Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

13. Les correspondants parlementaires : des témoins autrefois fidèles de l’information politique et parlementaire

Jocelyn Saint-Pierre

Texte intégral

1Nous allons décrire, au cours des quelques pages suivantes, une pratique journalistique qui n’existe plus. Elle a pourtant eu cours pendant un siècle et demi et a permis aux citoyens du Québec de suivre les délibérations et les décisions du principal forum démocratique de la nation, l’Assemblée législative, ancêtre de l’Assemblée nationale actuelle. Cette pratique s’est surtout incarnée dans la correspondance parlementaire qui remonte aux premiers temps de nos institutions parlementaires. Elle a fait les délices de la presse d’opinion et constitué un élément essentiel de la presse d’information. Mais ce genre est disparu progressivement à partir des années 1950 pour faire place à un nouveau journalisme : le journalisme de communication.

L’information parlementaire avant la création de la Tribune de la presse (1792-1871)

2La presse québécoise naît avant la mise en place d’institutions parlementaires. Les premiers journaux, la Gazette de Québec (1764) et la Gazette de Montréal (1778), sont des gazettes ou des papiers-nouvelles qui servent à la transmission de l’information, notamment celle provenant du pouvoir politique incarné par le gouverneur et son conseil.

3L’octroi d’un premier Parlement en 1791 entraîne la naissance de l’information parlementaire et enrichit considérablement la presse politique. Les premières chroniques parlementaires de la nouvelle Chambre d’assemblée du Bas-Canada sont plutôt laconiques, les deux seuls journaux existants se limitant à un survol des travaux de nos premiers élus.

4La fondation de journaux politiques, dont les premiers furent le Quebec Mercury (1805) et Le Canadien (1806), modifie la situation. Les journaux, qui deviennent alors des instruments de la lutte politique, publient régulièrement des « précis des débats » de la Chambre d’assemblée. Dans les années 1830, les échanges s’animent pour atteindre leur paroxysme avec les soulèvements de 1837 et 1838, et les journaux font largement place aux discours des députés. L’arrivée de l’Union en 1841 et l’octroi du gouvernement responsable en 1848 marquent l’âge d’or de la presse d’opinion. Désormais, le peuple a un droit de regard sur toutes les décisions gouvernementales. La presse devient de plus en plus partisane. Le journal dont le parti est au pouvoir jouit du favoritisme politique grâce à des contrats d’impression gouvernementaux et des annonces publiques. Les journaux suivent de très près les activités du nouveau Parlement du Canada-Uni. Les députés songent à donner de l’argent à trois journalistes pour rendre compte du travail parlementaire, mais cette idée est finalement mise de côté au profit d’un journal de Kingston, devenue la nouvelle capitale, qui fait office de journal officieux des débats.

  • 1 Marcel Hamelin, dans Débats de l’Assemblée législative. Session 1867-1868, Québec, Journal des déb (...)

5Avec la Confédération, les journalistes doivent couvrir deux paliers de gouvernement. Les journalistes surveillent davantage le nouveau Parlement d’Ottawa. Lors des premières sessions de la première législature québécoise, ce sont surtout les journaux de la ville de Québec qui s’intéressent aux activités du nouveau Parlement, particulièrement le Quebec Morning Chronicle, dont les comptes rendus des débats sont les plus complets. Ces comptes rendus sont généralement de bonne qualité, comme en témoigne le premier ministre Pierre-Joseph-Olivier Chauveau qui les félicite pour « l’exactitude » de leurs rapports1.

  • 2 Le Canadien, 5 mars 1823.

6Le XIXe siècle québécois est le théâtre de tensions et d’agitations politiques propices au développement de la presse d’opinion. La lutte parlementaire et le combat électoral donnent lieu à de larges discussions dans la presse. C’est ainsi que les citoyens s’informent de la conduite de leurs représentants dans leur titre préféré. Le journal s’adresse à des lecteurs qui partagent les mêmes opinions. L’information politique et parlementaire leur est transmise par un type d’article spécifique : la chronique parlementaire, qui est une portion de l’espace d’un quotidien identifiée en tant que telle, écrite par un journaliste en poste au Parlement de Québec. Mais ces journalistes ne font pas encore partie d’une institution et chacun agit de son propre chef. À l’époque, certains considèrent que les correspondances parlementaires sont une nécessité pour avoir une vie démocratique saine. « La publication des Débats est une chose due au peuple, par la générosité de ses représentants2 », écrit Le Canadien.

