Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Volume III

 | 
Carole Gerson
, 
Jacques Michon

Première partie : L’influence culturelle du livre et de l’imprimé dans la société canadienne

Chapitre 1. Le livre et les identités nationales

A. B. Mckillop, Paul Hjartarson, Blanca Schorcht, Paul Litt, Josée Vincent, Jean Delisle, Gilles Gallichan, Lucie Robert, Christl Verduyn, Janet B. Friskney, Jacques Michon, Jennifer J. Connor et Jo Nordley Beglo

Texte intégral

Le discours sur la nation dans la production imprimée

a. b. mckillop

1En 1918, les intellectuels, hommes politiques, journalistes et éducateurs canadiens qui se représentaient leur pays par le moyen du langage disposaient essentiellement de cinq véhicules pour communiquer leurs idées : la salle de cours, la tribune publique, l’article, l’essai et le livre. L’imprimé, dans ces trois derniers cas, a conservé son prestige, même après l’avènement des médias radiotélévisés. La radio et la télévision auront une portée immédiate plus large, mais un pouvoir de communication moins durable. L’imprimé permet aux penseurs canadiens de construire un discours plus élaboré sur la nature de leur pays, tout en donnant à leurs lecteurs plus de temps pour l’étudier, y réfléchir et, le cas échéant, y répliquer. Le rôle de l’imprimé comme moyen d’expression et d’influence culturelles ressort visiblement des discours narratifs qui contribuent à la construction du pays. Un examen attentif y révèle des relations généalogiques et antagonistes entre auteurs et textes. Les titres les plus frappants, les formules les plus retentissantes — Canadian Mosaic, Colony to Nation, Refus global, Nègres blancs d’Amérique — font partie du lexique culturel du pays et sont si bien intégrés dans le discours public que peu de citoyens ressentent le besoin de remonter à leur source.

  • 1 Voir J. O. Miller (dir.), The New Era in Canada.
  • 2 W. L. Morton, « The 1920s », p. 205.
  • 3 Goldwin Smith, rationaliste libéral, soutient dans Canada and the Canadian Question (1891) que le (...)

2À la fin de la Première Guerre mondiale, les Canadiens savent qu’ils sont à l’aube d’une « ère nouvelle » et qu’il leur faut des outils neufs pour « bâtir le Commonwealth canadien1 », mais le consensus sur la direction à prendre reste à faire. Le Canada est alors un pays à double face, comme Janus : urbain et rural, simultanément tourné vers l’avenir et vers le passé, français et anglais2. Trois mots suffisent à résumer les préoccupations des intellectuels du Canada anglais et français qui tentent de saisir la vraie nature de leur pays : nation, empire, identité. Leurs connotations — autonomie libérale, lien impérial, quête identitaire — définissent les enjeux et solutions de rechange de la plupart des schémas qu’ils esquissent sur papier, s’inspirant des thèses avancées depuis la fin du XIXe siècle par les plumes influentes de Goldwin Smith, George R. Parkin, John Watson3 et Henri Bourassa. Presque tous ceux qui, après la guerre, emploient leur savoir et leur intuition à imaginer leur pays en paroles, suivent l’un de ces modèles, axant leurs analyses sur les relations mouvantes de l’État canadien — et québécois — avec le triangle impérial formé par la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis. Ce faisant, ils font mieux comprendre le Canada, mais aussi la modernité.

Le Canada anglais jusqu’au milieu du XXe siècle

  • 4 Voir C. Berger, The Sense of Power.
  • 5 C. Berger, The Writing of Canadian History, p. 14.

3Jusqu’au milieu du XXe siècle, les discours sur la nation émanant du Canada anglais sont produits pour l’essentiel par des historiens de profession. Leur formation disciplinaire les pousse à chercher la vraie nature du pays dans l’examen de son passé, et leurs réflexions paraissent en général sous forme de livres. George M. Wrong soutient avec fermeté que la loyauté affective à l’égard de l’Empire britannique a nourri un « type national » canadien distinct. S’il admet la thèse de Goldwin Smith sur la parenté culturelle et linguistique des Canadiens anglais et des Américains, la dissimilitude de leurs formes de gouvernement lui paraît plus cruciale. C’est le grand message de sa série de conférences publiée sous le titre de Canada and the United States : A Political Study (1921). Pour lui comme pour d’autres partisans canadiens de l’Empire, l’impérialisme est une forme de nationalisme4. Cet homme qui « tenait à communiquer les résultats de la recherche historique au public lecteur » a contribué à façonner une conception du Canada transmise aux écoliers avec Public School History of Canada (1921), un manuel scolaire largement diffusé5.

  • 6 D. Creighton, « Preface to the Re-Issue », dans The Empire of the St. Lawrence, p. [iii].

4L’historien économique Harold A. Innis apporte aux défenseurs du lien britannique un puissant argument contre le continentalisme de Smith. Dans The Fur Trade in Canada (1932), il démontre le rôle-clé de certaines industries de base dans le progrès économique, social et politique du Canada. L’axe géographique du pays n’est pas nord-sud, soutient-il, mais est-ouest : le Bouclier canadien et son bassin versant forment une entité naturelle qui peut assurer la viabilité politique du Canada. Donald Creighton développe cette « thèse laurentienne », comme on finira par l’appeler, dans un autre texte capital, The Commercial Empire of the St. Lawrence, 1760-1850 (1937), qui profitera grandement de son inclusion dans une collection transnationale aussi prestigieuse que bien financée, « The Relations of Canada and the United States6 ». Dans les livres d’Innis et de ses héritiers, les Canadiens apprennent que l’histoire et la géographie ont placé leur pays à l’intersection des domaines d’influence britannique et américain, créant un espace d’interprétation qui permet aux écrivains, penseurs, politiciens et diplomates canadiens de servir de médiateurs entre les deux empires.

  • 7 T. Crowley, Marriage of Minds, p. 124-125 et 149-150.

5Pour les intellectuels canadiens de filiation libérale, adeptes d’un progressisme non révolutionnaire, l’avenir du Canada passe au contraire par la rupture des liens coloniaux qui l’empêchent encore d’acquérir sa pleine autonomie politique. O. D. Skelton, politologue qui deviendra un conseiller influent du premier ministre Mackenzie King en 1921, en est persuadé par le plaidoyer de John S. Ewart dans The Kingdom Papers (1912-1917), que celui-ci reprend dans The Independence Papers (1932). Par l’entremise de Skelton et de King, les idées d’Ewart font basculer la politique extérieure du Canada de l’allégeance britannique vers une coopération plus étroite avec les États-Unis7. John Wesley Dafoe, influent directeur du quotidien Manitoba Free Press, diffuse cette thèse associant le nationalisme à l’émancipation et le libéralisme au progrès dans une multitude d’éditoriaux et une populaire biographie du précédent premier ministre, Laurier : A Study in Canadian Politics (1922). Dans son sillage, l’historien Frank H. Underhill passe l’entre-deux-guerres à rédiger, pour Canadian Forum (1920-2000) et d’autres publications, des essais mordants dénonçant le lien impérial. Bruce Hutchison, journaliste populaire qui a ses entrées dans les hautes sphères libérales, poursuit ce combat dans The Unknown Country (1942), réflexion lyrique sur l’avenir de la nation qui ne laisse guère de place à la Grande-Bretagne.

  • 8 A. R. M. Lower, My First Seventy-five Years, p. 265, 296 et 294; et citation de Lower dans C. Berg (...)
  • 9 K. McNaught, Conscience and History, p. 98.

6Dans son enquête historique sur le Canada, Colony to Nation (1946), l’historien A. R. M. Lower propose une interprétation fondée sur le darwinisme social : le Canada a évolué, passant de l’immaturité à la maturité, de l’oligarchie à la méritocratie, de la dépendance à l’indépendance. La dialectique primaire de l’histoire canadienne, écrit-il, est la coexistence souvent tendue des Canadiens anglais et français, reflet d’un plus large combat continental entre les valeurs spirituelles et matérielles. Lower en conclut que le Canada est, littéralement, le résultat d’un acte de foi. « Quintessence » d’un long enseignement universitaire, Colony to Nation domine le marché du manuel scolaire au Canada anglais et séduit un large public. Comme le dira l’auteur, le livre pénètre « dans des strates de la vie canadienne, ce qu’[il] n’aurai[t] jamais cru possible pour un ouvrage de nature historique8 ». En 1957, l’historien Kenneth McNaught qualifiera la thèse évolutionniste de Lower de « version libérale “légitimée” de l’histoire du Canada9 ».

  • 10 J. Watson, The State in Peace and War, p. viii.
  • 11 D. Owram, The Government Generation; B. Ferguson et D. Owram, « Social Scientists and Public Polic (...)

7D’autres interprètes du passé canadien cherchent une voie mitoyenne entre l’allégeance impériale et l’arrimage aux États-Unis. Pour les philosophes de tendance hégélienne, le dialogue rationnel peut concilier l’un et le multiple. Dans un ouvrage prophétique de grande portée, The State in Peace and War (1919), John Watson défend cette position et affirme que l’État moderne est l’outil le plus efficace pour établir les conditions permettant d’atteindre dans une société pluraliste l’idéal unitaire de « la plus haute forme de vie humaine10 ». Ce credo idéaliste trouvera un écho dans Industry and Humanity (1918), projet d’avenir que Mackenzie King propose aux Canadiens avant de devenir premier ministre en 1921. Ce dévouement au bien commun et cette vision de l’État ont imprégné la fonction publique de la Government Generation, cohorte arrivée à l’âge adulte pendant ou peu après la Deuxième Guerre mondiale, qui a servi les Canadiens jusqu’à la fin du gouvernement de Lester B. Pearson (1963-1968). Ce bataillon de chrétiens convertis à la laïcité, auquel le Canada doit une grande partie de sa législation sociale et de ses initiatives de paix de l’après-guerre, a aussi contribué à la formation du discours officiel sur la nation — ne serait-ce que par ses innombrables notes de service et projets de loi11.

Le Canada français jusqu’à la Révolution tranquille

8Jusqu’à 1960, la pensée nationaliste canadienne-française s’exprime surtout dans des articles, des brochures et des essais ; la production cumulative de personnages comme Henri Bourassa, Lionel Groulx et Esdras Minville s’avère particulièrement brillante. Après 1918, les intellectuels du Canada français ne débattent pas de l’utilité du lien impérial comme leurs homologues canadiens-anglais, mais de ses inconvénients. Les nationalistes s’interrogent sur le sens politique et les conséquences culturelles de la Confédération, en particulier sur la place des traditions agraire et catholique du Canada français.

9Henri Bourassa s’est fait connaître bien avant 1918 par ses positions nationalistes et anti-impérialistes face au premier ministre Wilfrid Laurier (1896-1911), puis par son opposition véhémente à la conscription pendant la Première Guerre mondiale. Ce fin connaisseur des principes et procédés constitutionnels britanniques professe un anti-impérialisme aussi ardent que son catholicisme. Publié en 1902 sous forme de brochure, son essai Grande-Bretagne et Canada a fait sensation. Bourassa y réclamait plus d’autonomie non seulement pour le Canada au sein de l’Empire, mais aussi pour les provinces au sein de la Confédération, et revendiquait pour sa province d’origine des droits et une autonomie politique identiques à ceux du reste du pays afin de constituer un État biculturel au sein duquel le français et l’anglais jouiraient du même respect et d’une parfaite égalité de traitement. Fondateur du Devoir (1910-) et directeur de ce journal montréalais jusqu’en 1932, Bourassa exercera une grande influence et ses idées seront largement diffusées. Certains de ses articles seront même réédités dans des publications séparées.

1.1 Lionel Groulx, [1960]. (BAC/LAC, C-16657.)

  • 12 Citation de Groulx dans R. Rudin, Faire l’histoire au Québec, p. 23-24.
  • 13 R. Rudin, ibid., p. 67 et 80-81.

10Au cours des années 1920, Bourassa doit toutefois céder le titre de premier défenseur du Canada français à Lionel Groulx (voir illustration 1.1), un prêtre catholique, historien et professeur d’université, qui soutient sa position sur la participation aux guerres étrangères, mais ne partage pas sa vision du passé, du présent et de l’avenir du Québec. Pour Groulx, l’histoire du Québec après la Conquête de 1759 n’est qu’un long désastre. La Conquête elle-même est « une invasion barbare », et la Confédération, « une absurdité géographique et politique12 ». Nommé en 1915 titulaire de la nouvelle chaire d’histoire du Canada à l’Université de Montréal (poste que Bourassa réclamait depuis longtemps), Groulx la conservera jusqu’en 1949 ; il sera longtemps le seul professeur d’histoire du Québec au Québec13. En 1917, il devient membre de l’Action française, association nationaliste influente des années 1920 au cours desquelles il dirige la revue du même nom. Au début de cette décennie, il y appelle prudemment le Canada français à préparer son indépendance, ce qui lui vaut une dure réplique de Bourassa qui voit toujours une place pour le Québec au sein de la Confédération canadienne. Des années 1920 aux années 1940, Groulx est le maître à penser de la génération montante d’un grand nombre d’intellectuels québécois dont André Laurendeau, Jean Drapeau et même Robert Charbonneau. Dans des romans populaires ou dans des ouvrages plus substantiels comme sa magistrale Histoire du Canada français (1950-1960) en quatre tomes, Groulx dépeint les Canadiens français comme un peuple animé d’une indomptable volonté de survivre.

  • 14 D. Foisy-Geoffroy, « Esdras Minville, le catholicisme social et le nationalisme économique ».

11Esdras Minville, économiste, professeur et directeur de l’École des hautes études commerciales, est un disciple de Groulx qui développe une vision du Québec français et catholique en insistant sur l’apport capital du développement économique et du progrès technique. L’œuvre qu’il amorce dans Invitation à l’étude (1943) est un plaidoyer pour un nationalisme économique propre au Canada français, fruit de l’alliance du nationalisme traditionnel avec l’économie et la modernité sociale14. À une époque où le capitalisme britannique recule devant l’investissement américain en territoire canadien, Minville est le premier à dénoncer l’emprise des sociétés américaines sur le Québec. Seulement cinq ans après la parution de cette publication, un manifeste intitulé Refus global ébranle l’élite québécoise. Ce recueil de feuilles dactylographiées, rangées dans un portefeuille conçu par Jean-Paul Riopelle et polycopié à 400 exemplaires, dénonce l’emprise de l’Église et du capitalisme sur le Québec et conteste le régime autoritaire du premier ministre de la province, Maurice Duplessis. L’essai qui donne son titre à l’œuvre a été rédigé par le peintre Paul-Émile Borduas et est cosigné par 15 artistes de son entourage. Borduas paiera son audace d’une interdiction d’enseigner les beaux-arts au Québec ; privé de son gagne-pain, il devra s’exiler et mourra en France. La parution du manifeste marque un tournant capital qui préfigure les transformations que connaîtra le Québec au cours des années 1960.

12Tout aussi important dans les années 1940 et 1950 sera l’apport du père Georges-Henri Lévesque, dont l’appartenance au corps professoral d’une université et à l’ordre dominicain lui évite les foudres de Duplessis. Catholique libéral et démocrate, Lévesque souhaite dissocier son Église du mouvement nationaliste canadien-français et exprime ses opinions sur les questions religieuses et sociales dans une kyrielle de périodiques dont La Revue dominicaine (Montréal, 1895-1961) et Ensemble (Québec, 1940-1983). Ayant réorganisé la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, il y forme une génération de sociologues et d’économistes (Maurice Lamontagne, Arthur Tremblay, Fernand Dumont, Jean-Charles Falardeau, Guy Rocher, Léon Dion et Gérard Dion) et de syndicalistes (Jean Marchand et Marcel Pepin) qui tiendront tous des rôles déterminants au cours de la Révolution tranquille.

Le Canada et le Québec dans la deuxième moitié du XXe siècle

  • 15 G. B. Kines, « Chief Man-of-Many-Sides: John Murray Gibbon ».
  • 16 J. R. Smallwood, « Letter to the Editor », Daily News (St. John’s), 2 mars 1946, p. 5.

13Dans la deuxième moitié du XXe siècle, il devient impossible de fermer plus longtemps les yeux sur les problèmes socioéconomiques, politiques et culturels qui assaillent le Canada. L’immigration, qui déferle depuis le milieu des années 1890 en Ontario et dans l’Ouest, y a transformé la société en un mélange hétérogène de peuples amérindiens, de défricheurs, d’ouvriers et de nouveaux arrivants. En 1938, John Murray Gibbon, un agent de publicité au service du chemin de fer du Canadien Pacifique, publie un livre intitulé Canadian Mosaic ; si le terme « mosaïque » évoque un idéal culturel de pluralisme tolérant et de contacts pacifiques entre peuples différents15, il exprime ici plutôt l’échec de l’idéal assimilationniste qui fonde depuis des générations la socialisation des immigrants. La crise a crûment mis en lumière les inégalités sociales et régionales dont souffre le pays, et l’influente Commission royale sur les relations entre le Dominion et les provinces (1944) accuse encore le trait. Cette enquête de la Commission, la première d’une série de trois qui laisseront une profonde marque sur l’organisation du pays, s’appuie sur une analyse statistique afin de proposer diverses formules budgétaires propres à résorber les disparités socioéconomiques entre les provinces, notamment une péréquation fédérale des recettes fiscales. Au milieu des années 1940, Joseph Smallwood y voit un argument de poids en faveur du Canada quand il entame sa campagne pour persuader la population terre-neuvienne d’adhérer à la Confédération (voir illustration 1.2)16.

  • 17 A. B. McKillop, Matters of Mind, p. 453-471.

14L’effritement du pouvoir et de l’influence de la Grande-Bretagne au profit des États-Unis après la Deuxième Guerre mondiale provoque par ailleurs une révision déchirante des idées reçues sur les relations du Canada avec ces deux pays et sur la nature de la culture et de l’influence culturelle. Le milieu universitaire se détache de l’humanisme de Matthew Arnold et de son idéal esthétique qui voulait faire connaître « tout ce qui s’était dit et pensé de mieux dans le monde » ; l’écrasante production de masse et la culture populaire américaine ravissent à la littérature britannique son rôle de pivot dans la conception humaniste du pays17. Jusqu’aux années 1960, ces remises en question provoquent une réaction essentiellement défensive. La riposte la plus complète et inventive émane de la deuxième grande enquête fédérale, celle de la Commission royale sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada. Chargée d’examiner l’état des institutions culturelles et scientifiques du pays, la Commission dont Paul Litt traite en détail plus loin dans ce chapitre, dépose en 1951 un rapport qui dissèque l’état d’âme de la nation. Hilda Neatby, l’historienne qui a rédigé la plus grande partie du texte, publie deux ans après un ouvrage au titre provocateur, So Little for the Mind, qui dénonce les effets de la pédagogie progressiste américaine sur les écoles canadiennes. Renforçant l’arrière-garde qui combat encore l’intégration continentale et la percolation des valeurs républicaines et de la culture de masse américaines, un autre historien conservateur, W. L. Morton, publie en 1961, avec The Canadian Identity, un recueil de conférences sur l’attachement canadien à la monarchie et sur sa nature nordique, thème popularisé par Pierre Berton, journaliste peu enclin au conservatisme, dans The Mysterious North (1956), un livre couronné d’un prix du Gouverneur général.

1.2 Des habitants de Corner Brook, Terre-Neuve, lisent la manchette du Evening Telegram de St. John’s. Organisée le 22 juillet 1948, cette consultation fait de la colonie une province canadienne. (BAC/LAC et Chris Lund/Office national du film, photothèque/PA-128007. Reproduction autorisée par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, [2005].)

  • 18 G. Grant, Technology and Empire, p. 88. Les idées de Grant sur ce sujet reflètent dans une grande (...)

15Aiguillonnés par la laïcisation de la société, la Révolution tranquille, l’irruption de la génération du baby-boom dans les collèges et universités du pays et la controverse entourant le drapeau national, les intellectuels canadiens des années 1960 relancent le débat sur les nationalismes canadiens et l’impérialisme américain. Si la charge contre le ministère québécois de l’Instruction publique menée dans Les insolences du Frère Untel (1960) inaugure la Révolution tranquille, les « Massey Lectures » que Frank H. Underhill réunit dans The Image of Confederation (1964) sont une chronique édifiante, un brin optimiste, du déclin de l’influence britannique qui fait écho aux salves de Bourassa contre les attaches impériales et le statut colonial. Le livre d’Underhill marque l’apothéose de la vision libérale-autonomiste du Canada, dérive continentale comprise, tout comme l’importante étude de Carl Berger sur les impérialistes canadiens, The Sense of Power, étaiera la vision impérialo-nationaliste transatlantique après sa parution en 1970. Autre apport au discours sur le nationalisme canadien-anglais des années 1960 et 1970 : la critique du libéralisme dominant amorcée par George Grant dans Est-ce la fin du Canada ? Lamentation sur l’échec du nationalisme canadien (1987 ; édition originale anglaise 1965) et développée dans Technology and Empire (1969) et English-Speaking Justice (1974). Grant y affirme que l’instrumentalisation de la science et de la technologie par la raison utilitaire — c’est-à-dire le divorce entre les fins éthiques et le progrès technique au nom de la « modernisation » économique et politique — a sorti le libéralisme du champ des idéologies et l’a transformé en thèse métaphysique défendue et propagée par la technologie, à laquelle rien ne peut désormais échapper. Or, pour Grant, si le conservatisme est impossible, le Canada l’est aussi. Le monde est entré dans l’ère de « l’État universel et homogène18 ».

  • 19 Canada, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport, vol. 1, p. 1 (...)

16Pour les intellectuels qui observent l’évolution intérieure du pays, toutefois, le maître mot de l’après-guerre n’est pas homogénéité, mais hétérogénéité, même si les restrictions imposées à l’immigration entre les deux guerres ont pu entretenir quelque temps le mirage d’une nation issue de deux cultures fondatrices en équilibre précaire, la française et l’anglaise. Le roman de Hugh MacLennan, Deux Solitudes (1963), primé dans sa version anglaise, Two Solitudes (1945), et largement diffusé, appelait au rapprochement de ces deux cultures ; beaucoup n’en pensent pas moins que son titre définit leur pays. En 1963, une troisième enquête fédérale, celle la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, tente de déterminer ce qui peut être fait « pour que la Confédération canadienne se développe d’après le principe de l’égalité entre les deux peuples qui l’ont fondée19 », sans pour autant négliger les apports culturels des autres groupes ethniques.

  • 20 D. Monière, « André Laurendeau et la vision québécoise du Canada », p. 194.

17Son coprésident, André Laurendeau, a des idées précises là-dessus, ayant eu maintes occasions de raffiner sa vision du Canada en tant que directeur de L’Action nationale, chef du Bloc populaire, rédacteur en chef du Devoir et collaborateur du Magazine Maclean. Au Canada français, croit-il, la question nationale est liée au développement d’une identité collective autant qu’à la défense des droits et des institutions. Comme le Québec est le seul promoteur possible de cette cause, Laurendeau prône un partage de souveraineté et l’égalité politique entre les autorités fédérales et provinciales, position que justifie l’évidente vitalité des deux cultures20. Persuadé que la centralisation des pouvoirs à l’échelon fédéral ne peut que nuire au Canada, il réclame notamment dans Ces choses qui nous arrivent : chronique des années 1961-1966 (1970) un renouvellement du fédéralisme dans un régime politique canadien métamorphosé. La Commission qu’il copréside débouchera sur un événement capital, l’adoption de la Loi sur les langues officielles qui affirme l’« égalité juridique » de l’anglais et du français dans les travaux parlementaires et la fonction publique canadienne. Adoptée en 1969 dans le cadre de la réforme fédérale voulue par le premier ministre Pierre Elliott Trudeau, elle réunit deux hommes dont les opinions, lorsqu’il s’agit de l’avenir du Québec, divergent par ailleurs du tout au tout. Trudeau privilégie en effet un gouvernement central fort et le bilinguisme à l’échelle pancanadienne, deux idées fondées sur la négation du nationalisme canadien-français qu’il a exposées dans sa collection d’essais intitulée Le fédéralisme et la société canadienne-française (1967) après les avoir mûries dans ses articles pour Cité libre durant les années 1950.

