Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

14. La presse des femmes et le progrès social au Québec

Marie-José des Rivières et Caroline Caron

Texte intégral

1Une idée communément reçue veut que la presse féminine n’ait aucune utilité sociale et que les seules contributions positives se trouvent du côté de la presse féministe. Cela reflète-t-il la réalité ? On peut effectivement diviser la presse des femmes en deux secteurs. D’une part, le magazine féminin, qui se rattache au magasin, au sens hétéroclite et commercial. La publicité y joue un rôle capital, assurant, notamment, une diffusion massive permettant à des femmes journalistes de toucher un vaste public féminin. D’autre part, et de manière plus complémentaire qu’opposée, on trouve la presse féministe. Cette presse d’opinion est explicitement destinée à promouvoir et soutenir le changement social. Toutefois, son rejet de la publicité commerciale limite non seulement ses tirages, mais aussi sa survie.

  • 1 La Gazette des femmes, Québec, Conseil du statut de la femme/Les Publications du Québec, 1979-.

2Au Québec, une des premières revues d’action sociale que nous pourrions qualifier de féministe apparaît en 1913 : il s’agit de La Bonne Parole, fondée par Marie Lacoste-Gérin-Lajoie. Beaucoup plus tard, dans les années 1970 et 1980, quelques revues féministes militeront pour les droits des femmes, dont Les Têtes de pioche et la célèbre Vie en rose, qui a marqué le Québec de 1980 à 1987. Une revue mérite toutefois une attention particulière : La Gazette des femmes1, témoin privilégié de l’évolution de la condition féminine depuis 1979, et unique survivante de la presse féministe grand public. Exprimant un féminisme plus modéré, dans le respect de son affiliation gouvernementale (le Conseil du statut de la femme), son influence n’en a pas été moindre pour autant.

3Nous voulons ici nous interroger sur le rôle qu’ont joué, sur le plan de l’intervention sociale, les presses féminine et féministe québécoises. Nous insisterons sur le retentissement que la presse féministe a provoqué au Québec. Nous envisagerons aussi les défis de cette presse, ceux de La Gazette des femmes en particulier. Nous suggérerons, enfin, quelques pistes d’investigation dans ce secteur boudé par la recherche universitaire.

  • 2 Joséphine Marchand-Dandurand, « Le dernier mot du Coin du feu », vol. 4, no 2, décembre 1896, p. 34 (...)

4Mais d’abord, un peu d’histoire. Du côté des ancêtres des magazines actuels, on se souviendra du Coin du feu (1893-1896), revue dirigée par Joséphine Marchand-Dandurand, qui voulait d’abord donner aux jeunes filles le goût des choses de l’esprit. Le Coin du feu proposait de la littérature et des chroniques d’art et d’actualité, en plus des traditionnels conseils pratiques, traités d’hygiène, d’art culinaire et pages de mode. D’inspiration féministe, la revue incitait au bénévolat social et plaidait pour les droits des femmes. Par exemple, la directrice de la revue, qui était membre du Conseil national des femmes du Canada, encourageait ses lectrices, en 1896, à étudier les questions qui allaient être débattues au « Parlement féminin » et à prendre part aux travaux du Conseil2. Elle rendait aussi compte des actions des féministes canadiennes et françaises. Le Coin du feu a vécu quatre ans, ne dépassant pas les 2 000 exemplaires.

  • 3 La Revue moderne. Littéraire, politique, artistique, Montréal, 1919-1960.

5C’est en 1919 que naît La Revue moderne3, organe culturel de grande diffusion qui durera plus de 40 ans. L’énergique journaliste Madeleine (Anne-Marie Gleason-Huguenin), sa fondatrice, y restera 10 ans. La revue lui survivra et ses tirages évolueront de 10 000 à 100 000 exemplaires. Les romans sentimentaux, la section pratique et la publicité contribueront sensiblement au succès de la revue, mais La Revue moderne défendra aussi les causes féministes, dont l’instruction et le vote des femmes.

