Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Quatrième partie. La presse : une espèce en voie de disparition ?

10. La lecture des journaux quotidiens au Québec du XIXe au XXIe siècle

Jean de Bonville

Texte intégral

1La presse quotidienne, née en Angleterre au début du XVIIIe siècle, n’est apparue au Québec qu’au milieu du XIXe siècle. C’est donc une institution relativement récente, plus ou moins contemporaine des débuts de la démocratie parlementaire. Même si, à l’échelle d’une vie humaine, elle semble permanente, elle a connu et connaîtra sans doute le sort d’un grand nombre d’autres institutions : naître, se transformer, disparaître. Cette dernière éventualité est parfois évoquée, sans doute à des fins rhétoriques, mais elle est accueillie avec un scepticisme incrédule. Est-ce en effet possible ? Dans une perspective à long terme, le détail des avatars de la presse quotidienne est complètement gommé, mais les tendances de son évolution sont plus faciles à discerner. C’est à cet exercice de mise à distance que nous allons nous prêter ici en abordant trois thèmes liés les uns aux autres, à savoir l’évolution de la diffusion des quotidiens, les compétences du public de la presse et la place de l’écrit dans la culture contemporaine. Au terme de cette exploration, il n’est pas exclu que l’éventualité que nous venons d’envisager acquière plus de vraisemblance.

L’évolution de la diffusion des quotidiens

2Les personnes qui s’alarment pour l’avenir de la presse évoquent souvent, pour justifier leur inquiétude, la baisse de tirage des quotidiens. Cet indice nous enseigne que la presse quotidienne québécoise a connu un XXe siècle relativement prospère, bien que ses progrès aient ralenti à partir des années 1970. Toutefois, la dernière décennie de ce siècle a été marquée par une chute importante du tirage, qui justifie sans doute les inquiétudes des dirigeants de l’industrie. S’agit-il d’une mauvaise passe conjoncturelle ? Quand la situation se rétablira-t-elle ?

Figure 10.1 : Tirage des quotidiens québécois, 1851-2001

Figure 10.1 : Tirage des quotidiens québécois, 1851-2001

Les données relatives au tirage et à la diffusion des quotidiens ont été prélevées chaque décennie, pour l’année du recensement de la population.

3S’il fournit au comptable ou à l’économiste une indication importante sur les recettes de l’entreprise ou la situation de l’industrie, le tirage ne renseigne guère sur le rôle social de la presse. Pour apprécier avec justesse cette dimension de l’évolution de la presse, il faut établir un rapport entre le tirage et la taille de la population. Ce sera le point de départ de notre réflexion sur l’évolution de la presse quotidienne.

  • 1 Les méthodes de justification du tirage se sont établies progressivement au tournant des XIXe et X (...)
  • 2 Ménage et famille ne sont pas des notions identiques. En gros, la famille se compose d’un époux et (...)

4Il existe plus d’une façon d’évaluer la diffusion de la presse. Une première manière consiste à calculer, pour une population et une catégorie de publications données, le nombre total d’exemplaires par tranche de 1 000 habitants1. Cette méthode est courante chez les organismes qui produisent des statistiques culturelles, parce qu’elle est basée sur une donnée facilement et universellement accessible et qu’elle se prête donc bien à des comparaisons entre populations, à l’échelle nationale ou internationale. Toutefois, cette méthode ne prend pas en compte une caractéristique importante de la presse, à savoir qu’il s’agit d’un bien plus ou moins « collectif », puisqu’un exemplaire de journal est généralement lu par plusieurs personnes. Au XXe siècle, la famille ou le ménage constituait la cellule de consommation la plus probable du journal. C’est pour tenir compte de cette dimension des habitudes de lecture, mais aussi pour neutraliser l’effet des variations de la taille des ménages, que les historiens ont tendance à calculer le taux de pénétration ; celui-ci exprime alors le rapport entre le nombre total d’exemplaires d’une catégorie de journaux et le nombre de ménages auxquels sont destinés ces journaux2.

  • 3 La taille moyenne est de 4,2 en 1961, de 3,7 en 1971, de 2,9 en 1981 et de 2,6 en 1991.

5Jusqu’au milieu du XXe siècle, les deux méthodes de justification dégagent des tendances très voisines, puisque la taille des ménages est demeurée relativement stable (environ cinq personnes par ménage), jusqu’au recensement de 1941. La taille des ménages rapetisse sensiblement d’un recensement à l’autre à partir de 1951, passant de 4,7 à 2,3 personnes en 20013. En nous basant sur le nombre d’exemplaires pour 1 000 habitants, nous observons, de 1851 à 1951, une tendance séculaire à la hausse, que nous examinerons plus en détail.

Figure 10.2 : Nombre d’exemplaires de quotidiens québécois par 1 000 habitants, 1851-2001

Figure 10.2 : Nombre d’exemplaires de quotidiens québécois par 1 000 habitants, 1851-2001
  • 4 Il se publie des quotidiens au Québec depuis les années 1830, mais il s’agissait à l’origine de qu (...)

6Bien que quelques journaux paraissent chaque jour durant toute l’année4 dès le début des années 1850, il n’est guère possible de parler de presse quotidienne, au Québec, avant les années 1860. Dès lors, le nombre des publications et leur longévité justifient de les considérer collectivement. À cette époque, la lecture de la presse, y compris celle des quotidiens, demeure l’apanage d’une élite économique et sociale, surtout de langue anglaise.

7De 1871 à 1921, la diffusion des quotidiens connaît une très forte augmentation sous l’impulsion notamment de journaux qui prétendent s’adresser à un public populaire, comme le Montreal Star (1869-1979) ou La Presse (1884-). De nombreux facteurs peuvent expliquer le phénomène. Nous n’en retiendrons que quelques-uns : la régression de l’analphabétisme, l’urbanisation, l’amélioration des conditions de transport et l’apparition du journal d’information.

8La généralisation de l’enseignement élémentaire livre à la presse un bassin de nouveaux lecteurs potentiels. Les données du recensement de 1891 sont explicites : le taux d’analphabétisme est de 16,9 % chez les personnes de 10 à 19 ans, mais il s’élève à 29,5 % chez les adultes de 20 à 59 ans pour atteindre 51,6 % chez les personnes âgées de 60 ans et plus. En 1921, le Québec ne compte plus que 6,2 % d’analphabètes parmi la population des 10 ans et plus. Dès lors, la presse quotidienne peut s’adresser à presque toute la population, alors qu’elle ne pouvait le faire qu’à une minorité au XIXe siècle.

  • 5 Si le délai de diffusion du journal quotidien dépasse quatre heures, on considère que le journal n (...)

9Ce public, que l’alphabétisation rend culturellement disponible à la presse, l’urbanisation et le chemin de fer le rendent géographiquement accessible dans un délai compatible avec la périodicité quotidienne5. Ainsi, en 1911, 75,5 % de la population québécoise vit à moins de quatre heures de transport (routier ou ferroviaire) de la principale ville voisine. En plus de concentrer les lecteurs potentiels, l’urbanisation modifie les conditions de la communication publique, puisque les moyens de communication orale efficaces dans l’environnement rural cessent d’être fonctionnels dans la grande ville.

