Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

15 La presse des acteurs sociaux

Claude Martin, Marylaine Chaussé et Édric Richard Richemond

Texte intégral

  • 1 Nos remerciements vont aussi à Madame Mireille Laforce, coordonnatrice, Dépôt légal et Madame Mart (...)

1Les imprimés et en particulier les périodiques sont le produit de nombreux acteurs : entreprises, gouvernements, organisations diverses et multiples, groupes de pression, mouvements sociaux. D’un certain point de vue, tous interviennent dans l’espace public et peuvent être considérés comme des acteurs sociaux. Nous voulons ici nous intéresser à la presse périodique produite par les acteurs sociaux, en excluant la presse commerciale1. Il s’agit donc, de la presse des groupes qui interviennent dans la dynamique sociale. Certains sont connus comme des « groupes de pression », d’autres agissent de façon moins visible. On y trouve fréquemment des publications destinées à un public présentant une quelconque caractéristique sociale, donc souvent des publications peu connues du grand public. Ce domaine est peu étudié, excepté pour quelques types de publications telles que les périodiques étudiants ou la presse féminine ou féministe. Sauf erreur, on ne trouve pas de répertoire complet de cette presse ou de statistiques sur leur nombre au Québec. Par ailleurs, l’histoire de l’imprimé révèle que, dès les débuts de l’imprimerie, les groupes sociaux de tout ordre ont utilisé la presse pour la promotion de leurs idées et intérêts. Ce fut souvent par le moyen de la presse commerciale, et aussi par ce que nous nommons ici la presse des acteurs sociaux.

2Nous procéderons en deux temps. Nous regarderons d’abord des données que Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a mises à notre disposition en vue de délimiter quantitativement le phénomène. Nous tenterons ensuite d’établir certaines des caractéristiques de cette presse.

Premier décompte

3Les données de BAnQ proviennent du dépôt légal auquel toutes les publications sont astreintes. Malheureusement, le système ne peut extraire la liste des périodiques actifs à un moment donné selon le type d’éditeur. Les données disponibles sont celles produites par l’inscription des nouveaux titres et par les changements de titre. Il ne s’agit donc pas de l’ensemble des titres au catalogue de la Bibliothèque et nous ne savons pas si les nouveaux titres d’une année donnée sont encore actifs aujourd’hui. Néanmoins, ces données permettent d’avoir une image inédite du dynamisme du phénomène. Chaque titre est catégorisé par BAnQ selon divers types d’éditeurs. Nous avons demandé un relevé des catégories sui vantes :

  • 06 Associations diverses (syndicats, corporations prof., etc.)
  • 07 Associations étudiantes
  • 09 Communautés culturelles
  • 99 Autres (évêchés, galeries, paroisses, partis politiques, etc.) (présentées ici selon la graphie de BAnQ).

4En incluant dans l’analyse la catégorie « Autres » de BAnQ, nous savions qu’il s’agirait d’un ensemble disparate, mais nous l’avons quand même analysé, car nous pensions y trouver aussi des publications issues des acteurs sociaux. Nous avons reçu un fichier des périodiques nouvellement créés ou ayant changé leur titre entre janvier 1995 et le 5 mars 2007. Nous avons ainsi un répertoire comportant 1 126 titres dont 802 étaient des nouveaux titres. Notons qu’un même éditeur ou organisme peut inscrire plus d’un titre. Notons aussi que ces organismes peuvent avoir d’autres types d’activités éditoriales (communiqués, littérature grise, lettres aux médias, etc.). Par ailleurs, pour une raison que nous ignorons, plus des trois quarts de ces titres ont été inscrits à partir de 2003. D’autre part, certains éditeurs donnent à BAnQ une indication de leur tirage. BAnQ nous a ainsi fourni le tirage moyen par catégorie et par année. Il faut cependant noter qu’il ne s’agit pas du tirage de chaque titre et que la périodicité de ces titres nous est inconnue. Nous ne pouvons donc pas calculer un tirage annuel.

Tableau 15.1 : Tirage des titres en nouvelle inscription avec tirage connu, janvier 1995-5 mars 2007

Tableau 15.1 : Tirage des titres en nouvelle inscription avec tirage connu, janvier 1995-5 mars 2007

Source : notre compilation d’après les données de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

  • 2 Environ, car notre calcul est basé sur des tirages moyens apparemment arrondis.

