Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

11. La presse quotidienne : s’adapter ou mourir

Jean-Paul Gagné

Texte intégral

1Après avoir résisté avec succès aux attaques passées de la radio et la télévision, la presse quotidienne payante (par opposition aux quotidiens gratuits) est à nouveau menacée. Cependant, les enjeux auxquels elle doit faire face actuellement sont beaucoup plus cruciaux que ceux qu’elle a déjà affrontés.

2De façon générale, les quotidiens, particulièrement aux États-Unis, font encore des profits, mais ces derniers sont beaucoup moins élevés que dans le passé, ce que n’apprécient guère les investisseurs. La situation est pire en Europe, où plusieurs quotidiens sont déficitaires. C’est même le cas pour de grands groupes comme The Times et The Guardian en Angleterre, selon un article récent du Business Week. Aux États-Unis, le problème vient surtout de l’absence de croissance des revenus, d’où les pressions pour réduire les coûts, ce qui se reflète sur le contenu, le format, le nombre de journalistes, la quantité et la qualité de l’information. Au bout du compte, ce phénomène est susceptible d’affaiblir le rôle des quotidiens et la place qu’ils occupent dans le marché de l’information, d’où le risque du cercle vicieux vers des difficultés qui pourraient s’accentuer.

3La première menace qui mine la presse quotidienne payante est la gratuité de l’information, que l’on retrouve à la fois dans les quotidiens gratuits, qui ne cessent de se multiplier, et dans Internet, où la valorisation de l’information semble très difficile, voire impossible à court terme, du moins pour la grande majorité des quotidiens américains et canadiens. La radio est gratuite, la télévision est perçue comme gratuite même si on y accède par la câblodistribution, et la presse hebdomadaire est généralement gratuite. La gratuité de la presque totalité de l’information disponible dans Internet a accentué la perception que l’information n’a pas de valeur économique.

4L’autre grande menace est l’intensification de la concurrence en raison de la multiplication des magazines et l’explosion de la communication numérisée. Ces phénomènes nuisent aux quotidiens sur deux plans : la réduction du temps de lecture disponible et le partage de revenus publicitaires entre un plus grand nombre d’éditeurs (papier et Web) et de nouveaux concurrents très puissants, comme Yahoo (HotJobs), Google, Craiglist (le plus important portail indépendant de petites annonces), Monster, etc.

Coup d’œil sur le monde

5Malgré la concurrence qui frappe durement la presse quotidienne, il se crée encore des quotidiens payants. Cent cinquante nouveaux quotidiens ont ainsi vu le jour en 2004 selon l’Association mondiale des journaux, ce qui peut sembler étonnant. Mais ce ne l’est pas, si on considère qu’ils ont été créés essentiellement dans la région du monde qui a la plus forte croissance, l’Asie. Selon une étude réalisée auprès de 216 journaux payants à travers le monde, la hausse des tirages a été de 0,6 % en 2005, et de 6 % en cinq ans. C’est en Chine et en Inde que les tirages progressent le plus, avec des taux de croissance respectifs de 8,9 et de 7 % en cinq ans.

6Les recettes publicitaires des journaux ont augmenté de 5,7 % dans le monde en 2005, après une hausse de 5,3 % en 2004. Elles ont progressé de 4 % aux États-Unis, de 4 % dans l’Union européenne, mais de 19 % en Chine, où la hausse des ventes publicitaires fut de 128 % en cinq ans. La Chine continuera de constituer un marché attractif pour l’industrie des quotidiens pendant un bon nombre d’années, mais la numérisation de l’information y gagnera tôt ou tard du terrain. Ce pays connaît une croissance économique de 9 à 10 % par année et il s’y crée rapidement une classe moyenne qui augmente tout aussi rapidement ses dépenses de consommation, ce qui est prometteur pour l’industrie de la publicité et la croissance des médias.

7Dans l’ensemble des pays occidentaux, le tirage des journaux payants est en déclin. La baisse a été de 0,6 % en 2005 et de plus de 5 % en cinq ans. Néanmoins, les quotidiens occupent toujours le deuxième rang mondial en ce qui a trait au support publicitaire (notamment en Amérique du Nord), après la télévision. Les quotidiens restent très importants pour l’industrie de la publicité, car ils rejoignent une clientèle scolarisée et à revenu élevé. Enfin, il y avait, à la fin de 2005, 169 quotidiens gratuits à travers le monde. Ils tiraient à 28 millions d’exemplaires, dont 19 en Europe. Leur part de marché était de 6 % à travers le monde. Celle-ci varie toutefois beaucoup selon les continents et les pays.

Plafonnement aux États-Unis et au Canada

8Aux États-Unis, le nombre de quotidiens est passé de 1 457 en 2005 à 1 452 en 2006. Il y en avait un peu plus de 1 600 en 1990. De 1984 à 2006, le tirage des quotidiens américains est passé de 63 millions à 53 millions d’exemplaires. La baisse du tirage s’est accélérée depuis 2005. Celui-ci a reculé de 2,8 % en semaine et de 3,4 % le dimanche pour la période de six mois se terminant en septembre 2006, comparativement à la même période en 2005.

