Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Deuxième partie. La révolution du papier électronique

5. Conséquences de la technologie du papier et de l’encre électroniques sur l’évolution du livre

Lorenzo Soccavo

Texte intégral

  • 1 Albert Robida, Le vingtième siècle, la vie électrique, Paris, Librairie illustrée, 1892.

Ce que je pense de la destinée des livres, mes chers amis ? Si par livres vous entendez parler de nos innombrables cahiers de papier imprimé, ployé, cousu, broché sous une couverture annonçant le titre de l’ouvrage, je vous avouerai franchement que je n’y crois point, et que les progrès de l’électricité et de la mécanique moderne m’interdisent de croire que l’invention de Gutenberg puisse ne pas tomber plus ou moins prochainement en désuétude comme interprète de nos productions intellectuelles. L’imprimerie que Rivarol appelait si judicieusement « l’artillerie de la pensée », l’imprimerie qui gouverne l’opinion par le livre, la brochure et le journal, l’imprimerie qui, à dater de 1436, régna si despotiquement sur nos esprits, me semble menacée de mort, à mon avis, par les divers progrès de l’électricité…
Albert Robida1

1L’idée d’une encre électronique serait apparue pour la première fois au début des années 1970 au sein du Palo Alto Research Center de Xerox, situé au cœur de la Silicon Valley californienne. En 2007, la technologie de l’encre électronique est au point et entre en phase d’industrialisation. À partir de 2008, ses premières applications commerciales, sous forme de papier électronique, vont avoir un impact sur les principaux métiers du papier, particulièrement dans les secteurs de l’édition et de la presse, de l’affichage et de l’emballage. Trois ruptures sont à l’œuvre : technologique, économique et éditoriale. Ce sont ces trois lignes de rupture que nous allons préciser dans ce chapitre.

La rupture technologique

2La date de l’invention du papier fait l’objet de débats de spécialistes qui ne relèvent pas de notre expertise. Généralement, l’on admet l’an 105 comme un marquage assuré, dans le sens où l’on trouve pour la première fois à cette date, décrit avec précision par un dénommé Cai Lun, haut fonctionnaire à la cour impériale de Chine, le procédé de fabrication du papier à partir de fibres végétales (de mûrier en l’occurrence). Malgré des améliorations, des perfectionnements techniques, le procédé s’est pérennisé au cours des siècles sans ruptures radicales. Mais depuis l’an 2000 et les premiers développements par la société américaine E Ink, issue du MIT, l’encre et le papier électroniques se sont progressivement révélés comme des facteurs potentiels de rupture. Cela reste de l’encre et du papier avec les caractéristiques classiques de l’encre et du papier, mais les procédés techniques (basés sur le numérique et les propriétés semi-conductrices des polymères organiques) sont radicalement différents. Il en découle logiquement que les propriétés de cette encre nouvelle et de ce nouveau papier ouvrent des perspectives innovantes qui, durant les siècles passés, relevaient de la science-fiction.

3Comme l’encre traditionnelle, l’encre électronique est constituée de microparticules. Nous appelons papier électronique ou papiel le dispositif d’affichage contenant ces microparticules d’encre électronique. Fondamentalement, le papier électronique est une évolution du papier. Il faut considérer une feuille de papier électronique comme « un écran plat », fin et flexible, mais surtout, présentant des qualités de réflexion similaires à celles du papier traditionnel. Le procédé de base de l’encre électronique a été présenté au chapitre précédent : des pigments réagissent à des impulsions électriques pour se positionner sur une surface et y afficher ainsi un texte ou une image stables. Plusieurs technologies concurrentes sont en compétition et, tant en Occident qu’en Asie, les plus grands industriels de l’électronique y investissent massivement en recherche et développement : Sony (qui commercialise depuis novembre 2006 un lecteur aux États-Unis), Hitachi, Matsushita, Fujitsu, Samsung, Seiko, Siemens, Philips (notamment avec Polymer Vision et Irex Technologies qui commercialisent en Europe le lecteur iLiad), Jinke Electronics (qui, avec Hanlin, commercialise déjà plusieurs lecteurs en Chine), Intel, Bridgestone, Panasonic, Epson, Xerox, Toppan Printing… Concrètement, à la fin de 2007, nous pouvions déjà dénombrer une dizaine d’encres électroniques différentes, une trentaine de papiers électroniques, et une bonne centaine de dispositifs. Les technologies de base sont au nombre de trois :

  1. la technologie dite à particules ou électrophorétique (E Ink, Bridgestone/Hitachi, SiPix) ;
  2. la technologie à affichage à cristaux liquides (ACL) bistable (Kent Displays/Fujitsu, Nemoptic) ;
  3. la technologie électromécanique (Qualcomm).