  • 4 Châtelaine [édition française], Toronto, Maclean-Hunter, vol. 1, no 1, octobre 1960. Ce magazine me (...)
  • 5 Voir Marie-José des Rivières, Châtelaine et la littérature, Montréal, L’Hexagone, 1992.

6En 1960, Maclean-Hunter acquiert La Revue moderne pour en faire un nouveau magazine qui porte le nom de Châtelaine4. Fernande Saint-Martin, qui voit les femmes comme des agents de transformation sociale, désire que la revue reconstruise le Québec avec elles. La rédactrice en chef devient elle-même une actrice sociale importante. Elle veut aller à contrecourant des revues féminines classiques et mener une triple bataille pour les droits des femmes : éducation gratuite et mixte, planification des naissances et réforme du Code civil5. Certains de ses éditoriaux provoquent un tollé. Par exemple, l’éditorial intitulé « Le bonheur ou le malheur d’être femme », en avril 1964, a fait couler beaucoup d’encre. Il y était écrit :

  • 6 Fernande Saint-Martin, « Le bonheur ou le malheur d’être femme », éditorial, Châtelaine, vol. 5, no(...)

Le plus grand signe de la mauvaise foi qui anime la société dans ce complot contre la femme est peut-être ce bouleversement des valeurs qui voudrait nous convaincre que suspendre des rideaux ou faire la lessive est une activité humaine comparable à suspendre des ponts sur des fleuves ou guérir des enfants de la polio6.

  • 7 Catherine Louvet, directrice de la diffusion, Châtelaine, Moi, la vie, le monde, feuillet publicita (...)

7Les rédactrices en chef qui se succèdent influent sur la teneur de Châtelaine. Dirigée aujourd’hui par Lise Ravary, Châtelaine est, selon la publicité, « vous » (mode, santé, mieux-être), « la vie » (cuisine, décoration, livres), mais aussi « le monde » (les grands enjeux de notre temps, les portraits de femmes d’ici et d’ailleurs qui parviennent à « faire bouger les choses »)7. Les numéros d’avril, de 2002 à 2006, consacrent un dossier à dix femmes de l’année, courageuses et inspirantes, telles que Louise Arbour, Shirin Ebadi, Françoise Giroud, Lorraine Pintal, Nathalie Simard, Sophie Chiasson et Fatima Houda-Pépin.

  • 8 Voir Marie-José des Rivières, « La Vie en rose (1980-1987) : un magazine féministe haut en couleur  (...)

8Cela dit, Châtelaine n’allait ni ne va aussi loin que La Vie en rose, qui se situe du côté de la presse d’opinion ; il s’agit d’une revue dont l’humour, le sens critique et l’approche audacieuse se conjuguent avec un point de vue totalement féministe8. Avec ses superbes textes de réflexion politique, son sens de l’art et de l’impertinence, La Vie en rose a été, et demeure, un lieu important de soutien et de solidarité du féminisme québécois.

  • 9 Voir <www.gazettedesfemmes.com>.
  • 10 Voir Nicole Beaulieu et Marie-José des Rivières, « La Gazette des femmes. Une mine d’or inexploitée (...)
  • 11 Voir l’analyse proposée par Caroline Caron, La presse féminine pour adolescentes : une analyse de c (...)

