Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Première partie. La dernière évolution de l'imprimerie ?

2. Le papier aujourd’hui et demain

Patrice J. Mangin

Texte intégral

1En 1999, à l’occasion du bicentenaire de l’invention de la machine à papier par Louis-Nicolas Robert, le Palais de la Découverte de Paris présentait une exposition intitulée « Le papier, c’est la vie ». En effet, le papier fait de fibres naturelles renouvelables et recyclables est un matériau noble qui fait partie intégrante du développement de notre société, et ce, dans le sens le plus large. Cependant, quotidiennement, les gourous des médias électroniques nous prédisent à grand renfort de maximes lapidaires aussi gratuites que sensationnelles la fin du papier en fibres au profit du papier électronique.

  • 1 Jean-Sébastien Trudel, « Ellipsos, au Carrefour de la recherche forestière », communication présen (...)
  • 2 Les Affaires, 24-30 novembre 2007.

2En septembre 2007, Jean-Sébastien Trudel prédisait la fin du papier en fibres d’ici 15 ans1. Parallèlement, Jeff Bezos2, PDG d’Amazon, lors du lancement d’un nouveau livre électronique, clamait : « Notre objectif est que le lecteur oublie l’objet [livre électronique] pour laisser uniquement la place au plaisir de lire. » Les maximes varient selon le parti pris adopté, soit pro-papier en fibres, soit pro-papier électronique. Il y a quelques années, John Warlock, fondateur d’Adobe Systems, avait compris mieux que quiconque la complémentarité des deux supports médias qui sont à la base du développement de son entreprise lorsqu’il avançait que « pour lire l’information, le papier nous accompagnera encore longtemps, très longtemps ».

  • 3 Dans la limite des connaissances scientifiques actuelles, des technologies en développement, voire (...)

3Les aspects sociétaux, économiques et innovants du papier expliquent pourquoi le papier en fibres occupe aujourd’hui une place prépondérante et continuera de le faire dans tout futur « prévisible »3. Notre rapport au papier, son omniprésence et son ubiquité, l’impact positif qu’il a sur notre environnement impliquent un lien étroit entre société et papier. Une analyse plus macro-économique globale que régionale qui tient compte des types de papier, journaux, impression, papier en feuilles, magazines, etc. indique une croissance régulière et continue de la production mondiale, ce qui fait davantage craindre un manque de ressources fibreuses pour produire du papier que sa disparition prochaine. Parallèlement, la restructuration nécessaire du panorama de la recherche sur le plan mondial et de l’industrie papetière promet des innovations technologiques permettant déjà d’entrevoir de nouvelles conceptions du papier et de la fabrication des produits en papier.

Le papier : le partenaire du développement de la société

4On peut sans conteste affirmer que le papier fait partie intégrante de notre société, au même titre que la voiture, la laveuse, la télévision et les nombreux médias électroniques d’information et de divertissement. Dans notre société où la conscience environnementale est de plus en plus éveillée, le remplacement du papier en fibres par le papier électronique sous prétexte que le premier est « consommateur d’arbres » est trop simpliste. Tout comme le serait d’ailleurs le fait d’abandonner les bibliothèques papier au profit des bibliothèques électroniques sous prétexte qu’un livre de papier capte du carbone pour des décennies.

  • 4 Dans un contexte générique, le terme papier est employé pour désigner les papiers et cartons dans (...)

5Les fonctions de base du papier sont reliées à la transmission de l’information, et ce, quels qu’en soient les usages, professionnels, culturels ou d’emballage. Bien que le sujet de cet article traite principalement de la bataille de l’imprimé, donc de la fonction « information » du papier, rappelons ici que les papiers et les cartons4 permettent d’entreposer et de transporter des biens et des marchandises en les protégeant de l’environnement extérieur, et qu’on peut y accoler, sous forme imprimée, toute information pertinente pour l’utilisateur concernant leur contenu.

6En ce qui a trait à l’information, le papier joue essentiellement trois rôles : soit d’interface de lecture et il peut alors être considéré comme un écran de lecture extrêmement convivial ; soit de transmission de l’information ; soit d’archivage. Un fait peu connu du grand public, mais qui inquiète beaucoup les institutions financières ou publiques est que l’information inscrite sur les CD actuels n’est pas permanente. Elle risque de disparaître en 10 à 20 ans selon les supports. En conséquence, bien des institutions pour qui la pérennité de leurs informations stratégiques et critiques est cruciale — dont les codes de programme de Microsoft mêmes — archivent ces informations sous forme d’imprimé papier.

