Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume III

 | 
Carole Gerson
, 
Jacques Michon

Troisième partie : L’édition pour grand public

Chapitre 7. L’édition pour le jeune public

Suzanne Pouliot, Judith Saltman, Gail Edwards, Penney Clark, Ian Brockie, Janet B. Friskney, Paul Aubin et Jacques Michon

Texte intégral

L’édition pour la jeunesse

suzanne pouliot, judith saltman et gail edwards

1L’édition canadienne pour la jeunesse connaît une évolution différente dans les deux grandes communautés linguistiques du pays. Du côté francophone, elle s’épanouit dès la première moitié du XXe siècle. Du côté anglophone, alors que le modèle établi avant 1918 demeure stable et que les auteurs examinés par Leslie McGrath dans le volume II continuent à publier de manière relativement prolifique, on constate peu de nouveaux développements avant les années 1960. De part et d’autre toutefois, à compter du milieu des années 1970, on voit se mettre en place des structures nationales d’aide à la création et à la lecture qui donnent à la littérature pour la jeunesse une impulsion décisive.

L’édition pour la jeunesse au Québec

2L’édition pour l’enfance et la jeunesse prend son envol au Québec au début des années 1920 et constitue, jusqu’à la fin des années 1950, l’un des secteurs les plus prospères de l’industrie du livre. Après un ralentissement causé par l’abolition du système de distribution des livres donnés en prix, en 1964, elle connaît à nouveau, dans les années 1970, une période de croissance importante grâce notamment à la fondation de Communication-jeunesse, organisme à but non lucratif destiné à la promotion du livre pour enfants.

  • 1 P.-É. Farley, Livres d’enfants, p. 8.

3Au début des années 1920, trois revues — L’Oiseau bleu (1921-1940), créé par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, L’Abeille (1925-1947), publiée par les Frères de l’Instruction chrétienne, et La Ruche écolière (1927-1934), fondée par Eugène Achard, l’éditeur de la Librairie générale canadienne — contribuent à lancer la littérature pour la jeunesse et à faire connaître les auteurs et les illustrateurs pour le jeune public. Après l’adoption du règlement gouvernemental de 1926 obligeant les commissions scolaires à réserver 50 % de leurs achats de livres à l’acquisition d’ouvrages canadiens1, des éditeurs comme Granger Frères, Albert Lévesque et Eugène Achard lancent de nouvelles collections. En 1926, Granger Frères publie L’Annuaire Granger pour la jeunesse, un album annuel de divertissement, et en 1930, la « Collection canadienne » où, à l’instar de Beauchemin, il réédite pour les jeunes des ouvrages du XIXe siècle conçus à l’origine pour un public adulte. Par la suite, Granger Frères rajeunit son catalogue et recrute des auteurs qui écrivent spécialement pour la jeunesse, comme Tante Lucille, Cécile Lagacé et Marie-Claire Daveluy, dont il réédite la série des « Perrine et Charlot ».

4Dans l’entre-deux-guerres, les éditeurs se rapprochent des jeunes lecteurs en leur offrant des collections adaptées à leur âge. À côté des contes et légendes, ils éditent des romans pour adolescents et des séries documentaires centrées sur la géographie et les sciences naturelles. Albert Lévesque, l’éditeur le plus novateur à ce chapitre, incite ses propres auteurs d’ouvrages pour adultes — Lionel Groulx, Harry Bernard, Louis Dantin — à écrire pour la jeunesse. Il crée à cette fin huit collections et recrute aussi de nouveaux auteurs, comme Maxine (pseudonyme de Marie-Caroline-Alexandra Bouchette) et Odette Oligny. À la Librairie générale canadienne, Eugène Achard publie, de son côté, d’innombrables séries patriotiques, des romans historiques, des récits biographiques, des récits de voyage et des contes, toujours associés à l’histoire du Canada qui, rédigés dans la plupart des cas par luimême, seront plus tard réunis dans la « Collection pour la jeunesse canadienne ».

5L’essor de l’édition, l’adoption de la Loi sur la scolarité obligatoire en 1943, la réforme des programmes d’enseignement de 1948 et le développement de la lecture publique constituent les principaux facteurs qui favorisent le développement de la littérature pour la jeunesse dans les années 1940 et 1950. Les maisons d’édition Variétés, L’Arbre, Fides, l’Apostolat de la presse et les Éditions Jeunesse créent des collections où l’on trouve, à côté de nouveautés québécoises, des titres européens et des traductions d’albums et de périodiques américains.

  • 2 J. Michon, Fides, p. 168.

6Les Éditions Fides, axées sur la formation morale et religieuse des jeunes, proposent des ouvrages signés par des auteurs de la Jeunesse étudiante catholique (JÉC) ou appartenant aux mouvements scouts, comme Félix Leclerc, Ambroise Lafortune, Guy Boulizon, Suzanne Lamy et Alec Pelletier. Pour contrer l’influence des comic books, Fides publie avec succès une revue de bande dessinée catholique, Hérauts (1944-1965), traduction française du Timeless Topix de la Catechetical Guild de Saint Paul (Minnesota). La maison publie également des périodiques pédagogiques, L’Élève (1951-1966), Le Maître (1951-1966), Lectures (1946-1966), Mes fiches (1937-1965), et des revues de divertissement, comme Claire (1957-1961), Le Petit Héraut (1958-1959), Fanchon et Jean-Lou (1960) et L’Escholier (1960-1965). En 1959, le tirage global de toutes ces publications s’élève à 750 000 exemplaires par mois2.

7Une autre maison religieuse, l’Apostolat de la presse, dirigée par la Société Saint-Paul, publie dans les années 1950 des ouvrages pour adolescents. Son catalogue comprend les collections « Jeunesse de tous les pays » et « Romans missionnaires » qui, placées sous le signe de l’aventure, mettent en scène des personnages parcourant le monde pour convertir les peuples au catholicisme.

8Fondées à la fin des années 1940, les Éditions Jeunesse, coopérative d’édition gérée par les membres de l’Association des écrivains pour la jeunesse, réunissent des écrivains laïques et publient entre autres Parade historique (1950-1951) de Béatrice Clément, trois volumes de bandes dessinées illustrées par Daniel Lareau. La maison interrompt ses activités en 1952, puis renaît en 1962 grâce au directeur des Éditions du Pélican, Réal D’Anjou, qui y fait paraître une quarantaine de titres. En 1969, ce fonds est cédé aux Entreprises de l’éducation nouvelle.

9En 1964, l’abolition du système de livres de prix, décrit par François Landry au chapitre 2, déstabilise le milieu de l’édition et provoque une chute dramatique de la production québécoise qui est remplacée sur le marché du livre par des collections européennes qui connaissent d’importants succès, comme la série des Bob Morane publiée par les Éditions Marabout. Pour concurrencer cette production importée, la Librairie des écoles chrétiennes (Lidec) lance la collection « Lidec-Aventures » (1965-1968), divisée en trois séries : « Volpek », rédigée par Yves Thériault, « Unipak », par Maurice Gagnon, et « Capitaine Jolicœur », par Robert Hollier. Malgré cette initiative, le déclin de la production locale se poursuit.

10La création de Communication-jeunesse en 1971, dont parle Françoise Lepage au chapitre 4, contribue à renverser la tendance en faisant la promotion du livre québécois. Les Éditions Leméac amorcent le mouvement avec la publication d’albums pour enfants. Les Éditions Paulines lancent la collection « Jeunesse-pop » avec des romans destinés aux jeunes de 9 à 16 ans et publient la revue Vidéo-presse (1970-1995) qui connaîtra un immense succès. À la même époque, les Éditions Héritage font paraître de petits romans dans la collection « Pour lire avec toi », Hurtubise HMH publie des romans d’aventures et de science-fiction pour les jeunes de 10 à 18 ans et Pierre Tisseyre publie des traductions de romans canadiens-anglais dans une collection intitulée « Deux solitudes-jeunesse ». En 1978, Les éditions de la courte échelle, fondées par Bertrand Gauthier, lancent des livres-jeux et renouvellent la formule de l’album pour enfants avec la série des Jiji, illustrée et signée par Ginette Anfousse. Dans les années 1980, les Éditions Ovale innoveront à leur tour dans le domaine de l’album et créeront des collections comme « Les légendes du Québec », « Les bébés-livres », « Plimages » et « Imagimots ». La renaissance remarquable de l’édition pour la jeunesse des années 1970, qui ne se démentira pas au cours des décennies suivantes, favorise l’émergence d’une production diversifiée, destinée autant aux jeunes enfants, avec les livres tout-carton, les livres animés et les albums, qu’aux adolescents et aux jeunes adultes, avec les bandes dessinées, les romans et les documentaires.

7.1 Pauline Lamy et Alec Leduc, Journal de bord d’Alfred (Montréal, Éditions Fides, 1942). (Les Éditions Fides.)

11Parallèlement à cette évolution, l’illustration subit elle aussi de grandes transformations, passant du réalisme le plus traditionnel à la fantaisie la plus audacieuse. Déjà dans les années 1920, l’illustration occupe une place importante. On y introduit la couleur dès la page de couverture. Les ouvrages étant désormais brochés, la couverture en papier ou en carton permet cette innovation. Les illustrations réalistes, inspirées des grands maîtres romantiques, accompagnent le texte qu’elles traduisent en images. L’illustrateur le plus connu de l’époque est certainement James McIsaac, qui a rehaussé de ses dessins et gravures les grandes séries historiques de l’entre-deux-guerres. Dans les années 1940, de nouvelles tendances esthétiques émergent ; avec des illustrateurs qui sont souvent aussi peintres, comme Sim (pseudonyme de Jean Simard), Robert La Palme et Jean-Paul Lemieux, et qui affranchissent l’illustration du réalisme historique pour explorer de nouvelles avenues. Les techniques d’impression se modernisent et l’essor de la photogravure favorise la reproduction d’images plus élaborées, comme en témoigne la collection « Alfred » de Fides illustrée par la Maîtrise d’arts (voir illustration 7.1), une coopérative d’artisans fondée en 1939 par Louis Parent, professeur de sculpture sur bois à l’École du meuble. Lancée en 1942, cette collection signée par Pauline Lamy et Alec Leduc connaît d’importants tirages.