9La désaffection est pire pour les journaux des grandes villes, où la concurrence est plus vive : en une année, soit de septembre 2004 à septembre 2005, la baisse de tirage a été de 4,1 % pour les 50 tirages américains les plus importants. C’est en effet dans les grandes villes où l’on retrouve le plus grand nombre de médias, où Internet haute vitesse est le plus accessible et où les gens se voient offrir le plus de divertissements de toutes sortes. Le plus grand ennemi des journaux est bien sûr le manque de temps, les lecteurs consacrant de plus en plus de temps à Internet, temps qui varie de façon inversement proportionnelle avec l’âge.

10Le groupe Lee, qui publie des quotidiens de taille moyenne (dans des villes de taille moyenne), a vu le tirage moyen de ses journaux baisser de seulement 0,2 % de septembre 2005 à septembre 2006. Par contre, la baisse a été de 5 % pour l’ensemble des journaux du groupe Tribune, qui sont publiés principalement dans les grandes villes (New York, Los Angeles, Chicago, etc.). La chute a été de 8,5 % au Los Angeles Times, qui a le plus important tirage du groupe.

11Le lectorat est en baisse dans tous les groupes d’âge. Selon Scarborough Research, 35 % des Américains de 18 à 24 ans lisaient un journal en 2006 (42 % en 1999). Chez les 65 ans et plus, 67 % lisaient un quotidien en 2006 (74 % en 1999). Selon la Newspaper Association of America, 124 millions d’Américains, soit 57 % de la population adulte, lisaient un journal en semaine en 2006. Cela représente des baisses de 1,7 point de pourcentage par rapport à 2005 et de 5,2 points depuis 2000. C’est énorme, un point de pourcentage représentant 2,1 millions de personnes.

12La baisse des tirages affecte les revenus de diffusion, qui ont chuté en moyenne de 3,5 % en 2005 dans les entreprises américaines de journaux dont les actions sont inscrites en Bourse. Paul Ginocchio, analyste financier à la Deutsche Bank, ne voit pas de renversement de cette tendance à court terme. Les revenus de diffusion comptent maintenant pour 20 % des revenus des quotidiens américains, comparativement à 30 % il y a 20 ans.

13Au Canada, les revenus de tirage représentaient 17 % des recettes totales des journaux en 2005 selon Statistique Canada et ils pèsent de moins en moins dans l’état de leurs revenus. Ainsi, alors que les quotidiens recevaient, en 1975, 31 cents de revenus de tirage pour chaque dollar de revenus publicitaires, ceux-ci n’obtenaient plus, en 2005, que 24 cents pour chaque dollar de revenus publicitaires, soit 22 % de moins. Autre statistique révélatrice, les revenus publicitaires des journaux ont augmenté de 5,5 fois en 30 ans, alors que ceux du tirage ont été multipliés par 4 seulement.

14Quant aux recettes publicitaires des quotidiens américains, elles ont baissé de 3,7 % de 2005 à 2006 dans l’imprimé selon la Newspaper Association of America. Les ventes publicitaires des sites Web des quotidiens se sont accrues de 31,5 % pour atteindre 2,7 milliards de dollars US en 2006, mais cette croissance n’a pas été suffisante pour compenser la chute des ventes publicitaires dans l’imprimé. Les quotidiens américains perdent des revenus publicitaires dans la plupart des catégories, dont le commerce de détail, le transport, l’automobile, les petites annonces. Selon une étude de McKinsey, les sites de petites annonces des concurrents ont privé les quotidiens américains de 2 milliards de dollars US de revenu, de 1996 à 2004.

15Selon l’Institut Poynter, les recettes publicitaires de l’imprimé pourraient égaler celles des sites Web en 2018. Même si les gains enregistrés dans le Web compensaient pour les pertes de revenu dans l’imprimé, cela ne veut pas dire que les journaux s’en porteraient mieux. En effet, lorsqu’un annonceur abandonne le papier pour le Web, le journal ne tire que 0,20 à 0,30 $ de revenu pour chaque dollar perdu dans l’imprimé. Cela revient à dire qu’un lecteur vaut beaucoup plus dans l’imprimé que dans un site Web. Paul Ginocchio estime la valeur d’un lecteur à 360 $ US par année dans les groupes de presse en Bourse, comparativement à 20 à 25 $US dans les sites. Cet écart vient du fait que les lecteurs des quotidiens s’arrêtent plus long - temps sur une page de quotidien que les internautes sur une page Web. Par contre, il en coûte beaucoup moins de produire une page Web qu’une page de journal. Quand les lecteurs sont nombreux à se déplacer de l’imprimé vers le Web, les économies deviennent considérables dans le Web, alors que les coûts unitaires de l’imprimé augmentent à cause des frais plus grands du journal.

Inquiétude à Wall Street

16Bien entendu, les défis auxquels font face les groupes de presse ne plaisent pas aux investisseurs et aux analystes financiers. Après avoir été pendant longtemps des chouchous de Wall Street à cause de leur forte rentabilité, les entreprises de journaux cotées en Bourse sont boudées par Wall Street depuis quelques d’années parce qu’elles n’ont plus de perspectives de croissance. Plusieurs groupes ont maintenu leur marge de profit, mais c’est parce qu’ils ont licencié des journalistes, réduit leur format pour éco no miser du papier et diminué leurs dépenses de promotion. Lauren Rich Fine, spécialiste des médias chez Merrill Lynch, déclarait récemment : « Wall Street hates newspapers. Nothing is more out of favor right now. » Ainsi, l’action du Washington Post, qui s’échangeait à 20 fois les profits il y a quelques années ne vaut plus que 10 fois les profits. Le marché, et surtout les fonds de capital de risque, qui ont beaucoup de liquidités, attendent que les titres tombent encore davantage avant d’y investir. Mais que feront ces fonds s’ils entrent dans cette industrie ? Seront-ils tentés de réduire encore les coûts d’exploitation ? Voudront-ils démembrer certains groupes et en revendre certains éléments comme ils le font parfois dans d’autres industries ? Ce sont des questions qui pourraient se poser dans un proche avenir.