4Ces trois technologies différentes d’affichage de l’encre électronique ont des caractéristiques communes et d’abord le même souci de donner au papier électronique les qualités propres au papier classique. Elles visent donc un affichage qui reste stable sans consommer d’énergie (effet mémoire du papier), un support qui réfléchit la lumière ambiante et ne nécessite aucun rétro-éclairage, et enfin une bonne lisibilité : brillance, taux de réflexion, contraste et angle de vue. Sur ce dernier point, il est important de noter que si le papier représente encore une réelle concurrence pour le papier électronique, avec des valeurs que ce dernier ne peut, et peut-être ne pourra jamais atteindre, ce degré d’excellence n’est en fait nullement nécessaire pour élaborer et commercialiser auprès du grand public des dispositifs de lecture en papier électronique. Nous savons que, sur écran d’ordinateur, 70 % de l’activité cérébrale est accaparée par d’autres stimuli que la lecture ; de plus, la fatigue oculaire est accrue par des phénomènes parasites de scintillements. Le papier électronique se comporte quant à lui comme du papier et n’émet aucune luminescence. De récentes études ont montré que la fatigue visuelle sur papier électronique n’était pas supérieure à celle sur papier ordinaire. De plus, sur un dispositif de lecture en papier électronique (livrel), il est possible de grossir la taille des polices de caractère. En effet, aux caractéristiques que nous venons de lister, s’ajoute une gamme de fonctionnalités nouvelles que le papier traditionnel ne pouvait pas prendre en charge.

5Avec cette technologie le papier devient donc :

  • un papier réinscriptible (une simple impulsion électrique de moins de 15 volts suffit à modifier le texte et par exemple à afficher une nouvelle page…) ;
  • un papier communicant (port USB, Wi-Fi, Bluetooth, GPRS, notamment pour des actualisations…) ;
  • un papier intelligent (rich media, audio et synthèse vocale, hypertextes et fonctionnalités du Web 2.0…) ;
  • un papier imperméable et avec un écobilan moins négatif que le papier traditionnel.

6La résistance à l’eau du papier électronique intéresse particulièrement des pays émergents à forts taux d’humidité, comme l’Inde ou le Brésil ; la préservation des arbres intéresse fortement des pays comme la Chine, pour lesquels il devient capital de lutter contre la déforestation. Profitons-en pour souligner que les nouvelles piles flexibles seront sans métaux toxiques, comme le mercure ou le cadmium. L’écobilan du papier électronique devrait ainsi être plus positif que celui du papier traditionnel.

7Durant la décennie 2007-2017, des améliorations capitales, récemment validées sur le plan des prototypages, vont à leur tour entrer dans le processus d’industrialisation du papier électronique, puis de conception et de commercialisation de nouveaux produits. Ces améliorations apportées au papier électronique sont de cinq ordres :

  • mise au point d’une encre électronique couleur (début 2008) ;
  • augmentation des formats (passage du A5 au A4, début 2008) ;
  • solutions de papier électronique flexible (prévision fin 2008) ;
  • convergence avec la téléphonie 3 et 4G (prévision 2008) ;
  • vidéo (prévision à l’horizon 2015).

8Si, comme nous l’avons précédemment souligné, le papier électronique est fondamentalement une évolution du papier, force est de constater que par comparaison avec les évolutions passées du papier en tant que support d’affichage, l’évolution actuelle tient davantage de la révolution et est de l’ordre de la mutation. S’il est courant et juste de reconnaître que les médias ne se cannibalisent pas, mais s’ajoutent les uns aux autres, il faut bien comprendre que le papier électronique n’est nullement un nouveau média, mais une transformation radicale d’un support. Nous pouvons donc raisonnablement parler de rupture technologique. Il est évident qu’une telle rupture technologique ne peut rester sans effet. Une importante rupture économique est à prévoir. C’est ce point que nous allons maintenant aborder.