7.2 Andrée Maillet, Ristontac (Montréal, Éditions Lucien Parizeau, 1945), illustrations de Robert La Palme. (Succession de Robert La Palme.)

12La stylisation des formes et des couleurs, la tentation de l’abstraction, tout comme l’influence cubofuturiste, se manifestent dans l’après-guerre. Sur le plan technique, le support de l’image se raffine : les livres sont imprimés sur des papiers de qualité. Dans les albums, l’image occupe une place de plus en plus grande. Les expériences plastiques des peintres modernes font sentir leur influence, comme l’attestent les illustrations de Robert La Palme pour Ristontac d’Andrée Maillet (1945, voir illustration 7.2). En 1967, Un drôle de petit cheval d’Henriette Major, illustré par Guy Gaucher et publié au Centre de psychologie et de pédagogie, contribue à renouveler l’intérêt pour les illustrations. Dorénavant, celles-ci entrent en dialogue avec le texte au lieu de simplement le dédoubler. Le livre pour la jeunesse est également influencé par la bande dessinée et l’image cinématographique et télévisuelle. Malgré cette évolution plastique notable, c’est tout de même à la fin des années 1970 et au début des années 1980, grâce à l’arrivée de maisons d’édition qui se spécialisent dans la production d’albums pour enfants, que l’illustration prend un nouvel essor et profite des innovations plastiques et des améliorations techniques qui favorisent le plaisir et le confort de la lecture. Tantôt burlesques, tantôt satiriques, souvent insolites, les images aux multiples facettes racontent aujourd’hui les histoires autant qu’elles les illustrent.

L’édition pour la jeunesse au Canada anglais

  • 3 « Cinq romans pour enfants furent publiés en 1921-1922, cinq en 1923, mais aucun en 1935 » (S. Ego (...)

13Si au Québec dans la première moitié du XXe siècle l’édition pour la jeunesse se caractérise par sa vitalité, l’industrie canadienne-anglaise ne prend sa place que dans la seconde moitié du siècle. Jusqu’aux années 1960, les lectures des jeunes anglophones se composent presque entièrement d’importations américaines et britanniques, parce qu’en plus des défis habituels de nature démographique, de distribution et de capitaux, les éditeurs canadiens-anglais qui publient des titres pour la jeunesse doivent composer avec des coûts élevés de production pour des albums couleur destinés à un petit marché, avec un personnel peu expérimenté en la matière, une absence de recensions pour les titres locaux et une prédilection des bibliothèques publiques et scolaires pour les imprimés étrangers les plus recensés. Par conséquent, les publications commerciales d’intérêt général pour la jeunesse sont limitées et se bornent pour l’essentiel à traiter de sujets canadiens susceptibles de servir de complément aux livres de lecture profitant de ce fait du lucratif marché scolaire3.

  • 4 Entre autres, Dent; Longmans; Little, Brown; Ryerson; Clarke, Irwin; Nelson; Musson; McGraw-Hill.

14La plupart des livres pour la jeunesse publiés au Canada anglais dans l’entre-deux-guerres sont en général peu illustrés et leur composition graphique et leurs éléments paratextuels réduits au minimum. Quelques ouvrages d’une qualité artistique remarquable paraissent néanmoins, tels A Canadian Child’s ABC (1931), dont la conception graphique, les illustrations, le lettrage à la main et les gravures sur bois sont l’œuvre de Thoreau MacDonald, et French Canada : Pictures and Stories (1938) de Hazel Boswell, dont les illustrations stylisées s’inspirent des traditionnels tapis crochetés québécois. Après le déclin du livre pour la jeunesse dans le monde de langue anglaise au cours de la crise économique des années 1930 et de la Deuxième Guerre mondiale, la situation générale s’améliore progressivement vers la fin des années 1950, lorsque commence à se manifester un intérêt grandissant pour la littérature canadienne. Macmillan of Canada, Oxford University Press et McClelland and Stewart montrent la voie en améliorant leur catalogue jeunesse. D’autres éditeurs leur emboîtent le pas, mais avec moins d’élan4.

  • 5 S. Egoff, « The Writing and Publishing of Canadian Children’s Books », p. 250.
  • 6 I. McDonough, « Foreword », In Review, vol. 4, no 3, été 1970, p. 4.
  • 7 S. Egoff, « The Writing and Publishing of Canadian Children’s Books », p. 258-260.

15La production pour la jeunesse reste néanmoins négligeable : de 30 à 40 titres originaux en anglais et de 40 à 80 titres en français sont publiés annuellement au Canada de 1952 à 1964. Si 90 titres paraissent en français en 1957 et 61 en anglais en 19655, les éditeurs américains, en 1969, en produisent pour leur part environ 1 3006. Pour expliquer la minceur de cette production, les éditeurs canadiens allèguent la pénurie d’écrivains et d’illustrateurs talentueux, la rareté de manuscrits publiables et l’absence de titres valables dans leurs fonds pouvant soutenir de nouvelles initiatives éditoriales7. Parmi les titres publiés, les récits d’aventures ont la cote. On lance aussi des biographies et des romans historiques, mais souvent dans le cadre de collections qui ont l’allure de manuels scolaires pour pouvoir profiter des ventes institutionnelles aux bibliothèques et aux écoles. La collection « Macmillan’s Great Stories of Canada » (33 volumes, 1953-1974), dans laquelle paraît The Golden Trail : The Story of the Klondike Rush (1954) de Pierre Berton, est représentative de cette tendance. Faute d’un marché suffisant, des œuvres d’imagination originales, comme The Golden Pine Cone (1950) de Catherine Anthony Clark, figurent rarement au catalogue jeunesse des éditeurs nationaux. La plupart des écrivains les plus populaires de cette époque, comme Roderick Haig-Brown, James Houston, Christie Harris, Jean Little et Farley Mowat, cherchent d’abord à être publiés à l’extérieur du Canada.

  • 8 W. Toye, entrevue accordée à J. Saltman, Toronto, juin 2003.
  • 9 « Publishers Answer », Canadian Author and Bookman, vol. 47, no 2, 1971, p. 1.
  • 10 I. McDonough, « Foreword », In Review, vol. 7, no 3, été 1973, p. 4; vol. 8, no 3, été 1974, p. 4; (...)

16L’innovation commence à se manifester en ce domaine au milieu des années 1950 lorsque William Toye, directeur d’édition chez Oxford University Press Canada à Toronto et graphiste autodidacte, se met en frais de développer un programme canadien du livre pour la jeunesse comparable au réputé catalogue pour la jeunesse de la maison mère, mais en mettant l’emphase sur le contenu canadien. Il estimait que s’« il existait un certain nombre de livres canadiens pour la jeunesse […] ceux-ci n’étaient pas des meilleurs8 ». Pour remédier à la situation, il recrute des illustrateurs et des graphistes, tels Theo Dimson, Donald Grant, John A. Hall, Arthur Price et Leo Rampen, et constitue un mince mais intéressant catalogue de livres attrayants pour les jeunes consacrés à des thèmes canadiens où trouvent place des contes amérindiens, l’histoire du Canada et la poésie. Un large éventail de styles d’illustration va de l’abstraction moderne en noir et blanc de Dimson pour The Sunken City and Other Tales from round the World (1959) de James McNeill, au graphisme européen moderne de Frank Newfeld pour The Princess of Tomboso : A Fairy-Tale in Pictures (1960). L’écurie des graphistes et illustrateurs rassemblée par Toye révolutionne les canons du graphisme, de la typographie, de la mise en pages et de l’illustration pour les jeunes au Canada. Frank Newfeld, Elizabeth Cleaver et Laszlo Gal produisent en particulier des albums homogènes où s’équilibrent texte et image. The Wind Has Wings : Poems from Canada (1968), compilé par Mary Alice Downie et Barbara Robertson et illustré par Elizabeth Cleaver pour la maison Oxford, marque un point tournant comme premier livre canadien pour la jeunesse orné d’illustrations en quadrichromie. Malgré ces réussites, Toye déplore en 1971 « la pénurie d’écrivains de premier ordre intéressés à écrire pour les jeunes » ; en outre, il observe que rares sont les manuscrits non sollicités lui parvenant qui « justifieraient un premier tirage de 5 000 exemplaires au Canada » et, encore moins, susciteraient « l’intérêt de quelque éditeur de Londres ou de New York9 ». Dans les premières années de la décennie, les importations étrangères continuent à monopoliser les rayons des bibliothèques et librairies pour la jeunesse, alors que la production nationale de livres en langue anglaise pour les jeunes oscille annuellement entre 37 et 116 titres10.

  • 11 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 275.
  • 12 J. Lunn, entretien téléphonique avec J. Saltman, avril 2004.

17Toye formulait son jugement pessimiste à la veille de changements dans l’édition canadienne. La fin des années 1960 et le début des années 1970 sont marqués par l’inquiétude grandissante face à la menace qui pèse sur la souveraineté culturelle du pays ; une fièvre généralisée de nationalisme se trouve exacerbée par la controverse soulevée par la vente des éditions Gage et Ryerson à des intérêts américains. Il en résulte la création, en 1970, de l’Ontario Royal Commission on Book Publishing, qui ne cible pas l’édition du livre pour la jeunesse dans ses recommandations, mais suscite néanmoins des mémoires et un important document d’analyse qui favorisera l’essor d’une industrie indépendante et locale de l’édition pour le jeune public. Ainsi, en 1973, Clarke, Irwin, firme établie à Toronto, nomme Janet Lunn au poste de directrice de l’édition pour la jeunesse. Si dans ce secteur, depuis les années 1930, des directeurs d’édition existaient dans les maisons américaines et britanniques, la nomination de Lunn constitue une première dans l’histoire de l’industrie canadienne-anglaise. Elle marque de ce fait « un engagement rare et la reconnaissance que l’édition de livres pour la jeunesse n’était pas une activité à temps perdu pour des éditeurs accaparés par d’autres priorités11 ». « Ce poste de directrice d’édition a eu certaines répercussions dans le milieu », se rappelle Lunn. Si elle n’a pas eu « d’influence sur les éditeurs grand public qui se doteront seulement plus tard d’une direction du livre pour jeunes lecteurs », les éditeurs et les auteurs de la relève ont sollicité ses conseils12. Parmi les autres initiatives significatives de la période, signalons la fondation à Toronto du Children’s Book Centre et du Children’s Book Store, le lancement à Toronto de deux revues de comptes rendus, In Review : Canadian Books for Children (Toronto, 1967-1982) et CM : Canadian Materials (Ottawa, 1971-), et la création de la revue universitaire Littérature canadienne pour la jeunesse/Canadian Children’s Literature (Guelph, 1975-), première publication vouée à l’étude rigoureuse, sur une base régulière, des écrits canadiens pour les jeunes. Enfin, au Canadian Library Association’s Book of the Year for Children Award (1947) s’ajoutent l’Amelia Frances Howard-Gibbon Illustrator’s Award (1971) et le prix de littérature jeunesse du Conseil des Arts du Canada (1975).