L’âge d’or de la presse parlementaire (1871-1964)

7La Tribune de la presse, un organisme officiel qui regroupe les journalistes, voit le jour en 1871. Sa naissance constitue une étape importante du journalisme parlementaire québécois, car on institutionnalise une pratique, la correspondance parlementaire, qui se poursuivra jusqu’à la création du Journal des débats en 1964. Ces correspondants parlementaires utilisent toujours le même moyen, la chronique parlementaire, pour rejoindre les citoyens, mais le genre se raffine. Pour couvrir tous les débats, la collaboration devient une nécessité. Les membres de la Tribune mettent progressivement en place un pool qui leur permet de se partager le travail en se relayant dans la saisie de l’information. Et à partir de cette source commune, chacun rédige son article. En se dotant d’un tel moyen, ils faisaient preuve d’un grand civisme et ils laissaient de côté la compétition si fréquente dans le monde du journalisme.

  • 3 Archives nationales du Canada, « Lettre de Charles Langelier à Louis Fréchette », Fonds Louis-Fréc (...)
  • 4 Pierre Albert, Histoire de la presse politique nationale au début de la Troisième République (1871 (...)
  • 5 Marcel hamelin, op. cit., p. 202.

8Dans le dernier quart du XIXe siècle, la révolution industrielle se répercute sur les journaux. Naissent alors de nouvelles entreprises de presse. Les quotidiens à grand tirage s’organisent pour vivre en harmonie avec le pouvoir politique afin de ne pas déplaire aux lecteurs qui l’ont élu. Cette nouvelle presse, la presse d’information, se dit sans allégeance politique. La presse d’opinion, parfois moribonde, ne disparaît pas pour autant. Chaque groupe politique essaie de mettre en place son réseau de presse pour être continuellement présent dans l’esprit de ses militants. Les journalistes deviennent parfois « la milice active du parti3 ». Les journaux, qui offrent donc une tribune pour les débats de la société du temps, contribuent à la naissance de l’opinion publique et ils servent d’instrument d’éducation des masses4. Les débats parlementaires sont « une école politique pour les populations5 », comme le disait le premier ministre Joseph-Adolphe Chapleau.

  • 6 Maria Buttazzoni, Josée Levasseur et Jocelyn Saint-Pierre, dans Débats de l’Assemblée législative, (...)

9Au début du XXe siècle, la pratique de la correspondance parlementaire se poursuit tant dans le nouveau journalisme d’information que dans le journal d’opinion. De plus en plus, d’un journal à l’autre, les chroniques publiées sont uniformes. Malgré les attaches politiques de plusieurs d’entre eux, les reportages ne sont pas tendancieux. « À quelque parti qu’ils appartiennent, ils renseignent la population dans des comptes rendus à point6 », comme le dira le député Joseph-Napoléon Francœur en 1931.

  • 7 Voir 1960. Le programme politique du Parti libéral du Québec, Montréal, Le Parti libéral, 1960, p. (...)
  • 8 Débats de l’Assemblée législative du Québec, Troisième session - 27e Législature, vol. 1, no 2, Qu (...)

10Cette pratique du compte rendu des débats perd sa raison d’être avec la création du Journal des débats. Accepté par Paul Sauvé, les libéraux de Jean Lesage le réalisent pour assurer le bon fonctionnement de la démocratie et « pour que la population soit tenue au courant des actes et des prises de position de ses mandataires7 ». Les installations techniques sont complétées en 1963, et la session de cette année-là, ouverte le 15 janvier, servira à tester la technologie. C’est finalement la session de 1964 qui devient la première à faire l’objet d’un compte rendu officiel. Le premier fascicule des travaux de la Chambre paraît le 14 janvier 19648.

11La structure de la chronique parlementaire des années 1940 et 1950 se modifie graduellement ; elle s’éclate en plusieurs articles. Cette transformation annonce le journaliste de communication où le commentaire et l’opinion supplanteront l’information. Les journaux ne se soumettent plus aux nécessités du genre ni aux contraintes de l’institution parlementaire. Leurs chroniques sont moins complètes et elles soulèvent les critiques des hommes politiques comme Maurice Duplessis et Georges-Émile Lapalme.

