Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Première partie. La dernière évolution de l'imprimerie ?

L’ultime dématérialisation de l’impression avec la iGen3 de Xerox

Hélène Blanchette

Texte intégral

1Le marché des arts graphiques devenant de plus en plus compétitif, les imprimeurs et autres joueurs se doivent d’être à l’affût des nouvelles technologies et tendances. Dans la gamme des presses à feuilles numériques, Xerox innove de façon exemplaire avec l’entrée de sa DocuColor iGen3.

La nouvelle norme en arts graphiques

  • * Cette équipe pédagogique de Grenoble fera une visite à la fin de 2005 à l’École supérieure Estienn (...)

2Une équipe de l’École française de papeterie* et des industries graphiques de Grenoble a réalisé un projet de veille technologique sur la presse numérique Xerox DocuColor iGen3 : sa technologie, ses marchés et ses concurrents. Avec près de 100 machines installées dans le monde en moins de six mois (de juillet à décembre 2003), cette troisième génération des DocuColor vient à point sur un marché en pleine expansion. Présentée pour la première fois lors de la Drupa 2000 à Dusseldorf, l’iGen3 est offerte officiellement depuis le 22 juillet 2003. Des années de recherche ont été nécessaires au Palo Alto Research Center de Xerox, là même où est née l’informatique d’aujourd’hui, pour rendre cette presse exploitable et productive. S’appuyant sur plus de 350 brevets, elle représente la nouvelle plateforme de Xerox pour le démarrage de sa future ligne de presses. Au Québec, plusieurs imprimeurs importants, tels que BL Litho, Le Groupe Laurier et Doculink, ont récemment fait l’acquisition de cette presse et voient déjà des changements. En quelques mois seulement, leur volume d’affaires a plus que doublé, la productivité s’est vue quintuplée et la variété des travaux demandée ne cesse d’augmenter. On parle actuellement de plusieurs centaines de milliers d’impressions nouvelles.

La qualification des marchés

3La sélection des presses se fait selon les tirages demandés :

  • les très petits tirages (1 à 20 exemplaires) représentent une petite part des impressions mais sont en constante augmentation ; a bataille de l’imprimé à l’ère du papier électronique
  • les petits tirages (20 à 500 exemplaires) sont la part dédiée à l’impression numérique ;
  • les tirages moyens (500 à 2 500 exemplaires) : il s’agit de marchés sur lesquels les presses numériques et l’offset, tout juste rentable, sont en concurrence.

4Au-delà, en fonction des tirages, on peut distinguer plusieurs possibilités :

  • l’impression offset ;
  • l’impression rotative ;
  • l’impression numérique pour la gestion des données variables et la personnalisation des documents (publicité nominative, courrier ciblé...).

Le traitement des papiers SmartPress

5La DocuColor iGen3 accepte une large gamme de supports : couché (brillant, mat, terne, soyeux), non couché, texturé, recyclé, perforé, transparent, étiquettes, papiers spéciaux (de création). Durant l’impression, le basculement entre les quatre magasins se fait de manière automatique ; ainsi, des supports mixtes peuvent être utilisés pour un même travail. La presse est également équipée d’un système de compensation papier avec des capteurs mesurant la hauteur de la pile et le chemin du papier, son ajustement étant fait dynamiquement à l’aide de molettes. Le circuit papier est linéaire, ainsi le repérage se fait par rapport au même bord. Les feuilles peuvent sortir déjà assemblées.

6Le marché de l’impression connaît une grande évolution : des tirages de plus en plus courts, des délais toujours plus restreints et une technologie qui doit relever le défi d’une personnalisation toujours plus grande des imprimés. Beaucoup d’observateurs, tel le Graphic Art Intelligence Network, estiment que le marché des moyens tirages de 500 à 2 000 exemplaires ne va cesser de croître au détriment des tirages importants (5 000 à 10 000 exemplaires). L’impression numérique permet de répondre aux nouvelles attentes des clients, mais ce marché récent est sujet à forte concurrence avec l’apparition fréquente de nouveaux modèles.

Notes de fin

* Cette équipe pédagogique de Grenoble fera une visite à la fin de 2005 à l’École supérieure Estienne des Arts et Industries graphiques de Paris pour s’inspirer de la première licence professionnelle en flux numérique fondée en France par Rémy Touguay, alors responsable du département d’impression à l’École Estienne et son chef des travaux Michel Mathieu. L’équipe pédagogique de Grenoble s’inspirera aussi de la première iGen3 installée en France, à l’École Estienne de Paris en décembre 2004 grâce à François Gouverneur, directeur commercial chez Xerox France, plus de neuf mois avant celle de l’École française de papeterie et des industries graphiques de Grenoble.

Auteur

Ancienne imprimeuse, a été directrice du marketing pour l’industrie des arts graphiques chez Xerox Canada pour l’ensemble du Québec avant son détachement en Asie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search