18Les années 1970 sont aussi caractérisées par l’émergence de maisons d’édition spécialisées et innovatrices, dont les catalogues seront en totalité ou en partie consacrés aux livres pour la jeunesse. Peter Martin Associates (Toronto, 1967) fait paraître une courte mais exceptionnelle sélection de publications pour les jeunes sur des thématiques canadiennes et sert de lieu de formation pour directeurs littéraires, éditeurs, graphistes et auteurs de livres jeunesse, comme Patsy Aldana, Michael Solomon, Tim Wynne-Jones, Peter Carver, Shelley Tanaka et Valerie Wyatt qui voleront par la suite de leurs propres ailes. Des maisons d’édition marginales, souvent constituées en collectifs et fondées grâce à de modestes programmes de subvention du gouvernement fédéral, principalement Perspectives-jeunesse (PJ) et Projets d’initiatives locales (PIL), prennent des risques plus importants que les grands éditeurs. Tous travaillent étroitement avec de nouveaux auteurs et illustrateurs pour créer une littérature à l’image de la jeunesse, de l’histoire et du territoire canadiens, et tous adhèrent aux courants idéologiques des années 1970. Fondée grâce à une subvention de PJ en 1972, Women’s Press (Toronto) produit à l’intention des jeunes des livres non racistes et non sexistes traitant de la vie familiale contemporaine. Constituée en collectif en 1973 et soutenue par des subventions de PJ et des PIL, Kids Can Press (Toronto) publie, elle aussi, des livres au contenu urbain, multiculturel et non sexiste. Les premières publications de Kids Can Press, extrêmement rudimentaires dans leur fabrication, sont dactylographiées ou composées de lettrages à la main, illustrées en noir et blanc ou en monochromie, imprimées sur Gestetner, agrafées à cheval et offertes gratuitement au lieu d’être vendues. De la même manière, en 1975, Annick Press voit le jour à Toronto comme projet subventionné par les PIL, sous le nom de Books by Kids. La maison publie des livres faits main d’histoires, d’images et de recueils de poésie d’enfants, qui reflètent les sensibilités urbaines et canadiennes. Annick adopte une philosophie qui allie les thèmes du nationalisme canadien, de l’autonomisation des enfants et du multiculturalisme. En 1979, Valery Hussey de Kids Can Press et Rick Wilks et Anne W. Millyard d’Annick Press donnent à leurs maisons respectives une orientation commerciale. Deux maisons d’édition de propriété amérindienne, qui publient des livres pour la jeunesse sur des thèmes amérindiens écrits par des auteurs des Premières Nations, sont lancées en 1980 : la maison Theytus Books, fondée à Nanaimo en Colombie-Britannique par Randy Fred, avant un déménagement à Penticton et son intégration dans l’En’owkin Centre, et Pemmican Publications, une maison métisse de Winnipeg.

  • 13 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 278.
  • 14 M. Cutler, entrevue accordée à G. Edwards, Montréal, avril 2003.
  • 15 Bibliothèques de l’Université McGill, Division des livres rares et collections spéciales, MS 925, (...)
  • 16 Ibid., carton 2, dossier 2, correspondance de May Cutler et Ann Blades.

19Si dans leurs premières années d’existence certaines maisons mettent davantage l’accent sur le contenu que sur la présentation matérielle, des éditeurs influents comme May Cutler de Tundra Books (Montréal, 1967) et Patsy Aldana de Groundwood (Toronto, 1978) estiment essentiel d’être très exigeant en matière de production jeunesse. L’engagement sans concessions de Cutler pour une production et une conception graphique de qualité se traduit par la publication d’albums qui seront primés, vendus dans le monde entier et qui combleront son désir de faire « des livres jeunesse canadiens, de véritables œuvres d’art13 ». Quand elle commence à publier des albums en 1971, malgré le fait que la reproduction d’illustrations soit à l’époque extrêmement onéreuse et techniquement difficile, Cutler charge des peintres d’exprimer la diversité et la particularité des régions en racontant visuellement leurs souvenirs d’enfance, comme dans A Child in Prison Camp (1971) de Shizuye Takashima et A Prairie Boy’s Winter (1973) de William Kurelek14. Cutler sera le premier éditeur canadien pour la jeunesse à fréquenter la Foire internationale du livre pour enfants de Bologne, et à aspirer à des coéditions internationales et à des négociations de droits. Les livres de Kurelek se vendront à plus d’un demi-million d’exemplaires dans 10 pays15. Mary of Mile 18 (1971) et A Boy of Taché (1973) d’Ann Blades auront droit à d’innombrables éditions sur la planète, dont des éditions britannique, suédoise, finlandaise, allemande et danoise16. Tundra sera aussi la première maison à distribuer elle-même ses titres aux États-Unis, en fondant Tundra Books of Northern New York. Résolument engagée dans l’édition bilingue et dans les deux langues officielles du pays, la maison lancera parfois simultanément des éditions séparées en français et en anglais d’un même titre.

  • 17 I. McDonough, « Foreword », In Review, vol. 13, no 5, octobre 1979, p. 4.

20En 1974, le succès phénoménal de Macmillan avec Alligator Pie de Dennis Lee fait la démonstration qu’un contenu canadien avec une campagne de publicité bien orchestrée et des séances de lecture par un auteur dynamique peuvent assurer le succès commercial d’un livre canadien destiné au jeune public. Au milieu des années 1970, cet espoir est alimenté chez les éditeurs par le perfectionnement progressif de l’imprimerie canadienne et par l’instauration des subventions globales du Conseil des Arts du Canada qui réduisent, sans toutefois les éliminer entièrement, les coûts élevés de production des livres abondamment illustrés. Plusieurs éditeurs ont recours à des imprimeurs étrangers et, dès 1980, font appel à des firmes de Hong-Kong pour l’impression de qualité supérieure et bon marché. Les budgets accrus des bibliothèques et des institutions scolaires et l’intérêt croissant du grand public et des médias canadiens incitent plusieurs grandes maisons d’édition à développer, pour la première fois, des collections pour les jeunes. Au même moment, des maisons torontoises comme McClelland and Stewart, Macmillan, Dent, Fitzhenry and Whiteside, Longman, Oxford et Methuen étoffent leurs propres programmes d’édition jeunesse. Entre le milieu et la fin des années 1970, le nombre de livres en langue anglaise publiés annuellement dans ce secteur augmente sans arrêt. En 1977, Statistique Canada constate néanmoins que seulement 7 % des livres pour la jeunesse achetés au Canada y ont été produits17.

21Parallèlement à ces développements dans l’industrie du livre, le nombre de périodiques laïques destinés aux enfants est en hausse au cours des années 1970. Destinés aux jeunes de 7 à 12 ans, des magazines régionaux et aux intérêts spécifiques publient de la poésie, des bandes dessinées, des travaux d’artisanat, des jeux, des casse-tête, des histoires drôles, des articles et des récits. Le trimestriel Canadian Children’s Magazine (Victoria, 1976-1979) propose des articles de fond sur les enfants dans la société, l’histoire et différentes cultures. Certains éditeurs de magazines testent différentes formes de publications. Ainsi, McClelland and Stewart joint à chaque livraison de Magook (Toronto, 1977-1979) un album et un magazine de 16 pages, relié à part, contenant des histoires, des portraits d’auteur, de la poésie et des caricatures. Prenant la relève de Young Naturalist (Don Mills, Ontario, 1959-1975), Owl (Don Mills, 1976-) offre des récits naturalistes, des expériences scientifiques, des casse-tête, des bandes dessinées et des reportages, et deviendra le mensuel couleur pour la jeunesse le plus populaire. En trois ans, les coéditrices Mary Anne Brinckman et Annabel Slaight portent à 100 000 le nombre d’abonnés à la revue et lui adjoignent, en 1980, une édition française intitulée Hibou. Le magazine Chickadee (Toronto, 1979-), qui s’adresse aux enfants du primaire et d’âge préscolaire, adopte le même format que Owl. L’éditeur Greey de Pencier, qui offre le cas d’une image de marque réussie, sera même en mesure de publier des livres pour les jeunes à partir de chroniques et d’articles parus dans Owl.

22En 1980, l’édition pour la jeunesse au Canada anglais est sur le point d’atteindre la maturité alors qu’une génération d’éditeurs, de directeurs de publication, de graphistes, d’auteurs et d’illustrateurs, qui ont à cœur la réussite commerciale et l’affirmation d’une identité nationale, envisagent l’avenir avec créativité, courage et un optimisme prudent. Tant au Québec qu’au Canada anglais, les progrès en qualité et en quantité des livres et périodiques pour la jeunesse publiés dans les années 1970 peuvent être attribués autant aux éditeurs nationalistes et aux programmes de financement gouvernementaux, qu’au soutien institutionnel et public de bibliothécaires, d’enseignants et de parents convaincus.

Essor et déclin de l’édition scolaire au Canada anglais

penney clark

  • 18 Ontario, Royal Commission on Book Publishing, Canadian Publishers and Canadian Publishing, p. 168.
  • 19 Provincial Archives of Newfoundland and Labrador, GN 7711/B, carton E17, Lewis H. Wellon au minist (...)

