Version classiqueVersion mobile

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Les collaborateurs

Texte intégral

1Alain Beaulieu est professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal depuis 1999. Spécialiste de l’histoire des Premières Nations, il s’intéresse particulièrement à l’histoire des alliances franco et anglo-amérindiennes, de même qu’au processus par lequel les Autochtones de l’est et du centre du Canada ont été progressivement dépossédés de leurs terres et placés sous la tutelle de l’État canadien. L’étude de ce processus est d’ailleurs au cœur des travaux menés depuis 2004 dans le cadre de la Chaire de recherche du Canada sur la question territoriale autochtone, dont il est le titulaire. Il a publié plusieurs livres, incluant Guerre et paix en Nouvelle-France (2003) ; Amérique française : l’aventure (avec Yves Bergeron, 2002) ; et La Grande Paix : chronique d’une saga diplomatique (avec Roland Viau, 2001).

2John A. Dickinson enseigne l’histoire du Canada préindustriel (des origines à 1850) au Département d’histoire de l’Université de Montréal depuis 1980, et occupe la Chaire d’études canadiennes à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle. Ses recherches portent principalement sur justice et société, les rapports entre Premières Nations et colonisateurs et l’histoire rurale comparée Normandie-Québec. Outre une centaine de chapitres de livres et d’articles dans des revues scientifiques et des encyclopédies, il a publié plusieurs livres, dont Justice et justiciables : la procédure civile à la Prévôté de Québec, 1667-1759 (1982) ; et A Short History of Quebec (avec Brian Young, 1988, remanié et réédité en 1993, 2003 et 2008).

3Yves Frenette est professeur titulaire au Département d’histoire de la Faculté des arts (2006) et directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (2007) à l’Université d’Ottawa. Il a enseigné pendant 18 ans l’histoire nord-américaine à l’Université York et au Collège Glendon. Spécialiste de la francophonie nord-américaine, ses recherches actuelles portent sur la lettre dans les diasporas francophones, les lieux de mémoire de la Nouvelle-France en contexte minoritaire et l’Ontario français du Centre et du Sud-Ouest. Il a fait paraître plus de 60 chapitres et articles scientifiques et deux livres : Histoire de la Gaspésie (1981, 2e édition 1999) et Brève histoire des Canadiens français (1998). Il a aussi réalisé le site Web Francophonies canadiennes : identités culturelles, qui a reçu plusieurs prix.

4Fernand Harvey est professeur au Centre urbanisation, culture et société de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), à Québec, depuis 1993, et chercheur rattaché à la Chaire Fernand-Dumont sur la culture de cette institution. Ses champs d’intérêt, d’enseignement et de recherche actuels portent sur le rôle des institutions culturelles publiques en matière de transmission de la culture, les acteurs culturels dans la production et la diffusion culturelle en milieu urbain et régional, et les enjeux de la diversité culturelle dans un contexte de mondialisation. Ses publications récentes comprennent : Les relations entre le Québec et l’Acadie, 1880-2000 : De la tradition à la modernité (avec Gérard Beaulieu, 2000) ; Bibliographie générale de Fernand Dumont : œuvres, études et réception (avec Hugo Séguin-Noël et Marie-Josée Verreault, 2007) et Histoire de Québec et de sa région (avec Marc Vallières et al., 2008).

5Serge Joyal, ancien député et ministre fédéral, est sénateur au Parlement du Canada depuis 1997. À la suite de ses études avancées en droit public, il a toujours conservé un intérêt particulier pour le droit constitutionnel et la protection des droits et libertés de la personne. Tout au long de sa carrière, il a maintenu un engagement continu pour la protection du patrimoine, le développement des musées, et la collection d’œuvres d’art et artefacts historiques canadiens. Il a fait don de plusieurs d’entre eux à de grands musées. Il a publié plusieurs articles reliés à ces domaines et participé à la réalisation de nombreuses expositions qui leur étaient consacrées. Il est également membre du jury international du Prix Cundill en histoire. De plus, il a édité, entre autres, l’ouvrage Protéger la démocratie canadienne. Le Sénat en vérité (2003).

6Françoise Le Jeune est professeure de civilisations britannique et nord-américaine (XVIIIe et XIXe siècles). Elle enseigne l’histoire de l’Empire et l’histoire du Canada à l’Université de Nantes, où elle est vice-présidente de l’Université pour les relations internationales, et également directrice du Centre d’études sur le Canada. Angliciste, elle est spécialiste de l’Empire britannique et travaille sur le développement de l’Empire en Amérique du Nord aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle s’intéresse particulièrement aux théories sur la colonisation, ainsi qu’à la circulation des idées et des informations dans une dimension transatlantique, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Quant à l’histoire du Canada français, son travail a porté sur l’impact des rébellions de 1837-1838 sur la redéfinition des politiques impériales britanniques. Elle est éditrice de la collection « Canadensis », dont les ouvrages portent sur les recherches européennes et nord-américaines en études canadiennes (3 volumes publiés à ce jour.)

