Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Première partie. La dernière évolution de l'imprimerie ?

1. La dématérialisation de la chaîne graphique de l’imprimé au papier électronique

Éric Le Ray

Texte intégral

1Ce chapitre a pour objectif de cerner l’émergence de la dématérialisation dans la chaîne graphique et son évolution à partir de la première application de la photographie à l’imprimerie. Il veut aussi resituer cette dématérialisation par rapport aux trois évolutions de l’imprimerie, de la naissance de la typographie au Moyen Âge jusqu’à l’impression numérique à la demande d’aujourd’hui. Cette présentation du processus de dématérialisation des modes et supports de représentation et de l’évolution de leurs caractéristiques physiques annonce, à notre sens, l’apparition de l’actuelle rupture, celle de la révolution de support associée au papier électronique, un support de l’écriture et de la connaissance sans écriture ni impression.

De l’imprimé au papier électronique : vers une nouvelle révolution de support

  • 1 Alan Marshall, Du plomb à la lumière, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003, p (...)

2L’histoire des techniques graphiques, explique Alan Marshall1, se divise en trois grandes périodes :

  • la première, qui s’étend de l’invention de l’imprimerie typographique par Gutenberg jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, pendant laquelle on employa des techniques manuelles ;

  • la deuxième, placée sous le signe de l’industrialisation, qui s’étend de l’introduction des premières presses mécaniques, de la machine à papier et de la photographie, jusqu’au milieu du XXe siècle ;

  • et la troisième, enfin, qui s’ouvre, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec l’avènement de la photocomposition, qui se poursuit avec l’informatisation et dont les horizons se confondent aujourd’hui avec ceux de la révolution numérique et du papier électronique.

  • 2 Id., Ruptures et continuités dans un changement de système technique. Le remplacement du plomb par (...)

3En fait, cet aboutissement est le résultat du renouveau des industries graphiques qui eut lieu pendant la période 1955-1975. Il a été accompli grâce à trois techniques distinctes, mais complémentaires, nous dit Alan Marshall2 : la photocomposition de deuxième génération avec Higonnet et Moyroud — ils ont été les premiers à réussir la rupture par leur Lumitype avec les techniques héritées de Gutenberg ; l’informatique vers 1962 ; et enfin, l’offset, qui prolonge ce même mouvement de dématérialisation, résultat d’une rationalisation de l’organisation de la production pour ouvrir de nouveaux marchés. J’aimerais cependant rectifier ou compléter son analyse, car si pour Alan Marshall la photocomposition ouvre la troisième révolution de l’imprimerie après la Seconde Guerre mondiale, parce qu’elle entraîne une dématérialisation de la chaîne graphique avec l’électronisation et l’informatisation qui vont avec cette dématérialisation, je considère que cette dernière débute avec la naissance de la photogravure, qui est l’association de la photographie avec la lithographie. Ainsi, je pense que la deuxième période commence avec la naissance de la rotocalcographie (l’offset), et l’arrivée de l’électricité, qui annonce déjà la dématérialisation de la chaîne graphique avant l’apparition de la photocomposition et de la trame. Higonnet et Moyroud n’ont pas été les premiers à réussir la rupture par leur lumitype avec les techniques héritées de Gutenberg. C’est plutôt, à nos yeux, les constructeurs de machines à imprimer, Jules Michaud, le gendre de Marinoni, avec sa presse rotative photozincographique, « La diligente », et Henri Voirin et son fils Jules, en association avec Champenois, Trottier et Missier des forges d’Hennebont en Bretagne, inventeurs du principe de la rotocalcographie, qui sont les premiers à avoir effectué cette rupture dès la fin du XIXe siècle. L’offset ne prolonge pas ce mouvement de dématérialisation, résultat d’une rationalisation de l’organisation de la production pour ouvrir de nouveaux marchés, il est plutôt le précurseur, le déclencheur de ce mouvement qui va aboutir à l’émergence de la photocomposition, qui en devient ainsi le prolongement. C’est avant tout l’adaptation de la presse rotative à la lithographie, associée à la photographie, à la photogravure et au point de trame qui va être déterminante.