18Les thèses nationalistes de Claude Ryan, directeur du Devoir de 1964 à 1978, s’inspirent fortement de la société bilingue et biculturelle décrite dans le rapport Laurendeau-Dunton. Le patron du Devoir appelle inlassablement à une réforme de la Constitution canadienne. Convaincu que le Québec doit jouir d’un statut particulier, il s’oppose à Trudeau sans pour autant renier le fédéralisme, estimant que les intérêts des Canadiens français seront mieux servis à l’intérieur de la fédération canadienne. Pierre Vallières, au contraire, fait scandale en exposant l’infériorité sociale des Canadiens français dans Nègres blancs d’Amérique (1968), mais tempère son appel aux armes dans L’urgence de choisir (1971), misant plutôt sur le réformisme politique du Parti québécois fondé en 1968 par René Lévesque après la sortie d’Option Québec. Ce manifeste, qui deviendra le programme du nouveau parti, décrit le Québec de demain selon Lévesque, soit un pays souverain associé économiquement au Canada. S’appuyant sur le rapport Laurendeau-Dunton, Lévesque invoque l’existence de deux nations et de deux sociétés distinctes au Canada pour justifier une révision complète du statut du Québec dans la Confédération. Ce point de vue sera au cœur du référendum de 1980.

  • 21 H. Troper, « Multiculturalism », p. 417.
  • 22 Citation de Ramsay Cook dans J. M. S. Careless, « “Limited Identities” in Canada », p. 1.

19Au Canada anglais, la discussion sur l’empire, la nation et l’identité prend un tour nouveau après les démonstrations d’autosatisfaction des fêtes du centenaire de la Confédération, le succès d’Expo 67 à Montréal et le rapport Laurendeau-Dunton, dont le quatrième tome est consacré aux autres groupes ethniques du pays. Sa Constitution l’affirmant biculturel depuis 1969, le Canada se découvre multiculturel sociologiquement. En 1971, le gouvernement Trudeau le confirme en adoptant une politique officielle sur le multiculturalisme. Cette vision du Canada, enseignée aux écoliers des années 1970 d’un océan à l’autre, sera enchâssée dans la Loi sur la Charte canadienne des droits et libertés, puis dans la Loi sur le multiculturalisme de 1988 comme « caractère distinctif de la société canadienne21 ». Une nouvelle génération d’historiens, la première à refléter la réalité pluraliste du pays, tourne son regard vers l’histoire sociale et, prenant acte du vœu exprimé par Ramsay Cook en 1969, tente « de comprendre et d’expliquer les identités régionales, ethniques et de classe qui existent » au lieu de « pleurer sur une identité qui n’existe pas22 ». À la fin des années 1970, la magistrale interprétation laurentienne de l’histoire du Canada perd son statut paradigmatique dans l’enseignement universitaire, faute d’avoir su faire une place à la diversité ethnique, sexuelle ou économique. Le flambeau du grand récit national passe aux mains des journalistes pour le restant du siècle. Pierre Berton leur ouvre la voie avec deux succès de librairie fondés sur l’investissement mythique du Canada anglais dans la grande aventure de la Compagnie du chemin de fer du Canadien Pacifique qu’il raconte dans les deux tomes du Grand défi : le chemin de fer canadien, Un rêve insensé et Le dernier mille (1974), dont le second dans sa version originale (The Last Spike, 1971) a été couronné d’un prix du Gouverneur général.

  • 23 N. Kattan, « In Praise of Imprecision », p. 18.

20Plus la fin du millénaire approche, moins les intellectuels canadiens semblent capables de borner leurs discours aux thèmes de l’empire, de la nation et de l’identité. Emblème de ce nouveau Canada, l’essayiste et critique littéraire Naïm Kattan, juif canadien d’origine irakienne, a choisi d’écrire en français après son arrivée au Canada en 1954. Ses réflexions sur l’identité individuelle et nationale ont souvent pour cadre le déplacement et l’exil. Son roman autobiographique, Adieu, Babylone (1975), présente l’artiste en jeune émigrant ; sa trilogie critique, Écrivains des Amériques (1972-1980), brosse un tableau complet et cohérent des littératures américaine, latino-américaine et canadienne. Nommé directeur du Service des lettres et de l’édition du Conseil des Arts du Canada en 1967, Kattan a grandement contribué à développer la compréhension et la coopération sur divers plans : entre les musulmans, les chrétiens et les Juifs, entre les Canadiens et les Américains, et entre les deux cultures mères du Canada. « Les seuls groupes dont l’identité est claire et précise, écrit-il en 1977, sont des groupes disparus […]. L’histoire du Canada est faite non de la démarcation par chaque groupe d’un territoire propre, mais de compromis, d’influences subies ou acceptées, de liens que chacun accueille ou auxquels il se résigne23. »

Les politiques gouvernementales et les cultures allophones

paul hjartarson

  • 24 R. J. F. Day, Multiculturalism and the History of Canadian Diversity, p. 178.
  • 25 H. Troper, « Multiculturalism », dans ECP, p. 1001.

21En 1918, le Canada mène deux guerres, l’une en Europe et l’autre sur son propre sol contre les « sujets de pays ennemis », c’est-à-dire les révolutionnaires socialistes et les militants syndicaux. Selon la logique de l’époque — qui a largement dominé la pensée jusque dans les années 1950 —, tous ces révolutionnaires et militants, sujets de pays ennemis, ne pouvaient être que des immigrants parlant d’autres langues que l’anglais ou le français. Même si la Première Guerre mondiale prend fin en 1918, la guerre menée par le Canada contre l’ennemi de l’intérieur se poursuit pendant plusieurs décennies et modèle l’opinion et les liens entretenus par le Dominion à l’égard des allophones (ceux dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français) et des imprimés particuliers auxquels ces collectivités donnent naissance. Les documents officiels font état de l’attitude du Canada envers ses communautés d’immigrants et des réglementations imposées à leur endroit au fil du temps. Ils révèlent davantage d’intérêt pour la main-d’œuvre que constituent les nouveaux venus allophones que pour leur diversité culturelle. Avant les années 1960, le Canada anglais se considère comme « un État mononational, monoculturel, unilingue, et ne s’en excuse pas24 ». En dépit du fait que le tiers de la population du pays parle le français, on attend des nouveaux immigrants qu’ils se conforment au moule anglophone et toute « identification ethnique » est perçue au mieux « comme une étape transitoire et passagère vécue par l’immigrant en voie de devenir un authentique Canadien25 ». L’histoire des relations du Canada avec ses allophones est inscrite en toutes lettres dans des documents comme la Loi sur les mesures de guerre de 1914 (5 George V, 1914, c. 2), les modifications au Code criminel, les Règlements concernant la défense du Canada (1939) et les diverses lois portant sur l’immigration. Les immigrants allophones qui cherchent à conserver leurs langues et leurs cultures font face à une adversité considérable. Ce n’est que dans les années 1960 que le Canada commencera à apprécier la diversité culturelle.

  • 26 Canada, Statuts, 1914, 5 George V, c. 2, « War Measures Act ».
  • 27 P. Hjartarson, « Culture de l’imprimé, ethnicité et identité », p. 47-49.

22Déjà avant 1914, le gouvernement canadien s’inquiétait de plus en plus de sa capacité à assimiler les immigrants allophones. Trois événements ont transformé cette crainte en un état voisin de la panique. Le premier a été l’entrée du Canada dans la Première Guerre mondiale qui a changé pratiquement du jour au lendemain plus d’un demi-million de Néo-Canadiens allophones en « sujets de pays ennemis », autrement dit en ressortissants de pays avec lesquels le Canada était en guerre. Le deuxième a été la victoire de la révolution bolchevique russe de 1917 qui a déclenché une peur généralisée des révolutionnaires socialistes censés se trouver au sein des collectivités allophones du Canada. Le troisième a été la montée de l’activisme des mouvements ouvriers qui a culminé avec la grève générale de 1919 à Winnipeg. La Loi sur les mesures de guerre promulguée en 1914, qui accordait au gouverneur en conseil des pouvoirs presque illimités en matière « d’arrestation, de détention et d’exclusion ou d’expulsion26 », a servi à rendre illégales l’impression, la publication ou la possession de documents dans l’une des langues ennemies ou en russe, en ukrainien et en finnois. Même si ces dispositions sont abrogées en 1919, on modifie la Loi sur l’immigration et le Code criminel en vue de renforcer la capacité de l’État à restreindre l’immigration, à déporter les indésirables et à arrêter sur de simples présomptions toute personne suspectée d’être impliquée dans une organisation illégale ou dans l’importation, l’impression, la publication ou la diffusion de tout matériel séditieux. La simple possession de matériel de cette nature continue d’être une infraction. Le recours à ces mesures par les autorités se fera surtout à l’encontre des communautés allophones censées constituer des menaces pour le bien-être du pays. Parallèlement, le Dominion redouble d’efforts afin de canadianiser ses allophones, concentrant le travail d’assimilation sur les enfants d’immigrants par le biais de la scolarité obligatoire en anglais. Même si on a toujours attendu des immigrants allophones qu’ils optent pour la culture anglophone, les pressions d’après-guerre soutenant une assimilation rapide s’intensifient (voir illustration 1.3). Les membres des collectivités d’immigrants « les mieux aimés », issus de l’Europe du Nord, comprennent également vite qu’il est sage de s’assimiler rapidement. Les cultures de l’imprimé de toutes ces collectivités en souffriront et certaines d’entre elles, notamment celle des Canadiens de langue allemande27, ne s’en remettront jamais vraiment.

  • 28 Canada, Parlement, Débats de la Chambre des communes, 2e session, 16e législature, vol. III, 7 jui (...)

23Dans l’immédiat après-guerre, des considérations d’ordre social et politique se substituent aux facteurs économiques comme critères principaux de sélection des immigrants. Avec le retour de la prospérité, les besoins en main-d’œuvre des secteurs agricoles et industriels augmentent singulièrement. L’incapacité du Canada à s’assurer suffisamment d’immigrants de Grande-Bretagne incite le gouvernement fédéral à signer un accord avec les deux grandes sociétés nationales de chemins de fer en vue d’embaucher des travailleurs des pays « les moins préférés ». L’afflux d’immigrants consécutif à cette entente avec les sociétés ferroviaires (1925), surtout en provenance de l’Europe centrale, déclenchera une controverse à l’échelle nationale. Prenant la parole à la Chambre des communes le 7 juin 1928, le chef de l’opposition R. B. Bennett déclare : « Il faut que nous gardions la mesure de civilisation britannique qui nous permettra de les adapter à nos institutions britanniques plutôt que de nous adapter aux leurs28. »

1.3 The Manitoba Ruthenian-English Readers, I et II (Londres, T. Nelson & Sons, 1913 ?) : détail du second livre de lecture ukrainien-anglais du Manitoba. En 1916, plus de 400 districts scolaires des Prairies dispensaient un enseignement dans ces deux langues. Le Manitoba et l’Alberta l’ont aboli cette année-là, mais les écoles de la Saskatchewan ont conservé leur pratique bilingue jusqu’en 1919. (Adam Shortt Library of Canadiana, Special Collections, University of Saskatchewan.)

  • 29 I. Abella et H. Troper, None Is Too Many, p. ix.
  • 30 N. Kelley et M. Trebilcock, The Making of the Mosaic, p. 274.

24Au début des années 1930, à l’aube de la Grande Dépression, le Canada restreint l’immigration aux sujets britanniques et américains de race blanche et aux agriculteurs fortunés. Il déclare le Parti communiste illégal en vertu du Code criminel et exerce une répression féroce contre les ouvriers et militants issus de l’immigration allophone en les arrêtant et en les déportant par milliers. Nombre de Canadiens considèrent alors les allophones, même ceux qui sont nés au Canada, comme des « étrangers » qui volent les emplois des membres de la collectivité dominante, et leurs imprimés attirent la méfiance. Ces attitudes discriminatoires amènent le Canada à se montrer peu disposé à accepter des réfugiés quels qu’ils soient, notamment les Juifs qui fuient les persécutions nazies, dont la détresse est écartée d’emblée avec ce commentaire tristement célèbre : « Aucun, c’est déjà trop29. » À l’entrée du Canada dans la Deuxième Guerre mondiale, c’est au tour des étrangers, sujets de pays ennemis, de faire les frais des Règlements concernant la défense du Canada (adoptés en 1939 conformément à la Loi sur les mesures de guerre), qui donnent aux autorités le droit de « placer en détention sans jugement et sans l’ombre d’une preuve les immigrants et les citoyens canadiens soupçonnés d’intentions hostiles30 ». Et les soupçons se portent de façon disproportionnée non seulement sur les membres des communautés de ressortissants de pays ennemis, mais sur tous les allophones suspectés de cacher des membres de la cinquième colonne, des communistes ou leurs sympathisants. Ces règlements ouvrent la voie à la répression de l’ensemble de la communauté nippo-canadienne, dont une immense majorité de membres sont nés au Canada et détiennent donc la citoyenneté canadienne, mais qui sont néanmoins internés, privés de leurs journaux et de leurs biens.

25Au début de la guerre, le Dominion décide non seulement de surveiller étroitement les communautés allophones et leurs imprimés, mais également de leur enseigner les vertus de la citoyenneté canadienne, généralement en anglais, comme dans le pamphlet de Watson Kirkconnell, Canadians All : A Primer of Canadian National Unity, publié en 1941 par le ministère de l’Information publique (dont des extraits apparaissent en français sous le titre de Tous Canadiens). À ces fins, le gouvernement établit le Service des groupes ethniques au sein du ministère des Services nationaux de guerre et instaure un organe consultatif, le Committee on Cooperation in Canadian Citizenship. En 1944, le Service des groupes ethniques est réorganisé pour devenir la Division des affaires civiques. Contrairement à d’autres organismes du temps de guerre, cette dernière n’est pas dissoute à la fin des hostilités, mais passe sous l’autorité du Secrétariat d’État en 1950 ; elle sera intégrée plus tard au ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, créé en 1993.

  • 31 W. L. M. King, cité dans R. Perin et H. Troper, « Immigration Policy », dans ECP, p. 706.
  • 32 N. Kelley et M. Trebilcock, The Making of the Mosaic, p. 313.

26Après la guerre, craignant une récession, le gouvernement fédéral maintient ses restrictions sur l’immigration jusqu’à ce que le boom économique l’amène à changer son fusil d’épaule. Lorsque le premier ministre Mackenzie King annonce en 1947 que le pays ouvre ses portes aux immigrants européens, il promet de le faire avec précaution et de « lier l’immigration à [notre] capacité d’absorption ». La « population canadienne, déclare-t-il, ne tient pas à assister à une modification en profondeur de sa spécificité à cause d’une immigration massive31 ». L’orientation antérieure fondée sur des priorités ethniques et raciales sous-tend encore la Loi sur l’immigration de 1952 (1 Elizabeth II, 1952, c. 325). Pour la première fois depuis 1910, cette loi codifie les pratiques existantes et institue les contrôles de sécurité en vigueur pendant la guerre froide. L’expansion économique soutenue dans l’après-guerre accroît toutefois le besoin en main-d’œuvre et l’afflux d’immigrants. Plus de 2 000 000 de nouveaux arrivants entre 1946 et 196232 dynamisent les communautés allophones et ravivent le bassin de locuteurs des langues d’origine et la demande à l’égard de publications allophones. La croissance continue des années 1950 pousse la société canadienne à adopter une attitude plus tolérante envers les immigrants et leurs langues distinctives.

  • 33 Ibid., p. 329.
  • 34 R. Perin et H. Troper, « Immigration Policy », dans ECP, p. 709-710.

27L’élaboration par les Nations Unies, en 1948, de la Déclaration universelle des droits de l’homme (ébauchée par le Canadien John Peters Humphrey) infléchit le traitement réservé par le Canada à ses communautés allophones. Avant de signer la Déclaration, le Canada adopte en 1946 la Loi sur la citoyenneté (10 George VI, 1946, c. 15) et abroge en 1947 la Loi de l’immigration chinoise de 1923 (12 George VI, 1947, c. 19). Les transformations vécues par le Commonwealth britannique, au fur et à mesure que les colonies acquièrent leur indépendance, conduisent le gouvernement canadien à assouplir ses politiques d’immigration. En 1956, on commence lentement à admettre — en très petit nombre au début — des immigrants de l’Inde, du Pakistan et de Ceylan33. Après la répression soviétique, lors du soulèvement hongrois de 1956, la vigueur de l’économie canadienne et le courant de sympathie suscité dans les médias pour ces « combattants de la liberté » anticommunistes incitent un gouvernement plutôt hésitant à ouvrir ses portes aux réfugiés hongrois. La réussite de ce programme d’accueil influera sur la réaction du Canada envers les réfugiés de crises que connaîtront plus tard des pays comme la Tchécoslovaquie, l’Ouganda, le Chili, le Viêtnam, le Laos ou le Cambodge. En 1962, le Canada introduit de nouveaux règlements conçus pour faire disparaître la discrimination raciale et ethnique de sa politique d’immigration. Il faudra attendre 1967, cependant, pour que « tous les vestiges de discrimination raciale et ethnique [soient] officiellement rayés des règlements et procédures sur l’immigration », même si les motivations ne sont pas vraiment « d’ouvrir le pays à l’arrivée de non-Blancs, mais de redorer l’image du Canada sur le plan international et d’aligner les lois de l’immigration sur l’accent mis en faveur des droits de la personne dans l’ensemble des politiques de l’État34 ».

  • 35 Canada, Parlement, Débats de la Chambre des communes, 3e session, 28e législature, vol. VIII, 8 oc (...)

28Dans les années 1960, le moteur le plus important en faveur de ces changements d’attitude est le besoin du Canada de concilier les vieilles exigences en matière de conformité à la culture anglophone avec le concept de deux nations fondatrices et les aspirations des francophones, particulièrement après la Révolution tranquille vécue au Québec. En 1963, le gouvernement fédéral met sur pied la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme afin d’étudier les relations entre les deux groupes linguistiques fondateurs. Si la nécessité pour le pays de reconnaître sa population francophone se traduit par la confirmation d’un bilinguisme officiel, la force politique croissante des autres « groupes ethniques », les engagements du Canada sur la scène internationale et son besoin continu d’immigrants conduisent à l’adoption d’une politique canadienne du multiculturalisme en 1971, qui sera suivie par l’adoption de la Loi sur le multiculturalisme canadien (35-36-37 Elizabeth II, 1988, c. 31). Selon le premier ministre Pierre Elliott Trudeau, bien qu’ayant deux langues officielles, le Canada n’a pas de culture officielle « et aucun groupe ethnique n’a la préséance35 ». Cette affirmation d’égalitarisme culturel se fonde sur la distinction entre langue et culture. Même si les cultures allophones sont reconnues, le multiculturalisme s’ancre solidement dans un cadre bilingue : le Canada mène ses affaires en anglais et en français, et on attend des allophones qu’ils apprennent l’une des deux langues officielles.

  • 36 H. Troper, « Multiculturalism », dans ECP, p. 1005.

29L’année 1971 où le Canada fait connaître sa politique de multiculturalisme est également celle où, pour la première fois, la majorité des immigrants ne sont pas d’origine européenne36. Cette tendance se confirme avec la revitalisation des communautés allophones plus anciennes, comme la communauté chinoise, et en permettant l’affirmation de nouveaux groupes linguistiques et de nouvelles religions et cultures. La plupart de ces communautés entretiennent d’ailleurs des activités éditoriales dans leur propre langue. Catherine Owen se penche sur ce sujet aux chapitres 3 et 11.

La tradition orale amérindienne et la culture de l’imprimé

blanca schorcht

  • 37 R. McGrath, Canadian Inuit Literature, p. 3 et 7 ; « A Greenland Ode », Gentleman’s Magazine, no 1 (...)
  • 38 C. J. Jaenen, « Les communautés amérindiennes ».
  • 39 E. P. Johnson, « The Cattle Thief », p. 99.

30La tradition de la transcription du discours amérindien au Canada prend naissance au XVIIe siècle avec la transcription apparemment littérale de propos autochtones dans les Relations des jésuites. La littérature écrite inuite trouve son origine dans la publication à Londres en 1745 d’« A Greenland Ode », poème inuit accompagné d’une traduction anglaise interlinéaire. Les missionnaires apprirent aux Inuits qui partageaient une langue commune, actualisée en plusieurs dialectes, à lire et à écrire l’inuktitut. Au tournant du XXe siècle, la population inuite était presque entièrement alphabétisée37. L’expérience de l’imprimé vécue par les Premières Nations à partir du déluge de documents religieux traduits en langues amérindiennes qui étaient proposés, mais aussi de documents juridiques et de traités, a été généralement abordée par les chefs amérindiens de façon mitigée, allant de la circonspection à la méfiance38. Dans « The Cattle Thief » (1894) de E. Pauline Johnson, une porte-parole crie explique le sentiment de trahison que lui inspirait l’imprimé : « Comment nous avez-vous payés de retour pour notre gibier ? Comment, pour notre terre ? Avec un livre qui devait préserver notre âme du péché que vous teniez dans l’autre main39. »

31Le XXe siècle a été témoin d’un changement considérable dans la relation entre traditions orales autochtones et culture de l’imprimé au Canada, changement qui a affecté la voix, l’autorité et le genre narratifs. Au fil des décennies, les Amérindiens se sont taillé une réputation grandissante dans plusieurs genres, des recueils de contes ethnographiques, autobiographies et récits de vie à la poésie, en passant par le théâtre et l’œuvre de fiction. L’essor récent de ces trois derniers genres est le reflet de ce qu’il est convenu d’appeler la renaissance des littératures amérindiennes, phénomène survenu aux États-Unis à la fin des années 1960 qui parviendra à maturité au Canada au début des années 1980.

32L’activité littéraire amérindienne autonome en langue anglaise, qui s’amorce dans les années 1960, s’écarte sensiblement des principales formes écrites jusque-là associées aux Premières Nations, comme les traductions de la Bible en caractères syllabiques inuktituts et cris et les textes issus de la pratique de « l’anthropologie de récupération ». Les tendances générales de la nouvelle littérature écrite reflètent en outre les traditions orales d’où a surgi cette littérature. Si les premiers recueils compilés et édités par les missionnaires et anthropologues préservent souvent de l’oubli des récits comme s’il s’agissait d’objets ou de productions imprimées, les écrits plus tardifs du XXe siècle que l’on doit à des auteurs amérindiens s’alimentent aux conventions toujours vivantes du conte oral. Les littératures contemporaines des Premières Nations, en traduisant les particularités du récit oral dans des genres classiques comme le roman, contribuent à la décolonisation de la langue anglaise et de ses formes d’expression littéraires, tout en les transformant en des manifestations typiquement amérindiennes.

33Jusqu’au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’intérêt pour les traditions orales autochtones reste empreint des idéaux romanesques et impérialistes de l’anthropologie de l’époque. La recherche en ce domaine donne lieu à des recueils originaux, comme ceux de Franz Boas qui publie abondamment en anglais et en allemand. La principale contribution de Boas à l’étude des traditions narratives des Premières Nations tient à l’insistance avec laquelle il répète que, pour comprendre une culture, il faut d’abord parvenir à une parfaite compréhension de sa langue et de ses légendes. Parmi ses publications sur le Nord-Ouest canadien, mentionnons Bella Bella Tales (1932) et Kwakiutl Tales (1935), en plus de nombreuses études ethnographiques très fouillées.