9Pour bien réfléchir à la presse des acteurs sociaux au féminin, une autre des trajectoires les plus riches à explorer est celle de La Gazette des femmes, une « revue d’information et de débats » née il y a 28 ans. Un coup d’œil à son index informatisé montre qu’elle couvre tous les champs sociaux : arts, communication, loisirs, droit, éducation, travail, affaires, santé, religion et politique9. Elle offre une information variée sur la condition féminine et la défense des droits des femmes : nouvelles brèves, dossiers étoffés, portraits, reportages, analyses, vulgarisation des politiques officielles. Elle accueille aussi de bien belles plumes, comme Suzanne Jacob, Hélène Pedneault, Ariane Émond, Anne-Marie Dussault, Mélanie St-Hilaire. Qui plus est, La Gazette des femmes se voit régulièrement décerner des prix de journalisme. Parmi ses défis, le renouvellement de sa clientèle, qui implique son rajeunissement continu10. Les jeunes femmes préféreront-elles la Gazette aux magazines plus légers et accrocheurs ? La question se pose, si l’on se fie au contenu de la presse féminine pour adolescentes qui, en plus de connaître une grande popularité, paraît plus narcissique que ne l’est la presse féminine commerciale destinée aux femmes adultes11.

  • 12 Thérèse Mailloux, directrice, et Annie Savoie, rédactrice en chef adjointe de La Gazette des femmes(...)
  • 13 Myriame El Yamani, « Prendre la parole et la perdre. Le cas des presses féministes en France et au (...)

10Lors d’une entrevue récente12 avec la directrice de la revue, Thérèse Mailloux, et sa rédactrice en chef adjointe, Annie Savoie, nous avons évoqué ce qui différencie fondamentalement La Gazette des femmes des autres publications qui visent les femmes. Tout d’abord, l’absence de pages de publicité glamour et de conseils pratiques sur la séduction et sur « tout ce qui est beau et bon ». Aussi, des tirages beaucoup moins importants (25 000 exemplaires, contre 209 000 pour Châtelaine ou 93 000 pour Elle Québec). Ensuite, l’appui financier d’un organisme gouvernemental, en l’occurrence le Conseil du statut de la femme, qui a garanti au magazine une longévité inégalée, contrairement aux autres publications féministes. Quant au contenu, comme l’a démontré la chercheure Myriame El Yamani13, la presse féministe se distingue moins de la presse féminine par les thèmes retenus que par la manière d’aborder ces thèmes ; c’est donc par son angle de traitement que ce type de presse engagée fait contrepoids aux médias de masse. Par exemple, La Gazette des femmes ne traitera pas la question des masculinistes de la même façon que le ferait Elle Québec ; l’information que l’on trouve dans La Gazette des femmes est fouillée, elle présente les aspects contradictoires et divergents d’un sujet et prend toujours en compte les dimensions éthiques et sociales, ainsi que l’effet de toute réalité sur la condition des femmes.

11L’impact social de La Gazette des femmes est difficile à mesurer sans études approfondies. Cependant, Thérèse Mailloux et Annie Savoie ont signalé que le magazine est une source d’information prisée par d’autres médias avec qui elles ont, d’ailleurs, des contacts à la suite de la publication de dossiers de fond. Les préoccupations des journalistes du magazine trouvent de nombreux échos dans la presse féminine ou dans les émissions de radio ou de télévision. Par exemple, La Gazette des femmes a agi comme précurseure avec ses articles sur les tribunaux islamiques, l’hypersexualisation, la pilule en continu, les taux d’augmentation fulgurants de césariennes et, enfin, la conciliation famille-travail, un thème qu’elle a soulevé bien avant qu’il ne devienne monnaie courante dans les discours publics québécois. Il faut souhaiter longue vie à cette publication dynamique, qui vient de faire paraître, à l’automne 2006, un numéro spécial, La Gazette des filles, pour intéresser les jeunes aux questions féminines et féministes, et qui a conçu une section jeunesse pour son site Internet.

  • 14 Fernande Saint-Martin, éditorial, Châtelaine, novembre 1966. Les résultats du sondage seront publié (...)
  • 15 Francine Montpetit, billet, Châtelaine, novembre 1973.
  • 16 Ibid., juillet 1974.
  • 17 Ibid., octobre 1975.
  • 18 Cité dans Marie-José des Rivières, Châtelaine et la littérature, op. cit., p. 49-50.

