Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

12. La production journalistique en temps de guerre comme en temps de paix

Serge Bernier

Texte intégral

1Entre histoire et journalisme, il y a d’importantes différences. Mon travail à la direction d’Histoire et Patrimoine militaires de la Défense nationale du Canada me mène à considérer qu’une période de 50 ans se déroulant entre l’événement et son histoire est grosso modo ce qui est nécessaire à la réalisation d’un travail historique qui se tienne. J’aimerais donc, dans un premier temps, m’arrêter sur l’utilité des journaux pour l’historien militaire, plus précisément lorsque les textes sont publiés en temps de guerre. Ensuite, je ferai une critique subjective — méthode qu’un historien n’utilise guère habituellement — du journalisme pratiqué aujourd’hui, tel que nous le comprenons.

Nouvelles de guerre

  • 1 Béatrice Richard, La mémoire de Dieppe. Radioscopie d’un mythe, Montréal, vlb Éditeur, 2002.
  • 2 Ibid., p. 47.
  • 3 Ibid., p. 51.

2Voyons à l’aide de trois brefs exemples ce que sont le plus souvent les nouvelles de guerre. Le premier cas est celui du raid contre Dieppe, le 19 août 1942. Un journaliste, Pierre Vennat, a beaucoup écrit sur ce sujet, de façon très convaincante par moments et un peu émotionnelle à d’autres. Une autre journaliste est devenue, elle, une historienne patentée avec sa thèse d’histoire sur le mythe de Dieppe, il s’agit de Béatrice Richard. Je ne puis ici résumer son livre La mémoire de Dieppe. Radioscopie d’un mythe1, tiré de sa thèse et pour lequel elle a reçu le prix Stacey en histoire militaire canadienne. Mais, si on se reporte au chapitre 2, « Genèse du mythe de Dieppe », on constate le rôle essentiel qu’ont joué les journaux de l’époque pour « vendre » le désastre de Dieppe à la population2. Les titres des journaux vont tous dans le sens d’un grand combat victorieux : « Canadiens en tête, les alliés tiennent Dieppe un jour entier3. » Puis, le 8 septembre, on dévoile que presque tous les participants étaient canadiens. Une semaine plus tard, enfin, on écrit que les pertes totales du Canada sont de l’ordre de 3 350, soit 67 % des effectifs engagés. Dans ce cas, quelle est l’utilité de « l’imprimé », à part le fait qu’il devient plus tard source d’étude sur la propagande, la censure, l’autocensure et la création de mythes ?

3Deuxième exemple tiré de la Seconde Guerre mondiale : le 14 août, en Normandie, une énième attaque est montée par les Canadiens pour fermer la poche de Falaise. Les bombardiers lourds de la RAF, incluant plusieurs escadrons du 6e Groupe canadien, appuient l’attaque. Le 15 août, on publie ce qui suit :

Bombes près des lignes canadiennes
Les bombardiers lourds de la R.F.A. ont jeté un certain nombre de bombes explosives près des lignes canadiennes au cours de l’assaut d’hier sur les positions allemandes, causant (quatre mots censurés) pertes (23 mots censurés).

4En réalité, des unités canadiennes et polonaises alliées sont bombardées directement par des vagues d’avions durant plus d’une heure. Le résultat est quadruple : 500 pertes canado-polonaises ; désorganisation des zones arrière du Corps d’armée canadien qui s’est porté à l’attaque ; scepticisme profond et durable chez les soldats quant à la valeur de l’appui aérien ; et, enfin, mesures disciplinaires sévères, entre autres dans les escadrons canadiens, prises contre ceux qui, en n’obéissant pas aux directives qu’on leur avait transmises, ont causé ce désastre. Malheureusement, les bombardements aériens erratiques amis sont toujours à l’ordre du jour, comme nous le savons à la suite de plus récentes expériences du même type vécues par des troupes canadiennes en Afghanistan en 2002.

5Dernier exemple, de la Première Guerre mondiale cette fois et tiré du Devoir des 8-9 juillet 2006, où on reproduisait des titres du début de juillet 1916 parus dans le même journal. Le 3 juillet 1916, on titrait : « Les Allemands sont balayés » ; en sous-titre : « Les alliés avancent à la Somme sur un front de 25 milles ». Les versions française et anglaise des deux premiers jours de combat sont offertes. Du côté anglais, cela se termine par : « En général, le communiqué officiel de Berlin confirme les succès remportés par les anglais [sic], le premier jour de leur attaque, admettant que les Teutons ont abandonné leurs tranchées de première ligne et une grande quantité de matériel. »

Le bilan historique

6Le 1er juillet 1916 est le jour le plus sanglant de toute l’histoire de l’armée britannique, avec 57 470 pertes, dont 19 240 tués. Les chiffres atteignent 75 % de pertes pour les officiers. On compte ainsi environ un mort par mètre de terrain occupé par les Britanniques au début de l’offensive. Les pertes subies par les Allemands, pendant qu’ils recevaient de plein fouet ce gigantesque assaut, sont estimées à environ 8 000, dont 2 200prisonniers, soit un total sept fois inférieur aux attaquants.