34Malgré l’intérêt très largement répandu en Europe pour les Premières Nations d’Amérique du Nord, la majorité des recherches à leur sujet paraissent en anglais. Elles sont l’œuvre d’un groupe vraiment soudé d’anthropologues canadiens, rattachés au gouvernement, qui pour la plupart entretiennent d’étroites relations avec Boas. Né au Québec, Marius Barbeau écrit abondamment sur la chanson et le folklore canadiens-français et sur la mythologie des Hurons et des Wyandots. Pour ses travaux anthropologiques sur les peuples autochtones, comme The Downfall of Temlaham (1928) et Tsimsyan Myths (1961), Barbeau choisit de préférence l’anglais. Les autres anthropologues qui écrivent à l’époque, y compris le linguiste Edward Sapir, James Teit, John Swanton, Harlan Smith et Diamond Jenness, effectuent l’essentiel de leur recherche dans l’Ouest, particulièrement en Colombie-Britannique, où l’on croit que, compte tenu de leur contact plus tardif avec les Canadiens d’origine européenne, les peuples autochtones sont davantage susceptibles de vivre à l’état plus « pur » et plus « traditionnel ». Jenness passe également trois ans dans l’Arctique où il rédige maints volumes sur l’administration et la gouvernance des Inuits. Le fait que ces anthropologues, tous des Blancs et des hommes, aient été les médiateurs des traditions orales des Premières Nations nourrit encore aujourd’hui la controverse.

35Parce que l’anthropologie boasienne s’est donné pour mandat de situer les peuples autochtones dans un passé soi-disant antérieur à tout contact extérieur, ses recueils de récits à saveur anthropologique ont souvent pour objectif premier la sauvegarde de récits oraux présentés comme des « mythes » et des « légendes ». L’empressement à consigner par écrit ces relations concorde avec l’impulsion d’archiver ce que l’on considère généralement comme des cultures autochtones en voie de disparition. Paradoxalement, pendant que les anthropologues s’affairent à « récupérer » les récits et autres productions culturelles des Premières Nations, les gouvernements mettent ouvertement en œuvre des politiques d’assimilation culturelle avec la création de pensionnats et d’autres institutions d’enseignement destinés à l’élimination des langues et traditions amérindiennes.

36Dans les recueils anthropologiques, on s’emploie davantage à classifier les motifs récurrents en vue de leur analyse folklorique qu’à décrire les origines et la durée — ou la signification — de chaque performance narrative. Les récits de création ou « mythes » des origines, les histoires de migration ou de forces « surnaturelles » occupent une grande place dans des recueils comme The Corn Goddess and Other Tales from Indian Canada (1956) de Jenness. Leur compilateur, habituellement un érudit mais étranger à la culture et à la langue, décide pourtant de l’« authenticité » de ces histoires. Les autres types de récits (historiques, autobiographiques ou contemporains) qui pourraient fournir une matière plus variée ne seront que rarement insérés dans les recueils imprimés. Par ailleurs, on s’interroge encore aujourd’hui sur l’ampleur de la reformulation des récits sexuellement explicites, voire de leur exclusion des archives. Malgré sa popularité, Tales of the Smokehouse (1974) de Herbert T. Schwartz est l’un des rares livres d’histoires érotiques amérindiennes — ojibwa, en l’occurrence — qu’on ait publiés.

37On identifie ou reconnaît rarement les conteurs. Il existe toutefois quelques exceptions notables, par exemple lorsque le compilateur/anthropologue travaille étroitement avec un « informateur » qui se trouve nommément identifié dans les textes écrits : c’est le cas de George Hunt et John Swanton avec Boas, et du chef tsimshian William Beynon avec Barbeau. L’anonymat des conteurs peut s’expliquer de plusieurs manières. Les anthropologues cherchent à édifier leur discipline sur l’observation scientifique objective ; or, les contradictions inhérentes à l’« observation participante » les obligent à prendre leurs distances par rapport à leur objet d’étude et à inciter leurs informateurs à faire de même. En outre, la question de la propriété des histoires a pu être soulevée au sein des communautés autochtones. Dans les cultures où les récits demeurent influents, on peut éviter des problèmes éthiques potentiels en préservant l’identité du conteur. L’absence de mise en contexte dans les premiers recueils imprimés a engendré de persistantes difficultés d’interprétation de ces récits oraux. Les problèmes soulevés sont de nature diverse : remise en cause de la traduction, mais aussi détermination de la personne qui, dans les faits, a exercé le contrôle sur le processus de consignation. L’autorité narrative appartient virtuellement autant au conteur qu’à la personne qui assure la transcription : le compilateur qui tient la plume ou actionne le magnétophone peut aussi bien avoir suscité les histoires mêmes qu’il veut consigner.

38Le processus de traduction sur support imprimé des récits oralement narrés est souvent double : d’une langue amérindienne à l’anglais et de la mise en scène orale à une forme d’expression écrite. On favorise fréquemment la fonction sociale et la structure narrative des récits au détriment des qualités littéraires et stylistiques qui éclairent le sens originel. Répétitions, parataxes (juxtaposition de parties de phrase sans conjonction indicatrice d’un rapport de coordination ou de subordination) et autres caractères performatifs, propres aux conventions orales du genre et inhérents à l’exécution orale, se retrouvent rarement dans les textes écrits. Les narrations ainsi obtenues deviennent des productions imprimées qui laissent peu entrevoir leurs sources orales. Mythology of the Thompson Indians (1912, réimpression en 1975) de Teit, dont le contenu ne permet guère de supposer quelque contact européen, se lit pourtant davantage comme les fables d’Ésope que comme des contes oraux d’une culture amérindienne.

39Dans les années 1960, alors que le Canada opte pour des positions et des initiatives multiculturelles davantage basées sur l’inclusion, l’intérêt pour les productions artistiques et littéraires des peuples autochtones s’intensifie. Ce véritable éveil des écrits amérindiens mènera ultérieurement au développement de l’édition amérindienne et à une plus grande autonomie des écrivains autochtones, comme l’expose Cheryl Suzack au chapitre 11. Entre 1960 et 1980, les écrits amérindiens — pour la plupart en anglais, dans des genres comme l’histoire, l’autobiographie et les œuvres de fiction — connaissent une croissance exponentielle. On procède aussi à plusieurs réimpressions des premiers recueils populaires, souvent avec de nouvelles illustrations et la mention expresse des noms des conteurs. Les récits repris dans The Adventures of Nanabush : Ojibway Indian Stories (1979) — tels que les avait racontés Sam Snake, le chef Elijah Yellowhead, Alder York, David Simcoe et Annie King, par exemple — ont originellement paru dans les années 1930, sous les signatures d’Emerson et David Coatsworth. L’intérêt pour les écrits inuits grandit également : par exemple, Harpoon of the Hunter (1970) de Markoosie (voir illustration 11.1) sera au fil du temps traduit en plus d’une douzaine de langues. Pareils ouvrages « ethnographiques » contribueront à renforcer le sentiment d’identité et d’appartenance amérindiennes à une époque où l’instauration de la politique officielle du multiculturalisme incite à la reconnaissance publique des cultures autochtones.

  • 40 Voir H. Mortimer et chef Dan George, You Call Me Chief.

40Dès les années 1970, les décisions sur la manière de transposer par écrit les contes amérindiens sont souvent prises conjointement par le conteur et l’éditeur du texte, mais la nature de certaines de ces décisions peut être encore obscurcie par le processus de transcription. Ainsi, le lecteur de My Heart Soars (1974), livre à la popularité immense, peut être porté à croire que l’ouvrage a vraiment été écrit par le chef Dan George, son auteur présumé. Le recueil, une série de pensées et de fragments de récits sous forme de vers blancs, semble présenter le point de vue de George comme intrinsèquement amérindien et, par conséquent, nettement différent des traditions écrites et philosophiques européennes. Mais la biographe et amie de longue date de George, Hilda Mortimer, laisse entendre que le livre attribué à George serait plutôt l’œuvre d’une plume anonyme ; elle maintient que l’écriture ne fait pas partie de la « tradition » dont se réclame George et que celle-ci n’est pas non plus son mode d’expression40.

41The Days of Augusta (1973) est, au contraire, l’un des premiers livres à offrir sous forme écrite une version du dialecte « Rez English » avec l’intention de créer à l’écrit une impression d’oralité et peut-être aussi d’authenticité culturelle. L’ouvrage comprend un large éventail de récits que Mary Augusta Tappage a confiés à Jean E. Speare dont plusieurs sous la forme de vers non rimés qui reproduisent les rythmes et conventions du conte oral. L’œuvre est un amalgame de récits de Shuswap, de l’histoire de vie personnelle de Tappage et d’autres réminiscences. La diversité des formes narratives et la préservation de particularités propres au conte oral donnent au lecteur le sentiment que Tappage en a réglé à la fois les processus de consignation et de transcription. Moosemeat and Wild Rice (1974) de Basil Johnston présente aussi une abondante retranscription de dialecte dans les discours rapportés, mais de façon à éviter que le lecteur ne perçoive les Autochtones comme des êtres simples, naïfs ou ignorants. De tels livres montrent à quel point la littérature des Premières Nations résiste aux stéréotypes souvent associés à la transposition du dialecte parlé dans des formes écrites.

42Le nombre grandissant d’écrivains amérindiens publiés au Canada pendant les années 1970 a rendu plus improbable la classification de leur littérature en catégories binaires, comme l’oral versus l’écrit. L’idée que les Premières Nations demeurent confinées à la culture orale, alors que la culture majoritaire canadienne serait presque exclusivement fondée sur l’imprimé, perpétue des clichés et ne tient pas compte du fait que les Inuits traduisent des textes étrangers en caractères inuktituts (à l’origine inventés par les missionnaires) depuis le début du XVIIIe siècle. Considérer l’oral comme l’opposé de l’écrit présume en outre de l’impossibilité d’opérer entre les deux une transposition et perpétue une idéologie essentialiste qui établit une corrélation entre langue et identité.

43Forbidden Voice : Reflections of a Mohawk Indian (1971) d’Alma Greene et Halfbreed (1973), une œuvre de Maria Campbell fréquemment réimprimée, traduisent l’avènement d’une nouvelle littérature amérindienne qui mêle les genres. À la fois autobiographie, chronique et fiction, Halfbreed est écrit à la première personne, à la manière d’un journal intime, genre étroitement apparenté aux modes d’expression orale. Forbidden Voice entremêle la narration personnelle de Green aux récits mohawks patrimoniaux et tisse de multiples traditions afin de fusionner histoire ancienne et monde présent. Vu le nombre croissant de lecteurs de textes amérindiens, les éditeurs commerciaux tel McClelland and Stewart se sont empressés, depuis les années 1970, de se porter acquéreurs de titres inuits comme Peter Pitseolak’s Escape from Death (1977). Alootook Ipellie, probablement l’écrivain inuit contemporain le plus connu aujourd’hui, est réputé pour son utilisation des formes et structures « modernes » et pour son esprit caustique, typique de cette culture. Par leur pluralité et leur fluidité stylistique, ces livres sont en harmonie avec les conventions vivantes et dynamiques des récits oraux traditionnels, de même qu’avec les traditions littéraires plus classiques.

  • 41 Voir J. Harjo et G. Bird (dir.), Reinventing the Enemy’s Language.

44Comme une bonne partie de la littérature des années 1980 et 1990 d’écrivains comme Lee Maracle, ces livres proposent aux lecteurs, par l’écriture et le conte, un commentaire social. Ils témoignent du combat des écrivains amérindiens pour définir leur perception d’eux-mêmes, dans de nouvelles langues et de nouvelles formes d’expression, au moyen de transpositions et d’échanges entre cultures et entre formes littéraires orales et écrites. La textualisation des identités amérindiennes et inuites reflète, pourrait-on dire, la « réinvention de la langue de l’ennemi41 », en ce sens que les littératures contemporaines des Premières Nations à la fois font et ne font pas partie du canon littéraire canadien. Les écrivains amérindiens refusent d’être classés dans des catégories exclusives et insistent plutôt pour être perçus selon des critères inclusifs.

L’État et le livre

paul litt

45L’État canadien n’a pas fait grand-chose pour le livre au cours des 50 années qui ont suivi la Première Guerre mondiale. Il a frappé un grand coup en prenant le contrôle des ondes, s’est mêlé à l’occasion et sans grand succès des affaires des autres médias, mais il a prêté comparativement peu d’attention au livre. L’explication de cette négligence réside dans la nature de son implication dans le domaine culturel à cette époque. Celle-ci résulte, d’une part, des impacts culturels de certaines politiques générales et, d’autre part, d’initiatives touchant directement la culture. L’histoire des enquêtes et aides publiques en rapport avec le livre se déroule en trois étapes : dans la première, certaines politiques — économiques surtout — ont des retombées indirectes sur le livre ; dans la deuxième, l’État élabore des politiques culturelles qui négligent le livre ; dans la troisième, il intègre l’édition dans une stratégie plus vaste par rapport aux industries culturelles. Ce processus opère par sédimentation, c’est-à-dire que chaque nouveau système se superpose aux précédents au lieu de s’y substituer.

Retombées indirectes

46L’industrie canadienne de l’édition s’est développée dans le giron de la « National Policy », autour d’un noyau de producteurs qui approvisionnaient tout le pays à partir des provinces centrales. Ceux-ci étaient protégés contre la concurrence étrangère par une barrière tarifaire qui n’était pas un privilège spécifique, mais une simple conséquence du régime protectionniste alors en vigueur ; cette mesure n’était toutefois pas suffisante pour empêcher l’entrée au pays de livres américains à bas prix. Desservant un marché 10 fois plus gros que celui du Canada, les éditeurs américains n’avaient qu’à augmenter le tirage pour vendre des livres au Canada à des prix défiant toute concurrence, frais de port et de douane inclus. Les Canadiens auraient été plus compétitifs s’ils avaient eu accès au marché de leurs compétiteurs, mais ceux-ci protégeaient leur industrie par une loi sur le droit d’auteur et un tarif douanier prohibitif. Quand le Canada a voulu rendre à son voisin la monnaie de sa pièce, la Grande-Bretagne l’en a empêché de peur que ces mesures ne mettent en péril le commerce anglo-américain. Le Canada ne pourra se doter d’une loi nationale sur le droit d’auteur, en 1924, qu’une fois largement émancipé de la tutelle britannique. Comme il est un importateur net de livres, le Canada opte pour une barrière tarifaire assez basse, ce qui est un choix avantageux pour sa balance des paiements, mais une solution beaucoup moins favorable pour ses écrivains. Un groupe de pression, la Canadian Authors Association fondée en 1921, obtiendra dans les années 1930 quelques aménagements qui ne modifieront pas cependant la logique foncièrement économique de la politique fédérale en matière de droit d’auteur.

  • 42 P. Rutherford, The Making of the Canadian Media, p. 55.

47C’est la Première Guerre mondiale qui, en stimulant le nationalisme canadien, pousse le Canada à revendiquer plus d’autonomie au sein de l’Empire britannique, redéfini au cours du processus comme Commonwealth. Les Canadiens commencent tout juste à savourer cette liberté politique fraîchement conquise quand leur particularisme culturel est mis en péril par la nouvelle culture de masse continentale. L’envahisseur américain emprunte des voies inédites : une presse populaire en expansion constante, le cinéma présent depuis le début du siècle et la radio apparue après la guerre. Pressé d’adopter des mesures protectionnistes, le gouvernement fédéral réagit au coup par coup, avec un succès mitigé. En 1917, il aide les journaux canadiens à se libérer de l’emprise des agences de presse américaines en octroyant une subvention annuelle de 50 000 $ pour la création d’une agence de presse nationale, la Canadian Press, dont le service en langue française sera instauré en 195142. Le gouvernement ne fait rien pour le long métrage, mais établit, comme certains gouvernements provinciaux, un service de production de documentaires. En 1931, il impose aux magazines américains un tarif douanier qui s’avère efficace, mais de courte durée. Son intervention la plus ferme vise la radio : au terme d’une commission d’enquête et d’un long débat public, il crée une société publique de radiodiffusion en 1932.

  • 43 M. Tippett, Making Culture: English-Canadian Institutions and the Arts, p. 70-77.

48Ces initiatives gouvernementales favorisent indirectement les écrivains en leur permettant d’offrir leurs services aux magazines, à la radio publique ou aux réalisateurs de documentaires, mais le soutien direct demeure fortuit et dérisoire. Si l’État commande parfois des livres pour souligner un événement ou promouvoir un objectif, son mécénat se limite en général aux travaux de commémoration ou d’embellissement43 qui profitent plus aux sculpteurs, aux dramaturges, aux compositeurs ou aux architectes qu’aux écrivains. Parmi les initiatives qui entourent la politique culturelle de l’entre-deux-guerres, on ne distingue aucune campagne nationaliste, ni aucune intervention de l’État en faveur du livre. Comme le montre George L. Parker dans le chapitre 5, les principaux défenseurs du livre, mus par l’amour de leur pays et le sentiment du devoir, sont une poignée d’éditeurs canadiens qui s’entêtent à publier des auteurs canadiens souvent jusqu’à y perdre leur chemise.

Haute culture nationale et exclusion du livre

49Le discours dominant sur la culture explique la curieuse exclusion dont le livre est victime durant les décennies qui suivent le premier conflit mondial. L’idée que les dirigeants canadiens se font de la culture est à la fois élitiste, libérale et romantique : élitiste parce qu’ils la perçoivent comme la somme du savoir et des valeurs des gens instruits ; libérale parce qu’ils la considèrent comme le fruit de l’étude individuelle, de l’inspiration personnelle ou du génie créateur ; romantique parce qu’ils la fondent sur un idéal, sur ce qui devrait exister, plutôt que sur ce qui existe. Selon ce triple credo, l’épanouissement individuel favorisé par la culture doit engendrer le progrès social. Il suffit de transférer ces préceptes culturels du domaine social à l’édification nationale pour que la culture, emblème et expression de l’identité nationale, devienne une pièce maîtresse du nationalisme. Dans le courant des années 1920, la crainte de voir la culture de masse américaine submerger le Canada provoque cette fusion de la haute culture et du nationalisme.

50De façon paradoxale, c’est ce réflexe défensif qui explique l’inexistence du livre dans la politique culturelle canadienne de l’époque. Le livre existait bien avant l’apparition des médias qui menacent la haute culture et, malgré sa transformation en bien de consommation courant, il demeure le moyen privilégié de conservation et de perpétuation du capital culturel des classes cultivées. Singulièrement, le livre est négligé justement parce qu’il est un objet de culte. La Deuxième Guerre mondiale ranime le nationalisme culturel que la Première Guerre avait fait naître et renforce la détermination des Canadiens à proclamer et à préserver leur identité nationale. Pour persuader l’État de délier les cordons de sa bourse, artistes et écrivains incorporent à leur plaidoyer classique en faveur de la haute culture un rappel du rôle crucial que celle-ci a joué dans la défense et l’illustration des valeurs démocratiques et libérales contre le communisme et le fascisme pendant la phase de reconstruction de l’après-guerre. Le Comité spécial de la restauration et du rétablissement (comité Turgeon), créé en 1944, donne un large écho à leurs revendications. Seize groupes culturels dont la Canadian Authors Association y présentent un mémoire réclamant la création d’un organisme public voué au soutien des arts et à l’implantation de centres d’arts locaux partout au pays. L’accueil est si encourageant qu’ils fondent dans la foulée de cet événement une association d’encadrement qui deviendra le Conseil canadien des arts en 1945.

  • 44 Ibid., p. 175.
  • 45 B. Ostry, The Cultural Connection, p. 73.

51Le gouvernement albertain est le premier à réagir, en 1946, en mettant en place une série de conseils publics destinés à soutenir les activités culturelles. La Saskatchewan se dote d’un conseil des arts deux ans plus tard. En Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, en Colombie-Britannique et en Ontario, divers ministères appuient des projets culturels dans leurs domaines de compétence. Ces organismes prennent également en charge les bibliothèques, secteur qui bénéficie depuis une décennie d’une aide croissante de la part des provinces. En 1939, les défenseurs des bibliothèques ont obtenu du gouvernement fédéral un tarif postal préférentiel pour les échanges de livres entre bibliothèques (la presse quotidienne et périodique y avait droit depuis des décennies ; ce privilège sera étendu aux livres plus tard, avec certaines restrictions44). L’aide des gouvernements fédéral et provinciaux aux bibliothèques, graduellement multipliée par sept entre 1937 et 1957, représente la première subvention publique directe au livre dans l’histoire culturelle canadienne45.

52Au départ, le gouvernement fédéral n’est guère tenté d’appliquer les grandes recommandations du Conseil canadien des arts. D’une part, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique expose ces initiatives en matière culturelle à des querelles de compétence avec les provinces ; d’autre part, le laisser-faire et la liberté d’expression font encore partie des maîtres mots d’un Occident qui se sent assiégé par des régimes autoritaires. Les temps changent, pourtant. L’opinion canadienne, qui estime avoir droit à une récompense pour les sacrifices consentis pendant la Grande Guerre et qui craint de revivre les épreuves de la crise, réclame un large train de mesures sociales. Ces attentes permettent d’envisager des interventions sur des terrains interdits à l’État à l’apogée de la politique du laisser-faire. Dans cette conjoncture, le pouvoir central ne résistera pas à l’envie d’utiliser son pouvoir de dépenser pour renforcer l’autorité supraconstitutionnelle qu’il a exercée pendant les hostilités.

53Ce sont toutefois ses responsabilités culturelles propres qui amènent le gouvernement fédéral à passer à l’action. Les postes de radio privés font campagne contre la tutelle réglementaire de la Société Radio-Canada (SRC), la radio publique souffre de sous-financement chronique, et le gouvernement s’interroge sur l’opportunité d’étendre ce régime à la télévision naissante. Devant faire face à ces questions, il crée la Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada, appelée commission Massey, du nom de son président Vincent Massey. Pour dissimuler les motifs politiques à l’origine de cette commission, le premier ministre Louis Saint-Laurent lui assigne le mandat d’examiner toutes les facettes de l’action culturelle gouvernementale. C’est l’époque où les anciens combattants, dispensés des frais de scolarité dans les établissements postsecondaires, prennent d’assaut les universités, plongeant celles-ci dans de graves difficultés financières. Le gouvernement fédéral qui ne demande qu’à les aider, même s’il marche sur les plates-bandes provinciales, invite la commission à examiner la possibilité de créer un régime de bourses d’études et attend ses suggestions.

54Si le livre est totalement absent du mandat assigné à la commission Massey, bon nombre de questions sur lesquelles elle est appelée à se pencher intéressent les écrivains et les éditeurs. Au cours des audiences publiques de 1949-1950, les commissaires recueillent les opinions des producteurs et consommateurs de culture de toutes les régions du pays. Des études statistiques révèlent que les maisons américaines et britanniques publient des milliers de livres chaque année, alors que les éditeurs canadiens ne lancent que quelques dizaines de titres littéraires et commerciaux. Constat tout aussi scandaleux, à peine deux dizaines de librairies vivent du seul commerce du livre au pays. On remarque également que si les titres canadiens se vendent souvent aussi bien que les importations américaines et britanniques, les Canadiens lisent trois fois plus d’ouvrages étrangers. C’est la taille du marché des auteurs canadiens qui est ici en cause. Les éditeurs ne trouvent pas assez d’acheteurs au pays pour financer les œuvres des auteurs canadiens, et la demande étrangère est négligeable. Ils réclament donc que le livre soit exempté de la taxe fédérale de vente de 8 % et qu’il jouisse d’un tarif postal préférentiel, comme aux États-Unis et en France.

  • 46 Canada, Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Cana (...)