17L’espoir de plusieurs quotidiens réside dans le développement de leurs sites Web et des services qu’ils offrent à la communauté (Newsday en est un bon exemple). Les journaux qui développent de tels sites bénéficient de nouvelles sources de revenus, qui peuvent devenir très rentables une fois qu’une masse critique a été atteinte. Le jour n’est peut-être pas loin où les sites Web des quotidiens pourraient devenir plus rentables que les journaux eux-mêmes, qui coûtent beaucoup plus cher à exploiter (papier, impression, distribution). Pour certains éditeurs, l’avenir réside davantage dans le Web que dans le papier. Roger McNamee, leader du groupe qui a fait l’acquisition d’un intérêt de 40 % dans Forbes l’an dernier, a alors déclaré : « Nous avons acquis un site prometteur avec un magazine. » (Le chanteur Bono fait partie de ce groupe.)

18La grande majorité des 13 sociétés américaines de journaux cotées en Bourse ont vu baisser fortement le cours de leurs actions en 2005 et en 2006. Entre le prix le plus élevé atteint par leurs titres au cours des deux dernières années et son cours récent, l’écart est de 20 % pour le groupe Belo, de 25 % pour Gannett, de 25 % pour le New York Times et de 60 % pour le groupe McClatchy, qui a acquis l’an dernier la chaîne Knight Ridder.

19Voici ce que Warren Buffett, chef de la direction de Berkshire Hathaway, qui est actionnaire du Washington Post et qui possède le Buffalo News, a répondu à un actionnaire à l’assemblée annuelle de sa compagnie en 2006 : « En cette ère d’Internet, si les journaux n’existaient pas, croyez-vous vraiment qu’on les inventerait ? » L’Oracle d’Omaha entend néanmoins conserver le Buffalo News même si sa rentabilité a baissé. Qualifiant les journaux d’essentiels pour la démocratie, Warren Buffett dit miser sur la combinaison de l’imprimé et du Web pour surmonter les difficultés actuelles. « J’espère que nous réussirons », vient-il d’écrire dans son dernier rapport aux actionnaires de Berkshire, tout en reconnaissant que « les jours de profits élevés pour les journaux sont chose du passé ».

20La même situation existe au Canada. L’action de CanWest a perdu 60 % de sa valeur depuis son sommet de 28 $ en 1995 et 23 % depuis celui de 15 $ en 2005. Le titre de Torstar a reculé de 24 % depuis son sommet de 2005 et l’unité de la fiducie de revenu FP Newspapers a cédé 27 % depuis son haut de 2005. C’est le titre de la fiducie de revenu Osprey qui a le plus dégringolé depuis 2005, avec un recul de 40 % pour atteindre 6 $ récemment. Osprey, qui possède 54 journaux, vient de faire savoir qu’elle était prête à considérer une vente ou un nouveau partenariat. On dit que Teachers et la Banque Scotia, qui détiennent 54 % de la société, sont vendeurs de leur intérêt. Ce n’est pas souvent que Teachers réalise une telle contre-performance sur un placement privé. Après l’achat de Knight Ridder par McClatchy en 2005, le groupe Tribune (plusieurs journaux, 23 stations de télé, les Cubs, etc.) s’est mis en vente en 2006. Le groupe a accepté une offre à 34 $US l’action d’un riche promoteur immobilier, alors que l’action de Tribune s’échangeait à plus de 50 $US en janvier 2005. Autre exemple de perte de valeurs des quotidiens, McClatchy vient de revendre le Minneapolis Star Tribune au prix de 530 millions de dollars US, alors qu’il l’avait payé 1,2 milliard de dollars US il y a 8 ans. Pour sa part, le Groupe New York Times vient de radier 814 millions de dollars d’actifs pour deux journaux de la Nouvelle-Angleterre qu’il avait payés 1,4 milliard de dollars US.

21Pour répondre aux pressions des analystes financiers et des actionnaires, les grands groupes compressent les dépenses. Quelque 600 emplois ont été éliminés dans les salles de rédaction des quotidiens en 2005 et environ 1 000 l’auraient été en 2006. Les coupes ont surtout été faites dans les grands quotidiens, qui appartiennent à des groupes inscrits à la Bourse et dont les dépenses sont élevées, principalement à cause de leur effectif (par exemple, la rédaction du L.A. Times compte maintenant 900 journalistes après en avoir eu 1200 ; il a 40 journalistes à Washington et maintient un réseau de 20 bureaux à l’étranger). La situation est plus confortable dans les quotidiens plus modestes, qui n’ont pas de journalistes à l’étranger et qui se concentrent sur la couverture locale, qui, selon plusieurs observateurs, est une meilleure garantie de succès. L’information locale est la plus importante raison de lire un journal pour bien des lecteurs et elle est moins développée dans Internet, du moins pour l’instant.