7Les avantages du papier comme support d’informations sont indéniables. Il est fin, plat, flexible et léger, si on considère une feuille de papier. Il peut donc être relié en un cahier ou un livre de plusieurs feuilles faciles à consulter. Il peut être plié, roulé, etc. Comme support de l’écrit, il permet l’impression couleur ou noir et blanc, et ce, avec un excellent contraste et une très haute résolution. Ce sont d’ailleurs ces caractéristiques que le papier électronique tente d’égaler. Est-il besoin de faire remarquer que l’imprimé papier est, quant à lui, fiable, car il fonctionne sans pile et n’accuse jamais de retard au démarrage ? De plus, dans un contexte de développement durable, le papier fournit la surface la moins chère à produire à partir de fibres naturelles renouvelables ; celle-ci est effaçable ou désencrable, et est entièrement recyclable.

8Ce n’est donc pas un hasard, dans notre monde submergé par l’information, si 82 % de nos activités impliquent l’usage de documents, dont 70 % requièrent de la lecture de textes. Les activités de lecture se font à 85 % sur support papier, et 13 % seulement sur support écran (lecture en ligne), sur télévision et sur écrans électroniques de toutes sortes. Par contre, pour ce qui est des activités professionnelles, dans 75 % des cas, la lecture est combinée à l’écriture, le tout s’effectuant sur support papier.

9En conclusion, dans le monde actuel des communications et de l’information où les médias électroniques — dont le papier électronique — semblent menacer le papier en fibres de tous côtés, l’imprimé papier et le papier restent omniprésents en raison de leur convivialité et de leurs caractéristiques ergonomiques, et ce, non seulement dans le milieu de travail, mais dans de nombreuses activités culturelles. Ceci ne veut pas dire que certaines activités d’information ne se font pas et ne se feront pas transférer sur support électronique ; c’est d’ailleurs la force de la combinaison électronique-papier qui est ciblée par plusieurs développeurs de façon à utiliser les avantages respectifs de chaque support. Par contre, certains secteurs traditionnels de l’imprimé papier risquent de disparaître au pro - fit du support électronique, principalement lorsque l’information transmise est temporaire, à durée de vie limitée, comme c’est le cas des quotidiens, hebdomadaires, etc., ou lorsqu’elle ne requiert aucun archivage permanent, ou alors qu’elle nécessite une recherche documentaire sélective (annuaires, encyclopédies, etc.).

L’économie et les marchés papetiers dans un contexte global

10L’industrie papetière canadienne, dans le sillage de l’industrie forestière, vit actuellement la pire crise économique de son histoire, qualifiée par certains de « tempête du siècle ». Par rapport à cette situation, les prophètes de malheur semblent confortés dans des prédictions aussi prématurées qu’abusives de la fin du papier comme support de l’information. Une ana lyse économique quelque peu détaillée et globalisée montre cependant que cette perception est reliée aux difficultés régionales affectant le marché du papier journal, alors que ce n’est pas nécessairement le cas sur le plan mondial et pour le papier en général.

Le papier journal

  • 5 Mélanie Turgeon, Portrait du parc des machines à papier journal au Québec, mémoire de maîtrise, CI (...)

11Depuis 1999, en Amérique du Nord, la consommation de papier journal est en baisse régulière, avec 7 à 10 % de décroissance par année, voire 11 % en 2006. Il est prévu une baisse cumulée de 30 % supplémentaire de la demande5 d’ici 2020. Ces baisses représentent une réduction de 2,6 millions de tonnes métriques (MT) de papier journal de 1999 à 2005, et une réduction supplémentaire prévisible de 1,3 MT de 2005 à 2020. En revanche, sur le plan mondial, la demande en papier journal reste constante, voire augmente légèrement, dopée par le phénomène des journaux gratuits (Métro, 20 Minutes, etc.), et ce, principalement en Europe de l’Ouest. Le problème canadien, et plus spécifiquement québécois, tient au fait que la production n’a pas suivi cette décroissance régionale, alors que la compétition pour le papier journal sur le plan mondial est restée forte, notamment avec l’accroissement des capacités de production en Chine. Dans les cinq prochaines années, l’avenir du papier journal dépendra essentiellement de son taux d’absorption par la population chinoise, la Chine en ayant exporté près d’un million de tonnes en 2006-2007.