23Symboles visibles et concrets d’un système éducatif qui peut s’avérer à la fois obscur et abstrait, les manuels scolaires sont le point de convergence des préoccupations qu’inspire l’enseignement à tous les niveaux. On confère de l’autorité aux manuels scolaires du seul fait qu’ils ont été choisis par de hauts fonctionnaires comme les responsables de l’enseignement au palier provincial et les commissaires des conseils scolaires ou encore les enseignants des institutions postsecondaires. Contrairement à la majorité des imprimés, les manuels scolaires sont normalement « sélectionnés par une personne qui n’est pas le lecteur auquel ils s’adressent », après avoir d’abord été « conçus et défendus [par des éditeurs] dans le but de persuader les maîtres ou autres autorités pédagogiques de les inscrire au programme18 ». Qu’ils suscitent depuis longtemps un vif intérêt auprès du grand public saute aux yeux, par exemple à la lecture d’une lettre mise à la poste à Ladle Cove, à Terre-Neuve, en 1945. Prenant la plume au nom de ses deux neveux qui n’avaient pas encore reçu leurs manuels scolaires du gouvernement, Lewis H. Wellon écrit au ministre de l’Éducation : « Les choses ont beaucoup changé depuis que j’ai fréquenté l’école, voilà quelque 50 ans, mais cela me paraît être pour le pire19. » Le représentant du gouvernement assurera promptement ce contribuable mécontent que les livres sont vraiment en route à destination de son petit village de pêcheurs.

  • 20 N. Sutherland, « The Triumph of Formalism ».

24Les manuels jouent un rôle central au sein des classes élémentaires et secondaires jusqu’au début des années 1970, alors qu’une révolution pédagogique commence à miner leur prestige traditionnel. Des années 1920 jusqu’aux années 1960, les enfants du cours élémentaire lisent habituellement dans l’ordre leurs livres de lecture puis leurs manuels de science, d’histoire et de géographie, et suivent des cours modelés sur ces ouvrages20. Bref, le programme et l’unique manuel autorisé ne sont qu’une seule et même chose (voir illustration 7.3). Les grands bénéficiaires de cette approche pédagogique sont les éditeurs canadiens spécialisés dans l’édition scolaire.

  • 21 P. Clark, « L’édition des manuels scolaires en anglais ».

25Dans la première moitié du XXe siècle, la tradition des manuels scolaires élaborés sous la supervision du ministère ontarien de l’Éducation disparaît lentement21. Au XIXe siècle, même si l’éducation était sous juridiction provinciale, l’extraordinaire quantité de manuels utilisés en Ontario avait amené son ministère de l’Éducation à exercer de facto son autorité sur le développement des manuels canadiens en langue anglaise, les autres provinces se limitant à faire un choix parmi les titres disponibles et autorisés en Ontario. Au fil du XXe siècle, chaque province crée des comités ayant pour mandat d’élaborer, plutôt que des manuels, des exigences en matière de programmes. Les éditeurs sont ensuite invités à soumettre un exemplaire de tous leurs livres en catalogue susceptibles de satisfaire à ces exigences afin que l’on puisse juger de leur valeur. Lorsque les livres ne sont pas conformes aux critères, on demande aux éditeurs d’en produire de nouveaux. Encore une fois, vu la taille du marché de l’Ontario, ce sont les manuels de l’Ontario qui prévalent.

  • 22 W. H. Clarke, « An Art, a Craft, and a Business », p. 7.
  • 23 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 33.
  • 24 J. M. Gray, Fun Tomorrow, p. 157.

26Cofondateur de Clarke, Irwin, l’un des plus importants éditeurs scolaires, William Henry Clarke cerne fort bien la structure contemporaine de l’industrie de l’édition anglo-canadienne lorsqu’il la compare, en 1954, à une pyramide « qui a pour base la masse solide du marché du livre éducatif — un marché qui, par son volume, son étendue et la persistance de la demande, constitue presque l’unique facteur de stabilité ou de raisonnable sécurité dans le budget ou les prévisions de ventes d’un éditeur22 ». Les collections de livres de lecture s’avèrent particulièrement lucratives pour les éditeurs scolaires. Dans les années 1920, Macmillan of Canada imprime 100 000 exemplaires de ses « Canadian Readers » ; après la Deuxième Guerre mondiale, grâce à l’accueil qu’on lui fait dans la plupart des provinces, le manuel The Story of Canada (1949), édité chez Copp, Clark, est vendu à plus de 1 000 000 d’exemplaires. Alors que le tirage moyen d’un roman canadien est de 2 000 exemplaires dans les années 1950, les livres de lecture et les abécédaires destinés aux écoles sont tirés à 50 000 exemplaires23. Les ventes de manuels assurent à plusieurs éditeurs l’assise financière pour publier des livres commerciaux originaux qui représentent la pointe fragile de la pyramide de l’édition telle que conçue par Clarke. Pour perdurer dans l’édition scolaire, se rappelle John Morgan Gray de Macmillan of Canada, il fallait être « à la fois un diplomate, un politique, un éducateur et un vendeur24 ».

  • 25 S. J. Totton, « The Marketing of Educational Books in Canada », p. 277.
  • 26 Ontario, Royal Commission on Book Publishing, Canadian Publishers and Canadian Publishing, p. 130.

27Les sociétés de propriété canadienne les plus actives dans l’édition scolaire sont toutes implantées à Toronto : Ryerson Press (1829), Copp, Clark (1841), Gage (1844), Clarke, Irwin (1930) et la Book Society (1944). McClelland and Stewart (1906) aborde le marché du manuel scolaire en 1956 après qu’une disposition administrative lui interdisant des activités dans ce secteur arrive à échéance. Les manuels scolaires proviennent également de grandes maisons britanniques dotées de filiales canadiennes — Oxford University Press (1904), Macmillan of Canada (1906), Thomas Nelson (1913), J. M. Dent & Sons (1913), Longmans (1922) — et de succursales américaines comme Ginn (1929), McGraw-Hill (1947), Doubleday (1948) et Collier-Macmillan (1956). D’autres éditeurs américains choisissent d’employer des maisons canadiennes comme agents pour trouver des débouchés à leurs livres. Dans l’arène du marché « collégial » — appellation d’usage dans le commerce pour désigner les manuels vendus aux institutions postsecondaires —, les dispositions administratives avec des sociétés américaines sont courantes25. Aussi tardivement qu’en 1970, le livre universitaire est importé à 87 %, et de fabrication nationale à 13 % ; en outre, maisons et filiales canadiennes ne produisent d’imprimés spécifiquement canadiens que dans le domaine des sciences humaines, car les firmes étrangères s’intéressent peu à la publication de textes de ce genre lorsque la demande est limitée au marché intérieur26.

7.3 Jeune fille avec des manuels scolaires pendant la Semaine de l’éducation à Vancouver en mars 1966. (The Province et Vancouver Public Library, Special Collections, VPL 2276.)

  • 27 Ibid., p. 28.

28La « canadianisation » de manuels américains est un phénomène notable de l’industrie du livre scolaire canadien, tant à l’élémentaire qu’au secondaire. Grâce à cette pratique de plus en plus répandue après 1940, plusieurs parties d’ouvrages américains sont remplacées par du contenu canadien. Les éditeurs américains y trouvent leur profit puisque ces substitutions leur permettent de récupérer le gros de leurs frais de production pour leur marché intérieur, tout en augmentant leur marge bénéficiaire sur le marché secondaire canadien. En 1939, quand l’Ontario choisit pour son programme de 2e année un livre de lecture intitulé Alice and Jerry — publié par Row, Peterson de Evanston, en Illinois, et distribué au Canada par Copp, Clark —, environ la moitié de son contenu est remplacée par des récits et poèmes britanniques ou canadiens, l’orthographe américaine étant elle aussi retouchée. Mais la qualité des ouvrages s’en ressent souvent. Au secondaire, ces manuels adaptés et produits au Canada sont « habituellement imprimés sur du papier de qualité inférieure (de fabrication canadienne), reliés sous toile canadienne couchée à la pyroxyline et d’apparence terne, avec des couvertures souvent ornées d’une illustration canadienne peu inspirée27 ».

  • 28 J. M. Gray, Fun Tomorrow, p. 176.
  • 29 D. Young, « The Macmillan Company of Canada in the 1930s », p. 125.
  • 30 V. E. Parvin, Authorization of Textbooks, p. 106.
  • 31 Canada, Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Cana (...)
  • 32 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 33.

29Le désaveu des manuels américains, qui s’était vigoureusement manifesté au XIXe siècle, se fait moins visible dans la première moitié du XXe siècle en raison de la croissance de la production au Canada des sociétés d’édition canadiennes et des filiales britanniques, mais également de l’empressement des firmes américaines à « canadianiser » leurs ouvrages. Aux dires de John Morgan Gray, au début des années 1930, la réaction des éducateurs aux manuels canadiens est « impressionnante et encourageante28 ». Vers la fin de la même décennie, les concepteurs des programmes canadiens adhèrent toutefois aux idées américaines de pédagogie progressiste, situation qui favorise les manuels américains aux dépens des livres britanniques, parfois dans une proportion de 19 contre 3. Paradoxalement, bien que la pédagogie progressiste détourne des méthodes d’enseignement fondées sur les manuels, elle rend les livres américains plus acceptables lorsque des manuels s’avèrent nécessaires29. Du reste, l’achat de livres éducatifs n’est pas une priorité absolue pendant toute la Deuxième Guerre mondiale30. En 1951, par sa condamnation de « notre imitation paresseuse et même un peu veule » des méthodes pédagogiques américaines et par sa prévision que l’usage de manuels américains pourrait aboutir à « l’annexion culturelle » et retarder l’éclosion d’un « canadianisme vigoureux », la commission Massey signale la résurgence des inquiétudes passées quant aux manuels américains31. C. J. Eustace de Dent estime qu’environ 60 % des manuels anglophones au Canada sont à l’époque soit carrément des importations américaines, soit des versions « canadianisées » de manuels américains, les plus populaires étant les livres de lecture « Dick and Jane » distribués par Gage32.

  • 33 Ibid., p. 74.
  • 34 J. M. Gray, Fun Tomorrow, p. 176.

