Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Deuxième partie. La révolution du papier électronique

4. La pièce manquante de la révolution

Jean-Sébastien Trudel

Texte intégral

1Dans un des films mettant en vedette la bande d’Harry Potter, L’Ordre du Phénix, on peut lire à la une du Daily Prophet, le quotidien des magiciens, le nom du héros en gros caractères : « Potter ». Le titre n’a rien d’accrocheur… jusqu’à ce qu’un L se mette à pivoter entre le P et le O, et qu’un point d’interrogation s’ajoute à la fin du nom : « Plotter ? » Magique… ou technologique ? D’ici peu, votre journal pourra faire des jeux de mots pivotants en manchette et présenter des photos animées, comme le Daily Prophet. Il s’agit de l’un des nombreux avantages qui permettront à une nouvelle technologie, le papier électronique, de remplacer le papier comme support de diffusion de l’information. Dans les prochaines pages, les principales caractéristiques du papier électronique seront présentées, ainsi que les trois grandes étapes de ce qu’il conviendra d’appeler « la révolution du papiel ».

Qu’est-ce que le papiel ?

  • 1 Dans la littérature, l’expression « papier électronique » a été utilisée pour désigner une page We (...)

2Ce que nous appelons papiel (en anglais, e-paper), c’est bien le papier électronique, pour qui on a trouvé un mot-valise composé à partir de « papier » et « électronique », comme courriel (en anglais, e-mail) a été composé à partir de « courrier » et « électronique ». Bien que le mot papiel n’existe pas encore dans la littérature, il apparaît évident, selon la logique qui a conduit à la traduction de email, qu’il sera retenu lorsque la technologie sera commercialisée à grande échelle. Dans la littérature, le papier électronique fait référence à un large éventail de technologies, parfois fort différentes1, mais qui partagent tous une caractéristique : la possibilité de lire une information électronique sans l’imprimer. Pour les besoins de ce texte, et afin d’éviter toute confusion, le papiel est défini comme un appareil électronique portatif servant de support pour présenter de l’information écrite. Un papiel possède au moins les deux caractéristiques suivantes : son écran réfléchit la lumière et il consomme très peu d’énergie.

Un écran électrophorétique

3L’œil humain a des limites assez prononcées. Il ne permet de voir qu’une petite partie centrale du champ de vision en haute résolution. Dans son livre The Singularity is Near, Ray Kurzweil explique pourquoi ;

  • 2 R. Kurzweil, The Singularity is Near: When Humans Transcend Biology, Londres, Pengouin Books, 2005

Cette portion où l’acuité est plus élevée, grâce à la fovéa dans la rétine, est concentrée sur une région de la taille d’un seul mot à une distance de 55 centimètres. Autour de la fovéa, nous avons une faible résolution, mais une sensibilité remarquable aux variations de luminosité, une habileté qui a permis à nos ancêtres de détecter un prédateur sur le point d’attaquer. Le scintillement constant d’un écran d’ordinateur VGA est perçu comme du mouvement par nos yeux, ce qui fait continuellement bouger notre fovéa. Ce processus ralentit considérablement la vitesse de lecture2.

  • 3 Définition d’électrophorèse de l’Office québécois de la langue française, <www.granddictionnaire.com>, consulté le 30 juillet</www>
  • 4 S. Inoue, H. Kawai, S. Kanbe, T. Saeki et T. Shimoda, « High Resolution Micro - encapsulated Elect (...)