5Le Tableau 15.1 montre notre compilation des données de tirage moyen pour l’ensemble de la période selon les catégories d’éditeurs de BAnQ. La ligne (2) provient d’une comparaison entre ces données et celles du fichier général des 1 126 titres. On y voit qu’un peu moins de la moitié des titres fournissent une indication du tirage. Sous cette réserve, la catégorie « Autres » l’emporte pour le nombre de titres (ayant fourni leur tirage) et pour le tirage moyen, mais nous verrons plus loin qu’il s’agit souvent de journaux commerciaux. Les associations étudiantes et les communautés culturelles comptent beaucoup moins de titres (parmi ceux avec indication du tirage) que les associations diverses », ce qui ne surprend pas. Ces trois catégories se ressemblent quant au tirage moyen, soit autour de 5 000 exemplaires pour les associations diverses et les communautés culturelles et un peu moins de 8 000 pour les associations étudiantes. N’oublions cependant pas qu’une telle moyenne cache habituellement des variations importantes et que nous n’avons pas ces données. En multipliant le tirage moyen par le nombre de titres, on obtient un total d’environ 6 330 2602 exemplaires pour une parution de l’ensemble de ces titres (toujours parmi ceux ayant fourni leur tirage). Il s’agit donc d’un phénomène quantitativement important.

  • 3 Marylaine Chaussé a réalisé cette opération.

6Nous avons classé les 1 126 titres dans des catégories d’éditeurs plus détaillées que celles de BAnQ. Il ne s’agit pas ici d’une critique des catégories de BAnQ, car celles-ci répondent à un usage bibliothéconomique. Pour notre part, nous voulions identifier plus clairement les acteurs inclus dans la catégorie « Associations diverses ». En plus du titre, le fichier fourni par BAnQ identifiait l’éditeur. Au Tableau 2, on voit les catégories que nous avons repérées (ainsi que celles de BAnQ). Ce codage a quelquefois pu être fait sur la base de notre connaissance de l’organisme et il a parfois demandé une recherche dans Internet pour mieux le cerner3. Rappelons que, dans ce type d’analyse, d’autres systèmes catégoriels sont possibles. Signalons aussi qu’il nous reste 192 titres, soit 18,7 % du total, dans la catégorie « Autres ». Il s’agit surtout de titres que nous ne pouvions réunir avec d’autres pour former une catégorie numériquement utile, car nous avons tenté d’éviter de créer des catégories pour un petit nombre de titres. Un certain nombre de titres ont aussi résisté à nos tentatives de les identifier. D’autre part, 101 titres, presque tous dans la catégorie « Autres » de BAnQ, sont des journaux commerciaux. Nous les avons placés dans une catégorie à part (à l’avant-dernière ligne du tableau, exclue du calcul des pourcentages).

7Nous voyons au Tableau 15.2 une étonnante diversité de sources. Néanmoins, certains rapprochements peuvent être intéressants. Rappelons qu’il s’agit ici des nouveaux titres et des changements de titre seulement. Regardons d’abord ce qui a trait à l’économie et au travail. Les associations d’entreprises occupent le premier rang du tableau pour le nombre de titres, soit 132 ou 12,9 % du total. Les associations professionnelles ne sont pas loin avec 74 titres. Les corporations professionnelles et les syndicats de travailleurs sont moins actifs avec, respectivement, 37 et 38 titres. Les organismes gouvernementaux ou paragouvernementaux arrivent au deuxième rang du tableau avec 76 titres. Un peu en opposition à ces deux blocs, on voit les associations citoyennes avec 57 titres et, plus loin, les organismes communautaires avec 27 titres.

Tableau 15.2 : Répartition des nouvelles inscriptions à BAnQ selon le type d’éditeur, janvier 1995-5 mars 2007

Tableau 15.2 : Répartition des nouvelles inscriptions à BAnQ selon le type d’éditeur, janvier 1995-5 mars 2007

Source : Notre compilation d’après les données de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

8Les activités culturelles occupent le quatrième rang avec 62 titres. Plus loin, on voit une catégorie proche, soit les groupes d’intérêt et les loisirs avec 25 titres. Dans un ordre d’idées relativement proche, la catégorie « Histoire, généalogie, familles » (« familles » au sens de groupes patronymiques) occupe le sixième rang du tableau avec 53 titres. On pourrait lui associer la catégorie « Communautés culturelles » (46 titres) et, pourquoi pas, « Régions et quartiers » (34 titres) ainsi que « Religions, paroisses » avec 40 titres. Finalement, signalons le domaine de la santé (39 titres), les groupes de recherche (31) et les fondations (26). Remarquons que l’éducation semble absente, contrairement à la santé. Les partis politiques sont la seule « petite » catégorie que nous ayons conservée avec seulement sept titres.

