Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Deuxième partie. La révolution du papier électronique

7. Le papier électronique et le nouveau modèle économique vers la septième dimension

Guy Millière

Texte intégral

1Lorsque nous traitons d’économie, nous traitons aussi des relations d’échange entre les hommes et des organisations, et nous parlons donc de communications. Lorsque nous parlons d’histoire, nous parlons de la complexité des relations d’échange entre les hommes et les organisations (et nous n’oublions pas qu’elles peuvent être involontaires et impliquer la violence), et nous parlons donc encore de communications. Lorsque nous inscrivons nos travaux aux intersections de plusieurs domaines et que nous décrivons ce que nous rencontrons à ces intersections, nous parlons toujours de communication, puisqu’il s’agit d’interrelations complexes. Ce texte portera sur des intersections : celles où l’évolution des sciences et des technologies vient se connecter aux transformations des sociétés, des rapports humains, des activités d’échange, des cultures. Il ne sera question que marginalement de papier électronique et de communications, mais, pour les raisons que nous venons d’indiquer, nous ne cesserons en fait de parler de communications et de papier électronique.

Irruption

2Nous vivons le passage graduel d’une ère à une autre. Cela ne signifie pas que tout ce qui appartenait à l’ère qui se trouve dépassée est d’un seul coup relégué au révolu, mais plutôt que des éléments porteurs de mutations ont fait irruption et entraînent transformations, réorganisations, nouveaux ordonnancements. La matrice des mutations en cours se situe dans l’électronique et dans ses émanations majeures aujourd’hui : la micro-informatique, Internet, le haut débit, la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle. Ces émanations sont venues transformer la gestion des entreprises, puis les entreprises elles-mêmes, mais aussi les relations humaines, les relations au travail, aux loisirs, puis les humains eux-mêmes. Les changements touchent désormais la production, la distribution, les échanges, la création, l’ensemble des aspects de la vie, les rapports au monde et à la société, le fonctionnement même du monde et de cette société. Ils transforment les relations à la connaissance, à l’information et aux cultures. Ce qui est dépassé se trouve bousculé, brisé quelquefois, soumis aux nouveaux ordonnancements.

Production postindustrielle et postcapitaliste

  • 1 Peter Drucker, Au-delà du capitalisme, Dunod, 1993. « Nous sommes au cœur d’une grande transformat (...)
  • 2 Voir Thomas L. Friedman, The World Is Flat: A Brief History of the Twenty-First Century, Farrar, S (...)
  • 3 George Gilder, Microcosm, The Quantum Revolution in Economy and Technology, New York, Free Press, (...)

3En un peu plus de deux décennies, nous sommes passés d’une production essentiellement industrielle à une production postcapitaliste1. Autrement dit, un bien peut désormais être conçu en un lieu, fabriqué ailleurs, à l’autre bout de la planète, conformément aux paramètres très précis définis lors de sa conception, et peut être vendu, suivant un schéma de plus en plus courant, simultanément sur les cinq continents. Et toutes ces étapes peuvent se réaliser au sein de la même entreprise ou dans des interrelations sans limites, entre diverses entreprises2. Un bien peut donc être commandé sur Internet, fabriqué selon les spécifications de la commande et livré peu de temps après au client, où qu’il se trouve sur la planète. Dans le postcapitalisme, la valeur même d’un produit est avant tout immatérielle. La valeur d’une entreprise n’échappe pas à cette nouvelle donne et le capital essentiel de l’entreprise est le capital intellectuel. Dans une entreprise postcapitaliste, l’organisation doit optimiser le capital intellectuel, et donc en minimiser la mauvaise utilisation et la stérilisation. Toute structure de type hiérarchique ou pyramidal est en soi porteuse de gaspillage ou de stérilisation et doit laisser la place à une organisation en réseau, ou hétérarchique3, c’est-à-dire reposant sur la synergie d’individualités singulières et créatrices.

  • 4 Thomas A. Stewart, The Wealth of Knowledge: Intellectual Capital and the Twenty-first Century Orga (...)
  • 5 Virginia Postrel, The Future and Its Enemies: The Growing Conflict Over Creativity, Enterprise, an (...)

4Le travail dans le postcapitalisme se transforme : chacun devient son propre entrepreneur qui apporte sa contribution à l’entreprise de lui-même. Chacun doit entretenir et valoriser son capital intellectuel4, puisque le travail est un accomplissement créatif. Le loisir de même que les relations inter personnelles et la quête du bonheur viennent enrichir la créativité. On crée en travaillant, on travaille en créant, on a des activités ludiques qui contribuent au travail. Les frontières entre les domaines de la vie deviennent poreuses5. Le travail ne se fait pas obligatoirement en un lieu fixe, selon des horaires réguliers. La journée n’est pas nécessairement segmentée en périodes consacrées aux obligations et d’autres aux activités de son choix. La flexibilité, l’individualisation, la responsabilité et le choix deviennent des paramètres essentiels.

