Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Troisième partie. Les enjeux de la formation de la main-d'œuvre

9. L’imprimerie et la formation au Québec à l’ère d’Internet

Michel Cliche

Texte intégral

1Notre réflexion se concentrera sur les effets des changements technologiques sur la main-d’œuvre ; c’est l’un des champs d’intervention du Comité sectoriel de main-d’œuvre des communications graphiques du Québec (CSMO-CGQ). Dans un premier temps, il sera question du Comité sectoriel et de son mandat relatif à la main-d’œuvre puis des programmes d’apprentissage, dans un deuxième temps, nous aborderons le diagnostic 2004, l’étude sur la numérisation de la chaîne graphique et ses conséquences sur la main-d’œuvre. Par la suite, nous traiterons des outils mis en place pour bien préparer cette main-d’œuvre aux changements ainsi que des résultats de la veille technologique que notre comité effectue actuellement, pour conclure avec quelques éléments de prospectives concernant l’imprimerie.

Le Comité sectoriel de main-d’œuvre des communications graphiques

2Les comités sectoriels, au nombre de 30 actuellement au Québec, tirent leur existence de l’adoption, en 1995, de la politique d’intervention sectorielle, adoptée par le gouvernement du Québec et visant à répondre à une demande des acteurs socioéconomiques et à traiter en concertation des enjeux du développement des ressources humaines de la formation de la main d’œuvre. Emploi-Québec soutient financièrement l’ensemble des comités sectoriels au Québec, c’est un modèle unique en ce domaine au Canada et les conseils sectoriels canadiens, dont celui de l’imprimerie récemment formé, tentent de concevoir un modèle d’intervention pancanadien comparable. Le Comité sectoriel de main-d’œuvre des communications graphiques du Québec est un organisme paritaire, sans but lucratif, établi en 1996. Il regroupe des acteurs du secteur : employeurs, syndicats, travailleurs, associations représentatives et organismes publics. La structure du Comité, avec 10 entreprises membres, 5 syndicats et 5 associations du milieu, témoigne hors de tout doute de sa représentativité. Il représente près de 2 900 entreprises, dont 1 429 environ dans l’imprimerie et les activités connexes, et plus de 59 000 travailleurs, dont environ 39 000 dans le secteur de l’imprimerie. C’est un organisme paritaire d’envergure québécoise, mais avec une préoccupation constante pour les régions. Il est un lien harmonieux entre les ministères du gouvernement du Québec et le milieu, et un lien enfin avec le Conseil sectoriel de l’imprimerie du Canada (CSIC).

3La mission du CSMO-CGQ est d’encourager le développement des ressources humaines et de répondre aux besoins de formation de l’industrie et de sa main-d’œuvre. Les mandats du CSMO-CGQ sont de favoriser la formation continue de la main-d’œuvre, de déterminer les besoins du secteur en matière de gestion des ressources humaines, de concevoir des mesures pertinentes pour stabiliser l’emploi et réduire le chômage et pour cela, il doit alimenter une vision prospective à l’égard des changements dans l’industrie. Il doit prendre en compte les problèmes de certaines clientèles sur le plan de l’emploi et assurer la circulation de l’information auprès des entreprises et de la main-d’œuvre.

4L’industrie des communications graphiques doit faire face à plusieurs enjeux, dont, entre autres, les changements technologiques, le passage de la chaîne graphique au flux numérique du processus de production, la complexification du travail et l’automatisation des équipements, le difficile recrutement d’une nouvelle main-d’œuvre, et la méconnaissance ou la mauvaise perception que les jeunes ont du secteur.