  • 6 Pour une étude en profondeur de ce phénomène, voir Jean de Bonville, La presse québécoise de 1884 (...)

10L’apparition de journaux populaires à grand tirage constitue le dernier facteur déterminant. Les nouveaux lecteurs révélés par les recensements sont fraîchement scolarisés, mais leur expérience de l’école demeure brève ; la presse d’opinion traditionnelle ne retiendrait pas leur attention. Des éditeurs adoptent une nouvelle formule de journalisme, basée sur le reportage d’événements d’actualité. Ainsi, c’est un nouveau type de journal, centré sur l’information et un contenu plus attrayant, plus accessible, qui se propose d’initier ces nouveaux lecteurs à la presse quotidienne. Le journal populaire devient donc le média privilégié des ouvriers, se substituant à la rumeur villageoise et au prône dominical6. Ces facteurs sont en relation dialectique. Ensemble, ils contribuent à expliquer l’apparition du journal d’information et la montée en flèche de la courbe de diffusion. En 1921, la pénétration des quotidiens atteint son sommet historique.

  • 7 Les données de tirage reparties par localité sont disponibles pour la plupart des quotidiens dans (...)

11Faut-il en conclure pour autant que le quotidien pénètre dans tous les ménages ? Cette hypothèse est évidemment irréaliste. D’une part, une proportion inconnue de familles, sans doute plus forte parmi la population de langue anglaise, reçoivent plusieurs quotidiens différents. D’autre part, tous les exemplaires de ces quotidiens ne sont pas lus au Québec. En effet, un certain nombre sont destinés à des lecteurs résidant dans d’autres provinces canadiennes, aux États-Unis ou ailleurs dans le monde. Ainsi, au début du XXe siècle, des quotidiens montréalais de langue anglaise (le Witness et le Star en particulier) écoulent une proportion non négligeable de leur tirage à l’extérieur du Québec. À ce phénomène, il faut aussi ajouter la diffusion américaine des quotidiens de langue française comme La Presse et La Patrie, qui jouissent d’une diffusion importante chez les Canadiens français nouvellement émigrés en Nouvelle-Angleterre. Comme les données sur cette diffusion pancanadienne ou panaméricaine nous manquent, nous avons imputé la lecture des exemplaires en question au public québécois, ce qui gonfle indûment les statistiques de diffusion7.

  • 8 Gérard Laurence, « Province de Québec », dans Hélène Eck, La guerre des ondes : histoire des radio (...)

12La décennie qui a vu naître la radio (1921-1931) est aussi témoin d’une chute de la diffusion des quotidiens. S’agit-il d’une coïncidence ? Les premières stations de radio entrent en ondes au début des années 1920, mais, à ses débuts, ce média demeure peu répandu. Vers 1930, seulement 10 % de la population québécoise possède un récepteur radio ; le pourcentage s’élève à 70 % au début des années 1940 et à plus de 93 % en 1951. La généralisation de la radio ne semble pas avoir eu d’effet négatif marqué sur la presse quotidienne. En effet, sa diffusion demeure forte et a même tendance à augmenter au début des années 1950, alors que la radio est devenue un média de masse très populaire. D’autres facteurs semblent des causes plus plausibles du tassement observé de 1921 à 1951. La crise économique, dont les effets se font sentir en 1931 et en 1941, affecte lourdement le budget des ménages. Comme la demande pour le journal est élastique, il est fort probable que ces restrictions budgétaires se répercutent sur les abonnements, ce qui explique que les tirages stagnent malgré la croissance démographique. Durant la Seconde Guerre mondiale, la situation économique reste difficile, et la radio, accessible presque gratuitement à une forte proportion de la population, devient un média d’information important, susceptible de servir de substitut aux journaux8.

  • 9 Au début du XXe siècle, la diffusion des quotidiens est proportionnellement plus forte parmi la po (...)
  • 10 Nombre total d’exemplaires — exemplaires distribués à l’extérieur du Québec.
  • 11 Au Québec, en 1961, 88 % des ménages possèdent un téléviseur.
  • 12 La diffusion des quotidiens n’a jamais été très forte au Québec. En comparaison avec les pays euro (...)

13Un autre facteur a sans doute joué, dans une mesure pour le moment incertaine ; il s’agit du déclin de Montréal comme capitale économique et culturelle du Canada. Au XXe siècle, Montréal cesse progressivement de jouer ce rôle dans le Canada anglais au profit de Toronto, ce qui entraîne une baisse du tirage de certains quotidiens de langue anglaise dont une proportion substantielle était destinée à des lecteurs résidant à l’extérieur du Québec9. Il faudrait aussi tenir compte de la baisse de la diffusion de quotidiens de langue française en Nouvelle-Angleterre. Ainsi, si l’on prend en considération les problèmes économiques des années de crise et le recentrage des quotidiens sur le territoire québécois, on peut conclure que la pénétration nette10 des quotidiens demeure encore forte au milieu du XXe siècle. La télévision, inaugurée au Québec en 1952, devient un média de masse en moins d’une décennie11. Le nombre d’exemplaires de quotidiens par 1 000 habitants, qui dépassait les 200, commence à décliner systématiquement, de décennie en décennie, pour atteindre 121 exemplaires au début du XXIe siècle, soit 13 exemplaires de moins qu’un siècle plus tôt, en 190112.

14On ne peut considérer la conjoncture économique comme la cause de ce phénomène à long terme puisqu’il se manifeste en période de forte croissance économique. Un facteur peut être invoqué d’emblée, soit la très forte croissance de l’offre médiatique (câble, chaînes spécialisées, télévision à péage…) et la banalisation rapide des modes d’accès : radio transistor (1960) puis baladeur (1980), téléphone portable incorporant différents services (1990), y compris des jeux, télévision couleurs de moins en moins chère qui entraîne une multiplication des appareils dans les foyers, dont le magnétoscope, le lecteur DVD, la télécommande, les jeux électroniques… Aucune indication ne permet de prévoir un retour en arrière ; les perspectives ouvertes par Internet sont même encore plus inquiétantes du point de vue des éditeurs de quotidiens.

15La tendance à la baisse est encore plus prononcée lorsqu’on considère le taux de pénétration, puisque le nombre de ménages augmente plus rapidement que la population totale durant la seconde moitié du XXe siècle. Même s’il est plus élevé pour la presse, le taux de pénétration permet sans doute de cerner plus justement l’ampleur du phénomène, puisque l’unité de consommation du quotidien est le ménage et non l’individu.

