Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Cinquième partie. Le livre, la lecture et les bibliothèques

18. Bibliothèques publiques, livres et lecture, Internet : état des lieux

Jean-Paul Baillargeon

Texte intégral

  • 1 Ministère de la Culture, Bibliothèques publiques. Statistiques, Québec, Ministère de la Culture et (...)

1La majorité des bibliothèques publiques au Québec sont d’arrivée assez récente dans le paysage de nos institutions culturelles. Elles ont vu le jour bien après la plupart de nos troupes de théâtre professionnel, voire d’une bonne partie de nos musées. Bon nombre de nos bibliothèques publiques ont environ 25 ans d’âge, sinon moins. Malgré leur jeunesse, elles sont devenues l’institution culturelle la plus répandue au Québec, la plus fréquentée et la plus intensément utilisée. Au point où il y aurait désormais davantage d’usagers inscrits dans les bibliothèques publiques (au-delà de 2 200 000 personnes) que de personnes enregistrées dans le système scolaire, de la maternelle quatre ans au troisième cycle universitaire (un peu plus de 1 800 000)1.

2Les bibliothèques publiques offrent désormais accès à une pléiade de vecteurs : livres, journaux, périodiques, documents audiovisuels de diverses natures, produits multimédias, postes Internet, etc. En France, on nomme maintenant de telles institutions des « médiathèques ». Après quelques indications sur l’évolution du réseau des bibliothèques publiques au Québec, on en dressera un état des lieux succinct, en mettant l’accent sur l’imprimé par rapport aux autres vecteurs. Cet état des lieux prendra en compte les objectifs du ministère de la Culture quant au rôle d’alors des bibliothèques publiques dans la constitution d’une chaîne du livre viable. Suivront quelques constats et quelques remarques touchant la dernière-née de nos bibliothèques publiques : la Grande Bibliothèque. On examinera enfin les rapports qui pourraient exister entre la lecture de livres, l’utilisation d’une bibliothèque publique et la navigation sur Internet.

Un peu d’histoire

  • 2 Marcel Lajeunesse, « La bibliothèque publique au Québec de la Révolution tranquille au XXIe siècle (...)
  • 3 Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, 1760-1896, Montréal, Fides, 2000.

3Si l’arrivée des bibliothèques publiques est assez récente pour l’ensemble du Québec, il y a eu quelques bibliothèques qui ont joué un rôle analogue, comme celle du gouverneur Haldimand (gouverneur de 1777 à 1786). Celui-ci avait constitué une bibliothèque, y compris avec des livres en français, pour détourner les élites et les notables des philosophes des Lumières, ceux-ci ayant grandement influé sur les dirigeants de la Révolution américaine. Ainsi, la première bibliothèque constituée ici, ouverte à un certain public, l’a été sous le signe de la rectitude politique du temps2. Au XIXe siècle s’est constitué l’Institut canadien, sous la direction de maintes personnalités, principalement francophones, insatisfaites du régime politique d’alors. Cet institut, logé à Montréal et à Québec, comprenait, à chaque endroit, une bibliothèque. Chacune contenait, entre autres, des ouvrages des philosophes des Lumières. Après les défaites des révoltes armées de 1837-1838, les autorités catholiques du temps ont exigé que ces bibliothèques soient expurgées de tout livre à l’Index, soit tout livre interdit de lecture sous peine de péché, par Rome ou par l’évêque local. L’Institut canadien de Québec s’est exécuté. Celui de Montréal a refusé. Il a été condamné par la Sacrée Congrégation de l’Inquisition romaine et universelle, en 1989, à l’instigation de Mgr Bourget3.

  • 4 Marcel Lajeunesse, op. cit., p. 35.
  • 5 Maurice Lemire, « L’écrivain et son public-lecteur », dans Jean-Paul Baillargeon (dir.), Les prati (...)