  • 6 Jude Wanniski, The Way the World Works, New York, Regnery, 1998.

5Cette transformation du travail et de l’entreprise modifie les rapports au politique. Un entrepreneur cherchera à vivre et travailler où cela sera optimal pour le maintien et la valorisation de son capital intellectuel et choisira ce lieu en fonction des services dont il pourra disposer et du coût de ces derniers6. Il considérera les gouvernements comme des prestataires de services et procédera à des comparaisons qualité-prix (ou avantage-coûts). Il ne sera pas contraint de vivre là où son travail sera pris en compte et là où se trouvera la structure qui le rémunère.

Réorganisation

  • 7 Thomas P. M. Barnett, The Pentagon’s New Map: War and Peace in the Twenty-first Century, New York, (...)

6Une réorganisation planétaire en découlera qui ne reposera pas tant sur la différenciation entre régions du monde, mais sur la densité du postcapitalisme dans chacune des régions du monde : l’Amérique du Nord sera tournée vers lui de façon très importante, l’Europe éprouvera des difficultés à s’y adapter, l’Inde et la Chine auront des zones tournées vers lui, mais aussi des zones industrielles et préindustrielles, alors qu’une bonne part du reste du monde s’en tiendra à un fonctionnement industriel ou préindustriel7.

7Le postcapitalisme sera la force de transformation — il l’est déjà. Les êtres humains parfaitement intégrés à son système vivront pleinement leur vie selon les paramètres essentiels définis plus haut. Ceux qui ne seront que partiellement ou très partiellement intégrés pourront bénéficier de formes d’accès aux paramètres essentiels en ce qu’ils pourront avoir des téléphones portables, des ordinateurs, des connexions à Internet. Le postcapitalisme changera le fonctionnement des zones industrielles — il le fait déjà.

  • 8 Thomas R. DeGregori, Bountiful Harvest, Technology, Food Safety and the Environment, Washington (D (...)

8L’agriculture elle-même fonctionnera en interdépendance avec lui en ce qui concerne la gestion des commandes ou les biotechnologies, comme c’est déjà le cas8. Il modifiera, gérera et réorganisera l’ensemble du secteur des loisirs, même dans les zones les plus éloignées du fonctionnement postcapitaliste ; seules pourraient y échapper les zones où le téléphone et Internet seraient totalement indisponibles.

Liens multiples

9Le postcapitalisme reposant sur une organisation en réseaux, il tissera des liens multiples sur toute la surface de la terre. Et sur celle-ci, il y aura des nœuds multiples constitués par les entreprises, des assemblages de nœuds entrepreneuriaux qui se situeront dans des villes ou à proximité de celles-ci, où l’ensemble des services requis pour le bon fonctionnement de ces nœuds sera disponible. On pourrait définir ces villes ou ces proximités de villes comme des hubs, selon l’expression américaine.

10Le territoire d’un État où les hubs seront nombreux sera un territoire de prospérité et de croissance. Les gouvernants des divers États du monde discerneront que ce qui se joue constitue une immense redistribution de pouvoirs et une immense abolition de privilèges, et ils entendront préserver les pouvoirs dont ils disposaient en l’ère industrielle. Ils tenteront, comme ils le font déjà, de freiner les flux globalisés du postcapitalisme, de les réglementer, de les restreindre, de les soumettre, mais ils découvriront qu’en agissant ainsi, ils ne feront, en fait, que stériliser à un plus ou moins grand degré.

11Les populations des divers États du monde discerneront qu’une immense révolution est enclenchée, et, en leur sein, il y aura ceux qui accompagnent la révolution ou la font et qui, ainsi, vivent ses promesses. Il y aura ceux pour qui les coûts d’adaptation seront plus élevés. Il y aura, enfin, ceux qui refuseront l’adaptation et qui tenteront de s’accrocher à l’ordre ancien. Et il y aura des politiciens pour les représenter — il y en a déjà.

  • 9 Voir Robert D. Kaplan, The Coming Anarchy: Shattering the Dreams of the Post Cold War, New York, V (...)

12Il restera, en lisière de la révolution, les territoires où elle ne se sera pas implantée. Ils ne seront pas totalement extérieurs au postcapitalisme : leurs gouvernants, les chefs de bande qu’on y trouvera auront accès aux moyens électroniques du postcapitalisme et les utiliseront pour vivre en passagers clandestins, voire en prédateurs9.