12Sous les administrations Taschereau et Duplessis, devant la faiblesse de l’opposition, quelques titres ont fait contrepoids à des gouvernements trop puissants. À une époque où les seules façons de savoir ce qui se passait au Parlement étaient d’assister aux débats ou d’en lire le compte rendu dans un journal, les correspondants parlementaires ont véritablement été les yeux et les oreilles de la nation. Leurs reportages constituaient une source d’information indispensable à la participation des citoyens au processus démocratique.

13Les comptes rendus de ces témoins, qui rapportaient fidèlement les paroles des députés et qui savaient s’effacer devant eux, étaient si fiables qu’ils ont servi à rédiger un compte rendu rétrospectif des débats par une équipe d’historiens de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale. La reconstitution des débats, entreprise en 1974, à partir de ces correspondances parlementaires, s’est terminée en 2005. Désormais, les Québécois disposent d’un compte rendu des débats parlementaires de l’Assemblée nationale pour la période de 1867 à nos jours.

La disparition de l’information parlementaire (depuis 1964)

14Les transformations que connaît le monde des médias depuis les années 1960, notamment avec l’arrivée des médias électroniques et la mise sur pied d’un compte rendu officiel des débats, ont considérablement modifié le reportage parlementaire.

15Dès le milieu des années 1950, les changements sont perceptibles dans ce genre journalistique. La radio et la télévision révolutionnent le travail des courriéristes. À l’aube de la Révolution tranquille, en novembre 1959, les premiers correspondants parlementaires d’une station de radio et d’une station de télévision font leur entrée à la Tribune. La télévision s’impose rapidement comme le médium d’information le plus populaire. Les scribes qui furent, pendant près de deux siècles, les seuls à rendre compte du travail parlementaire doivent partager leur monopole avec ces « nouveaux courriéristes ».

  • 9 Cité par Gilles Lesage dans sa conférence intitulée « La Tribune de la presse et le Parlement. Le (...)

16Cet envahissement répond à de nouveaux besoins : recherche d’informations instantanées, directes et rapides, goût du spectacle et fascination de l’image. La télévision prend le contrôle du monde de l’information. La télévision a transformé nos modes de communication. En plus d’avoir été un facteur de changement pour la société québécoise, elle a eu une influence considérable sur l’information politique et parlementaire. La domination de la télévision s’est accentuée, en 1995, avec l’arrivée de réseaux consacrés à l’information directe et continue. L’information passe sous la dictature et la griserie du direct pour reprendre les mots d’Ignacio Ramonet9.

17Un concurrent de taille pour la télévision est Internet. Pour de plus en plus de personnes, ce n’est ni le journal, ni la télévision qui est leur source d’informations, mais bien Internet, notamment les blogues qui se sont répandus depuis les années 1990.

  • 10 Voir la conférence de Laurent Laplante, « Les médias font-ils ou défont-ils les politiciens ? », d (...)

18Le chroniqueur parlementaire n’a pas nécessairement la cote. Les vedettes des médias sont plutôt les adeptes du « journalisme d’humeur10 » et des potineux. Dans le journalisme de communication, ce sont eux les acteurs, et non les personnalités politiques qu’ils critiquent ou louangent. Plusieurs ont dénoncé ce journalisme qui se contente de la superficialité des choses, qui met l’accent sur les maladresses de l’un ou de l’autre, sur les conflits personnels et sur les attaques partisanes, tout en évitant de fouiller, d’analyser et d’aider le citoyen à comprendre les vrais enjeux. On est loin du journalisme d’information qui remplissait une responsabilité collective, soit celle d’informer et de former la population.

  • 11 Histoire de la presse au Québec, [enregistrement vidéo], réalisateur : Pierre Valcourt, Montréal, (...)

19Durant une période de près de cent ans, de 1867 à 1962, les chroniqueurs parlementaires ont servi d’intermédiaires entre la population et les gouvernants. Contrairement à ce qui se produit de nos jours, la presse écrite et ses journalistes du XIXe et de la première moitié du XXe siècle ont servi de témoins de leur époque pour leurs contemporains et pour leur descendance. Le citoyen électeur d’alors pouvait lire tous les jours des comptes rendus parlementaires. Le journaliste Jean-Louis Gagnon soutenait que « l’homme moyen, honnête et responsable » d’il y a cinquante ans était mieux informé que celui d’aujourd’hui11.