4Puis ce fut, selon Marcel Lajeunesse, la période à « la saveur doucereuse de la bibliothèque paroissiale et des bons livres » destinée à « une conscience à diriger, un fidèle à édifier4 ». Cette période a duré, en gros, un peu plus de cent ans. « Limitées pour la plupart à quelques centaines de livres pieux, ces bibliothèques (paroissiales) cessèrent rapidement leurs activités, faute de lecteurs5. » Si l’Institut canadien de Québec devint la bibliothèque publique de la ville de Québec, comme en substitut, la première bibliothèque publique, relevant directement d’une administration municipale, fut créée en 1899 dans la municipalité de Westmount. Puis vint la Révolution tranquille. Certains pionniers, au ministère des Affaires culturelles, se sont voués au développement des bibliothèques publiques, là où il n’y en avait pas, et à l’élargissement des collections, là où existaient de telles institutions. Mais, c’est avec le plan Vaugeois, plan quinquennal réalisé entre 1980 et 1985, qu’on a vraiment connu une expansion notable du nombre de ces institutions et du développement des collections. Le réseau des bibliothèques publiques et la taille des collections ont continué à croître par après, mais à un rythme beaucoup plus lent. Depuis la fin des années 1990, les bibliothèques publiques desservent environ 92 à 95 % de la population. Comme couronnement de cet effort long et soutenu, la Grande Bibliothèque a ouvert ses portes à Montréal en avril 2005.

5Ainsi, de 1960 à 2004 — soit près de 45 ans —, la population desservie a triplé, la part de la population totale desservie par une telle institution a plus que doublé, le nombre d’usagers a presque sextuplé, les collections de livres ont plus que décuplé, le nombre de livres par habitant a plus que triplé, les prêts de livres ont décuplé et le nombre de prêts par usager s’est accru de près de 60 % (Tableau 18.1). Tout cela est un succès en soi, même si le Québec est encore loin des performances de son voisin l’Ontario en ces domaines.

Tableau 18.1 : Quelques indicateurs du développement des bibliothèques publiques au Québec, 1960-1980-2004

1960

1980

2004

Population desservie

2 324 333

5 014 353

7 141 853

Proportion, population totale

45,1 %

78,9 %

94,7 %

Usagers

331 445

1 038 504

2 283 367

Proportion d’usagers

14,3 %

20,7 %

32 %

Livres

1 830 195

6 900 744

19 346 787

Livres par habitant

0,78

1,37

2,71

Prêts de livres

3 928 160

16 372 643

42 245 647

Prêts par usager

11,8

15,8

18,5

Sources : Commission d’étude sur les bibliothèques publiques du Québec, Les bibliothèques publiques : une responsabilité à partager, Québec, la Commission d’étude sur les bibliothèques publiques du Québec, 1987 ; Ministère de la Culture et des Communications du Québec, Bibliothèques publiques : statistiques 2004, Québec, le Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

  • 6 Québec, Le temps de lire, un art de vivre. Politique de la lecture et du livre, Québec, Ministère (...)

6Outre le développement des bibliothèques publiques comme tel, on avait vu celles-ci comme partie de la chaîne du livre. Cette dernière, à l’époque, souffrait d’une indigence caractérisée, tant du côté des maisons d’édition que des librairies. Pour favoriser les unes et les autres, on a imaginé la création des éditeurs agréés et des librairies agréées. Celles-ci le furent par une loi de 1981, toujours en vigueur. Elle oblige toute institution publique à se procurer ses livres auprès d’une librairie agréée. Font exception l’achat des manuels scolaires et les acquisitions des bibliothèques universitaires. Cette mesure (offrir un marché captif à des librairies) a permis d’avoir des librairies convenables partout sur le territoire québécois. Si les bibliothèques publiques devaient se procurer leurs livres auprès de telles librairies de façon exclusive, en contrepartie, le ministère de la Culture remboursait 50 % de leurs acquisitions de documents. Depuis 1999, c’est-à-dire depuis la parution de la politique du livre et de la lecture6, le Ministère rembourse 75 % des dépenses de ces bibliothèques pour leurs acquisitions de livres et de périodiques québécois. Dans l’état des lieux qui suit, on pourra voir le rapport existant entre les bibliothèques publiques et les librairies agréées, ou encore le poids de ces institutions dans la vie de ces commerces.

