Version classiqueVersion mobile

La bataille de l'imprimé

 | 
Éric Le Ray
, 
Jean-Paul Lafrance

Présentation. L’imprimé dans la tourmente de l’ère électronique

Jean-Paul Lafrance

Texte intégral

1Dans un article du Devoir (lundi 17 décembre 2007), Paul Cauchon, chroniqueur, posait la question suivante : « Les journaux seraient-ils passés de mode ? » Bernard Descôteaux pose la même question en quatrième partie de ce livre. De plus en plus de journalistes professionnels se lancent sur Internet, remarquait la semaine dernière Le Monde. Et c’est un mouvement qui gagne plusieurs pays. Ainsi, en Espagne, plusieurs rédacteurs ont quitté le quotidien El Mundo pour créer un nouveau site d’information, <soitu.es>. Aux États-Unis, deux journalistes du Washington Post ont créé <politico.com>, un site entièrement consacré à la politique américaine. Toujours selon Cauchon, en France, on a déjà parlé de Rue89, créé par des anciens de Libération, ou encore de Mediapart, le nouveau journal Internet dirigé par Edwy Plenel, l’ancien directeur de la rédaction du Monde, qui prévoyait embaucher de 25 à 30 journalistes dès 2008. On pourrait multiplier les exemples dans tous les pays. Dans tous les textes de ce livre, la grande obsession, c’est le numérique et Internet qui peuvent tout avaler ; la presse et le livre étant bientôt les deux seuls médias analogiques non connectés.

2Le mariage quotidiens-Internet n’est pas à vrai dire un phénomène nouveau ; il existe depuis 10-15 ans, sans qu’il soit à proprement parler concluant. Certains ont pensé offrir une version informatique sur Internet pour pallier la baisse de leur tirage papier ; celle-ci peut être payante, en totalité ou en partie. Elle est là pour attirer le lecteur et tenter de le fidéliser à la version papier, la seule réellement rentable. L’industrie de la presse a à lutter contre la culture du gratuit, si forte sur Internet. Il faut cependant se rappeler que, 30 ans (depuis les années 1970) plus tôt, la télévision a eu à mener un réel combat pour imposer la télévision spécialisée (ou thématique) payante par câble ou par satellite.

  • 1 Voir Jean-Paul Lafrance, « Les télénautes, les pratiques mixtes des jeunes en télévision et sur In (...)

3Ce qui est le plus significatif cependant, c’est l’habitude qu’ont prise les jeunes de lire directement à l’écran, ce qui était impensable avant l’arrivée d’Internet. Les nouvelles technologies bouleversent les habitudes séculaires de la lecture et de l’écriture. En télévision par exemple, les jeunes sont devenus télénautes1, c’est-à-dire qu’ils peuvent écouter la télévision et jouer à un jeu vidéo ou clavarder en même temps ; comme leur écran d’ordinateur, ils savent, pourrait-on dire, faire du multifenêtrage… Leurs yeux sont capables de capter des informations de plusieurs sources simultanément ; le multimédia a permis de sortir de la lecture linéaire du livre pour entrer dans l’ère multidimensionnelle de l’encyclopédie images, textes et sons du CD ou du DVD. Autre phénomène, alors que certains prétendent que nous sommes au temps du tout à l’image, les jeunes n’ont jamais tant écrit, car ils chattent, clavardent et courriellent à qui mieux mieux. Mais leur écriture ne respecte pas toujours les normes de l’Académie ; la distinction entre l’oral et l’écrit s’amenuise. L’écriture atteint la vitesse de la parole, elle devient onomatopée, abréviation ou signe conventionnel, elle transporte avec elle une partie du non-verbal ; l’orthographe et la grammaire en souffrent ou se métamorphosent. La question principale, c’est de se demander comment la presse, le plus ancien des médias modernes, va pouvoir continuer d’exister dans cet environnement multimédia et multiplateforme (ordinateur, télévision, téléphone mobile, média écrit…), quand les modes de perception, d’information et de mémoire changent chez les utilisateurs. Quelle sera désormais la place du quotidien, de l’hebdomadaire et de la revue ?

4Il est difficile de la prévoir, car le changement est le plus souvent multidimensionnel : changement dans les habitudes de perception de la réa lité ; dans les sources d’information et dans les façons de s’informer ; dans les supports ; dans les modes de financement des entreprises média tiques, etc. Voilà pourquoi les scénarios du futur se réalisent si peu souvent. Par exemple, dans les années 1950, quand on dessinait la voiture ou l’avion de demain, on imaginait une automobile qui volait presque et un avion-fusée ; or, ce qui a été déterminant, ce n’est pas l’évolution technologique, c’est la crise du pétrole et la menace pour l’environnement. Le Concorde était une merveilleuse réalisation technique, mais son caractère énergivore en a fait un éléphant blanc. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. D’où notre prudence à prédire la place de la presse dans le futur. Comme on le dit souvent, l’arrivée de nouveaux médias ne chasse pas les anciens ; cependant, il faut être conscient que le temps libre des individus n’augmente pas et que les audiences se fragmentent ! Il y a donc de moins en moins de place pour la pléthore de médias qui occupent l’espace public.