12Il va de soi que l’approche féministe est plus explicitement manifeste dans La Gazette des femmes que dans un magazine à grand tirage comme Châtelaine. La Gazette peut et doit approfondir un sujet, instruire, faire réfléchir et, sans doute, mobiliser son public. Mais cela ne signifie pas pour autant que la presse féminine commerciale ne contribue aucunement au changement social ou qu’elle n’y a pas participé dans le passé. Châtelaine, notamment, a eu un impact social indéniable. Il fallait voir Saint-Martin organiser, en 1966, un vaste sondage sur les besoins des Québécoises, préalable à un mémoire des lectrices présenté à la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme14, lire ensuite Francine Montpetit qui plaidait pour un plus grand nombre de garderies en 197315, l’avortement en 197416, et une information plus adéquate au sujet de la sexualité féminine en 197517. Châtelaine a, en effet, publié un numéro très avant-gardiste sur la sexualité des femmes, qui s’est envolé. Le 11 octobre 1975, il n’en restait plus un seul exemplaire dans les kiosques montréalais. On pouvait y lire un véritable manifeste : « Je veux parler. Remonter le cours de l’histoire avec des yeux de femme. Réhabiliter mon adolescence pour mieux vivre mon corps. Je veux réinventer les plaisirs multiples qui m’appartiennent18. »

  • 19 Micheline Lachance, « Le mépris au féminin », éditorial, Châtelaine, mai 1992, p. 6.
  • 20 Lise Ravary, « Maudites folles », billet, Châtelaine, juillet 2006, p. 12.

13D’autres rédactrices en chef ont poursuivi sur cette lancée d’un Châtelaine aux reportages audacieux et aux prises de position parfois dérangeantes. Par exemple, en 1992, Micheline Lachance19 se dit fière des articles et des éditoriaux sur l’équité salariale, la violence faite aux femmes ou l’inceste. Elle est fière d’avoir exploré les nouvelles techniques de reproduction, dénoncé des coupables d’erreurs médicales et repéré des champs d’activité de l’avenir. Fière que Châtelaine ait été une des premières revues à tracer le portrait des Haïtiennes, des Chinoises et des musulmanes du Québec. Sa vision des femmes remarquables est très inclusive, accordant de la place à des femmes journalistes parfois controversées comme Lysiane Gagnon ou Denise Bombardier, et à des chanteuses « grand public » comme Ginette Reno. Elle se réjouit d’accueillir dans ses pages tous les types d’écrivains : « chez nous la populaire Arlette Cousture côtoie l’hermétique Nicole Brossard ». Mais Micheline Lachance sent par ailleurs les choix de Châtelaine en opposition avec ceux de féministes intellectuelles dont elle juge les propos élitistes et parfois sectaires. Elle cite, en l’occurrence, les membres du collectif Clio qui avaient écrit, dans la réédition de l’Histoire des femmes au Québec : « Châtelaine ne se distingue plus guère d’une certaine presse mercantile. » Dans cet éditorial défensif et accusateur, Micheline Lachance pose Châtelaine comme un organe de presse non subventionné qui doit se soumettre aux lois du marché et qui prône l’inclusion et la tolérance. Dans son plaidoyer, elle déplore que des femmes en vue comme les Alice Parizeau, Yvette Brind’Amour ou Michelle Rossignol n’aient pas trouvé de place dans le livre sur l’histoire des femmes et souhaite que les analyses universitaires, tout comme les actions des grands médias, « laissent chacune contribuer à l’histoire à sa façon ». Un autre témoignage qui montre que la presse féminine a une âme est le billet de Lise Ravary dans lequel, en juillet 2006, elle évoque courageusement sa propre expérience afin de dénoncer les préjugés envers la dépression et la maladie mentale20. Dans des éditoriaux ou articles passablement courts, et en dépit de la publicité parfumée, la presse féminine peut donc exprimer des points de vue, des opinions, voire des prises de position qui influencent et qui continuent de répondre aux préoccupations des Québécoises. Tout cela, bien sûr, dans les limites de ce que peut faire un grand magazine qui doit faire des profits.