État des lieux

7Jusqu’à l’ouverture de la Grande Bibliothèque, malgré que la quasi-totalité du territoire québécois fût desservie par une bibliothèque publique depuis le début des années 1990, la part des usagers est restée plutôt stationnaire, oscillant entre 30 et 32 %. Depuis le début de cette décennie, les augmentations d’usagers, en nombres absolus, n’ont suivi que la progression démographique générale, qui a été fort lente. Nous en sommes maintenant à près de 2 300 000 usagers inscrits (voir Tableau 18.1).

  • 7 Jean-Paul Baillargeon, « La bibliothèque publique : la mal connue de nos institutions culturelles  (...)

8Mais l’ensemble de ces bibliothèques, comme on l’a vu plus haut, est devenu un phénomène considérable, encore mal connu dans son ampleur et sa complexité, entre autres par les gens du monde universitaire qui œuvrent dans la recherche culturelle7. On y trouve, en 2004, plus de 20 000 000 de documents, dont au-delà de 95 % sont des livres. La même année, ces bibliothèques ont acquis plus d’un million deux cent mille volumes. Ceux qui ont annoncé la mort du livre au profit du document audiovisuel ou d’Internet auraient avantage à méditer ce dernier chiffre.

  • 8 Ministère de la Culture, op. cit.
  • 9 Observatoire de la culture et des communications du Québec, Statistiques principales de la culture (...)

9Ces institutions fonctionnent grâce à près de 2500personnes en équivalent temps plein, dont plus de 300 bibliothécaires professionnels, et à quelques 10 200 bénévoles, principalement dans les bibliothèques des petites municipalités. Sur 1044points de service, ces municipalités en comptaient 70 % ; soit plus de 7308. Ces dernières n’existeraient pas sans ce personnel bénévole. À titre de comparaison, les musées soutenus par le ministère de la Culture et des Communications ont un peu plus de 1500personnes à leur emploi et environ autant de bénévoles à leur service9.

10Les revenus de toutes ces bibliothèques approchent les 215 000 000 $, qu’on peut comparer à ceux des musées soutenus par le ministère de la Culture (environ 115 000 000 $). Quant aux subventions du gouvernement du Québec que reçoivent ces bibliothèques, elles s’élèvent à environ 25 000 000 $, moins de 12 % des revenus de ces établissements. Encore une fois, à titre de comparaison, les musées mentionnés ci-dessus reçoivent des subventions du gouvernement du Québec à hauteur de 54 % de leurs revenus totaux et à tout au plus 3 % en provenance des municipalités. Celles-ci contribuent à 80,5 % des revenus des bibliothèques publiques du Québec. En ce sens, la bibliothèque publique est non seulement un service municipal, mais sa plus importante dépense en matière de culture, sinon pour la majorité des municipalités, l’unique poste de dépenses en ce domaine.

11Toujours en 2004, les dépenses des bibliothèques publiques étaient de près de 214 000 000 $. Ces institutions ont donc bénéficié alors d’un excédent de 700 000 $ en regard de leurs dépenses. Il n’est pas surprenant de voir que 55 % de ces dépenses sont allées en rémunération pour leur personnel. Toujours à titre de comparaison, les musées mentionnés ci-dessus ont vu leurs dépenses pour leurs employés salariés s’élever à 42 % de leurs dépenses totales. Par ailleurs, les bibliothèques publiques ont dépensé près de 33 000 000 $ en achats de documents, pour un peu plus de 1 200 000 livres et pour environ 37 000 abonnements à des journaux et à des périodiques (voir Tableau 18.2).

