue et culture sont les principaux thèmes de ses éditoriaux. Châtelaine fait également connaître de nouveaux auteurs. Au centre du processus de rédaction et de production à Montréal, des femmes journalistes organisent le magazine et choisissent son contenu même si la direction commerciale, établie à Toronto, leur échappe. Les lectrices québécoises adoptent Châtelaine comme lieu d’expression privilégié de leurs préoccupations sociales dans les années 1960 et 1970. Au fil des ans, Châtelaine poursuit sa trajectoire, devenant un magazine moins éducatif ou littéraire et davantage axé sur la santé, la mode et le divertissement. Ce qui constituait dans les années 1960 des rubriques de la revue deviendra progressivement matière à de nouvelles publications ; les périodiques se multiplieront et se spécialiseront.

17Ainsi, on constate que les magazines canadiens-français se transforment peu à peu au cours du XXe siècle, passant de publications à visée familiale à des publications spécialement destinées au public féminin. Axés aujourd’hui sur la publicité et courtisant la « consommatrice », ils contribuent aussi à la définition d’un espace public propre aux femmes.

Les magazines féminins au Canada anglais : le succès de Chatelaine

  • 27 F. Sutherland, The Monthly Epic, p. 158.
  • 28 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 33-35.
  • 29 D. Anderson, « Chatelaine », dans EC (1987), vol. 1, p. 348.
  • 30 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 35.

18Chatelaine, la revue féminine la plus célèbre au Canada, et peut-être la plus belle réussite de l’histoire de la presse périodique, est lancée en mars 1928 par J. B. MacLean Company, propriétaire du prospère Maclean’s Magazine. C’est alors une publication généraliste destinée aux Canadiennes de la classe moyenne. Dès ses débuts, elle interpelle ses lectrices en lançant un concours doté d’un prix de 1 000 $ pour « trouver un nom au magazine ». Ayant reçu plus de 75 000 suggestions27, l’éditeur tire le premier numéro à 60 000 exemplaires. En 1950, Chatelaine frôle les 380 000 exemplaires annuellement. L’achat de la liste des abonnés du Canadian Home Journal28 fait presque doubler ce tirage. Devenue le plus grand magazine commercial du Canada, la revue dépassera le million d’abonnés en 198329 et se vendra très bien en kiosque. L’équivalent français est lancé en 1960, comme on l’a écrit plus haut, après le rachat de La Revue moderne par Maclean-Hunter Publishing Company. Cette initiative stratégique vise à constituer un marché publicitaire pancanadien capable de dissuader tout lancement d’une édition canadienne d’un grand magazine féminin américain. La rédactrice en chef de l’édition française, Fernande Saint-Martin, est une amie de Doris Anderson, son homologue du magazine anglais. Les deux revues partagent quelques annonces et articles. Leurs éditoriaux sont distincts, mais elles occupent le même créneau culturel et défendent souvent des positions similaires30.

  • 31 S. Fraser (dir.), A Woman’s Place, p. 180.

19Outre les chroniques de mode et articles sur la famille qui font l’ordinaire de la presse féminine, Chatelaine propose, durant ses premières décennies, des textes signés par les grandes porte-parole du féminisme familial. La juge Helen Gregory MacGill exhorte les femmes à entrer dans l’arène publique (1928) ; Emily Murphy décrit l’importance de la décision du Conseil privé britannique dans le « Persons Case » (jugement historique de 1929 octroyant aux Canadiennes le statut de « personnes » éligibles au Sénat) ; et Nellie McClung réclame l’ordination des femmes (1934). Le travail féminin hors du foyer y est un thème récurrent. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Lotta Dempsey pose cette question provocatrice : « Les travailleuses rentreront-elles à la maison après la guerre31 ? » Dans les années 1950, le magazine se recentre sur l’idéal domestique d’après-guerre, proposant des nouvelles divertissantes assaisonnées des francs conseils de la docteure Marion Hilliard qui sera chroniqueuse médicale de 1954 jusqu’à sa mort subite en 1958.

