Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

La presse écrite disparaîtra-t-elle sous peu au Québec ?

Bernard Descôteaux

Texte intégral

1Il est permis de soupçonner que la réponse à la question en titre a déjà trouvé une réponse dans l’esprit de ceux qui font métier d’analyser des courbes statistiques pour déceler des tendances. Mais à ceux-là, nous semble-t-il, il faudrait dire de faire attention aux prévisions qui ne tiendraient pas compte de la capacité de résistance de la presse écrite. La consommation de journaux est certes en décroissance réelle au Québec, mais on ne peut pas dire que la presse quotidienne, du moins celle de Montréal, n’a pas réagi et que la qualité des quatre quotidiens payants publiés dans la métropole ne s’est pas améliorée. Le bon mot pour qualifier l’avenir de la presse quotidienne n’est pas disparition, mais plutôt mutation.

2On ne peut évidemment nier que nous vivons une période de transformation profonde avec l’arrivée d’Internet. Ce n’est pas la première fois que la presse quotidienne est ébranlée, quoique l’on doive convenir que la secousse est forte cette fois-ci. Toutes choses n’étant pas égales, on peut comparer ce que nous vivons actuellement à la crise qu’a connue la radio lors de l’arrivée de la télévision ; en effet, la presse écrite a plus de ressort que n’en a eu la radio.

3Ce n’est pas la première fois que la presse écrite se sent bousculée par l’arrivée de nouveaux médias. Lorsqu’elle détenait au XIXe siècle le monopole de l’information, les titres foisonnaient et les tirages sont allés croissants à mesure que les techniques d’impression et de communication s’amélioraient et que la scolarisation de la population faisait des progrès. La première grande menace que la presse écrite aura vraiment ressentie aura été la télévision. Si celle-ci remplissait au début une fonction surtout de divertissement, elle est peu à peu devenue un vecteur important pour la transmission de l’information au point de représenter la première source d’information pour trois citoyens sur quatre en Amérique du Nord. De grands titres disparurent peu à peu et les tirages commencèrent à décliner. Le plus dur coup est certainement venu avec l’arrivée de l’information en continu à la télévision, à la fin des années 1980, et au début des années 1990. Puis arriva Internet. Pour compléter le tableau, il faut ajouter que la transformation des habitudes de vie, la croissance du temps consacré au travail, l’augmentation de l’offre de biens culturels, notamment la musique et les spectacles de toutes sortes, tout cela a eu pour effet de diminuer le temps consacré à la lecture des journaux. Constatons-le, les tirages des journaux ont depuis 25 ans diminué au Canada, globalement, malgré certaines exceptions. Nul besoin de chercher très loin des statistiques pour le confirmer : il n’y a qu’à regarder les cotes des papetières en Bourse qui ne cessent de baisser.

4Si, comme l’a fait récemment l’écrivain Jacques Godbout, nous nous projetions en 2076, nous constaterions une transformation, une mutation radicale du paysage médiatique. Internet serait probablement un outil obsolète et plusieurs quotidiens aujourd’hui publiés au Québec seraient disparus depuis déjà longtemps. Nous aurions probablement Le Journal DU Québec, La Presse fédérée avec ses éditions régionales, et Le Devoir. Qu’est-ce qu’il en sera exactement ? Les orientations que les journaux vont se donner ces cinq prochaines années seront cruciales.