La rupture économique

9Comme lors du passage des voitures hippomobiles aux voitures automobiles, toute une chaîne traditionnelle de métiers se heurte aux dures lois du darwinisme. Pour l’édition et la presse, avec la dématérialisation des contenus et leur migration vers de nouveaux supports de lecture, c’est l’intégrité du canal de distribution qui est à reconsidérer. Les entreprises directement liées à la matérialité des flux vont devoir se repositionner dans une nouvelle chaîne logistique. L’informatisation, qu’ils ont généralement intégrée au cours de ces dernières années, devrait faciliter cette mutation. Concrètement, à chaque fois que des pressions s’exercent sur des intermédiaires, ceux-ci peuvent apporter une valeur ajoutée au réseau.

10À partir de 2008, la production en masse de dispositifs d’affichage en papier électronique va permettre la mise sur le marché de nombreux produits. En Europe, la mise en service d’une première usine de papier électronique à Dresde, au cœur de la Silicon Saxony, par la société britannique Plastic Logic, va certainement lancer le marché européen. Cent millions de dollars ont été investis dans la construction de cette usine par des sociétés de capital-risque, des investisseurs industriels (Intel et BASF) et financiers (Bank of America). Les prévisions annoncent une production de plus d’un million de feuilles de papier électronique, pour évoluer rapidement vers un marché potentiel estimé à plus de 40 millions d’unités en 2010. Parallèlement, on observe un accroissement des capacités de production en Asie (principalement en Corée du Sud, en Chine et à Taïwan). À la fin de 2007, le leader mondial de la fabrication d’écrans papier électronique reste le taïwanais PVI (Prime View International). Au début de 2007, le fabricant de papier électronique français Nemoptic a annoncé un partenariat avec Seiko Instruments Inc. pour la production en série d’écrans LCD bistables (c’est-à-dire présentant les caractéristiques du papier électronique) à l’usine Microtechno de SII à Akita au Japon.

11Dans ce registre économique, deux questions se posent avec acuité : celle de la gestion des droits numériques (GDN) pour éviter le piratage et les copies illicites, et celle de l’interopérabilité des fichiers (possibilité pour les utilisateurs de consulter un même contenu sur plusieurs supports). Observant la chute des ventes de CD et maintenant de DVD, il est normal que les professionnels de l’édition réclament de la GDN sur les livres numérisés et des restrictions à l’interopérabilité des futurs dispositifs de lecture. Nonobstant, le marché de l’édition électronique a certainement bien des enseignements à tirer du marché de la musique. Ce dernier a permis de vérifier que la gestion numérique des droits d’auteurs était fort mal appréciée des acheteurs, qui la considéraient comme un verrouillage injustifié d’un bien, le plus souvent, honnêtement acquis. Le sujet est trop vaste pour être traité ici. Rappelons simplement qu’en février 2007, dans une lettre ouverte sur le site d’Apple, Steve Jobs a fait sensation en se déclarant, clairement et résolument, en faveur de « l’abolition complète de la GDN ». Bill Gates en personne a exprimé des doutes sur l’efficacité de la GDN telle qu’elle est utilisée aujourd’hui.

12Le papier électronique devrait se développer sur quatre voies parallèles qui figurent autant de modèles économiques :

  1. la mise sur le marché mondial d’un dispositif de lecture générique, sur le modèle d’Apple iPod/iTunes (Sony s’y essaye depuis la fin de 2006 aux États-Unis avec son Portable Reader System 500 et son site Connect Book Store) ;
  2. une multiplicité de dispositifs avec des services dédiés, c’est-à-dire plusieurs modèles de lecteurs conçus en fonction de projets éditoriaux précis ;
  3. de nouvelles applications bureautiques avec la commercialisation de papiers électroniques vierges à charger (un papier électronique vierge couplé à une imprimante qui le chargera de l’équivalent de plusieurs centaines de pages) ;
  4. de nombreuses applications dérivées dont nous ne pouvons pour l’heure cerner l’étendue (affichage urbain, journaux muraux, plans, dalles au sol…).