55Le rapport de la commission alerte l’opinion en soulignant la perméabilité de la culture canadienne aux influences américaines. Il entonne le credo nationaliste romantique selon lequel la première fonction d’une littérature nationale est d’exprimer l’âme d’un peuple, mais reconnaît du même souffle que « parmi les grands moyens d’expression artistique de la nation canadienne, la littérature vient en second lieu et même assez loin après la peinture46 ». En dépit de ce triste constat, dans leurs recommandations, les commissaires accordent moins d’attention au livre qu’aux autres arts et médias. L’écrivain est englobé dans la vaste catégorie des humanistes, savants et artistes, et l’édition n’a pas droit à une ligne dans la section sur les médias. Les recommandations visent les mêmes enjeux politiques qui ont mené à la création de la commission : elles prônent le maintien de la réglementation sur la radio et son extension à la télévision et elles invitent le gouvernement à augmenter et stabiliser le financement de la société de radiodiffusion publique, à subventionner d’autres institutions culturelles publiques et à mettre sur pied un organisme de financement des arts. Marchant audacieusement sur les brisées provinciales, la commission suggère aussi au gouvernement fédéral de financer directement les universités. Les seules aides publiques destinées au livre et qui font l’objet d’une recommandation touchent la création d’une bibliothèque nationale et l’injonction faite aux missions diplomatiques d’étoffer leurs bibliothèques et de distribuer des livres canadiens à l’étranger.

56À peine considérés par la commission Massey, le livre et l’édition bénéficient toutefois des retombées provenant du soutien gouvernemental à la SRC, à la Bibliothèque nationale et au Conseil des Arts du Canada. De plus, en acceptant la recommandation sur le financement des universités, le gouvernement favorise une forte expansion de la formation postsecondaire qui stimule les études canadiennes et, par ricochet, accroît la pénétration du livre canadien dans les classes. Les presses universitaires suivent le mouvement, comme le relate Francess G. Halpenny au chapitre 12. Mais surtout, la formation universitaire, en familiarisant davantage la jeunesse canadienne avec la culture de l’imprimé, élargit le marché canadien du livre.

57Malgré l’appui de la commission Massey, le Conseil des Arts n’aurait pas vu le jour, n’eut été la ténacité des milieux culturels et une série de bonnes surprises fiscales qui mènent à sa création en 1957. La moitié de sa dotation initiale de 100 000 000 $ ira au Fonds d’assistance financière aux universités, accélérant encore leur expansion. Les arts de la scène reçoivent la plus grande partie des sommes finalement octroyées à la culture : le Conseil leur verse 639 300 $ durant sa première année d’existence, contre seulement 10 000 $ aux auteurs et éditeurs de publications savantes.

  • 47 En 1967-1968, par exemple, il octroie 595 559 $ aux arts de la scène, mais pas un sou aux lettres. (...)

58À ses débuts, le Conseil n’accorde aucune subvention aux genres non savants comme le roman, se limitant dans ces cas au financement de traductions. Sa position commence à évoluer en 1959, après la prise en charge de l’administration des prix littéraires du Gouverneur général, qui amène la création des prix pour les auteurs francophones et l’augmentation substantielle des montants offerts. En 1960, il instaure un programme de bourses pour les écrivains qui sera imité par les conseils des arts provinciaux. À la fin de sa première décennie d’existence, le Conseil a distribué 1 000 000 $ au milieu littéraire, surtout sous forme de bourses. En 1968, il commence à financer les séjours d’écrivains dans les universités, comme l’explique Nancy Earle au chapitre 3. Le montant destiné à la littérature augmente ainsi d’année en année, mais il demeure modeste par rapport aux sommes octroyées aux entreprises culturelles lourdement grevées comme les troupes de ballet et les orchestres symphoniques. En 1968-1969, le Conseil accorde aux activités littéraires 544 000 $ sur les 8 766 000 $ qu’il destine aux arts. L’Ontario Council for the Arts (devenu l’Ontario Arts Council/Conseil des Arts de l’Ontario), fondé en 1963, affiche la même partialité47.

Promotion des industries culturelles et découverte du livre

  • 48 Aphorisme de McLuhan, cité par Mavor Moore dans « You Can’t Toot Your Own Horn If You Have No Horn (...)

59Au cours des années 1960, la politique gouvernementale se dépouille des oripeaux du nationalisme culturel et adopte une perspective stratégique qui assimile les activités culturelles à une branche industrielle. L’expansion des médias accroît le poids de la production culturelle dans l’économie canadienne. À l’ère de l’information, la culture peut être considérée comme une forme raffinée d’information qui permet de multiplier les sources de diffusion, d’où son intérêt économique. Pour emprunter une formule à Marshall McLuhan, on pourrait dire que l’Occident glisse « de la culture du négoce au négoce de la culture48 ».

60Au même moment, le nationalisme canadien connaît une nouvelle poussée de fièvre en réaction aux tribulations du mouvement américain des droits civils et à la guerre du Viêtnam, d’une part, et aux fêtes du centenaire de 1967 et à la Trudeau-manie, d’autre part. Les débats culturels renaissent ; on cherche à canadianiser les écoles, les universités, les ondes — bref, tous les moyens de diffusion du savoir, de l’information et des valeurs —, et pourtant, les éditeurs canadiens demeurent les principaux bailleurs de fonds de la littérature nationale, loin devant les pouvoirs publics.

  • 49 M. Vipond, The Mass Media in Canada, p. 62-64.

61L’ère de l’information et le nationalisme canadien ont tellement retenu l’attention après la guerre qu’on ne saurait se surprendre du nombre de prestigieuses commissions royales fédérales qui se sont intéressées aux enjeux culturels, aux médias et à la souveraineté du Canada. De 1955 à 1957, la commission Fowler étudie la radiotélévision, thème déjà cher à la commission Massey. En 1960, une trompeuse « commission royale sur les publications » examine les perpétuelles difficultés des magazines canadiens, oubliant totalement le livre. Sous la présidence de Keith Davey, le Comité spécial du Sénat sur les moyens de communication de masse reconsidère en 1969 la situation des magazines et se penche aussi sur les journaux, mais néglige encore une fois le livre, toujours exclu, semble-t-il, des médias49.

62Le glissement de la haute culture vers l’industrie culturelle apparaît clairement dans cette série d’enquêtes. L’ancienne approche ne satisfait plus les stratèges politiques. D’abord, ses sinistres prédictions ne se sont pas réalisées : la civilisation ne s’est pas écroulée sous les coups de boutoir de la culture de masse, c’est la culture qui a muté, devenant un assortiment hétéroclite de produits et de distractions qui n’entrent dans aucune des anciennes catégories. Ensuite, le secteur du livre s’est considérablement développé et diversifié, à l’image du pays lui-même. Au lieu de soutenir le créateur et d’éduquer le simple citoyen, comme le prônait la commission Massey, les pouvoirs publics entendent désormais subventionner tous les producteurs dans certains domaines culturels. Aisément justifiable en termes économiques, la démarche a aussi l’avantage de paraître équitable.

63Pendant les années 1960, alors même qu’il élabore des politiques cruciales pour la télévision, le cinéma et la musique, le gouvernement canadien reste incapable de considérer le livre comme une industrie culturelle. Le premier signe de changement survient en 1969, quand le ministère de l’Industrie et du Commerce commande à un cabinet privé une étude sur le secteur de l’édition. Le rapport intitulé L’industrie de l’édition et de la production du livre au Canada (1970) donne un aperçu du chiffre d’affaires, des bénéfices et du poids économique de l’édition canadienne.

64En 1970, c’est le choc : Gage et Ryerson, deux vénérables éditeurs canadiens, sont vendus à des intérêts américains. Cette crise, que George L. Parker raconte au chapitre 5, vaut au livre un privilège déjà accordé à la plupart des industries culturelles indigènes : une commission d’enquête à lui — provinciale, il est vrai, puisqu’elle est créée par l’Ontario, siège de la plupart des grandes maisons d’édition anglophones du pays. L’Ontario Royal Commission on Book Publishing est officiellement constituée le 23 décembre 1970. Elle vient tout juste d’entamer ses travaux quand une autre crise éclate : en février 1971, Jack McClelland annonce qu’il doit vendre l’entreprise de sa famille, McClelland and Stewart, ou déclarer faillite parce qu’il ne peut la financer de nouveau à des taux raisonnables. Prenant la balle au bond, la Commission publie un rapport provisoire dans lequel elle recommande au gouvernement ontarien de venir à la rescousse de l’éditeur. Avec une promptitude rare dans l’histoire des commissions d’enquête publiques, la province donne suite à cet avis et prête à McClelland près de 1 000 000 $ à des conditions de faveur. Après le dépôt d’un second rapport provisoire, la mesure est élargie aux autres éditeurs ontariens appartenant à des Canadiens.

65Dans son rapport final, la Commission appelle à un meilleur équilibre entre les maisons purement canadiennes, qui ont une part de marché encore plus faible que les éditeurs de magazines, et les entreprises contrôlées par des intérêts étrangers, qui font 70 % des ventes au Canada anglais alors qu’elles publient seulement 15 % des nouveaux titres sur le Canada et tout juste 3 % des œuvres littéraires canadiennes. L’écart entre ces deux derniers chiffres vient du fait que ces éditeurs privilégient le manuel scolaire, créneau sûr et assez lucratif auquel ils proposent trop souvent des adaptations de textes étrangers.

66Si les recommandations formulées dans ce dernier rapport, comme celles de la plupart des commissions d’enquête publiques, seront écartées par le gouvernement qui les avait réclamées, la crise du début des années 1970 n’en marque pas moins un tournant. Elle révèle en effet que le livre n’est pas seulement le fruit du génie créateur, mais aussi le produit d’une industrie prospère qui doit être consolidée pour servir de rempart contre l’américanisation, à l’instar des autres industries culturelles. Contrairement à certaines industries, elle dispose déjà d’une capacité de production, de circuits de distribution et d’une demande ferme au Canada. Cette tardive élévation officielle du livre au rang des bastions de la culture canadienne ouvrira la voie à l’élaboration de politiques spécifiquement axées sur l’industrie de l’édition.

67L’inclusion du livre dans les industries culturelles est encore accélérée par les controverses sur la propriété étrangère soulevées au cours des années 1970. En 1974, le gouvernement Trudeau tente de calmer les inquiétudes suscitées par les prises de contrôle étrangères dans toutes les branches de l’économie en mettant sur pied l’Agence d’examen de l’investissement étranger. Les pouvoirs de l’Agence sont très limités ; elle ne peut rien contre le fait que la plupart des maisons d’édition canadiennes sont déjà entre des mains étrangères et doit se contenter de rapatrier les filiales des groupes étrangers qui changent de propriétaire. Il se peut toutefois que son existence et la susceptibilité politique qu’elle incarnait aient incité certaines sociétés américaines à préférer la négociation avec leurs concurrents canadiens à l’absorption ou à l’éviction du marché.

  • 50 Ministère des Communications, communiqué de presse du 18 juin 1986, p. 3 ; citation extraite de R. (...)
  • 51 R. Ellenwood, « Government Funding »; P. Aldana, Canadian Publishing, p. 36.

68À partir de 1972, le Conseil des Arts du Canada prend le virage des industries culturelles en ajoutant à ses subventions individuelles aux auteurs et aux publications des subventions globales aux éditeurs qui produisent et vendent activement des titres canadiens. Le Conseil élabore sur ce thème des politiques d’achat de livres, d’aide commerciale à l’exportation et de coédition, puis crée en 1975 un programme de promotion et de distribution du livre. Deux ans plus tard, après l’élection du Parti québécois au Québec, il accepte au nom de « l’unité nationale » une injection de fonds qu’il consacre aux programmes d’achat de livres et d’aide à la traduction, à une semaine nationale du livre et à un fonds spécial pour la littérature jeunesse50. En 1979-1980, le Conseil alloue 3 800 000 $ à l’aide à la traduction, à la promotion et à la publication, ainsi qu’à l’achat et à la distribution des œuvres d’auteurs canadiens aux établissements à but non lucratif du Canada et d’ailleurs. Dans le courant des années 1970, la Direction du multiculturalisme du Secrétariat d’État commence à jouer un rôle semblable à celui du Conseil auprès des groupes allophones, finançant des œuvres littéraires dans des langues non officielles51.

  • 52 P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 91 et 124; R. Lorimer, « Book Publishing », p. 21.

69Sans dédaigner cette aide ciblée, l’industrie du livre n’est pas entièrement satisfaite de son orientation. Les subventions fédérales ne permettent pas aux éditeurs d’améliorer leur compétitivité face à leurs concurrents étrangers parce qu’elles sont accordées à la pièce, pour des projets précis. À la fin des années 1970, le gouvernement reconnaît enfin le bien-fondé de la critique et offre à l’édition un soutien générique semblable à celui dont jouissent les autres industries culturelles. Lancé en 1979-1980 avec une dotation de 5 700 000 $, le Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) accorde aux maisons contrôlées par des Canadiens des subventions annuelles basées sur leur taille et leur budget52.

70À la fin des années 1970, le gouvernement fédéral décide de faire le point sur la gamme sans cesse croissante de ses programmes culturels et crée le Comité d’étude de la politique culturelle fédérale. Les éditeurs canadiens soumettent un long cahier de doléances : concentration de la vente au détail, propriété étrangère, sous-financement des bibliothèques et non-conformité des politiques d’achat du secteur public aux objectifs stratégiques d’aide à l’édition canadienne. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, le Comité s’égare dans le labyrinthe des intérêts particuliers édifié par l’interventionnisme généralisé du gouvernement et n’arrive pas à trancher entre les revendications rivales. Le milieu de la culture est en quelque sorte victime de son propre succès. Ne recevant aucune directive stratégique claire de son Comité, le gouvernement fédéral ne tiendra à peu près pas compte de ses avis.

71Entre-temps, certains gouvernements provinciaux se révèlent de meilleurs alliés pour le livre, par l’entremise des écoles et des bibliothèques dont ils ont la responsabilité. En Colombie-Britannique, par exemple, le Library Bulk Purchase Programme achète des livres en gros pour redistribution aux bibliothèques locales. La loterie ontarienne Wintario verse de 1 000 000 à 2 000 000 $ chaque année aux bibliothèques pour qu’elles acquièrent des livres d’auteurs canadiens. En Ontario toujours, les pouvoirs publics ont commencé à distribuer gratuitement aux écoles un exemplaire de certains titres autorisés, mais l’expérience n’a pas profité uniquement aux éditeurs purement canadiens. Le puissant Alberta Heritage Fund donne également des livres aux écoles, mais il les publie lui-même, ce qui ne fait pas tellement l’affaire des éditeurs albertains.

  • 53 P. Aldana, Canadian Publishing, p. 38-42.

72D’autres programmes provinciaux visent la distribution au détail du livre. En 1980, toutes les provinces, sauf l’Île-du-Prince-Édouard, subventionnent les écrivains et les éditeurs par l’entremise d’un conseil des arts ou d’un ministère. Leurs bourses sont souvent maigres et rares, car l’industrie du livre ne pèse pas lourd hors des provinces centrales. L’Ontario, qui octroie nettement plus de 80 % des subventions versées au Canada en dehors du Québec, invente plusieurs formules originales. Pendant trois mois en 1978, Wintario émet des billets de loterie qui peuvent être utilisés, à la moitié de leur valeur, pour payer des livres ou des abonnements à des magazines canadiens. La même année, la province met sur pied l’Ontario Guaranteed Loan Program, programme de crédits garantis qui s’inspire des prêts ponctuels consentis sur recommandation de l’Ontario Royal Commission on Book Publishing. En parallèle, elle encourage les éditeurs à se prévaloir des aides offertes par la Small Business Development Corporation, société publique qui finance les petites et moyennes entreprises. Beaucoup de petits éditeurs ontariens en profitent pour recapitaliser et développer leur entreprise53.

73Les années 1970 constituent un point tournant dans le rapport des gouvernements canadiens au livre. Pour la première fois, le livre suscite plus d’intérêt que la presse — sans pour autant supplanter la radiotélévision. Il bénéficie enfin de son propre assortiment de programmes publics. Malgré l’extension imparable de la propriété étrangère, la production des éditeurs canadiens augmente en quantité et en qualité, éveillant plus d’intérêt à l’étranger. Le constat de la commission Massey sur la primauté de la peinture ne tient plus : la littérature est désormais le porte-drapeau du nationalisme culturel canadien, et son succès inspire aux nationalistes de grands espoirs pour l’avenir du pays.

74Les associations d’éditeurs et d’écrivains continueront à faire pression pour accroître ces aides publiques, mais les années 1970 apparaissent en rétrospective comme l’âge d’or du soutien de l’État au livre. Depuis cette époque, l’accord de libre-échange canado-américain a limité la portée des initiatives culturelles du gouvernement, la lutte contre le déficit budgétaire a provoqué d’importantes compressions dans les programmes culturels, et l’idéologie néolibérale a imposé ses lois ; tous ces facteurs ont affaibli l’efficacité des programmes culturels de l’État. L’histoire du soutien public au livre depuis 70 ans donne à croire, toutefois, que pour entretenir la résistance, on peut encore compter sur la volonté de l’État canadien de défendre sa souveraineté culturelle et économique, sur le nationalisme et l’intérêt personnel des éditeurs et des écrivains canadiens et sur la réceptivité du public aux thèses nationalistes.

Les politiques du livre au Québec

josée vincent

75On ne peut parler de politique du livre au Québec avant 1960. Cela ne signifie pas cependant que la province se soit abstenue de soutenir ce secteur avant la Révolution tranquille — dès la fin du XIXe siècle, plusieurs formes d’interventions gouvernementales ont visé à soutenir la production des auteurs et des éditeurs. Plus enclins à se mêler de culture que leurs confrères anglophones, les politiciens canadiens-français sont portés par la montée du sentiment nationaliste qui, dans les années 1920, se répand à la fois dans l’arène politique et dans les milieux intellectuels. La protection et le développement du monde du livre se retrouvent dès lors étroitement associés à la définition de l’identité canadienne-française. Les premiers éditeurs indépendants, tels Albert Lévesque et Édouard Garand, utilisent l’argument patriotique pour promouvoir leurs collections et, à l’instar des auteurs, n’hésitent pas à solliciter directement l’appui des dirigeants politiques. Le laisser-faire canadien-anglais de la première moitié du XXe siècle ne trouve donc pas d’écho du côté québécois où, déjà au début du siècle, deux instances gouvernementales, le Département de l’Instruction publique et le Secrétariat de la province, apportent leur soutien au milieu du livre, le premier dans le secteur scolaire, le second dans le domaine de la littérature et des humanités.

Le Département de l’Instruction publique

  • 54 De 1908 à 1960, le Conseil se réunit moins d’une dizaine de fois. Voir L.-P. Audet, Histoire du Co (...)
  • 55 P. Aubin, Les communautés religieuses et l’édition du manuel scolaire, p. 23.
  • 56 F. Landry, Beauchemin et l’édition au Québec (1840-1940), p. 177-178.

76Chargé de l’approbation des manuels et de la distribution des livres de prix dans les écoles publiques, le Département de l’Instruction publique (DIP) impose ses choix aux commissions scolaires du Québec jusqu’au début des années 1960. Ici, le contrôle religieux est manifeste puisque ce sont les comités catholique et protestant qui constituent le Conseil de l’Instruction publique au sein du DIP. Ces comités sont essentiellement composés de membres du clergé et de représentants du milieu scolaire qui se partagent le travail et qui ont toute latitude pour prendre les décisions dans l’approbation des manuels scolaires54. Ces comités disposent d’un pouvoir considérable, ce que leur reconnaissent d’emblée les éditeurs. À ce titre, la correspondance abondante des communautés religieuses, principaux éditeurs de manuels scolaires avant 1960, comme le montre Paul Aubin dans le chapitre 7, témoigne de façon éloquente de la nécessité de maintenir des rapports étroits avec les autorités politiques55. Si, de l’avis de certains, les choix du DIP prêtent à discussion, ils en réjouissent d’autres qui profitent des largesses du système. Les liens d’amitié, par exemple, qui se nouent entre les directeurs de la Librairie Beauchemin et les membres du comité catholique jusqu’à l’aube de la Révolution tranquille ne nuisent certes pas aux affaires de la maison56. Ce sont ces pratiques discrétionnaires qui seront dénoncées en 1963 par la Commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec et qui entraîneront la disparition des privilèges dont jouissaient certains grossistes.

  • 57 P.-É. Farley, Livres d’enfants, p. 8-9.

77Les choix du DIP touchent aussi les livres donnés en prix à la fin de l’année scolaire, qui représentent une portion importante du marché de l’édition, comme le signale François Landry au chapitre 2. En 1925, un amendement au code scolaire contraint les commissions scolaires à s’approvisionner auprès des entreprises canadiennes pour au moins 50 % de leurs achats de livres de prix57. Ainsi est créé un marché dont tireront parti plusieurs éditeurs qui lanceront des collections essentiellement conçues pour les écoles.

Le Secrétariat de la province

78Peu après l’arrivée au pouvoir de Louis-Alexandre Taschereau, élu premier ministre de la province de Québec en 1920, le gouvernement fait une série de gestes visant à soutenir et à développer l’enseignement. La fondation de l’Université de Montréal autonome en 1920, la création de l’École des beaux-arts à Montréal et à Québec en 1922, les subventions aux collèges classiques à partir de 1922 et la multiplication des bourses d’études à l’étranger favorisent le développement du milieu culturel qui profite aussi au monde du livre.

  • 58 BNQ, MSS-061, fonds Société des écrivains canadiens, « Mémoire de la Société des écrivains canadie (...)

79Le Secrétariat de la province vient surtout en aide au milieu littéraire. Peu nombreuses avant la Première Guerre mondiale, les interventions du gouvernement se multiplient avec Athanase David, secrétaire de la province sous le gouvernement Taschereau. Elles se manifestent de plusieurs façons. À la demande des auteurs et des éditeurs, le Secrétariat acquiert une partie des tirages de certains titres, ce qui permet de couvrir les frais d’impression et d’éviter les déficits. Les livres ainsi acquis sont redistribués dans les écoles, dans les bibliothèques des municipalités et des ministères et dans les bureaux de la province de Québec à l’étranger. Ces achats sont essentiels pour la publication des ouvrages littéraires dont la vente demeure toujours incertaine. Ce système relativement efficace est d’ailleurs proposé au gouvernement fédéral, en 1950, par la Société des écrivains canadiens (SÉC) qui en recommande l’instauration dans le mémoire qu’elle présente à la commission Massey58. Cette proposition sera reprise à la fin de la décennie, lorsque viendra le temps de définir le mandat du Conseil des Arts du Canada.

80À l’occasion, le Secrétariat de la province participe au financement des activités culturelles. Dans les années 1920 et 1930, il endosse régulièrement le coût des soirées de poésie, expositions et banquets d’auteurs organisés pendant la Semaine du livre canadien par la section française de la Canadian Authors Association. À partir de 1936, la SÉC, qui prend le relais de la section française, obtient une subvention annuelle destinée à couvrir ses propres frais d’administration, c’est-à-dire essentiellement le coût de location d’un bureau et l’embauche d’un employé permanent. Le montant de la subvention passe de 1 000 $ en 1936 à 2 000 $ en 1955. La présence de Jean Bruchési, sous-secrétaire de la province, parmi les membres du conseil d’administration de la SÉC n’est certes pas étrangère à cette générosité (voir illustration 1.4). Dans les années 1940 et 1950, le Secrétariat accorde également des subventions à la Société des éditeurs canadiens du livre français et à l’Association des bibliothécaires de langue française pour l’organisation de la Semaine du livre et de la Semaine du livre pour enfants. Le gouvernement provincial voit là une occasion d’appuyer le développement de la culture canadienne-française. Cette aide favorise un certain dynamisme dans le milieu culturel, même sous le règne du premier ministre Maurice Duplessis, reconnu pour sa méfiance à l’égard des artistes et des intellectuels.

1.4 Robert La Palme, caricature de Jean Bruchési, Le Bien public (Trois-Rivières, 1938). Bruchési (1901-1979), sous-secrétaire de la province de Québec de 1937 à 1959, défend avec vigueur les arts et la littérature sous le régime de Maurice Duplessis (Union nationale) et celui d’Adélard Godbout (Parti libéral). (Succession de Robert La Palme.)

  • 59 S. Bernier, « Prix littéraires et champ du pouvoir : le prix David, 1923-1970 ».