  • 32 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 15.
  • 33 D. Anderson, Rebel Daughter, p. 154.
  • 34 Ibid., p. 152.

20Quand Doris Anderson devient rédactrice en chef en 1957, Chatelaine est une « petite revue faite de nouvelles, de chroniques et d’éditoriaux optimistes ». Anderson en fera « une précieuse ressource pour les Canadiennes, riche en articles d’intérêt général, en éditoriaux mordants, souvent féministes, et en contributions des lectrices32 ». Elle donne la vedette aux thèmes canadiens et aux questions controversées. En 1959, elle se prononce en faveur d’une légalisation limitée de l’avortement et publie dans la foulée une kyrielle de lettres de lectrices. L’année suivante, elle publie « le premier article en Amérique du Nord sur les bébés maltraités33 ». Après avoir dénoncé l’hypocrisie des lois canadiennes sur le divorce (1961), Chatelaine s’attaque à la question de l’équité salariale dans un article intitulé : « Tous les Canadiens sont égaux sauf les femmes » (1962). Anderson ne se contente pas de publier le courrier de lectrices, elle les invite à lui soumettre leurs témoignages personnels : « En 1971, 48 articles de Chatelaine portent des signatures inédites dans la presse nationale34. »

21La revue est une réussite financière, mais aussi sociale :

  • 35 Ibid., p. 17.

Quand j’ai pris la direction de Chatelaine, explique Anderson, elle tirait à 480 000 exemplaires. À la fin des années 1960, elle était lue par 1,8 million de femmes, soit une Canadienne sur trois. Aucun magazine américain n’avait une pénétration comparable […] Ce que nous avons [fait] — à part un magazine, valable, solide, bien canadien —, c’est […] aider à mettre en orbite en Amérique du Nord le deuxième étage de la fusée féministe35.

  • 36 Ibid., p. 164.

22Même la structure administrative de Chatelaine contribue à la promotion professionnelle des femmes : « À une époque où seulement deux revues américaines — Women’s Day et Cosmopolitan — avaient des rédactrices en chef, le générique de Chatelaine était rempli de noms féminins36. »

  • 37 Ibid., p. 150-151.
  • 38 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 66-69.
  • 39 R. Maynard, « Introduction », p. 7.

23D’après Anderson, Chatelaine ciblait « une nouvelle génération de jeunes femmes […] des ménagères éveillées, souvent passées par l’université37 », mais une recherche a établi que, dans les années 1950 et 1960, ses lectrices reflétaient la moyenne canadienne dans la plupart des catégories démographiques38. La revue fidélise ses lectrices en répondant à leurs lettres, en publiant leurs opinions et en donnant l’impression que, « de l’Âge du jazz au Nouvel Âge », Chatelaine leur appartient et répond aux besoins de celles « qui cherchent un endroit où des femmes mûres puissent se retrouver entre amies […] une table de cuisine grande comme le Canada où l’on discute franchement des lacunes des services de santé comme du menu du prochain repas39 ». Il est indéniable que dans les années 1960 et 1970, bien qu’indépendantes l’une de l’autre, les éditions française et anglaise de la revue, Châtelaine/Chatelaine, reflétaient la vie des Canadiennes et ont eu une influence sur leur style de vie.

étude de cas. Les almanachs au Canada français

— Frédéric Brisson

  • 40 J. Donnelly et H.-J. Lüsebrink, « Les almanachs », p. 401-404.
  • 41 J. Michon, « L’almanach comme vecteur des stratégies éditoriales au Québec », p. 233.