  • 2 À titre d’exemple, il s’agit de relire les romans policiers d’Arsène Leblanc, d’Agatha Christie ou (...)

5Il faut signaler la tendance des gens à communiquer leurs propres messages. En information existe le phénomène du journalisme citoyen : quand un événement tragique se produit (catastrophe climatique, terrorisme, accident…), les médias officiels n’arrivent pas à rendre compte de l’instantanéité de l’information ; des centaines de milliers de téléphones mobiles et des dizaines de sites Internet peuvent renvoyer des images, des sons et des commentaires vers les autorités officielles et les médias officiels, au point de créer un brouillage informationnel. Lors de la tuerie de l’Université Virginia Tech, aux États-Unis, ce sont les réseaux conviviaux du type Facebook qui ont été les plus rapides à informer la collectivité universitaire de ce qui se passait sur le campus. Il existe des millions de blogueurs qui créent leur propre journal où sont présentés pêle-mêle les informations qu’ils possèdent, leurs commentaires ou leurs impressions personnelles sur la réalité, sur leur réalité. Nous vivons à une époque où l’autoproduction prend de plus en plus sa place dans l’univers médiatique ; des canaux de communication (appelés réseaux conviviaux du Web 2.0) comme YouTube, Facebook, MySpace ou DailyMotion entrent en interaction avec les organes de diffusion ; on le voit en télévision, qui doit devenir interactive pour continuer d’exister. On va nous dire que les journaux publient depuis longtemps le courrier du lecteur et que de plus en plus de journalistes ont leur propre blogue ; il reste que la presse quotidienne est un média de masse à réaction lente. Autrefois, les grands journaux publiaient de multiples éditions qui suivaient pas à pas l’évolution de la situation quotidienne2. Il y a 20 ans, Nicholas Negroponte du MIT pré voyait la venue du journal personnalisé, My Newspaper.

  • 3 Certains collègues vont trouver mes prévisions un peu timides (voir la deuxième partie sur la révo (...)

6Autre évolution possible : la transformation matérielle du support papier. Certains prétendent que la diffusion du journal se fera bientôt sur papier électronique, ce qui permettrait à l’information de se renouveler d’heure en heure, de minute en minute, grâce au téléphone portable, aux réseaux Wi-Fi ou WiMAX. Évidemment, ce n’est pas impensable3, puis que ce qui caractérise la presse, c’est moins la feuille de papier sur laquelle est imprimée la nouvelle que l’information elle-même. Quel gain pour l’environnement, combien d’arbres épargnés ! et un cauchemar de moins pour les propriétaires de journaux pour qui les fluctuations du prix de la fibre constituent une hantise permanente. Notons que le secteur de l’imprimerie est en pleine crise (voir entre autres les problèmes financiers de Quebecor World, premier imprimeur mondial), ce qui appelle une profonde restructuration. Mais ce que l’on sait, et Éric Le Ray l’a montré dans son texte en première partie, l’imprimerie a beaucoup changé depuis Gutenberg, elle s’est dématérialisée. Car un autre avantage du papier électro nique est de véhiculer l’information sous sa forme numérique et de pouvoir ainsi être amalgamé avec tous les autres médias électroniques. Ainsi, moins de coûts de transport ou de distribution ! Est-ce de l’utopie délirante pour tous ces habitués du papier journal qui salit les mains, mais sert aussi à allumer le foyer ?

7L’autre fait marquant, c’est la tendance chez les jeunes à considérer l’information comme une donnée gratuite, depuis la pratique de la télécopie et du téléchargement de textes, de musique et de films. La presse s’est phagocytée elle-même en présentant un contenu faible et banal dans les journaux gratuits ; elle vend de la copie à des annonceurs locaux et elle se donne à la sortie des métros et des magasins. Mais soyons clairs, ce qui distingue la presse de la plupart des médias de communication, c’est sa capa cité à générer de l’information, non le fait qu’elle la publie sur papier ; en cela, elle est irremplaçable. De plus en plus, la radio et la télévision font des revues de presse qui constituent souvent le gros de l’information qu’elles diffusent. La presse écrite est encore le poids lourd de l’information et sa force réside dans le groupe de journalistes qui font des enquêtes, commentent l’actualité et rapportent l’information quotidienne. Ceux-ci ont du temps devant eux pour interpréter la nouvelle, la contextualiser et en dégager la signification humaine. Si la presse venait à perdre cette grande qualité qui la rend indispensable, elle pourrait disparaître, car l’information factuelle peut très bien être distribuée plus rapidement et plus adéquatement par d’autres médias.

8La presse est dans une position financière fragile, disons-le (voir l’article de Jean-Paul Gagné en quatrième partie). Paul Cauchon le rappelle :

Les modèles d’affaires gagnants restent à inventer. Les usagers, les jeunes en particulier, recherchent la gratuité. La publicité migre bien en partie vers les nouveaux médias, mais les prévisions quant à l’importance réelle des transferts sont hasardeuses. La fragmentation qui frappe les anciens médias est aussi le lot des nouveaux. Les audiences des sites sont souvent minuscules.