81Les prix littéraires et scientifiques de la province constituent sans doute la forme d’aide la plus convoitée avant 1960, bien qu’elle soit paradoxalement la moins coûteuse à mettre en œuvre59. C’est le 8 mars 1922 qu’a été sanctionnée, à l’instigation d’Athanase David, la loi menant à l’établissement des concours littéraires et scientifiques de la province (George V, 1922, c. 56). Leur création constitue un moment important dans l’histoire du livre au Québec puisqu’elle marque l’établissement d’une première instance de consécration entièrement canadienne-française et laïque. En plus de recevoir un prix en argent, l’auteur dont l’œuvre est couronnée bénéficie de la publicité que lui apporte cet hommage et ses publications subséquentes ont du coup plus de chances d’être reconnues et acquises par l’État.

82Qu’il s’agisse de subventionner des achats de livres, des activités de promotion ou des prix littéraires, le soutien du Secrétariat de la province avant les années 1960 n’est pas négligeable. Si le gouvernement québécois n’investit pas des sommes très importantes, ce support constant permet tout de même au milieu du livre d’entretenir une vie littéraire qui est encore fragile et d’améliorer les conditions d’existence des auteurs. Cependant, faute d’une réglementation officielle, la générosité de la province demeure soumise dans la plupart des cas à la discrétion du ministre responsable du Secrétariat. Après la création du ministère des Affaires culturelles, en 1961, on changera littéralement cette façon de faire en mettant sur pied de nouveaux programmes conçus selon des critères plus objectifs.

L’État-providence au service de la culture québécoise

  • 60 J. Vincent, « Le Conseil supérieur du livre, du rapport Bouchard à la loi 51 ».

83À l’aube des années 1960, tandis que du côté fédéral on s’affaire à mettre en place les programmes du Conseil des Arts du Canada, au Québec la culture devient, elle aussi, une affaire d’État. Certes, pour le gouvernement du premier ministre Jean Lesage, les priorités sont données à la santé, à l’économie et à l’éducation. Mais après le marasme des années Duplessis, la création du ministère des Affaires culturelles annonce déjà le début d’une ère nouvelle. Bien que, au grand dam de Georges-Émile Lapalme, premier titulaire de ce ministère, les budgets qui lui sont alloués demeurent modestes, de nouvelles initiatives adaptées aux transformations sociales et culturelles du Québec seront lancées. Sous la direction du sous-ministre Guy Frégault et de son bras droit Clément Saint-Germain, lui-même ancien éditeur chez Fides, le ministère des Affaires culturelles et son Service des lettres et de l’édition développent des programmes de bourses, de prix et d’aide à l’édition. Pour mener à bien leur travail, les fonctionnaires consulteront les milieux culturels et les dirigeants du Conseil supérieur du livre (CSL)60.

  • 61 P. Tisseyre, Lorsque notre littérature était jeune, p. 156-158. Les archives du CSL recèlent plusi (...)

84L’un des premiers gestes faits par le gouvernement provincial pour venir en aide à l’édition est l’adoption de la Loi de l’assurance-édition (Elizabeth II, 1962, c. 14). Cette loi, qui s’inspire de l’ancien système d’achats de livres du Secrétariat de la province, est dictée par les représentants du CSL et l’un de ses principaux dirigeants, Pierre Tisseyre61. Afin que les éditeurs puissent amortir leurs dépenses, le gouvernement s’engage à faire l’acquisition d’une partie de leurs tirages. Si l’idée paraît prometteuse, son application demeure assujettie à des contraintes et des délais qui en ralentissent l’application, décourageant ainsi les éditeurs d’y recourir. À tout prendre, ceux-ci préféreront le programme de subvention par titres du même ministère, inauguré en 1965, qui favorise la publication d’ouvrages scientifiques. L’aide financière aux ouvrages littéraires viendra surtout du Conseil des Arts du Canada.

  • 62 J. Vincent, Les tribulations du livre québécois en France (1959-1985).

85La promotion et la diffusion du livre au Québec et à l’étranger fait également partie des objectifs du ministère des Affaires culturelles qui soutient des événements d’envergure, comme le Salon du livre de Québec (1959-), le Salon du livre de Montréal (1962-1966) et la Foire internationale du livre de Montréal (1975-1977). Dans la foulée des accords franco-québécois (1965), le ministère encourage aussi l’exportation de livres en France. Le Centre de diffusion du livre canadien-français (1967-1973), situé dans les locaux de la Librairie de l’École à Paris, bénéficiera pendant quelques années d’une subvention annuelle lui permettant de maintenir un point de vente en France. Des initiatives similaires seront tentées en Belgique et aux États-Unis. La Librairie du Québec à Paris, subventionnée par le ministère de l’Industrie et du Commerce, assurera la relève de la Librairie de l’École de 1978 à 1985. Alors qu’au fil des ans les salons du livre connaissent un succès croissant auprès de la population, les tentatives d’exportation de livres québécois s’avèrent désastreuses62. Seules les subventions accordées pour la participation des éditeurs aux foires internationales de Francfort, Nice, Paris et Bruxelles produisent à long terme des retombées positives.

86Au cours des années 1960, quelques grandes municipalités se mettent à l’heure du mécénat. Les villes de Québec et Montréal contribuent, dans la mesure de leurs moyens, aux événements marquants de la vie littéraire. On subventionne des salons annuels et des expositions particulières, comme à l’occasion d’Expo 67. Montréal se dote d’un conseil des arts métropolitain en 1962, et crée en 1964 le grand prix littéraire de la ville de Montréal. Des mesures pour favoriser le développement d’une vie littéraire en région, notamment lors d’événements spéciaux, sont également prises à Sherbrooke, à Hull et à Trois-Rivières, mais ces initiatives restent ponctuelles.

87Qu’elles émanent du gouvernement provincial ou des municipalités, les bourses et les subventions demeurent une forme d’aide importante, quoique limitée par la faiblesse des ressources. Sur le plan financier, le gouvernement provincial ne peut rivaliser avec le gouvernement fédéral qui dispose de budgets bien plus importants. Pour pallier le manque de ressources, le gouvernement de la province mise sur des mesures législatives moins onéreuses, et qui s’avèrent très efficaces. Pour le gouvernement québécois, qui souhaite défendre et préserver la production culturelle sur son territoire, la façon la plus appropriée d’intervenir prend la forme d’une réglementation des marchés. Déjà en 1954, une première ébauche d’un plan d’intervention dans le commerce du livre est soumise par la Société des éditeurs canadiens du livre français à la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, présidée par le juge Thomas Tremblay. L’idée de base est fort simple, on demande au gouvernement provincial

  • 63 « Les difficultés de l’édition », Le Devoir, 13 novembre 1954, p. 23.

une nouvelle et pressante intervention auprès des bibliothèques, commissions scolaires et institutions d’enseignement pour que ces organismes fassent une part encore plus large aux ouvrages canadiens, et que des subventions gouvernementales ne soient accordées dans ce sens que si ces organismes, d’essence éducative, prennent bien conscience du rôle qu’ils doivent jouer dans le domaine culturel canadien-français63.

88On recommande aussi que tout organisme culturel, incluant les écoles, soit obligé de se procurer les livres sur place, c’est-à-dire chez les libraires québécois, au lieu de faire directement affaire avec des entreprises étrangères. Ces deux recommandations, formulées par Pierre Tisseyre, sont à la base de la politique du livre qui se développera au cours des deux décennies suivantes. Entre-temps, elles demeurent malheureusement lettre morte, le rapport de la commission Tremblay ayant été rapidement relégué aux oubliettes par le gouvernement Duplessis. Il faut attendre les années 1960 avant de voir l’ensemble du milieu du livre se mobiliser derrière le CSL et exiger une réglementation du marché du livre.

89En janvier 1963, le CSL présente à Georges-Émile Lapalme un « Mémoire sur la crise de la librairie au Canada français au début de 1963 ». Dans ce document, le CSL déplore la situation de la librairie au Québec, compromise par les pratiques d’achats directs des institutions auprès des éditeurs européens. Le CSL demande au gouvernement d’entreprendre une vaste consultation et de créer un organisme de contrôle, la Régie du livre. L’intervention de l’État est alors à la mode, comme en témoigne la nationalisation des compagnies d’électricité en 1962-1963. Mais si le gouvernement provincial voit beaucoup d’avantages à contrôler la vente de l’électricité, il n’entretient pas le même sentiment à l’égard du livre, secteur de production où les profits sont minces et le danger d’ingérence toujours suspect. Le gouvernement Lesage accepte toutefois la première proposition et crée, dès 1963, la Commission d’enquête sur le commerce du livre dans la province de Québec, dirigée par Maurice Bouchard. Toutes les associations professionnelles, de même que quelques entreprises, tels le Centre de psychologie et de pédagogie et les Éditions Fides, soumettent des mémoires aux audiences de la Commission. Une réglementation des pratiques commerciales apparaît bientôt nécessaire, particulièrement en ce qui concerne la vente de manuels scolaires.

  • 64 P. de Bellefeuille, A. Pontaut et al., La bataille du livre au Québec.

90Vers la fin des années 1960, la situation s’avère encore plus difficile du fait de l’implantation au Québec de plusieurs firmes étrangères, américaines et françaises. McGraw-Hill, Holt, Rinehart and Winston et Prentice Hall ouvrent des bureaux et commencent à traduire leurs manuels en français, les propriétaires de l’Encyclopædia Britannica achètent le Centre de psychologie et de pédagogie, tandis que Hachette annonce l’ouverture d’une seconde librairie à Montréal et la création des Messageries internationales du livre, chargées de la distribution exclusive de ses collections de grande diffusion. Réagissant rapidement, le CSL adresse au premier ministre, en 1969, le Livre blanc sur l’Affaire Hachette, le priant d’intervenir afin d’éviter cette mainmise des entreprises étrangères dans le domaine de la culture. Un long chassé-croisé entre le gouvernement et les professionnels du livre en découle64. Le gouvernement provincial a beau vouloir calmer le jeu en annonçant en 1971, par la voix de son ministre des Affaires culturelles François Cloutier, l’instauration d’une nouvelle politique du livre au Québec, rien n’y fait. La loi d’accréditation des libraires permet encore à des intérêts étrangers de contrôler le marché des manuels scolaires.

91Au cours des années 1970, la perception des professionnels et de l’État se transforme. Si la notion de culture est encore étroitement associée au livre, celle d’industrie sera de plus en plus fréquemment invoquée. En revendiquant la protection d’une culture nationale, les professionnels du livre souhaitent aussi, sinon plus, défendre leur part de marché, et malgré les apparences, le gouvernement provincial ne reste pas complètement insensible à ce changement dans le discours. En 1976, dans son livre vert intitulé Pour l’évolution de la politique culturelle, Jean-Paul L’Allier, alors ministre des Affaires culturelles, affirme la nécessité de soutenir les industries culturelles et de mettre sur pied, en aval, une politique de la lecture. L’idée semble bonne ; elle sera reprise par le nouveau gouvernement du Parti québécois, notamment par Denis Vaugeois, instigateur de la Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre (LRQ, c. D-8.1), sanctionnée le 21 décembre 1979, qui réserve le marché des institutions aux librairies agréées et impose la propriété québécoise aux entreprises qui veulent bénéficier de l’aide du gouvernement. La nouvelle loi viendra ainsi consolider le réseau de la distribution et couronner les politiques du livre au Québec.

Traduire les « deux solitudes »

jean delisle et gilles gallichan

92La traduction a une fonction politique tout autant que littéraire et linguistique. Elle englobe le fait culturel et social et est au cœur de l’interaction avec l’Autre.

  • 65 K. Mezei et al., Bibliographie de la critique des traductions littéraires anglaises et françaises (...)

93Faut-il s’étonner que la métaphore dominante de la traduction au Canada soit celle du pont culturel jeté entre les deux solitudes65 ? La métaphore est bien imprégnée dans l’imaginaire collectif canadien depuis que Hugh MacLennan l’a utilisée dans son roman sur les relations entre francophones et anglophones publié à New York en 1945. Ce roman, traduit par la Québécoise Louise Gareau-Des Bois 18 ans après sa publication en anglais, a été publié par un éditeur parisien en 1963. Ce décalage temporel et géographique est loin d’être exceptionnel. En effet, avant 1982, pas moins de 75 % des traductions d’auteurs canadiens-anglais ont été publiées à Paris. La traduction gouvernementale, au contraire, a toujours été effectuée au Canada.

Traduction gouvernementale

94L’article 133 de la Constitution de 1867 fait du Canada un pays bilingue dont les langues officielles sont l’anglais et le français. Cependant, avant 1980, la production bilingue de documents officiels et autres publications gouvernementales n’a touché essentiellement que le gouvernement fédéral, celui du Québec et, après 1969, celui du Nouveau-Brunswick. Ailleurs au pays, la traduction gouvernementale est demeurée un phénomène marginal, voire inexistant.

  • 66 F. Méléka, « Le bureau des traductions, 1934-1977 », Meta, vol. 22, no 1, mars 1977, p. 59-60.
  • 67 Archives de la Chambre des Communes, Canada, M. C. Hocken, Return to an Order of the House of the (...)

95Depuis les années 1910, les services de traduction reliés au gouvernement fédéral à Ottawa sont décentralisés ; le Parlement, les Postes et le Secrétariat d’État en sont les principaux utilisateurs. Les traducteurs parlementaires jouissent de conditions de travail enviables et sont considérés comme des privilégiés66. Parfois, le poste se transmet d’une génération à l’autre au sein d’une même famille. En 1920, on dénombre à Ottawa environ 90 traducteurs affiliés au gouvernement central, auxquels s’ajoutent une trentaine d’autres en période de session parlementaire, surtout pour la publication des projets de loi, des procès-verbaux et des débats67.

96En vertu de la Constitution, le Québec doit publier ses lois et les procès-verbaux parlementaires en français et en anglais. En 1920, le Conseil législatif et l’Assemblée législative ont une équipe d’une douzaine de traducteurs, tant pour le français que pour l’anglais. En plus des lois et des journaux parlementaires, le gouvernement québécois traduit les rapports officiels, les guides touristiques et plusieurs autres documents destinés au grand public. La plupart des permis et formulaires sont aussi imprimés dans les deux langues. Ces traductions sont parfois effectuées par le personnel des ministères ou données par contrats à des gens de l’extérieur.

  • 68 J. Delisle, Au cœur du trialogue canadien, p. 17-28.

97Dans les années 1920, le statut du français commence à s’améliorer. Les communications se multiplient par la radio et le cinéma, et le bilinguisme est de plus en plus réclamé par les francophones. L’Ontario abolit en 1927 son règlement XVII restreignant l’enseignement du français dans cette province depuis 1912. Au niveau fédéral, les timbres (1928) et la monnaie (1937) bilingues sont approuvés. En 1934, le gouvernement conservateur crée le Bureau des traductions, appelé à réunir tous les traducteurs fédéraux. Cette initiative inquiète plusieurs milieux francophones qui préfèrent une présence plus généralisée du français dans chaque ministère. Il faut attendre après la Deuxième Guerre mondiale pour que ce Bureau atteigne sa vitesse de croisière. En 1948, il compte près de 175 traducteurs et passe bientôt à 30068. Le Bureau publiera lui-même de nombreux ouvrages bilingues de terminologie adaptés aux réalités canadiennes.

  • 69 J. Delisle, « Un demi-siècle au service du bilinguisme officiel », p. 6.
  • 70 P. Cardinal, « Regard critique sur la traduction au Canada », Meta, vol. 23, no 2, juin 1978, p. 1 (...)

98La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (1963-1969), dont les recommandations aboutissent à l’adoption de la Loi concernant le statut des langues officielles du Canada (17-18 Elizabeth II, 1969, c. 54), établit la traduction de toutes les publications fédérales comme pratique courante. La volonté politique est le facteur déterminant de la croissance de la traduction69. Entre 1965 et 1975, le nombre de traducteurs passe de 350 à 1 300 et la formation universitaire en linguistique connaît parallèlement un essor. On constate cependant que le gouvernement fédéral demeure essentiellement anglophone et ne communique dans les deux langues qu’en partie70. En effet, même si le quart de la fonction publique est francophone, peu de fonctionnaires rédigent directement leurs textes en français ; 10 % seulement de la traduction se fait vers l’anglais.

  • 71 M. Robins, « Service de la traduction », p. 54.
  • 72 C. Romney, « Enquête sur la traduction en 1972 », Meta, vol. 19, no 2, juin 1974, p. 118.
  • 73 G. Jourdain, « La législation bilingue au Manitoba », Meta, vol. 47, no 2, juin 2002, p. 255-256.

99Au Québec, en 1964, un service de traduction est mis sur pied par le Secrétariat de la province. Il démarre lentement, car on a de la difficulté à recruter des professionnels, à ce moment-là fort recherchés par le gouvernement fédéral, par les entreprises privées et par l’Exposition universelle de Montréal, Expo 6771. La Loi sur la langue officielle (LQ, 1974, c. 6) et la Charte de la langue française (LQ, 1977, c. 5) n’ont pas freiné l’activité des traducteurs québécois ni l’édition officielle de langue anglaise. Au Nouveau-Brunswick, l’adoption de la Loi sur les langues officielles (18 Elizabeth II, 1969, c. 14) donne une nette impulsion à l’édition officielle traduite en français. En 1972, le Québec et le Nouveau-Brunswick sont les provinces qui ont le plus grand nombre de traducteurs à leur emploi, soit 25 et 24 respectivement. L’Ontario en a alors huit, la Saskatchewan un seul, et les six autres provinces aucun72. Après 1980, le Manitoba devra effectuer un rattrapage en ce domaine en vertu d’un jugement de la Cour suprême et d’un réveil des communautés francophones de l’Ouest73. Au niveau provincial, le bilinguisme dans l’édition officielle reste donc un phénomène essentiellement lié au Canada français, qui a peu pénétré le Canada anglais.

Un pont entre les deux cultures

  • 74 P. Stratford (dir.), Bibliographie de livres canadiens traduits, p. x.
  • 75 R. Giguère, « Translations: English to French. To 1981 », dans OCCL, p. 1124.

100Avant 1920, deux œuvres littéraires canadiennes sont traduites en français contre dix en anglais. Entre 1920 et 1960, on en compte 48 traduites au Canada, 39 en anglais et 9 en français74. De plus, dans les années 1930 et 1940, toutes les œuvres de Grey Owl (Archibald Belaney), populaire auteur pseudo-amérindien, sont traduites en France. En 1981, on comptera 300 titres traduits en français de 240 auteurs anglophones, dont 115, plus du tiers, sont des romans75. Cinq des auteurs les plus connus — Stephen Leacock, Mazo De La Roche, Malcolm Lowry, Leonard Cohen et Mordecai Richler — sont traduits et publiés en France. À partir des années 1970, on voit paraître les premières traductions canadiennes des œuvres de Margaret Atwood, Margaret Laurence et Robertson Davies.

  • 76 J. J. O’Connor, « Translations: French to English », dans OCCL, p. 1128-1132.

101Par ailleurs, rares sont les poètes canadiens-anglais traduits en français au Canada. On ne peut guère citer que les noms de Leonard Cohen, John Robert Colombo et Dennis Lee. Toutefois, la situation change avec la création, à l’Université de Sherbrooke en 1969, de la revue Ellipse. Celle-ci se donne pour mission de présenter en traduction les œuvres des poètes canadiens-anglais et québécois. En 1980, avec son 26e numéro, Ellipse aura publié en traduction pas moins d’une cinquantaine de poètes. Cette revue a fait naître la traduction poétique au pays en créant un lieu d’échange et des réseaux de sociabilité entre les poètes des deux principaux groupes linguistiques, par exemple entre Gaston Miron et F. R. Scott. Dans les années 1970, une véritable communauté bilingue commence aussi à s’établir, notamment entre auteures et traductrices féministes, les Canadiennes anglaises traduisant les romancières et théoriciennes québécoises. Cette complicité, qui donnera lieu à une réflexion originale sur la traduction, atteindra son apogée dans les années 198076.

  • 77 Voir R. Giguère, « Translations: English to French. To 1981 », dans OCCL, p. 1123-1125.

102Il en va tout autrement du théâtre. Jusqu’aux années 1980, le Canada français néglige la production théâtrale du Canada anglais : à peine 11 pièces de neuf auteurs, dont celles de David Fennario, John Herbert et John Thomas McDonough, sont traduites en français, et presque toutes traitent de Montréal et du Québec77. Plus de pièces de théâtre francophones sont traduites en anglais, en particulier celles de Michel Tremblay.

103L’essai — biographies, livres d’histoire, critique littéraire — est le seul genre où le nombre de titres traduits de l’anglais au français surpasse celui des traductions faites du français à l’anglais. La majorité des quelque 170 titres recensés dans cette catégorie datent des années 1960 et 1970 et sont surtout constitués d’études historiques, culturelles ou sociopolitiques traitant des réalités québécoises. Des essais de Northrop Frye, Peter C. Newman, Marshall McLuhan, Marius Barbeau, Stanley B. Ryerson et Merrill Denison sont également traduits en français.

  • 78 J. J. O’Connor, « Translations: French to English », dans OCCL, p. 1127.
  • 79 Ibid.

104Entre le début du siècle et les années 1960, on publie en moyenne une traduction littéraire du français vers l’anglais par année78. Les deux tiers de cette maigre production sont des romans signés notamment par Louis Hémon, Maurice Constantin-Weyer, Roger Lemelin et Gabrielle Roy. On a maintes fois déploré la piètre qualité de ces traductions souvent faites par des étrangers ignorant la réalité canadienne, et il faudra attendre le milieu des années 1970 avant de voir paraître des traductions de meilleure qualité, grâce entre autres à l’aide financière du Conseil des Arts du Canada. Dans les années 1960, le nombre de traductions vers l’anglais est multiplié par six, parmi lesquelles on compte 27 romans, 5 recueils de poésie, 3 pièces de théâtre et 9 essais, surtout d’histoire et de critique littéraire79. Philip Stratford constate un net progrès dans le domaine du roman :

  • 80 P. Stratford, « Deux littératures à se partager », p. 10.

[A]vant 1900, sept romans québécois ont été traduits ; de 1900 à 1960, 36, soit un peu plus d’un tous les deux ans ; de 1960 à 1970, 20 autres traductions sont venues s’ajouter à la liste, soit une moyenne de deux par année ; de 1973 à 1982, 89 traductions ont été entreprises, soit presque neuf par année80.

Impact du Conseil des Arts du Canada

105Le tableau de la traduction change radicalement avec la création, en 1972, du programme d’aide à la traduction du Conseil des Arts du Canada. Conçu dans un esprit d’unité nationale, ce programme fait faire un bond en avant à la pratique de la traduction au pays. Philip Stratford écrira en 1983 :

  • 81 Ibid., p. 12.

Depuis que le Conseil des Arts a créé son programme en 1972, près de 500 nouveaux ouvrages littéraires ont été traduits, rendement sans précédent. Quarante-cinq maisons d’édition françaises et cinquante anglaises ont collaboré à ce travail réalisé par 110 traducteurs francophones et 100 anglophones, dont une trentaine ont maintenant au moins deux traductions à leur crédit. Changement de grande portée, l’ancien coefficient de 2 contre 1 (deux titres français contre un titre anglais) n’a plus cours. Durant cinq des dix dernières années, plus de livres ont été traduits vers le français que l’anglais, pour des totaux équivalents81.

106Le programme du Conseil des Arts entraîne plusieurs retombées : création des prix de traduction du Conseil des Arts en 1973, fondation de l’Association des traducteurs littéraires en 1975, publication de la première édition de la Bibliographie de livres canadiens traduits de l’anglais au français et du français à l’anglais (1975) de Philip Stratford et Maureen Newman, introduction en 1977 d’une rubrique sur la traduction dans le numéro annuel « Letters in Canada » du University of Toronto Quarterly, amélioration de la qualité de la critique qui tient compte de la spécificité des traductions, amorce d’une réflexion sérieuse sur le sens de la traduction littéraire au pays, enfin apparition de collections vouées à la traduction d’œuvres canadiennes. De plus, des traducteurs indépendants comme Sheila Fischman sont désormais reconnus dans leur propre domaine.