7En terminant cette partie, voici une petite expérience à faire : en allant sur le site Internet du Musée canadien de la guerre, on trouve la collection entière du Hamilton Spectator pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Ce journal était dans les archives de mon bureau lorsque j’ai pris la direction d’Histoire et Patrimoine. C’est la première chose dont je me suis débarrassé tant pour des raisons pratiques — espace, accessibilité de ce titre ailleurs — que pour des raisons d’historien. Historiquement, à quoi pouvait-il servir ? Le Musée l’a voulu, nous le lui avons donné. Puis, cela a coûté à ce dernier des milliers de dollars pour le faire numériser, alors que des dizaines d’autres journaux canadiens, tous aussi bien censurés les uns que les autres, n’ont pas obtenu ce traitement. En somme, à quoi sert l’imprimé en temps de guerre ? À la propagande, certainement pas au véritable journalisme.

Les nouvelles de temps de paix : perceptions d’un historien

8À quoi le journal et le journaliste servent-ils en temps de paix et plus particulièrement de nos jours ? Commençons par quelques constatations. Reconnaissons d’abord que le lecteur averti remarque souvent plusieurs erreurs de faits dans les journaux. C’est toujours étonnant pour un spécialiste d’un domaine de les noter et ensuite de se poser la question : « Quelles erreurs y a-t-il dans les autres articles dont nous connaissons moins le sujet ? » Si les journalistes sont les historiens de l’instant, comme ils l’affirment parfois, ils ont de la difficulté à être à la hauteur d’une de leurs obligations, que je qualifierai de déontologiques, soit le devoir d’exactitude. Chaque jour, pas seulement dans l’écrit, les journalistes diffusent des informations qui s’avèrent en partie inexactes, pour des raisons diverses : précipitation, sources d’information douteuses ou absence de vérification et de recoupements.

9Mais ces erreurs, plus ou moins importantes, seraient un moindre mal si leurs auteurs avaient la rigueur, sinon l’honnêteté intellectuelle, de les rectifier le lendemain (ou aussitôt que possible pour les médias électroniques et les sites Internet), surtout quand les inexactitudes sont graves. Or, le lendemain, ils sont déjà sur une autre nouvelle, une autre histoire qui sera, elle aussi, porteuse d’inexactitudes plus ou moins importantes. Il nous apparaît qu’il y a sans doute une certaine pudeur (pour ne pas dire un orgueil professionnel mal placé) qui empêche les journalistes d’admettre leurs erreurs de faits. Dans certains cas, ils ne veulent probablement pas les reconnaître pour ne pas faire des admissions qui leur seraient nuisibles devant des tribunaux, le Conseil de presse, etc.

10Il y a de nombreux paradoxes en journalisme. Un de ceux-là est que les journalistes sont des professionnels qui travaillent à la recherche et à la diffusion d’informations qui sont à la fois vraies et d’intérêt public. Toutefois, il me semble qu’ils ne revendiquent pas ou très peu, sur le plan professionnel, les conditions de travail qui favoriseraient cette mission. Ils critiquent peu ou pas les multiples pressions qu’ils subissent pour produire plus de nouvelles, plus rapidement, sur des sujets dont l’intérêt public (ou l’utilité sociale, si on veut) est peu élevé.

11Au Québec, les journalistes n’ont pas encore développé un discours autocritique au-delà des coups de gueule ou des dénonciations sans lendemain. Cela est sans doute attribuable au fait que le milieu est très petit, que tout le monde se connaît et que personne ne veut compromettre ses bonnes relations ou ses chances de pouvoir poursuivre sa carrière ailleurs. De plus, il y a les patrons, souvent d’ex-journalistes qui, pour remplir leur nouveau rôle, ont suivi des cours de gestion où la quête de publicitaires et de consommateurs pour les publicités est bien enseignée. Il n’est toutefois pas évident que l’appui financier au journalisme d’enquête ou à la mise en place de conditions qui permettraient aux journalistes de remplir leur mission d’une façon appropriée soit aussi bien étudié.

12Revenons à la bataille de l’imprimé, vue de l’œil de l’historien militaire canadien que je suis. Ni les journaux du passé ni ceux du présent ne me portent à les utiliser comme instruments permettant la recherche de faits. J’ai pris connaissance de plusieurs mémoires de maîtrise en histoire, ces dernières années, où on revoyait tel ou tel événement à travers un ou des journaux. En général, je suis contre de tels mémoires, trop faciles, et souvent bien décevants, car on n’y apprend strictement rien et, parfois, l’étudiant ou l’étudiante n’a pas les connaissances nécessaires pour bien faire le travail critique nécessaire.

13Cela dit, quotidiennement, je lis le journal…

Notes

1 Béatrice Richard, La mémoire de Dieppe. Radioscopie d’un mythe, Montréal, vlb Éditeur, 2002.

2 Ibid., p. 47.

3 Ibid., p. 51.

Auteur

Étudié aux collèges militaires de Saint-Jean et de Kingston, puis a enseigné au Royal Military College de Kingston. Il est actuellement directeur de la section « Histoire et Patrimoine » à la Défense nationale, Canada. Il a publié huit livres et des dizaines d’articles. Il est membre de la Société royale du Canada et de l’Ordre des Palmes académiques (France).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search