4En typographie, la mécanisation de la composition est la conséquence de l’apparition de la presse rotative et non l’inverse. La production de masse crée, en effet, un goulet d’étranglement sur le plan de la composition manuelle, qui ne peut plus suivre le rythme de l’impression de la rotative. La linotype, la monotype, puis la photocomposition seront des solutions à ce problème. C’est l’application des principes de la photographie et de la presse rotative à la lithographie, un procédé d’impression indirect à plat et non plus direct en relief, comme avec la typographie, ou en creux, comme avec l’héliographie, qui annonce la dématérialisation de la chaîne graphique et entraîne la naissance de la photocomposition.

  • 3 Voir à ce sujet La Revue française d’histoire du livre, no 106-109, actes du colloque « Les trois r (...)

5Cette troisième évolution complète la première période, celle de la « Galaxie Gutenberg » (Marshall McLuhan) avec la mécanisation3 de l’écriture qui débute dès le Moyen Âge, et le développement de la rotative au cœur de la modernité et de la révolution industrielle du XIXe siècle qui, selon moi, n’est que la poursuite et le prolongement de cette mécanisation. Elle permettra, par ailleurs, le développement d’une presse d’information de masse dynamique aux dépens d’une presse politique partisane.

  • 4 Jean-Yves Mollier, La lecture et ses publics, à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturell (...)

Incontestablement, il s’agit là d’une révolution plus que d’une évolution, d’une mutation radicale des conditions matérielles qui sous-tendaient la production de l’imprimé.
Silencieuse parce qu’elle n’entraîne pas de changement du personnel politique et qu’elle ne fait pas couler de sang, cette révolution culturelle est probablement l’événement le plus important qu’ait connu l’Europe entre le XVIIIe et le XXe siècle, nonobstant la révolution industrielle qui devait transformer à terme les paysans en citadins.
Sans le changement technique, l’introduction de la vapeur dans la presse puis de l’électricité dans l’ébranlement des rotatives et des grosses linotypes de la fin du XIXe siècle, la naissance de l’édition moderne eut été retardée ou, en tout cas, n’aurait pu produire tous ses fruits. Sans l’alphabétisation de toute la population, cependant, comme le montrent les exemples de l’Italie et de l’Espagne, c’est la naissance des littératures populaires nationales qui prend du retard, de même que la démocratie qui souffre du faible nombre des lecteurs de journaux. Indépendants tout en étant étroitement liés, ces deux phénomènes ont bouleversé l’attitude des populations par rapport au divertissement et fait naître, à la fin du XIXe siècle, une industrie des loisirs appelée à un bel avenir4.

6À la fin du XXe siècle, l’association de la photocomposition et de l’informatique, de l’ordinateur individuel et d’Internet, va aboutir effectivement à la révolution numérique contemporaine, la troisième, où ce qui cause problème, ce sont les procédés d’impression analogique, en particulier l’offset, puisque la typographie a déjà en grande partie disparu, et le support papier. Cette pression technologique sur les procédés d’impression analogique, mais aussi sur le support de cette impression qu’est le papier, dans la chaîne graphique, permet l’apparition de l’impression numérique au début des années 1990 avec les produits de la société américaine Xerox et les produits de la société israélienne Indigo (aujourd’hui HP) en 1993. Aujourd’hui, à peine 15 ans plus tard, l’enjeu industriel est devenu le papier électronique, développé, entre autres sociétés, par la firme anglaise Plastic Logic et la firme française Nemoptic. Cette nouvelle révolution de support n’a pu se faire que grâce à l’invention de l’encre électro nique par la société Xerox dans les années 1970, une invention reprise et élaborée par la société E Ink, du Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1997.

  • 5 Jean-François Gilmont, Le Livre, du manuscrit à l’ère électronique, Liège, Éditions du Céfa, 1993.

7Avec l’impression numérique, il n’y a plus de montage, ni de copie, ni de développement : chaque exemplaire est le bon. Il peut être personnalisé, et c’est donc l’impression à la demande qui explose avec Internet. Dans cette technique numérique, le texte (ou l’image) à reproduire, établi sur support informatique, est multiplié sans être concrétisé sur un film. Il peut donc être diffusé grâce à l’électronique et être imprimé et façonné à la réception partout à travers le monde. Auparavant, on imprimait, puis on diffusait l’imprimé. Aujourd’hui, on diffuse d’abord les données, l’impression étant devenue une option parmi d’autres possibilités de garder une trace ou de recevoir de l’information. On reste cependant dans la civilisation de l’imprimé. Pour chaque exemplaire, l’image est reconstituée et la représentation ou la projection se fait soit par impression laser, ou à jet d’encre, soit par xérographie ou électromagnétisme. En 1993, l’Indigo E-Print 1000, qui utilise de l’encre liquide électrique et un procédé électronique, mais qui reste proche de l’offset dans son principe, est le premier appareil offert sur le marché marquant une rupture avec le principe xérographique de la société Xerox. Dans les deux cas, il y a de moins en moins de contact physique entre une forme encrée et le support papier5, car la forme ainsi que le support papier disparaissent au profit de l’écran électronique ou du papier électronique.