4C’est une des raisons qui expliquent pourquoi lire sur un écran d’ordinateur est moins agréable que lire sur du papier. Kurzweil en nomme d’autres, comme le niveau de contraste, la résolution et la luminosité. Un papiel doit pouvoir offrir le même confort de lecture qu’un papier ordinaire. Contrairement à l’écran cathodique, qui émet de la lumière, l’écran électrophorétique doit pouvoir réfléchir la lumière, comme le papier. C’est ce que permet la technique de l’électrophorèse. Il s’agit d’un phénomène chimique qui permet « la migration de particules contenues dans une solution colloïdale conductrice sous l’effet d’un champ magnétique3 ». Un écran électrophorétique de papiel est composé de milliers de microcapsules de la grosseur d’un pixel (environ 40 de diamètre) contenant un liquide dans lequel se trouvent, en suspension, des particules noires et blanches chargées électriquement. Les microcapsules sont coincées entre des électrodes. En modifiant la polarité dans les électrodes, les particules chargées électriquement fonctionnent comme un aimant. Elles sont soit attirées vers la surface ou repoussées vers le fond, ce qui permet de changer la couleur de chaque microcapsule4. Les particules noires et blanches n’émettent pas de lumière, elles la réfléchissent. Par conséquent, un écran électrophorétique ressemble davantage à une feuille de papier qu’à un écran électronique. Il s’agit d’une caractéristique essentielle du papiel.

Un écran bistable

  • 5 La durée de vie des piles peut varier.

5Après quelques heures de lecture intensive, un livre ne s’éteint pas. Pour cause, il ne consomme aucune énergie. Bien que ne pouvant pas être composé sur ce plan, un papiel doit offrir un confort de lecture de longue durée. Les écrans à cristaux liquides actuels échouent ce test. Ils consomment beaucoup d’énergie, de sorte qu’un ordinateur portable a rarement plus de cinq heures d’autonomie. Un écran bistable permet d’augmenter considérablement l’autonomie d’un papiel. Parce qu’il nécessite de l’énergie uniquement pour modifier le champ magnétique des microcapsules, l’écran a deux états stables possibles (positif et négatif). On dit qu’il est bistable. En d’autres mots, il ne consomme pas d’énergie à l’état stable. Le papiel ne consomme donc de l’énergie que pour changer de page, ce qui lui confère une autonomie remarquable. Par exemple, il est possible de consulter plus de 7000 pages avec deux piles AA, soit l’équivalent de près de trois mois (87 jours) de lecture d’un quotidien de 80 pages5.

Première génération

6Des caractéristiques autres que la possibilité de réfléchir la lumière et l’autonomie seront nécessaires pour que le papiel remplace le papier. Par exemple, il faudra pouvoir l’éditer à l’aide d’un crayon ou d’un marqueur, il devra être en couleurs et, surtout, il devra être abordable. Mais il ne s’agit pas de caractéristiques essentielles pour définir un papiel de première génération.

  • 6 Voir <www.eink.com>.
  • 7 Voir <www.learningcenter.sony.us> et <www.irextechnologies.com/products/iliad>.

7L’émergence du papiel est bien réelle. En 2005, Sony a commercialisé un premier modèle au Japon avec la technologie de la société américaine E Ink, une entreprise dérivée des laboratoires du MIT6. L’année suivante, Sony a lancé une version améliorée de son eReader sur le marché américain, quelques mois après que Philips a commercialisé sa version de papiel, le iLiad7. Ces papiels de première génération ressemblent à un livre, sauf que leur écran ne présente qu’une seule page à la fois. Elle est rafraîchie chaque fois que le lecteur appuie sur un bouton pour faire apparaître la page suivante. Ils peuvent stocker des centaines de livres, et leur prix se situe à environ 300 $US. Cependant, ces deux modèles ne permettent que de lire des documents PDF et certains formats de livres électroniques. La disponibilité de produits (magazines, journaux, cartes routières, site Internet, blogues, etc.) est donc encore limitée, et les contraintes de compatibilité avec les autres logiciels sont montrées du doigt par les premiers utilisateurs. Mais la principale critique concerne la vitesse d’exécution, qui est encore trop lente par rapport aux attentes des consommateurs.