Explications

13Le passage au postcapitalisme (déjà largement enclenché) impliquera que des explications et des explicitations soient données. Un travail intellectuel difficile et crucial devra à cette fin être mené à bien, parce que ceux qui se livrent au travail intellectuel aujourd’hui ont été formés soit selon les catégories intellectuelles d’hier ou d’avant-hier et devront donc procéder à une révolution mentale, soit comme des spécialistes et devront, pour comprendre, excéder et briser les domaines de leurs spécialités. Un économiste ne pourra rester un économiste digne de ce nom que s’il prend en compte l’électronique dans toutes ses acceptions et ses concrétisations, l’histoire des cultures, le politique, le juridique, la connaissance en tous ses aspects, la croyance aussi. Le travail intellectuel à effectuer est pour le moment à l’état d’ébauche, et seuls quelques chercheurs ont commencé à le mener.

14Nous parlions, plus haut, de relations et d’intersections. C’est dans celles-ci que le travail intellectuel devra être mené à bien, et ce texte ne fait qu’indiquer des directions à suivre. Le passage au postcapitalisme impliquera que le travail intellectuel sera disséminé par les intermédiations adéquates. Il va de soi que l’enseignement devra connaître de profonds changements. D’autant plus que, le capital intellectuel étant le seul créateur de valeurs, mal former le capital intellectuel sera, en soi, destructeur de valeurs.

Information

  • 10 Sur tous ces aspects, voir James W. Cortada, Making the Information Society: Experience, Consequen (...)

15Il va de soi aussi que le secteur de la production et de la distribution de l’information devra se trouver profondément repensé. Les mutations en cours ne sont là qu’un commencement. L’information, c’est l’ensemble des connaissances disponibles et de celles qui restent à créer, c’est la mise à disposition et la dissémination de ces connaissances. C’est aussi l’ensemble des « actualités », par des analyses et des commentaires à leur sujet. Il faudra que tous les éléments de ces ensembles puissent s’interconnecter et se féconder, ou se recouper les uns les autres ; que tout cela puisse se faire et se trouver disponible rapidement en tous les points de la terre. La prise en compte de ce que, plus les êtres humains sont intégrés au postcapitalisme, plus ils doivent pouvoir travailler, créer, accéder aux loisirs, s’informer où qu’ils se trouvent s’avérera nécessaire10.

16Le téléphone portable, le micro-ordinateur, Internet sont au service de cette prise en compte et lui permettent de se concrétiser. Le papier en lui-même ne va pas disparaître, et l’idée que l’audiovisuel puisse supplanter la chose écrite n’est plus d’actualité. Les éléments audiovisuels sont venus s’ajouter à la chose écrite, élargissant l’éventail de choix et de combinaisons de mots écrits ou prononcés, d’images, de sons. Le livre imprimé sur papier ne va pas disparaître : il restera l’un des éléments de l’éventail de choix pour qui veut disposer de la chose écrite ou d’images. Le journal ou le magazine en papier ne vont pas disparaître non plus, mais devenir, là encore, des éléments d’une gamme de l’éventail de choix. Cela dit, l’accès à la chose écrite se fera toujours davantage par Internet, tout comme l’accès aux images fixes ou animées et aux sons.

Papier électronique

17Au papier que nous connaissons depuis des décennies va s’ajouter le papier électronique comme moyen de stocker pour un temps donné, qui relèvera d’un choix personnel, un ensemble d’informations, des éléments d’« actualités », des analyses, des commentaires, voire des livres entiers. Il fera partie de l’éventail de choix. On peut penser qu’il sera toujours plus largement utilisé au fil du temps, car les générations à venir seront nées avec, à leur disposition, l’éventail de choix, alors que les générations présentes sont nées avec, à leur disposition, essentiellement le papier traditionnel. On peut penser aussi qu’il sera toujours plus largement utilisé, car le nombre de personnes travaillant dans le postcapitalisme ne va cesser de s’accroître, ce qui signifie qu’elles seront plus nombreuses à chercher à maintenir ou à faire grandir leur capital intellectuel. Conséquemment, la quantité et la qualité des informations disponibles et dont chacune de ces personnes entendra disposer à chaque instant ne vont cesser de s’accroître également.

18Un livre électronique permet de disposer du contenu entier d’une bibliothèque dans le volume d’un seul livre mince. Une feuille de papier électro nique peut contenir davantage d’informations qu’un journal en papier de plusieurs dizaines de pages. L’élargissement de l’éventail des choix s’enclenche à peine. Nous ne sommes qu’à l’aurore du postcapitalisme, la transformation commence à peine. Il en est de même pour le travail intellectuel requis afin de discerner la transformation.