12Si ces bibliothèques ont effectué plus de 42 000 000 de prêts de livres (Tableau 18.1), elles ont aussi fait environ 195 000 locations de best-sellers (Tableau 18.2). À maintes reprises, les éditeurs de livres et les libraires se sont plaints de cette pratique, affirmant que ces locations leur faisaient une concurrence déloyale. Rappelons que, pour chaque location de best-sellers, les bibliothèques publiques ont effectué 217 prêts de livres. Cette pratique par les bibliothèques est une sorte de ticket modérateur. Au lieu d’acheter plusieurs exemplaires de livres en très grande demande momentanée, mais qui deviennent délaissés rapidement, les bibliothèques en achètent un moins grand nombre, qu’elles louent. Ce qui leur laisse une marge budgétaire pour acheter d’autres ouvrages. Au fond, les libraires ne perdent rien de la part des bibliothèques publiques. Les best-sellers qu’ils achètent en moins grand nombre leur permettent d’acquérir d’autres types de volumes. Quant aux best-sellers loués par les usagers des bibliothèques publiques, ceux-ci, semble-t-il, ne les auraient pas plus achetés qu’ils n’achètent des exemplaires de livres empruntés. On peut affirmer que la Loi sur les librairies agréées a joué son rôle et continue à le jouer. Ainsi, en 2000, sur 270 000 000 $ de ventes de ces commerces, pas moins de 25 % provenaient de demandes institutionnelles. Parmi celles-ci, les bibliothèques publiques se positionnaient à hauteur de 41 %, soit presque un dollar sur deux. Les achats des bibliothèques publiques représentent plus de 10 % des ventes totales des librairies agréées (voir Tableau 18.3). Sans ces obligations faites aux institutions publiques, y compris les bibliothèques publiques, de s’approvisionner en livres auprès de librairies agréées, il est entendu qu’on n’aurait pas au Québec le nombre de librairies que nous avons maintenant ni la répartition territoriale que nous leur connaissons. Cette mesure a permis de rendre ce commerce accessible partout, avec des fonds convenables où que l’on soit.

Tableau 18.2 : État des lieux, bibliothèques publiques du Québec, 2004

Personnel employé (équivalent temps plein)

2 484

Bibliothécaires

323

Revenus totaux

214 591 425 $

Subventions1

24 847 550 $

Contributions municipales

172 785 278 $

 % des revenus

80,5 %

Par tête

24,19 $

Dépenses totales

213 893 137 $

Personnel

119 761 877 $

Documents

32 688 619 $

Collections totales

20 337 550

Livres

19 346 787

Documents audiovisuels

740 341

Autres documents

250 422

Acquisitions

Livres

1 205 915

Abonnements

36 792

Location de best-sellers

194 512

Bénévoles

10 226

1 Soutien au développement des collections des bibliothèques publiques autonomes ; soutien aux centres régionaux de services aux bibliothèques publiques ; soutien aux bibliothèques spécialisées.
Source : Ministère de la Culture et des Communications, Bibliothèques publiques : statistiques 2004, Québec, le Ministère.

Tableau 18.3 : Les bibliothèques publiques dans la chaîne du livre, part des ventes des librairies agréées qui leur sont attribuables, 2000

Ventes totales des librairies agréées

269 957 000 $

Ventes aux établissements

67 740 000 $

 % des ventes totales

25,1

Achats de documents, bibliothèques publiques

30 617 000 $

Part allant aux livres (90 %)

27 555 300 $

 % achats de livres, bibliothèques publiques/ventes aux établissements

40,7

 % achats de livres, bibliothèques publiques/ventes totales

10,2

Sources : Observatoire de la culture et des communications du Québec, État des lieux du livre et des bibliothèques, Québec, Institut de la statistique du Québec, 2004 ; Ministère de la Culture et des Communications du Québec, Bibliothèques publiques : statistiques, 2000, Québec, le Ministère de la Culture et des Communications du Québec.