107L’éditeur montréalais Pierre Tisseyre crée la « Collection des deux solitudes », en 1972, afin de faire connaître à ses lecteurs les œuvres les plus importantes de la littérature canadienne-anglaise. Le premier titre à paraître, Klee Wyck (1973) d’Emily Carr, est traduit par Michelle Tisseyre, directrice de la collection, qui y fait traduire des écrivains comme Morley Callaghan, Robertson Davies, Margaret Laurence, Mordecai Richler, Brian Moore et W. O. Mitchell. En 1977, le même éditeur inaugure la « Collection des deux solitudes, juvénile » avec Jacob Deux-Deux et le vampire masqué, captivante histoire pour enfants de Mordecai Richler traduite par Jean Simard. En 1978, cette collection est rebaptisée « Collection des deux solitudes, jeunesse » et sa nouvelle directrice, Paule Daveluy, y publie sa propre traduction des Chemins secrets de la liberté de Barbara Smucker, récit historique sur la filière clandestine pour aider les esclaves noirs américains à fuir vers les États du Nord et le Canada.

108Pour sa part, la maison d’édition montréalaise Harvest House fonde « The French Writers of Canada Series » et publie, dès 1973, des auteurs québécois comme Jacques Ferron (Dr. Cotnoir : A Novel, traduit par Pierre Cloutier) et Anne Hébert (The Torrent : Novellas and Short Stories, traduit par Gwendolyn Moore). Harvest House avait publié auparavant Ethel and the Terrorist (1965) de Claude Jasmin, traduction de David S. Walker. D’autres éditeurs emboîtent le pas, dont McClelland & Stewart, Oberon Press, Coach House Press, Talon Books et, du côté français, les Éditions Héritage, Hurtubise HMH et Québec Amérique. Cette effervescence éditoriale témoigne d’un intérêt accru pour les œuvres traduites. L’évolution de la situation politique au Québec n’est pas étrangère à ce nouvel engouement qui vient s’ajouter à l’aide financière substantielle accordée par le Conseil des Arts du Canada.

109Si la traduction littéraire est, comme certains le pensent, un lieu de rencontre et de dialogue, et bien qu’il soit difficile d’évaluer avec exactitude les répercussions transculturelles d’une traduction, on peut affirmer que d’un point de vue purement quantitatif, en littérature comme en sciences humaines, les « deux solitudes » ont commencé à développer un intérêt l’une pour l’autre dans les années 1970.

La canadianisation de l’enseignement

lucie robert, christl verduyn et janet b. friskney

110L’introduction de contenu canadien dans toutes les matières et à tous les niveaux d’enseignement a fait l’objet de deux rapports : le Rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec (1963-1966), mieux connu sous le nom de rapport Parent, et le rapport Se connaître (1975), rédigé par T. H. B. Symons pour l’Association des universités et collèges du Canada. Dans les premières pages de son rapport, Symons affirme que

  • 82 T. H. B. Symons, To Know Ourselves, vol. 1, p. 12. [Notre traduction.]

l’argument le plus solide en faveur des études canadiennes n’est pas la relation que celles-ci entretiennent avec la préservation ou la promotion de l’identité nationale, de l’unité nationale, de la souveraineté nationale, ou tout autre chose de ce genre. Le raisonnement le plus solide et le plus probant en faveur des études canadiennes est l’importance de se connaître soi-même, la nécessité de comprendre ce que nous sommes, où nous nous situons dans le temps et l’espace, d’où nous venons, où nous allons, ce que nous possédons et ce que sont nos responsabilités envers nous-mêmes et envers les autres82.

111Même si certains défenseurs du contenu canadien dans les programmes scolaires ont accordé plus d’importance à la question de la préservation et de la promotion de l’identité, de l’unité et de la souveraineté, tous conviendront que la connaissance de soi constitue un motif suffisant pour canadianiser les programmes scolaires. Ce désir, qui se manifeste tant au Canada français qu’au Canada anglais dès la fin de la Première Guerre mondiale, se fera encore plus pressant au milieu du siècle. Point de mire des recherches en éducation, cette question sera abordée dans plusieurs ouvrages sur le Canada — et autres outils pédagogiques — qui feront partie intégrante de l’enseignement. Au cours du siècle, le contenu canadien dans le réseau scolaire au Canada touche des sujets aussi variés que le matériel pédagogique, les ressources et le financement des bibliothèques.

  • 83 S. Campbell, « Nationalism, Morality, and Gender », p. 142.

112Avant la Deuxième Guerre mondiale, les débats portent principalement sur l’enseignement de la littérature et de l’histoire canadiennes, matières qui se prêtent le mieux à l’étude du pays et qui ont un lien direct avec la constitution d’une identité culturelle. Au Canada anglais, l’histoire parvient beaucoup mieux que la littérature à se tailler une place dans les programmes. En 1918, l’histoire du Canada est enseignée sur une base régulière au primaire, au secondaire et au postsecondaire. La littérature canadienne, au contraire, est étudiée de façon sporadique et reste marginale pendant quelques décennies encore. Lorne Pierce, directeur de la Ryerson Press, apporte sa contribution dans les deux domaines. Dans les années 1920, il crée des collections comme « The Ryerson Canadian History Readers », « une collection inspirante et libérale comprenant des dizaines de plaquettes sur des héros et événements de l’histoire du Canada ». De plus, il émaille de pièces littéraires canadiennes, comme The Treasury Readers et The Canada Books of Prose and Verse, le contenu de ses cours en littérature anglaise83. Cependant, la littérature canadienne demeure un champ d’études mineur jusqu’aux années 1940. Bien que certains cours ou parties de cours soient offerts par quelques universités au postsecondaire dans les années 1920, la littérature canadienne se trouve souvent reléguée aux activités hors programme d’une poignée de chercheurs intéressés par le sujet. Continuellement qualifiée d’« immature » par comparaison avec la littérature britannique, la littérature canadienne obtient difficilement droit de cité dans les programmes scolaires au pays.

  • 84 L. Groulx, Correspondance, 1894-1967, vol. 3, p. 471, 488, 509, note 12, et 521.

113Au Québec, au début du XXe siècle, l’inculcation de valeurs nationales semblait surtout dirigée vers les enfants, comme l’attestent les études de cas sur les manuels du primaire et les livres de prix signées respectivement par Jacques Michon dans ce chapitre et François Landry dans le chapitre 2, et les œuvres littéraires pour la jeunesse qui mettaient en vedette les héros de l’histoire nationale. Cette orientation n’était pas celle toutefois de l’enseignement supérieur. Contrairement aux historiens du XIXe siècle, comme François-Xavier Garneau et l’abbé Jean-Baptiste-Antoine Ferland, peu d’historiens étaient disposés à rédiger des manuels scolaires pour ce niveau. En octobre 1913, un virulent débat éclata dans les pages du Devoir au sujet de l’état lamentable de la recherche et de l’enseignement de l’histoire canadienne. Henri Bourassa, Émile Chartier et Lionel Groulx84 réclamaient la création d’une chaire d’histoire canadienne, ce qui fut chose faite en 1916 à l’Université Laval de Québec comme à sa succursale de Montréal. Si, depuis le début du siècle, les universités québécoises ont développé des programmes à vocation professionnelle et des cours publics de littérature et d’histoire, après la Deuxième Guerre mondiale on voit apparaître quelques structures de recherche, comme les Archives de folklore de l’Université Laval, en 1944, et l’Institut d’histoire de l’Amérique française, en 1946. Même si elles serviront d’assises au renouvellement des programmes à partir de 1970, ces institutions sont financièrement dépourvues et peu organisées sur le plan pédagogique.

114Au début du siècle, l’enseignement de la littérature canadienne-française s’en sortait tout de même mieux. Le Congrès de l’enseignement secondaire qui a eu lieu à Québec en 1906 avait adopté la proposition d’inscrire la littérature canadienne au programme des examens du baccalauréat ès arts. C’est d’ailleurs pour répondre à ce besoin que l’abbé Camille Roy, professeur au Petit Séminaire de Québec et à l’Université Laval, qui avait fait paraître en 1904 son célèbre article sur « La nationalisation de la littérature canadienne », publia le Tableau de l’histoire de la littérature canadienne-française qui a connu onze éditions de 1907 à 1939 et plusieurs réimpressions subséquentes jusqu’en 1962 ; les sœurs de Sainte-Anne l’adapteront par la suite en profondeur pour l’enseignement dans les collèges féminins. Toutefois, et malgré ce succès, l’enseignement de la littérature canadienne au secondaire demeure marginal. À partir de 1920, la formation littéraire est centrée sur la littérature française, qui remplace la littérature latine comme première discipline.

  • 85 Canada, Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Cana (...)
  • 86 S. Djwa, Professing English, p. 311; F. R. Scott, « Introduction », p. 8-9.
  • 87 R. McDougall, « The Reprinting of Canadian Books », et J. McClelland, « The Reprinting of Canadian (...)
  • 88 J. Wadland, « Voices in Search of a Conversation », p. 58.

115La commission Massey (1949-1951) constitue un point tournant dans la prise de conscience du public concernant l’existence d’une vie culturelle canadienne. Bien que cela ne fasse pas à proprement parler partie de son mandat, la commission souligne l’effet délétère de la forte influence américaine qui s’exerce sur les réseaux scolaires des provinces anglophones par le biais de programmes de formation des maîtres et l’usage excessif de manuels scolaires américains. « Sans l’hospitalité des Américains, ironise-t-on dans le rapport de la commission, nous aurions peut-être été forcés, au Canada, de rechercher des idées et des méthodes [ainsi que du matériel] d’enseignement plus conformes à notre propre mode de vie85. » La publication du rapport est suivie, en 1955, d’un congrès réunissant, à la Queen’s University, des écrivains canadiens-anglais de renom qui conviennent « de donner une place plus importante à la littérature canadienne dans les programmes scolaires, les manuels, les collèges et les universités, et de soutenir les bibliothèques canadiennes86 ». Les délégués prônent également la réédition d’œuvres canadiennes en format bon marché, idée qui reçoit l’appui deux ans plus tard de l’Association des bibliothèques de l’Ontario/Ontario Library Association, laquelle organise même un débat sur la question entre l’éditeur Jack McClelland et le spécialiste de littérature canadienne Robert McDougall. Si McClelland se fait l’avocat du diable, il n’en lance pas moins, en 1958, sous la direction générale de Malcolm Ross, la collection « New Canadian Library », offrant un choix de rééditions en format de poche à prix abordable qui rendra possible l’enseignement de la littérature canadienne à plus grande échelle87. McClelland poursuit la même idée en 1963 avec une deuxième collection de livres de poche, « Carleton Library », en collaboration avec l’Institut d’études canadiennes de la Carleton University. Celle-ci comprend des biographies, des mémoires, des journaux intimes et des documents gouvernementaux appelés à servir d’outils pédagogiques de recherche sur le Canada dans un grand nombre de disciplines88.

116Au Québec, jusqu’en 1960, la canadianisation de l’enseignement se réalise, mais par à-coups, selon la bonne volonté de quelques professeurs ou administrateurs et sans coordination réelle ni effets durables. En 1963-1966, le rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, dont l’effet sur la restructuration du système scolaire sera fondamental, note le caractère révolu des méthodes pédagogiques et des manuels qui restent empreints d’images de la vie agricole et de valeurs religieuses surannées. Même si la Commission reconnaît que le système d’éducation traditionnel a toujours favorisé l’importation, les commissaires ne recommandent pas immédiatement une canadianisation des ouvrages pédagogiques. Ils conseillent au contraire l’importation de manuels européens, français ou belges, de meilleure qualité. Toutefois, ils n’accordent à ces derniers qu’un rôle d’appoint dans la formation scolaire. En rompant ainsi avec un enseignement fondé sur le manuel, remplacé par une pédagogie du livre centrée sur les besoins de l’élève et qui tient compte à la fois de l’importance de la culture nationale et de la culture populaire, la Commission change les règles du jeu. Si la plupart des livres proposés aux élèves sont le plus souvent importés de France, les mesures visant la diffusion du livre comme outil pédagogique ont des effets positifs sur l’industrie locale. Les éditeurs, distributeurs et libraires sont nombreux à saisir l’occasion qui se présente à eux. Outre la production de nouveaux manuels, toujours soumis à l’approbation de l’État, on voit se déployer progressivement une importante industrie du livre destiné à la jeunesse, diffusé par l’école, bien qu’à la marge des programmes d’enseignement. Dans la formation littéraire également, on tend à remplacer l’usage du manuel et de l’anthologie par des textes étudiés en version intégrale, donnant ainsi une impulsion décisive à la diffusion du livre de poche.

  • 89 J. Melançon, « L’enseignement littéraire et ses effets de marché », p. 122.

117Les cours de français dans le programme des cégeps, fondés en 1967, ont eux aussi des conséquences immédiates sur la diffusion du livre québécois. En effet, dès ses débuts, l’enseignement du français s’y organise autour d’un tronc commun de quatre cours obligatoires, consacrés respectivement à la poésie, au roman, au théâtre et à l’essai. Dès 1973, les membres de la coordination provinciale du français proposent qu’on y étudie surtout des œuvres québécoises contemporaines, bien que le choix des auteurs et des œuvres singulières soit laissé à l’initiative des professeurs. L’incidence d’une telle mesure sur le marché du livre est considérable et l’on estime à près de 2 800 000 le nombre de livres vendus pour les seuls besoins de cette formation entre 1967 et 198789. L’enseignement de l’histoire ne fait pas l’objet de semblables mesures. Faute d’un consensus sur la nature même de l’histoire à enseigner, c’est la philosophie qui sera choisie comme discipline commune obligatoire.

  • 90 Canada, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport, vol. 2, p. 2 (...)
  • 91 Canada, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport, vol. 2, p. 2 (...)
  • 92 A. B. Hodgetts, What Culture? What Heritage?, p. 1, 44, 5-6, 43, 103.

118En dépit de changements notables au niveau postsecondaire durant les années 1950 et 1960, le contenu scolaire canadien et la place que celui-ci occupe au primaire et au secondaire continuent d’être une source de préoccupation. Au moment de sa parution, en 1968, le deuxième volume du Rapport de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme considère l’histoire du Canada comme un domaine problématique. L’étude de manuels d’histoire du Canada effectuée pour le compte de la Commission affermit le sentiment général que cette matière, telle qu’elle est enseignée dans les écoles primaires et secondaires, « tend à maintenir et même à renforcer les stéréotypes culturels90 ». Après avoir souligné qu’« [o] n enseigne l’histoire dans les écoles parce qu’elle contribue, croit-on, à la formation des citoyens de demain », le rapport recommande qu’à l’avenir, sans éliminer les différences culturelles entre Français et Anglais, « l’étude de notre histoire devrait ouvrir aux valeurs positives de l’autre culture, et de notre patrimoine culturel commun91 ». La même année, dans un livre intitulé What Culture ? What Heritage ?, A. B. Hodgetts critique durement la manière d’enseigner l’histoire dans les écoles de langue anglaise, alors qu’au primaire, par exemple, l’histoire des États-Unis et de la Grande-Bretagne continue d’être prépondérante dans les salles de classe. Fruit d’une « enquête menée pendant deux ans sur l’enseignement de l’histoire canadienne, des sciences sociales et du civisme dans les écoles primaires et secondaires des dix provinces », l’étude d’Hodgetts confirme « un usage très peu fréquent de contenu canadien sur les tableaux d’affichage, l’échec à tirer profit de la révolution du livre au format de poche, et d’autres détails du même genre ». Hodgetts réitère la nécessité, déjà soulignée par des études antérieures aux paliers provincial et fédéral, de procéder à une révision de ces manuels. Pendant ce temps, « dans les bibliothèques scolaires, les revues et journaux américains surpassent en nombre les périodiques canadiens dans une proportion de près de trois pour un » alors que « seulement 10 % des salles de classe visitées affichent des cartes historiques canadiennes ». Finalement, de nombreux historiens et politologues expriment franchement leur manque d’intérêt pour la matière enseignée aux niveaux inférieurs et pour le contenu canadien en général, indifférence qui produira des diplômés universitaires mal outillés pour enseigner l’histoire canadienne aux élèves du primaire et du secondaire92.

  • 93 A. B. Hodgetts and P. Gallagher, Teaching Canada for the ‘80s, p. 1-2.
  • 94 Ibid., p. 2.
  • 95 BAC, MG 31, D 190, Robin Mathews fonds, « Research, Curriculum, Scholarship, and Endowment in the (...)

119La publication du livre What Culture ? What Heritage ? a joué également un rôle dans la création de la Canada Studies Foundation, en 1970, une organisation dont la mission est de trouver des façons d’améliorer la qualité des études canadiennes dans les écoles primaires et secondaires par l’élaboration de matériel scolaire et d’autres initiatives93. Malheureusement, ce matériel sera peu utilisé, faute d’être approuvé par les autorités provinciales. Néanmoins, au moment de publier une mise à jour, Teaching Canada for the ‘8os (1978), Hodgetts et Gallagher observent une hausse substantielle des études canadiennes au cours des années 1970 et en attribuent le mérite « au travail de la Fondation et aux activités et intérêts d’un grand nombre d’autres organisations et éducateurs dévoués94 ». Robin Mathews et James Steele, dans The Struggle for Canadian Universities (1969), préconisent la canadianisation des universités du pays, en commençant par l’embauche d’un plus grand nombre de professeurs canadiens qui soient davantage convaincus de la pertinence et de la légitimité d’aborder un contenu les concernant directement. Les livres d’Hodgetts et de Mathews et Steele sont à l’origine de la création de l’Association des études canadiennes, en 1973, une société savante ayant pour but d’initier et de soutenir la recherche, la publication, l’enseignement, la communication et la formation universitaires, et qui mettra un accent particulier sur les perspectives interdisciplinaires et multidisciplinaires. De manière similaire, la communication présentée par Mathews en 1972 sur l’état de l’enseignement et de la recherche en littérature canadienne au postsecondaire a favorisé la fondation, aussi en 1973, de l’Association des littératures canadiennes et québécoise, une organisation vouée à la promotion de la recherche dans les deux langues95.

  • 96 T. H. B. Symons, To Know Ourselves, vol. 1, p. 1.

120Président de la Commission des études canadiennes de 1972 à 1984, T. H. B. Symons reçoit le mandat d’« enquêter […] sur l’état de l’enseignement et de la recherche dans diverses disciplines touchant le Canada, préparer un rapport sur le sujet et faire des recommandations », y compris sur « le nombre et le contenu des cours proposés » et sur « le lieu et l’importance des collections des bibliothèques96 ». Contrairement aux personnes qui ont entrepris des études semblables à la demande des gouvernements provinciaux ou fédéral, et qui ont donc dû se montrer sensibles aux frontières constitutionnelles, le fait que Symons soit mandaté par l’Association des universités et collèges du Canada lui donne toute la latitude voulue pour faire des évaluations de nature transprovinciale. Dans son volumineux rapport en trois tomes, Se connaître, Symons fait état du contenu canadien dans un ensemble de disciplines universitaires et de programmes de collèges, y compris les sciences. Le rapport constate des lacunes dans l’enseignement et la recherche sur le Canada dans de nombreux domaines. Ce constat déclenche une réforme des programmes scolaires dans les écoles, les collèges et les universités de langue anglaise à travers tout le pays. Par exemple, avec plus de 8 000 000 $ versés par son Heritage Trust Fund, l’Alberta élabore toute une gamme de matériel pédagogique canadien, ce qui donne à des auteurs, illustrateurs et réviseurs canadiens, de même qu’à des éditeurs régionaux, la chance de faire leurs preuves. Ce financement comprend des subventions à la University of Alberta Press afin de stimuler la publication d’ouvrages sur le Canada. De leur côté, les ministères de l’Éducation du Manitoba et de l’Île-du-Prince-Édouard publient respectivement In Search of Canadian Materials (1978) et Readings in Prince Edward Island History (1976).

  • 97 M. McCormack, « Preserving and Providing Access to Canada’s Printed Heritage », p. 7 et 9.
  • 98 J. E. Page, Reflections on the Symons Report, p. 5-6, 190 et 14.
  • 99 T. H. B. Symons et J. E. Page, Some Questions of Balance, p. 2.

121Du point de vue de la recherche, l’une des principales retombées du rapport Se connaître est la création, en 1978, de l’Institut canadien de microreproductions historiques (ICMH)/Canadian Institute for Historical Microreproductions (CIHM), connu aujourd’hui sous le nom de Canadiana. org. À partir d’une subvention initiale de 2 000 000 $ du Conseil des Arts du Canada, l’ICMH a pour mandat de préserver les ressources bibliographiques par le biais d’un projet à grande échelle de reproduction sur microfilms des imprimés canadiens ou relatifs au Canada parus avant 190097. La publication par le ministère des Affaires extérieures, pour distribution à l’étranger, de plusieurs bibliographies faisant état des ressources en études canadiennes et la décision de la Bibliothèque nationale du Canada d’étoffer et d’étendre ses « services bibliographiques, de référence et de prêt […] afin de faciliter le développement des études canadiennes98 » constituent également d’autres retombées positives de ce rapport. Pourtant, au moment où James E. Page réexamine la situation à la fin de la décennie, dans Reflections on the Symons Report : The State of Canadian Studies in 1980, il conclut qu’en dépit de la formidable réponse aux recommandations du rapport Se connaître, il reste encore beaucoup à faire pour assurer la vigueur des études canadiennes dans le réseau scolaire. C’est dans les universités que l’urgence se fait le plus sentir. Page travaillera de concert avec Symons pour terminer le volume 3 du rapport de la Commission des études canadiennes. Cet ouvrage intitulé Où trouver l’équilibre ? Ressources humaines, enseignement supérieur et études canadiennes (1984) se penchera sur les questions propres aux études postsecondaires, notamment sur les ressources humaines requises pour soutenir l’enseignement et la recherche en études canadiennes, et l’on concluera qu’il y a « peu de domaines d’enseignement ou de recherche sur le Canada qui ont été plus négligés au Canada que celui de l’enseignement supérieur99 ». Si les étudiants des universités ont peu accès au contenu canadien, comment peut-on espérer que les futurs enseignants parmi eux puissent recevoir une formation appropriée au primaire et au secondaire ?

122Au Québec, la restructuration du système scolaire dans les années 1960 favorise la formation à l’étranger, surtout en Europe et aux États-Unis, de nombreux étudiants de 2e et 3e cycle. De retour au pays, ces diplômés repensent en profondeur l’enseignement universitaire, en particulier en sciences humaines, mais aussi en arts et en lettres. Avec les compétences acquises à l’étranger, ils entreprennent de vastes programmes de recherche et, dans la mouvance politique de l’époque, ils recentrent les contenus de l’enseignement vers des enjeux nationaux. En 1971, l’Université Laval accueille sa première cohorte d’étudiants dans des programmes spécialisés en littérature québécoise. En 1977, à l’instar d’autres universités, l’Université du Québec à Montréal crée un programme de 3e cycle en histoire canadienne. Le mouvement se fait sentir jusqu’en Acadie et dans l’Ontario français, bien qu’il s’agisse là davantage de cours spécialisés que de programmes complets. Dans la foulée de ces événements, les universités francophones lancent des revues savantes consacrées à la culture québécoise et ouvrent des centres de recherche spécialisés. Grâce à la création de l’Association des études canadiennes en 1973, du Conseil américain des études québécoises en 1980 et de l’Association internationale des études québécoises en 1997, les universités francophones contribueront également au développement des études canadiennes et québécoises à l’étranger.

123Née d’une conjoncture particulière où le redéploiement des structures scolaires se conjugue à la montée d’un nationalisme moderne, la canadianisation de l’enseignement fait un bond considérable dans les années 1960 à 1980. Au Québec comme au Canada anglais, cette avancée est du primaire à l’université d’abord et avant tout l’œuvre de professeurs. Durant les deux dernières décennies du XXe siècle, ces individus continueront à faire la promotion d’un contenu canadien en dépit de l’absence d’une volonté politique cohérente de la part des gouvernements municipaux, provinciaux ou fédéral.