14En guise de conclusion, dans ce livre collectif où l’on explore les modes d’intervention de la presse en regard des questions sociétales, nous faisons l’hypothèse que La Gazette des femmes a eu, depuis sa mise sur pied, une fonction initiatrice en ce qui concerne les questions relatives à la condition féminine. Des revues féminines commerciales comme Châtelaine, mais aussi d’autres médias généralistes s’en sont inspirés et ont repris et diffusé plus largement les thèmes et les idées du journalisme féministe. S’il va de soi que la presse féministe est un moteur de changement activé par des femmes engagées, le rôle social et politique de la presse féminine commerciale apparaît aussi, en observant les magazines, quoiqu’il semble plus incertain, ambigu et difficile à jauger. Ainsi, une confusion des genres et des rôles ne serait-elle pas à la base des compréhensions opposées de Châtelaine et des historiennes du collectif Clio quant à la valeur de la presse féminine et à la contribution de certaines Québécoises à l’histoire du Québec, en 1992 ? Les corpus des presses féminine et féministe ont été marginalisés, tant au sein des études littéraires, qu’en communication, dans les études féministes et en histoire. Ces deux types de publications n’ont pas fait l’objet d’études comparatives exhaustives ; de telles recherches pourraient permettre d’évaluer l’impact de ces deux presses dans le contexte québécois et de vérifier l’hypothèse formulée plus haut de l’influence de la presse féministe sur la presse féminine.

  • 21 Authentik, Le magazine des filles vraies, Montréal, Maison des jeunes Bordeaux-Cartierville, 2007.

15Plusieurs phénomènes récents sont à prendre en compte dans l’analyse contemporaine de la presse des femmes : les changements technologiques, la mutation des genres médiatiques, la prolifération de titres de magazines, la fragmentation des publics, l’intensification de la concurrence dans le secteur de la presse magazine, enfin le développement des e-zines (magazines Internet). Ces transformations appellent de nouveaux regards, de nouvelles analyses, et surtout, des croisements disciplinaires. Les termes de presse féminine et de presse féministe mériteraient d’ailleurs d’être précisés, dans ce nouveau contexte où l’un exclut peut-être moins l’autre que par le passé. Les responsables de La Gazette des femmes, par exemple, définissent l’action de leur magazine dans le champ de la presse d’information, et non pas au sein de la presse féministe. Comment définir l’une et l’autre ? Et où situer les initiatives récentes inusitées, comme le magazine féminin (ou féministe ?) Authentik, réalisé par des adolescentes montréalaises, pour un public féminin adolescent21 ?

  • 22 Caroline Caron, « Dis-moi comment être la plus belle ! Une analyse du contenu photographique de la (...)

16Pour le moment, comme l’ont mentionné les auteures ayant produit les travaux les plus récents sur la presse féminine québécoise22, ce domaine demeure encore trop peu exploré par la communauté universitaire. La brève incursion proposée ici ne donne qu’un aperçu d’un vaste corpus trop peu investigué à ce jour, dont l’examen approfondi permettrait de mieux apprécier les rôles respectifs ou communs des presses féminine et féministe dans l’évolution de la société québécoise, et de comparer l’impact de ces publications différentes, qui ont pourtant été reçues par un même public : les femmes.

Notes

1 La Gazette des femmes, Québec, Conseil du statut de la femme/Les Publications du Québec, 1979-.

2 Joséphine Marchand-Dandurand, « Le dernier mot du Coin du feu », vol. 4, no 2, décembre 1896, p. 341-342.

3 La Revue moderne. Littéraire, politique, artistique, Montréal, 1919-1960.

4 Châtelaine [édition française], Toronto, Maclean-Hunter, vol. 1, no 1, octobre 1960. Ce magazine mensuel est maintenant publié par Rogers. L’édition française est toujours dirigée à Montréal.