La Grande Bibliothèque

13La Grande Bibliothèque a ouvert ses portes en avril 2005, à Montréal. Son site a été choisi pour en faciliter l’accès : carrefour des deux principales lignes de métro, proximité de l’UQAM, etc. Créée en 1998, la Grande Biblio - thèque voit sa mission fusionnée avec celle de la Bibliothèque nationale du Québec en 2001. Par la suite, cette dernière s’élargira en fusionnant cette fois-ci avec les Archives nationales du Québec. Ces diverses fusions permettront, notamment, à la Grande Bibliothèque lors de son ouverture, de mettre à la disposition du public à la fois le fonds provenant de l’ancienne biblio thèque centrale de la Ville de Montréal (plus de 450 000 documents), des doubles du dépôt légal ainsi que d’achats effectués depuis 2001, soit en tout 4 000 000 de documents, dont 1 000 000 de livres. Un important travail de numérisation a été entrepris dès les origines. Celui-ci se continue. Il permet de donner accès en ligne à une gamme de plus en plus élargie de documents québécois, partout, ici comme dans le reste du monde.

  • 10 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, op. cit.

14Dès l’ouverture de la Grande Bibliothèque, on s’attendait à un succès de fréquentation et d’utilisation, ne serait-ce que par le fait qu’elle jouait désormais le rôle de bibliothèque centrale pour la ville de Montréal. Les attentes qu’on avait formulées ont été dépassées, et de loin. Cet établissement enregistre en moyenne, actuellement, 70 000 entrées par semaine. Du 3 mai 2005 (date officielle de l’ouverture) au 30 mars 2006, cette bibliothèque a effectué plus de 3 400 000 prêts de documents à des individus, dont environ 2 000 000 de livres10 en 11 mois. Si, semble-t-il, les prêts de livres se sont accrus en 2005 dans toutes les bibliothèques publiques, le taux de croissance de ces prêts à la Grande Bibliothèque y aurait crû plus rapidement qu’ailleurs.

15On ne mesure pas la performance d’une bibliothèque publique qu’à ses prêts de livres. Il y a aussi le nombre de visiteurs, les consultations sur place, ainsi que les prêts entre bibliothèques. Dans tous ces domaines, la Grande Bibliothèque a dépassé, parfois de loin, les objectifs qu’elle s’était fixés pour sa première année de fonctionnement. On ne sera pas surpris, par exemple, qu’elle ait effectué près de 4200 prêts à d’autres bibliothèques en 2005-2006. Une partie de sa collection provenant du dépôt légal doit contenir des volumes qu’on trouve désormais très difficilement ailleurs.

16Dès le départ, la Grande Bibliothèque a mis sur pied une grande vari été d’activités d’initiation, d’animation, de visites et d’expositions. Elle s’est dotée, entre autres, d’une direction des communications et des relations publiques. On trouve peu de bibliothèques publiques, ailleurs au Québec, pourvues d’un tel service ou faisant intensément affaire avec le service des communications de leur municipalité.

17La Grande Bibliothèque a entrepris des démarches systématiques auprès des bibliothèques publiques du Québec pour arriver à fonctionner en réseau, pour s’équiper collectivement de services informatiques adéquats, etc. À ce sujet, certains avaient qualifié la Grande Bibliothèque publique de navire amiral des bibliothèques publiques, à la naissance de celle-ci. Cette allégation n’a pas eu l’heur de plaire alors à tout le monde. On redoutait la mise en tutelle des bibliothèques publiques par la Grande Bibliothèque. Mais il n’en reste pas moins que c’est cet établissement qui a les collections les plus riches et les plus variées, qui a aussi une concentration de compétences professionnelles et techniques qu’aucune autre biblio - thèque publique n’est en mesure de se procurer.

18Est-ce que la grande popularité de fréquentation de cette bibliothèque perdurera ? Beaucoup d’éléments donnent à penser que l’ouverture de cette bibliothèque ressemble en bien des points à ce qui s’est passé lors de l’ouverture de chaque nouvelle bibliothèque. On est allé chercher chaque fois une clientèle spontanée qui n’attendait que cette occasion pour enfin avoir droit à la lecture publique. L’ampleur de la fréquentation de la Grande Bibliothèque a de quoi impressionner. Mais on doit la mettre dans le contexte de l’importance démographique de la ville et de la région de Montréal. À plus petite échelle, la bibliothèque Gabrielle-Roy et le Musée de la civilisation ont connu de pareils engouements aux premiers temps de leur existence. La Grande Bibliothèque atteindra-t-elle un jour, elle aussi, une sorte de vitesse de croisière ? Quand ? Sur quel plan ?