8Malgré ces points à améliorer, la mise en marché de ces premiers modèles annonce le début de la fin pour les produits imprimés sur du papier, particulièrement ceux dont l’information est éphémère, comme les journaux et les magazines. Néanmoins, il s’en trouve plusieurs pour dire qu’il s’agit d’une (autre) fausse alerte. Selon eux, il faudra compter plusieurs décennies avant que le papiel puisse remplacer le papier, et ils doutent que les lecteurs seront prêts à délaisser leurs livres, un objet particulièrement apprécié. Enfin, ils ne manquent pas de souligner que ce n’est pas la première fois que l’on annonce la fin du papier. L’ordinateur promettait un bureau sans papier. Or, l’ordinateur a contribué à augmenter de manière spectaculaire la consommation de papier. L’erreur de ces critiques est de ne regarder l’émergence du papiel qu’à court terme. Pour avoir un portrait juste de la situation, il faut évaluer l’arrivée du papiel sur une période beaucoup plus longue, s’étendant sur 50 ans. La révolution du papiel peut être divisée en trois grandes étapes : la numérisation des données, l’échange des données et la mobilité.

La numérisation des données

9Au début des années 1970, l’arrivée de l’ordinateur personnel (PC) sur le marché a marqué un tournant dans notre histoire. Auparavant, les informations étaient toutes produites, manipulées et archivées manuellement, sur du papier. L’introduction du PC dans les bureaux a eu pour effet de transformer les processus d’affaires. Pour la première fois, l’entrée de don - nées se faisait directement sur un ordinateur. L’information numérique était née.

  • 8 R. Kurzweil, op. cit.

10Il a fallu un effort considérable pour numériser la masse de données ; lettres, rapports, chansons, prix, inventaires, achats, études, articles, Bourse, littérature, jurisprudence, caisses enregistreuses… Mais deux facteurs ont permis de le faire beaucoup plus rapidement. Premièrement, l’arrivée de logiciels, comme les traitements de texte et les chiffriers. Deuxièmement, la baisse des prix des PC, jumelée à l’amélioration perpétuelle de leurs performances. Il devenait plus économique de traiter l’information numérique que d’employer des gens pour écrire sur du papier8. Au total, il aura fallu près d’un quart de siècle pour que la presque totalité de nos processus d’entrée des données soit systématiquement numérisée. Les rares données qui ne le sont pas sur le coup, comme l’émission d’une contravention et certains contrats de vente, le sont généralement à une étape ultérieure.

  • 9 L’archivage de données en format électronique a pris de l’ampleur, surtout au cours des dernières (...)

11La numérisation systématique des données a donc remplacé une fonction-clé du papier ; la prise d’informations. Un effet secondaire a été de remplacer, petit à petit, une autre fonction clé du papier, soit l’archivage. Au début, les pratiques d’archivage obligeaient l’impression des documents numériques afin de les conserver à long terme et de les retracer à l’aide d’un système de classement sophistiqué. Puis ce dernier a, lui aussi, été numérisé. La recherche par mots-clés a donc permis d’accélérer la recherche de documents imprimés. Avec le temps, la baisse des coûts d’archivage a favorisé l’archivage électronique pour les nouveaux documents produits. Aujourd’hui, de plus en plus d’organismes s’attaquent à la conversion de leurs documents papier en documents numériques, afin de les rendre plus accessibles et de réduire les coûts d’utilisation9. Le papier a donc perdu deux fonctions avec la numérisation des données, à savoir la prise d’informations et l’archivage. Mais il n’a pas disparu pour autant, parce qu’il possède d’autres fonctions qui n’ont pas été comblées par les ordinateurs. L’une d’elles est la transmission d’informations.

L’échange des données

12Au 31 juillet 2007, le moteur de recherche Google atteint une capitalisation boursière d’une valeur de 160 milliards de dollars US, soit 30 % de plus que Coca-Cola. Pourtant, il y a à peine 10 ans, Google n’était qu’un projet d’étudiants sur un campus universitaire. Cette progression phénoménale reflète à quelle vitesse et avec quel impact Internet s’est répandu. Après tout, Google n’est qu’une entreprise parmi des milliers d’autres qui font des affaires exclusivement sur la Toile.