  • 4 Un bon exemple de ce phénomène est le financement des téléréalités, qui permet de répercuter le co (...)

9Rien ne sert de tenter d’interdire la publication gratuite des textes des journalistes, il y a toujours des voies d’évitement. L’industrie de la musique en a fait l’expérience : sa stratégie de poursuive les individus qui téléchargent des disques grâce à des logiciels poste-à-poste (P2P) est plutôt un échec. À notre avis, il n’existe que deux modèles rentables. Tout d’abord, la convergence permet à un même groupe de médias de conserver toutes les retombées de l’information qui se décline sur plusieurs supports (presse, revues, radio, télévision, sites Internet, produits dérivés, etc.4) ; ceci a toute fois l’inconvénient de concentrer l’information entre les mains de quelques industriels et au bout du compte de raréfier cette même information. Ensuite, il faudrait faire payer tous les acteurs dans la chaîne de production-distribution, notamment les distributeurs. Prenons comme exemple le cas d’Internet : les fournisseurs de services (FAI) ne paient pas pour l’ensemble des contenus qu’ils véhiculent. De leur côté, les câblodistributeurs paient pour la distribution des signaux des chaînes spécialisées, mais pas pour les télévisions généralistes (du moins selon les dernières décisions du CRTC). Tout le monde profite de la presse : les radios, les télévisions et les firmes de relations publiques, les revues de presse étant de plus en plus utilisées.

10Voilà les difficultés auxquelles doivent faire face la presse moderne, mais aussi l’édition, et plus largement l’imprimé, qui cherchent à survivre dans le nouvel environnement médiatique où de nombreux médias prennent leur place. La presse avait déjà connu une transformation majeure (sinon une révolution) à la fin du XIXe siècle, passant d’une presse d’opinion, en général très politisée et destinée à l’élite, à une presse populaire, capable de produire en quelques heures à des centaines de milliers d’exemplaires un journal à 5, 10 ou 25 cents, grâce à l’invention de la presse rotative et plus tard de l’offset, les premiers balbutiements de la presse électronique. Un journal qui ne fait que rapporter quotidienne ment l’information brute a peu de chances de résister à la concurrence d’autres médias hyper rapides, mobiles et interactifs. En revanche, et on renvoie ici le lecteur à la quatrième partie de ce livre qui porte sur la presse écrite, une presse d’information qui analyse, commente et interprète les événements est indispensable dans notre monde qui vit au jour le jour, sans rendre compte de l’épaisseur de la réalité et d’un nécessaire recul à prendre par rapport à cette réalité.

  • 5 La compagnie Hachette fabrique un petit dictionnaire orthographique qui a toute l’apparence d’un l (...)

11Et le livre sera-t-il entraîné dans la tourmente électronique ? Le succès de la Grande Bibliothèque (voir le texte de Jean-Paul Baillargeon) témoigne de la vitalité de la lecture sur les supports inventés par Gutenberg, il y a plus de 500 ans. En fait, qu’est-ce que cela change pour la démocratisation de la lecture et de la culture que les bibliothèques soient virtuelles et les livres électroniques ? On édite maintenant des dictionnaires ou des guides électroniques qui tiennent dans la main. Curieux phénomène d’hybridation : cela a la forme d’un livre, mais on n’en tourne pas les pages ; on écrit avec un stylet comme au temps des tablettes cunéiformes5 ou on lit sur écran comme on lisait sur un parchemin sous forme de volumen

Notes

1 Voir Jean-Paul Lafrance, « Les télénautes, les pratiques mixtes des jeunes en télévision et sur Internet », Réseaux, 2005.

2 À titre d’exemple, il s’agit de relire les romans policiers d’Arsène Leblanc, d’Agatha Christie ou de Léo Malet pour voir l’importance des journaux populaires dans la diffusion de l’information locale, la recherche des personnes, l’annonce de messages personnels, etc.

3 Certains collègues vont trouver mes prévisions un peu timides (voir la deuxième partie sur la révolution du papier électronique). L’électronisation de la presse écrite sera-t-elle totale ou partielle ? sera-t-elle pour demain ou après-demain ?

4 Un bon exemple de ce phénomène est le financement des téléréalités, qui permet de répercuter le contenu principal créé par la télévision dans les revues, les journaux, les radios, les sites d’information, les téléphones mobiles du même groupe médiatique. Un tel phénomène est intéressant sur le plan économique, mais en ce qui concerne la qualité et la diversité de l’information, c’est plutôt la catastrophe.

5 La compagnie Hachette fabrique un petit dictionnaire orthographique qui a toute l’apparence d’un livre de poche, mais qui est métallique.

Auteur

Ancien titulaire de la Chaire UNESCO-Bell en communication et développement international, a été professeur fondateur associé au Département de communication puis de communication sociale et publique de l’UQAM depuis les origines de cette université.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search