19Si, actuellement, on célèbre à bon droit la fréquentation et les multiples usages de cette bibliothèque, si, par ses moyens considérables, elle peut aider l’ensemble des bibliothèques publiques du Québec à fonctionner graduellement en réseau, ce ne sont peut-être pas là ce qu’on retiendra le plus, au bout du compte, de la place de cette bibliothèque. Par ses moyens, elle peut innover de multiples manières dans ses façons de fonctionner. On ne peut dire, par exemple, que, chez elle, la bataille de l’imprimé fasse rage. Bien au contraire, on y favorise, avec une certaine harmonie semble-t-il, une cohabitation de l’imprimé et du numérique. En ce domaine, et en bien d’autres, la Grande Bibliothèque pourrait devenir pour les autres bibliothèques publiques ce que le Musée de la civilisation aura été pour les autres musées : un incubateur et un modèle d’innovations quant à la façon de rendre service, de réaliser sa mission de transmission de la culture auprès du public.

Lecture de livres, bibliothèques publiques, Internet

20Il est remarquable de constater que le pourcentage des Québécois de 15 ans et plus ayant lu des livres a bondi entre 1999 et 2004, de 52 % à un peu plus de 84 % (Tableau 18.4a). Il en va de même pour ceux ayant affirmé avoir lu des livres de façon régulière, de 52 à 59 % (Tableau 18.4b). Bien qu’ici, la part des lecteurs réguliers se soit accrue beaucoup plus modestement que celle, plus large, des lecteurs qu’on pourrait caractériser de toutes catégories (occasionnels, réguliers, assidus, etc.). En examinant le Tableau 18.4c, on constate que la part des lecteurs occasionnels s’est accrue de façon considérable entre 1999 et 2004, alors que les lecteurs moyens ont vu leur poids diminuer et celui des lecteurs assidus, ou grands lecteurs, chuter de façon importante. Par contre, la fréquentation des bibliothèques publiques a continué à croître entre 1999 et 2004, mais à un rythme plus lent qu’entre 1994 et 1999 (Tableau 18.4d).

Tableau 18.4 : Lecture de livres et fréquentation d’une bibliothèque publique, 1979-2004

Tableau 18.4 : Lecture de livres et fréquentation d’une bibliothèque publique, 1979-2004

Sources : Rosaire Garon et Lise Santerre, Déchiffrer la culture au Québec. 20 ans de pratiques culturelles, Québec, Les Publications du Québec, 2004 ; Rosaire Garon, La pratique culturelle au Québec en 2004. Recueil statistique, Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2005.

21Que conclure de tout cela sinon que le lectorat de livres s’est accru considérablement, grâce surtout à l’ajout très important de faibles lecteurs de livres, au détriment, par ailleurs, des grands lecteurs. Davantage de gens auraient lu quelques livres, mais une proportion quasi équivalente de grands lecteurs aurait disparu du paysage. Comment expliquer tout cela ?

22Certains ont parlé des premiers baby-boomers qui se seraient remis à lire, une fois que leurs enfants ont quitté le domicile familial, ayant davantage de temps libre. Il ne faut pas oublier que ces premières cohortes de baby-boomers furent les premiers bénéficiaires de la démocratisation de l’éducation, de la scolarisation massive et prolongée. Si cette explication vaut pour l’élargissement du lectorat, elle n’éclaire pas la diminution du nombre de grands lecteurs.

23On peut possiblement trouver celle-ci dans l’expansion foudroyante des navigateurs sur Internet, 27 % en 1999 et près de 48 % en 2004. Même si le nombre moyen d’heures de navigation sur Internet reste quasiment le même entre 1999 et 2004, la proportion des habitués d’Internet a presque doublé (Tableau 18.5 a et b). Ainsi, en 2004, une plus grande proportion de gens consacraient du temps à Internet. Ce temps n’allait forcément pas aux livres. D’où un nombre significatif de gens qui seraient passés de lecteurs assidus ou moyens à faibles lecteurs, Internet étant entré en trombe dans leurs pratiques culturelles. Il y aurait eu substitution dans l’emploi du temps.