13Les prévisions économiques, même si, comme le dit l’expression populaire, il faut raison garder, sont pour le moins toutes optimistes. En septembre 2006, Impress R & D, institut japonais de recherches en marketing spécialisé dans les nouvelles technologies, a indiqué que le marché japonais des livres électroniques avait atteint en 2005 l’équivalent d’un peu plus de 60 millions d’euros. Le cabinet de consulting AFAICS Research de Londres avance que le marché global des appareils de lecture de papier électronique pourrait atteindre en 2010 le milliard de dollars. Pour l’institut IDTechEx, le marché global du papier électronique pourrait atteindre les 30 milliards de dollars en 2015. Jacques Angelé, directeur technique de Nemoptic, société française spécialisée dans le papier électronique et qui travaille à développer le lecteur SYLEN (SYstème de LEcture Nomade), avec pour objectif la mise sur pied d’une filière française d’édition et de distribution de journaux et livres électroniques, estime que le marché français du papier électronique représentera 1 milliard d’euros en 2012. En juin 2007, le cabinet d’étude iSuppli a souligné l’attrait pour les nouveaux affichages de type papier électro nique à très faible consommation d’énergie, a évalué leurs perspectives et a estimé que les ventes de ce type d’écran allaient probablement être multipliées par douze de 2007 à 2012. Enfin, signalons que l’Institut de recherche technologique industrielle de Taiwan (ITRI) estime que des dispositifs flexibles intégrant processeurs, mémoires, piles et écrans pourront être commercialisés avec succès à partir de 2008.

14Une nouvelle chaîne économique du livre est donc à inventer. Les ayants droit (auteurs et éditeurs) devront y être protégés. Des papetiers se tournent déjà vers la fabrication de papiers spéciaux pour les emballages, notamment alimentaires. Les imprimeurs pourraient se réorienter vers des services personnalisables d’impression à la demande et de numérisation des textes. Les diffuseurs et distributeurs deviendraient des agrégateurs (avec les fonctions d’implémentation des solutions numériques de distribution et de protection des fichiers). De nouveaux entrants comme les moteurs de recherche sont déjà activement à l’œuvre (nous pensons bien évidemment à Google). Les libraires devront d’abord faire face à la bibliodiversité, en organisant l’adéquation de l’offre et de la demande. En se recentrant sur ce qui fait la noblesse de leur métier, le conseil aux lecteurs, ils pourraient devenir les principaux passeurs de la culture numérique et jouer un rôle encore plus déterminant qu’aujourd’hui pour la diversité culturelle, notamment en devenant de véritables centres de ressources et en fédérant des communautés de lecteurs. Les bibliothécaires documenta listes seraient au centre de vastes réseaux de médiathèques, notamment sur le Web.

15Ces ruptures, technologique, puis économique, vont se traduire dans nos sociétés par différentes ruptures d’usages (lesquelles vont ouvrir de nouveaux marchés). Tout d’abord, il y aura une rupture des supports de lecture : pour les secteurs de l’édition livres et presse, nous pouvons conjecturer que l’offre suivra les évolutions de la demande et les nouveaux usages des lecteurs, notamment en termes de mobilité et de participation. Outre des tablettes de lecture couvrant un large spectre : livres, guides, dictionnaires, presse, partitions, documents personnels, etc., une multiplicité d’autres objets proposera des activités de lecture ou la consultation d’informations écrites : téléphones mobiles bien évidemment (c’est déjà le cas), mais aussi portes de réfrigérateur pour des recettes de cuisine, tables de restaurant pour les menus, tableaux de bord des automobiles, etc. Ensuite, il y aura une rupture évidente d’accès et d’ergonomie : les nouveaux dispositifs de lecture proposeront des entrées multiples dans les textes et des fonctionnalités nouvelles. Enfin, nous prévoyons une rupture éditoriale, que nous allons maintenant aborder.

La rupture éditoriale

16Le livre est un objet sacralisé dans nos sociétés de l’écrit. Cependant, depuis l’aube de l’ère numérique, le livre électronique, auquel certains avaient rêvé dès les débuts de l’électricité, devenait réalisable. L’idée d’un livre électronique ou livrel apparaît pour la première fois en 1972 avec Alan Kay et son Dynabook conçu au centre de recherche Xerox. À partir de 1996, les prototypes se multiplient sans succès : l’Everybook’s Dedicated, le Millennium eBook, l’Hiebook, l’Echyon, The Alphabook, le Tbook… En 2007, nous constatons que les mémoires n’ont retenu que les échecs de Gemstar aux États-Unis et de Cytale en France. En fait, le premier dispositif de lecture sur papier électronique ne sera commercialisé par Sony au Japon qu’en avril 2004 (lecteur Librié).