La consommation mondiale de papier

  • 6 Pöyry Forest Industry Consulting Oy, Report 2007.

12La consommation et la production mondiales de pâtes et papiers sont en croissance régulière et constante6 avec des taux de croissance de 3,4 % en tonnage de 1980 à 1990, de 3,1 % de 1990 à 2000, et 2,2 % de 2000 à 2005. Si la moyenne mondiale a connu un ralentissement de la croissance depuis 1980, cette dernière se stabilisera à 2,1 % de 2005 à 2010. Par contre, le taux de croissance est fortement lié à la région du globe considérée. D’ici 2020, il est prévu qu’il ne sera que de 0,5 % dans les pays matures dont l’Europe, l’Amérique du Nord et le Japon, mais de 4,1 % dans les pays émergents, dont le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine (pays BRIC), ainsi que certains pays d’Europe de l’Est.

13En Chine seulement, selon les annonces de nouvelles installations, la capacité de production de papier a augmenté d’environ 5,5 MT de 2008 à 2010. Ces annonces sont un exemple des écarts de maturité et de stratégie entre les différents marchés du papier. En effet, en Amérique du Nord, en Europe et au Japon, uniquement 55 % des investissements sont affectés à de nouvelles installations, alors que 45 % sont réservés à des fusions ou à des acquisitions. Au contraire, en Asie, à l’exception du Japon, 90 % des investissements sont dédiés à de nouvelles installations. Le récent développement de la Chine, forte d’une population de plus de 1,3 milliard d’habitants, comme producteur et consommateur de papier, modifie l’économie papetière à l’échelle mondiale. Alors que l’Asie utilise 50 % du papier recyclé mondial, la Chine requiert 57 MT de fibres pour assurer ses besoins annuels. Ces fibres sont essentiellement des fibres recyclées (60 %) avec des proportions à peu près équivalentes de fibres de bois (19 %) et de fibres non ligneuses (21 %, plantes annuelles surtout). Depuis 2000, la Chine importe annuellement environ 15 MT de fibres recyclées et 6 MT de fibres vierges. Elle est aujourd’hui une exportatrice nette de papiers couchés, entre autres grades de papier, et occasionnellement de papier journal (2006-2007).

14Au cours des cinq prochaines années, le marché interne chinois devrait absorber cet accroissement de la production. Par contre, si cette absorption tarde, la Chine restera pendant deux à trois ans un exportateur net de papier avec un impact négatif sur d’autres régions du globe, dont le Canada. D’ici 2020, la demande mondiale en papier passera de 380 (2006-2007) à 480 MT. La question n’est donc plus de savoir si le papier a ou non un avenir, mais bien si les ressources en fibres sur le plan mondial seront suffisantes pour répondre à cette demande additionnelle de 100 MT. C’est aussi l’aspect environnemental le plus critique du papier : la disponibilité de la matière première. Comme le recommande le rapport Coulombe, l’industrie papetière doit revoir sa stratégie d’approvisionne ment en mati ères fibreuses.

  • 7 Le professeur Ove Nilsson a reçu en novembre 2007 le prix Wallenberg pour avoir découvert les méca (...)

15Pour répondre à ce défi mondial, en sus de l’apport des fibres d’eucalyptus de pays comme le Brésil, nous assisterons probablement à une gestion des ressources forestières de plus en plus stricte, de plus en plus efficace, basée entre autres sur une meilleure gestion des sols, des espaces, à une utilisation accrue de la biomasse forestière, ainsi qu’au développement d’espèces ligneuses spécifiques par sélection, voire par modification génétique7.

Les tendances papetières

  • 8 Papier couché : enduit en surface d’une sauce contenant des charges minérales et des adjuvants afi (...)
  • 9 Azurant optique ou Optical brightening agent qui donne une teinte bleutée faisant paraître le papi (...)

16Même si le papier demeure un produit de commodité, il s’adapte aux besoins et aux tendances sociales afin de rester compétitif et de maintenir ses parts de marché. Qu’il soit couché8 — papier pour magazine —, ou non couché — papier journal ou papier fin pour imprimante laser ou photocopieuse —, le papier est de plus en plus blanc. Sa fabrication actuelle se fait en milieu neutre ou alcalin, avec effets entre autres sur ses propriétés d’archivage. En pratique, la distinction classique entre les papiers couchés et non couchés s’estompe. En effet, certains papiers non couchés comportent de forts taux de charges minérales qui leur procurent un aspect de surface similaire aux papiers couchés. En fait, l’augmentation des propriétés optiques, telles que le brillant ou la blancheur, des papiers non couchés est plus importante que pour les papiers couchés, souvent améliorée par l’addition d’azurants optiques9 avec encollage de surface, toujours en milieu neutre ou alcalin.