L’écriture, le graphé, la trace, sans Gutenberg

8Depuis le début des années 2000, la société Xerox propose sa iGn3 qui utilise un procédé électrostatique. Il se fonde sur la projection d’une poudre d’encre chargée électriquement sur un support, également chargé électriquement, afin d’y reproduire une image ou des données. La poudre est ensuite fixée par cuisson. C’est un principe dérivé de la xérographie, dont la mise au point date de 1946, mais, dans ce dernier cas, il n’y a plus de cylindre de transfert. La machine E-Print 1000 comporte un cylindre blanchet (le digital offset colour de Beeny Landa), reporte une image sur un support, qui lui-même, contrairement à ce qui se passe en xérographie, peut être sur n’importe quelle sorte de papier. En fait, la seule chose en commun avec la xérographie est le tambour ; tout le reste est basé sur le procédé offset. L’histoire devrait retenir que ces deux technologies, celle de la « galaxie Landa » et celle de la « galaxie Xerox », ont annoncé, dans le contexte d’une transition postindustrielle de l’imprimé vers l’écran et le papier électronique, la fin du contact entre le procédé d’impression et son support, voire la fin de l’impression et de l’imprimerie tout simplement.

  • 6 Guy Millière, « l’information dans l’ère post-industrielle », Médias et information, no 2, 1994, p. (...)

Le fonctionnement industriel repose sur la production de marchandises matérielles et implique une utilisation importante de main-d’œuvre dans le secteur produisant ces marchandises matérielles. Le fonctionnement post-industriel repose sur une production immatérielle (vente de brevets, de services, de savoir-faire) et implique un glissement graduel de la population active vers le secteur correspondant à cette production immatérielle […]. La logique économique du fonctionnement post-industriel […] a pour matériau essentiel et presque unique l’innovation, la création et la connaissance ; les sociétés post-industrielles sont dans une situation de dépendance matricielle par rapport à l’efficacité des institutions d’enseignement et à la performance des moyens d’information6.

  • 7 Alan Marshall, Du plomb à la lumière, op. cit., p. 21.
  • 8 « L’ABCdaire de tous les savoirs du monde », exposition organisée par la Bibliothèque Nationale de (...)

9En fait, nous sortons tout juste de la galaxie Gutenberg et de la société du XIXe siècle avec son modèle type « rotative Marinoni », qui a ouvert la voie, nous l’avons vu, à la dématérialisation des moyens de production, en particulier avec l’invention de la rotocalcographie (offset), mais aussi à l’apparition des médias de masse hiérarchisés. C’est à cette période que vont être aussi jetées les bases d’un rapprochement entre deux domaines de production et de reproduction des documents jusqu’alors distincts : le bureau et l’imprimerie7. Ce rapprochement va aboutir à la naissance de la reprographie au moment de son informatisation, d’où va émerger l’impression numérique. Ce changement, qui se prolonge aujourd’hui à travers la révolution numérique du « tout-en-un », en associant le prépresse avec la presse et la finition, annonce l’apparition d’une nouvelle société avec des rapports plus individuels au monde et aux gens. Il exprime aussi une nouvelle rupture et une nouvelle accélération économique et politique fondée sur une société postindustrielle. Cela se traduit par l’apparition de réseaux de communications électroniques créés par Internet en association avec le papier électronique et la technologie Wi-Fi, qui devient l’interface centrale pour l’usager dans tous les domaines où l’imprimé et l’écran d’ordinateur dominaient. La priorité pour ces médias de masse individuels aujourd’hui est d’offrir la portabilité, la mobilité et les capacités de lecture propres à l’imprimé, mais sous forme électronique. Après la rupture de l’ère de l’écriture mécanique avec la presse dite de Gutenberg en opposition à l’écriture manuelle, se produit une deuxième rupture avec la mécanisation et l’apparition de la rotative de type Marinoni propre aux médias de masse. Cette rupture se prolonge avec l’offset associé à l’électricité et à la photocomposition d’Higonnet et de Moyroud, les pères fondateurs des industries graphiques modernes pour Alan Marshall. La troisième rupture se fonde sur la révolution numérique contemporaine et annonce une quatrième révolution de support sur une grande échelle. Cette évolution, ou cette révolution, montre que ce passage du monde de l’imprimé numérique et de l’impression à la demande vers l’écran électronique, sans Gutenberg, est la réponse technique à un changement de mentalité et de société, car comme le disait Michel Serre : « à chaque changement de société correspond un changement de support8 ».