24L’almanach constitue au Canada français un phénomène très particulier. Alors qu’aux États-Unis et au Canada anglais ce type de publication s’est mué au début du XXe siècle en véhicules publicitaires40 et a perdu une large partie de la popularité qu’il avait connue au XIXe siècle, c’est dans les années 1920 qu’il arrive à son apogée au Canada français. Durant cette décennie, les trois plus populaires, L’Almanach du peuple Beauchemin (1855-1862, 1869-), l’Almanach Rolland (1867-1936) et l’Almanach de la langue française (1916-1937), atteignent ensemble des tirages qui dépassent les 200 000 exemplaires, un chiffre hors du commun pour une population qui compte moins de 2 000 000 de personnes41.

8.2 Almanach du peuple 1959 (Montréal, Librairie Beauchemin, 1958). Les Canadiens de Montréal fêtent la quatrième de leurs cinq coupes Stanley consécutives. (Groupe Polygone et Club de hockey Canadien Inc.)

  • 42 Voir F. Landry, Beauchemin et l’édition au Québec (1840-1940), p. 274-280.

25Le plus ancien et le plus connu d’entre eux, l’Almanach du peuple, dont la page de couverture dessinée à la fin du XIXe siècle par Henri Julien demeure inchangée durant plusieurs décennies, voit son contenu augmenter graduellement. Aux sections calendaires, aux prévisions du temps, aux horoscopes et computs ecclésiastiques, aux listes des députés et ministres ainsi qu’aux lois de chasse et pêche déjà présents, viennent s’ajouter au début du XXe siècle des rubriques substantielles sur l’éducation, l’agriculture, les variétés, le sport, la médecine, l’hygiène et la vie féminine, de même qu’une section de contes littéraires, qui font passer la publication d’environ 130 pages en 1896 à 480 pages en 1914, la formule se stabilisant alors pour longtemps42. L’Almanach du peuple est très différent de son homologue anglophone Canadian Almanac and Directory (1848-). Le premier, qui contient beaucoup de textes et d’illustrations, est destiné à un très large public, tandis que le second s’apparente davantage à un ouvrage de référence.

  • 43 Selon Guy Frenette, directeur des publications chez Beauchemin de 1970 à 1977, courrier électroniqu (...)

26À la fin des années 1930, si les deux principaux concurrents de l’Almanach du peuple disparaissent, ce dernier continue à croître grâce au soutien de son éditeur, la Librairie Beauchemin, qui possède une imprimerie et un solide réseau de distribution. Son faible prix de vente, de 25 à 35 cents entre 1913 et 1940, contribue aussi à son énorme diffusion. Les sections du sport (voir illustration 8.2) et de la vie féminine prennent plus de place à partir du milieu du siècle. Entre 1970 et 1980, la publication passe de 512 à 832 pages, grâce à l’augmentation des différentes rubriques et à l’ajout d’importantes sections commanditées par les gouvernements du Québec et du Canada au sujet de leurs ministères et services. À partir de 1956, l’Almanach Éclair, qui deviendra l’Almanach moderne des Distributions Éclair, constitue un sérieux concurrent pour Beauchemin jusqu’à sa disparition en 1994. Dans les années 1970, les deux almanachs atteignent des tirages d’environ 125 000 exemplaires chacun43. Propriété de Beauchemin depuis sa fondation, l’Almanach du peuple sera vendu au Groupe Polygone en 1982.

27L’Almanach du peuple est si bien ancré dans la culture populaire québécoise qu’il a survécu à l’essor des moyens de communication modernes. À mi-chemin entre le livre et le journal, composé d’informations pratiques, de rubriques diverses et d’une rétrospective de l’année écoulée, il continue encore aujourd’hui à divertir et à informer ses lecteurs.

étude de cas. La littérature en fascicules au Québec

— Jacques Michon

  • 44 Collections disponibles à Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Pour une liste complète de (...)

