Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Cinquième partie. Le livre, la lecture et les bibliothèques

20. Le monde du livre à l’heure du numérique

Jacques Michon

Texte intégral

1L’intérêt manifesté par les grandes sociétés de presse pour l’édition du livre constitue certainement l’un des indicateurs du dynamisme de cette activité toujours en plein essor malgré l’impulsion spectaculaire de la communication électronique. Aujourd’hui, les grands groupes de communication et les imprimeries de journaux comme Quebecor et Transcontinental développent et diversifient leurs investissements en créant des maisons d’édition ou en faisant l’acquisition de maisons déjà établies. Ils renouent ainsi avec une activité qui, dans les siècles précédents, constituait un élément important du métier de journaliste-imprimeur.

  • 1 La part des éditeurs québécois sur leur propre marché est plus élevée qu’au Canada anglais, mais to (...)

2Dans le Québec du XIXe siècle, les « hommes de journaux » dominaient la scène du livre et de l’imprimé ; ils faisaient paraître d’innombrables ouvrages d’histoire et de littérature sous leur propre bannière ou pour le compte de tiers. Puis, au début du XXe siècle, la grande presse a abandonné progressivement cette activité désormais réservée à des ateliers spécialisés, aux petites presses régionales ou aux journaux d’opinion comme Le Devoir. Aujourd’hui, la concentration des entreprises regroupant différentes activités éditoriales amène la grande presse à revenir à l’édition de livres. Pour accroître la pénétration de leurs propres marques éditoriales dans le réseau des librairies, les sociétés-mères des grands journaux font aussi l’acquisition de maisons d’édition œuvrant dans différents secteurs : littérature générale, livres pratiques et ouvrages scolaires. Ces nouveaux investissements semblent servir de contrepoids à la crise que traverse la grande presse quotidienne devant les assauts de la communication électronique qui provoquent une érosion constante de leurs tirages. Le livre, au contraire, semble offrir des possibilités de développement plus stable. De plus, contrairement à ce qui se passe au Canada anglais, où le marché du livre est dominé par les sociétés étrangères, au Québec, la spécificité linguistique et la protection de la Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre (LRQ, ch. D-8.1) assurent à l’industrie du livre une relative protection contre la mainmise étrangère, tout en délimitant pour elle un public et un marché1.

3Si la presse traditionnelle n’est pas nécessairement vouée à disparaître, elle est certainement en pleine mutation. Dans l’espace rédactionnel du journal, on constate une valorisation accrue de l’image et de la représentation graphique. On voit s’accentuer l’interaction avec les lecteurs, invités à s’exprimer dans des pages réservées. La montée en puissance des journalistes blogueurs qui entretiennent un dialogue constant avec leurs lecteurs contribue à accentuer cette proximité et cette interaction avec le public. Le portail électronique de la grande presse devient ainsi non seulement un instrument de promotion pour le journal, mais également une tribune supplémentaire pour un nombre croissant de lecteurs et de représentants de la société civile. L’écrit imprimé et l’écrit numérique sont ainsi entrés dans une période d’échange continu qui participe à la transformation et de l’un et de l’autre. On n’a pas fini d’en mesurer l’impact sur les formes de la communication écrite.

  • 2 Benoît Allaire, « Ventes de livres en 2006 : retour à la normale », Statistiques en bref, Observato (...)

4Le livre a mieux résisté au déferlement de la vague numérique. Tous les indicateurs statistiques — nombre de titres publiés et ventes en librairie — montrent que le codex continue à se développer malgré les multiples tentatives technologiques pour le remplacer2. Certes, depuis l’avènement de la micro-informatique, le traitement électronique des textes est devenu un élément indispensable du travail éditorial. Si cette innovation a permis dans un premier temps de réduire les coûts de production, elle a aussi transformé les modes et les habitudes de production et contribué à modifier la forme matérielle des publications, leurs protocoles typographiques et les textes eux-mêmes. Toutefois, même si l’informatique s’est étendue à toutes les étapes de la chaîne du livre, de la fabrication à la distribution, elle est toujours demeurée au service du codex.