30Parce qu’ils exigent un contenu canadien, les manuels d’histoire et de géographie échappent à la suprématie américaine et sont généralement préparés par des Canadiens et publiés par des sociétés de propriété canadienne ou des filiales britanniques. Dent lance de populaires manuels de géographie et d’histoire canadiennes, en plus de livres de lecture rédigés par des éducateurs canadiens comme Donalda Dickie et George Cornish. L’édition britanno-colombienne de la Canadian Geography for Juniors de Cornish, version révisée de l’ouvrage paru en Ontario en 1927, est inscrite au programme d’enseignement en Colombie-Britannique de 1928 à 1946. Le Canadian Oxford School Atlas, mis au point par la compagnie mère en Grande-Bretagne et publié une première fois en 1957, serait « vraisemblablement le manuel canadien le plus vendu à ce jour », s’il faut en croire le directeur d’Oxford University Press en 200333. Pour leur part, Ryerson et Macmillan incorporent volontairement des œuvres canadiennes dans les deux importantes collections qu’ils coéditent dans les années 1930 et qui jouiront d’une grande longévité : « Canadian Treasury Readers » et « Canada Books of Prose and Verse ». Il faut également mentionner, chez Macmillan, Dominion High School Chemistry (1935) d’Harold E. Bigelow et Fred G. Morehouse, un ouvrage décrit par Gray comme « un livre canadien qui associe la chimie à la recherche et à l’industrie canadiennes grâce à de judicieuses illustrations canadiennes34 ».

  • 35 S. Cheda et P. Yaffe, « Needed: Canadian Textbooks », Chatelaine, novembre 1975, p. 49.

31Dans les années 1960, l’industrie canadienne-anglaise de l’édition scolaire entre dans une période de bouleversements tandis qu’un nombre grandissant d’éditeurs américains renoncent à la coutume de passer par des agents canadiens et créent plutôt sur place leurs propres succursales. Prentice-Hall (1960), Addison-Wesley (1966), John Wiley (1968) et Allyn & Bacon (1974) implantent des filiales à Toronto ; plusieurs ouvrent des bureaux à Vancouver et dans les provinces atlantiques. En 1973, on dépense au Canada 87 300 000 $ pour l’achat de manuels scolaires, mais seulement 2 600 000 $ vont à des maisons de propriété canadienne35. Le maigre pourcentage du marché scolaire contrôlé par des éditeurs nationaux cette année-là est en partie la conséquence de la vente à des intérêts américains, trois ans plus tôt, Gage et Ryerson Press, deux des plus grandes sociétés éditrices de propriété canadienne. Ces transactions qui font de Clarke, Irwin le plus important éditeur scolaire de propriété canadienne suscitent, en 1970, la création de l’Ontario Royal Commission on Book Publishing.

  • 36 Ontario, Royal Commission on Book Publishing, Canadian Publishers and Canadian Publishing, p. 33.
  • 37 F. L. Barrett, « Textbook Selection », p. 338.
  • 38 D. Broten et P. Birdsall, Paper Phoenix, p. 31.
  • 39 Le rapport Hall-Dennis de 1968 en Ontario et le rapport Worth de 1972 en Alberta en sont deux exem (...)

32Selon la Commission, l’édition scolaire, « depuis longtemps le domaine le plus sûr de l’édition de livres, [s’étant engagée] dans une impasse économique en 1968, se retrouve graduellement à court de carburant et dans l’incapacité de faire marche arrière36 ». Le rapport de la Commission décrit en 1973 les circonstances qui ont ébranlé la traditionnelle stabilité de ce secteur où les seules provinces qui s’appuient encore sur un manuel autorisé, c’est-à-dire distribué à un exemplaire par élève, sont l’Île-du-Prince-Édouard, la Colombie-Britannique (pour certaines matières) et la Nouvelle-Écosse, cette dernière étant toutefois en voie d’abandonner cette approche37. En outre, les ventes de manuels sont compromises par l’augmentation des coûts de fabrication, la baisse des inscriptions scolaires, le recours croissant aux ressources multimédias et la suppression, en 1968, des subventions ontariennes pour la production de manuels. Celles-ci constituaient une assistance de l’État destinée aux commissions scolaires qui assuraient un montant déterminé par élève devant servir à l’achat de livres. Désormais libres de disposer de leurs budgets comme elles l’entendent, les commissions scolaires de l’Ontario réduisent leurs dépenses en manuels de 2,5 % en 1967 à 1 % en 197838. Cette province comptant pour la moitié du marché du livre scolaire anglo-canadien, le changement est déterminant. S’appuyant sur les recommandations de la Commission, l’Ontario élabore de nouvelles politiques pour stimuler l’édition scolaire, dont des prêts garantis aux éditeurs et des subventions au développement ciblé destinées aux auteurs, aux regroupements de l’industrie du livre et aux éditeurs. Les éditeurs scolaires doivent aussi négocier un important virage vers le « néoprogressisme », une méthode pédagogique en vogue à la fin des années 1960 et au début des années 1970 qui détrônera le manuel scolaire39. Dès 1970, les tirages de manuels sont ramenés à 5 000 exemplaires ou moins, et vu la baisse de la demande, certains titres sont définitivement supprimés.

33Dans les années 1970, les éditeurs essuient également des critiques quant au contenu des manuels, particulièrement en ce qui concerne les stéréotypes ethniques ou sexuels et le manque de contenu canadien. À l’examen critique parrainé conjointement par l’Ontario Human Rights Commission et l’Ontario Institute for Studies in Education de Teaching Prejudice (1971), une étude fondamentale de Garnet McDiarmid et David Pratt sur l’histoire du livre scolaire, s’ajoutent d’autres études de contenu parrainées par des commissions provinciales des droits de la personne, des organisations autochtones et féminines ainsi que des ministères provinciaux de l’Éducation. Les critères de sélection qui en résultent, tels ceux avancés dans Race, Religion, and Culture in Ontario School Materials (1981), influencent graduellement les auteurs, les éditeurs et les comités de sélection provinciaux.

  • 40 R. Lorimer, « Publishers, Governments, and Learning Materials », p. 291.
  • 41 P. Robinson, « Atlantic Canada Buys American », Quill & Quire, vol. 45, février 1979, p. 4.

34Se connaître (1975), vaste enquête de T. H. B. Symons sur le contenu canadien dans le programme d’études postsecondaires, est également mémorable et fait mieux comprendre la situation de crise qui frappe tous les niveaux d’enseignement. Du milieu à la fin des années 1970, presque toutes les provinces favorisent l’élaboration de livres canadiens pour les écoles canadiennes, soit en s’associant par contrat avec un éditeur, soit en devenant elles-mêmes éditrices40. L’Ontario prend la direction de ces efforts, offrant aux écoles des exemplaires gratuits des nouveaux manuels canadiens et octroyant des subventions à la conception d’imprimés qu’il ne serait pas rentable autrement de publier. Circular 14, le catalogue des manuels autorisés en Ontario, exclut tous les ouvrages étrangers, y compris ceux publiés par des sociétés de propriété américaine à moins que leur rédaction, leur impression et leur reliure soient réalisées au Canada. Malgré ces efforts, la suprématie des manuels américains persistera. En 1979, environ 0,2 % seulement du budget total alloué à l’achat de manuels dans les Maritimes est destiné à des livres publiés dans cette région41.

  • 42 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 401.

35En 1980, l’édition scolaire au Canada anglais est au bord d’une nouvelle transformation avec, d’une part, l’avènement de petits éditeurs régionaux et, d’autre part, la croissance des multinationales. Le marché des manuels de sciences humaines favorisera d’abord les éditeurs régionaux de l’Ouest, comme Arnold Publishing (1967), Weigl Publishing (1979), Douglas & McIntyre (Educational) (1980) et Duval House (1985). En 2006, cependant, une succession de produits et de fusions toucheront les maisons Douglas & McIntyre (Educational) et Arnold Publishing, aussi bien que Harcourt Canada et Duval House, qui seront respectivement absorbées par la multinationale Thomson Nelson de propriété canadienne. Cette tendance se confirmera puisque la multinationale de propriété britannique Pearson Education Canada rachètera des filiales canadiennes de plusieurs éditeurs scolaires, dont Addison-Wesley, Collier-Macmillan, Ginn, GLC et Prentice-Hall42. La société Pearson prétendra encore en 2005 sur son portail Internet que ses opérations d’édition commerciale et scolaire combinées la désignent comme le plus important éditeur du Canada. Tout au long du XXe siècle, tant par son potentiel économique que par sa portée culturelle, l’édition scolaire a été l’objet de perpétuels débats publics.

etude de cas. Les « Coles Notes »

— Ian Brockie

  • 43 Ruth Martin, « Jack Cole », Trade News, 31 janvier 1970, p. 40-42.

36Difficile d’imaginer la vie étudiante sans les « Coles Notes », ces vade-mecum aussi courants que controversés sur le plan pédagogique. En 1948, s’inspirant du petit calepin noir où un de ses professeurs consignait « mots-clés et points saillants » de ses cours dans les années 1930, le libraire torontois Jack Cole publie un premier petit guide miméographié reproduisant les notes d’un professeur d’histoire. L’opération ayant « produit un volume de vente suffisant », Cole édite une version imprimée. « Après, devait-il raconter dans les années 1970, c’est allé comme sur des roulettes. J’ai découvert que tous les profs avaient des calepins du même genre […] et que c’était l’outil idéal pour réviser une matière dans l’atmosphère surchauffée des examens43. » Les premiers livrets (21,5 x 14,5 cm) portent une couverture orange et se vendent entre 50 ¢ et 1 $ ; certains titres résument un cours au programme dans les écoles secondaires ontariennes, d’autres traitent d’un texte particulier. La célèbre couverture « abeille », à rayures noires sur fond jaune, date de 1955. À la fin des années 1960, le prix unitaire moyen est de 1,25 $ ; en 1979, il grimpe à 2,95 $ et les couvertures sont habillées de carreaux multicolores. Vers la fin des années 1990, la librairie Chapters, repreneur de la collection, les uniformisera en vert.

37Pour suivre le rythme des programmes d’études secondaires et postsecondaires, la collection fait alterner réimpressions et textes inédits. Parmi les réimpressions figurent les « Pennant Key-Indexed Study Guides », des titres de « Forum House » (collection universitaire de Coles) et des textes publiés par un imitateur américain, les « Cliffs Notes » (1958). Les rapports entre Jack Cole et Cliff Hillgass, président-directeur général de Cliffs, sont cordiaux, amicaux même : ils conviennent non seulement de ne pas se concurrencer sur leurs marchés nationaux pendant 25 ans, mais aussi d’échanger des manuscrits. Les premiers guides originaux de Coles sur des œuvres canadiennes datent des années 1970 ; ils se multiplieront après 1980 autour des romans de Morley Callaghan, Margaret Atwood, Hugh MacLennan et Mordecai Richler. Le marché de Jack Cole s’étendra désormais à tout le Commonwealth, et des étudiants des cinq continents profiteront donc de cette invention canadienne.