7Paul-André Linteau est professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et est spécialiste de l’histoire du Québec aux XIXe et XXe siècles, de l’histoire de Montréal et de l’histoire de l’immigration. Actif sur la scène internationale dans le champ des études canadiennes, il a publié des articles dans plusieurs pays. Ses ouvrages incluent Histoire du Québec contemporain, vol. 1 : De la Confédération à la crise (1867-1929) et vol. 2 : Le Québec depuis 1930 (avec René Durocher, Jean-Claude Robert et Français Ricard, 1979, 1983, 1989) ; Le retard du Québec et l’infériorité économique des Canadiens français (avec René Durocher, 1971) ; Histoire de Montréal depuis la Confédération (1992, 2000) et Histoire du Canada (1994, 1997, 2007).

8Guy Martinière est historien et doyen honoraire de la Faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines de l’Université de La Rochelle. Il est spécialiste des relations culturelles et scientifiques entre le Brésil, le monde lusophone et la France. Il a publié Le Nouveau Monde et Champlain (2008, en collaboration avec Didier Poton) et D’un rivage à l’autre : villes et protestantisme dans l’aire atlantique, XVIe-XVIIe siècles, actes du colloque organisé à La Rochelle, 13-14 novembre 1998 (avec Didier Poton et François Souty de l’Université de La Rochelle, 2002) ; Aspects de la coopération franco-brésilienne : transplantation culturelle et stratégie de la modernité (1982) ; et France-Brésil, vingt ans de coopération (1989).

9Max Nemni est professeur retraité de philosophie politique de l’Université Laval, où il a été vice-doyen de la Faculté de sciences sociales. Il a été professeur invité dans diverses universités canadiennes et a participé à des groupes d’études au Canada et sur la scène internationale. Il a publié de nombreux articles dans des revues scientifiques. Pendant cinq ans, il a été codirecteur, avec sa femme Monique, de la revue Cité libre. En 2006, ils ont publié ensemble Trudeau : fils du Québec, père du Canada, tome 1 : Les années de jeunesse : 1919-1944. Dans sa version anglaise, traduite par William Johnson, cet ouvrage a gagné le prix du meilleur livre politique de 2006 attribué par The Writers’ Trust of Canada.

10Jacques Palard est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France, et spécialiste de la transformation du système politico-administratif, de l’analyse organisationnelle du catholicisme et du système sociopolitique du Canada et du Québec. Il est également président de la Commission Homme et Société du Comité consultatif régional de la recherche et du développement technologique de la Région Aquitaine. Ses travaux scientifiques récents incluent Jeunes et projets de société. La conscience de génération en France et au Québec (avec Simon Langlois, 2008) ; Régimes territoriaux et développement local (avec Xabier Itçaina et Sébastien Ségas, 2007) ; Vieillissement, santé et société : défis et perspectives (avec Jean Vézina, 2007) ; et Diversités et identités au Québec et dans les régions d’Europe (avec Bernard Gagnon et Alain Gagnon, 2006).

11Didier Poton est professeur d’histoire moderne et il enseigne l’histoire du protestantisme à l’Université de La Rochelle (UFR lettres, langues, arts et sciences humaines). Il est spécialiste de l’histoire des Églises réformées à l’époque moderne. Outre de nombreuses contributions, incluant Le Nouveau Monde et Champlain (avec Guy Martinière, 2008) et Les protestants de l’Ouest (avec Jean-Yves Carluer, 2007), il a publié deux ouvrages : La vie religieuse en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (1994) et Les protestants français du XVIe siècle (1996).

12Yannick Gasquy-Resch est professeure à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et chargée de cours à Paris IV-Sorbonne. Elle est présidente de l’Association internationale d’études québécoises et vice-présidente de l’Association des amis de Gaston Miron. Spécialiste de littérature française et québécoise, elle a dirigé et publié, entre autres, Gaston Miron, le forcené magnifique (2003) ; Écrivains francophones du XXe siècle (2000) ; et Littérature du Québec (1994). Elle est aussi coéditrice des œuvres de Colette à la Pléiade.

13François Souty enseigne les études de la loi et de la concurrence comparative à l’Université de La Rochelle (UFR langues, lettres, arts et sciences humaines), où il a créé, en 1999, un programme postuniversitaire sur le commerce international avec l’Asie. Depuis 2007, il est conseiller principal à la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de la France. Il a publié une série de livres sur la politique de la concurrence aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni de 1995 à 1996, ainsi que plusieurs ouvrages, tels que Le droit de la concurrence de l’Union européenne (1997) et Les collectivités locales et le droit de la concurrence : efficacité économique, réglementation et services publics locaux (2003).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search