Explosion des quotidiens gratuits en Europe

22Un mot sur l’Europe, où la mutation est plus avancée, et même plus dramatique dans certains pays, notamment à cause de la montée en flèche des quotidiens gratuits, qui occupaient 17 % du marché à la fin de 2005. Et ce qui se passe là-bas pourrait bien déteindre ici éventuellement. Dans l’Union européenne, la baisse de la diffusion (incluant les gratuits) a été de plus de 5 % depuis cinq ans. À cause de la forte montée des gratuits, le recul est évidemment beaucoup plus fort pour les quotidiens payants. Voici les parts de marché de la presse quotidienne gratuite dans certains pays, selon le nombre d’exemplaires diffusés : 51 % en Espagne (20 Minutes y est le quotidien le plus lu avec 2 448 000 lecteurs, selon un récent rapport trimestriel du groupe norvégien Schibsted, son propriétaire) ; 33 % au Portugal ; 32 % au Danemark ; 29 % en Italie ; et 20 % en France.

23La presse quotidienne française est très éprouvée par la montée des gratuits. « La presse quotidienne payante est morte au sens de presse payante », écrivait l’an dernier Jacques Attali dans la revue Medias, « Internet a imposé à la presse le modèle de la radio ». En effet, les quotidiens français ont subi une baisse des recettes publicitaires de 15,7 % en 15 ans. Il reste en France 11 quotidiens nationaux, qui vendent 2 millions d’exemplaires, comparativement à 28 en 1946, lesquels vendaient 6 millions d’exemplaires. Les ventes en kiosque chutent : de janvier 2005 à juillet 2006, les baisses ont été de 10,5 % pour Libération, de 6,4 % pour Le Figaro et de 5,5 % pour Le Monde. Les journaux spécialisés font mieux : le tirage du quotidien économique Les Échos a monté l’an passé de 6 % et celui du quotidien sportif L’Équipe a grimpé de 7,5 % (sans doute aidé par le Mondial et les Jeux olympiques d’hiver à Turin). Libération ne tire plus qu’à 130 000 exemplaires, après avoir eu une diffusion de 200 000 exemplaires. Il a encaissé une perte de 15 millions d’euros en 2005 et il a perdu 1 million d’euros par mois en 2006. La mise de fonds de 20 millions d’euros d’Édouard de Rothschild (il détient 38 % du capital) en avril 2005 a été épuisée en 18 mois. Après un changement de garde en juin 2006, les propriétaires ont présenté un plan de licenciement de 70 à 100 employés et de réduction de format de 15 %. Quant au Monde, il a perdu 7 millions d’euros en 2005. La perte du Groupe Le Monde a été de 28 millions d’euros. Le Monde a entrepris de fusionner ses quotidiens régionaux avec ceux de Lagardère, actionnaire du Groupe à 17 %. Le journal France-Soir, quant à lui, a été repris par un promoteur immobilier ; il tirerait maintenant à moins de 50 000 exemplaires après en avoir eu un de quelques centaines de milliers. Enfin, le groupe SocPresse a été démembré ; les quotidiens régionaux ont été vendus à des indépendants et à des étrangers. L’ancien groupe constitué par Hersant, repris par Dassault, n’a gardé que Le Figaro et ses suppléments week-end. Les magazines L’Express, L’Expansion, L’Entreprise et d’autres ont été vendus au groupe belge Roularta.

24Les gratuits ont des coûts d’exploitation plus faibles que les quotidiens, leurs frais de rédaction n’atteignant que 10 % de leurs dépenses totales, en regard de 20 % et plus dans les quotidiens européens payants (ce serait de l’ordre de 15 % aux États-Unis). On estime que les gratuits européens comptent 20 journalistes par 100 000 exemplaires, alors qu’un quotidien payant qui a un tirage identique en a 180. Les gratuits sont faciles à lancer et à fermer si ça ne marche pas. Bien entendu, cette différence dans les coûts d’exploitation a d’énormes répercussions sur la qualité du produit et sur la rentabilité des deux types de journaux.

25La presse quotidienne gratuite est dynamique, mais elle n’a pas encore atteint un niveau de rentabilité satisfaisant. Par exemple, Metro International, qui est présent dans plus de 100 villes réparties dans 20 pays sur trois continents (Europe, Amérique du Nord et du Sud et Asie) a fait ses premiers profits en 2005. Pour l’exercice 2006, Metro a obtenu un bénéfice net de 13 millions de dollars US sur des revenus de 417 millions de dollars US, qui proviennent entièrement de la publicité. Metro affirme avoir augmenté ses ventes publicitaires de 41 % par année en moyenne depuis sa fondation en 1995.

26Il se lance toujours des gratuits. Le Monde vient de lancer avec l’industriel français Vincent Bolloré Matin Plus, un gratuit du matin qui a un tirage de 350 000 exemplaires distribués dans la région parisienne. Bolloré publie aussi Direct Soir, un quotidien d’après-midi très illustré de 500 000 exemplaires (produit avec la salle de rédaction de la chaîne Direct 8 (80 journalistes), et distribué dans plusieurs villes françaises. Matin Plus rejoint le réseau Ville Plus, présent à Lyon, Marseille, Lille, Montpellier et Bordeaux, dont le tirage global est de 590 000 exemplaires. Le Figaro a aussi un projet de gratuit en association avec la station de télé M6. L’an dernier, Rupert Murdoch a lancé thelondonpaper (400 000 exemplaires) pour devancer le London Lite d’Associated Newspapers (400 000 exemplaires aussi). Il y a aussi des quotidiens économiques gratuits à Londres, à Paris et dans d’autres villes européennes.