Tableau 18.5 : Internet à domicile, 1999-2004

Tableau 18.5 : Internet à domicile, 1999-2004

Sources : Rosaire Garon et Lise Santerre, Déchiffrer la culture au Québec. 20 ans de pratiques culturelles, Québec, Les Publications du Québec, 2004 ; Rosaire Garon, La pratique culturelle au Québec en 2004. Recueil statistique, Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2005.

24Mais, encore une fois, cela n’expliquerait pas nécessairement toute l’expansion considérable du nombre de faibles lecteurs. Il y a maintenant des postes Internet partout dans les bibliothèques publiques. Ces postes sont constamment occupés. On y voit surtout des jeunes. Des bibliothécaires, attentifs à ce qui se passe dans leurs institutions, ont pu remarquer que les postes Internet sont des portes d’entrée à leurs bibliothèques pour maintes personnes, particulièrement des jeunes. Bon nombre de ceux-ci, après avoir navigué sur des sites à contenus qui les intéressent, ressortent de la bibliothèque avec, sous le bras, des livres qui traitent des mêmes contenus.

25Ainsi, de même qu’Internet aurait fait diminuer le nombre de grands lecteurs, de même aurait-il contribué à l’élargissement du nombre de faibles lecteurs ou de lecteurs occasionnels de livres. S’il y a eu dans les foyers et dans les bibliothèques publiques bataille de l’imprimé versus le monde du Web, cette bataille aurait fait des victimes autant que des vainqueurs pour ce qui est de la lecture de livres.

  • 11 Marcel Lajeunesse, op. cit.

26Les mesures prises par le ministère de la Culture pour couvrir l’ensemble du territoire québécois de bibliothèques publiques et de librairies furent un succès. Dans les deux cas, on a réussi à mettre à la disposition du public un document imprimé, le livre. Mais celui-ci est arrivé très tardivement de façon massive dans l’histoire culturelle du Québec, en comparaison avec d’autres sociétés, en particulier nos deux principaux voisins, l’Ontario et les États-Unis d’Amérique. Ainsi, pour ce qui est des bibliothèques publiques, l’historien Marcel Lajeunesse a pu affirmer qu’elles ont ici « des racines courtes11 ». On peut dire la même chose de nos librairies.

27Puis est arrivé Internet, avant que le livre et la bibliothèque publique ne se soient profondément ancrés dans nos pratiques culturelles. Les bibliothèques publiques ont pris rapidement le virage informatique, y compris la Grande Bibliothèque, que, du côté des usagers, elles ont fait côtoyer avec leurs fonds d’imprimés. Au vu des données les plus récentes des enquêtes des pratiques culturelles du ministère de la Culture, il semblerait qu’Internet ait fait à la fois disparaître un certain nombre de grands lecteurs et fait émerger une proportion significative de lecteurs occasionnels, ceux-ci étant possiblement allés chercher dans certains livres ce à quoi la navigation sur Internet les avait initiés. C’est à se demander si nous ne connaissons pas, du côté des usagers, une période d’adaptation entre l’imprimé et Internet. Cela s’est passé à l’arrivée de nouveaux médias dans le passé, comme, par exemple, entre le cinéma et la télévision, entre la radio et la télévision.

  • 12 Pierre Lévy, Cyberculture. Rapport au Conseil de l’Europe dans le cadre du projet nouvelles techno (...)
  • 13 Dominique Wolton, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, (...)
  • 14 Hervé Fischer, Le choc du numérique. À l’aube d’une nouvelle civilisation, le triomphe des cyberpr (...)