  • 10 La liaison interne représente la résistance mécanique du papier à diverses contraintes. La force d (...)

17Les papiers deviennent aussi plus multifonctionnels : un papier classiquement imprimé en offset doit pouvoir aussi l’être en héliogravure, voire par procédé laser xérographique ou jet d’encre. Quoique les attentes face à ces papiers multifonctionnels soient souvent contradictoires, la demande et la pression des marchés pour l’obtention d’un papier polyvalent restent fortes. L’exigence du niveau d’opacité des papiers est croissante. Pour satisfaire aux besoins mécaniques de presses d’impression de plus en plus performantes, la liaison interne et la force de surface10 sont devenues des propriétés critiques de la performance des papiers en impression. Par conséquent, les papiers contiennent des taux de charges minérales souvent supérieurs à 18 % de carbonate de calcium précipité. La limite était de 35 % de taux de charges. L’objectif est maintenant haussée à 50 %. Une telle tendance permettra de réduire la demande en fibres. Les papiers très chargés nécessitent plus d’additifs chimiques, comme de l’encollage de surface (par de l’amidon qui améliore la force surfacique ou par un film recouvrant), des colles synthétiques, ou autres additifs cationiques (impression jet d’encre). Des charges minérales sont ajoutées aux sauces d’encollage pour améliorer la porosité et la retenue en encre des papiers.

18Pour les papiers couchés à base de pâtes mécaniques, le couchage de surface sur presse encolleuse avec calandrage à pince molle permet aujourd’hui de produire des papiers qui ont pratiquement une meilleure qualité que des papiers non couchés fortement chargés. Ces papiers permettent de répondre à la demande croissante du marché pour les encarts publicitaires ou même les magazines. Pour l’ensemble des papiers couchés, les papiers pour impression heatset offset sont en augmentation et les grammages sont en baisse. Le brillant et la blancheur des papiers augmentent, au besoin en allant vers des teintes bleutées. L’industrie papetière poursuit cependant ses efforts pour produire des grades de papier économiques, notamment pour l’impression jet d’encre et électrophotographique à toners liquides.

Les tendances mondiales de l’imprimé papier

19En adoptant une vision macroscopique et en maintenant l’approche mondiale de notre société, la comparaison des tendances médiatiques de l’imprimé papier par rapport aux médias électroniques permet de constater que, en 1995, les médias imprimés représentaient 70 % du marché par rapport à 30 % pour les médias électroniques. Vu que le taux de croissance annuel moyen est de 9 % pour les médias électroniques et en moyenne de 3 % par année pour les médias imprimés, la part des marchés sera égale en 2010.

  • 11 Source : Heidelberg Drückmaschinen, Allemagne.

20L’évolution des marchés des imprimés est fonction du produit. D’ici 2010, sur le plan mondial, il est prévu11 que la production des formulaires d’affaires, des livres de poche et des cartes de vœux va continuer de décroître, alors que celle des livres, des catalogues et des calendriers va maintenir une croissance annuelle modérée. Les produits tels que poste directe, publicité, étiquettes et emballage poursuivront une croissance forte.

21L’évaluation de la situation des magazines et des journaux, qui représentent des parts de marché importantes du papier imprimé, est plus difficile, car elle dépend autant de facteurs sociaux qu’économiques. Si le nombre de nouveaux magazines créés est en croissance, leur durée de vie et leur tirage sont réduits. La survie des magazines dépend de l’adoption ou non par les pays BRIC à forte croissance économique de certains aspects du mode de culture occidentale. Le cas du papier journal a été discuté précédemment quant à son impact sur l’industrie papetière canadienne et québécoise dans un contexte mondial.

  • 12 210 X 297 mm, approximativement similaire au format 8,5 X 11 po.

22Enfin, pour illustrer l’importance de l’imprimé papier, nous convertirons la surface des papiers imprimés — hors emballages carton — en pages de format A412 : environ 48 000 milliards de pages ont été imprimées en 2005, dont 8 % en impression numérique et 92 % en impression conventionnelle, pour un tonnage approximatif de 232 MT de papier (dont 18,5 MT en impression numérique). Les prévisions pour 2010 sont d’environ 54 000 milliards de pages, dont 10 % imprimées en numérique. Cela correspond à plus de 260 MT de papier, dont approximativement 26 MT imprimées en numérique. Il est difficile de ne pas croire en l’avenir du papier avec de tels chiffres.