27Une consolation : Les journaux payants d’Europe semblent toutefois mieux se tirer d’affaire avec leurs sites Internet que les journaux nord-américains puisqu’ils y vendent davantage leurs archives, ce qui est rare en Amérique, où les propriétaires de sites ont gâté les internautes en leur donnant de l’information gratuitement. Ils voudraient aujourd’hui renverser cette tendance, mais cela semble impossible à court terme. Il existe toutefois deux grandes exceptions à cette tendance : le Wall Street Journal et le New York Times.

28Le WSJ Online a quelque 765 000 abonnés, qui paient 79 $US par année. Pour sa part, Times Select, qui diffuse les commentaires des meilleurs chroniqueurs du NYT, compte environ 335 000 abonnés à 50 $US/an. Certains journaux vendent des services à valeur ajoutée. C’est le cas du Globe and Mail qui commercialise le service d’information financière GlobeInvestorGold pour les investisseurs avertis. Prix : 15 $ par mois ou 150 $ par année.

29Un des groupes qui semblent avoir réussi la transition de l’imprimé vers le Web est Schibsted, qui publie des quotidiens en Norvège et en Suède, et édite le populaire quotidien gratuit 20 minutes qui concurrence Metro dans certaines villes du continent européen. Schibsted s’est lancé résolument dans le Web en 1995 et n’a pas ralenti ses efforts malgré l’effondrement de la bulle techno. Au 4e trimestre de 2006, ses revenus en ligne avaient augmenté de 57 % et avaient généré 22 % de ses profits (EDITDA), son principal site, VG, nommé d’après le quotidien tabloïd Verdens Gang de Norvège a 2 millions de visiteurs par semaine et est le plus important au pays. Schibsted obtient 34 000 $US pour une bannière affichée pendant 24 heures dans VG, ce qui est plus cher qu’une page entière dans le quotidien. Schibsted bénéficie pleinement de la force du Web. Une petite annonce vendue dans ses sites rapporte 30 % du revenu d’une même annonce dans le quotidien, mais le profit qui en découle est 65 % plus élevé. Schibsted a aussi un site d’information économique, E24, qui a été rentable à son cinquième mois et qui exploite une deuxième plateforme à Stockholm. Le site norvégien a 450 000 visiteurs uniques par semaine, ce qui est plus que les sites des deux quotidiens économiques du pays. Bref, Schibsted apparaît comme un modèle de réussite de la conversion d’une compagnie de quotidiens vers le Web. Ses quotidiens payants subissent des baisses de tirage tant en Norvège qu’en Suède. Il reste à voir si ce modèle peut être répliqué sur le continent européen, la Norvège et la Suède étant des marchés relativement isolés où on ne trouve pas la même concurrence qu’aux États-Unis et en Europe continentale.

À quoi s’attendre pour l’avenir ?

30Les quotidiens gratuits devraient augmenter leur présence en Amérique du Nord, une croissance qui se fera aux dépens des quotidiens payants. Torstar et Metro viennent de lancer un nouveau gratuit à Calgary et ils en lanceront un autre à Edmonton en avril. CanWest a lancé Rush Hour à Calgary en mars, après avoir créé son premier Rush Hour à Ottawa pour devancer Quebecor, qui a mis sur le marché des versions anglaise et française de 24 heures dans la capitale canadienne l’automne dernier. Metro et ses partenaires, Torstar à Toronto et Transcontinental à Montréal, auront donc bientôt six quotidiens avec un tirage total de 740 000 exemplaires. Quebecor étudie d’autres lancements.

31La croissance des revenus de publicité dans les quotidiens payants va continuer de stagner, sinon ralentir. Toutefois, les ventes de publicité dans leurs sites continueront de croître fortement. Les quotidiens ripostent aux sites indépendants en mettant en commun leurs ressources. Après avoir créé CarreerBuilder, le plus important site d’offres d’emplois aux États-Unis, Gannett et Tribune se sont alliés au Washington Post et à Belo (Dallas Morning News) pour créer Classified Ventures, qui gère trois portails spécialisés : Cars. com., Apartments. com et HomeGain.com. Un autre consortium formé de 12 groupes comptant 264 quotidiens a formé une alliance avec Yahoo pour la vente de publicité incluant les offres d’emplois à travers HotJobs (le groupe McClatchy fait partie de ce consortium, mais il reste associé à CarreerBuilder pour les offres d’emplois ; il ne participe pas à HotJobs). Torstar et La Presse, qui sont déjà partenaires à égalité de parts de Workopolis, deviennent membres du réseau Olive, qui vend de la publicité en ligne à travers tout le Canada. Pour sa part, le groupe New York Times a décidé de s’affilier à Monster, qui, après avoir fait une percée remarquable dans les offres d’emplois, a maintenant son site de vente de voitures usagées. Ces alliances exigent d’importants changements culturels, mais Nécessité fait loi, dit le proverbe.