28L’arrêt temporaire des importations françaises durant la Deuxième Guerre mondiale donne le coup d’envoi à une abondante production de collections populaires inspirées des pulp fiction américains. Des romans western, récits d’espionnage, romans policiers et romans d’amour sont offerts au public francophone chaque semaine, de 1940 à 1966, sous forme de fascicules de 16 à 32 pages. Imprimés sur du papier journal, ces brefs récits sont signés par des auteurs locaux et présentés sous des couvertures voyantes, illustrées en couleur. L’influence américaine se fait sentir non seulement dans les modes de production, les contenus, les formats (17 x 12 cm, 22 x 15 cm), mais aussi dans les stratégies publicitaires déployées par leurs éditeurs. Tirés à 10 000 exemplaires chacun et vendus à 10 cents l’unité, ces petits livres sont distribués dans tous les kiosques à journaux du Québec et du Canada français44. Durant plus de 20 ans, un auteur comme Pierre Daignault, sous les pseudonymes de Pierre Saurel et Hercule Valjean, y signe à lui seul plus de 2 000 récits.

8.3 Quatre exemples de feuilletons publiés par les Éditions Police Journal de Montréal. En haut : Rita Lebrun, Rêves d’amour, coll. « Le Roman d’amour », no 400, [1955] ; Pierre Saurel, Tu viens chéri, coll. « Les aventures policières d’Albert Brien, détective national des Canadiens français », no 805, [1963]. En bas : Sept gouttes de sang. Un autre épisode de la périlleuse carrière d’Alain de Guise, coll. « Les exploits policiers du Domino noir », no 392, [1955] ; Pierre Saurel, Le sérum miracle, coll. « Les aventures étranges de l’agent IXE-13, l’as des espions canadiens », no 851, [1964]. (Sogides ltée.)

  • 45 G. Bouchard et al., Le phénomène IXE-13.

29À la fin de la guerre, la plupart des maisons d’édition de ce genre, qui appartiennent à des imprimeurs de Montréal et de Berthierville, sont supplantées par l’Imprimerie judiciaire (Court House Printing Reg’d) d’Edgar Lespérance, le propriétaire et fondateur des Éditions Police Journal à Montréal. En 1946, lorsque Lespérance fait l’acquisition des Éditions du Bavard d’Eugène L’Archevêque, son principal concurrent, il devient le premier joueur sur ce marché. Pendant une vingtaine d’années, il est l’éditeur de cinq séries particulièrement prisées par le jeune public qui connaissent des succès durables : « Aventures de cow-boys », « Les aventures étranges de l’agent IXE-13, l’as des espions canadiens45 », « Les aventures extraordinaires de Guy Verchères, l’Arsène Lupin canadien-français », « Les aventures policières d’Albert Brien, détective national des Canadiens français » et « Les exploits policiers du Domino noir » (voir illustration 8.3).

  • 46 Ibid., p. 39-40.

30En 1958, fort de ces succès, Lespérance s’associe à Jacques Hébert pour créer les Éditions de l’Homme. L’année suivante, il met sur pied l’Agence de distribution populaire (ADP) qui alimente de ses propres ouvrages « jusqu’à 1 800 points de vente à Montréal46 ». Toutefois, au début de la Révolution tranquille, la pénétration des collections de poche de la Librairie Hachette et des Éditions Marabout affecte le marché des publications en fascicules. Les Éditions Police Journal disparaissent, alors que les Éditions de l’Homme prennent leur envol avec le lancement des livres à un dollar.

étude de cas. Les magazines populaires anglophones durant la guerre

— Carolyn Strange et Tina Loo

31L’industrie canadienne des magazines à sensation connaît un grand essor au cours des années 1940, grâce à une loi d’austérité qui réduit la concurrence américaine. En 1940, le gouvernement libéral de Mackenzie King adopte la Loi sur la conservation des changes en temps de guerre (4-5 George VI, c. 2) qui limite l’importation de biens non essentiels durant cette période. Outre divers produits de luxe et de loisir comme le champagne et les cartes à jouer, cette loi proscrit l’importation de publications périodiques incluant les romans policiers, les histoires sexuelles et les récits western, de même que les prétendues histoires véridiques ou confessions. Les éditeurs canadiens s’empresseront de combler le vide.