  • 3 Les 330 éditeurs de livres inventoriés par Statistique Canada « ont généré des revenus de plus de 2 (...)
  • 4 Comme le fait remarquer André Schiffrin, aujourd’hui « les Américains se concentrent sur des titres (...)

5La croissance économique de l’industrie du livre3 est aujourd’hui assez importante pour continuer à intéresser les consortiums de la communication électronique et les géants de l’imprimerie. Ils sont en train de mettre la main sur les secteurs les plus rentables de l’édition (livres pratiques et manuels scolaires) et de la grande distribution, même si l’impact de ce genre de prises de contrôle n’est pas toujours bénéfique pour le monde du livre en général. En effet, depuis une quinzaine d’années, aux États-Unis et au Canada anglais, de nombreuses maisons d’édition passées sous le contrôle des grands groupes sont disparues. Des entreprises indépendantes, autrefois prospères et ouvertes à l’innovation et à la création, se sont ainsi retrouvées, dans les meilleurs cas, réduites à la dimension de collections et, souvent, tout simplement sacrifiées. Ce genre de phénomène a été à l’origine du rétrécissement de l’offre sur le marché du livre américain dans les années 19904.

  • 5 Aux États-Unis, 80 % des livres publiés proviennent de cinq conglomérats. En France, plus de 50 % d (...)
  • 6 Les ventes de livres canadiens représentent 84 % des revenus des maisons sous contrôle canadien, co (...)
  • 7 Voir Rowland Lorimer, « Book Publishing », dans Michael Dorland (dir.), The Cultural Industries in (...)

6Le phénomène de la concentration des entreprises représente sans doute pour le livre une pente dangereuse. Si les grandes entreprises sont plus rentables grâce aux économies d’échelle qu’elles réalisent en contrôlant tous les maillons de la chaîne de la communication écrite, elles n’en sont pas pour autant plus innovantes5. Les statistiques du livre au Canada indiquent que ce sont d’abord les entreprises indépendantes et les petites structures qui ouvrent de nouveaux marchés, lancent proportionnellement le plus de nouvelles publications et qui sont les plus intenses foyers de création et d’innovation. Au Canada, dans son ensemble, les petites et moyennes structures réussissent mieux que les sociétés appartenant à des intérêts étrangers ou à des grands groupes à anticiper la demande du public et à écouler un plus grand nombre de titres canadiens6. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elles suscitent tant la convoitise des géants de la communication qui prospèrent ainsi par acquisition7.

  • 8 En 1999, selon les données fournies par Marc Ménard, le nombre de titres par 1 000 habitants produi (...)
  • 9 PADIÉ, Question d’édition, politique et programmes de l’édition du livre. Rapport annuel 2003-2004, (...)
  • 10 Voir Nancy Ann Duxbury, « The Economic, Political, and Social Contexts of English-Language Book Tit (...)
  • 11 Voir Jacques Michon, « Les deux grands systèmes éditoriaux canadiens : une approche comparée », Syn (...)
  • 12 Au Québec, 90 % des librairies sont des entreprises indépendantes à succursale unique (Livre d’ici, (...)

7Malgré la tendance à la concentration, le Québec éditorial affiche encore des traits particuliers qui le distinguent des autres pays producteurs8. Il s’oppose notamment au reste du Canada grâce à la présence sur son territoire de nombreuses petites structures dont le dynamisme se reflète dans les parts de marché qu’elles occupent et la part des fonds publics qu’elles réussissent à obtenir. En dépit de leur statut de minoritaire sur le marché canadien, avec moins d’entreprises et un chiffre d’affaires inférieur aux sociétés canadiennes-anglaises, les maisons québécoises obtiennent plus de la moitié de toutes les subventions accordées au livre canadien. En 2004, l’édition québécoise, qui représentait 45 % des maisons subventionnées par le Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIE), décrochait 52 % des subventions, laissant loin derrière elle l’édition ontarienne qui ne recevrait que 28 % des subsides9. Cette situation, qui n’est pas particulière à l’année 2004-2005, prévaut depuis la création du PADIE en 197910. Elle est attribuable, entre autres, à la relative bonne santé de la librairie québécoise. Alors qu’ailleurs en Amérique du Nord, les grandes chaînes de librairies exercent de fortes pressions sur le monde du livre et ruinent la plus grande partie des efforts de diffusion nationale des petits éditeurs11, la loi québécoise sur les entreprises dans le domaine du livre favorise au contraire le développement d’une librairie indépendante qui contribue à une plus grande diversité de l’offre sur l’ensemble du territoire12.

8À ces facteurs positifs, il faut peut-être ajouter l’apport de l’informatisation. Paradoxalement, depuis une vingtaine d’années, au lieu de faire disparaître le livre et l’imprimé de la sphère publique, les nouveaux médias numériques, en recentrant les activités de communication sur l’écrit, ont placé la bibliothèque virtuelle et matérielle au centre de la Cité. Alors que la télévision, le média d’information par excellence des années 1960 et 1970, se replie de plus en plus sur des activités de divertissement (information-spectacle, téléséries), Internet crée des alliances et développe des synergies avec le livre. Plutôt que de s’opposer à l’imprimé, l’écrit électronique le complète et le prolonge. Des textes anciens, qui ne sont plus disponibles en librairie ni même dans la majorité des bibliothèques publiques ou universitaires, refont maintenant surface dans la cybersphère. Le livre n’est plus un objet fermé sur lui-même, isolé dans son carcan typographique, mais grâce au numérique, il devient l’un des supports d’un vaste texte qui se déroule à l’infini et se décline maintenant en plusieurs formats.

9Avec cette mutation, le lecteur devient le principal vecteur de l’industrie. Il lui appartient de prélever dans la masse des écrits et des formats ceux qui lui conviennent et de recomposer à sa manière de nouveaux livres. Le livre à la demande n’est qu’une des composantes de cette nouvelle réalité où la frontière entre l’auteur actif et le lecteur passif est abolie. Dans le monde du livre comme dans l’imprimerie, les fonctions trop cloisonnées sont appelées à disparaître. L’augmentation exponentielle des blogues ou des manuscrits soumis à la rédaction des journaux et aux comités de lecture des maisons d’édition illustre encore ce phénomène du lecteur-auteur qui produit de nouveaux genres éditoriaux et de nouvelles formes de sociabilité. Le rôle de l’éditeur s’en trouve par le fait même rehaussé et renforcé, dans la mesure où il est toujours amené à faire des choix, à valider l’information et à faire circuler de nouveaux produits pour de nouveaux publics. À l’heure de la reconfiguration des métiers et des compétences, cette médiation qui demeure au cœur de la société de l’information et des processus de communication doit être mieux connue et étudiée. La connaissance de la fonction éditoriale est d’autant plus urgente à transmettre que le marché de l’information est de plus en plus morcelé et éclaté.

  • 13 Voir référence dans la note 7.

10Chaque société est dans un processus constant de construction d’elle-même. L’éditeur est un agent important dans cette dynamique sociale. Dans le monde moderne, l’imprimé, qui demeure un outil essentiel de la vie démocratique, contribue certainement à installer, créer et bâtir une identité critique en favorisant une communication différée par opposition à une communication instantanée. D’où l’importance de maintenir un lien étroit et une connaissance mutuelle entre la société civile et ceux qui travaillent au sein des appareils de production et de diffusion de l’écrit afin de les protéger, jusqu’à un certain point, contre les agents économiques qui en menacent l’identité ou en ignorent la finalité. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’avait été lancée la Bataille du livre en 1972, qui a inspiré le titre de ce colloque13.

11L’augmentation de la concentration des entreprises qui réduisent la diversité de l’offre et font disparaître des structures de communication qui ont pourtant leur raison d’être semble actuellement la menace la plus importante. Sont aussi inquiétantes la mainmise des multinationales sur la diffusion des cultures nationales qu’elles contribuent souvent à marginaliser et à folkloriser, et l’érosion des protections culturelles qui risque d’en découler. Dans le contexte d’une société comme le Québec, dont l’avenir est indissociable de son expression culturelle, ces facteurs économiques pèsent de tout leur poids. Si le déferlement de la vague numérique freine l’expansion de l’imprimé, voire provoque sa disparition dans certains secteurs, les nouvelles technologies favorisent au contraire l’expansion de la communication écrite qui, elle, n’a jamais été aussi présente dans le monde de l’information et dans la vie quotidienne des individus.

Notes

1 La part des éditeurs québécois sur leur propre marché est plus élevée qu’au Canada anglais, mais tout de même minoritaire. Les ventes des livres québécois représentent 43 % du marché en moyenne, dont 60 % dans le domaine scolaire et 35 % en littérature générale. Par ailleurs, on évalue la part des titres québécois chez les distributeurs à 16 % ; « le marché québécois, écrit Marc Ménard, est littéralement inondé par les livres étrangers » (Les chiffres des mots, portrait économique du livre au Québec, Québec, Sodec, 2001, p. 165 et 174).

2 Benoît Allaire, « Ventes de livres en 2006 : retour à la normale », Statistiques en bref, Observatoire de la culture et des communications du Québec, no 30, juin 2007.

3 Les 330 éditeurs de livres inventoriés par Statistique Canada « ont généré des revenus de plus de 2 milliards de dollars en 2004, en hausse de 12,5 % par rapport à 2000 », Statistique Canada, « Les éditeurs de livres », Le Quotidien, 30 juin 2006, p. 1 (<http://www.statcan.ca/Daily/Français>).

4 Comme le fait remarquer André Schiffrin, aujourd’hui « les Américains se concentrent sur des titres moins nombreux, à plus forts tirages et à ventes plus élevées » (L’édition sans éditeurs, traduit de l’américain par Michel Luxembourg, [Paris], La Fabrique Éditions, 1999). C’est la solution économique que les grands groupes adoptent pour contrer la surproduction éditoriale et la fragmentation des publics, deux écueils bien connus du milieu du livre.

5 Aux États-Unis, 80 % des livres publiés proviennent de cinq conglomérats. En France, plus de 50 % de la production se trouve entre les mains de deux grands groupes, Hachette et Éditis. Au Canada anglais, 60 à 75 % des ventes au détail sont contrôlées par une seule grande chaîne de librairie, Chapters Indigo.

6 Les ventes de livres canadiens représentent 84 % des revenus des maisons sous contrôle canadien, contre 11 % seulement pour les maisons canadiennes sous contrôle étranger qui récoltent la plus grosse partie des revenus totaux de ventes de livres au Canada (« Industrie du livre au Canada, faits saillants », dans Coalition pour la diversité culturelle, p. 5-6). En 2004, il y avait 19 éditeurs sous contrôle étranger au Canada, qui représentaient 6 % des entreprises (19/330), mais 59 % des revenus (marché intérieur) (Statistique Canada, « Les éditeurs de livres », Le Quotidien, 30 juin 2006, p. 1). En 1969, les livres importés au Canada (65 %) ou adaptés d’ouvrages étrangers (10 %) comptaient pour 75 %, et les livres canadiens pour 25 % des ventes d’un marché intérieur de 222 millions. Aujourd’hui, au Canada anglais, dans un marché de plus d’un milliard et demi de dollars et malgré les nombreux efforts des pouvoirs publics pour favoriser la production et la vente de livres canadiens, le livre importé et les entreprises étrangères continuent à dominer le marché.

7 Voir Rowland Lorimer, « Book Publishing », dans Michael Dorland (dir.), The Cultural Industries in Canada. Problems, Policies and Prospects, Toronto, James Lorimer & Company, p. 5-34, et Coalition pour la diversité culturelle, op. cit., p. 5-6. Au Québec, on peut se réjouir que les maisons d’édition ainsi acquises soient au moins demeurées sous le contrôle de sociétés québécoises. Le pamphlet de 1972 sur la propriété canadienne des entreprises, entériné par le Conseil supérieur du livre, La Bataille du livre, oui à la culture française, non au colonialisme culturel de Pierre de Bellefeuille, Alain Pontaut et collaborateurs, préface de J.-Z.-Léon Patenaude (Montréal, Leméac, 1972), demeure toujours actuel en 2008.

8 En 1999, selon les données fournies par Marc Ménard, le nombre de titres par 1 000 habitants produits au Québec s’élevait à 51, situant ainsi la province au premier rang des pays concurrents, devant la France (47,6), le Canada (sans le Québec : 34,1) et les États-Unis (Les chiffres des mots, op. cit., p. 129).

9 PADIÉ, Question d’édition, politique et programmes de l’édition du livre. Rapport annuel 2003-2004, Ottawa, Patrimoine canadien, 2004, p. 50. Les revenus des sociétés de l’Ontario et du Québec représentent la majorité des revenus de l’industrie de l’édition du livre. En 2004, les éditeurs de livres de l’Ontario ont enregistré des revenus de 1,4 milliard de dollars, soit plus du double des revenus de 526 millions des éditeurs du Québec. Par rapport aux 2 milliards de dollars des ventes totales canadiennes, l’Ontario s’est taillé la part du lion avec 70 % des ventes, le Québec 26 % et les autres provinces 4 %, (Statistique Canada, « Les éditeurs de livres », Le Quotidien, 30 juin 2006, p. 1-7). Une autre enquête de Statistique Canada pour l’année 1998-1999 auprès de 300 maisons canadiennes, dont le chiffre d’affaires dépassait 50 000 $ par année, indiquait que l’édition francophone au Canada, qui regroupait 37 % des maisons, publiait 27 % des nouveaux ouvrages (sur 14 500) et générait 17 % des revenus (André Giroux et Jacques Thériault, « Profil de l’édition au Canada et dans le monde », Livre d’ici, mai 2002, p. 13).

10 Voir Nancy Ann Duxbury, « The Economic, Political, and Social Contexts of English-Language Book Title Production in Canada, 1973-1996 », thèse de doctorat, School of Communication, Simon Fraser University, 2000, f. 141a.

11 Voir Jacques Michon, « Les deux grands systèmes éditoriaux canadiens : une approche comparée », Syntagma. Revista del Instituto de historia del libro y de la lectura, no 1, 2005, p. 47.

12 Au Québec, 90 % des librairies sont des entreprises indépendantes à succursale unique (Livre d’ici, édition Internet, 28 août 2006), alors qu’au Canada anglais, la part de marché de la librairie indépendante plafonne à 35 %. En dix ans, de 1990 à 2000, on a vu la part de marché de la librairie indépendante fondre de 60 à 35 % (Roy MacSkimming, The Perilous Trade. Publishing Canada’s Writers, Toronto, McClelland & Stewart, p. 364-365).

13 Voir référence dans la note 7.

Auteur

Professeur à l’Université de Sherbrooke où il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition, a été directeur du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec de 1982 à 2006. Il a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire du livre et est directeur de publication avec Carole Gerson du volume III de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada/History of the Book in Canada (Presses de l’Université de Montréal, 2007). Il dirige actuellement le projet de publication du troisième et dernier volume de l’Histoire de l’édition littéraire au Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search