Figure 10.3 : Taux de pénétration des quotidiens québécois, 1851-2001

Figure 10.3 : Taux de pénétration des quotidiens québécois, 1851-2001

16La courbe du taux de pénétration confirme ce que les éditeurs de quotidiens constatent depuis longtemps, à savoir la désaffection prononcée des jeunes pour la presse quotidienne. Le tassement sans doute prévisible parmi ceux qui s’adonnaient déjà à la lecture des quotidiens, du fait de la concurrence de la télévision, est renforcé par une modification en profondeur dans les habitudes de fréquentation des médias chez le jeune public. En effet, il semble que, alors que leurs parents avaient continué de lire les journaux en quittant père et mère pour fonder une nouvelle famille, les jeunes adultes socialisés au cours des années 1950, après l’arrivée de la télévision, abandonnent pour la plupart la lecture des quotidiens ou en tout cas ne s’y abonnent pas. Des lecteurs meurent ou cessent de lire les quotidiens, mais les générations qui suivent n’assurent pas leur remplacement.

17Ces nouveaux comportements, assurément liés à l’augmentation très forte de l’offre dans l’industrie des médias, semblent donc condamner la presse quotidienne, telle qu’on l’a connue au XXe siècle, non pas nécessairement à la disparition, mais à une marginalisation encore plus prononcée. Déjà, en 2001, le taux de pénétration rejoint le niveau de la décennie 1871-1881. En somme, dans la première figure sur le tirage, la tendance pourrait être interprétée comme l’effet d’une conjoncture défavorable ; dans la deuxième figure sur la diffusion des quotidiens, bien que la tendance apparaisse déjà lourde, elle ne semble pas encore irréversible ; la troisième figure sur le taux de pénétration, en revanche, présente un tableau sinistre de l’avenir de la presse quotidienne en tant que média de masse.

Les transformations dans le public des médias

18Une autre dimension des transformations socioculturelles que nous venons d’évoquer peut être recherchée non pas tant du côté de l’offre médiatique que du côté du public lui-même. En effet, une explication souvent avancée suggère que les jeunes lisent de moins en moins parce qu’ils sont moins compétents que leurs aînés dans cette activité. C’est à cette hypothèse que nous nous attarderons dans cette partie. Entre 1994 et 2003, à l’initiative de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), plusieurs pays, dont le Canada, ont mené de vastes enquêtes sur la littératie et la numératie, c’est-à-dire sur les compétences des gens en lecture, en écriture et en calcul. Les conclusions de ces recherches sont riches en enseignement.

  • 13 Pour une définition des compétences mesurées et la manière de les mesurer, voir T. Scott Murray, Y (...)
  • 14 Institut de la statistique du Québec, Développer nos compétences en littératie, un défi porteur d’ (...)

19Les participants à ces enquêtes devaient exécuter une batterie de tâches (au-delà de 130) concernant quatre types de compétences13. La compréhension de textes suivis (articles de journaux et de revues, brochures, dépliants), la compréhension de textes schématiques (listes, diagrammes, graphiques, cartes, formulaires), la numératie (les compétences en mathématiques), la résolution de problèmes. Les résultats permettent de classer les participants selon quatre niveaux, en fonction de leur compétence. Les participants qui n’atteignent que les deux premiers niveaux possèdent des compétences faibles ou très faibles. Le troisième niveau est le niveau minimal permettant de comprendre et d’utiliser l’information contenue dans des textes et de s’acquitter de tâches caractéristiques de la société contemporaine. Les quatrième et cinquième niveaux correspondent à des compétences satisfaisantes ou élevées. Les données pour le Québec, tirées de la seconde enquête en 2003 et diffusées par l’Institut de la statistique du Québec14, sont les suivantes :

Figure 10.4 : Niveaux de compétence en compréhension de textes suivis (4) et schématiques (3), en numératie (2) et en résolution de problèmes (1), population de 16 à 65 ans, Québec, 2003

Figure 10.4 : Niveaux de compétence en compréhension de textes suivis (4) et schématiques (3), en numératie (2) et en résolution de problèmes (1), population de 16 à 65 ans, Québec, 2003

Source : Institut de la statistique du Québec, Développer nos compétences en littératie, un défi d’avenir, p. 52.

20La barre du haut nous intéresse en particulier, puisqu’elle porte sur les compétences en compréhension de textes suivis, c’est-à-dire le type de compétences requises par la lecture de la presse. Il se dégage de ces données qu’environ la moitié de la population éprouverait des difficultés à lire un article de journal et qu’une proportion plus grande encore n’arriverait pas à en dégager les inférences pertinentes à la vie en société. En somme, si ces données sont fiables, on pourrait conclure que la moitié de la population n’est pas en mesure de lire facilement un article de journal le moindrement complexe.

21La situation semble moins préoccupante si l’on considère les mêmes données du point de vue de l’âge des participants.

Figure 10.5 : Niveaux de compétence en compréhension de textes suivis selon le groupe d’âge, Québec, 2003

Figure 10.5 : Niveaux de compétence en compréhension de textes suivis selon le groupe d’âge, Québec, 2003

Source : Institut de la statistique du Québec, Développer nos compétences en littératie, un défi d’avenir, p. 61.

22Contrairement à un certain nombre de doléances concernant les ratés du système d’éducation, en particulier en matière d’enseignement du français, les membres de la cohorte des 16 à 25 ans atteignent un niveau de compétence plus élevé que ceux des autres groupes d’âge selon le type de mesures dont s’est servie l’OCDE.

  • 15 Nous ne tenons pas compte de l’enseignement postsecondaire, qui est facultatif. Quant à l’enseigne (...)

23Les quatre groupes d’âge renvoient à autant d’intervalles de scolarisation délimités par un seuil minimum, l’année où les plus âgés de la cohorte sont entrés à l’école primaire, et un seuil maximum, l’année où les élèves les plus jeunes ont quitté l’école secondaire15. Ces intervalles sont de 20 à 30 ans selon le groupe d’âge : les individus qui appartiennent à la cohorte des 16 à 25 ans ont été scolarisés entre 1984 (entrée à l’école des plus âgés de la cohorte) et 2003 (sortie de l’école des plus jeunes de la cohorte) ; les individus âgés de 26 à 45 ans ont été présents dans le système d’éducation de 1964 (entrée des plus âgés) à 1993 (sortie des plus jeunes) ; les individus de 46 à 65 ans y sont de 1944 à 1973, tandis que les personnes âgées de 66 ans et plus sont entrées à l’école avant 1935 et en sont sorties au plus tard en 1954.