8.4 Adrian Dingle, Nelvana of the Northern Lights, « Queen of the Crystal World » in « The Unmasked Claw », vers 1943. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les bandes dessinées américaines se raréfient, et quelques superhéros canadiens ont leur heure de gloire. De 1941 à 1947, la collection « Nelvana » d’Adrian Dingle publiée par Triumph Comics (Toronto) relate les aventures d’une demi-déesse arctique capable de voler à la vitesse de la lumière sur un rayon géant d’aurore boréale. © Nelvana Limited. Reproduction autorisée. Tous droits réservés. (Toronto Public Library, Osborne Collection of Early Children’s Books.)

8.5 Scoop Detective Cases (Toronto, Magazine Publishing House of Canada), novembre-décembre 1943. (BAC/LAC.)

  • 47 On trouve de nombreux exemplaires de ces magazines dans la collection de littérature et d’art popul (...)

32Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les imprimeries populaires qui avaient déjà publié des tabloïds comme Jack Canuck (Toronto, 1911-1918) ainsi que des magazines de bandes dessinées (voir illustration 8.4) et des romans à 4 sous sur la « police montée » se développent. Des entreprises torontoises comme Super Publications, Alval Publishers, Daring Productions et la Norman Book Company, de même que d’autres entreprises de Vancouver et de Montréal, ajoutent de nouvelles publications à leur catalogue avec des tirages assez importants pour répondre à la demande du réseau de distribution de masse. Portant des titres comme Burlesque (1942 ? - ?), Best True Fact Detective Cases (Toronto, 194 ? - ?) et Sensational Love Experiences (Toronto, 194 ? - ?), celles-ci imitent, tant sur le plan du contenu que sur celui du format, les magazines à sensation américains qui font l’objet d’une interdiction47.

33Les restrictions en temps de guerre fournissent aux écrivains et aux artistes l’occasion de se faire valoir, d’autant plus que, depuis des décennies, les auteurs canadiens de littérature populaire vendent des histoires (surtout des récits sur la police montée) aux éditeurs américains et britanniques. La nouvelle loi donne également davantage de travail aux auteurs qui ont collaboré durant la grande dépression à des tabloïds de Toronto. Ces auteurs de romans policiers basés sur des histoires véridiques ou fictives, parmi lesquels on compte Philip Godsell, C. V. Tench et W. W. Bride, viennent grossir les rangs des auteurs d’histoires d’amour, de science-fiction, de récits d’aventures et d’histoires d’horreur qui alimentent les magazines à sensation canadiens durant les années 1940 contre un cachet qui peut varier entre 50 et 400 $ par texte.

34Cette industrie ainsi revigorée puise à diverses sources : récits repiqués de magazines américains, manuscrits provenant d’auteurs postés aux États-Unis et autres récits d’auteurs canadiens. Les illustrations criardes des pages de couverture sont moins dynamiques que celles des magazines américains dont elles sont de pâles imitations et les caractères d’imprimerie sont souvent flous, mais ces magazines sont bon marché et pleins d’audace (voir illustration 8.5). En vente dans les kiosques à journaux, les pharmacies et les gares, ils s’adressent à un public avide de sensations ayant une ou deux pièces de 10 ¢ à dépenser.

  • 48 Canada, Parlement, Débats de la Chambre des Communes, 2e session, 21e législature, vol. III, 5 déce (...)

35Mais l’âge d’or de ces magazines au Canada sera de courte durée. Dès le début des années 1950, les publications contenant des histoires canadiennes se font rares, particulièrement celles qui racontent des crimes véridiques. Cela peut s’expliquer en partie par l’adoption de la Loi Fulton qui, en 1949, apporte un amendement au Code criminel, interdisant la publication de « tout magazine, périodique ou livre qui contient exclusivement ou pour une grande part, de la matière qui représente, au moyen d’illustrations, la perpétration de crimes réels ou fictifs48 ». Néanmoins, la vente des magazines à sensation en tout genre est déjà en déclin à l’aube des années 1950. Ce n’est pas la censure gouvernementale, mais la montée du roman en format de poche qui sonne le glas de ce genre de publications. À partir des années 1960, ces magazines deviennent des objets recherchés par les nostalgiques et les collectionneurs.