  • 10 A. M. Odlyzko, « Internet Traffic Growth; Sources and Implications », Optical transmission systems (...)
  • 11 Les données sur l’utilisation d’Internet sont publiées par Internet World Stats (<www.Internetworldstats.com/stats.htm>).

13L’essor Internet, à partir de la seconde moitié des années 1990, marque la deuxième grande étape dans la révolution du papier. La numérisation des données, qui s’effectuait depuis une vingtaine d’années, avait permis d’accumuler une quantité phénoménale d’informations, mais ces informations étaient confinées à des réseaux fermés. Pour les transmettre au monde extérieur, les méthodes les plus courantes étaient le courrier et le télécopieur. Dans la plupart des cas, le papier était le principal support, y compris pour les médias écrits. Les disquettes, puis les CD, ont aussi servi de moyens d’échange des données. Mais, à elle seule, l’arrivée d’Internet a supplanté tous les moyens d’échange de données existantes. C’est un véritable choc qui a secoué l’ensemble des marchés. La quantité d’informations échangées sur le Web était évaluée à 1 téraoctet (To) en 1990 aux États-Unis seulement. En 2002, elle se situait entre 80 000 et 140 000 To, toujours aux États-Unis. Au cours de ces 12 années, la croissance a été exponentielle, doublant à chaque année10. Internet et les courriels ont transformé les pratiques d’affaires. Ils ont également démocratisé les PC, qui étaient jusqu’alors surtout un outil de travail. Au 30 juin 2007, le nombre total d’utilisateurs d’Internet est évalué à 1,17 milliard d’individus, soit 18 % de la population mondiale11.

  • 12 A. Kohut, C. Doherty, M. Dimock et S. Keeter, Online Papers Modestly Boost Newspaper Readership, W (...)

14La possibilité d’échanger autant de données aussi facilement, efficacement et à un coût dérisoire a eu de nombreux impacts sur plusieurs industries, particulièrement celles de l’information. Depuis 1996, le nombre de lecteurs américains qui consultent les actualités sur Internet est en progression constante, passant de moins de 2 % de lecteurs qui affirment avoir consulté leurs nouvelles en ligne au moins trois fois par semaine à 31 % l’an dernier. Au cours de cette même période, le pourcentage de ceux qui affirment lire l’actualité dans un quotidien est passé de 58 à 40 %12.

  • 13 J. Saba, « Report; Newspapers losing the most ad dollars to the Internet », New York, Editor and P (...)

15Cette tendance à la baisse est également observée pour les actualités diffusées dans les médias électroniques. Cette migration des lecteurs est suivie d’une migration des entreprises qui cherchent à les rejoindre. En 2006, les journaux américains ont perdu 14,3 % en revenus publicitaires. Pendant ce temps, les dépenses publicitaires sur la Toile ont bondi de 17,8 % aux États-Unis13. L’importante migration des lecteurs vers le Web est étonnante compte tenu des limites de l’ordinateur, même portable. Ce sont ces limites que le papiel vise à abolir, et il marquera la troisième et dernière étape vers la désuétude du papier.

La mobilité du format électronique

16Le papiel se distingue des autres technologies disponibles sur le marché en ce qu’il permet de lire un document électronique sans avoir à l’imprimer. Contrairement aux autres écrans électroniques, il ne fatigue pas les yeux. Et surtout, le lecteur peut transporter des centaines de documents avec lui, et les lire n’importe où. Le papiel était la pièce manquante de la chaîne numérique. Grâce à lui, tout le cycle de vie de l’information est numérique, de la prise de données à la lecture. Cette tendance au tout numérique n’est pas unique aux données écrites. Le CD perd du terrain au profit des formats numériques de musique, comme le MP3. Le film 35 mm subit le même sort depuis la sortie des caméras numériques. La même chose commence à se produire avec la vidéo numérique haute définition. La mobilité des informations a d’abord été rendue possible par le biais des téléphones cellulaires, qui ont intégré des fonctions de plus en plus variées. Aujourd’hui, avec un téléphone multimédia ou un terminal mobile de poche (Blackberry), il est possible de lire ses courriels, de prendre des photos et de les partager, d’ajouter des commentaires à son blogue, d’envoyer des messages textes (SMS), de clavarder avec des amis, d’acheter des billets de spectacle et de consulter une carte routière à la recherche du café Starbucks le plus près. La multiplication des bornes d’accès Internet sans fil Wi-Fi dans les endroits publics contribue à ce phénomène.