  • 44 S. Alston et P. Fleming, Toronto in Print, p. 94.

38L’attitude des enseignants à l’égard des « Coles Notes » oscille entre la réprobation obstinée et l’acceptation tiède, ce qui permet de comprendre pourquoi plusieurs signataires de ces ouvrages — au nombre desquels figurent des écrivains aussi cotés que Phyllis Grosskurth et Eli Mandel — ont gardé l’anonymat. Aujourd’hui, la majorité des titres traitent d’ouvrages qui sont au programme de la plupart des cours de littérature ; ils contiennent une courte biographie de l’auteur, un aperçu de son milieu culturel, une brève présentation du texte, un résumé de l’intrigue, une liste des personnages principaux et un commentaire sur chacune des grandes parties de l’ouvrage étudié. Certains titres comportent des questions et des réponses types ; d’autres, des tableaux, des bibliographies et de courts essais analytiques. La plupart d’entre eux manifestent un penchant pour le New Criticism, un courant de critique littéraire fort prisé des anglophones et qui est révélateur de l’époque où la collection a vu le jour. Même si la valeur pédagogique de la collection a été contestée, sa popularité auprès des étudiants n’a jamais fléchi. À preuve son phénoménal volume de ventes : en 1998, le guide sur The Stone Angel de Margaret Laurence, premier titre canadien de la série, franchira le cap des 100 000 exemplaires, et le guide consacré à Macbeth dépassera les 500 000 exemplaires44.

étude de cas. McClelland and Stewart et le livre de poche haut de gamme

— Janet B. Friskney

39Si les premiers livres de poche de grande diffusion apparaissent au Canada au début des années 1940, les éditeurs canadiens-anglais ne s’y intéressent vraiment qu’à partir des années 1960, au moment où se constitue un marché pour l’édition brochée de qualité (parfois désigné en anglais sous le nom de trade ou egghead paperback) particulièrement dans le secteur de l’enseignement. L’utilisation de ce type d’ouvrages comme manuels scolaires par les professeurs et les étudiants, l’expansion rapide du réseau postsecondaire à l’échelle nationale et la popularité croissante des sujets canadiens — grâce, entre autres, aux débats entourant la commission Massey — incitent certains éditeurs à prendre le risque de se lancer dans cette aventure. Ces éditions haut de gamme se distinguent de celles qui sont destinées à la grande distribution par leurs tirages plus petits, couvertures plus sobres, production plus rentable, prix plus élevés, possibilité de faire partie d’un fonds d’édition et distribution dans les librairies commerciales et universitaires.

  • 45 Voir J. B. Friskney, « The Many Aspects of a General Editorship ». La liste des titres de la « NCL (...)

40Au Canada anglais, McClelland and Stewart est le premier éditeur à monter au créneau avec la « New Canadian Library » (« NCL »), collection lancée le 17 janvier 1958 et placée sous la direction de Malcolm Ross, professeur de littérature anglaise à la Queen’s University qui a été le premier à proposer à l’éditeur la création d’une série consacrée à la réédition d’œuvres littéraires canadiennes45. Bien que leur préface soit souvent signée par des professeurs et des autorités en littérature, les ouvrages de cette collection sont considérés comme des outils utiles à l’enseignement plutôt que comme des éditions savantes et, à l’exception de deux traductions originales, ils n’ont bénéficié d’aucune subvention. Publiés à l’origine sous des couvertures d’un style distinctif signées par Frank Newfeld (voir illustration 7.4), ces livres deviennent vite indispensables aux jeunes universitaires déterminés à mettre la littérature canadienne au cœur de leur enseignement et de leurs recherches.

  • 46 Chiffres tirés d’un tableau des ventes de la « NCL » pour la période 1958-1979. McMaster Universit (...)

41À ses débuts, la collection a du mal à faire ses frais, ce qui oblige l’éditeur et le directeur de la série à raccourcir certains textes pour réduire leur coût de production. Malgré cette décision, plus tard contestée, les responsables ne se laissent pas décourager, car les établissements d’enseignement postsecondaire ne cessent de faire augmenter le nombre de cours en littérature canadienne où cette collection est souvent retenue par les enseignants. À la fin de sa première décennie d’existence, la « NCL » compte plus de 65 titres des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, vendus globalement à plus de 585 000 exemplaires46. La collection représente une part appréciable du fonds de McClelland and Stewart, et son succès incite d’autres éditeurs canadiens à entrer eux aussi dans le marché du livre broché de qualité. Toutefois, et contrairement à la « NCL », ces nouvelles collections n’exploitent largement ou exclusivement que les fonds des éditeurs concernés : c’est le cas des « Canadian University Paperbacks » inaugurés en 1963 par la University of Toronto Press, des « Oxford in Canada Paperbacks » (1965), des « Clarke Irwin Canadian Paperbacks » (1965), des « Ryerson Paperbacks » (1967) et de la « Laurentian Library » de Macmillan of Canada (1967). Ces initiatives créent une concurrence en aval, en ce qui a trait aux ventes, mais aussi en amont, autour des droits de réimpression, ce qui pousse la « NCL » au cours des années 1970 à s’appuyer davantage sur le fonds de son éditeur et sur les titres tombés dans le domaine public. La production et les ventes demeurent fermes pendant toute cette décennie. Quand Ross, le directeur de la collection, quitte ses fonctions en 1978, la « NCL » et ses deux ramifications, la « NCL Original Series » et la « Canadian Writers Series », comptent plus de 180 titres dont les ventes ont dépassé les 3 000 000 d’exemplaires. Le départ de Ross est suivi d’une interruption de quelques années, mais dès 1981, des titres recommenceront à paraître sous la responsabilité unique du propriétaire de la maison. En 1988, après un réexamen complet, la collection prendra un nouveau départ sous la direction de David Staines, professeur à l’Université d’Ottawa, assisté d’un comité éditorial. Aujourd’hui encore, la « NCL » demeure une composante vitale de la production de McClelland and Stewart.

  • 47 McMaster University Library, William Ready Division of Archives and Research Collections, McClella (...)
  • 48 S. F. Wise (et Naomi Griffiths) à J. B. Friskney, 2 octobre 2004.

42La deuxième collection de livres de poche haut de gamme de cet éditeur, la « Carleton Library », s’inspire de la précédente. En effet, la « NCL » était à peine née que son directeur était invité à y inclure des titres non littéraires. En 1960, la direction de la maison propose donc à Robert McDougall, membre de l’Institute of Canadian Studies de la Carleton University, de prendre la tête d’une collection de réimpressions destinée au marché universitaire et réunissant des œuvres canadiennes marquantes en histoire et en sciences sociales. Après plusieurs années de discussion et quelques études de marché exécutées par l’Institut avec l’appui financier du Conseil des Arts, la « Carleton Library » est lancée le 25 mai 1963. Contrairement aux titres de la « NCL » choisis de concert par le directeur de collection et l’éditeur, ceux de la « Carleton Library » sont sélectionnés par un comité indépendant extérieur à la maison. La collection obtient des résultats respectables durant les années 1960, mais se heurte ensuite aux mêmes difficultés que la « NCL » eu égard aux droits de réimpression et aux parts de marché47. Dès lors, elle se replie sur le fonds de son éditeur, retient les œuvres tombées dans le domaine public et les compilations inédites, tout en commençant même à publier des œuvres complètes. Malgré tout, une rentabilité médiocre, la rareté des titres à bon potentiel commercial et des conflits avec le comité de direction sur la politique des prix amènent l’éditeur à abandonner la partie à la fin des années 1970, après avoir publié plus de 100 titres48. Au cours des années suivantes, la direction de la « Carleton Library » conclut des ententes à court terme avec Macmillan et Gage, mais cette solution de rechange ne peut être permanente. La recherche de stabilité sera à l’origine de la création en 1981 de la Carleton University Press (CUP), qui, jusqu’à sa disparition en 1999, publiera les titres de la collection. McGill-Queen’s University Press, repreneur du fonds de la CUP et aujourd’hui éditeur de la « Carleton Library », continue d’enrichir la collection.

7.4 Le dépôt légal date de 1957, mais c’est le 17 janvier 1958 que les quatre premiers titres de la « New Canadian Library » de McClelland and Stewart ont paru à Toronto. Chargé de donner forme à la collection, le dessinateur Frank Newfeld avait estimé qu’il lui fallait trois choses : un format particulier évoquant son caractère canadien, un élément mettant en relief l’auteur du livre et un fort impact visuel en librairie. Le motif de la bande déchirée « voulait exprimer la rude discipline du pays et ses possibilités inexplorées ». L’image de l’auteur devait être choisie en fonction de son style littéraire, d’où des portraits de Stephen Leacock et de Frederick Philip Grove « plus strictement figuratifs que [celui] de Morley Callaghan ». McMaster University Library, William Ready Division of Archives and Research Collections, McClelland and Stewart fonds, série Ca, carton 2, dossier 7, tapuscrit. (McClelland and Stewart Ltd.)

L’édition du manuel scolaire au Canada français

paul aubin

  • 49 P. Aubin, « Les manuels scolaires québécois ».
  • 50 Québec, Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, Rapport.

43L’édition du manuel scolaire au Québec progresse constamment de 1918 à 1960, pour fléchir durant les deux décennies suivantes, avant de reprendre une ampleur qui ne se démentira pas par la suite. De plus de 700 manuels imprimés dans les années 1920 (comprenant les réimpressions), on passe à plus de 1700 dans les années 1950, dont 160 titres pour la seule année 195749. Trois facteurs permettent de comprendre cette augmentation : la loi de 1943 sur la fréquentation scolaire obligatoire (George VI, c. 13), le développement de l’enseignement secondaire et le phénomène du baby-boom. La baisse significative de la production de manuels scolaires à partir des années 1960, et surtout dans les années 1970, s’explique à la fois par l’influence de la commission Parent50 sur l’attitude des éditeurs qui demeurent dans l’expectative d’une réforme majeure de l’enseignement et par un nouveau courant pédagogique qui accorde moins de place au manuel dans la formation des élèves.

  • 51 P. Aubin, « L’édition scolaire au Québec ».
  • 52 P. Aubin, Les communautés religieuses et l’édition du manuel scolaire, p. 112.