Notes

1 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport], p. 56.

2 Ibid.; P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 75.

3 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport ], p. 58 ; P. Audley, ibid., p. 75.

4 P. Audley, ibid., p. 37-40.

5 L. Kubas, Les quotidiens et leurs lecteurs, p. 96.

6 Ce chiffre est calculé après la fermeture des quotidiens Winnipeg Tribune et Ottawa Journal.

7 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport], p. xi.

8 Ibid., p. 108-110.

9 S. E. Houston, « “A Little Steam, a Little Sizzle and a Little Sleaze” ».

10 L. Kubas, Les quotidiens et leurs lecteurs, p. 99-100.

11 P. Desbarats, Les quotidiens et l’ordinateur, p. 1 et 2.

12 I. A. Litvak et C. J. Maule, Cultural Sovereignty, p. 30 et 31.

13 Canada, Parlement, Sénat, Comité spécial du Sénat sur les moyens de communication de masse, Le miroir équivoque, p. 184.

14 P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 68.

15 Ibid., p. 57.

16 Ibid., p. 75-77.

17 Ibid., p. 66.

18 Canada, Commission royale sur les quotidiens, [Rapport], p. 36.

19 Ibid., p. 37.

20 F. J. Fletcher, Les quotidiens et les affaires publiques, p. 49.

21 Voir D. W. Smythe, Dependency Road.

22 P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 63.

23 Québec, Comité de travail sur la concentration de la presse écrite, De la précarité de la presse ou le citoyen menacé.

24 The Canadian Newspaper Directory, 1892-1923; McKim’s Directory of Canadian Publications, 1924-1942.

25 Voir D. Saint-Jacques et M.-J. des Rivières, « Le magazine en France, aux États-Unis et au Québec ».

26 Voir M.-J. des Rivières, Châtelaine et la littérature (1960-1975).

27 F. Sutherland, The Monthly Epic, p. 158.

28 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 33-35.

29 D. Anderson, « Chatelaine », dans EC (1987), vol. 1, p. 348.

30 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 35.

31 S. Fraser (dir.), A Woman’s Place, p. 180.

32 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 15.

33 D. Anderson, Rebel Daughter, p. 154.

34 Ibid., p. 152.

35 Ibid., p. 17.

36 Ibid., p. 164.

37 Ibid., p. 150-151.

38 V. J. Korinek, Roughing It in the Suburbs, p. 66-69.

39 R. Maynard, « Introduction », p. 7.

40 J. Donnelly et H.-J. Lüsebrink, « Les almanachs », p. 401-404.

41 J. Michon, « L’almanach comme vecteur des stratégies éditoriales au Québec », p. 233.

42 Voir F. Landry, Beauchemin et l’édition au Québec (1840-1940), p. 274-280.

43 Selon Guy Frenette, directeur des publications chez Beauchemin de 1970 à 1977, courrier électronique à Frédéric Brisson, 29 octobre 2003.

44 Collections disponibles à Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Pour une liste complète des séries retracées à ce jour, voir J. Michon (dir.), HÉLQ, vol. 2, p. 298-301.

45 G. Bouchard et al., Le phénomène IXE-13.

46 Ibid., p. 39-40.

47 On trouve de nombreux exemplaires de ces magazines dans la collection de littérature et d’art populaire de Bibliothèque et Archives Canada. Pour en savoir davantage, voir C. Strange et T. Loo, True Crime, True North.

48 Canada, Parlement, Débats de la Chambre des Communes, 2e session, 21e législature, vol. III, 5 décembre 1949, p. 2748 (nous soulignons).

