Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Première partie. La dernière évolution de l'imprimerie ?

3. L’évolution de l’industrie graphique à travers la sémantique et la néologie

France Brodeur

Texte intégral

1J’ai fait la connaissance de l’imprimerie par les mots. Plus particulièrement par la terminologie de l’imprimerie. À l’époque, la langue anglaise prédominait dans les salles des presses. Nous étions alors en 1980 et il fallait franciser les secteurs d’emploi. Ainsi a débuté pour moi une longue collaboration avec l’Office québécois de la langue française (OQLF) en vue d’élaborer des affiches et autres matériels pédagogiques afin de diffuser la terminologie à utiliser dans le milieu de travail de l’imprimeur.

2Si les imprimeurs s’exprimaient en français entre eux, ils utilisaient un jargon du métier en anglais. Peu de fabricants et fournisseurs offraient alors de la documentation et de la formation en français. Forte de ce constat, j’ai décidé de produire des lexiques et glossaires anglais-français afin d’aider les imprimeurs à mieux comprendre les termes du métier et le matériel qu’ils utilisaient. Entre le premier vocabulaire de la rotative offset qui a vu le jour grâce à Quebecor World (alors Imprimeries Quebecor inc.) et l’OQLF et le dernier vocabulaire du prépresse, coédité par l’OQLF et l’ICGQ, l’imprimerie avait réalisé des enjambées technologiques remarquables. Dix années séparent ces deux publications, dont la dernière est parue en 2001. Depuis, l’arrivée d’Internet a transformé la diffusion du vocabulaire. La documentation est désormais rédigée ou traduite en français, et les sites Web des fabricants avec leur volet d’achat en ligne sont également en français. La localisation, soit l’adaptation des contenus en fonction des marchés, fait partie de la stratégie de commercialisation moderne.

3Le vocabulaire continue à évoluer sous l’impulsion des nouvelles technologies. Un aspect de cette évolution ne concerne plus directement l’ensemble des intervenants de la chaîne graphique, les secteurs d’impression étant devenus plus pointus. En effet, le développement et les applications technologiques font en sorte qu’une nouvelle génération d’imprimeurs ne connaît pas les termes blanchet, engrenage, gorge ou mouillage, car leur équipement n’en est pas doté. Par contre, l’autre aspect de cette évolution technoterminologique touche intégralement l’imprimerie : le numérique électronique.

Une bataille sans rivaux

4La bataille de l’imprimé à l’ère du numérique n’a pas lieu, mais l’adaptation de l’imprimerie à l’ère du numérique, elle, a bien lieu. De tout temps, l’humanité a cherché à repousser les limites du travail physique afin de libérer la pensée et lui conférer alors toute latitude pour réfléchir et agir. Il est donc naturel que les prospectus publicitaires vantent les innovations en faisant valoir que les nouveaux automatismes libèrent des tâches physiques et répétitives, et permettent aux entreprises d’affecter les employés aux tâches essentielles de rentabilisation. Ils mettent aussi en exergue l’accroissement de la productivité, l’atteinte plus rapide de bons résultats, etc. Bref, les innovations des dernières années tendent vers ce qu’il y a de mieux à moindre effort.

  • 1 <http://www.emploiavenir.ca/cnp/738p3.shtml> (Service Canada).

5Opposer l’imprimé au numérique ou à l’interactif, c’est un peu comme opposer le travail manuel au travail intellectuel. Pourtant, il n’y a pas opposition, mais bien complémentarité de ces activités. De nos jours, l’imprimerie est perçue comme une chaîne complète. Elle englobe toutes les étapes qui précèdent et qui suivent l’impression en tant que telle. Cette nouvelle perception a donné naissance aux flux de production. Ces flux globaux se répercutent à leur tour sur le facteur humain dans l’entreprise. L’automatisation et la numérisation élargissent les domaines de compétence de l’imprimeur. Le professionnel de la chaîne graphique doit posséder des connaissances en informatique et en électronique. Il doit connaître la robotique et la mécanique. Le site Emploi-Avenir1 du gouvernement du Canada prévoit que, d’ici 2009, la généralisation d’Internet et des médias électro niques devrait entraîner des pertes d’emplois, particulièrement chez les opérateurs de presses à imprimer. Par ailleurs, l’automatisation et l’informatisation des presses à imprimer amélioreront probablement la productivité, permettant ainsi aux entreprises de faire plus avec moins d’employés.