17Depuis, nous sommes une majorité à être devenus des internautes habitués aux fonctions du Web 2.0 et à manipuler des appareils électro - niques (mobiles, PDA, caméscopes, etc.). La question qui se pose est donc la suivante : pendant combien de temps encore les éditeurs de livres et presse vont-ils pouvoir vendre à des lecteurs du XXIe siècle — des lecteurs critiques, des lecteurs actifs dont de plus en plus sont nés avec une souris d’ordinateur à la main — des produits quasiment similaires à ceux du XXe siècle, pour ne pas dire de la fin du XIXe ? Figés, sans actualisation, sans interactivité, sans participation possible ?

18Les professionnels de l’édition doivent aujourd’hui faire en sorte que le lecteur-utilisateur puisse adopter et adapter des fonctionnalités nouvelles aux nouveaux dispositifs de lecture afin de les transformer en véritable mode de vie (comme nous l’avons vu avec la radio, la télévision, les ordinateurs, récemment la téléphonie mobile…). Force est de constater que les logiciels de lecture pour ordinateurs s’améliorent. Il reste cependant un important travail à faire pour les nouveaux dispositifs de lecture en papier électronique, notamment pour parvenir à automatiser convenablement la mise en page et la typographie de textes numérisés à destination de différents terminaux de lecture (adaptation aux différentes tailles d’écran, changement de la taille des polices de caractère, gestion correcte des marges, sauts de ligne et paragraphes, etc.).

19Pour que les lecteurs de papier électronique soient lisibles et permettent une véritable expérience de lecture, les développeurs vont devoir intégrer une partie de l’expertise traditionnelle des maquettistes et des typographes et progresser en s’appuyant sur des réalisations du passé (la composition en bloc de textes, par exemple, à l’image des versets, semblerait bien adaptée aux fonctionnalités des nouveaux dispositifs de lecture…). Versant éditorial, auteurs et éditeurs vont devoir enrichir les textes d’une dimension réticulaire et hypermédia, réalisant ainsi les rêves de nombre de grands auteurs du temps jadis.

20Il est indispensable que les métiers de l’édition développent une offre numérique adaptée à la demande. Aujourd’hui, les professionnels du livre et de la presse doivent anticiper et inventer de nouveaux modes de distribution, basés sur un marché de l’immatériel et un marketing en temps réel. Ils doivent s’intéresser aux nouveaux intervenants, aux nouveaux entrants et à leurs métiers (développeurs, intégrateurs, etc.), assurer une formation continue de haut niveau au sein de leurs corporations et développer des projets mutualisés, apprendre à utiliser les nouveaux outils de communication du Web 2.0 (blogues, RSS, tags…), et enfin, faire une veille techno logique permanente, à la fois sur les nouveaux outils et sur les réseaux sociaux qui jouent un rôle de plus en plus déterminant. Si nous admettons que toute dynamique d’évolution est régie par une loi de sélection naturelle, alors la survie d’une technologie (celle issue de Gutenberg par exemple) dépend de sa capacité à s’adapter à la nouveauté des enjeux imposés par le numérique. Nous pourrions appeler cela du darwinisme 2.0. Et c’est bien ce qu’il faut pour passer de Gutenberg 1.0 à Gutenberg 2.0.

Notes

1 Albert Robida, Le vingtième siècle, la vie électrique, Paris, Librairie illustrée, 1892.

Auteur

Expert en prospective dans le secteur de l’édition à Paris (<lorenzo.soccavo.free.fr>), est l’auteur, entre autres, de Gutenberg 2.0, le futur du livre (M21 éditions, 2008). Il mène depuis 2004 une veille permanente sur le devenir de l’édition. Il exerce aujourd’hui une double activité de consultant en recherche et développement en stratégies de l’innovation, au service de l’édition francophone, et de conférencier sur les évolutions de l’interface lecteurs/livres et les nouveaux dispositifs de lecture. Il est aussi le créateur de NouvoLivrActu, un blogue de veille et d’information sur le livre, l’édition et la presse à l’ère numérique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search