32La pression des analystes et des actionnaires va continuer de se faire sentir sur les grands groupes de presse. On peut donc prévoir d’autres réductions de contenu imprimé et d’autres suppressions de postes dans les salles de rédaction. The Wall Street Journal est apparu le 2 janvier 2007 avec une colonne en moins. Une semaine plus tard, la hauteur de sa publication sœur, le Barrons, était réduite. The New York Times supprimera lui aussi bientôt une colonne. Ce sont chaque fois des économies de papier de 10 à 20 %, mais les éditeurs soutiennent que le contenu rédactionnel n’est pas réduit dans la même proportion.

33Au Canada, le National Post, qui intègre le vénérable Financial Post, centenaire cette année, a éliminé tous ses tableaux de cotes boursières, comme l’avait fait auparavant The New York Times. The Wall Street Journal a réduit les siens à 1500titres. De son côté, La Presse a diminué l’espace consacré aux tableaux boursiers, mais a conservé les cotes de la Bourse de Toronto. Par contre, le Barrons, un hebdomadaire financier spécialisé appartenant à Dow Jones, a conservé ses cotes. Il a toutefois réduit le volume de statistiques publiées sur les marchés financiers.

34En même temps qu’il diminuait son espace rédactionnel dans sa version papier, The Wall Street Journal a augmenté sa couverture de l’actualité dans son site et a diminué l’importance de la nouvelle brute dans le journal pour se concentrer sur son interprétation. En principe, une bonne partie de l’espace épargné par la réduction des tableaux boursiers est consacrée à l’analyse des marchés. Le WSJ vise à ce que la moitié des nouvelles diffusées dans la version papier soient des exclusivités ; l’autre moitié est consacrée à des nouvelles non exclusives. Finalement, on tendra vers une proportion de 80 % de cet espace qui sera consacré à des exclusivités. Ce sera un défi énorme pour les journalistes, d’autant plus que l’information financière des sociétés ouvertes doit être accessible en même temps à tout le monde. Le WSJ cherchera aussi à donner plus d’information sur ce qui s’en vient, donc plus d’information stratégique et tactique pour aider les lecteurs et les investisseurs à prendre des décisions rapides. On verra donc plus de verbes au futur dans les articles, plus d’interprétations, plus de réponses à des questions que se posent les lecteurs face à des événements à venir et des décisions à annoncer. Naturellement, c’est tout le contraire dans la version Web, qui fournit encore plus de mises à jour continuelles de nouvelles et de données. En fait, la direction du WSJ fait le pari que ses lecteurs qui reçoivent l’essentiel de leur information brute sur le Web et sur des terminaux continueront de lire le journal pour l’interprétation et l’analyse des informations qu’ils auront reçues la veille et pour l’opinion de ses chroniqueurs. Il s’agit là d’un important défi pour les journalistes de ce quotidien.

35Cette approche peut convenir à un journal spécialisé comme le WSJ, dont la clientèle est très au fait des marchés financiers, mais elle n’est pas nécessairement pertinente pour les journaux généralistes. Il y a en effet un risque à négliger la transmission des nouvelles au profit de l’interprétation, de l’analyse et des grands reportages. Cette pratique, qui a été adoptée par La Presse, va à l’encontre des choix rédactionnels faits par de nombreux quotidiens de villes moyennes américaines, qui ont plutôt décidé de miser sur l’information locale. Ce faisant, La Presse se distingue du Journal de Montréal, qui rapporte davantage de nouvelles et qui mise sur des enquêtes locales (salubrité des piscines, violence dans les écoles, sondage sur les accommodements raisonnables et le racisme, etc.). Ainsi, les deux journaux prennent une direction très différente, évitant ainsi de se concurrencer indûment sur le contenu, ce qui donne un choix aux lecteurs. L’avenir dira qui a fait le meilleur choix.

36Parce qu’Internet permet d’accéder à beaucoup d’informations internationales et nationales, plusieurs quotidiens continueront de se replier sur l’information locale, créneau où pour le moment les sites Internet n’appartenant pas à des journaux locaux ne sont pas des concurrents sérieux. Les journaux devront aussi se demander s’ils sont achetés pour les mots croisés, les bandes dessinées et le divertissement, ou si leur mission première est de diffuser de l’information. The Globe and Mail a ajouté une trentaine de journalistes depuis le début de 2007. Les grands quotidiens continueront d’investir dans le Web (sites d’offres d’emplois, de petites annonces, de services à la population, etc.), aux dépens de l’imprimé, car Internet permet d’accroître les revenus. Et parce que l’information coûte cher, on assistera à davantage de consolidation dans la collecte d’information. Les groupes comprennent qu’il n’est pas nécessaire de multiplier les postes de journalistes dans chaque journal. Ainsi, l’ensemble des journaux du groupe Tribune a réduit son effectif global de 30 % à Washington et le Dallas Morning News, qui est membre du groupe Belo, a fait passer le sien de 10 à 4 journalistes. Au Canada, Quebecor a annoncé la création d’un réseau national pour couvrir l’information internationale, nationale, financière et sportive et alimenter les journaux de Sun Media. Chaque quotidien concentrera ses propres ressources sur l’information locale. CanWest est en train de créer une agence de nouvelles qui jouera le même rôle pour ses journaux. Ce n’est pas nécessairement négatif. La qualité de l’information a plus à voir avec la qualité des journalistes qu’avec leur nombre. Enfin, les agences de presse pourraient bénéficier de cette consolidation, mais quelques questions se posent. D’une part, certaines agences, comme UPI, exploitent leur propre site de nouvelles, concurrençant ainsi leurs clients, les quotidiens. De plus, les quotidiens, qui financent les agences, accepteront-ils longtemps que de grands sites généralistes, comme ceux de Google et Yahoo, rediffusent des informations qu’ils ont contribué à financer et, ainsi, les concurrencent avec leur propre contenu ? En Belgique, un tribunal a interdit à Yahoo et Google de mettre en ligne le contenu de trois quotidiens, La Libre Belgique, Le Soir et La Dernière Heure. D’autre part, le groupe Viacom a intenté en mars 2007 une poursuite d’un milliard de dollars US contre Google et You Tube, qui auraient diffusé, selon les allégations, 160 000 clips originant de Viacom et de ses filiales.