Entre l’écran plat et le papier imprimé

  • 9 Jérôme Bouteiller, interview, « Jacques Angelé, l’essor du papier électronique est inéluctable », <www.neteco.com>,</www> (...)

10Ce que l’on cherche à obtenir du papier électronique, nous explique Jacques Angelé9, directeur des programmes technologiques chez Nemoptic, fondée en 1998, c’est qu’il conserve l’information indéfiniment sans nécessiter d’alimentation électrique comme pour le papier classique. La société E-Ink est la plus connue, car depuis les premiers essais de Nick Sheridon avec l’encre électronique, qui a inventé en 1974 pour Xerox le premier papier électronique réutilisable, le Gyricon, et ceux d’Alan Kay, précurseur des dispositifs avec son projet Dynabook, plusieurs papiers électroniques sont apparus. Il existe en fait deux familles technologiques de cette mécanique virtuelle. La première famille associée à la société E-Ink est celle des technologies à particules (dites électrophorétiques) utilisées par Bridgestone (Japon), SiPix (Taïwan), Plastic Logic (Royaume-Uni), le lecteur de Sony et d’iRex avec le journal Les Échos et Orange et le lecteur d’Amazon. L’autre est fondée sur les cristaux liquides et est utilisée par Nemoptic (France) et Kent Displays (États-Unis). Elle provient en grande partie des travaux de Pierre-Gilles de Gênes avec le Groupe d’Orsay, des chercheurs de l’Université d’Orsay et du CNRS qui ont établi l’essentiel de la physique des cristaux liquides. Les chercheurs ont déposé les brevets à l’origine de la technologie BiNem, et donc de la création de Nemoptic. Celle-ci est la seule société française à élaborer son propre lecteur interactif, muni d’un écran e-paper Nemoptic pour la lecture de journaux ou de livres nommé SYLEN.

11Contrairement à E-Ink qui, nous explique Jacques Angelé, doit encapsuler le matériau électrophorétique pour conserver une bonne résolution, au prix d’ailleurs d’une certaine baisse de contraste, Nemoptic utilise une couche uniforme de cristal liquide « bistable » déposé entre deux substrats. L’originalité de cette technologie, c’est qu’elle dispose d’un effet mémoire ; pour obtenir cette propriété, Nemoptic a développé des cristaux liquides et des matériaux d’alignement bistables spécifiques. Le cristal liquide peut prendre deux textures (uniforme ou bien tordue), que l’on fait commuter à volonté pour afficher du noir ou du blanc. L’affichage persiste quand on coupe l’alimentation : c’est le principe de base du papier électronique.

  • 10 « Flexible Display Market to Expand by Factor of 35 from 2007 to 2013 », <http://www.isuppli.com/news>, 9 juin 2008.
  • 11 David DeJean, « The future of e-paper: The Kindle is only the beginning », ibid.

12Chaque technologie a ses avantages et ses inconvénients, en particulier en ce qui a trait aux processus industriels. Les enjeux sont considérables, car d’après une étude d’iSuppli10 parue le 9 juin 2008, Kindle est seulement le commencement11, et le commerce des écrans flexibles va exploser d’ici 2013. Les analystes avancent que le « Global Flexible Display Revenue Forecast » passera de 80 000 000 $US, en 2007 à 2 800 000 000 $US en 2013.

  • 12 Fernand Baudin, « L’effet Johnston », dans Elly Cockx-Indestege, F. Hendrickx et C. Coppens, E Codi (...)
  • 13 Henri-Jean Martin, « Préface », dans Alan Marshall, Du plomb à la lumière, op. cit.