  • 2 Fisher Kimball et Duncan Marren, The Distributed Mind: Achieving High Performance Through the Coll (...)
  • 3 Mary Del Ciancio, « Cognitive Robotics: Giving Robots the Ability to Think and Reason in an Indust (...)

6On y indique également que les chances de succès seront meilleures si la personne a des compétences dans l’utilisation d’ordinateurs, de presses à imprimer informatisées et de médias électroniques. Selon Fisher et Duncan2, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, notre contribution au travail vient de notre esprit et non de nos muscles. La mécanisation a ainsi allégé les exigences physiques du travail des opérateurs. À cette ère postindustrielle, nous assistons au développement de la robotique cognitive. Selon la revue canadienne Manufacturing Automation Magazine, la plupart des fabricants ont misé sur la robotique afin de demeurer compétitifs, mais il reste encore plusieurs tâches à robotiser, celles où la réaction machine ne rejoint pas encore le réflexe humain instinctif3. Ainsi, après la mécanisation, apparaissent l’automatisation et la numérisation du flux d’information et de production. S’ensuivent de nouvelles notions accompagnées de nouveaux termes. Les années 1980 ont amené une foule de nouveaux termes, en phase avec l’évolution de l’automatisation et de la numérisation, notamment l’insolation directe de film, qui sera vite suivie par la gravure directe de plaques. Les nouveaux termes des logiciels de gestion de la couleur, de mise en page et d’imposition supplantent ceux reliés au travail plus artisanal des lettres-transfert et de la photocomposition. L’échange de données électroniques (EDE), qui battait son plein dans les années 1980, se précise et se multiplie. Les concepteurs informaticiens présentant de nouveaux formats d’échange de données, les fichiers texte et image ont commencé à se décliner sous plusieurs noms de formats, les machines à communiquer entre elles.

  • 4 « Repères : l’impression à jet d’encre », Science & Vie, supplément du no 1062, 2006.

7Chaque secteur d’impression offset, héliographique, sérigraphique, flexographique s’est ouvert sur le numérique, puis le numérique s’est inscrit de manière autonome. Le jet d’encre révolutionnaire des années 19604 s’est raffiné avec la nouvelle technologie numérique. L’impression numérique est un développement qui ne répond pas uniquement au principe d’allègement des tâches, mais également à l’évolution sociocommerciale. La personnalisation, l’impression de données variables et le ciblage des imprimés sont des impératifs commerciaux auxquels les imprimeurs doivent réagir. Et dans la foulée des développements informatiques, les télécommunications ont fait une brèche dans le domaine des communications graphiques. Puis elles s’y sont installées confortablement. Elles accélèrent les échanges et démocratisent les connaissances. Les images et les textes se font éclectiques.

Plaidoyer pour Internet

8L’imprimerie est, par définition, liée au produit papier, façonné ou non, qui favorise la diffusion des informations et des connaissances. L’écrit papier doit aujourd’hui faire face à l’écrit virtuel. L’imprimerie est aussi liée à l’affichage et à la signalétique, Internet vient gruger cette part de marché. En fait, malgré la force actuelle d’Internet et les menaces qu’il fait peser sur l’imprimé, il n’est pas encore un média autonome à part entière. La société-réseau est encore à cheval sur les deux. Les médias imprimés et électro niques partagent la même assiette publicitaire. On n’a pas créé une enveloppe spéciale pour la communication électronique, car on utilise celle des médias imprimés. Ainsi, les médias imprimés servent de base au développement des médias électroniques.