Une presse distincte ?

9Tentons de dégager certaines caractéristiques de la presse des acteurs sociaux. Contrairement aux médias commerciaux, elle ne s’organise pas en conglomérats multimédias. Elle se distingue aussi, jusqu’à un certain point, de la presse commerciale par son financement. La première ne vise pas la rentabilité, mais plutôt l’expression. La presse commerciale arrive à la rentabilité surtout par son financement publicitaire. On trouve aussi de la publicité dans cette presse, mais dans une proportion moindre. La presse des acteurs sociaux se finance le plus souvent par l’apport d’une organisation ou par les contributions des membres d’un groupe. Les groupes et acteurs sociaux se donnent ainsi une presse « spécialisée » qui est sous leur contrôle éditorial. Dans le cas de mouvements politiques, il s’agit d’ailleurs d’une tradition ancienne qui a déjà fait la manchette. Les fonctions des artisans de la presse des acteurs sociaux semblent aussi particulières. Les rédacteurs qui y travaillent ont un statut incertain : journalistes patentés pour certains ou journalistes en devenir, publicistes ou relationnistes pour d’autres, « amateurs » ou collectionneurs dans certains cas, militants dans d’autres.

10Notre analyse nous a fourni un portrait plus diversifié et moins « militant » que celui que nous avions a priori. Nous pensions alors à des catégories comme la presse politique (L’aut’journal), la presse féminine (La Gazette des femmes), la presse syndicale (Le Monde ouvrier), la presse étudiante (Le Quartier Libre) et la presse industrielle (Le Maître imprimeur). Notre corpus révèle d’abord une forte présence d’une presse liée aux pouvoirs économiques et à la gouvernance (État et organisations professionnelles). En contrepartie, les contre-pouvoirs citoyens ou syndicaux occupent un espace plus restreint (dans le renouvellement des titres, il faut le rappeler). Un peu à l’extérieur de cette polarisation, on voit un important ensemble de ce que nous pourrions nommer la presse des communautés ou, même, des identités (généalogie, communautés culturelles, quartiers). Les activités culturelles et les loisirs ne sont pas très loin de cette logique. Deux logiques regrouperaient donc les titres de notre corpus. D’une part, ce qui a trait aux rapports collectifs structurés par l’ordre juridico-économique et, d’autre part, ce qui relève des identités, soit, quand même, deux types de liens sociaux.

11Cependant, il ne faut pas tirer des conclusions hâtives sur l’impact social de ces publications. Le nombre de titres et le tirage ne sont pas les seuls critères de l’importance sociale. Ainsi, la presse féministe est peu visible dans notre corpus, mais elle a été très active dans l’espace public. Ou encore, la presse étudiante a été à l’origine de nombreuses carrières journalistiques. Notre corpus révèle néanmoins des mouvements de société, même si l’impact social d’un ensemble aussi disparate est difficile à mesurer. Il va de l’information relativement factuelle à la mobilisation en vue du changement social en passant par l’apprentissage des métiers de la presse. Il faudrait un effort de recherche soutenu afin de mieux connaître le contenu et la réception de ces publications. On y verrait peut-être que cette presse permet de conforter des identités très diverses tout en représentant les intérêts de groupes hors de leurs frontières. Elle peut aussi soutenir l’établissement de règles internes de comportement dans une collectivité ou, au contraire ou en même temps, devenir un espace délibératif ou oppositionnel.

Notes

1 Nos remerciements vont aussi à Madame Mireille Laforce, coordonnatrice, Dépôt légal et Madame Martine Renaud, bibliothécaire, BAnQ, qui nous ont fourni les données.

2 Environ, car notre calcul est basé sur des tirages moyens apparemment arrondis.

3 Marylaine Chaussé a réalisé cette opération.

Table des illustrations

Titre Tableau 15.1 : Tirage des titres en nouvelle inscription avec tirage connu, janvier 1995-5 mars 2007
Légende Source : notre compilation d’après les données de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau 15.2 : Répartition des nouvelles inscriptions à BAnQ selon le type d’éditeur, janvier 1995-5 mars 2007
Légende Source : Notre compilation d’après les données de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

Auteurs

Étudiant à la maîtrise en communication à l’Université de Montréal. Sa recherche porte sur la diffusion de la musique haïtienne à la radio en Haïti.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search