Le papier revisité ou vers de nouvelles conceptions du papier

23Dans l’emballage, le papier/carton subit la compétition d’autres matériaux, bien que des considérations environnementales risquent fort d’avantager le papier. En effet, les produits de la forêt, dont le papier, présentent un bilan environnemental plus favorable que les plastiques fabriqués à partir de carbone fossile non renouvelable, l’aluminium ou l’acier qui sont nettement plus énergivores sur le plan de la production, voire le béton. Dans cette perspective environnementale, les forces du papier sont la facilité de disposition et de recyclage des produits, la consommation d’énergie et le fait que les papiers et les cartons sont fabriqués à partir d’une ressource naturelle renouvelable et abondante. Cette dernière constatation est limitée par la disponibilité de la matière première sur laquelle l’industrie doit se pencher. Sur le plan de la transformation, de la santé et de la sécurité des produits, l’industrie papetière, quoique déjà très performante, est en amélioration constante.

24Alors que le sac plastique a aujourd’hui complètement remplacé le sac papier dans les supermarchés, la non-biodégradabilité du plastique relance l’intérêt pour les sacs en papier totalement recyclables et biodégradables, alors que l’industrie plastique s’oriente vers la production de sacs en plastique biodégradables. Notons que la Corse a totalement banni les sacs plastiques.

25Soucieuse de l’environnement, l’industrie papetière s’oriente vers une réelle écoconception des produits avec la réduction du poids des emballages et de l’énergie utilisée pour les produire. Concernant ces objectifs, des projets de recherche et de développement sont en cours tant en Europe qu’en Amérique du Nord.

Les papiers de l’avenir

26L’avantage de l’industrie papetière pour concevoir des papiers innovants tient à plusieurs considérations : le papier est fabriqué à partir de fibres naturelles, la production de papier en est une de masse dont les procédés sont parfaitement maîtrisés. En marge de la production de papiers classiques, dont nous avons amplement parlé, les papiers du futur sont aujourd’hui conçus pour des usages spécifiques et des propriétés innovantes. À la limite, ces nouveaux papiers existent déjà si on considère les papiers à propriétés barrières, soit à l’eau, à la vapeur, soit aux huiles ou à tout autre produit qui pourrait endommager le produit de consommation emballé dans ces papiers. Cependant, de nouvelles propriétés barrières sont aujourd’hui imaginées à partir de l’utilisation de charges minérales dont la structure a été modifiée par nanotechnologie.

  • 13 Division de FP Innovation, Pointe-Claire, Québec.

27Les nanostructures nouvellement créées copient la nature. C’est le cas de la nanocellulose, dont les propriétés optiques (variation de couleur en fonction de la dimension) et mécaniques (force de résistance supérieure à l’acier) permettent d’imaginer des papiers contenant jusqu’à 80 % de charges minérales avec un squelette fibreux renforcé par des fibrilles de nanocellulose. Bien qu’il soit difficile d’extraire les cristaux de nanocellulose des fibres, Paprican13 a récemment trouvé le moyen d’en produire à faible coût des quantités de l’ordre d’un kilo, ouvrant la voie à la production industrielle de nanofibrilles.

28Le réseau canadien Sentinel, qui a vu le jour en 2005, s’est fixé pour objectif la création de papiers bioactifs qui pourront soit détecter, soit capturer, soit neutraliser, voire deux de ces trois actions simultanément, différents agents pathogènes, microorganismes ou polluants. Dans les régions touchées par des catastrophes naturelles, l’eau polluée pourrait ainsi être filtrée par des équipements à filtre papier et devenir propre à la consommation. Des éprouvettes de papier pourraient détecter les taux de glucose (diabète), voire identifier et capturer des produits ou métaux toxiques (plomb, par exemple), même en très faible quantité. Dans ce domaine, le Canada assume une position de meneur ; les premiers résultats de recherche sont extrêmement encourageants et les premiers « papiers bioactifs » pourraient voir le jour sous peu.