5 Voir Marie-José des Rivières, Châtelaine et la littérature, Montréal, L’Hexagone, 1992.

6 Fernande Saint-Martin, « Le bonheur ou le malheur d’être femme », éditorial, Châtelaine, vol. 5, no 4, avril 1964, p. 1.

7 Catherine Louvet, directrice de la diffusion, Châtelaine, Moi, la vie, le monde, feuillet publicitaire, 2006.

8 Voir Marie-José des Rivières, « La Vie en rose (1980-1987) : un magazine féministe haut en couleur », Recherches féministes, vol. 8, no 2, 1995, p. 127-136. Voir aussi le numéro spécial de La Vie en rose produit sous la direction de Sylvie Dupont, Ariane Émond, Françoise Guénette et Lise Moisan, Montréal, La Vie en rose et les Éditions du remue-ménage, 2005.

9 Voir <www.gazettedesfemmes.com>.

10 Voir Nicole Beaulieu et Marie-José des Rivières, « La Gazette des femmes. Une mine d’or inexploitée par la recherche féministe », Recherches féministes, vol. 13, no 2, 2000, p. 137-144.

11 Voir l’analyse proposée par Caroline Caron, La presse féminine pour adolescentes : une analyse de contenu, Québec, Éditions du GREMF, 2004.

12 Thérèse Mailloux, directrice, et Annie Savoie, rédactrice en chef adjointe de La Gazette des femmes, interwievées par Marie-José des Rivières et Caroline Caron, 22 septembre 2006.

13 Myriame El Yamani, « Prendre la parole et la perdre. Le cas des presses féministes en France et au Québec », Vice Versa, no 35, 1991, novembre-décembre, p. 12-13.

14 Fernande Saint-Martin, éditorial, Châtelaine, novembre 1966. Les résultats du sondage seront publiés en juin 1968.

15 Francine Montpetit, billet, Châtelaine, novembre 1973.

16 Ibid., juillet 1974.

17 Ibid., octobre 1975.

18 Cité dans Marie-José des Rivières, Châtelaine et la littérature, op. cit., p. 49-50.

19 Micheline Lachance, « Le mépris au féminin », éditorial, Châtelaine, mai 1992, p. 6.

20 Lise Ravary, « Maudites folles », billet, Châtelaine, juillet 2006, p. 12.

21 Authentik, Le magazine des filles vraies, Montréal, Maison des jeunes Bordeaux-Cartierville, 2007.

22 Caroline Caron, « Dis-moi comment être la plus belle ! Une analyse du contenu photographique de la presse féminine québécoise », Recherches féministes, vol. 18, no 2, 2005, p. 109-136 ; Marie-France Cyr, Parades et modèles de relations homme-femme dans les magazines féminins québécois de 1993, thèse de doctorat, Université du Québec à Montréal.

Auteurs

Professeure associée au Département des littératures de l’Université Laval, conseillère en développement de la recherche à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, membre du Centre interuniversitaire de recherche sur la littérature et la culture québécoises, du Groupe de recherche sur l’histoire de la vie culturelle et du comité de direction de la revue Recherches féministes. Elle a publié Châtelaine et la littérature et a participé à plusieurs collectifs, dont Femmes de rêve au travail et le Traité de la culture. Elle prépare, avec Denis Saint-Jacques, une histoire des magazines au Québec.

Doctorante en communication à l’Université Concordia ; ses recherches sur les jeunes et les médias sont financées par le CRSH et la Fondation Trudeau. Son mémoire de maîtrise en communication (Université Laval, 2003), portant sur la presse féminine adolescente produite au Québec, lui a mérité deux prix de la recherche en 2004 : le prix de l’Association de la recherche en communication du Québec (ARCQ) et le prix Elsie-MacGill de la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search