13Peu après la Deuxième Guerre mondiale, explique Fernand Baudin12, Louis Moyrond et René Higonnet (1902-1983) ont introduit dans l’écriture mécanisée un bouleversement comparable à celui que Gutenberg avait provoqué vers 1440 en remplaçant l’encre et la plume par l’encre et le plomb : ils ont remplacé la plume et le plomb par la lumière, un système fondé sur le mariage de la photographie ultrarapide et du calcul binaire. Cette véritable révolution a amorcé dans l’histoire de l’écriture mécanisée un processus que les physiciens nucléaires connaissent depuis 1938 sous le nom de dématérialisation. Pour Henri-Jean Martin13, cette invention marque le passage de la mécanique à l’électronique dans le domaine typo graphique, mais selon moi, les racines de cette dématérialisation sont plongées dans le XIXe siècle, comme je viens de le démontrer. Maximilien Vox, visionnaire et fondateur des Rencontres internationales du Lure en 1952 et du magazine Caractère en France, avait alors annoncé la « mort de Gutenberg ». Nick Sheridon et Alan Kay, tous deux ingénieurs au centre de recherche de Xerox à Palo Alto vers 1970, et Pierre-Gilles de Gênes, avec le Groupe d’Orsay de 1990 à 1995, vont peut-être lui donner enfin raison en donnant à la lumière un nouveau support. Je me propose de reconstituer, dans mes recherches à venir, les étapes de cette invention majeure de la fin du XXe siècle, étroitement liée à des facteurs organisationnels et aux pratiques culturelles de nos sociétés, tout en identifiant l’impact de ces facteurs et de ses pratiques sur les différentes applications possibles de ce nouveau support de l’écriture.

Notes

1 Alan Marshall, Du plomb à la lumière, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003, p. 19.

2 Id., Ruptures et continuités dans un changement de système technique. Le remplacement du plomb par la lumière dans la composition typographique, thèse de 3e cycle, Université de Rennes, mars 1992.

3 Voir à ce sujet La Revue française d’histoire du livre, no 106-109, actes du colloque « Les trois révolutions de l’imprimerie », qui s’est tenu à Lyon en novembre 1998, Genève, Droz, 2000.

4 Jean-Yves Mollier, La lecture et ses publics, à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001, p. 173.

5 Jean-François Gilmont, Le Livre, du manuscrit à l’ère électronique, Liège, Éditions du Céfa, 1993.

6 Guy Millière, « l’information dans l’ère post-industrielle », Médias et information, no 2, 1994, p. 75-80.

7 Alan Marshall, Du plomb à la lumière, op. cit., p. 21.

8 « L’ABCdaire de tous les savoirs du monde », exposition organisée par la Bibliothèque Nationale de France, du 20 décembre 1996 au 6 avril 1997.

9 Jérôme Bouteiller, interview, « Jacques Angelé, l’essor du papier électronique est inéluctable », <www.neteco.com>,19janvier2007.

10 « Flexible Display Market to Expand by Factor of 35 from 2007 to 2013 », <http://www.isuppli.com/news>, 9 juin 2008.

11 David DeJean, « The future of e-paper: The Kindle is only the beginning », ibid.

12 Fernand Baudin, « L’effet Johnston », dans Elly Cockx-Indestege, F. Hendrickx et C. Coppens, E Codicibus Impressisque : Opstellen Over Het Bœk In de Lage Landen Voor, Louvain, Peeters, 2004, p. 601-630.

13 Henri-Jean Martin, « Préface », dans Alan Marshall, Du plomb à la lumière, op. cit.

Auteur

Détenteur d’un doctorat soutenu à l’École Estienne de l’École pratique des hautes études (France) et dont le sujet portait sur Hippolyte Auguste Marinoni (1823-1904). Grâce à une bourse postdoctorale de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition (Université de Sherbrooke), il organise un colloque sur « La bataille de l’imprimé à l’ère du numérique » en septembre 2006. Dans le cadre d’un second postdoctorat à la Chaire de recherche industrielle Quebecor sur l’impression et les communications graphiques du Centre intégré en pâtes et papiers à l’Université du Québec à Trois-Rivières, il oriente ses recherches vers un nouveau support révolutionnaire : le papier électronique ou papiel (e-paper en anglais) d’où est issu le présent livre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search