Le diagnostic sectoriel 2004 de l’industrie

5Réalisé tous les quatre ans environ, le diagnostic sectoriel de l’industrie et de sa main-d’œuvre nous procure de nombreuses informations qui donnent un portrait précis de l’industrie et qui permettent de mesurer les changements auxquels elle doit faire face. D’après le diagnostic 2004, nous retenons que le marché de l’imprimerie représente environ 3,2 milliards de dollars, soit 2,6 % du secteur manufacturier québécois, qu’il a connu une croissance de 107 % entre 1985 et 2001, et que la taille des entreprises a diminué. Actuellement, 92 % d’entre elles comptent 49 employés et moins. Seulement 8 % des entreprises comptent 50 employés et plus. Le secteur regroupe 1 429 entreprises, mais sa part relative du nombre d’entreprises dans le secteur manufacturier au Québec a glissé de 10,1 à 8,4 % de 1985 à 2000. Deux multinationales, Quebecor World et Transcontinental, réalisent 50 % de la production imprimée au Québec. Les entreprises comptent en moyenne 19 personnes et les deux tiers des entreprises interrogées prévoient une augmentation de leur chiffre d’affaires. Le secteur exporte peu, à peine 20 % de son chiffre d’affaires. Le domaine du prépresse a connu des bouleversements comme l’éditique, l’infographie et la numérisation du clichage (direct to plate), qui entraînent un certain déplacement des activités de conception chez le client et la réorientation des activités des ateliers de prépresse vers le multimédia, en particulier. Les différents systèmes d’impression numérique gagnent du terrain : ils sont utilisés de manière combinée avec d’autres presses dans les imprimeries et offerts par les ateliers de prépresse ou de reprographie pour diversifier leurs activités. Ils ne remplacent cependant pas les équipements existants. Sur le plan organisationnel, les facteurs déterminants sont la compétition accrue, les fusions et acquisitions, suivies de la demande de nouveaux produits ; ceci entraîne la disparition de postes, l’adoption de nouvelles méthodes de travail et l’achat de nouveaux équipements.

Étude sur la numérisation

6À la suite du diagnostic sectoriel, le conseil d’administration a décidé de se pencher sur la question des changements technologiques afin de mesurer de façon plus précise leur ampleur ainsi que leurs répercussions. Comme la majorité de la main-d’œuvre, soit environ 72 %, est concentrée dans la grande région métropolitaine de Montréal, nous nous sommes adressé à la Table métropolitaine pour l’emploi de Montréal afin de l’associer à la démarche. Grâce à un soutien financier et technique, nous avons enclenché en 2005 une vaste étude prospective sur les retombées des changements technologiques et de la numérisation de la chaîne graphique sur la main d’œuvre et sur les entreprises. Les mandats de notre étude étaient d’évaluer l’influence de l’informatisation et de la numérisation sur le processus de production de la chaîne graphique pour le prépresse, l’offset, la sérigraphie, la flexographie et la finition reliure ; d’évaluer les déplacements d’emplois et de dégager les grandes tendances sur le plan technologique, organisationnel et humain ; de déterminer quels métiers sont touchés par l’informatisation, les compétences recherchées, les exigences des entreprises et l’incidence du changement sur les compétences ; de décrire, enfin, l’offre de formation au Québec et dans les pays industrialisés, nettement en avance sur l’utilisation des technologies numériques, en proposant des actions pour contrer les répercussions de la numérisation sur la main-d’œuvre.

7Voici quelques constats de cette étude menée auprès des entreprises. D’un point de vue méthodologique, l’étude repose sur des données récoltées auprès de 489 entreprises, dont 325 ont constitué notre échantillonnage réel : 227 ont été contactées par téléphone et 98 ont accepté de répondre par Internet. Le taux de réponse est d’environ 74 %, ce qui en assure une bonne validité. À cela, se sont ajoutées des entrevues et des visites d’entreprises de même qu’une validation auprès de représentants d’entreprise, de travailleurs, d’intervenants, d’Emploi-Québec et du ministère de l’Éducation, par l’entremise d’un comité d’orientation. Selon les réponses des entreprises, l’activité principale est surtout l’impression offset à feuille. L’impression numérique est le procédé secondaire d’environ une entreprise sur deux, soit 48 %. Le métier principal dans le secteur de l’impression demeure celui de pressier dans 78 % des entreprises. Vingt-sept pour cent des entreprises disaient avoir à leur emploi au moins un opérateur de presse numérique, pour une moyenne de 2,7 opérateurs par entreprise. La moitié des entre - prises interrogées, soit 48 %, se mettent au numérique, et 63 % s’y sont mises il y a moins de cinq ans. De 2001 à 2005, le nombre d’appareils est passé de 8 à 14 % pour l’impression numérique. C’est un gain de 222 appareils pour le numérique, et de 133 pour le grand format. Inévitablement, cela exigera l’embauche de personnel qualifié. Dans les entreprises qui font du numérique, c’est un infographe qui est le principal opérateur de l’équipement dans 51 % des cas, et dans 25 % des cas, ce sont des personnes qui sont reconnues comme des opérateurs d’équipements d’impression numérique, dont 43 % se retrouvent dans la grande entreprise. Cela confirme l’absence de formation précise pour accéder à ce métier. Les entreprises par contre ont d’autres exigences. On remarque que, pour l’opérateur de presse numérique, on demande des compétences dans la gestion de base de données, l’électronique, etc., et une expérience d’environ 2,6 années. Au cours des cinq prochaines années, 56 % des entreprises interrogées ont l’intention d’acquérir de nouveaux équipements soit dans l’ordre : une presse numérique couleurs, une imprimante grand format, un copieur numérique. On remarque donc une nette prédominance des acquisitions orientées vers le numérique. Dans un pourcentage de 67 %, les entreprises considèrent la flexibilité à l’égard des demandes de la clientèle comme le principal avantage de l’équipement numérique. Viennent ensuite les coûts moins élevés pour imprimer de petites quantités, la création de nouveaux marchés et une diversification des services. Ces réponses révèlent les liens étroits qui existent entre le développement de la main-d’œuvre et l’implantation de ces nouvelles technologies. Au chapitre des nouveaux services, un bon nombre d’entreprises souhaitent offrir, au cours des cinq prochaines années, l’impression couleur sur demande et la personnalisation. Les entreprises interrogées s’entendent pour dire que le coût élevé des grandes quantités d’impression numérique limite son utilisation. Les autres difficultés concernent les connaissances, la technologie et le recrutement du personnel.