5Quelles seront ces orientations et surtout lesquelles s’avéreront efficaces ? Nul ne saurait le prédire, car il faut bien l’avouer, nous avançons à tâtons dans le noir. Les patrons de presse réagissent, explorent de nouvelles avenues comme la transformation des journaux grand format en tabloïds, cela sans aucune garantie de succès. Le phénomène le plus marquant est certainement l’apparition des gratuits. On se souvient du scepticisme avec lequel ils furent accueillis. L’idée géniale de Métro n’aura pas été d’inventer la gratuité. Il existe depuis déjà longtemps des gratuits communautaires et culturels publiés hebdomadairement pour desservir les petits marchés comme les hebdos culturels Voir et Mirror et tous les hebdos régionaux de Quebecor et Transcontinental. Son intuition aura été tout simplement d’étendre le modèle à la presse quotidienne. Ce pari étonnant a été remporté brillamment, il faut le reconnaître. Aujourd’hui, le phénomène est mondial. Au Québec, le Métro de GTC et Gesca serait maintenant rentable et le 24 heures de Quebecor, s’il ne l’est pas encore, le sera bientôt. Ainsi, quand nous disons que l’on avance dans le noir, à tâtons, c’est que personne ne pensait il y a 10 ans que les gratuits auraient ce succès. Personne ne croyait qu’il y aurait eu de la place pour deux gratuits à Montréal. Peut-être y en aura-t-il un jour un troisième en anglais, pourquoi pas ? Il pourrait même y en avoir un à Québec. Certains ont des projets en réserve au cas où.

6Le phénomène important à souligner avec force est celui de la gratuité. Il y a là un courant extrêmement fort auquel il est difficile de résister, mais dont les effets pervers sont menaçants. La gratuité est en train de devenir aux yeux de consommateurs d’information une sorte de fait de la vie contemporaine. L’idée s’incruste. Déjà l’information à la radio et à la télé était gratuite et voilà qu’Internet rend accessible gratuitement une masse phénoménale d’informations et de contenus. Puis s’ajoutent les gratuits. Il en résulte une pression énorme sur la presse quotidienne. Mais rien n’étant gratuit dans la vie, il faut bien que ce qui est apparemment gratuit se finance. Dans le cas des Métro et des 24 heures de ce monde, les deux mamelles de la gratuité sont la publicité, bien sûr, et des frais d’exploitation réduits au strict minimum, avec davantage de représentants publicitaires que de journalistes… Achetés à des agences ou fournis par le groupe pour la plupart, les contenus ne coûtent presque rien. Le personnel n’est pas syndiqué et les frais de diffusion sont réduits au minimum. Les gratuits, c’est de l’information au rabais !

7Les gratuits deviennent, question d’habitude, un substitut aux quotidiens payants. Cela entraîne un déplacement de lectorat auquel les payants tentent de résister en mettant en place des programmes de soutien à l’abonnement qui comprennent de la distribution gratuite d’exemplaires et des abonnements à prix tellement réduit que cela ne couvre même pas la commission versée au camelot.

8L’effet pervers de ces mesures est simple : on vient renforcer la perception dans l’esprit du public que l’information devrait être gratuite.

9Le problème est par ailleurs aggravé du fait que les journaux payants, déjà affectés par une érosion des revenus publicitaires ces dernières décennies vers la télévision, voient une partie de leurs revenus glisser vers les gratuits et vers Internet. Les journaux auront beau espérer compenser par de nouveaux revenus publicitaires recueillis sur Internet, cela ne pourra pas combler le manque à gagner, car ce déplacement de la publicité vers Internet se fait vers une multitude de sites. Il y a dilution des budgets de publicité. Une partie seulement des revenus perdus leur reviennent de leurs sites Internet.

10Comment, dans un tel contexte, les entreprises de presse peuvent-elles préserver leur marge bénéficiaire ? Inévitablement, on se tournera vers la réduction des coûts de production. La transformation de quotidiens grand format en tabloïds entreprise par Gesca procède de cette préoccupation. Au total, la surface imprimée de ces journaux est réduite et on économise sur les frais d’impression. Dans quel - que temps, ce sera dans les salles de rédaction qu’on ira chercher des économies parce qu’on aura besoin de moins de journalistes, notamment parce que les grands groupes de presse auront fusionné les salles de rédaction de leurs journaux en une grande salle virtuelle. Cela n’est pas pour demain, mais pour après-demain. Sun Media nous en donne un avant-goût avec son projet de donner à chacune des salles de rédaction anglophones du groupe une spécialisation : finances, spectacles, consommation. À la clef, il y aura réduction de leur personnel.