Septième dimension

19Nous vivons depuis des siècles dans un univers à quatre dimensions : hauteur, largeur, profondeur, temps. La théorie de la relativité a constitué l’embrasure d’une cinquième dimension, l’espace-temps et les déplacements dans celui-ci. Lorsque nous sommes dans le haut débit d’une connexion Internet, nous sommes dans la cinquième dimension, mais sans y être vraiment puisque nous ne nous déplaçons pas dans l’espace-temps et que nous pouvons immatériellement nous trouver là où nous sommes physiquement et, simultanément, où se trouvent nos interlocuteurs, et dans la virtualité où se trouvent les informations que nous recevons, que nous émettons, que nous consultons, que nous modifions, que nous accroissons. Nous nommons cette dernière dimension la sixième dimension. Nous ne la plaçons pas sur le même plan que les cinq dimensions précitées, nous disons seulement que c’est une métaphore qui désigne un territoire encore à défricher, s’il doit l’être un jour. Nous n’allons pas plus loin. Nous ne construisons pas d’hypothèse spéculative. Nous disons que, pour penser simultanément ce qui se joue dans les cinq dimensions et ce qui s’ajoute transversalement avec la sixième dimension, il faut se donner les moyens de la pensée abstraite et, pour tenter de vraiment comprendre, se placer mentalement à distance. C’est le fait de se placer ainsi, mentalement, à distance, que nous nommons la septième dimension. C’est à cette dimension ainsi posée que nous consacrerons notre travail dans les mois à venir. C’est du côté de la septième dimension qu’on pourra pleinement penser la révolution postcapitaliste, les transformations de l’information, les éventails de choix, les futurs ouverts par l’électronique.

Notes

1 Peter Drucker, Au-delà du capitalisme, Dunod, 1993. « Nous sommes au cœur d’une grande transformation sociale, aussi vaste que celle survenue lors de la Renaissance, symbolisée par l’ordinateur. La ressource essentielle n’est plus le capital, la terre ou le travail, mais la connaissance […]. La connaissance est devenue le moyen de production et crée la valeur par les gains de productivité et l’innovation » (Peter Drucker, Post Capitalist Society, Collins, 1994).

2 Voir Thomas L. Friedman, The World Is Flat: A Brief History of the Twenty-First Century, Farrar, Strauss and Giroux, 2005. Voir aussi Chris Anderson, The Long Tail: Why the Future of Business Is Selling Less of More, Hyperion, 2006; Deepak Lal, Reviving the Invisible Hand: The Case for Classical Liberalism in the Twenty-first Century, Princeton, Princeton University Press, 2006.

3 George Gilder, Microcosm, The Quantum Revolution in Economy and Technology, New York, Free Press, 1990; George Gilder, Telecosm: How Infinite Bandwidth will Revolutionize Our World, New York, Free Press, 2000.

4 Thomas A. Stewart, The Wealth of Knowledge: Intellectual Capital and the Twenty-first Century Organization, New York, Currency, 2003. Voir aussi Eric D. Beinhocker, Origin of Wealth: Evolution, Complexity, and the Radical Remaking of Economics, Cambridge, Harvard Business School Press, 2006.

5 Virginia Postrel, The Future and Its Enemies: The Growing Conflict Over Creativity, Enterprise, and Progress, New York, Free Press, 1998.

6 Jude Wanniski, The Way the World Works, New York, Regnery, 1998.

7 Thomas P. M. Barnett, The Pentagon’s New Map: War and Peace in the Twenty-first Century, New York, G. P. Putnam’s Sons, 2004.

8 Thomas R. DeGregori, Bountiful Harvest, Technology, Food Safety and the Environment, Washington (DC), Cato Institute, 2002. Voir aussi Ronald Bailey, Liberation Biology: The Scientific and Moral Case for the Biotech Revolution, New York, Prometheus Books, 2005.

9 Voir Robert D. Kaplan, The Coming Anarchy: Shattering the Dreams of the Post Cold War, New York, Vintage Books, 2001.

10 Sur tous ces aspects, voir James W. Cortada, Making the Information Society: Experience, Consequences, and Possibilities, Prentice Hall, 2002. Voir aussi Barry Carter, Infinite Wealth: A New World of Collaboration and Abundance in the Knowledge Era, Oxford, Butterworth-Heinemann, 1999.

Auteur

Économiste, géopolitologue, historien, professeur d’université, ancien maître de conférences à la Fondation nationale des sciences politiques, est président de l’Institut Turgot à Paris. Il est titulaire d’un doctorat de troisième cycle en littérature, d’un autre en sociologie culturelle et d’un doctorat d’État en philosophie. Il est professeur à l’Université de Paris VIII en Licence d’information et communication. Titulaire d’un Master of Sciences in Economy de l’Université de Stanford, il est professeur invité à la California State University, Long Beach. Aussi conférencier pour la Banque de France, enseignant à l’École des sciences politiques (Sciences Po) et conseiller auprès de l’Union européenne en bioéthique et biotechnologie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search