Résultats de la veille technologique

8Notre première tâche a été de réunir autour d’une table des membres de tous les groupes concernés par les changements technologiques : gouvernements, industriels, enseignants, représentants de services à la clientèle et des imprimeurs qui sont entrés dans la révolution numérique et qui la vivent chaque jour (ils sont 26 à ce jour). Par ailleurs, nous avons élargi notre cercle de références en établissant des contacts avec des gens de l’École Estienne, de Rochester, de Grenoble afin de tisser des liens de collaboration et d’échange d’idées sur le devenir de notre industrie. La révolution numérique génère beaucoup d’incertitudes ; son envergure, les répercussions qu’elle aura sur la main-d’œuvre suscitent beaucoup de questions auxquelles il nous est difficile de répondre aujourd’hui. Voilà la raison d’être du projet de veille technologique ! En somme, nous avons établi un processus de recherche continu et assidu. Mais les imprimeurs doivent-ils se lancer dans l’impression numérique ? De nos jours, l’impression numérique devient indispensable dans l’offre de services des imprimeurs, et ce, peu importe la taille de l’entreprise. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que le marché exige des imprimeurs une réactivité immédiate et des tirages de plus en plus petits. L’impression numérique satisfait ces exigences, si bien qu’elle n’a cessé de gagner du terrain au cours des dernières années. De ce point de vue, le procédé offset se trouve désavantagé en raison des temps de mise en train et des délais liés au temps de séchage des encres. Bref, les imprimeurs sont maintenant convaincus des avantages du numérique pour le court tirage et l’impression sur demande.

À quand la réelle envolée de l’impression personnalisée ?

9Un autre atout de l’impression numérique demeure sans conteste l’impression de données variables. Elle permet en effet la personnalisation des documents couleurs et la gestion des données variables dans un environnement industriel. Grâce aux presses numériques, il est possible de produire un imprimé unique en couleurs avec un contenu texte et un contenu image modifiés à chaque tour de cylindre. Qu’est-ce qui explique que si peu d’imprimeurs se lancent dans la personnalisation de leurs produits imprimés ? Il y a plusieurs raisons ; l’une d’elles est le manque de connaissance de la plupart des imprimeurs des outils informatiques associés aux données variables. Autre raison possible : un certain scepticisme persiste encore, chez les imprimeurs, entourant ce mouvement de personnalisation. Une contrainte vient des responsables de la production. En effet, en impression personnalisée, ceux-ci doivent disposer d’une base de données suffisamment détaillée sur leurs clients ou clients potentiels, ce qui n’est pas toujours le cas. Par ailleurs, ils doivent aussi être prêts à la communiquer, ce qui ne semble pas non plus être toujours le cas. À cela s’ajoute la difficulté de maîtriser la technologie, que l’absence de formation n’aide nullement. Il y a bien une formation de base généralement dispensée par les fabricants de presses numériques, mais faute de formation additionnelle, il y a une grande part d’autoformation. Pour pallier ce manque et sachant que l’impression numérique continuera à gagner du terrain au cours des années à venir, le CSMO-CGQ entend mettre sur pied un programme d’apprentissage en milieu de travail pour le technicien en impression numérique. D’ailleurs, l’analyse de métier, qui constitue la première étape d’un programme d’apprentissage, est déjà entamée. En juin 2006, dans le deuxième numéro de l’Action numérique, le Comité avait dégagé deux grands défis pour l’industrie des communications graphiques du Québec. Le premier était l’utilisation de l’impression numérique comme complément aux procédés traditionnels, pour être en mesure d’offrir de courts tirages. Le deuxième était l’offre d’un plus grand nombre de services auxiliaires (par exemple, la gestion de bases de données, la gestion des commandes, la conception de campagnes marketing, la création de sites Web, etc.). Dans cette optique, le Comité sectoriel est arrivé à la conclusion que les imprimeurs doivent devenir des “ maîtres de la communication ». Ainsi, le 22 septembre 2006, lors de la troisième rencontre du comité assurant une veille technologique, les questions suivantes ont été soulevées.