11Il faut résister à la pression du tout gratuit, car on tombe alors dans un cercle vicieux duquel il sera difficile de se sortir. Les produits se dégradant faute de ressources, ils perdront leur attrait. La qualité se paie et il ne faut pas craindre d’offrir aux lecteurs de la qualité et de leur demander de payer pour celle-ci. Au surplus, détenir un lectorat de qualité sera attrayant pour le marché publicitaire.

12L’avenir de la presse quotidienne est d’autant plus du côté de la qualité qu’elle a les ressources humaines pour répondre à des attentes élevées de la part des lecteurs. Si on fait le compte, les 11 quotidiens du Québec ont à leur emploi pas moins de 1 000 journalistes. Ce n’est pas rien. Cela dit, il faudra s’adapter aux nouvelles façons de consommer l’information qui se mettent en place. La presse quotidienne sait qu’elle n’est plus la première source d’information en Amérique du Nord, la télévision s’étant imposée depuis longtemps. Aussi, elle aborde l’actualité autrement, en expliquant, en mettant en contexte, en analysant, en illustrant. Elle devient magazine. Cela est évident dans les éditions week-end, mais aussi dans les éditions de semaine.

13Internet sera un atout important pour consolider la situation de la presse quotidienne. Si le Web peut être vu comme un concurrent à certains égards, ce sera paradoxalement sa planche de salut, ne serait-ce que parce que les journaux retrouvent avec cet outil la capacité de concurrencer tous les autres médias, pour peu qu’ils acceptent de se transformer en entreprise de presse multimédia. Au même titre que la télévision ou la radio, les journaux peuvent désormais informer en temps réel. Ils peuvent diffuser leurs contenus à des coûts qui n’ont aucune commune mesure avec ce que représentent les frais d’impression et de distribution d’un journal papier. Ils disposent de contenus accumulés dans leurs archives qui ont une valeur considérable. Ils ont à leur service de la matière grise en abondance. Leur marque de commerce leur procure une notoriété et une crédibilité inestimables. Encore là, tout dépendra de ce que l’on voudra faire sur le Web. Tout est possible, à commencer par engloutir des fortunes dans toutes sortes de projets. On peut y aller pour faire du commerce, pour diffuser un peu de contenu parmi beaucoup d’annonces comme dans les journaux gratuits, ou pour y faire du journalisme et de l’information. Dans ce cas, il faudra s’adapter à ce média qui est bien plus différent des journaux qu’on ne le pense même si, pour l’instant, il sert essentiellement de support à des textes écrits. Les journalistes de l’écrit devront apprivoiser d’autres façons de faire de l’information, ajouter à leurs crayons enregistreuses et caméras. Le mot-clé sera ici la complémentarité entre les divers supports à notre disposition.

14Entre la presse écrite traditionnelle et celle de demain, il y aura de grandes différences. Mais elle survivra si demeure ce qui a toujours fait la force de l’écrit, la qualité. Il y a là un fil conducteur que l’on ne doit surtout pas laisser échapper. Or, la qualité coûte cher et il faut que quelqu’un paie pour la maintenir. Cela nous permet de boucler la boucle en revenant sur le constat que nous avons fait plus tôt : l’information ne peut être un bien auquel aucune valeur n’est attachée et dont la diffusion ne dépendrait que du concours d’annonceurs. Serait alors en cause notre liberté comme journaliste, qui fluctuerait au gré du marché.

Auteur

Directeur du quotidien Le Devoir depuis 1999, en a auparavant assuré la rédaction en chef pendant neuf ans. Journaliste et analyste politique, il est entré au Devoir en 1974 où il a d’abord été chroniqueur municipal. Il a été par la suite correspondant parlementaire à l’Assemblée nationale du Québec et à la Chambre des communes à Ottawa. Son premier emploi comme journaliste a été au quotidien La Voix de l’Est, publié à Granby.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search