Impact sur les rédactions

37L’affaiblissement des quotidiens payants et la démocratisation des nouvelles technologies accentueront des tendances qui risquent d’avoir des conséquences importantes sur les salles de rédaction et la pratique du métier de journaliste. Après l’intégration de leur salle de rédaction et de leur site Web, des journaux, dont The Los Angeles Times et The Guardian (Londres), se disent désormais « Web first », ce qui veut dire que la priorité va maintenant à la diffusion de l’information sur le Web 24 heures par jour et sept jours par semaine. L’effectif des salles de rédaction des quotidiens devrait continuer de maigrir (sauf exceptions), mais le talent sera davantage reconnu, d’où une grande sélectivité dans l’embauche. Il se créera plus de postes dans les sites Internet. Trois chroniqueurs politiques de première classe du Washington Post ont récemment quitté le journal pour œuvrer dans un site consacré aux affaires politiques. Leur motivation : diffuser leur information rapidement sur la planète entière sans la contrainte de l’appartenance à une salle de rédaction dans un quotidien. Les éditeurs, quant à eux, vont demander plus de polyvalence. Ce n’est toutefois pas donné à tout le monde de s’adapter à deux ou trois modes de diffusion. Le Miami Herald demande à ses journalistes de travailler également soit sur le Web, soit dans une station de radio qui lui appartient. De plus en plus de journaux demandent à leurs journalistes de rédiger rapidement un texte court pour leur site Web et un texte plus élaboré pour le journal. On demande aussi à certains d’entre eux d’avoir un blogue, dans lequel le commentaire et l’opinion priment l’information brute. La nécessité d’augmenter les revenus accroîtra le pouvoir des annonceurs et diminuera l’indépendance des salles de rédaction. On verra davantage de solutions attrayantes pour les annonceurs dans les pages autrefois réservées au contenu rédactionnel : un meilleur positionnement des annonces, plus de flexforms, plus de publireportages et, peut-être aussi, des publireportages déguisés. News Corporation, l’empire de Rupert Murdoch, a révélé que le Fox Business Channel sera « more business friendly than CNBC ». CNBC est le canal financier de NBC, propriété de General Electric.

38On exigera plus de productivité du personnel de rédaction, car on devra faire autant ou mieux avec moins de ressources. À mesure que les sites prendront de l’importance, les journaux y affecteront de meilleures ressources ou même, dans certains cas, leurs meilleures ressources. Les éditeurs se voient de plus en plus comme des producteurs de contenus, pouvant être distribués sur plusieurs plateformes : l’imprimé, le Web, le Web TV, le balado, le cellulaire, etc. Et ce contenu ne viendra plus seulement des journalistes des salles de rédaction et des agences de presse. Il viendra aussi des lecteurs ou des citoyens. Gannett, qui publie le USA Today et 89 autres quotidiens dans des villes moyennes aux États-Unis, lancera le 1er mai 2007 un service de gestion de « génération de contenu par les usagers » dans l’ensemble de ses publications et de ses stations de télévision. Ce service suscitera, encadrera et intégrera la contribution des lecteurs, qui seront appelés à participer au contenu des médias avec des reportages et des articles beaucoup plus élaborés que de simples lettres des lecteurs. La véritable nouveauté apportée par Gannett réside dans l’intégration de la contribution des lecteurs à des enquêtes, reportages et dossiers réalisés par des journalistes professionnels.

39Les tâches du journaliste traditionnel (recueillir l’information et rédiger nouvelles et reportages) continueront d’évoluer vers des avenues qui modifieront sensiblement la pratique du métier. Les éditeurs privilégieront de plus en plus des journalistes renommés ou qui ont des qualités pour devenir des vedettes, qui seront interviewés à la télévision et qui pourront être mis en marché dans les guerres de marque que se livrent de plus en plus férocement les médias. Les journalistes, commentateurs et chroniqueurs-vedettes (ex-politiciens, ex-entraîneurs sportifs, ex-athlètes, médecins, etc.) prendront de plus en plus de place à cause de l’espace grandissant que tient l’information spectacle (c’est davantage le cas cependant dans les médias électroniques) aux dépens de l’analyse. Cela conduit à un mélange des genres (informations, anecdotes, commentaires, opinions) qui ne peut que desservir la pratique du journalisme.