Table des illustrations

Légende 8.1 Franklin Arbuckle, couverture du Maclean’s (Toronto), 10 novembre 1956. Elle montre Joe Pedlar, rédacteur en chef du Herald d’Oxbow, en Saskatchewan, dans son bureau. La femme et la pancarte « Poetry No Longer Accepted (La poésie n’est plus acceptée) » à l’avant-plan constituent une allusion ironique à Sarah Binks, héroïne éponyme du roman parodique de Paul Hiebert publié en 1947. (Maclean’s et succession de Franklin Arbuckle.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 8.2 Almanach du peuple 1959 (Montréal, Librairie Beauchemin, 1958). Les Canadiens de Montréal fêtent la quatrième de leurs cinq coupes Stanley consécutives. (Groupe Polygone et Club de hockey Canadien Inc.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 8.3 Quatre exemples de feuilletons publiés par les Éditions Police Journal de Montréal. En haut : Rita Lebrun, Rêves d’amour, coll. « Le Roman d’amour », no 400, [1955] ; Pierre Saurel, Tu viens chéri, coll. « Les aventures policières d’Albert Brien, détective national des Canadiens français », no 805, [1963]. En bas : Sept gouttes de sang. Un autre épisode de la périlleuse carrière d’Alain de Guise, coll. « Les exploits policiers du Domino noir », no 392, [1955] ; Pierre Saurel, Le sérum miracle, coll. « Les aventures étranges de l’agent IXE-13, l’as des espions canadiens », no 851, [1964]. (Sogides ltée.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 8.4 Adrian Dingle, Nelvana of the Northern Lights, « Queen of the Crystal World » in « The Unmasked Claw », vers 1943. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les bandes dessinées américaines se raréfient, et quelques superhéros canadiens ont leur heure de gloire. De 1941 à 1947, la collection « Nelvana » d’Adrian Dingle publiée par Triumph Comics (Toronto) relate les aventures d’une demi-déesse arctique capable de voler à la vitesse de la lumière sur un rayon géant d’aurore boréale. © Nelvana Limited. Reproduction autorisée. Tous droits réservés. (Toronto Public Library, Osborne Collection of Early Children’s Books.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 8.5 Scoop Detective Cases (Toronto, Magazine Publishing House of Canada), novembre-décembre 1943. (BAC/LAC.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteurs

Professeure d’histoire à l’Université Concordia à Montréal. Elle étudie l’histoire des médias au Canada et s’intéresse notamment aux débuts de la radiodiffusion.

Conseillère à la recherche à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, professeure associée au Département des littératures et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises. Elle prépare actuellement avec Denis Saint-Jacques une histoire des magazines au Québec.

Professeur de littérature française et québécoise au Département des littératures de l’Université Laval et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises. Il dirige le collectif La vie littéraire au Québec.

Frédéric Brisson, qui prépare un doctorat à l’Université de Sherbrooke, est boursier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Il a été assistant de recherche pour le volume III de l’HLIC/HBiC. Il consacre ses travaux à l’histoire de la librairie et de la distribution.

Professeur à l’Université de Sherbrooke où il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition. Il a été directeur du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec de 1982 à 2006. Il a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire du livre et est directeur du volume III de l’HLIC/HBiC.

Carolyn Strange est présentement directrice des études supérieures au Centre for Cross-Cultural Research de l’Australian National University, et aussi professeure associée de criminologie et d’histoire à la University of Toronto. Elle a beaucoup publié sur l’histoire criminelle au Canada, aux États-Unis et en Australie.

Tina Loo enseigne au Department of History de la University of British Columbia, où elle est titutlaire d’une Chaire de recherche du Canada en histoire environnementale. Ses écrits portent sur l’histoire juridique et la culture au Canada. Elle travaille actuellement à différentes études dans le domaine de l’histoire environnementale.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search