9L’évolution d’Internet dans l’arène de l’imprimé vient donc perturber le rapport entre les médias. L’imprimé doit désormais lutter contre la radio (aujourd’hui numérique), la télévision (également numérique), les assistants personnels de type Blackberry et les téléphones cellulaires ou mobiles, et autres extensions de la main, tels les lecteurs de musique iPod (évolution des baladeurs). L’arrivée d’Internet stimule en quelque sorte l’imprimerie. Elle la force à se repositionner dans la société, mais non comme un outil de communication sentimental, plutôt comme un véhicule dynamique qui rejoint la clientèle ciblée. L’imprimé doit interagir avec Internet. La production des imprimés s’est transformée ces dernières décennies. Dans un élan d’automatisation des tâches d’adressage, de codage et d’envoi postaux, la distribution des imprimés s’est perfectionnée. Elle doit désormais atteindre la clientèle cible tout comme Internet avec ses mots clés de recherche. Les modèles impression-diffusion Web (print-to-Web) et diffusion Web-impression (Web-to-print) gagnent du terrain chaque jour. Les imprimés matériels deviennent ainsi virtuels. L’écran et le papier s’unissent pour livrer l’information aux destinataires ciblés. Internet a des répercussions dans toutes les strates de la vie sociale. Avec l’abolition des frontières commerciales, il a donné naissance au commerce électronique tant pour la commande d’imprimés en ligne conçue pour les acheteurs médias que pour l’achat en ligne d’objets d’impression consommables conçus pour les imprimeurs.

10La répartition géographique mondiale des emplacements est au cœur des nouvelles structures d’approvisionnement. L’internaute utilise son « centre d’achat » personnel directement de chez lui. Les sites de commerce électronique proposent facilité et rapidité en vue d’une meilleure productivité. Grâce à Internet, les imprimeurs peuvent offrir à leurs clients d’imprimer des produits, destinés à différents pays ou régions éloignées géographiquement, dans ces pays ou régions mêmes. Le réseau d’impression tentaculaire global permet également une localisation plus pointue en plus, bien sûr, des économies logistiques. La réduction des transports routiers apporte un gain environnemental. Internet permet aux clients de suivre l’évolution de leurs imprimés et de les modifier en ligne. Il favorise en outre la standardisation des processus. Enfin, de nombreux organismes et groupements (CIP4, GWG, W3C, etc.) sont nés afin de créer des procédures de remise des travaux, d’échange de documents électroniques, d’utilisation de protocoles, de calibrage des couleurs, d’étalonnage des écrans, de gestion des ressources numériques et de bases de données.

Des comportements différents

11L’imprimé n’est pas en danger de disparition, mais il doit se renouveler. Cinq siècles après son invention par Gutenberg, il a évolué verticalement. Il doit dorénavant prendre une expansion horizontale. L’imprimé ne doit pas reprendre le contenu Web, et les textes montés sur le Web ne doivent pas bêtement reprendre ce qui est imprimé. Il faut inventer de nouveaux produits et de nouveaux services. L’imprimé, tout en demeurant auto nome, doit s’ancrer de quelque façon dans Internet. Comme outil auto nome non soutenu par l’imprimé ou un autre média, Internet doit lutter parfois désespérément pour faire son chemin sur l’écran de l’utilisateur.

12Internet a modifié le comportement des lecteurs et des acheteurs d’imprimés. En effet, pourquoi payer un contenu que l’on retrouve gratuitement dans des pages Web ? L’imprimé et le site Web payants doivent représenter une plus-value ou un bon investissement. Le nombre de lecteurs ayant accès à Internet augmente constamment. Cependant, les écrans ne sont pas encore au point pour assurer une lecture agréable, sans fatigue oculaire. L’imprimé comme outil d’information doit être plus que de l’encre sur du papier. Il doit offrir un complément visuel (sensoriel) et un contenu original. Il se fera de plus en plus le pense-bête d’Internet, ou son tremplin. Un article de magazine renverra à un contenu Web donnant accès à des connaissances encyclopédiques, ainsi qu’à des avis d’experts et des opinions populaires.