étude de cas. Le corpus canadien dans les manuels du primaire

— Jacques Michon

  • 100 Voir M. Cambron, « Présence de la littérature nationale dans l’enseignement primaire au Québec ».

124La canadianisation de l’enseignement par le biais du manuel scolaire fait partie des stratégies des élites cléricales canadiennes-françaises de la première moitié du XXe siècle. Si les étudiants du cours classique bénéficient du Tableau de l’histoire de la littérature canadienne-française (1907) de l’abbé Camille Roy et surtout de ses Morceaux choisis d’auteurs canadiens (1934), les élèves de l’enseignement primaire, eux, ont alors accès à des textes d’auteurs canadiens-français dans leurs propres manuels de français. Dans ces ouvrages publiés par les congrégations religieuses catholiques du Québec, la présence de la littérature nationale croît de façon régulière de 1918 à 1960. Des pages extraites d’œuvres d’auteurs canadiens y sont proposées pour la lecture et l’analyse, la récitation à haute voix ou l’illustration de règles de grammaire et de composition. Les textes d’auteurs canadiens y côtoient sans distinction des textes d’auteurs français. Ainsi, dans Langue française, code grammatical et préceptes littéraires (Montréal, 1929) des Frères des écoles chrétiennes, manuel destiné au cours primaire supérieur, on peut lire aussi bien des extraits d’œuvres de Philippe Aubert de Gaspé, Louis Fréchette, Pamphile Le May, Camille Roy, que de Jean Racine et Jean de La Fontaine100. Présents dans tous les manuels de français du cours primaire, de la première à la septième année, les textes d’auteurs canadiens-français constituent avant 1960 un corpus qui représente de 25 à 75 % des textes retenus. Cette opération, qui met les élèves en contact avec la littérature canadienne-française dès le plus jeune âge, vient s’ajouter au système des livres de prix distribués à la fin de chaque année scolaire, abordé au chapitre 2 par François Landry.

125Après la création du ministère de l’Éducation du Québec en 1964, au moment où le secondaire n’est plus confiné au cours classique mais accessible à tous, les objectifs de la formation du primaire changent, de même que le contenu des manuels qui y sont destinés. Dorénavant, les manuels ne contiennent plus de textes tirés du corpus des grands auteurs littéraires, mais renferment des morceaux de littérature enfantine souvent fabriqués sur mesure à des fins pédagogiques. Ainsi, les élèves du primaire ne sont plus mis en contact avec les œuvres patrimoniales, mais plutôt avec des textes adaptés à leur classe d’âge. D’ailleurs, dans le programme de français du ministère de l’Éducation de 1979, la littérature nationale n’occupe plus qu’une position marginale. Cette décision est désormais laissée à l’initiative des enseignants du secondaire et du cégep. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, les éditeurs qui publient des ouvrages destinés au marché collégial offrent toutefois de nombreuses anthologies de textes littéraires québécois couvrant tous les siècles et provenant d’un large éventail de genres. Ce qui tend à démontrer que les enseignants continuent tout de même d’accorder une place à la littérature québécoise dans leur enseignement.

Le livre et la cohésion sociale

jennifer j. connor

  • 101 Ladies Auxiliary of the Lunenburg Hospital Society, Dutch Oven: A Cook Book of Coveted Traditional (...)
  • 102 E. Fowke, « A Personal Odyssey », p. 46.
  • 103 F. M. Mealing, compte rendu de Sbornik: Dukhoborcheskikh Psalmov, Sitkhov i Pesen (A Collection: D (...)

126« La collaboration de toute la communauté a été nécessaire à la composition de ce livre », déclarent les éditeurs de Dutch Oven : A Cook Book of Coveted Traditional Recipes from the Kitchens of Lunenburg (voir illustratrion 1.5)101. Produit par la Ladies Auxiliary of the Lunenburg Hospital Society de Nouvelle-Écosse en 1953, ce titre illustre comment une communauté peut se représenter elle-même par le moyen de l’imprimé. Qu’elles soient d’envergure locale, régionale ou nationale, la collecte et la publication de recettes personnelles, de récits historiques ou traditionnels et de chants folkloriques contribuent à la formation d’une identité collective. Les compilateurs de ces travaux peuvent être aussi bien des sociétés pharmaceutiques disséminant la culture locale pour faire connaître leurs produits, des universitaires qui envisagent la culture populaire comme un objet d’étude scientifique, que des passionnés de la communauté soucieux de partager leur héritage afin d’en sauvegarder les traditions et de les transmettre aux générations futures. Si certains compilateurs estiment rendre son patrimoine à la communauté pour le faire partager à nouveau grâce au livre102, d’autres membres de la communauté jugent parfois que la nature statique de l’imprimé s’oppose à la vitalité des formes orales d’expression103.

  • 104 E. Fowke et C. H. Carpenter, A Bibliography of Canadian Folklore, p. ix.
  • 105 Voir J.-N. De Surmont, La bonne chanson.

127Chez les Canadiens de langue française, un intérêt scientifique de longue date a inspiré entre 1918 et 1980 une douzaine de compilateurs importants dont les efforts ont permis la conservation de plus de documents sur les traditions canadiennes-françaises que sur celles de tout autre groupe104. Le pionnier le plus connu des études folkloriques au pays reste Marius Barbeau, ethnologue à l’emploi du Musée national du Canada à Ottawa, qui a donné naissance au sentiment d’héritage folklorique national. Grand collectionneur de pièces amérindiennes, canadiennes-anglaises et canadiennes-françaises, il publiera des livres qui lui vaudront six fois le prix David et, en 1950, la médaille Lorne-Pierce de la Société royale du Canada pour sa contribution exceptionnelle à la critique et à la littérature d’imagination au Canada. Le Musée a été l’éditeur courant de l’œuvre de Barbeau, œuvre qui a servi d’assise à la publication durable d’une solide série de travaux en anthropologie. Ainsi, ses Folk-songs of Old Quebec (1935), qui constituent le Bulletin no 75, proposent 15 chansons en français et leur traduction anglaise. Le Musée publie aussi des bulletins unilingues français, comme La littérature orale en Gaspésie (1955) de Carmen Roy, l’une des employées du Musée ; en plus d’un essai savant, cette publication qui constitue le Bulletin no 134 comprend un catalogue de chansons, des proverbes, des contes, des présages et conjurations et des médications populaires. Parmi les autres savants compilateurs, mentionnons Luc Lacourcière et Germain Lemieux qui, en plus de recueillir les contes et les chansons du Québec et du Nord ontarien, publient deux collections : Les archives de folklore (Montréal, 1946-1950) et Les vieux m’ont conté : contes franco-ontariens (Montréal, 1973-). La bonne chanson de Charles-Émile Gadbois a constitué l’une des plus persistantes collections francophones avec la parution de 10 recueils de mélodies traditionnelles destinées aux écoliers et au grand public, puisées à diverses sources imprimées et publiées à Saint-Hyacinthe dans les années 1940105.

1.5 Dutch Oven: A Cook Book of Coveted Traditional Recipes from the Kitchens of Lunenburg (Lunenburg, N.-É., Lunenburg Hospital Society, Ladies’ Auxiliary, 1953). Ce livre de recettes, qui a fêté son demi-siècle en 2003, se vend encore à la boutique de l’hôpital de Lunenburg et en librairie un peu partout au Canada. (Fishermen’s Memorial Hospital Auxiliary et Una Abrahamson Canadian Cookery Collection, University of Guelph Library.)

  • 106 H. Creighton, A Life in Folkore, p. 63 et 80.

128Au Canada anglais, la collecte systématique du patrimoine local pour une diffusion régionale et nationale commence à s’imposer dans les années 1920 avec la publication de volumes par des presses universitaires et commerciales, aussi bien que gouvernementales par l’entremise du Musée national du Canada. Les collectionneurs rassemblent d’abord des pièces provenant des régions de l’Est et du Centre, colonisées depuis plus longtemps. La Harvard University Press publie Ballads and Sea Songs from Nova Scotia (1928) de W. Roy Mackenzie, tandis que Dent fait paraître à Toronto Songs and Ballads from Nova Scotia (1932) d’Helen Creighton. Le recueil de Creighton, en particulier, est diffusé dans le but de promouvoir l’identité nationale. Les écoles de Nouvelle-Écosse l’adoptent, on l’offre aux dignitaires de passage et on le met bien à la vue dans les bureaux et services gouvernementaux du Canada à l’étranger106. Au cours des trois décennies suivantes, Creighton publie huit autres recueils de chansons et de contes régionaux, collaborant même à un livre en gaélique. Lorsque Marius Barbeau, Arthur Lismer et Arthur Bourinot font paraître au Musée national du Canada Come A Singing ! Canadian Folk-Songs (1947, Bulletin no 107), ils reprennent des œuvres réunies par Creighton et Mackenzie en plus de celles faisant partie des collections du Musée. Cette sélection a inspiré un fort sentiment d’appartenance en mettant en vedette des lieux typiquement canadiens, comme Barrington Street et Citadel Hill à Halifax ou la vallée de la Rivière Rouge au Manitoba.

  • 107 E. Fowke, « A Personal Odyssey », p. 41.

129Dans les années 1950, Edith Fowke s’impose comme la compilatrice par excellence des traditions du Canada anglais. Elle publie ses premiers ouvrages, Folk Songs of Canada (1954) et Canada’s Story in Song (1960), de concert avec des musiciens dans l’espoir de « stimuler l’enseignement de l’histoire canadienne107 ». Parmi ses nombreux livres (et disques), signalons Traditional Singers and Songs from Ontario (1965) et Lumbering Songs from the Northern Woods (1970). Vers la fin des années 1970, Fowke enseigne à l’Université York et publie des livres sur les contes et autres formes d’expression du folklore canadien destinés tant aux universitaires qu’au grand public. Les livres de Fowke constituent d’importants ouvrages de référence pour les enseignants de l’élémentaire et du secondaire, et offrent des connaissances avancées sur le patrimoine populaire canadien utiles dans les institutions post-secondaires.

  • 108 Le Musée national du Canada deviendra le Musée national de l’Homme en 1968, puis le Musée canadien (...)

130À partir des années 1960, les bulletins d’anthropologie du Musée national du Canada proposent des chansons provenant de régions périphériques et de groupes ethniques spécifiques. Les Songs of the Newfoundland Outports de Kenneth Peacock paraissent en trois volumes en 1965. La même année, on publie les Folk Ballads and Songs of the Lower Labrador Coast de MacEdward Leach. Un autre recueil de Peacock, Twenty Ethnic Songs from Western Canada (1966), comprend des chansons doukhobors, mennonites, hongroises, ukrainiennes et tchèques dans le texte original avec traduction anglaise. En 1970, Robert Klymasz opte pour une formule semblable dans An Introduction to the Ukrainian-Canadian Emigrant Folksong Cycle, mais les chansons y prennent plus de relief grâce à l’inclusion d’enregistrements sonores. Après le changement de nom du Musée en 1968108, le Centre d’études sur la culture traditionnelle lance une nouvelle série ; parmi ses premières études, mentionnons la synthèse de Carole Henderson Carpenter intitulée Many Voices : A Study of Folklore Activities in Canada and Their Role in Canadian Culture (1979), qui en constitue le Document no 26.

  • 109 N. V. Rosenberg, « The Gerald S. Doyle Songsters », p. 46.

131Les publications de folklore sont déterminées par les motifs des collectionneurs et les auditoires visés. Les distributeurs commerciaux du patrimoine communautaire les plus présents sont les sociétés pharmaceutiques. Pour attirer les clients, ces compagnies ajoutent dans leurs brochures et almanachs des contes, des chansons et des témoignages locaux à l’habituel fatras de prétendues guérisons, de conseils ménagers, de recettes, de calendriers et de courts essais. Ainsi, le recueil Old-Time Songs and Poetry of Newfoundland de Gerard S. Doyle, qui a fait l’objet de cinq éditions depuis 1927, a fortifié le profond sentiment d’identité des Terre-Neuviens. Distribués gratuitement dans toute la province par la société pharmaceutique Doyle, ces livres sont devenus des « biens fort appréciés dans les foyers109 ». Le recueil de Doyle, qui s’est inspiré de feuilles volantes et de chansonniers préalablement publiés à St. John’s, a ravivé l’intérêt pour les chansons locales.

  • 110 J. J. Connor, « The Legend of Joseph Montferrand ».

132Parallèlement aux compilations des entreprises commerciales et des spécialistes, plusieurs particuliers publient les histoires et les traditions de leur communauté. La légende de Jos Montferrand, l’homme fort de la vallée de l’Outaouais devenu pour la cause Joe Mufferaw, fournit un exemple où se conjuguent histoire locale, tradition canadienne-française et vulgarisation canadienne-anglaise. Résident de la région, Bernie Bedore publie ses propres histoires invraisemblables sur Mufferaw dans les années 1970, tandis que Joan Finnigan s’inspire des fables de Bedore et compile des anecdotes d’autres résidents dans diverses publications comme “I Come from the Valley” : The Ottawa Valley (1976), paru à Toronto chez NC Press110. Vers la même époque, Breakwater Books de Terre-Neuve lance une collection sur les traditions et le folklore des provinces atlantiques, « Canada’s Atlantic Folklore and Folklife », dans laquelle paraissent des recueils inédits qui se veulent un reflet « plus fidèle de la culture que nous nous efforçons de préserver », précise l’éditeur sur la jaquette de couverture du livre de recettes de Len Margaret intitulé Fish & brewis, toutens & tales : Recipes and Recollections from St. Leonard’s, Newfoundland (1980), qui fait partie de cette collection.

133Le folklore tient aussi une place dans les publications en série produites par les sociétés d’histoire locale et régionale, tels les rapports annuels et les cahiers de la Waterloo Historical Society (1913-). La Pennsylvania German Folklore Society of Ontario, qui publie Canadian German Folklore (Kitchener, 1961-1989), insuffle une volonté de cohésion à ce groupe ethnique en Ontario, en partie par le moyen d’études historiques sur l’édition allemande dans la région de Kitchener-Waterloo. Tirant peut-être parti du sentiment renforcé d’identité nationale dans le sillage des célébrations du centenaire de la Confédération en 1967, tout en y contribuant par l’évocation nostalgique de la patrie, les éditeurs installés en Ontario dans les années 1970 proposent des réimpressions en fac-similé des premiers imprimés historiques canadiens. À Toronto, Coles publie plusieurs titres en livre de poche, dont Of Toronto the Good (1970, c1898) de C. S. Clark, Smith’s Canadian Gazetteer (1972, c1846) de W. H. Smith et Hochelaga Depicta, Or the Early History of Montreal (1974, c1846) de Newton Bosworth. À Belleville, en Ontario, Mika Press se spécialise dans l’histoire locale, donnant une réimpression en fac-similé de The Settlement of Upper Canada (1971, c1869) de William Canniff et des réimpressions d’atlas de comtés enrichies de nouvelles études historiques.

  • 111 B. Powell, « Saskatchewan Community Histories ».

134Par tout le Canada rural, la compilation et la publication de récits historiques régionaux sont souvent inspirées par la célébration de jubilés ou de centenaires et prises en charge par des groupes locaux de femmes dont les efforts sont parfois guidés par des imprimeries comme celle de Friesens, étudiée par Linda Bedwell au chapitre 13. Critiquant en bloc les 1 000 volumes et plus de cette nature qui se trouvent dans la Bibliothèque de l’Assemblée législative de la Saskatchewan, Barbara Powell écrit : « Ils glorifient le passé lointain et fortifient l’identité communautaire par un effort collectif d’écriture111. »

  • 112 Voir E. Driver, « Les livres de cuisine ».

135Les recueils communautaires sont souvent des brochures à petit tirage, réalisées par des imprimeurs locaux et dont la présentation matérielle est peu soignée et souvent sans date ni pagination. Ces publications éphémères, distribuées dans les commerces locaux, sont par conséquent plus susceptibles de se retrouver dans les archives régionales que sur les tablettes des grandes bibliothèques. Pendant tout le XXe siècle, les membres de plus petites entités spécialisées — particulièrement les bénévoles de paroisses ou d’hôpitaux — perpétuent un usage qui s’est imposé au XIXe siècle en imprimant des recueils de leurs propres recettes, généralement pour collecter des fonds112. Pour revenir à l’exemple cité en début de texte, la Ladies Auxiliary of the Lunenburg Hospital Society produit elle-même Dutch Oven, un livre de recettes si populaire qu’il connaîtra 17 réimpressions en 1983. Réunissant des recettes de membres dont le nom est généralement publié, les ouvrages de ce genre contiennent souvent des conseils ménagers et des annonces de marchands locaux. Il arrive qu’un livre de recettes se réclame d’un objectif communautaire, par exemple les profits de la vente de Our Ladies’Choice Cook Book (vers 1978), compilé par la Girls Friendly Society de Bonavista à Terre-Neuve, seront versés au fond de construction de la nouvelle église anglicane du village. Composées typographiquement dans les années 1920 et 1930, les publications communautaires plus tardives (comme les bulletins ultérieurs du Musée national) sont produites à partir de textes dactylographiés, sous couverture de papier. Des publications comme Dutch Oven réunissent des recettes écrites à la main par les collaborateurs eux-mêmes ; dans Guelph Community Cookbook (1977), les recettes de ce genre côtoient des conseils ménagers dactylographiés et comprennent tous les éléments d’un livre incluant une table des matières et des remerciements.

1.6 Le Passe-temps (Montréal, Éditions du Passe-temps), numéro de juillet 1946. Publié de 1895 à 1949, ce périodique musical pour toute la famille détient le record canadien de longévité dans sa catégorie. (BAC/LAC, Division de la musique, e003895007.)

  • 113 Donald J. C. Phillipson, « Gibbon, John Murray », dans EC (2000), p. 1063-1064.

136Tout au long du XXe siècle, les recueils d’informations et de traditions locales sous forme de livres, de brochures et de certains magazines (voir illustration 1.6) nourrissent et maintiennent l’identité des communautés locales dispersées sur le territoire canadien. Aux publications familières comme les livres de recettes communautaires s’ajoutent les recueils de chansons et de contes publiés par des spécialistes et les histoires de collectivités qui en marquent la chronologie. Ensemble, les ouvrages de ce genre fortifient le sentiment d’unité nationale en favorisant un rapprochement entre des régions très éloignées et des groupes culturels différents. Les documents imprimés, tant sur les plans local que national, contribuent à la constitution d’une identité complexe, qualifiée par John Murray Gibbon — collègue de Marius Barbeau, publiciste du Canadien Pacifique et organisateur de nombreux festivals de folklore dans les hôtels du CP — de Canadian Mosaic (1938)113.

La représentation du Canada dans les livres d’art

jo nordley beglo

137Les livres d’art canadiens et les catalogues d’expositions ont permis de saisir et de diffuser des images durables du Canada : les paysages, les villes, les monuments et les gens représentés par des peintres et d’autres artistes des arts visuels. Par leurs activités et leurs publications, les institutions culturelles du pays ont joué un rôle essentiel dans la reconnaissance des images qui allaient un jour définir le Canada. Constituée en vertu d’une loi fédérale de 1913, la Galerie nationale du Canada, qui deviendra le Musée des beaux-arts du Canada en 1984, met très vite en œuvre un programme de prêts d’expositions sans précédent parmi les musées nationaux du monde. Pendant l’entre-deux-guerres, les arts visuels connaissent un essor renouvelé grâce à l’agrandissement de l’Art Gallery of Toronto (1926), à la construction d’un nouveau musée à Vancouver (1931) et à l’ouverture du Musée de la province de Québec (1933). En Ontario, au Manitoba, en Alberta et dans les Maritimes, de nouvelles sociétés artistiques viennent s’ajouter à des institutions bien établies comme l’Art Association of Montreal, l’Académie royale des arts du Canada et l’Ontario Society of Artists. Ces organismes appuient un nombre toujours croissant d’expositions et de publications. En 1980, des images comme La ferme (1854) de Cornelius Krieghoff, Le pin (1916-1917) de Tom Thomson et le Big Raven (1928) d’Emily Carr font partie d’un vocabulaire visuel collectif reconnu ici et à l’étranger comme intrinsèquement canadien. Ces œuvres circulent aussi bien par le biais d’ouvrages luxueux que de calendriers ou de timbres-poste.

  • 114 [M. Waddington], Canadian Souvenir View Albums.
  • 115 M. Langford, « Introduction ». Voir aussi P. Couvrette, « National Film Board Stills Division »; A (...)

138Avant la Première Guerre mondiale, les paradigmes européens de sujets et de techniques du XIXe siècle influaient sur la peinture comme sur la photographie, surtout dans un genre particulier de publication : l’album-souvenir de photos du Canada. Souvent illustrés par des photographes anonymes et destinés aux touristes, aux colons et aux investisseurs potentiels, ces ouvrages ont été populaires des années 1880 aux années 1930. On y présentait des « vues utopiques des richesses et du progrès » des grandes villes du Dominion en cette ère de croissance et de rêves de grandeur114. Au fil des ans, des ouvrages de photographies mettant en lumière les paysages et les habitants du Canada sont publiés sous l’égide du Service de la photographie de l’Office national du film et par des éditeurs privés115. Chef-d’œuvre du genre, Canada : du temps qui passe de Lorraine Monk souligne le centenaire du pays en 1967.

  • 116 [E. Brown], « Foreword », dans A Portfolio of Pictures, p. [4].

139Un changement d’orientation dans l’art canadien s’annonce dès 1920 à l’Art Gallery of Toronto lors de la première exposition du Groupe des Sept qui met à l’honneur une iconographie de paysages nordiques proprement canadienne. En 1924, la Galerie nationale du Canada fait connaître cette vision à l’Europe en préparant le volet canadien de la première exposition consacrée à l’Empire britannique au Wembley Park de Londres. Le Canada y est le seul dominion à produire son propre catalogue ainsi qu’un Portfolio of Pictures. Conçues par J. E. H. MacDonald, les couvertures de ces publications présentent des images mémorables du Canada : un canoë traverse un paysage à la beauté sauvage dominé par un pin au tronc sinueux (catalogue, voir illustration 1.7) ; un arbre solitaire se dresse sur un ciel étoilé illuminé par des aurores boréales (portfolio). Les illustrations pleine page du portfolio font la part belle à une école de peinture canadienne qui se distingue des autres. Dans son avant-propos, Eric Brown, directeur de la Galerie nationale, attribue le dynamisme des artistes canadiens au « caractère si intense » et à la richesse des saisons canadiennes116. En 1927, le Canada monte une exposition de grande envergure à Paris accompagnée d’un luxueux catalogue dont les illustrations de la couverture sont de J. E. H. MacDonald. La même année, la Galerie nationale et le Musée national d’Ottawa présentent Canadian West Coast Art : Native and Modern, où l’on explore les relations entre les peintres canadiens et les arts autochtones. Cette exposition marque les débuts à l’échelle pancanadienne d’Emily Carr, qui expose 26 œuvres et conçoit la couverture du catalogue où figurent un mât totémique et une bordure décorative inspirée des traditions de la côte du Nord-Ouest.

1.7 J. E. H. MacDonald (dessinateur), couverture du Canadian Section of Fine Arts, British Empire Exhibition, London, 1924. (Collection de Richard Landon.)

  • 117 J. Zemans, « Establishing the Canon ».
  • 118 N. MacTavish, The Fine Arts in Canada, p. v.
  • 119 F. B. Housser, A Canadian Art Movement, p. 24.
  • 120 B. Brooker, « When We Awake! »; A. Lismer, « Art Appreciation », p. 64.