Solutions pour l’avenir

40Les quotidiens sont-ils menacés ? Ils le sont certainement dans leur forme traditionnelle, car moins de 50 % de la population adulte (aux États-Unis) les lit. De plus, le taux de lecture des quotidiens baisse d’année en année dans les différents groupes d’âge. En fait, le problème de plusieurs groupes médiatiques est de ne pas avoir réagi assez rapidement aux attaques d’entreprises comme Craiglist, Monster, Yahoo, Google, etc., qui ont accaparé des parts de marché importantes dans des créneaux dans lesquels ils croyaient dominer pour toujours. Le comportement des groupes de presse ressemble un peu à celui de l’industrie américaine de l’automobile lorsque sont apparues les petites voitures japonaises dans leur marché.

41La survie des groupes de presse passe par plusieurs initiatives :

  • Une meilleure adéquation entre les véritables besoins des lecteurs et le contenu qui leur est servi. Il faudrait donc faire plus de recherche pour bien connaître ces besoins.
  • Les lecteurs des journaux sont scolarisés et renseignés. Les éditeurs doivent donc s’assurer de leur fournir une information de qualité, pertinente et crédible. Aux États-Unis, 45 % des lecteurs de quotidiens doutent de la véracité de ce qu’ils lisent. Et c’est dans les grandes villes où la crédibilité des quotidiens est la plus faible à cause des scandales survenus dans les salles de rédaction comme le NYT et le Washington Post. La crédibilité des petits quotidiens est beaucoup plus grande. Ils maintiennent aussi une meilleure communication avec leurs lecteurs et participent davantage à la vie de la communauté.
  • Les entreprises de presse doivent devenir plus efficaces. Les coûts excessifs de certaines conventions collectives (pressiers) devront être éliminés, comme l’ont fait The Globe and Mail et La Presse, qui sous-traitent leur impression. Le San Francisco Chronicle vient de conclure une entente à cette fin avec Transcontinental. D’autres suivront sans doute. Les journaux pourraient aussi envisager des mises en commun de leur distribution.
  • À part les très grands quotidiens nationaux, les journaux régionaux devraient tendre vers un contenu plus local, qui répond davantage aux besoins de base des lecteurs. Comme le disait un vice-président de Gannett : « Local coverage is important. Local/local is more important and local/local/local is even more important. » C’est dans l’information locale que la concurrence d’Internet est la plus faible.
  • Les quotidiens régionaux se doivent d’occuper tout le champ de l’information de service (loisirs, parcs, restaurants, horaire des cinémas, activités sportives, accès à des bases de données, etc.) dans leur propre site Internet. Ils doivent aussi utiliser cet outil (par des blogues et par le citizen journalism) pour maximiser le dialogue avec la communauté et ainsi élargir et fidéliser leur auditoire. The Register de Des Moines compte 40 blogues.
  • Il est primordial que les entreprises de presse exploitent toutes les avenues de développement offertes par Internet, s’y engagent résolument et intègrent cet outil dans leur modèle d’affaires. Internet ne doit plus être vu comme un mal nécessaire, mais un tremplin pour la survie. Il faut s’attendre à ce que les nouveaux médias, comme les sites des journaux, soient dirigés principalement par des gens qui ne sont pas issus des journaux. C’est une des recettes suivies par le groupe Schibsted, qui paraît comme un modèle de développement et d’intégration des produits Web et des journaux gratuits. Avant les années 1990, Schibsted était essentiellement un éditeur de quotidiens.
  • Les entreprises de journaux doivent se voir comme des groupes de diffusion multiproduits, ciblant des publics distincts pour les annonceurs. Or, plusieurs publics, comme les jeunes, peuvent être rejoints beaucoup plus facilement par le Web que par les journaux.
  • Les entreprises de presse assureront mieux leur défense si elles se diversifient, notamment en acquérant des intérêts dans des sites lancés par des entrepreneurs jeunes et imaginatifs, qui, souvent, voient des marchés là où elles n’en voient pas elles-mêmes. Une stratégie de portefeuille multiproduits les aiderait non seulement à protéger leur propre marché, mais aussi à occuper d’autres créneaux.

42Il est clair que les journaux traditionnels sont appelés à se transformer de façon importante. Quant aux sociétés qui les possèdent, elles doivent se diversifier et s’engager dans le Web et les avenues de développement qu’il permet. L’industrie des journaux a toujours été fascinante, en constante évolution et pleine de défis. Jamais toutefois n’a-t-elle rencontré des enjeux aussi cruciaux pour son avenir. Et puisque sa survie en dépend, elle va s’adapter. L’industrie reposera toutefois moins sur le papier et davantage sur des supports permettant de transmettre l’information sous forme numérisée.

Auteur

Éditeur émérite du journal Les Affaires, y occupe le poste d’éditorialiste et est responsable des pages d’opinions. Il a reçu plusieurs distinctions prestigieuses, dont l’Hermès de carrière, remis en 1999 par l’Université Laval, le prix Hector Saint-Louis, attribué en 2001 par la Jeune Chambre de commerce de Montréal, le prix Carrière, décerné en 2002 par le Conseil du patronat du Québec, la médaille Gloire de l’Escolle, remise en 2004 par l’Association des diplômés de l’Université Laval, le prix Robert-Murray attribué en 2004 par les Manufacturiers et exportateurs du Québec et le prix Carrière du journalisme économique décerné en 2005 par la Caisse de dépôt et placement et Merrill Lynch. Il a aussi reçu en 2005 le prix Ovation dans le cadre du programme de reconnaissance de Transcontinental.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search