17Au cours des prochaines années, les événements qui ont conduit à la désuétude de l’appareil photo vont se répéter dans le secteur du papier. D’abord, les technologies de première génération font une percée timide. Elles intéressent essentiellement un marché très spécialisé à la recherche de nouveauté. En marketing, on les appelle les acheteurs précoces. Ces premières technologies sont rapidement surclassées par d’autres modèles à coups d’innovations spectaculaires. À ce stade, les fabricants cherchent à s’imposer et il n’est pas rare de voir un nouveau modèle sortir avant même que l’ancien soit rentabilisé. Quand les premiers appareils photo numériques ont été commercialisés, à partir de 1991, la qualité de l’image était très mauvaise. En 1997, le marché a été complètement bouleversé avec l’apparition du premier appareil photo avec une résolution d’un mégapixel. Tous les six mois, des modèles de plus haute résolution étaient lancés ; c’était la valse des mégapixels. À partir du modèle à six mégapixels, qui est arrivé sur le marché autour de 2002, la qualité de l’image était égale, voire supérieure, à une image tirée d’une pellicule traditionnelle. Cet instant a marqué le point de rupture avec l’appareil photo argentique, battu sur tous les fronts. En 2006, Nikon, un des principaux fabricants mondiaux d’appareils photo, a abandonné la production de tous ses modèles argentiques. Il aura donc fallu compter une quinzaine d’années entre la sortie du premier modèle numérique grand public et l’abandon par les fabricants de la production de masse des anciens modèles.

  • 14 La loi de l’accélération du retour a été développée par Ray Kurzweil. Elle stipule que la vitesse (...)

18Quand se produira le point de rupture du papiel avec le papier ? L’expérience des appareils photo numériques suggère d’ici une quinzaine d’années. L’intégration d’Internet dans les pratiques d’affaires, quant à elle, s’est faite en une dizaine d’années. Dans les faits, plusieurs facteurs indépendants con-tri bueront à l’adoption plus ou moins rapide du papiel, allant de l’évolution technologique au prix, en passant par la difficulté de rompre avec leurs valeurs pour les utilisateurs, comme l’attachement sentimental au papier. On peut toutefois affirmer, en s’appuyant sur la loi du retour accéléré, que le papier perdra du terrain de façon exponentielle14. La tendance est déjà commencée, et sa chute s’accélérera à mesure que le papiel s’approchera des conditions de la rupture technologique.

19Le papier est un support qui évolue depuis plus de 2 000 ans. Il est utilisé, entre autres, pour écrire, pour archiver des données, pour transmettre de l’information et pour lire. Au cours des prochaines années, les papiers qui servent à diffuser de l’information, notamment le papier journal et le papier fin, seront remplacés par une nouvelle technologie, le papier électronique. Il a été démontré que la fin du cycle de vie du papier s’inscrit dans une révolution qui s’étend sur une cinquantaine d’année. Trois grandes étapes ont été identifiées. Premièrement, la numérisation des données marque le début de la révolution dans les années 1970. Ainsi, les ordinateurs se sont graduellement substitués au papier comme outil d’entrée de données. Une fois numérisées, les données peuvent être archivées dans un espace plus restreint que les archives papier. Deuxièmement, Internet a amélioré significativement l’accès aux données à partir de la fin des années 1990. Ce réseau décentralisé est la clé qui a permis d’échanger des quantités inimaginables de données à l’échelle planétaire en temps réel. Le Web permet donc de transmettre de l’information beaucoup plus efficacement que le papier. Troisièmement, le papiel, dont les modèles de première génération sont apparus sur le marché en 2006, vise à remplacer le papier comme support de lecture. Ses caractéristiques ne répondent pas encore à toutes les conditions de rupture technologique, notamment en ce qui concerne la qualité graphique (rapidité d’exécution et couleurs) et le prix. Mais il est indéniable qu’il est le support de l’avenir.