13La diffusion électronique d’informations a modifié les comportements des lecteurs en leur donnant accès à des données constamment actualisées sur les sites Web. Néanmoins, ces informations demeurent stimulées par celles imprimées dans les brochures, journaux, magazines et publications gratuites. Il est donc vrai de dire que l’explosion de l’information dans Internet chiffonne du papier dans la cour de l’imprimé. De son côté, l’imprimé mène à Internet, qui est un agent d’information populaire qu’il faut apprécier à sa juste valeur. C’est un univers de données non classées et non validées qui peut receler des zones sombres, notamment des contenus inexacts ou superflus, ainsi qu’un surcroît d’informations labyrinthiques. La technologie actuelle permet de personnaliser l’information diffusée sur le Web, mais également dans l’imprimé. Ce dernier ne doit pas bouder Internet, mais repenser sa mission, se distinguer par l’originalité de son contenu et cibler un lectorat ou une clientèle avec des informations personnalisées ou même individualisées.

14L’imprimé fait partie d’une stratégie de distribution multiplateforme, non pas en recopiant le contenu sous diverses formes, mais en donnant à ce contenu les caractéristiques de chacun des supports utilisés. Les PDF qui reproduisent à l’identique des magazines, des journaux ou des articles ratent l’objectif nouveau média. Internet est fait de liens, de vidéos, de musique, tous exploitables au profit de l’imprimé. Tout ce qui est affiché ne doit pas suivre la logique de l’imprimé, car il ne s’agit alors que d’une superposition sans attrait. Le débat reste toutefois ouvert, car les lecteurs habitués à un type d’imprimé se réjouissent d’y avoir accès en l’absence de l’objet imprimé. Internet a des points forts comme la recherche par mots clés dans les documents et l’archivage des articles.

15Enfin, Internet n’est pas un imprimé et la lecture y est différente. Il faut rééduquer les lecteurs à une nouvelle lecture. L’ergonomie de lecture à l’écran n’est pas non plus au point, notamment en ce qui a trait au manque de vue d’ensemble du document. Encore aujourd’hui, même si on peut écouter la radio, regarder la télé ou lire un journal sur le Web, ce n’est pas la vraie chose. Par contre, l’accessibilité de chacun de ces médias sur le Web permet un élargissement de la clientèle et des annonceurs. Bien que de réelles avancées soient faites dans le domaine des écrans de lecture, il n’est pas encore possible de lire au soleil, d’essuyer le magazine-écran qu’on a laissé tomber dans l’eau pour en reprendre la lecture, de livrer des écrans circulaires, de laisser courir la main sur le papier… des défis que pourrait relever le papier électronique.

16Chacun a ses forces et le défi sera désormais de les allier pour que chacun soit gagnant. Puis, comme la marée, la terminologie se renouvellera et cristallisera autour de nouveaux concepts.

Notes

1 <http://www.emploiavenir.ca/cnp/738p3.shtml> (Service Canada).

2 Fisher Kimball et Duncan Marren, The Distributed Mind: Achieving High Performance Through the Collective Intelligence of Knowledge Work Teams, New York, Amacom Books, 1997.

3 Mary Del Ciancio, « Cognitive Robotics: Giving Robots the Ability to Think and Reason in an Industrial Environment », Manufacturing Automation Magazine, 2007.

4 « Repères : l’impression à jet d’encre », Science & Vie, supplément du no 1062, 2006.

Auteur

Animée d’une passion pour les mots et l’industrie graphique, détient un baccalauréat en traduction, une maîtrise en terminologie et un doctorat en ingénierie linguistique. Sa longue carrière dans l’industrie de la langue l’a toujours amenée à côtoyer le milieu graphique. Elle est rédactrice et traductrice indépendante pour un grand nombre de sociétés graphiques. Elle a également fondé le magazine Qi-Québec imprimerie, magazine qui s’adresse aux professionnels de la chaîne graphique, et en assure l’édition et la rédaction en chef.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search