29Par l’impression de transistors sur support papier dont la surface serait modifiée pour pouvoir imprimer des microstructures sans discontinuité, le papier fibres pourra réduire considérablement le coût de production des circuits imprimés et donner l’ubiquité des microcircuits informatiques tant attendue à coût raisonnable : il s’agit ici de créer et de produire des papiers « intelligents ». Ceci permettra en outre la création d’étiquettes à lecture par radiofréquence (radio frequency identification tag [RFID]). Ces étiquettes permettent d’identifier à distance tout produit et de lire toute information pertinente sur celui-ci. Les possibilités semblent infinies, de l’obtention de la facture globale du chariot d’épicerie par passage sous un simple portique à la gestion de tout inventaire de marchandises. Le marché prévisible est relié à la création de dizaine de milliards de telles étiquettes.

30L’impression de circuits imprimés sur papier fibres pourrait aussi être couplée à l’impression de composés organo-photoluminescents et créer ainsi un papier dont la surface deviendrait un véritable écran, le tout en couleurs. Le papier électronique est aujourd’hui sur support polymère, essentiellement en noir et blanc pour un meilleur contraste de lecture ; le papier électronique du futur sera sur support fibreux, en noir et blanc ou en couleurs.

31Dès que ces étapes de faisabilité seront franchies, de nouveaux papiers comme support électronique pourront continuer à être élaborés. Nous avons récemment participé à l’analyse d’un projet de recherche concernant la production de cellules photovoltaïques sur support flexible par méthodes d’impression. Lors de la définition du projet, l’éventualité d’imprimer ces cellules sur support papier fibres a été sérieusement envisagée. Par ailleurs, la première pile papier a d’ores et déjà été créée.

32Sur la base de ces recherches en cours, nous prévoyons que le papier du futur sera intelligent, bioactif au besoin et servira d’interface à plusieurs de nos activités professionnelles, culturelles et sociales. Loin de faire compétition à l’imprimé sur support papier, le papier électronique représente une excellente opportunité de développement pour l’industrie papetière. Si le futur du papier en fibres s’annonce difficile et plein de défis, principalement sur le plan de la recherche, il est aussi extrêmement prometteur. L’industrie des pâtes et papiers, en plus de continuer de produire à grande échelle des produits de consommation, est en passe de devenir une industrie de produits spécifiques à forte valeur ajoutée.

Notes

1 Jean-Sébastien Trudel, « Ellipsos, au Carrefour de la recherche forestière », communication présentée à Québec, le 19 septembre 2007, lors d’une table ronde organisée par Éric Le Ray sur l’avenir du média imprimé pour le CIPP. 

2 Les Affaires, 24-30 novembre 2007.

3 Dans la limite des connaissances scientifiques actuelles, des technologies en développement, voire des technologies imaginables en faisant abstraction de contraintes temporelles ; il ne s’agit pas ici de prédire la production du papier dans 500 ans !

4 Dans un contexte générique, le terme papier est employé pour désigner les papiers et cartons dans leur ensemble, sans la distinction technique reliée au grammage et aux propriétés mécaniques du produit.

5 Mélanie Turgeon, Portrait du parc des machines à papier journal au Québec, mémoire de maîtrise, CIPP/UQTR, 2006.

6 Pöyry Forest Industry Consulting Oy, Report 2007.

7 Le professeur Ove Nilsson a reçu en novembre 2007 le prix Wallenberg pour avoir découvert les mécanismes génétiques de la floraison des arbres qui permettent soit la sélection génétique accélérée, soit la modification génétique.

8 Papier couché : enduit en surface d’une sauce contenant des charges minérales et des adjuvants afin d’améliorer le lissé et la blancheur du papier.

9 Azurant optique ou Optical brightening agent qui donne une teinte bleutée faisant paraître le papier plus blanc.

10 La liaison interne représente la résistance mécanique du papier à diverses contraintes. La force de surface est nécessaire à l’impression d’encres de fort tirant, telles les encres d’impression offset.

11 Source : Heidelberg Drückmaschinen, Allemagne.

12 210 X 297 mm, approximativement similaire au format 8,5 X 11 po.

13 Division de FP Innovation, Pointe-Claire, Québec.

Auteur

Directeur général du Centre intégré en pâtes et papiers de Trois-Rivières, professeur et titulaire de la Chaire industrielle de recherche en impression et communications graphiques à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il est président de PAPIER, l’association des instituts de recherche papetière des universités canadiennes, vice-président du TAPPI Research Management Committee et le seul membre canadien du Chief Technical Officers Committee, Agenda 2020 qui coordonne la recherche américaine des produits forestiers sur l’utilisation des bio et des nanotechnologies.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search