Notes

1 Dans la littérature, l’expression « papier électronique » a été utilisée pour désigner une page Web, un site Internet, un document électronique, un logiciel, un livre électronique, un ordinateur de poche, une tablette PC et une multitude de technologies en développement dont les caractéristiques ne sont pas nécessairement comparables entre elles.

2 R. Kurzweil, The Singularity is Near: When Humans Transcend Biology, Londres, Pengouin Books, 2005.

3 Définition d’électrophorèse de l’Office québécois de la langue française, <www.granddictionnaire.com>, consulté le 30 juillet 2007.

4 S. Inoue, H. Kawai, S. Kanbe, T. Saeki et T. Shimoda, « High Resolution Micro - encapsulated Electrophoretic Display Driven by Poly-si TFTs with Four Level Grayscale », IEEE Transactions on Electronic Devices, vol. 49, no 8, août 2002, p. 1532-1539.

5 La durée de vie des piles peut varier.

6 Voir <www.eink.com>.

7 Voir <www.learningcenter.sony.us> et <www.irextechnologies.com/products/iliad>.

8 R. Kurzweil, op. cit.

9 L’archivage de données en format électronique a pris de l’ampleur, surtout au cours des dernières années, avec l’arrivée d’Internet. Les débats sur les avantages coûts-bénéfices, le format, l’accessibilité, et les contraintes juridiques sont encore nombreux. Pour en savoir plus, consulter le Conseil international des archives (<http://www.ica.org>) et le Conseil canadien des archives (<http://www.cdncouncilarchives.ca>). Voir aussi Conseil canadien des archives, Numérisation et archives, Ottawa, Conseil canadien des archives (<www.cdncouncilarchives.ca/digitization_fr.pdf>) et S. Puglia, « The Costs of Digital Imaging Projects », RLG DigiNews, vol. 3, no 5, 1999 (<www.rlg.org/preserv/diginews/diginews3-5.html>).

10 A. M. Odlyzko, « Internet Traffic Growth; Sources and Implications », Optical transmission systems and equipment for WDM networking II, Proceedings SPIE, vol. 5247, 2003, p. 1-15.

11 Les données sur l’utilisation d’Internet sont publiées par Internet World Stats (<www.Internetworldstats.com/stats.htm>).

12 A. Kohut, C. Doherty, M. Dimock et S. Keeter, Online Papers Modestly Boost Newspaper Readership, Washington (DC), The PEW Research Center for the People and the Press, PEW research center biennal news consumption sur-vey, 30 juillet 2006 (<www.people-press.org>).

13 J. Saba, « Report; Newspapers losing the most ad dollars to the Internet », New York, Editor and Publisher, 9 juillet 2007 (<www.editorandpublisher.com>).

14 La loi de l’accélération du retour a été développée par Ray Kurzweil. Elle stipule que la vitesse de l’évolution s’accélère de manière exponentielle (voir R. Kurzweil, op. cit.).

Auteur

Réalisé un projet de maîtrise sur le papier électronique à l’Université de Sherbrooke, en collaboration avec le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits et services (CIRAIG) de l’École polytechnique de Montréal. Il a également publié le livre Arrêtons de pisser dans de l’eau embouteillée (Éditions Transcontinental, 2007) et il est l’auteur du blogue La prochaine évolution industrielle. Il est expert-conseil en développement durable chez Ellipsos.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search