28Un chantre inconditionnel de la cyberculture, Pierre Lévy12, a affirmé qu’Internet ne sonne pas la disparition du livre, de l’imprimé tel que nous le connaissons. Dominique Wolton13 a dit que la culture ne se développait pas par substitution, mais par accumulation. Le livre, pour transporter « la pensée »14, restera en cela le média préféré, alors qu’Internet ne fonctionne pas selon la même logique. Le livre, le vrai, celui qui est vecteur de la pensée, d’un récit, où s’articulent un début, un milieu et une fin pour former un tout complet en soi, que ce récit soit à contenu fictif, documentaire ou théorique, ne verra pas Internet s’y substituer. Internet, au contraire, n’amène pas l’esprit à fonctionner selon une logique linéaire, mais, toujours selon Fischer, selon une logique en arborescence. Deux logiques, donc, plus ou moins irréductibles l’une à l’autre. Bataille de l’imprimé contre Internet chez les usagers ? On pourrait parler aujourd’hui plutôt de juxtaposition, jusqu’à ce que nos sociétés aient mieux saisi en quoi l’une et l’autre logique sont les plus appropriées pour rendre compte du réel, de la pensée et du mode d’appropriation de ceux-ci par les êtres humains.

Notes

1 Ministère de la Culture, Bibliothèques publiques. Statistiques, Québec, Ministère de la Culture et des Communications (annuel) ; Ministère de l’Éducation, Indicateurs de l’éducation, Québec, Ministère de l’Éducation (annuel).

2 Marcel Lajeunesse, « La bibliothèque publique au Québec de la Révolution tranquille au XXIe siècle », dans Jean-Paul Baillargeon (dir.), Bibliothèques publiques et transmission de la culture à l’orée du XXIe siècle, Québec/Montréal, Les Éditions de l’IQRC/Les Éditions ASTED, 2004, p. 35-47.

3 Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, 1760-1896, Montréal, Fides, 2000.

4 Marcel Lajeunesse, op. cit., p. 35.

5 Maurice Lemire, « L’écrivain et son public-lecteur », dans Jean-Paul Baillargeon (dir.), Les pratiques culturelles des Québécois : une autre image de nous-mêmes, Québec, IQRC, 1986, p. 34.

6 Québec, Le temps de lire, un art de vivre. Politique de la lecture et du livre, Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1998.

7 Jean-Paul Baillargeon, « La bibliothèque publique : la mal connue de nos institutions culturelles », Michel Venne (dir.), L’Annuaire du Québec 2005, Montréal, Fides, 2004, p 364-369.

8 Ministère de la Culture, op. cit.

9 Observatoire de la culture et des communications du Québec, Statistiques principales de la culture et des communications du Québec, édition 2004, Québec, Institut de la statistique du Québec, 2004.

10 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, op. cit.

11 Marcel Lajeunesse, op. cit.

12 Pierre Lévy, Cyberculture. Rapport au Conseil de l’Europe dans le cadre du projet nouvelles technologies, coopération culturelle et communication, Paris/Strasbourg, Odile Jacob/Éditions du Conseil de l’Europe, 1997.

13 Dominique Wolton, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 1999.

14 Hervé Fischer, Le choc du numérique. À l’aube d’une nouvelle civilisation, le triomphe des cyberprimitifs, Montréal, vlb Éditeur, 2001.

Table des illustrations

Titre Tableau 18.4 : Lecture de livres et fréquentation d’une bibliothèque publique, 1979-2004
Légende Sources : Rosaire Garon et Lise Santerre, Déchiffrer la culture au Québec. 20 ans de pratiques culturelles, Québec, Les Publications du Québec, 2004 ; Rosaire Garon, La pratique culturelle au Québec en 2004. Recueil statistique, Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2005.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16945/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Tableau 18.5 : Internet à domicile, 1999-2004
Légende Sources : Rosaire Garon et Lise Santerre, Déchiffrer la culture au Québec. 20 ans de pratiques culturelles, Québec, Les Publications du Québec, 2004 ; Rosaire Garon, La pratique culturelle au Québec en 2004. Recueil statistique, Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2005.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16945/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteur

Présent retraité, est rattaché à la Chaire Fernand-Dumont sur la culture, à l’INRS Urbanisation Culture et Société, à titre de chercheur honoraire. Il est présentement actif dans des recherches touchant les rapports socioculturels de la bibliothèque publique québécoise avec son milieu.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search