20Ce genre journalistique a disparu progressivement à partir des années 1950 pour faire place graduellement à une nouvelle pratique constituée de commentaires, d’anecdotes, de capsules recueillis la plupart du temps dans la bousculade d’un scrum ou point de presse, à la recherche de la phrase-choc, incisive, percutante, capable de faire un bon titre à la une d’un journal ou un clip à la radio ou à la télévision, et qui sera reprise en boucle par la télé en direct. En conséquence, les journaux et les médias ne pourront plus être cette source d’informations et de témoignages qui a servi jadis à des générations d’historiens. Ceux-ci, ensevelis sous des tonnes de documents, à la merci de la technologie pour pouvoir les lire, devront utiliser les journaux avec circonspection, car ils seront surtout faits d’opinions ou de commentaires, intermédiaires entre les événements et les acteurs.

21Aujourd’hui, dans les médias, l’actualité politique se limite trop souvent au divertissement. Quitte à paraître exagérément pessimiste, nous voyons le risque que notre débat démocratique soit considérablement anémié. Notre collègue Gilles Gallichan et nous avons écrit d’ailleurs que

  • 12 Voir Gilles Gallichan et Jocelyn Saint-Pierre, « Les correspondants parlementaires, membres de la (...)

les témoins chroniqueurs de jadis, conscients d’écrire l’histoire au quotidien, n’existent plus, ils ont été remplacés par des commentateurs qui prennent la pose devant leur nouvelle du jour, effaçant constamment l’ardoise. S’installe alors une société qui ne vit que l’instant présent [où] les citoyens comprennent mal leur société : faute de perspective12.

Notes

1 Marcel Hamelin, dans Débats de l’Assemblée législative. Session 1867-1868, Québec, Journal des débats, 1974, p. 71.

2 Le Canadien, 5 mars 1823.

3 Archives nationales du Canada, « Lettre de Charles Langelier à Louis Fréchette », Fonds Louis-Fréchette, 13 mai 1884.

4 Pierre Albert, Histoire de la presse politique nationale au début de la Troisième République (1871-1879), Paris, Diffusion Librairie Honoré Champion, 1980, tome 1, p. 11-14.

5 Marcel hamelin, op. cit., p. 202.

6 Maria Buttazzoni, Josée Levasseur et Jocelyn Saint-Pierre, dans Débats de l’Assemblée législative, session 1930-1931, Québec, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, version préliminaire, séance du 29 janvier 1931.

7 Voir 1960. Le programme politique du Parti libéral du Québec, Montréal, Le Parti libéral, 1960, p. 26.

8 Débats de l’Assemblée législative du Québec, Troisième session - 27e Législature, vol. 1, no 2, Québec, Imprimeur de la reine, 1964.

9 Cité par Gilles Lesage dans sa conférence intitulée « La Tribune de la presse et le Parlement. Le traitement de la nouvelle par la Tribune de la presse parlementaire reflète-t-il ce qui se passe au Parlement ? », dans les actes du colloque Le parlementarisme et les médias, 24-26 septembre 1998, Hôtel du Parlement, Assemblée nationale, p. 17.

10 Voir la conférence de Laurent Laplante, « Les médias font-ils ou défont-ils les politiciens ? », dans actes du colloque Le parlementarisme et les médias, op. cit., p. 38.

11 Histoire de la presse au Québec, [enregistrement vidéo], réalisateur : Pierre Valcourt, Montréal, Ciné-Mundo Inc. pour la Société Radio-Canada, 1976, 2 vidéocassettes, 60 min.

12 Voir Gilles Gallichan et Jocelyn Saint-Pierre, « Les correspondants parlementaires, membres de la Tribune de la presse du Parlement de Québec, des témoins de l’histoire québécoise depuis le XIXe siècle », dans les actes du colloque international de Montpellier, 17-19 mai 2006, Presse, identités nationales et transferts culturels au XIXe siècle, à paraître.

Auteur

Détenteur d’un doctorat, a fait carrière à la Biblio - thèque de l’Assemblée nationale du Québec, notamment à titre de coordonnateur de la reconstitution des débats parlementaires et de responsable des archives. Il a publié divers ouvrages et plusieurs articles sur l’histoire parlementaire et sur l’histoire de la presse. Il a collaboré avec André Beaulieu et Jean Hamelin au répertoire La presse québécoise des origines à nos jours. Parmi ses autres publications, signalons l’Histoire de la Tribune de la presse de Québec, 1871-1959 (2007) et, en collaboration, Québec : quatre siècles d’une capitale (2008). Il prépare une suite à son Histoire de la Tribune de la presse pour la période de 1960 à nos jours.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search