44Amorcée au XIXe siècle, la prédominance des communautés religieuses dans ce domaine se confirme au XXe siècle51. Ainsi, durant les années 1920, 69 % des nouveaux manuels sont édités par des communautés religieuses52. Même si la part du marché qu’elles détiennent décroît régulièrement par la suite, ces dernières, prises dans leur ensemble, demeurent les principaux producteurs d’ouvrages pédagogiques jusque dans les années 1950, alors qu’elles impriment, éditent et signent encore la moitié de tous les manuels francophones mis en circulation au Québec.

45Parmi les communautés, la première et la plus importante à s’être implantée au Canada français, dès 1838, les Frères des écoles chrétiennes (FÉC), se révèle à cet égard la plus prolifique. Elle est suivie des Frères de l’Instruction chrétienne (FIC) et des clercs de Saint-Viateur (CSV). Du côté féminin, c’est encore la plus ancienne communauté, la congrégation de Notre-Dame (CND), qui supplante ses concurrentes. Chacune d’elles se distingue par une spécialité : les FÉC publient des manuels de comptabilité, les FIC investissent le champ des manuels d’anglais et les religieuses de la CND publient des ouvrages culinaires et d’art ménager.

  • 53 Paul Riverin, « Est-ce une concurrence déloyale ? », Le Jour, 29 octobre 1938, p. 8 ; id., « Les i (...)
  • 54 Québec, Commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, Rapport, p. 62.

46Les éditeurs laïques de ce genre d’ouvrages ne sont pas en reste pour autant. On dénombre plus de 100 firmes différentes qui œuvrent dans le domaine au cours du XXe siècle. Un grand nombre de ces entreprises ne publient que quelques titres alors que d’autres, comme la Librairie Beauchemin et Granger Frères, y occupent une position de premier plan. La cohabitation entre laïcs et religieux ne s’effectue pas sans heurts et les frictions s’accentuent au cours du siècle. En 1938, on dénonce publiquement la concurrence déloyale des éditeurs religieux, qui bénéficient d’avantages économiques indéniables par rapport à leurs vis-à-vis laïques53. La création du Centre de psychologie et de pédagogie (CPP), une maison d’édition de manuels scolaires fondée par un groupe de professeurs laïques en 1945, amorce un renversement de situation, après quoi une soixantaine de nouvelles maisons laïques verront le jour. En 1960-1962, cet éditeur domine le marché avec 35 % des ventes54. À partir de la Révolution tranquille, avec la baisse radicale des effectifs religieux, on assiste au retrait définitif des communautés qui abandonnent progressivement l’édition scolaire ou cèdent leurs fonds à des éditeurs non religieux.

  • 55 Ibid., p. 109-121.
  • 56 D’après le témoignage de Claude Hurtubise, cité par J. Michon, Fides, p. 215-219.

47Le manuel scolaire occupe une place importante dans l’ensemble du commerce du livre au Québec. La moitié du Rapport de la Commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, publié en 1963, y est consacrée. Le commissaire Maurice Bouchard y déplore des prix trop élevés, une absence de véritable concurrence dans un marché dominé par quelques gros joueurs et, surtout, y prend à partie le Département de l’Instruction publique qui ferme les yeux sur des pratiques douteuses dans le processus d’approbation des manuels55. Ces accusations obligent les éditeurs, tant laïques que religieux, à ralentir leurs activités durant un certain temps, pendant que le ministère de l’Éducation, créé en 1964, confie à Hachette la traduction en français de manuels américains destinés au marché québécois56.

  • 57 P. Aubin, « La pénétration des manuels scolaires de France au Québec », p. 16.
  • 58 On entend ici non pas l’achat de manuels imprimés à l’étranger, mais la réimpression au Québec de (...)

48Sur environ 3 000 titres différents imprimés au Québec entre 1918 et 1980, 5 % seulement sont des réimpressions, adaptations ou traductions de productions étrangères. Les éditeurs québécois sont relativement autonomes sur ce plan et dominent le marché des manuels pour l’enseignement primaire. Ils ne font appel aux productions étrangères que dans certaines disciplines et dans des occasions particulières. Ainsi, durant la Deuxième Guerre mondiale, le besoin de manuels scolaires pour l’enseignement secondaire amène les FÉC à réimprimer des titres étrangers57, dont environ 70 % proviennent de France58, tandis que les catéchismes viennent en partie de Belgique, et les ouvrages de mathématique d’Allemagne.

  • 59 Y. St-Arnaud, « L’enseignement de l’histoire dans l’Ouest », p. 89 ; P. Aubin, Les communautés rel (...)
  • 60 R. Beaudry, « L’enseignement de l’histoire dans les Maritimes », p. 27-28.

49Jusqu’aux années 1960, les francophones hors Québec produisent très peu de manuels scolaires. Les éditeurs montréalais en tirent profit et leur proposent leurs surplus même s’ils ne sont pas toujours adaptés aux besoins locaux59. Ainsi, l’utilisation de manuels d’histoire du Canada publiés au Québec pose des problèmes d’adaptation ailleurs au Canada, et on s’en plaint notamment chez les Acadiens60.

  • 61 D’après la compilation du catalogue québécois des manuels scolaires toujours en cours, près de 300 (...)

50Au centre d’enjeux économiques et idéologiques importants, le manuel scolaire constitue un espace particulier où s’affrontent plusieurs forces extérieures qui contraignent auteurs et éditeurs à adapter leur produit au marché. Alors qu’on connaît bien le rôle du gouvernement à cet égard, les éditeurs de livres scolaires doivent aussi tenir compte d’autres facteurs qui apparaissent, par exemple, dans les débats de société concernant la pédagogie. Après la création du ministère de l’Éducation, une nouvelle approche, véhiculée officieusement par les instances gouvernementales et implicitement appuyée par un programme-cadre mis en place au début des années 1970, ne favorise plus l’utilisation de manuels scolaires dans les classes et entraîne une baisse substantielle dans le nombre de manuels produits. Mais cette baisse sera provisoire puisqu’on assistera à un retour vigoureux du manuel scolaire dans les années 198061.

etude de cas. Les classiques canadiens de Fides

— Jacques Michon

51Au cours des années 1960, trois collections des Éditions Fides, la « Collection du Nénuphar », les « Classiques canadiens » et la « Bibliothèque canadienne-française », connaissent des succès retentissants. Destinées au marché scolaire, ces collections participent à la constitution et au renouvellement du canon littéraire québécois de la Révolution tranquille (voir illustration 7.5).

  • 62 J. Michon, Fides, p. 135.

52Dirigée par Luc Lacourcière, la « Collection du Nénuphar » marque un tournant dans l’édition des classiques canadiens-français. Avant sa création en 1944, la réédition d’œuvres canadiennes était limitée au secteur des écrits historiques et édifiants du XIXe siècle. Avec cette collection, Fides propose au lecteur des œuvres canadiennes-françaises contemporaines imprimées avec soin sur papier vergé de luxe (21 x 14 cm). En 1952, Lacourcière y fait paraître la première édition critique des Poésies complètes, 1896-1899 d’Émile Nelligan, qui sera le best-seller de la série. Les rééditions d’œuvres des années 1930 et 1940, notamment celles de Félix-Antoine Savard (Menaud, maître-draveur), Léo-Paul Desrosiers (Les engagés du Grand Portage), Alfred DesRochers (À l’ombre de l’Orford), Hector de Saint-Denys Garneau (Poésies complètes), Germaine Guèvremont (Le survenant) et Ringuet (Trente arpents), y obtiennent rapidement la faveur du public62. De 1944 à 1979, une soixantaine d’ouvrages sont publiés dans la « Collection du Nénuphar » et près d’un demi-million d’exemplaires écoulés.

Graphique 7.1 Saint-Denys Garneau dans les trois collections de Fides. Ventes annuelles détaillées, 1950-1979

Graphique 7.1 Saint-Denys Garneau dans les trois collections de Fides. Ventes annuelles détaillées, 1950-1979

Sources : Archives de la Corporation des Éditions Fides.

7.5 Couvertures d’ouvrages tirés de trois collections de classiques canadiens-français publiées par les Éditions Fides (Montréal). En haut : Félix-Antoine Savard, Menaud, maître-draveur (« Collection du Nénuphar », 1944). En bas : Champlain, édition annotée par Marcel Trudel (« Classiques canadiens », 1968) ; Émile Nelligan, Poèmes choisis, choix et édition d’Éloi de Grandmont (« Bibliothèque canadienne-française », 1966). (Les Éditions Fides.)

  • 63 D’après les Archives de la Corporation des Éditions Fides.

53En 1956, afin d’offrir aux étudiants une collection de morceaux choisis à prix modique, Fides lance les « Classiques canadiens ». Présentés dans un format de poche (17 x 11 cm), ces petits livres proposent en moins de 100 pages des extraits d’auteurs de la Nouvelle-France (Samuel de Champlain, Pierre-François-Xavier de Charlevoix) et d’écrivains du XIXe siècle (Octave Crémazie, Arthur Buies, Pamphile Le May) et du XXe siècle (Louis Dantin, Rina Lasnier). De 1956 à 1972, 45 titres y voient le jour, dont ceux de trois poètes contemporains qui arrivent en tête de liste : Saint-Denys Garneau (42 900 exemplaires), Alain Grandbois (17 500 exemplaires) et Robert Choquette (13 600 exemplaires)63.

54En 1960, fort de ces succès, l’éditeur lance une autre collection de poche, « Alouette bleue », qui devient la « Bibliothèque canadienne-française » en 1965, consacrée aux titres les plus populaires de la « Collection du Nénuphar », comme Le survenant et Menaud, maître-draveur, auxquels sont ajoutées plusieurs œuvres de Félix Leclerc, Pieds nus dans l’aube, Le hamac dans les voiles, Moi, mes souliers et Le fou de l’île. Grâce à une diffusion soutenue sur plus de 40 ans, toutes ces publications réussissent à assurer la pérennité des œuvres considérées alors comme les plus représentatives du Québec contemporain.

Notes

1 P.-É. Farley, Livres d’enfants, p. 8.

2 J. Michon, Fides, p. 168.

3 « Cinq romans pour enfants furent publiés en 1921-1922, cinq en 1923, mais aucun en 1935 » (S. Egoff, « The Writing and Publishing of Canadian Children’s Books », p. 250).