10La première concerne l’esprit d’initiative dont les imprimeurs devraient faire preuve dans le nouveau monde des communications graphiques. Le texte demeurera sans doute la principale source d’information dans la nouvelle société de l’information qui émerge. Les acteurs dans le domaine des communications qui apprivoiseront son traitement sous toutes ses formes (imprimé, multi et plurimédia, Web, contenus sur mesure, publicité, etc.) accapareront les nouveaux marchés qui émergent.

11La deuxième question est de savoir quand cette situation deviendra la nouvelle loi du marché au Québec. Nous ne pouvons pas en prévoir le moment, mais le décalage avec les États-Unis, dont la masse critique explique l’avance, nous donne un indice précieux. Il est donc intéressant pour nous de regarder comment évolue cette nouvelle situation dans le contexte états-unien pour tenter d’anticiper comment elle se déroulera chez nous. Le comité assurant une veille technologique estime que ce décalage est de deux ans environ.

12La troisième question est de connaître les acteurs de cette nouvelle société de l’information. Les plus grandes entreprises d’abord, nous le remarquons déjà d’ailleurs avec Transcontinental et Quebecor, car elles auront l’occasion de traiter et de diffuser l’information sous plusieurs formes. Les plus petites entreprises ensuite, qui évolueront plutôt dans un contexte de compétition où elles deviendront partenaires dans certains projets en joignant leurs forces, mais concurrentes dans d’autres projets, en soumissionnant aux mêmes appels d’offres.

13La dernière question est de savoir comment le Québec s’adaptera à cette nouvelle situation. Dans ce nouveau contexte, la seule réponse qui s’impose est la suivante : le rôle pivot de la formation que l’on doit propulser si l’on veut que Québec ait sa part du gâteau. En effet, l’offre de formation en entreprise et en milieu scolaire doit permettre de répondre aux besoins du marché professionnel. De plus, il nous faut dès à présent sensibiliser les entreprises au phénomène du numérique, car cette évolution doit se faire de concert avec les travailleurs, employeurs, manufacturiers. Toute cette mouvance nous convainc donc de maintenir notre vigilance et de continuer à rechercher et à diffuser au plus grand nombre d’acteurs les informations les plus à jour, ce qui est crucial dans un tel contexte, où le papier électronique commence à peine à concurrencer le papier traditionnel, tout en lançant une étude et des actions pour mieux appréhender l’impression numérique au Québec et les nouveaux enjeux de formation et de production. Cette révolution à venir nécessite de notre part une égale attention, en collaboration avec les professionnels du secteur mais aussi avec les représentants de la société civile, car cette prochaine révolution touchera chacun d’entre nous, pas seulement les professionnels. Les enjeux de formation et de production seront cependant toujours présents, mais dans un rapport différent.

Auteur

Fait son entrée au Comité sectoriel des communications graphiques en 2001 au poste de directeur général et a soutenu de nombreux projets, dont le colloque sur « La bataille de l’imprimé à l’ère numérique », organisé par Éric Le Ray pour l’Université de Sherbrooke, avec l’aide de l’Association pour l’étude de l’imprimé (AQEI). Ces projets ont contribué à augmenter la notoriété et le rayonnement du Comité sectoriel, tant auprès des entreprises que des travailleurs des secteurs de l’imprimerie et des communications graphiques. Le Collège Ahuntsic lui a décerné en 2006 un diplôme honorifique en Gestion de l’imprimerie à titre de reconnaissance pour l’apport et la contribution de son travail dans le secteur des communications graphiques.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search