Tableau 10.1 : Période de scolarisation selon les groupes d’âge au Québec

Groupes d’âge

Année à laquelle les plus âgés de la cohorte entrent à l’école (6 ans)

Année à laquelle les plus jeunes de la cohorte quittent l’école secondaire (16 ans)

16-25 ans

1984

2003

26-45 ans

1964

1993

46-65 ans

1944

1973

66 ans et plus

Vers 1934

1953

24On peut postuler que les compétences d’un individu en matière de littératie et de numératie restent stables dans le temps ou, mieux, s’améliorent et que, sauf accident ou maladie, elles ne déclinent pas de façon notable. Si tel est le cas, ce tableau indique clairement que les personnes scolarisées entre les années 1930 et le début des années 1950, qui éprouvaient plus de difficulté à lire des textes suivis lors de l’enquête de l’OCDE, ont été, durant leur vie, des lecteurs moins compétents que les individus scolarisés au cours des décennies suivantes. Selon toute vraisemblance, les parents et les grands-parents des individus de cette cohorte des aînés, qui formaient le gros de la population au moment où les taux de pénétration de la presse quotidienne étaient les plus forts (1911-1931), avaient des compétences au mieux égales à celles de la cohorte en question. En somme, au moment où le taux de pénétration de la presse quotidienne atteignait des sommets, les compétences de ses lecteurs en compréhension de textes suivis étaient beaucoup plus faibles qu’aujourd’hui.

  • 16 Voir à ce sujet Jean de Bonville, « Le “nouveau journalisme” américain et la presse québécoise à l (...)

25Ces données vont dans le sens de l’hypothèse selon laquelle les gains réalisés par la presse quotidienne au début du XXe siècle, grâce à l’innovation que constituait le journal d’information, l’ont été au prix de concessions pour ajuster le contenu du journal au niveau de compétence de son nouveau lectorat16. En ce qui concerne la situation actuelle, ce tableau suggère aussi que, si l’on se fie aux données sur les habitudes de lecture, la cohorte à première vue la plus compétente est celle qui semble la moins intéressée par la presse quotidienne. Ces données nous amènent à nous poser de manière différente la question de la nature des changements socioculturels et de leur influence sur la presse.

La place de l’écrit dans la culture

26La concurrence des médias électroniques, évoquée plus haut comme explication partielle du déclin de la presse quotidienne, entrerait dans la catégorie des facteurs qui ont pour effet d’éloigner le public de la lecture des journaux. D’autres facteurs de même nature pourraient évidemment être avancés. L’entrée en masse des femmes sur le marché du travail, par exemple, a contribué à réduire le temps que les membres du ménage, la femme en particulier, consacraient aux journaux. La multiplication des loisirs de toutes sortes a exercé un effet semblable sur la disponibilité du public. Une des conséquences de cette pression sur le budget-temps est la migration importante de la lecture des journaux, du foyer vers les moyens de transport en commun et les lieux de travail. Le tabloïd, qui se prête mieux à ces nouveaux contextes de lecture, a fortement bénéficié de ce déplacement. D’autres facteurs exercent un effet de nature différente sur la presse au sens où ils diminuent sa capacité d’attirer le public. C’est dans cette seconde voie que nous chercherons à résoudre le paradoxe d’une population de lecteurs plus compétents, mais qui lisent moins.

  • 17 En 1961, les personnes détenant un diplôme universitaire représentaient 2,9 % de la population qué (...)

27Le cas du quotidien Le Devoir illustre bien la question qui nous occupe. Dans les années 1960, Le Devoir tirait à plus de 40 000 exemplaires, et ses dirigeants espéraient un avenir prospère en se basant sur le fait qu’une scolarisation plus poussée (généralisation de l’enseignement secondaire, devenu obligatoire) et un accès plus libéral à l’enseignement universitaire élargiraient inévitablement son public. Or, Le Devoir tire aujourd’hui à moins de 30 000 exemplaires ; les étudiants universitaires le lisent, en proportion, beaucoup moins que ceux des années 1960. Pourtant, Le Devoir est le type même de quotidien qui aurait dû le mieux résister à la chute des tirages, puisque son lectorat est plus scolarisé et, toujours en principe, plus porté à s’informer au moyen des journaux. Laissons de côté la question de la qualité intrinsèque du journal : jusqu’à preuve du contraire, rien n’indique qu’elle se soit dégradée de manière substantielle au cours des quatre dernières décennies. Or, le lectorat de ce quotidien a suivi la tendance générale. En fait, les seuls quotidiens à avoir connu du succès au cours des dernières décennies, y compris auprès de la clientèle universitaire, sont des tabloïds populaires17.

28L’hypothèse avancée pour expliquer ce phénomène singulier du journal intellectuel dont le tirage baisse alors que tous les indices de scolarisation sont à la hausse, concerne l’ensemble de la presse quotidienne ; c’est celle du déclin de la culture écrite. D’une certaine manière, cette thèse est dans l’air depuis plus d’un demi-siècle. Déjà, à la fin des années 1950, le sociologue français Georges Gurdorf se demandait si la civilisation de l’image condamnerait l’écrit à disparaître... Il s’agissait, dans un premier temps, d’un simple étonnement devant la place grandissante prise par l’image dans la société, avec l’apparition du cinéma, de la télévision, des magazines illustrés, etc. Dans les années 1960, McLuhan affirmait le caractère contingent de la culture écrite. La validité empirique de ses propositions est depuis lors restée en suspens, mais, avec le temps, les indices s’accumulent qui donnent du crédit à sa prédiction sur le déclin de la culture écrite.

  • 18 David R. Olson, L’univers de l’écrit : comment la culture écrite donne forme à la pensée, Paris, R (...)

29Le syntagme culture écrite, employé ici faute d’une expression plus adéquate, renvoie à un concept dont la compréhension varie selon les contextes. Pour un grand nombre de pédagogues, la culture écrite se réduit à l’apprentissage de la lecture et correspond au terme anglais literacy. Le terme culture écrite peut aussi être considéré comme un synonyme de culture lettrée ou culture humaniste, l’accent se portant alors sur un corpus déterminé de connaissances. Dans ce texte, la notion de culture écrite ne se réduit évidemment pas à la seule maîtrise, même experte, de l’écriture et de la lecture, non plus qu’elle se limite à la possession d’un corpus donné de connaissances. La culture écrite pourrait être définie à partir de quatre dimensions complémentaires. Elle est entendue évidemment dans le sens de : (a) la maîtrise de l’écriture ; mais aussi dans le sens de (b) la prééminence du langage verbal comme moyen d’expression (par opposition à d’autres moyens d’expression : musical, mathématique, iconique, etc.) ; elle est aussi définie à partir (c) des pro cédés cognitifs privilégiés dans le mode de communication écrite (comme l’abstraction, la déduction, etc.) ; et (d) d’un corpus de connaissances auxquelles l’écrit donne accès (notamment celui de la culture humaniste)18.

  • 19 Citons, par ordre chronologique et sans souci d’exhaustivité, Georges Gusdorff, « Réflexions sur l (...)
  • 20 Par exemple, Mihai Nadin consacre au changement culturel en question un ouvrage très dense de plus (...)

30Or, cette culture écrite, quelle que soit la dimension que l’on considère, est en voie de marginalisation. Même si l’affirmation, reprise régulièrement depuis plus d’un demi-siècle19, est devenue banale, nous continuons de penser et d’agir comme si elle était fausse ou concernait un futur lointain. Pourtant, le phénomène est devenu manifeste dans la plupart des domaines d’expérience et d’activité. La mise en relation d’un phénomène aussi limité que la lecture des journaux et d’une transformation aussi fondamentale que celle que nous invoquons requerrait de longs développements20. Faute d’espace, nous ne retiendrons que quelques illustrations des facteurs à l’œuvre.

  • 21 Afin d’aider le lecteur à discerner la dimension de la culture écrite dont il est question, dans l (...)

31L’indice le plus évident de la marginalisation de la culture écrite est sans doute la concurrence croissante que subissent les médias écrits. Certes, la culture écrite (b)21 n’a jamais été exclusive : d’autres modes de communication, oral ou graphique, sont plus anciens et n’ont pas cessé d’occuper une place importante dans la vie sociale. La nouveauté, de ce point de vue, c’est que, depuis au moins un siècle, sinon plus, l’écrit est en voie de perdre la position hégémonique qu’il occupait alors par rapport à la connaissance. Déjà, dans la première moitié du XXe siècle, l’image, fixe ou mobile, joue un rôle important dans les activités de divertissement (cinéma, télévision, magazines illustrés, bandes dessinées, photoromans, etc.) ; les journaux y font eux-mêmes de plus en plus de place aux dépens de l’écrit. Dans les domaines scientifiques et professionnels, l’image connaît aussi un grand nombre d’applications sans que, pour autant, la domination de l’écrit et de l’imprimé y soit remise en question.

32Toutefois, l’aspect le plus révélateur de cette évolution est que le corpus de connaissances constitutif de la culture écrite a cessé de faire consensus et est devenu de moins en moins pertinent dans les pratiques sociales. On ne reconnaît plus que les connaissances, les œuvres, le système de valeurs traditionnellement incorporés à la culture écrite puissent inspirer la pratique de l’ensemble des acteurs sociaux. Or, ce qu’il y a de particulièrement important du point de vue de la presse (et d’inquiétant pour ses promoteurs), c’est que la culture écrite connaît ce processus de marginalisation même chez ceux qui, traditionnellement, en étaient les principaux défenseurs, les membres des groupes les plus scolarisés, ce qu’il était naguère convenu d’appeler l’élite socioculturelle. Cette marginalisation de la culture écrite s’est produite sous l’effet d’une dialectique constante, depuis plus d’un siècle, entre le marché du travail et le monde de l’enseignement.

33Dans l’enseignement, au Québec comme dans plusieurs pays industrialisés, deux processus complémentaires ont défavorisé la culture écrite (a ; d) : la relativisation du corpus de connaissances considérées dignes de transmission par l’institution scolaire et l’instrumentalisation de la langue, en général, et de l’écriture, en particulier, comme mode de communication.

34Le premier processus, largement inspiré de l’expérience américaine, favorise une éducation postsecondaire plus concrète, plus pratique. Cette approche exerce une influence centrifuge sur les connaissances : chaque discipline, profession ou métier possède en propre son corpus de connaissances, et les connaissances communes à l’ensemble des disciplines, professions ou métiers sont réduites d’autant. La disparition de l’enseignement classique québécois dans les années 1960 n’est qu’un avatar local de ce processus : le corpus de connaissances véhiculées par cet enseignement, essentiellement la culture humaniste, l’histoire littéraire, l’histoire nationale, la philosophie, etc., apparaissait de moins en moins apte à préparer les étudiants aux nouvelles conditions du marché du travail.

  • 22 M. Nadin fait les mêmes observations concernant les États-Unis (op. cit., p. 62-63).

35Cette tendance aura de nombreux effets secondaires : recherche systématique de la variété dans l’offre de savoirs, liberté de choix des étudiants, prépondérance du diplôme sur la formation, etc.22 Les universités deviennent de plus en plus des services de formation pour les entreprises plutôt que les pourvoyeuses d’une éducation universelle. Pour s’ajuster aux compétences des étudiants que la démocratisation de l’enseignement supérieur leur amène en très grand nombre, les professeurs conçoivent de plus en plus la formation universitaire comme un ensemble de tâches ponctuelles à accomplir à l’aide de consignes précises. Peu de principes intégrateurs (sur les plans logique, culturel, etc.) assurent la cohérence de ces savoirs parcellaires.

36Le deuxième processus, apparenté, mais plus tardif, touche surtout principalement l’enseignement secondaire. Dès les années 1960, on a cessé d’enseigner la langue comme un moyen d’accéder à la culture (d) pour la considérer comme un outil de communication, dont la maîtrise doit rendre ses utilisateurs socialement efficaces, fonctionnel devenant le maître mot pour caractériser l’outil et ses utilisateurs. Les modèles de production écrite étaient dès lors empruntés à tous les contextes de la vie quotidienne (conversation, publicité, etc.), et les contextes culturels traditionnels (expression littéraire, rhétorique, etc.) n’occupaient plus que la portion congrue.

  • 23 Les instigateurs de ce type d’initiation, sans prendre conscience de l’incongruité de leur propre (...)

37Ce type d’enseignement a pu assurer une alphabétisation adéquate (fonctionnelle), comme semblent le suggérer les chiffres de l’enquête de l’OCDE sur la littératie, mais il est douteux qu’il constitue une bonne introduction à la culture écrite dans toutes ses dimensions (en particulier c et d). En effet, les activités à la base de cet enseignement ne sont pas « fonctionnelles » pour tout le monde sauf certaines, souvent triviales et fortement teintées idéologiquement, comme le fait de lire des annonces publicitaires23. En conséquence, l’accent mis sur le caractère fonctionnel de la langue rétrécit le corpus de connaissances communes susceptibles d’entrer dans la culture écrite. Ces transformations dans l’enseignement ont sans doute eu lieu en réponse aux nouvelles conditions du marché du travail, conditions qui n’ont d’ailleurs pas cessé d’évoluer.

38Jusqu’au XXe siècle, le savoir, humaniste ou professionnel, qu’un individu avait acquis à la fin de sa formation lui était en grande partie utile durant toute sa vie active et constituait une composante essentielle des connaissances nécessaires à la pratique professionnelle. Or, au XXe siècle, les conditions de production et de transmission de l’information scientifique et technique entraînent la disparition de cet état de choses.

39Tout d’abord, les connaissances techniques et scientifiques deviennent de moins en moins accessibles à l’homme cultivé. Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer le contenu de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, publiée dans les années 1770, avec celui d’une grande encyclopédie contemporaine comme Universalis ou Britannica, et a fortiori avec celui d’une encyclopédie spécialisée. Non seulement l’information devient-elle ainsi plus spécialisée, mais elle est aussi beaucoup plus abondante, et la période de pertinence des idées et des informations devient de plus en plus courte. Ce qui implique une incertitude plus grande quant aux connaissances qu’il vaut la peine d’acquérir lors de sa formation. Enfin, comme l’accès à l’information devient plus facile et universel, son acquisition lors de la formation professionnelle apparaît moins impérieuse.

40Plus grande encore, sans doute, est l’influence de l’informatisation d’un très grand nombre d’activités professionnelles. Ce processus joue, dans le secteur tertiaire, un rôle comparable à celui de la mécanisation dans les secteurs primaire et secondaire au XIXe siècle. Ainsi, dans un grand nombre de métiers scientifiques, techniques et de service, les individus sont de plus en plus dispensés d’opérations intellectuelles désormais prises en charge par la technique ; les microprocesseurs et les logiciels incorporent des formules, des calculs, des raisonnements, etc. qui, une fois parfaitement énoncés par leurs concepteurs, assurent un haut niveau d’efficacité à un grand nombre d’activités professionnelles et scientifiques. Ces algorithmes se substituent ainsi à des opérations mentales et incorporent les connaissances encyclopédiques pertinentes qui naguère étaient prises en charge par la culture écrite des individus. D’une certaine manière, cette évolution a pour conséquence de libérer l’acteur humain de contraintes de la culture écrite (c et d). En effet, la rationalité professionnelle, segmentée de manière très fine, est intégrée à la technique elle-même. Les individus ont moins à penser et réfléchir eux-mêmes qu’à savoir appliquer des programmes qui assurent un haut niveau d’efficacité. La connaissance des logiciels procure un niveau de fonctionnalité bien supérieur au niveau de maîtrise des con naissances relatives à la pratique.

41De même, les connaissances touchant un grand nombre d’activités de la vie quotidienne (conduire sa voiture, préparer les repas, laver ses vêtements, etc.) sont devenues pour ainsi dire inutiles. Des tâches qui naguère requéraient l’utilisation de connaissances sont remplacées par des produits, tandis que la plupart des activités quotidiennes sont exécutées par ou au moyen de machines, lesquelles incorporent la pensée des personnes qui les ont conçues ou programmées.

42Pour de plus en plus de gens, y compris dans des activités professionnelles qui naguère nécessitaient un certain niveau de maîtrise de la culture écrite (c) ou qui n’existaient tout simplement pas : tous les métiers de l’informatique par exemple, l’affichage iconique de l’écran d’ordinateur et le clic de la souris se substituent à la lecture et à l’écriture. L’écrit (b) est remplacé par d’autres formes d’expression et de communication (iconique, sonore, etc.) ou bien il est réduit à un répertoire restreint et stéréotypé facile à mécaniser, à automatiser et à faire fonctionner (c et d).

  • 24 Aux États-Unis, 53 % de la population ne dépasse pas le niveau 2 de compétence en compréhension de (...)

43La culture écrite, dans toutes ses composantes, ne disparaît pas pour autant, mais elle cesse d’être le commun dénominateur obligé, même dans l’esprit de ses défenseurs ; elle devient plutôt une spécialité parmi d’autres — d’où la renaissance de l’écrivain public et la multiplication des scribes de tout acabit —, et ce, même au sein de l’élite socioéconomique, dont une proportion importante constituait le lectorat de la presse quotidienne dite « de qualité ». Les conséquences de ces changements sont patentes. Une économie aussi dynamique que celle des États-Unis peut prospérer alors qu’une proportion importante de la population, considérée comme analphabète fonctionnelle, n’en participe pas moins à l’activité et à la prospérité économiques24. Cette proportion n’est sans doute pas supérieure à ce qu’elle était il y a un siècle ; on peut même penser qu’elle est moindre. Toutefois, ce que démontre celle statistique, c’est le caractère subsidiaire de la culture écrite : elle n’apparaît pas essentielle à la prospérité économique.

44Dans son évolution à long terme, la presse a déjà intégré cet état de fait. En effet, au XIXe siècle, la presse d’opinion réunissait une fraction de la population (son lectorat correspondant approximativement à un électorat censitaire) autour d’un certain nombre de principes fondamentaux gouvernant le fonctionnement de la société et de l’État. L’idéal-type d’espace public pensé par Jürgen Habermas correspond en gros à cette situation historique. Afin de réunir un public plus vaste, à la limite universel, au-dessus des polémiques partisanes, la presse d’information a cherché, à partir de la fin du XIXe siècle, à définir le monde comme un ensemble de faits, accessibles à l’entendement de tous et susceptibles, pensait-on, d’être interprétés de la même façon par tous.

45La presse d’opinion supposait une culture écrite (a ; c ; d) relativement large chez son public. La presse d’information, telle qu’elle s’est institutionnalisée en Amérique du Nord au XXe siècle, peut plus facilement se contenter d’un public possédant une maîtrise relativement faible de l’écrit (a) et dont la culture écrite est plutôt restreinte (c et d). Nonobstant cela, la presse d’information a contribué à entretenir l’idée de la supériorité de la culture écrite (b et d), idée qui confortait ses propres statut et prestige, puisqu’elle se présentait comme une composante de cette culture. De toute façon, il est vrai que son contenu exploitait des connaissances encyclopédiques accessibles dans la culture écrite.

46Dans la presse contemporaine, un grand nombre de supports (la presse « tabloïd » par exemple) ne supposent pas le recours à un corpus important de connaissances ; le sens commun et l’expérience quotidienne suffisent à la compréhension et à l’interprétation de leur contenu. Par ailleurs, en partie sous l’influence de ce type de quotidien, le contenu de l’ensemble de la presse quotidienne s’éloigne des référents de la culture écrite ou exige une culture écrite moins étendue (d). Par exemple, les pages culturelles des quotidiens dits « de qualité » ne consacrent qu’une petite partie de leur contenu à la littérature et s’intéressent davantage au cinéma, à la radio-télévision, aux arts du spectacle, au loisir, etc. De plus, le recours systématique à la personnalisation des enjeux et à la personnification des idées rend superflue l’existence d’une base importante de connaissances encyclopédiques communes (c et d).

  • 25 L’espace nous manque pour entrer dans les nuances qui s’imposeraient si nous ne nous limitions pas (...)

47L’évolution du reportage politique illustre ces transformations. À l’époque où la culture écrite régnait en principe sans partage (b et d), le discours politique primait25. C’est lui que la presse mettait en valeur par le reportage systématique et extensif des débats parlementaires. Progressivement, le discours est passé au second plan au profit d’autres considérations plus aisément accessibles au sens commun comme les querelles partisanes, les conflits de personnalités, l’apparence ou l’empathie des politiciens, etc. Les journalistes ont ainsi contribué au passage d’un type de culture à l’autre dans la mesure où ils délaissaient, progressivement et sans même s’en rendre compte, une pratique fondée sur le discours pour une autre pratique fondée sur l’image. La télédiffusion des débats a aussi contribué à émanciper le discours politique de l’écrit en le rendant directement et sensoriellement accessible au citoyen téléspectateur. Ainsi, puisqu’il peut lui-même voir et entendre les orateurs politiques à la télévision et puisque la politique lui est présentée comme un spectacle, le lecteur de journaux se trouve libéré des contraintes de la culture écrite (b) dans son rapport avec la politique. Le journal a cessé d’être un truchement obligé entre le citoyen et le politique.

48À l’évidence, le sort de la presse est lié à celui de la culture écrite : la relativisation de cette dernière (b ; c ; d) a assurément contribué à la marginalisation du type de presse (presse « de qualité ») et du type de contenu (« sujets sérieux ») dont la lecture suppose le recours aux connaissances de cette culture même. En outre, les adeptes de la culture écrite (b ; c ; d) étaient les soutiens les plus fidèles de la presse quotidienne ; la décroissance relative du segment de la population attaché à la culture écrite n’a pu qu’affecter cette dernière.

  • 26 Le secteur primaire (agriculture, pêche, etc.) dominait ; l’économie reposait encore largement sur (...)

49Parallèlement à ces changements culturels, des changements touchant les rapports de la politique et de l’économie ont aussi contribué au déclin de la presse quotidienne. Jusqu’au XIXe siècle, en gros, les activités socio-économiques n’étaient pas très denses, et les interactions moins fréquentes et moins rapides26. Le maintien de la cohésion sociale réclamait la présence d’un pouvoir politique capable d’assurer la stabilité de comportements compatibles avec le fonctionnement de l’économie. Progressivement, à mesure que l’activité économique se densifiait et que la consommation devenait le moteur de l’économie, l’intervention du pouvoir politique apparaissait moins pressante. L’économie en venait à s’auto réguler et rendait l’État plus ou moins superflu.

  • 27 M. Nadin, op. cit., p. 705.

50On entre alors dans une démocratie commerciale : les gens peuvent acheter et vendre ce qu’ils veulent ; l’égalité est celle d’avoir tous accès à un marché d’affluence ; la liberté est assurée par la reconnaissance mutuelle du droit de tous à l’abondance. La démocratisation se définit dès lors comme le processus par lequel de plus en plus de gens ont accès à la prospérité, à une culture du divertissement et à un gouvernement qui garantit le droit à la richesse et à la consommation27.

51Dans un tel contexte, la presse d’information politique et générale, qui a traditionnellement légitimé son statut à partir du rôle qu’elle s’octroyait à l’endroit du pouvoir politique, se trouve dans la situation où son contenu traditionnellement le plus valorisé, l’information politique, est banalisé, voire marginalisé.

52En contrepartie, cette presse se trouve libérée des contraintes idéologiques qui depuis le début du XXe siècle, depuis l’apparition du journal d’information, limitaient ses ambitions commerciales. La barrière entre la rédaction, la publicité, le marketing, qui n’avait jamais été étanche, perd de sa signification. Les goûts du public deviennent le premier critère des choix éditoriaux sans que cela entretienne la mauvaise conscience de qui que ce soit. Le problème pour la presse quotidienne, c’est qu’elle acquiert cette liberté au moment où elle perd les moyens de s’en servir.

  • 28 En Suède, les quelque 165 quotidiens (pour une population guère plus grande que celle du Québec) j (...)

53La presse nord-américaine apparaît ainsi en partie victime de ses choix, qui ont été essentiellement des choix économiques. D’autres presses dans le monde, dans les pays scandinaves par exemple28, dont les choix ont été moins déterminés par l’intérêt commercial, résistent mieux aux nouvelles conditions du marché de la presse. Mais pour combien de temps ?

Notes

1 Les méthodes de justification du tirage se sont établies progressivement au tournant des XIXe et XXe siècles. La création de l’Audit Bureau of Circulations, en 1914, constitue une date charnière à cet égard, à partir de laquelle les données sont réputées fiables. Avant cette date, la validité des données varie selon les journaux et les époques. Les plus grands journaux ont été les premiers à adopter des méthodes rigoureuses et objectives de justification, mais il est raisonnable de penser que, en règle générale, les éditeurs avaient tendance à gonfler les données de tirage. En ce qui nous concerne, nous avons extrait ces données d’une série de répertoires de la presse qui se sont succédé de 1869 à nos jours, à savoir les répertoires des agences de publicité américaines George P. Rowell (pour 1871) et N. W. Ayer (de 1881 à 1981), puis ceux de la société Gale Research (1991 et 2001). Ces répertoires contiennent les données les plus fiables, notamment celles de l’ABC. Les tirages de 1851 et de 1861 ont été établis par extrapolation, à partir des renseignements disponibles les plus voisins.

2 Ménage et famille ne sont pas des notions identiques. En gros, la famille se compose d’un époux et d’une épouse vivant avec leurs enfants, dans une même habitation, tandis que le ménage est un groupe de personnes (n’appartenant pas nécessairement à une même famille) vivant en commun dans une même habitation. Au Canada, l’organisme responsable du recensement de la population n’a pas toujours établi la distinction. À l’origine, il dénombrait uniquement les familles, et, de toute façon, jusqu’au milieu du XXe siècle, le nombre des ménages n’était pas très différent de celui des familles. Toutefois, dans la seconde moitié du XXe siècle, le profil des ménages se diversifie, et le nombre de familles tend à s’écarter de celui des ménages. Comme nous postulons que le journal est disponible à tous les individus vivant en commun dans une même habitation, sans égard à leur lien de parenté, nous basons nos calculs sur le nombre des ménages, lorsqu’il est disponible, plutôt que sur celui des familles. Alors que les données sur la population proviennent d’un dénombrement en principe exhaustif, les données sur les ménages sont prélevées par sondage et sont donc sujettes à une marge d’erreur plus grande. En conséquence, compte tenu des réserves sur l’exactitude des données de tirages et des données démographiques, il faut considérer les indicateurs de diffusion de la presse comme de bonnes approximations, à partir desquelles il est possible de dégager des tendances, et non comme des mesures absolument exactes.

3 La taille moyenne est de 4,2 en 1961, de 3,7 en 1971, de 2,9 en 1981 et de 2,6 en 1991.

4 Il se publie des quotidiens au Québec depuis les années 1830, mais il s’agissait à l’origine de quotidiens saisonniers, dont la périodicité quotidienne se relâchait l’hiver, à cause du ralentissement de l’activité commerciale consécutif à l’arrêt de la navigation transatlantique. Ces publications revenaient alors à une périodicité plus lâche (bihebdomadaire ou trihebdomadaire).

5 Si le délai de diffusion du journal quotidien dépasse quatre heures, on considère que le journal ne parvient pas à son lecteur dans la journée ou le lendemain, ce qui prive ce média de son intérêt singulier.

6 Pour une étude en profondeur de ce phénomène, voir Jean de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914 : genèse d’un média de masse, Québec, Presses de l’Université Laval, 1988.

7 Les données de tirage reparties par localité sont disponibles pour la plupart des quotidiens dans les rapports annuels de l’Audit Bureau of Circulations, mais à partir de 1914 (date de fondation de l’ABC) seulement.

8 Gérard Laurence, « Province de Québec », dans Hélène Eck, La guerre des ondes : histoire des radios de langue française pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Armand Colin, 1985, p. 283-366.

9 Au début du XXe siècle, la diffusion des quotidiens est proportionnellement plus forte parmi la population de langue anglaise que parmi les francophones. Le recul démographique de la communauté anglophone du Québec jouera sans doute éventuellement dans la chute de la pénétration, mais cette influence ne pourra se manifester que beaucoup plus tard.

10 Nombre total d’exemplaires — exemplaires distribués à l’extérieur du Québec.

11 Au Québec, en 1961, 88 % des ménages possèdent un téléviseur.

12 La diffusion des quotidiens n’a jamais été très forte au Québec. En comparaison avec les pays européens, le Québec se situerait, en 2001, plutôt vers la queue du peloton, au niveau de l’Italie (121), derrière la France (150) et loin derrière les meneurs, la Norvège (593), la Finlande (548) ou la Suède (536). Le Canada et les États-Unis affichent des diffusions de 159 et de 212 exemplaires respectivement.

13 Pour une définition des compétences mesurées et la manière de les mesurer, voir T. Scott Murray, Yvan Clermont et Marilyn Binkley, Mesurer la littératie et les compétences des adultes : de nouveaux cadres d’évaluation, Ottawa, Statistique Canada, 2005.

14 Institut de la statistique du Québec, Développer nos compétences en littératie, un défi porteur d’avenir. Rapport québécois de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA), 2003, Québec, Institut de la statistique du Québec.

15 Nous ne tenons pas compte de l’enseignement postsecondaire, qui est facultatif. Quant à l’enseignement primaire et postsecondaire, ils deviennent obligatoires jusqu’à 14 ans en 1943 ; la fréquentation obligatoire passe de 14 à 15 ans en 1961, puis à 16 ans en 1988.

16 Voir à ce sujet Jean de Bonville, « Le “nouveau journalisme” américain et la presse québécoise à la fin du XIXe siècle », dans Florian Sauvageau, Variations sur l’influence culturelle américaine, Québec, Presses de l’Université Laval, 1999, p. 73-100.

17 En 1961, les personnes détenant un diplôme universitaire représentaient 2,9 % de la population québécoise de 15 ans et plus. Le pourcentage passe à 6,5 en 1981 et à 12,7 % en 2001. Durant la même période, le nombre d’exemplaires de quotidiens par diplômé universitaire chute abruptement : en 1961, il se publiait 11 exemplaires par diplômé ; en 1981, il ne se publie plus que 2,4 exemplaires et, en 2001, 0,8 exemplaire par diplômé.

18 David R. Olson, L’univers de l’écrit : comment la culture écrite donne forme à la pensée, Paris, Retz, 1999, p. 302-304.

19 Citons, par ordre chronologique et sans souci d’exhaustivité, Georges Gusdorff, « Réflexions sur la civilisation de l’image », dans Civilisation de l’image, Paris, Fayard, 1960, p. 11-36 ; Daniel Boorstin, The Image : Or What Happened to the American Dream, New York, Atheneum, 1962 ; Marshall McLuhan, The Gutenberg Galaxy : The Making of Typographic Man, Toronto, University of Toronto Press, 1962 ; David Olson, op. cit.

20 Par exemple, Mihai Nadin consacre au changement culturel en question un ouvrage très dense de plus de 700 pages : The Civilization of Illiteracy, Dresden, Dresden University Press, 1997.

21 Afin d’aider le lecteur à discerner la dimension de la culture écrite dont il est question, dans les pages qui suivent, nous inscrivons entre parenthèses, au besoin, la dimension de la culture écrite visée par chacune de nos propositions.

22 M. Nadin fait les mêmes observations concernant les États-Unis (op. cit., p. 62-63).

23 Les instigateurs de ce type d’initiation, sans prendre conscience de l’incongruité de leur propre position, critiquaient leurs prédécesseurs qui avaient initié les élèves des décennies précédentes en utilisant des sujets patriotiques ou religieux.

24 Aux États-Unis, 53 % de la population ne dépasse pas le niveau 2 de compétence en compréhension de textes suivis selon l’enquête internationale de l’OCDE sur l’alphabétisation des adultes (Apprentissage et réussite : premiers résultats de l’enquête sur la littératie et les compétences des adultes, Ottawa, Statistique Canada, 2005, p. 37).

25 L’espace nous manque pour entrer dans les nuances qui s’imposeraient si nous ne nous limitions pas à une perspective très générale. En l’occurrence, à l’époque où le reportage politique se généralise, la seconde moitié du XIXe siècle, la littératie (la culture écrite entendue dans sa première dimension) demeure encore un idéal ; en ce sens, il peut sembler contradictoire d’affirmer que la culture écrite règne sans partage. Ce qu’il faut plutôt entendre, ici, c’est que le caractère hégémonique de la culture écrite ne faisait pas de doute : les élites considéraient l’écrit comme un moyen privilégié d’accéder à la connaissance, et les œuvres et valeurs transmises par la tradition écrite comme un patrimoine collectif. Pour certains, opposés à la démocratisation de l’enseignement, la culture écrite devait demeurer l’apanage d’une élite ; pour d’autres, toute la population devait accéder à cette culture grâce à l’alphabétisation généralisée. Pour les deux groupes, toutefois, la culture écrite était supérieure.

26 Le secteur primaire (agriculture, pêche, etc.) dominait ; l’économie reposait encore largement sur l’autarcie des producteurs ; le troc était encore courant ; etc.

27 M. Nadin, op. cit., p. 705.

28 En Suède, les quelque 165 quotidiens (pour une population guère plus grande que celle du Québec) jouissent d’un taux de pénétration supérieur à 0,90 ; les niveaux de littératie y sont parmi les plus élevés au monde.

Table des illustrations

Titre Figure 10.1 : Tirage des quotidiens québécois, 1851-2001
Légende Les données relatives au tirage et à la diffusion des quotidiens ont été prélevées chaque décennie, pour l’année du recensement de la population.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 10.2 : Nombre d’exemplaires de quotidiens québécois par 1 000 habitants, 1851-2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 10.3 : Taux de pénétration des quotidiens québécois, 1851-2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Figure 10.4 : Niveaux de compétence en compréhension de textes suivis (4) et schématiques (3), en numératie (2) et en résolution de problèmes (1), population de 16 à 65 ans, Québec, 2003
Légende Source : Institut de la statistique du Québec, Développer nos compétences en littératie, un défi d’avenir, p. 52.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16888/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Figure 10.5 : Niveaux de compétence en compréhension de textes suivis selon le groupe d’âge, Québec, 2003
Légende Source : Institut de la statistique du Québec, Développer nos compétences en littératie, un défi d’avenir, p. 61.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16888/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Professeur titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval où il enseigne l’histoire des médias et la méthodologie, est l’auteur de plusieurs livres, articles ou chapitres de livres. Ses recherches portent principalement sur le journalisme et sur l’histoire de la presse au Québec. Il est membre fondateur du Groupe de recherche sur les mutations du journalisme.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search