4 Entre autres, Dent; Longmans; Little, Brown; Ryerson; Clarke, Irwin; Nelson; Musson; McGraw-Hill.

5 S. Egoff, « The Writing and Publishing of Canadian Children’s Books », p. 250.

6 I. McDonough, « Foreword », In Review, vol. 4, no 3, été 1970, p. 4.

7 S. Egoff, « The Writing and Publishing of Canadian Children’s Books », p. 258-260.

8 W. Toye, entrevue accordée à J. Saltman, Toronto, juin 2003.

9 « Publishers Answer », Canadian Author and Bookman, vol. 47, no 2, 1971, p. 1.

10 I. McDonough, « Foreword », In Review, vol. 7, no 3, été 1973, p. 4; vol. 8, no 3, été 1974, p. 4; vol. 9, no 4, automne 1975, p. 4.

11 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 275.

12 J. Lunn, entretien téléphonique avec J. Saltman, avril 2004.

13 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 278.

14 M. Cutler, entrevue accordée à G. Edwards, Montréal, avril 2003.

15 Bibliothèques de l’Université McGill, Division des livres rares et collections spéciales, MS 925, carton 1, dossier 1, historique de Tundra Books.

16 Ibid., carton 2, dossier 2, correspondance de May Cutler et Ann Blades.

17 I. McDonough, « Foreword », In Review, vol. 13, no 5, octobre 1979, p. 4.

18 Ontario, Royal Commission on Book Publishing, Canadian Publishers and Canadian Publishing, p. 168.

19 Provincial Archives of Newfoundland and Labrador, GN 7711/B, carton E17, Lewis H. Wellon au ministre de l’Éducation, 15 novembre 1945.

20 N. Sutherland, « The Triumph of Formalism ».

21 P. Clark, « L’édition des manuels scolaires en anglais ».

22 W. H. Clarke, « An Art, a Craft, and a Business », p. 7.

23 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 33.

24 J. M. Gray, Fun Tomorrow, p. 157.

25 S. J. Totton, « The Marketing of Educational Books in Canada », p. 277.

26 Ontario, Royal Commission on Book Publishing, Canadian Publishers and Canadian Publishing, p. 130.

27 Ibid., p. 28.

28 J. M. Gray, Fun Tomorrow, p. 176.

29 D. Young, « The Macmillan Company of Canada in the 1930s », p. 125.

30 V. E. Parvin, Authorization of Textbooks, p. 106.

31 Canada, Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada, Rapport, p. 18, 30 et 241.

32 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 33.

33 Ibid., p. 74.

34 J. M. Gray, Fun Tomorrow, p. 176.

35 S. Cheda et P. Yaffe, « Needed: Canadian Textbooks », Chatelaine, novembre 1975, p. 49.

36 Ontario, Royal Commission on Book Publishing, Canadian Publishers and Canadian Publishing, p. 33.

37 F. L. Barrett, « Textbook Selection », p. 338.

38 D. Broten et P. Birdsall, Paper Phoenix, p. 31.

39 Le rapport Hall-Dennis de 1968 en Ontario et le rapport Worth de 1972 en Alberta en sont deux exemples.

40 R. Lorimer, « Publishers, Governments, and Learning Materials », p. 291.

41 P. Robinson, « Atlantic Canada Buys American », Quill & Quire, vol. 45, février 1979, p. 4.

42 R. MacSkimming, The Perilous Trade, p. 401.

43 Ruth Martin, « Jack Cole », Trade News, 31 janvier 1970, p. 40-42.

44 S. Alston et P. Fleming, Toronto in Print, p. 94.

45 Voir J. B. Friskney, « The Many Aspects of a General Editorship ». La liste des titres de la « NCL » et celle de la « Carleton Library » figurent dans C. Spadoni et J. Donnelly, A Bibliography of McClelland and Stewart Imprints, p. 775-777 et 770-772.

46 Chiffres tirés d’un tableau des ventes de la « NCL » pour la période 1958-1979. McMaster University Library, William Ready Division of Archives and Research Collections, McClelland and Stewart fonds, série A, carton 93, dossier 14.

47 McMaster University Library, William Ready Division of Archives and Research Collections, McClelland and Stewart fonds, dossier 18, carton 17, note de Robert McDougall sur la réunion du comité directeur du 13 février 1970.

48 S. F. Wise (et Naomi Griffiths) à J. B. Friskney, 2 octobre 2004.

49 P. Aubin, « Les manuels scolaires québécois ».

50 Québec, Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, Rapport.

51 P. Aubin, « L’édition scolaire au Québec ».

52 P. Aubin, Les communautés religieuses et l’édition du manuel scolaire, p. 112.

53 Paul Riverin, « Est-ce une concurrence déloyale ? », Le Jour, 29 octobre 1938, p. 8 ; id., « Les imprimeries des maisons religieuses », Le Jour, 5 novembre 1938, p. 5.

54 Québec, Commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, Rapport, p. 62.

55 Ibid., p. 109-121.

56 D’après le témoignage de Claude Hurtubise, cité par J. Michon, Fides, p. 215-219.

57 P. Aubin, « La pénétration des manuels scolaires de France au Québec », p. 16.

58 On entend ici non pas l’achat de manuels imprimés à l’étranger, mais la réimpression au Québec de manuels rédigés et imprimés d’abord à l’étranger ; il peut s’agir de traductions, d’adaptations ou de réimpressions intégrales.

59 Y. St-Arnaud, « L’enseignement de l’histoire dans l’Ouest », p. 89 ; P. Aubin, Les communautés religieuses et l’édition du manuel scolaire, p. 48-49.

60 R. Beaudry, « L’enseignement de l’histoire dans les Maritimes », p. 27-28.

61 D’après la compilation du catalogue québécois des manuels scolaires toujours en cours, près de 3000 titres auraient été publiés dans les années 1980.

62 J. Michon, Fides, p. 135.

63 D’après les Archives de la Corporation des Éditions Fides.

Table des illustrations

Légende 7.1 Pauline Lamy et Alec Leduc, Journal de bord d’Alfred (Montréal, Éditions Fides, 1942). (Les Éditions Fides.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende 7.2 Andrée Maillet, Ristontac (Montréal, Éditions Lucien Parizeau, 1945), illustrations de Robert La Palme. (Succession de Robert La Palme.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende 7.3 Jeune fille avec des manuels scolaires pendant la Semaine de l’éducation à Vancouver en mars 1966. (The Province et Vancouver Public Library, Special Collections, VPL 2276.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende 7.4 Le dépôt légal date de 1957, mais c’est le 17 janvier 1958 que les quatre premiers titres de la « New Canadian Library » de McClelland and Stewart ont paru à Toronto. Chargé de donner forme à la collection, le dessinateur Frank Newfeld avait estimé qu’il lui fallait trois choses : un format particulier évoquant son caractère canadien, un élément mettant en relief l’auteur du livre et un fort impact visuel en librairie. Le motif de la bande déchirée « voulait exprimer la rude discipline du pays et ses possibilités inexplorées ». L’image de l’auteur devait être choisie en fonction de son style littéraire, d’où des portraits de Stephen Leacock et de Frederick Philip Grove « plus strictement figuratifs que [celui] de Morley Callaghan ». McMaster University Library, William Ready Division of Archives and Research Collections, McClelland and Stewart fonds, série Ca, carton 2, dossier 7, tapuscrit. (McClelland and Stewart Ltd.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Graphique 7.1 Saint-Denys Garneau dans les trois collections de Fides. Ventes annuelles détaillées, 1950-1979
Légende Sources : Archives de la Corporation des Éditions Fides.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17269/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 7.5 Couvertures d’ouvrages tirés de trois collections de classiques canadiens-français publiées par les Éditions Fides (Montréal). En haut : Félix-Antoine Savard, Menaud, maître-draveur (« Collection du Nénuphar », 1944). En bas : Champlain, édition annotée par Marcel Trudel (« Classiques canadiens », 1968) ; Émile Nelligan, Poèmes choisis, choix et édition d’Éloi de Grandmont (« Bibliothèque canadienne-française », 1966). (Les Éditions Fides.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17269/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

Auteurs

Professeure à l’Université de Sherbrooke et chercheure au Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec. Elle s’intéresse à l’histoire de la littérature pour la jeunesse, à l’enseignement du français et à l’édition du livre pour l’enfance et la jeunesse.

Professeure agrégée à la School of Library, Archival and Information Studies, et directrice du Master of Arts in Children’s Literature Program à la University of British Columbia. Elle travaille sur la littérature pour la jeunesse, l’édition et les livres illustrés pour les jeunes.

Gail Edwards enseigne l’histoire du Canada, de la Colombie-Britannique et des aborigènes au Douglas College, et l’histoire du livre illustré pour enfants à la University of British Columbia. Ses travaux actuels portent sur l’interrelation entre l’histoire aborigène, l’histoire des missionnaires et l’histoire de la culture de l’imprimé en Colombie-Britannique.

Professeure adjointe au Department of Curriculum Studies de la University of British Columbia, travaille sur les aspects historiques et politiques de l’enseignement et sur la connaissance et la compréhension de l’histoire chez les étudiants.

Ian Brockie a donné pendant neuf ans des cours en littérature anglaise et en sciences de l’éducation à la Memorial University of Newfoundland. Il enseigne présentement la communication destinée aux professionnels au College of the North Atlantic à Doha au Qatar. Il s’intéresse particulièrement aux discours non officiels et alternatifs par lesquels les étudiants acquièrent des connaissances littéraires.

Rédactrice associée du volume III de l’HLIC/HBiC. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de l’édition. Elle s’intéresse notamment à l’histoire de la Methodist Book and Publishing House, de la « New Canadian Library » de McClelland and Stewart et des services de bibliothèque et d’édition pour les aveugles au Canada.

Un chercheur indépendant associé au Centre interuniversitaire d’études québécoises de Université Laval et de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Depuis plus de dix ans, il consacre ses travaux à l’histoire des manuels scolaires du Québec et du Canada.

Professeur à l’Université de Sherbrooke où il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition. Il a été directeur du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec de 1982 à 2006. Il a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire du livre et est directeur du volume III de l’HLIC/HBiC.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr