Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Cinquième partie. Le livre, la lecture et les bibliothèques

À l’heure de la convergence

Denis Vaugeois et Hervé Foulon

Texte intégral

1Nommons les acteurs par leur nom : on se comprendra mieux. Quebecor a complété une intégration verticale qui lui permet de faire jouer très fortement la convergence. Le groupe peut assurer une promotion exceptionnelle de ses nouveautés. On peut voir Madame Bertrand à dix émissions différentes de TVA la même journée, la retrouver dans le Journal de Montréal, dans le Journal de Québec, en couverture de plusieurs magazines, et « à côté de la caisse en grosses piles » dans les librairies Archambault. Faut-il crier au scandale ?

2Voici quelques points de consolation.

  • En tant qu’imprimeur, Quebecor a besoin de la clientèle des autres éditeurs.

  • Même remarque pour les librairies du groupe.

  • Dans une entreprise inscrite à la Bourse, les investisseurs et les comptables ont toujours le dernier mot. Ceux-ci se méfient des initiatives dont on ne peut faire la preuve de la rentabilité. Les maisons d’un grand groupe sont moins audacieuses et moins dynamiques.

  • Éditer, c’est prendre des risques.

3Les chaînes de librairies sont-elles dangereuses ? Oui, quand elles atteignent la taille de Chapters/Indigo.

4Les grandes surfaces sont-elles néfastes à la santé du livre ? Lorsqu’elles profitent de remises de quantité qui leur permet de baisser les prix, elles portent un coup dur aux librairies de détail, lesquelles constituent déjà le maillon faible de la chaîne du livre.

5Quel bilan faut-il faire de la situation actuelle au Québec ? Il vaut la peine de se comparer avec le reste du Canada. La loi québécoise du livre a permis aux distributeurs de se constituer solidement et aux librairies indépendantes de naître et de survivre. Les nouveautés trouvent leur chemin vers plus de 200 points de vente et les distributeurs peuvent répondre rapidement aux commandes des librairies pour un nombre considérable de titres.

6Est-ce que les Québécois conservent une part raisonnable de leur marché ?

7Des enquêtes récentes ont révélé que les livres de langue française les plus lus et les plus vendus étaient des traductions. Quand on pense à nos propres choix de lecture, cela ne devrait pas nous étonner. Viennent ensuite nez à nez les ouvrages d’auteurs québécois et d’auteurs français. Ce n’est pas si mal ! Selon les derniers chiffres disponibles au Conseil des Arts, cet organisme a soutenu pour l’année 2005-2006 1 003 titres de langue française et 1 075 de langue anglaise. Il s’agit d’ouvrages littéraires destinés au grand public.

8Le progrès et la bonne santé d’une société passent par les livres. Comment faire plus ?

  • en soutenant le développement des bibliothèques ;

  • en s’assurant du respect de La loi sur le livre et d’une plus juste répartition des achats auprès des librairies ;

  • en incitant les médias à faire une plus large place à la production québécoise. C’est la clé.

Denis Vaugeois

9En cinquante ans, l’industrie du livre s’est énormément développée au Québec. Un grand nombre d’éditeurs offre une grande variété de livres. Ceux-ci sont rendus facilement disponibles grâce à un vaste réseau de librairies, et ce, même en région éloignée ; à cela, il faut ajouter les grandes surfaces et les chaînes de pharmacies. Au Québec, l’offre n’a jamais été aussi abondante, ni le livre aussi disponible. Et pourtant, un malaise persiste. L’édition québécoise demeure fragile. La maison d’édition se doit d’être un agent de diffusion de notre culture, elle doit publier des livres qui sont le reflet de notre société, mais c’est également une entreprise qui doit être gérée efficacement si elle veut perdurer. Comment lier ces deux mandats, l’un culturel, l’autre économique, sans mettre en péril et la qualité et la diversité ? L’édition québécoise n’occupe que le tiers du marché. Elle doit lutter contre l’importation, essentiellement de France. La lutte est inégale ; le marché québécois représente un dixième du marché français ; l’investissement pour un éditeur français — et l’on parle surtout des grandes maisons — pour distribuer un de ses titres sur notre marché est minime en comparaison de son investissement national. Quand il décide du tirage d’un livre, il ne tient pas compte du Québec et l’on peut dire que les ventes réalisées ici sont un « plus » pour lui. Inversement, pour un éditeur québécois qui veut distribuer un de ses ouvrages sur le marché français, l’investissement est colossal. Sachant que le tirage habituel d’un roman au Québec se situe entre 1 000 et 2 000 exemplaires, une diffusion en France soutenue par une campagne promotionnelle nécessitera au minimum de doubler ce tirage pour faire la mise en place en librairie, et ce, sans aucune garantie de succès. Le risque financier, compte tenu des retours possibles, est considérable.

10Parallèlement à cette difficulté d’occuper une large part de notre propre marché, il faut maintenant lutter contre la vague de rachats par certains groupes. Ces regroupements, tant verticaux qu’horizontaux, s’ils permettent l’éclosion de groupes éditoriaux économiquement forts, doivent rendre des comptes à leurs actionnaires qui exigent un rendement rapide et élevé. Ils peuvent attirer dans leurs rangs des auteurs de best-sellers en leur offrant de généreux à-valoir et en leur garantissant une visibilité dans les différents médias du groupe. D’où le risque de voir les petites maisons littéraires privées de ces titres à succès qui leur permettent de vivre et de publier des ouvrages de fond. Ainsi apparaît le danger de voir disparaître cette créativité et cette diversité littéraires au profit de best-sellers dont la vente est plus ou moins garantie par le sujet ou la popularité de l’auteur et dont le succès est souvent éphémère. Le défi auquel doit faire face l’édition québécoise est double : augmenter sa part de marché et maintenir cette créativité et cette diversité culturelles.

Hervé Foulon

Auteurs

Été très actif dans le domaine de l’édition. Comme historien, il a reçu le prix Samuel de Champlain en 1997. Élu député du Parti québécois dans Trois-Rivières en 1976, il a été ministre des Affaires culturelles (1978-1981) et ministre des Communications (1979-1980). Il est directeur des Éditions du Septentrion et a été directeur général des Presses de l’Université Laval (1993-1995), président de l’Association nationale des éditeurs de livres (2000-2004). En 2005, il est nommé président du Conseil d’administration de « Montréal, capitale mondiale du livre ». Il est récipiendaire du prix Gérard-Parizeau en 2008.

Éditeur et président-directeur général chez Hurtubise HMH depuis 1979. Il est également président-directeur général des éditions Marcel Didier depuis 1982. Il a été administrateur et cofondateur de la société Bibliothèque québécoise (Montréal) et administrateur du Centre d’édition et de diffusion africaine (CEDA), Abidjan (Côte d’Ivoire). Il est président de Bibliothèque québécoise depuis 1996 et président de la Librairie du Québec à Paris depuis 2000. Hervé Foulon est aussi président de la Commission du livre et membre du conseil d’administration de la Société de développement des entreprises culturelles, et depuis 2007 son vice-président.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search