140Outre la publication de catalogues, la Galerie nationale, grâce à son programme de reproductions d’œuvres d’art lancé dans les années 1920, distribue des milliers de reproductions d’art canadien dans les écoles, les bibliothèques, les édifices gouvernementaux et les foyers117. Reproduites en lithographies et sur des cartes postales, des illustrations comme Le pin de Thomson se répandent dans tout le pays et intègrent les programmes scolaires en même temps que les ouvrages didactiques préparés par Arthur Lismer. Cet essor stimule également l’édition des premières monographies illustrées sur l’art canadien. Faisant écho aux controverses de l’époque, Newton MacTavish réaffirme dans son livre The Fine Arts in Canada (1925) les critères des traditions académiques du XIXe siècle et nie l’existence d’un art « proprement canadien118 ». F. B. Housser lui réplique avec passion dans A Canadian Art Movement : The Story of the Group of Seven (1926) où il se fait le champion du Groupe des Sept, décrivant celui-ci comme un phénomène propre au Canada qui « tire son inspiration des régions sauvages119 ». Dans le Yearbook of the Arts in Canada, 1928-1929 (voir illustration 13.5), Bertram Brooker défend vigoureusement l’art moderne, tandis que Lismer fait l’éloge du programme de reproductions d’art canadien de la Galerie nationale, « source d’enrichissement et d’éducation de milliers de personnes120 ». Le second Yearbook, dont la parution est retardée jusqu’en 1936 à cause de la crise économique, reproduit plus d’une centaine d’œuvres de peintres, sculpteurs, architectes et photographes canadiens.

141Au Québec, pendant cette période, les signes d’un renouveau se font sentir dans des publications comme Ateliers (1928) de Jean Chauvin. Avec la sagacité d’un journaliste partisan de l’art moderne, Chauvin présente 22 peintres, sculpteurs, graveurs et architectes dans un volume publié par Louis Carrier, avec une page de titre signée par Thoreau MacDonald. Avec Peintres et tableaux (1936), Gérard Morisset inaugure la publication d’une série d’études novatrices sur les arts traditionnels de la Nouvelle-France et du Québec. Suivent dans les années 1940, dans la « Collection Art vivant » des Éditions de l’Arbre (Montréal), des monographies sur des artistes québécois modernes, comme James Wilson Morrice, John Lyman, Goodridge Roberts, Paul-Émile Borduas et Alfred Pellan.

  • 121 A. H. Robson, Canadian Landscape Painters, p. 12.

142Le programme d’édition de Ryerson Press, sous l’impulsion de Lorne Pierce, joue aussi un rôle crucial dans la promotion de l’art canadien. À partir des années 1930, Ryerson publie des monographies sur nombre d’artistes ainsi que des ouvrages collectifs comme Group of Seven (1944) et Painters of Quebec (1946). La collection « Canadian Art » de Ryerson, lancée en 1937 en collaboration avec A. H. Robson, rend les livres d’art illustrés accessibles dans un format compact standard. Son Canadian Landscape Painters (1932), illustré de 75 planches en couleur des œuvres de 50 artistes, est un véritable tour de force. Dans son avant-propos, Robson soutient que « les artistes contemporains constituent pour le Canada une authentique école qui croît rapidement en importance et en stature121 ». Ryerson publie également des ouvrages marquants, comme la biographie et le catalogue raisonné (1934) de Cornelius Krieghoff par Marius Barbeau, ou de Morrice (1936) par Donald W. Buchanan. Cette phase d’activité culmine avec la première édition de A Short History of Canadian Art (1939) par Graham McInnes, qui comprend une bibliographie de quelque 60 titres. Pour le frontispice, il choisit Débâcle (1916) de Tom Thomson, suivie de paysages familiers de Krieghoff à J. E. H. MacDonald.

  • 122 J. Zemans, « Envisioning Nation » et « Sampson-Matthews and the NGC ».

143Lorsque le pays entre dans la Deuxième Guerre mondiale, un ensemble distinct d’illustrations est solidement établi, qui réaffirme d’une manière saisissante l’identité du Canada comme pays nordique à la beauté sauvage. Ce canon esthétique va être étoffé par un ambitieux projet amorcé en 1942 par Sampson-Matthews, une imprimerie de Toronto, en partenariat avec la Galerie nationale, qui produira des sérigraphies d’œuvres canadiennes à grande échelle pour une large diffusion dans les bases militaires et les établissements d’enseignement. Deux séries sont créées, 36 sérigraphies pendant la guerre (1942-1945) et 81 après le conflit (1945-1963), à partir des œuvres de plus de 50 artistes représentant des paysages d’un océan à l’autre122.

144Pendant l’immédiat après-guerre, l’édition d’art canadien et la diffusion des images sur le Canada connaissent un essor spectaculaire à la suite du rapport Massey de 1951 et du rapport Symons de 1975. Le catalogue de la collection permanente de la Galerie nationale préparé par R. H. Hubbard, Canadian School (1960), ainsi que La peinture au Canada (1966) de J. Russell Harper, Le Groupe des Sept (1970) de Dennis Reid et Peinture canadienne des années 1930 (1975) de Charles Hill créent de nouvelles normes en matière d’analyse et établissent les fondements des recherches à venir. Avec l’introduction des programmes d’histoire de l’art canadien dans les universités, des œuvres représentatives sont analysées dans des études comme Paul-Émile Borduas, 1905-1960 : biographie critique et analyse de l’œuvre (1978) de François-Marc Gagnon. Les nombreuses expositions des musées canadiens suscitent un éventail de publications dans les deux langues officielles, notamment des catalogues d’expositions itinérantes comme Emily Carr : A Centennial Exhibition Celebrating the One Hundredth Anniversary of Her Birth (1971) de la Vancouver Art Gallery et L’art du paysage au Québec, 1800-1940 (1978) du Musée du Québec. Les publications de l’après-guerre se tournent vers de nouvelles interprétations artistiques du monde canadien, comme la courtepointe Reason over Passion (1968) de Joyce Wieland, la représentation de l’univers des sports par Ken Danby et les peintures réalistes d’Alex Colville et de Christopher Pratt. Au tournant du siècle, découvrir « le Canada en images » devient possible grâce à une riche documentation imprimée, recensée dans Art et architecture au Canada : bibliographie et guide de la documentation jusqu’en 1981 (1991), mais aussi grâce aux ressources numérisées sous l’égide d’organismes comme le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP).

Notes

1 Voir J. O. Miller (dir.), The New Era in Canada.

2 W. L. Morton, « The 1920s », p. 205.

3 Goldwin Smith, rationaliste libéral, soutient dans Canada and the Canadian Question (1891) que le destin du pays est déterminé par son orientation nord-sud et que son avenir repose sur une intégration continentale à caractère plus économique que politique. George R. Parkin, apôtre de l’Empire, postule dans Imperial Federation : The Problem of National Unity (1892) que l’entité politique canadienne peut résister à l’influence américaine et à l’aride logique de la raison en préservant son attachement à l’Empire. Dans Christianity and Idealism (1897), le philosophe idéaliste John Watson prône une forme nouvelle d’identité basée sur Hegel et sur Kant, une voie qui fait de l’engagement pour le bien commun la véritable source de la liberté individuelle, afin de revitaliser le christianisme dans un monde de plus en plus matérialiste.

4 Voir C. Berger, The Sense of Power.

5 C. Berger, The Writing of Canadian History, p. 14.

6 D. Creighton, « Preface to the Re-Issue », dans The Empire of the St. Lawrence, p. [iii].

7 T. Crowley, Marriage of Minds, p. 124-125 et 149-150.

8 A. R. M. Lower, My First Seventy-five Years, p. 265, 296 et 294; et citation de Lower dans C. Berger, The Writing of Canadian History, p. 121. Tout en accordant la primauté au milieu, Lower reconnaît le rôle intangible de la monarchie dans la préservation de « la loyauté du simple citoyen ». Voir A. R. M. Lower, « The King and the Crown », p. 140.

9 K. McNaught, Conscience and History, p. 98.

10 J. Watson, The State in Peace and War, p. viii.

11 D. Owram, The Government Generation; B. Ferguson et D. Owram, « Social Scientists and Public Policy ». Voir aussi T. A. Keenleyside, « Lament for a Foreign Service ».

12 Citation de Groulx dans R. Rudin, Faire l’histoire au Québec, p. 23-24.

13 R. Rudin, ibid., p. 67 et 80-81.

14 D. Foisy-Geoffroy, « Esdras Minville, le catholicisme social et le nationalisme économique ».

15 G. B. Kines, « Chief Man-of-Many-Sides: John Murray Gibbon ».

16 J. R. Smallwood, « Letter to the Editor », Daily News (St. John’s), 2 mars 1946, p. 5.

17 A. B. McKillop, Matters of Mind, p. 453-471.

18 G. Grant, Technology and Empire, p. 88. Les idées de Grant sur ce sujet reflètent dans une grande mesure celles du philosophe Leo Strauss. Voir aussi G. Grant, Technology and Justice; A. Davis (dir.), George Grant and the Subversion of Modernity.

19 Canada, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport, vol. 1, p. 179.

20 D. Monière, « André Laurendeau et la vision québécoise du Canada », p. 194.

21 H. Troper, « Multiculturalism », p. 417.

22 Citation de Ramsay Cook dans J. M. S. Careless, « “Limited Identities” in Canada », p. 1.

23 N. Kattan, « In Praise of Imprecision », p. 18.

24 R. J. F. Day, Multiculturalism and the History of Canadian Diversity, p. 178.

25 H. Troper, « Multiculturalism », dans ECP, p. 1001.

26 Canada, Statuts, 1914, 5 George V, c. 2, « War Measures Act ».

27 P. Hjartarson, « Culture de l’imprimé, ethnicité et identité », p. 47-49.

28 Canada, Parlement, Débats de la Chambre des communes, 2e session, 16e législature, vol. III, 7 juin 1928, p. 3880.

29 I. Abella et H. Troper, None Is Too Many, p. ix.

30 N. Kelley et M. Trebilcock, The Making of the Mosaic, p. 274.

31 W. L. M. King, cité dans R. Perin et H. Troper, « Immigration Policy », dans ECP, p. 706.

32 N. Kelley et M. Trebilcock, The Making of the Mosaic, p. 313.

33 Ibid., p. 329.

34 R. Perin et H. Troper, « Immigration Policy », dans ECP, p. 709-710.

35 Canada, Parlement, Débats de la Chambre des communes, 3e session, 28e législature, vol. VIII, 8 octobre 1971, p. 8545.

36 H. Troper, « Multiculturalism », dans ECP, p. 1005.

37 R. McGrath, Canadian Inuit Literature, p. 3 et 7 ; « A Greenland Ode », Gentleman’s Magazine, no 15, juillet 1745, p. 376-377.

38 C. J. Jaenen, « Les communautés amérindiennes ».

39 E. P. Johnson, « The Cattle Thief », p. 99.

40 Voir H. Mortimer et chef Dan George, You Call Me Chief.

41 Voir J. Harjo et G. Bird (dir.), Reinventing the Enemy’s Language.

42 P. Rutherford, The Making of the Canadian Media, p. 55.

43 M. Tippett, Making Culture: English-Canadian Institutions and the Arts, p. 70-77.

44 Ibid., p. 175.

45 B. Ostry, The Cultural Connection, p. 73.

46 Canada, Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada, Rapport, p. 258. Voir aussi P. Litt, The Muses, the Masses, and the Massey Commission.

47 En 1967-1968, par exemple, il octroie 595 559 $ aux arts de la scène, mais pas un sou aux lettres. Le Conseil des Arts de l’Ontario engage son premier agent littéraire en 1969.

48 Aphorisme de McLuhan, cité par Mavor Moore dans « You Can’t Toot Your Own Horn If You Have No Horn to Toot », The Globe and Mail, 28 décembre 1985, p. D1.

49 M. Vipond, The Mass Media in Canada, p. 62-64.

50 Ministère des Communications, communiqué de presse du 18 juin 1986, p. 3 ; citation extraite de R. Lorimer, « Book Publishing », p. 21.

51 R. Ellenwood, « Government Funding »; P. Aldana, Canadian Publishing, p. 36.

52 P. Audley, Canada’s Cultural Industries, p. 91 et 124; R. Lorimer, « Book Publishing », p. 21.

53 P. Aldana, Canadian Publishing, p. 38-42.

54 De 1908 à 1960, le Conseil se réunit moins d’une dizaine de fois. Voir L.-P. Audet, Histoire du Conseil de l’instruction publique de la province de Québec, p. 166.

55 P. Aubin, Les communautés religieuses et l’édition du manuel scolaire, p. 23.

56 F. Landry, Beauchemin et l’édition au Québec (1840-1940), p. 177-178.

57 P.-É. Farley, Livres d’enfants, p. 8-9.

58 BNQ, MSS-061, fonds Société des écrivains canadiens, « Mémoire de la Société des écrivains canadiens à la Commission royale pour l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada », 20 octobre 1949.

59 S. Bernier, « Prix littéraires et champ du pouvoir : le prix David, 1923-1970 ».

60 J. Vincent, « Le Conseil supérieur du livre, du rapport Bouchard à la loi 51 ».

61 P. Tisseyre, Lorsque notre littérature était jeune, p. 156-158. Les archives du CSL recèlent plusieurs documents, entre autres des mémoires et des versions de travail de cette loi, qui semblent bien être le fruit du travail de Pierre Tisseyre. Voir ANQM, fonds Conseil supérieur du livre.

62 J. Vincent, Les tribulations du livre québécois en France (1959-1985).

63 « Les difficultés de l’édition », Le Devoir, 13 novembre 1954, p. 23.

64 P. de Bellefeuille, A. Pontaut et al., La bataille du livre au Québec.

65 K. Mezei et al., Bibliographie de la critique des traductions littéraires anglaises et françaises au Canada, p. 17.

66 F. Méléka, « Le bureau des traductions, 1934-1977 », Meta, vol. 22, no 1, mars 1977, p. 59-60.

67 Archives de la Chambre des Communes, Canada, M. C. Hocken, Return to an Order of the House of the 19th April, 1920, document de la session no 154, Ottawa, 1920.

68 J. Delisle, Au cœur du trialogue canadien, p. 17-28.

69 J. Delisle, « Un demi-siècle au service du bilinguisme officiel », p. 6.

70 P. Cardinal, « Regard critique sur la traduction au Canada », Meta, vol. 23, no 2, juin 1978, p. 143.

71 M. Robins, « Service de la traduction », p. 54.

72 C. Romney, « Enquête sur la traduction en 1972 », Meta, vol. 19, no 2, juin 1974, p. 118.

73 G. Jourdain, « La législation bilingue au Manitoba », Meta, vol. 47, no 2, juin 2002, p. 255-256.

74 P. Stratford (dir.), Bibliographie de livres canadiens traduits, p. x.

75 R. Giguère, « Translations: English to French. To 1981 », dans OCCL, p. 1124.

76 J. J. O’Connor, « Translations: French to English », dans OCCL, p. 1128-1132.

77 Voir R. Giguère, « Translations: English to French. To 1981 », dans OCCL, p. 1123-1125.

78 J. J. O’Connor, « Translations: French to English », dans OCCL, p. 1127.

79 Ibid.

80 P. Stratford, « Deux littératures à se partager », p. 10.

81 Ibid., p. 12.

82 T. H. B. Symons, To Know Ourselves, vol. 1, p. 12. [Notre traduction.]

83 S. Campbell, « Nationalism, Morality, and Gender », p. 142.

84 L. Groulx, Correspondance, 1894-1967, vol. 3, p. 471, 488, 509, note 12, et 521.

85 Canada, Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada, Rapport, p. 18.

86 S. Djwa, Professing English, p. 311; F. R. Scott, « Introduction », p. 8-9.

87 R. McDougall, « The Reprinting of Canadian Books », et J. McClelland, « The Reprinting of Canadian Books », Ontario Library Review, vol. 41, no 3, août 1957, p. 183-192.

88 J. Wadland, « Voices in Search of a Conversation », p. 58.

89 J. Melançon, « L’enseignement littéraire et ses effets de marché », p. 122.

90 Canada, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport, vol. 2, p. 281. Voir aussi M. Trudel et G. Jain, L’histoire du Canada : enquête sur les manuels.

91 Canada, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport, vol. 2, p. 291 et 292.

92 A. B. Hodgetts, What Culture? What Heritage?, p. 1, 44, 5-6, 43, 103.

93 A. B. Hodgetts and P. Gallagher, Teaching Canada for the ‘80s, p. 1-2.

94 Ibid., p. 2.

95 BAC, MG 31, D 190, Robin Mathews fonds, « Research, Curriculum, Scholarship, and Endowment in the Study of Canadian Literature », p. 4. La communication de Mathews a été présentée devant l’Association des professeurs d’anglais des universités canadiennes en mai 1972.

96 T. H. B. Symons, To Know Ourselves, vol. 1, p. 1.

97 M. McCormack, « Preserving and Providing Access to Canada’s Printed Heritage », p. 7 et 9.

98 J. E. Page, Reflections on the Symons Report, p. 5-6, 190 et 14.

99 T. H. B. Symons et J. E. Page, Some Questions of Balance, p. 2.

100 Voir M. Cambron, « Présence de la littérature nationale dans l’enseignement primaire au Québec ».

101 Ladies Auxiliary of the Lunenburg Hospital Society, Dutch Oven: A Cook Book of Coveted Traditional Recipes, Lunenburg (N.-É.), Progress Entreprise Company, 1953, p. 6.

102 E. Fowke, « A Personal Odyssey », p. 46.

103 F. M. Mealing, compte rendu de Sbornik: Dukhoborcheskikh Psalmov, Sitkhov i Pesen (A Collection: Doukhobor Psalms, Hymns and Songs) et du Book of Life of Doukhobors, Canadian Folklore canadien, vol. 3, no 1, 1981, p. 89.

104 E. Fowke et C. H. Carpenter, A Bibliography of Canadian Folklore, p. ix.

105 Voir J.-N. De Surmont, La bonne chanson.

106 H. Creighton, A Life in Folkore, p. 63 et 80.

107 E. Fowke, « A Personal Odyssey », p. 41.

108 Le Musée national du Canada deviendra le Musée national de l’Homme en 1968, puis le Musée canadien des civilisations en 1986.

109 N. V. Rosenberg, « The Gerald S. Doyle Songsters », p. 46.

110 J. J. Connor, « The Legend of Joseph Montferrand ».

111 B. Powell, « Saskatchewan Community Histories ».

112 Voir E. Driver, « Les livres de cuisine ».

113 Donald J. C. Phillipson, « Gibbon, John Murray », dans EC (2000), p. 1063-1064.

114 [M. Waddington], Canadian Souvenir View Albums.

115 M. Langford, « Introduction ». Voir aussi P. Couvrette, « National Film Board Stills Division »; A. Thomas, « Canadian Nationalism and Canadian Imagery ».

116 [E. Brown], « Foreword », dans A Portfolio of Pictures, p. [4].

117 J. Zemans, « Establishing the Canon ».

118 N. MacTavish, The Fine Arts in Canada, p. v.

119 F. B. Housser, A Canadian Art Movement, p. 24.

120 B. Brooker, « When We Awake! »; A. Lismer, « Art Appreciation », p. 64.

121 A. H. Robson, Canadian Landscape Painters, p. 12.

122 J. Zemans, « Envisioning Nation » et « Sampson-Matthews and the NGC ».

Table des illustrations

Légende 1.1 Lionel Groulx, [1960]. (BAC/LAC, C-16657.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende 1.2 Des habitants de Corner Brook, Terre-Neuve, lisent la manchette du Evening Telegram de St. John’s. Organisée le 22 juillet 1948, cette consultation fait de la colonie une province canadienne. (BAC/LAC et Chris Lund/Office national du film, photothèque/PA-128007. Reproduction autorisée par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, [2005].)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 1.3 The Manitoba Ruthenian-English Readers, I et II (Londres, T. Nelson & Sons, 1913 ?) : détail du second livre de lecture ukrainien-anglais du Manitoba. En 1916, plus de 400 districts scolaires des Prairies dispensaient un enseignement dans ces deux langues. Le Manitoba et l’Alberta l’ont aboli cette année-là, mais les écoles de la Saskatchewan ont conservé leur pratique bilingue jusqu’en 1919. (Adam Shortt Library of Canadiana, Special Collections, University of Saskatchewan.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende 1.4 Robert La Palme, caricature de Jean Bruchési, Le Bien public (Trois-Rivières, 1938). Bruchési (1901-1979), sous-secrétaire de la province de Québec de 1937 à 1959, défend avec vigueur les arts et la littérature sous le régime de Maurice Duplessis (Union nationale) et celui d’Adélard Godbout (Parti libéral). (Succession de Robert La Palme.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende 1.5 Dutch Oven: A Cook Book of Coveted Traditional Recipes from the Kitchens of Lunenburg (Lunenburg, N.-É., Lunenburg Hospital Society, Ladies’ Auxiliary, 1953). Ce livre de recettes, qui a fêté son demi-siècle en 2003, se vend encore à la boutique de l’hôpital de Lunenburg et en librairie un peu partout au Canada. (Fishermen’s Memorial Hospital Auxiliary et Una Abrahamson Canadian Cookery Collection, University of Guelph Library.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 1.6 Le Passe-temps (Montréal, Éditions du Passe-temps), numéro de juillet 1946. Publié de 1895 à 1949, ce périodique musical pour toute la famille détient le record canadien de longévité dans sa catégorie. (BAC/LAC, Division de la musique, e003895007.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende 1.7 J. E. H. MacDonald (dessinateur), couverture du Canadian Section of Fine Arts, British Empire Exhibition, London, 1924. (Collection de Richard Landon.)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/17134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

Auteurs

Chancellors Professor et directeur du Department of History de la Carleton University. Auteur de plusieurs ouvrages sur la culture et l’histoire intellectuelle au Canada, il termine présentement une biographie du journaliste et historien Pierre Berton.

Paul Hjartarson enseigne l’anglais et le cinéma à la University of Alberta. Ses écrits et recherches portent sur la littérature et la culture canadiennes, l’histoire du livre et l’essai. Son plus récent ouvrage, The Politics of Cultural Mediation, rédigé en collaboration avec Tracy Kulba, a été publié en 2003.

Membre de l’English Department et directrice de la région South-Central de la University of Northern British Columbia. Son ouvrage Storied Voices in Native American Texts a été publié en 2003.

Professeur agrégé au Department of History et à la School of Canadian Studies de la Carleton University. Ses intérêts de recherche portent sur le nationalisme culturel et les politiques culturelles au Canada et sur l’histoire sociale et la mémoire.

Professeure agrégée au Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke, où elle enseigne l’histoire du livre et de l’édition, et codirectrice avec Marie-Pier Luneau du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec. Elle s’intéresse en particulier aux politiques du livre, aux associations professionnelles et aux relations France-Québec dans le domaine du livre.

Diplômé en bibliothéconomie de l’Université de Montréal et titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université Laval, est bibliothécaire et historien à l’Assemblée nationale du Québec. Il est directeur du volume I de l’HLIC/HBiC et travaille actuellement à des projets touchant l’histoire parlementaire du Québec.

Professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, aussi des comités de direction du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (1980-1987) et de La vie littéraire au Québec (1991-), elle a beaucoup publié sur la littérature et le théâtre québécois.

Professeure de lettres anglaises et d’études canadiennes à la Mount Allison University à Sackville au Nouveau-Brunswick. Elle est l’auteure de plusieurs publications sur les littératures canadienne et québécoise. Elle s’intéresse notamment à l’écriture féminine et muticulturelle et au récit de vie.

Rédactrice associée du volume III de l’HLIC/HBiC. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de l’édition. Elle s’intéresse notamment à l’histoire de la Methodist Book and Publishing House, de la « New Canadian Library » de McClelland and Stewart et des services de bibliothèque et d’édition pour les aveugles au Canada.

Professeur à l’Université de Sherbrooke où il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition. Il a été directeur du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec de 1982 à 2006. Il a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire du livre et est directeur du volume III de l’HLIC/HBiC.

Bibliographe à la bibliothèque du Musée des beaux-arts du Canada et la collaboratrice canadienne à la Bibliographie de l’histoire de l’art. Ses recherches actuelles portent sur la bibliothéconomie de l’art au Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr