Version classiqueVersion mobile

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 10. Les relations France-Canada-Québec depuis 1960 : intérêts complémentaires et défis contemporains

Jacques Palard

Texte intégral

  • 1 J’adresse mes remerciements à Fernand Harvey pour ses informations documentaires ainsi qu’à Serge J (...)
  • 2 Sylvie Guillaume et Pierre Guillaume, Paris, Québec, Ottawa : un ménage à trois, Paris, Entente, 19 (...)

1Le « triangle » que forment le Canada, le Québec et la France donne à voir, depuis un demi-siècle, une figure interétatique inédite et énigmatique1. Certains observateurs ont pu parler d’un « ménage à trois2 », signifiant ainsi ce que les liens qui se sont établis entre ces formations nationales comportent tout à la fois de séduction, d’asymétrie, d’éventuelle suspicion mutuelle et de source potentielle de conflits.

2Privé de l’accès aux archives diplomatiques, non encore ouvertes à la consultation, l’observateur doit se comporter avec circonspection dans son analyse de ce processus et se garder de toute interprétation hâtive et « définitive ». Il n’en est pas moins fondé, dans une perspective de géopolitique, à formuler une hypothèse générale apte à rendre compte du phénomène considéré dans son ensemble : resitué dans un contexte à la fois régional et intercontinental plus large, ce « triangle » paraît représenter un véritable analyseur institutionnel en raison de la forte imbrication des dimensions internationales et nationales des politiques étrangères, tantôt partenariales et tantôt concurrentes, qui le supportent et l’ont durablement structuré. Il permet en effet de comprendre à la fois la redéfinition de stratégies nationales qui s’inscrivent dans des temporalités marquées par une surprenante concomitance et les effets induits de logiques systémiques. On serait donc ici en présence d’une claire illustration de l’articulation qui s’établit entre les choix d’acteurs nationaux et les effets structurants du système international.

3Les tenants de l’approche décisionnelle de la politique étrangère estiment que ce sont des considérations internes qui produisent les échanges et les relations diplomatiques entre unités étatiques : la politique extérieure est alors somme toute la continuation de la politique intérieure par d’autres moyens. Cette perspective éclaire à bien des égards les relations qui se sont engagées entre la France, le Canada et le Québec au cours du dernier demi-siècle. En l’occurrence, la perception — différenciée —, par les divers groupes d’acteurs de ce que l’on peut appeler en première approximation les « intérêts » du Québec, a représenté une sorte de boîte noire qui permet de décrypter la configuration évolutive des rapports qui se sont noués entre les positions en présence. On ne devra toutefois pas en déduire sans autre forme d’examen que la transformation de la scène internationale ne serait en la matière qu’une variable explicative subsidiaire ou un simple décor contextuel.

  • 3 Emanuel Adler, « Constructivism and International Relations », dans W. Carlsnaes, T. Risse et B. A. (...)

4L’analyse de cette boîte noire est justiciable du recours à la théorie constructiviste, qui présente l’intérêt de concevoir le système des relations internationales comme « un projet en construction, comme un processus en devenir plutôt qu’un état de fait3 ». La clé qui permet de comprendre le processus de la formation des intérêts est celle de l’identité d’État, en particulier l’identité que les acteurs s’attribuent et celle qu’ils attribuent aux autres acteurs. Elle paraît constituer un outil analytique pertinent pour comprendre les enjeux qui structurent, sur la longue durée, les relations entre Paris, Ottawa et Québec.

5Procéder à cette élucidation en 2008 présente un intérêt complémentaire : la célébration du 400e anniversaire de la fondation de Québec permet d’observer la réactivation des représentations et les possibles conditions d’une révision des rapports triangulaires du fait des changements intervenus sur le plan international et des choix opérés par la génération d’hommes d’État qui se trouve actuellement aux affaires. Ceux-ci sont volontiers portés à redéfinir les relations préalablement établies en fonction à la fois d’une évaluation critique de la situation dont ils héritent, de nouvelles références idéologiques et culturelles et de l’adaptation aux rapports de force internationaux. On ne pourra que s’en tenir à l’analyse des discours récents, et tout pronostic sur l’émergence de nouvelles pratiques sera ici tenu pour prématuré. La conjoncture actuelle est une excellente invitation à revisiter les conditions de la construction des relations France-Canada-Québec au cours des années 1960, puis celles de leur consolidation au travers de la formation d’un socle partenarial qui s’est progressivement imposé comme une donnée incontournable aux successeurs des fondateurs. Nous serons alors mieux en mesure d’appréhender ce jeu relationnel comme l’une des composantes originales et l’un des acteurs collectifs du système international. Ces trois angles de vue, évidemment complémentaires, ont vocation à s’éclairer et à se conjuguer pour permettre d’évaluer la portée de l’empreinte contemporaine de la France sur le Canada, empreinte d’autant plus significative qu’elle était sans nul doute, il y a 50 ans, hautement improbable, et d’autant plus prégnante qu’elle a exercé ses effets sur le plan des structures étatiques et sur celui de l’engagement du Québec et du Canada sur la scène internationale.

L’identité nationale comme fondement de relations internationales

6On ne saurait comprendre l’instauration d’un nouveau « régime » de relations bilatérales entre la France et la composante québécoise du système politique canadien sans chercher à saisir, de part et d’autre, la force de nouveaux courants idéologiques et l’établissement de nouveaux réseaux relationnels, sur fond de connivence et de fortes affinités électives. Cela permet de saisir l’innovation radicale qui, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, a marqué l’engagement de relations largement dictées par une égale volonté des deux partenaires d’affirmer leur crédibilité internationale, crédibilité reconquise dans un cas et conquise dans l’autre.

7Côté français, à la médiation majeure assumée par le général de Gaulle dans l’établissement de relations privilégiées avec le Québec, s’ajoute le rôle actif et précurseur que joue alors sur ce même terrain un lobby composé de hauts fonctionnaires français, lobby animé par Bernard Dorin, futur ambassadeur de France, et Philippe Rossillon, en qui Pierre Elliott Trudeau verra un « agent plus ou moins secret de la France ». Dans l’ouvrage qu’ils consacrent à ce groupe, Paul-André Comeau et Jean-Pierre Fournier invitent d’emblée à prendre la mesure de l’absolue rupture qui s’opère alors pour mieux en évaluer le caractère visionnaire ainsi que l’ampleur de ses effets politiques et institutionnels :

  • 4 Paul-André Comeau et Jean-Pierre Fournier, Le lobby du Québec à Paris. Les précurseurs du général d (...)

Comment le Quai d’Orsay, où s’orchestre la politique étrangère, a-t-il réussi à effectuer un virage à cent quatre-vingts degrés en l’espace de quelques années ? […] Comment et pourquoi ont été, en trois ou quatre ans, signés entre la France et le Québec un plus grand nombre d’accords que dans les deux siècles précédents ? […] Pourquoi de nombreux ministères français ont-ils instauré une coopération inédite et bientôt soutenue avec ce partenaire plus ou moins inconnu qu’était alors le Québec ? Pourquoi le gouvernement français a-t-il favorisé l’adhésion du Québec à la francophonie naissante, malgré l’opposition bien campée d’Ottawa4 ?

8La réponse à ces questions est en partie contenue dans l’entregent que s’est acquis ce lobby français, qui élabore une vision stratégique de la recomposition en cours des rapports de force internationaux, vision où prévaut le rôle des identités nationales dans le développement en devenir des rapports interétatiques :

  • 5 Ibid.

Nous estimions, souligne B. Dorin, que le Québec représentait une chance fantastique pour la France. Pourquoi ? Parce que c’était une manifestation partiellement réussie — je dis bien partiellement réussie en nombre d’habitants et en kilomètres carrés — d’un destin national dans le continent qui était appelé à dominer le monde. […] Le Québec pouvait être une sorte de pont entre l’Europe et la France et les deux Amériques. […] C’est pour cela que, dès 1960, le tout petit noyau du lobby francophone […] avait envisagé la francophonie dans son ensemble, étant entendu qu’il y avait dans cette francophonie deux composantes essentielles et indispensables, chacune sur un continent différent, la France et le Québec5.

  • 6 Hector Fabre, qui inaugurera alors ce poste, représentera également le Canada jusqu’à sa mort, en 1 (...)
  • 7 Gouvernement du Québec, Québec-France. Portrait d’une relation en mouvement, Québec, Ministère des (...)

9La conception de liens novateurs et forts établis entre la France et le Québec n’émerge pas totalement ex nihilo, mais le contraste est saisissant. Au cours du siècle précédent, les initiatives ou les réalisations ont été soit ponctuelles, soit faiblement structurantes, y compris en ce qui concerne l’ouverture par la France, en 1859, d’un consulat général à Québec et la nomination par Québec, en 1882, d’un agent général à Paris6. En 1960, André Malraux, alors ministre de la Culture de la République française, déclarait avec beaucoup de franchise à son homologue du gouvernement du Québec, Georges-Émile Lapalme : « Ce serait absolument faux de dire que nous avons toujours reconnu ce que vous avez fait, que nous vous avons toujours suivis des yeux. La vérité, c’est que nous vous avons totalement oubliés7. »

  • 8 L’intervention du Canada, qui conduira à la création des Casques bleus et à l’établissement de la f (...)
  • 9 Frédéric Bastien, Relations particulières. La France face au Québec après de Gaulle, Montréal, Boré (...)

10Au moment où commence à s’activer le lobby français, à la fin des années 1950, les relations entre la France et le Canada n’ont pas fait l’objet de la même prédilection. Elles ont même eu tendance à se tendre, sinon à se crisper, à la suite de la condamnation par Ottawa de l’intervention israélo-franco-britannique lors de la crise du canal de Suez de 19568. En outre, un autre litige, de nature stratégique, oppose les deux pays avant même le retour au pouvoir du général de Gaulle : le refus du Canada de vendre de l’uranium à la France au moment où celle-ci cherche à se doter de l’arme atomique. Les négociations achoppèrent en 1957 en raison du refus de la France de permettre aux inspecteurs canadiens de s’assurer que l’uranium ne servirait pas à des fins militaires. Alors même que le Canada avait fait une exception pour la Grande-Bretagne et les États-Unis, il limita à 200 tonnes les exportations du minerai à destination de la France. En outre, en 1959, il supporta la résolution des Nations unies dénonçant les essais nucléaires français au Sahara. Le plutonium que le Canada vendra finalement à la France en 1968 était de nature à alimenter les centrales nucléaires, mais se trouvait impropre à l’usage militaire. En 1972 et 1973, la condamnation canadienne des essais nucléaires français sera sans appel. Le Canada représente ainsi un acteur qui vient contrecarrer la politique de non-alignement de la France : « Paris est convaincu qu’Ottawa est un pion dans le jeu de Washington9. » Revenons à la fin des années 1950 : l’appui bientôt apporté au Québec par Paris sera assurément de nature à envenimer les relations avec un gouvernement canadien qui entend s’engager plus avant sur la scène internationale au nom de l’ensemble des composantes de la fédération.

11Lorsque, dans ses Mémoires d’espoir, le général de Gaulle évoque son voyage d’avril 1960 au Canada et au Québec, il parle de la fédération canadienne comme d’un État ambigu et artificiel. Mais sa position paraît aussi dictée par l’impératif moral de la « réparation » et de l’effacement de « la dette de Louis XV ». En outre, la politique transatlantique du général de Gaulle est guidée par le combat contre l’hégémonie des grandes puissances : or, à cet égard, l’idée prévaut selon laquelle le Canada ne peut véritablement se démarquer de l’omniprésence des États-Unis en Amérique du Nord qu’en prenant la mesure de l’importante spécificité du fait canadien-français et en travaillant à renforcer sa distinction identitaire vis-à-vis de son puissant voisin du Sud. Le Québec prend donc ici valeur et fonction d’organe témoin. Enfin, le dévolu jeté par le général de Gaulle sur le Québec n’est pas dissociable de sa politique d’autodétermination et de décolonisation, qui a conduit à l’indépendance des pays de l’ex-Afrique française.

Georges-Émile Lapalme, ministre des Affaires culturelles, et Jean Lesage, premier ministre du Québec
Inauguration des nouveaux bureaux de la Maison de la province de Québec à Paris, en 1961, rue Barbet-Jouy, qui deviendra la Délégation générale du Québec à Paris.
De gauche à droite : deux dames non identifiées ; Georges-Émile Lapalme, ministre des Affaires culturelles ; l’honorable Jean Lesage, premier ministre du Québec ; Mme Georges-Émile Lapalme ; son Excellence Pierre Dupuy, ambassadeur du Canada en France. © Fonds de la Délégation générale du Québec à Paris.

  • 10 Jacques Palard et Bernard Gagnon, « Relations internationales des régions et fédéralisme. Les provi (...)
  • 11 Louis Bélanger note toutefois que « malgré cela, Lesage s’est montré, dans son approche des relatio (...)
  • 12 Claude Morin, L’art de l’impossible. La diplomatie québécoise depuis 1960, Montréal, Boréal, 1987, (...)

12Côté québécois, le programme du Parti libéral du Québec de 1960 ne comporte pas d’objectifs d’action spécifiques dans le domaine des relations internationales, mais il n’en est pas moins marqué, de façon latente, par deux données de base qui ont vocation à s’y inscrire : l’insécurité culturelle des quelque 6 000 000 de francophones québécois est devenue plus sensible au cours de la décennie précédente ; par ailleurs, le puissant processus de (re) construction de l’État qui s’engage dans le contexte de la Révolution tranquille appelle en toute logique une reconnaissance internationale, source de légitimation de ce processus de modernisation, singulièrement dans les domaines de l’économie, de l’éducation et de la culture10. Le développement de relations internationales doit ainsi servir de vecteur à l’affirmation de l’État — fût-il non souverain — et à la consolidation de l’identité nationale. Sur ce terrain, l’engagement de nouvelles politiques publiques précède la formulation d’une doctrine qui n’est encore qu’en filigrane et qui se construira sur un mode inductif et interactif. Trois événements méritent ici une attention particulière. Le premier réside dans l’inauguration, le 5 octobre 1961, de la Maison du Québec à Paris, qui, dès 1964, sera élevée au rang de Délégation générale et donc dotée d’un statut diplomatique. L’accueil de la délégation québécoise conduite par le premier ministre Jean Lesage revêt un caractère ostensiblement exceptionnel. J. Lesage déclare que « l’équilibre général du monde ne peut que gagner à la présence et à l’expansion, sur le sol du Nouveau Continent, d’une entité française, de souche, de culture et d’activité11 ». Afin de lever les réserves du Canada, André Malraux signera à Ottawa en octobre 1963, avec le secrétaire d’État aux Affaires extérieures Paul Martin, un accord de coopération cinématographique, et le premier ministre Lester B. Pearson est reçu à Paris en janvier de l’année suivante ; mais ce sera aussi la dernière fois que le général de Gaulle accueillera à l’Élysée un représentant d’Ottawa. Claude Morin, alors sous-ministre québécois des Affaires intergouvernementales et acteur-clé des négociations avec Paris, estimera, un quart de siècle plus tard, que cette situation revêt un caractère « bizarre » : chacun de son côté et sans se faire part mutuellement de leurs intentions, le gouvernement canadien et celui de Québec négocient avec le même pays des projets fort similaires d’échanges et de coopération12.

13La signature, le 27 février 1965 à Paris, de la première « entente » de coopération entre la France et le Québec, dans le domaine de l’éducation — de compétence provinciale —, constitue le deuxième fait majeur. On notera que le choix du terme « entente », préféré à ceux d’« accord » ou de « convention », bien que n’étant pas d’usage diplomatique, vient de façon symbolique atténuer la portée de l’engagement ainsi souscrit. Ce choix résulte d’un compromis fédéral-provincial : Ottawa, mis devant le fait accompli, n’en reconnaîtra pas moins le texte, signé par les deux ministres de l’Éducation, Paul Gérin-Lajoie et Christian Fouchet, et lui octroiera ainsi un statut international. C’est aussi dans le cadre de cette entente qu’est instaurée la Commission permanente de coopération franco-québécoise, devenue dès lors le principal instrument de coordination des activités conjointes des deux gouvernements. L’Accord culturel franco-canadien, conclu en novembre de la même année, donnera lieu, entre le secrétaire d’État aux Affaires étrangères Paul Martin et l’ambassadeur de France François Leduc, à un échange de lettres qui s’attachent tout à la fois à habiliter et à encadrer la négociation d’éventuelles nouvelles ententes entre la France et « des provinces du Canada » dans le domaine des activités éducatives, culturelles, scientifiques et techniques ; il s’agit donc, au sens propre du terme, d’un accord-cadre, puisque les provinces devront dès lors soit s’y référer, soit obtenir l’assentiment préalable du gouvernement fédéral.

14L’énonciation de la « doctrine Gérin-Lajoie », troisième fait d’importance, vient systématiser les pratiques d’ores et déjà engagées et ainsi portées au rang de modèle d’action. Elle dote d’une forte justification argumentative l’investissement par le Québec de la scène internationale. Bien que cette intervention ne l’affirme pas alors de façon aussi expresse, le Québec se voit fondé à prolonger sur le plan international les prérogatives qui sont les siennes sur le plan interne. La ligne d’action définie en 1965 par Paul Gérin-Lajoie exercera une véritable fonction matricielle, toujours en vigueur : « Dans une fédération comme le Canada, il est maintenant nécessaire que les collectivités membres, qui le désirent, participent activement et personnellement à l’élaboration des conventions internationales qui les intéressent directement ».

Le général Charles de Gaulle (1890-1970)
Premier président de la Ve République (1959-1969). Il joue un rôle déterminant dans le développement des relations entre la France et le Québec. Sa visite officielle au Québec en 1967 a un retentissement considérable et marque un tournant dans les relations France-Canada-Québec.
Fusain sur papier signé H. Coëffin. Collection de l’honorable Serge Joyal.

15C’est dans ce contexte que le général de Gaulle prépare son voyage au Canada et au Québec, voyage qu’il qualifiera lui-même de « pèlerinage aux sources » et qui a pour motif officiel la visite de l’Exposition universelle de Montréal — l’Expo 67. Il n’ignore évidemment pas que les règles protocolaires commandent aux chefs d’État qui se rendent au Canada de commencer leur visite par Ottawa — capitale oblige, surtout en l’année du centenaire de la Confédération. La seule façon pour le général de Gaulle d’y échapper et de rendre « naturelle » l’entrée par le Québec est de traverser l’Atlantique en bateau, puis de remonter le Saint-Laurent. C’est ainsi sur le Colbert, croiseur amiral de la flotte de l’Atlantique, qu’il arrive le 23 juillet au pied de la citadelle de Québec. Dès le premier souper offert en son honneur, il commence à dévoiler la stratégie qui oriente sa mission : « On assiste ici, comme en maintes régions du monde, à l’avènement d’un peuple qui, dans tous les domaines, veut disposer de lui-même et prendre en main ses destinées. Cet avènement, c’est de toute son âme que la France le salue. » Le lendemain, il rejoint Montréal par le « Chemin du Roy ». Devant la foule nombreuse qui se presse aux diverses étapes de sa pérégrination, il distille les bribes de son message à la façon d’une mise au diapason progressive qui lui permet de jauger le degré de réceptivité et les attentes de ses auditeurs. Ce message atteindra son apogée lors de l’allocation à la fois délibérément non programmée par le maire de Montréal, Jean Drapeau, et faussement improvisée qu’il prononce le soir du 24 juillet depuis le balcon de l’hôtel de ville :

C’est une immense émotion qui remplit mon cœur en voyant devant moi la ville de Montréal [pause] française [acclamations]. Au nom du vieux pays, au nom de la France, je vous salue de tout mon cœur. Je vais vous confier un secret que vous ne répéterez pas : ce soir, ici, et tout le long de ma route, je me trouvais dans une atmosphère du même genre que celle de la Libération [acclamations]. Et tout le long de ma route, outre cela, j’ai constaté quel immense effort de progrès, de développement et, par conséquent, d’affranchissement [acclamations] vous accomplissez ici. […] J’emporte de cette réunion inouïe de Montréal un souvenir inoubliable. La France entière, sait, voit, entend ce qui se passe. Et je puis vous dire qu’elle en vaudra mieux. Vive Montréal. Vive le Québec [pause et acclamations] vive le Québec libre [explosion des acclamations]. Vive le Canada français et vive la France [acclamations].

16Le 26 juillet, le général de Gaulle fait un retour brusqué à Paris sans passer par Ottawa, où il est désormais considéré comme persona non grata. Le communiqué de L. B. Pearson ne laisse place à aucune ambiguïté sur sa perception de la situation : « les Canadiens n’ont pas besoin d’être libérés » et les propos du président français sont donc proprement « inacceptables ». Les rapports avec le gouvernement canadien se sont en un éclair fortement dégradés et tendus, mais les ponts ne sont pas pour autant coupés, comme en témoigne, nous l’avons vu, la concession par le Canada, en septembre 1968, de la vente de plutonium à la France.

  • 13 Le Monde, 29 novembre 1967, p. 3.
  • 14 Entretien avec Bernard Dorin, 3 juin 2008.

17L’observateur est évidemment fondé à s’interroger sur le caractère délibéré ou non des propos tenus à Montréal. Pour quatre raisons au moins, on peut tenir cette déclaration pour parfaitement pesée, raisonnée et construite. La première réside dans les témoignages concordants des proches du général de Gaulle, à qui il a préalablement laissé entendre qu’il allait tenir au Québec des paroles fortes. La deuxième se donne à entendre à l’occasion de la conférence de presse que le chef de l’État donne, quatre mois plus tard, le 27 novembre 1967, au moment même d’ailleurs où se tient à Ottawa une conférence interprovinciale destinée à engager une réflexion sur la « Confédération de demain ». Il évoque alors, pour le souhaiter, le « changement complet de l’actuelle structure canadienne, telle qu’elle résulte de l’Acte octroyé il y cent ans par la reine d’Angleterre », changement qui passera par « l’avènement du Québec au rang d’un État souverain, maître de son histoire nationale13 ». Le général de Gaulle confiera à Bernard Dorin qu’il a « fait gagner 10 ans au Québec14 ».

  • 15 Cité par Alain Peyrefitte, De Gaulle et le Québec, Montréal, Stanké, 2000, p. 87.

18Il y a plus encore, et c’est la troisième raison : la visite au Québec du général de Gaulle ne reste pas sans lendemain, bien au contraire. Comme s’il s’agissait pour l’ancienne mère patrie de rattraper le temps perdu et de « mettre les bouchées doubles », le discours de Montréal est d’emblée suivi d’une rapide et intense mobilisation qui donne lieu à des actions conçues pour durer, malgré le scepticisme du premier ministre, Georges Pompidou, et du ministre des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville. Dès septembre 1967, Alain Peyrefitte, ministre français de l’Éducation qui joue le rôle de missus dominici, et le premier ministre québécois Daniel Johnson signent un important relevé de décisions : il y est fait mention de la forte augmentation des moyens financiers consacrés par Paris à la coopération avec le Québec en matière d’éducation, de culture, de science, de technique et d’information : de 1 000 000 $ en 1967, ces moyens devront être portés à 5 000 000 $ en 1968, et à 8 000 000 $ en 1970. Il est notamment institué trois centres franco-québécois, dédiés respectivement au développement pédagogique, à l’enseignement technologique et à la recherche scientifique et technique. C’est au gouvernement d’Union nationale de Daniel Johnson qu’il revient de gérer la mise en œuvre de ces orientations, traduction d’un véritable séisme. Dans la lettre qu’A. Peyrefitte transmet à D. Johnson en septembre 1967, le général de Gaulle écrit en effet qu’« on ne peut plus guère douter que l’évolution va conduire à un Québec disposant de lui-même à tous égards. [ ] Pour ce qui est de la culture et de l’enseignement, M. Peyrefitte, à qui je confie cette lettre, vous indiquera ce que le gouvernement de Paris est prêt à faire tout de suite et qui est considérable15. » Le premier ministre québécois se fait à la fois reconnaissant et réservé ; il dit estimer que la visite de De Gaulle « a fait progresser de vingt ans la position du Québec face au reste du Canada. Elle a fait naître aux yeux du monde le Québec, qui n’existait pas encore. Mais recommencer l’an prochain !… Ça a fait tant d’histoires avec Ottawa. » C’était signifier à demi-mot qu’il juge alors tout à fait prématuré de donner suite à la proposition qui lui est également faite d’une réunion semestrielle des deux chefs de gouvernement.

  • 16 Robert Pichette, L’Acadie par bonheur retrouvée. De Gaulle et l’Acadie, Moncton, Éd. d’Acadie, 1994
  • 17 Chedly Belkhodja et Roger Ouellette, « La reconnaissance de l’Acadie sur la scène internationale : (...)

19La quatrième raison peut paraître plus périphérique ; elle n’en recèle pas moins une orientation analogue. L’amorce de relations avec l’Acadie, collectivité sans État, participe en effet d’un même projet d’ensemble ; elle aussi sera d’ailleurs suivie d’effets tangibles. À l’instigation du très actif Philippe Rossillon, elle se concrétise par la visite officielle à Paris, en janvier 1968, de quatre représentants autorisés de l’Acadie16. Cette visite, qui est « l’occasion pour la France d’innover sur le plan des relations diplomatiques puisqu’elle reconnaît une communauté qui n’a ni État ni représentation politique sui generis », peut à juste titre apparaître comme « le point de départ de la reconnaissance de l’Acadie sur la scène internationale17 ».

L’édification d’un socle partenarial

  • 18 Au terme d’un litige de 25 ans, la Cour instituée par les deux pays a tranché en juin 1992, et le 2 (...)

20Les relations développées par la France au Canada au cours des trois décennies qui ont suivi la visite du général de Gaulle se sont prioritairement nouées avec le Québec. Le Canada n’est pas absent du tableau, mais il y figure sur un mode que l’on pourrait qualifier de « mineur », d’autant qu’un long différend l’a opposé à la France dans le difficile dossier des quotas de pêche au large de Terre-Neuve et des frontières maritimes de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon18. Cette asymétrie ne rend que plus sensible la tendance au rééquilibrage qui s’est progressivement manifestée jusqu’à connaître une réelle accentuation en 2008.

  • 19 Louis Bélanger, op. cit., p. 154.

21L’observateur est porté à suivre l’analyse de l’évolution des relations franco-québécoises proposée par Louis Bélanger, en particulier en ce qui concerne la distinction entre les variables institutionnelles, au rang desquelles les priorités internes des gouvernements, et les variables sectorielles. Les variables institutionnelles expliquent les inflexions ainsi que les changements de rythme et d’intensité. La nette défaite du « Oui » lors du référendum de 1980, puis la décision que prend René Lévesque, en octobre 1984, d’opter pour le « beau risque » à la suite de l’élection à Ottawa de Brian Mulroney, disposé à réconcilier le Québec avec le Canada, et les tensions qui s’ensuivirent avec le Parti québécois ne sont pas sans avoir un effet durable sur les relations franco-québécoises. Au cours des années 1980 et au début des années 1990, ces relations connaissent un déclin, que L. Bélanger attribue précisément à l’« affaissement de la volonté politique » du côté québécois : après la visite de Jacques Chirac au Québec en 1987 à l’occasion du Sommet des pays ayant le français en partage, et celle de Robert Bourassa à Paris en janvier 1989, il n’y aura plus, pendant plusieurs années, de rencontres alternées des premiers ministres. Il faudra attendre le retour du Parti québécois au pouvoir en 1994 pour que la machine se remette en marche ; l’année suivante, la courte défaite du « Oui » au second référendum vient conforter un temps la dimension politique de la relation France-Québec. Au cours des dernières années, les orientations sectorielles occupent le devant de la scène. Sur ce plan, l’examen des documents de travail de la Commission mixte conduit à estimer que « les efforts gouvernementaux ont progressivement favorisé le domaine de l’économie et de la recherche universitaire, à tel point qu’il semble que l’importance relative du domaine de la culture tienne en fait à la mise en valeur de ses attributs commerciaux et industriels19 ». L’importance accordée aux questions économiques vient ainsi atténuer, par voie de « normalisation », ce que les relations France-Québec ont pu avoir d’atypique.

Le G7 en 1977
Les pays membres du G7 sont représentés entre autres, en 1977, par le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau (2e à partir de la gauche) et le président de la République française, Valéry Giscard d’Estaing (à la gauche de Trudeau). En 1976, la France appuya l’admission du Canada au sein du G6 (formé en 1975), bien que la taille de l’économie canadienne soit de moindre envergure que celle des six autres pays les plus industrialisés de l’époque.
Dirigeants du G7 en 1977. Collection de la Jimmy Carter Library, États-Unis.

22Toutefois, sur la longue durée, un constat s’impose : en dépit d’indiscutables réticences initiales, tous les successeurs du général de Gaulle ont repris le dossier des relations franco-québécoises pour, finalement, lui accorder leur entier appui et ouvrir de nouvelles voies de coopération. Ce fut d’abord le cas, on le verra plus avant, avec Georges Pompidou, à l’occasion de la création en 1970 de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), lors de la conférence de Niamey. Cette même année est marquée par l’ouverture à Paris, à l’initiative du gouvernement Trudeau, du Centre culturel canadien, qui inaugure une dimension nouvelle de la politique fédérale du Canada, sur le modèle des initiatives françaises à l’étranger en matière de défense culturelle et de coopération universitaire, à des fins d’affirmation et de promotion de l’identité canadienne ; toutefois, au cours de son mandat, G. Pompidou n’adressera aucune invitation au successeur de Lester B. Pearson. Au début du septennat de Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981), les premiers ministres québécois et français, Robert Bourassa et Jacques Chirac, signent une « charte de coopération » aux termes de laquelle la France et le Québec entendent collaborer dès la mise en œuvre de la Loi sur la langue officielle, qui vient alors d’être adoptée par l’Assemblée nationale du Québec. Dans cette perspective, quatre orientations principales du programme d’échanges sont définies : la francisation des entreprises, la francisation des ateliers et des laboratoires scolaires, l’information scientifique et technique et, enfin, la terminologie, par la création et la diffusion de néologismes. Un an après la victoire électorale du Parti québécois, René Lévesque expose à ses hôtes français, à l’occasion de sa visite officielle de novembre 1977, son projet de souveraineté-association ; au cours de cette période préréférendaire, il cherche à s’assurer la reconnaissance diplomatique en cas de victoire du « Oui ». Valéry Giscard d’Estaing entend faire savoir qu’il a compris le message :

  • 20 Le Devoir, 5 novembre 1977.

Vous déterminerez vous-même, déclare-t-il, sans ingérence, le chemin de votre avenir. Vous en avez le droit et vous en avez la capacité. Ce que vous attendez de la France — je le sais pour avoir vécu parmi vous —, c’est sa compréhension, sa confiance et son appui. Vous pouvez compter qu’ils ne vous manqueront pas le long de la route que vous déciderez de suivre20.

23C’est en application de cette ligne de conduite que le communiqué conjoint fait état de l’instauration des « rencontres alternées », évoquées plus haut ; cette décision constitue une étape déterminante dans le processus d’institutionnalisation et de formalisation de la coopération. En 1979, la visite au Québec du premier ministre Raymond Barre donne lieu à l’adoption de mesures propres à assurer la diffusion d’émissions françaises sur le réseau câblé du Québec. En 1981, l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République et l’arrivée de la gauche au pouvoir constituent à l’évidence un test crucial. Le nouveau chef de l’État empruntera de facto une voie analogue, bien qu’il fût peu sensible, par principe, aux revendications nationalistes — comme son prédécesseur à l’Élysée, il reçoit d’ailleurs Pierre Elliott Trudeau dès le mois qui suit son élection. En 1982, il appuie l’adoption de mesures en faveur du français langue scientifique et, l’année suivante, une entente est signée en vue de l’implantation de l’aluminerie Péchiney à Bécancour, tandis que va s’ouvrir à Paris le Centre de coopération interuniversitaire franco-québécois (CCIFQ). Après son élection en 1995, Jacques Chirac reprend lui aussi, en toute logique pourrait-on dire, l’orientation gaullienne. Dans une perspective commandée par la « modernisation » de l’État, son premier ministre Alain Juppé développe, avec Lucien Bouchard, une concertation sur l’assainissement des finances publiques, le contrôle des coûts de la santé et la réforme du système éducatif. La même année, en 1996, un accord-cadre est signé entre, d’une part, pour la France, la Conférence des présidents d’universités et la Conférence des directeurs d’écoles et de formations d’ingénieurs, et d’autre part, pour le Québec, la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ). En 1998, Lionel Jospin et Lucien Bouchard instaurent un groupe de travail France-Québec sur la diversité culturelle ; toutefois, le premier ministre socialiste français, qui « cohabite » alors avec le président Chirac, plaide aussi en faveur d’un resserrement des liens entre Paris et Ottawa, dont il vante la politique multiculturelle. En 2004, le premier ministre français Jean-Pierre Raffarin prend une initiative originale en invitant le Québec à se joindre à la France dans le cadre d’une mission conjointe au Mexique au cours du premier mandat du premier ministre québécois Jean Charest.

René Lévesque, premier ministre du Québec, et François Mitterand, président de la République française, 1983
Visite officielle en France, en 1983, du premier ministre René Levesque, reçu par le président François Mitterrand.
© Fonds de la Délégation générale du Québec à Paris.

24De façon progressive et cumulative, de nombreuses activités ou orientations ont ainsi pris corps, qui sont venues renforcer les relations franco-québécoises. Elles participent à la formation et à la consolidation d’un socle partenarial qui déborde largement le cercle des responsables gouvernementaux. Sans viser à l’exhaustivité, relevons en particulier : les groupes d’amitiés parlementaires ; le Groupe franco-québécois de coopération économique ; la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire ; le Comité d’action politique franco-québécois.

25D’autres initiatives visent à établir des partenariats plus localisés ou plus circonscrits : les Ateliers de la coopération décentralisée franco-québécoise, qui visent à renforcer et à coordonner la coopération entre collectivités locales québécoises et françaises ; six régions françaises — Île-de-France, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes, Aquitaine, Alsace et Midi-Pyrénées — ont par ailleurs signé un plan d’action avec le Québec ; les Entretiens Jacques-Cartier, fondés en 1987, qui associent chercheurs et acteurs socioéconomiques et institutionnels de la région Rhône-Alpes et de la région de Montréal ; les Rencontres Champlain-Montaigne, instituées en 2000, dont les partenaires sont les villes de Québec et de Bordeaux, les régions de Québec et d’Aquitaine ainsi que l’Université Laval et l’Université de Bordeaux.

Pierre Elliott Trudeau, premier ministre du Canada, en compagnie de Gérard Pelletier, ambassadeur du Canada en France, Place Vendôme, Paris, 1977
Pierre Elliott Trudeau, accompagné de Gérard Pelletier, se rend à un déjeuner avec les rédacteurs du quotidien Le Monde à l’occasion de la première visite officielle qu’il effectue en France en mai 1977. C’est pendant la durée de ses mandats de premier ministre que se redéfiniront les relations du Canada avec la France dans un contexte politique parfois tendu, et où la coopération obtenue sera souvent difficile et distante.
© Presse Canadienne, Wire-Photos/rb41445px, Paris, 12 mai 1977.

  • 21 Frédéric Bastien, Un pont pour la jeunesse. Une histoire de l’Office franco-québécois pour la jeune (...)

26Dans ce vaste panorama, il convient d’accorder une place de choix à l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), en raison de sa permanence, de sa notoriété ainsi que de l’ampleur et du développement continu de ses activités. Créé à la suite d’un protocole signé en février 1968, l’OFQJ représente un instrument emblématique des relations franco-québécoises. En 1978, il a déjà profité à plus de 30 000 jeunes, à parité Français et Québécois ; le bilan établi en 2008, à l’occasion du quarantième anniversaire, porte ce chiffre à 115 000 ; actuellement, le rythme annuel est de 4 000 jeunes bénéficiaires, et l’organisme dispose d’un budget consolidé de plus de 6 000 000 € (près de 9 000 000 $). L’OFQJ a d’autant mieux contribué à « “dégaulliser” les relations franco-québécoises21 » que ses activités se sont diversifiées. Un programme spécifique dédié depuis plus de 10 ans aux demandeurs d’emploi affiche un taux de retour à l’activité professionnelle ou aux études de 70 à 80 %. Et un nouveau protocole, adopté le 23 mai 2003, entérine l’ouverture des activités vers des pays tiers et des organisations internationales.

27Parmi les projets en cours, une mention spéciale doit être accordée à la négociation d’une entente relative à la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles et des métiers réglementés, dont la signature pourrait avoir lieu en 2008. Un tel accord est appelé à modifier en profondeur les conditions d’accès à l’emploi des immigrants.

28Qu’en est-il aujourd’hui des relations politiques et institutionnelles que la France entretient avec le Canada et le Québec ? Quelques-uns des événements qui ont marqué les premiers mois de l’année 2008 apparaissent porteurs d’une possible inflexion. Lorsqu’en octobre 2007 Jean-Pierre Raffarin, président du Comité français pour les fêtes du 400e anniversaire de Québec, présente les grandes lignes de la participation de la France, il insiste sur la portée internationale de l’engagement de son pays :

Jamais la France ne s’est engagée aussi fortement pour un événement à l’extérieur de son territoire. […] C’est une carte de visite de la francophonie, au-delà du Québec et de la France. Il faut que tous les pays francophones retrouvent un petit bout de leur histoire dans cette célébration.

  • 22 Voir Le Devoir, 28 mars 2008 : « À Québec, Sarkozy devrait rompre avec la politique du ni-ni ».

29Quelques mois plus tard, le discours s’infléchit de façon notable lorsque J.-P. Raffarin donne à entendre que Nicolas Sarkozy, élu à la présidence de la République en mai 2007, pourrait profiter de sa visite au Québec en octobre 2008 pour rompre avec la doctrine de la « non-ingérence, non-indifférence », qui a beaucoup servi aux partenaires français du Québec, depuis sa formulation par Alain Peyrefitte en 1977 : « Le président est contre le ni-ni. Il veut s’impliquer. Il veut participer. Il faut à la fois ne pas intervenir dans la complexité de la relation, mais en même temps il faut vraiment aider cet ensemble québécois et canadien à participer, avec nous, à la gestion du monde22 ». Tout paraît ainsi se dérouler comme si la France passait d’une position délibérément et durablement émancipatrice à une position d’équilibre — ou estimée telle — dans ses rapports avec Ottawa et Québec.

  • 23 En octobre 2003, les gouvernements français et canadien ont signé un accord qui simplifie les procé (...)
  • 24 À l’occasion de la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage, Michaëlle Jean a participé (...)

30Ce changement d’attitude ne procède pas seulement d’un choix personnel du chef de l’État français. Il est aussi la traduction d’une nouvelle image du Canada au sein de la population française qui, longtemps, a posé un signe de quasi-égalité entre « Québec » et « Canada ». Trois éléments au moins ont joué, à cet égard, en faveur d’une plus nette identité de la personnalité canadienne et expliquent, de ce fait, l’intérêt nouveau dont le pays fait l’objet : en premier lieu, une meilleure connaissance du territoire en raison, notamment, de la diversification des destinations touristiques (le Grand Nord, la région des Rocheuses, la côte pacifique, Terre-Neuve) ; en outre, la promotion dont bénéficie le modèle politique canadien, qui fait volontiers figure de laboratoire des démocraties occidentales sur le terrain de la gouvernance politique, que ce soit en matière de gestion budgétaire ou d’organisation multiculturelle de la diversité ethnique ; enfin, les retombées des programmes d’échanges ou de mobilité des jeunes franco-canadiens, en forte croissance23. La visite, en mai 2008, de la gouverneure générale, Michaëlle Jean, a donné voix et corps à cette évolution et à ces orientations politiques. En l’accueillant avec tous les égards réservés à un chef d’État24, Nicolas Sarkozy a délibérément cherché à conforter cette évolution partenariale, tout particulièrement dans son intervention au cimetière canadien de Bény-Reviers, en Normandie :

  • 25 Voir l’article de Robert Dutrisac, « Vibrante déclaration d’amour de Sarkozy au Canada », Le Devoir (...)

Vous savez que, nous, on est très proches du Québec, mais je vais vous le dire, on aime beaucoup le Canada aussi. On n’oppose pas nos deux amitiés et nos deux fidélités. On les rassemble pour que chacun comprenne que ce que nous avons en commun, on va le tourner vers l’avenir pour que l’avenir du Canada et de la France soit l’avenir de deux pays pas simplement alliés mais deux pays amis. [ ] On aime le Québec, mais on aime le Canada. On aime les deux. Et ceux qui sont morts ici, on ne leur a pas demandé de quelle région ils venaient. On savait de quel pays ils venaient. On ne leur a même pas demandé quelle langue ils parlaient. Ceux qui sont sous terre, même s’ils ne parlaient pas notre langue, ils nous ont sauvés et nous ont aidés25.

  • 26 Voir l’article de Robert Dutrisac : « Les amitiés de la France : la visite en France de Michaëlle J (...)
  • 27 Robert Dutrisac et Isabelle Porter, Le Devoir, 6 mai 2008.
  • 28 Christian Rioux et Antoine Robitaille, Le Devoir, 7 mai 2008.

31Cette visite et ces propos, qui ont éveillé l’attention des observateurs26, ne sont pas allés sans polémique ni sans réaction ou adaptation de la part du gouvernement québécois, ainsi qu’en témoignent les intitulés contrastés d’articles du journal Le Devoir à un jour d’intervalle : « Le 400e de Québec en France. Le gouvernement Charest joue les seconds rôles sans se plaindre27 » ; « Charest d’urgence en France pour le 400e28 ».

  • 29 Louise Beaudoin, « Quelle mouche aurait piqué Nicolas Sarkozy ? », Le Devoir, 1er avril 2008.

32Louise Beaudoin, ancienne déléguée générale du Québec en France et ancienne ministre des Relations internationales, a alors ouvertement plaidé pour la poursuite de relations privilégiées entre la France et le Québec, au nom d’un patrimoine commun jugé intangible : « Toutes les avancées du Québec sur la scène internationale sont dues à l’appui de la France. À commencer par notre présence en Francophonie29. »

33Il convient également de souligner le développement de relations, notamment économiques, entre les autorités françaises et les autorités canadiennes. La déclaration de partenariat renforcé signée à Paris en janvier 1997 a visé à consolider la concertation et à développer les actions conjointes, sur le plan tant bilatéral qu’international. En 2003, les ministres responsables du commerce extérieur/international, Pierre Pettigrew pour le Canada et François Loos pour la France, réaffirment leur attachement à un approfondissement du cadre multilatéral qui résulte de la mise en œuvre du programme de Doha (Qatar), où s’est tenue en novembre 2001 la quatrième Conférence ministérielle de l’OMC. Ces relations intergouvernementales sont relayées, comme d’ailleurs entre la France et le Québec, par les parlementaires. L’Association interparlementaire France-Canada ou Canada-France a été créée en septembre 1965 par les présidents de l’Assemblée nationale et de la Chambre des communes afin de traiter de thématiques d’intérêt commun. Elle s’est ensuite ouverte aux représentants des Sénats canadien et français ; depuis lors, elle est la seule structure interparlementaire à vocation internationale à exister sur ce modèle interassemblées au sein du Parlement français. L’Association organise deux rencontres annuelles, le plus souvent suivies de la présentation de recommandations aux autorités gouvernementales.

34On peut enfin considérer comme une activité originale et significative l’organisation depuis 1998, par l’ambassade du Canada à Paris, au Centre culturel canadien, de tables rondes — Regards croisés sur la gouvernance — destinées à offrir un lieu de recherche-action et d’échanges sur les transformations que font peser sur l’« art de gouverner » la mondialisation des échanges et les transformations de la société de l’information. Les initiateurs de ces rencontres estiment que par la langue partagée ou la complémentarité des héritages politiques, ainsi que par la place qu’occupe l’État dans chacune des deux sociétés, le Canada et la France sont bien placés pour observer cette évolution et en dégager les incidences sur le rôle de la puissance publique au sein des nouvelles modalités de la gouvernance ainsi que sur l’exercice de la citoyenneté.

Le « triangle » dans le système international

  • 30 « La notion de puissance moyenne renvoie à l’idée d’un État privilégiant une diplomatie multilatéra (...)
  • 31 Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts, Le retournement du monde. Sociologie de la scène internation (...)
  • 32 Nelson Michaud, « Le Québec dans le monde. Faut-il redéfinir les fondements de son action ? », dans (...)

35Les relations qui se sont nouées entre les pôles du « triangle » constituent l’un des facteurs d’évolution et d’animation du système international. La prégnance de ces relations s’inscrit sur une scène en forte évolution, marquée singulièrement par la crise de l’État-nation, qui frappe plus encore des puissances moyennes comme le Canada ou la France30. Ces deux pays ont en effet fondé leur politique étrangère sur la diffusion et les tentatives d’imposition de normes et de valeurs, telles que le maintien de la paix ou la défense des organisations à vocation universelle. Partant d’une position isolationniste, le Canada s’est progressivement imposé, depuis la Seconde Guerre mondiale, dans la poursuite de cet objectif, comme un acteur international à part entière. Or, dans la ligne des travaux de James N. Rosenau, Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts estiment que les relations internationales échappent désormais en partie aux États et que, par voie de conséquence, « la chance d’élaborer des normes efficaces tend à se réduire, tout comme celle d’éviter ou simplement de gérer les conflits, comme celle aussi de disposer de modèles d’analyse valides et performants31 ». La conduite de la politique internationale du Québec n’échappe d’ailleurs pas davantage à ce changement de conjoncture32.

36Cette évolution rend plus crucial encore le rapprochement entre États qui entendent faire valoir des conceptions similaires et joindre leurs efforts pour peser ensemble sur la scène internationale. Dans une large mesure, les relations entre la France et le Canada se sont fondées sur une telle volonté d’apprentissage mutuel et d’action commune. Lorsqu’en 1976 le Canada est appelé à joindre le G6 (ainsi devenu le G7), l’objectif est précisément de renforcer la position d’un acteur international qui, en particulier à l’occasion de la guerre du Vietnam, avait su prendre ses distances vis-à-vis des États-Unis. La Déclaration de partenariat renforcé que la France et le Canada ont signée à Paris en janvier 1997 est venue donner un cadre d’ensemble et consolider les actions concertées sur le plan bilatéral et multilatéral ; cette déclaration a reçu un important prolongement lors des consultations que les deux pays ont organisées à Ottawa en mai 2006 en vue de renforcer leur dialogue et leur coopération tant sur le terrain des interventions que sur le plan de leurs administrations centrales respectives. Les exemples ne manquent pas qui, lors de situations de conflits, ont concrétisé l’adoption de positions communes ou la formation d’un partenariat actif, basé sur la confiance mutuelle : la crise haïtienne, la prévention d’un engagement militaire en Irak et le refus de joindre la « coalition » américano-britannique, l’aide humanitaire au Darfour, l’appui par la France des troupes canadiennes dans la région afghane de Kandahar. Ce dialogue stratégique s’observe également à l’occasion de la création de nouvelles instances de régulation ou de l’édiction de nouvelles règles : on sait, à cet égard, l’enjeu qu’ont revêtu la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel — dit « traité d’Ottawa » — en 1997, et, l’année suivante, la création dans le cadre du traité de Rome de la Cour pénale internationale.

37C’est dans ce contexte qu’il convient d’inscrire chacun des trois dossiers à caractère multilatéral qui sont aujourd’hui au centre des relations France-Canada-Québec : l’organisation de la francophonie, la défense de la diversité culturelle et les rapports Canada-Union européenne.

L’enjeu de la francophonie

38La politique de la francophonie a pour fondement, pourrait-on dire, le mot d’Albert Camus : « Ma patrie, c’est la langue française. » Dans le même temps, la francophonie est un lieu d’identité multiple, en raison même de ce que l’écrivain haïtien Raphaël Constant nomme le choc de la « diversalité », qui vient heurter la tradition — la prétention ? — française de l’universalité.

39Dès 1967, alors que la relation Paris-Ottawa-Québec commence à s’étendre aux pays francophones, le général de Gaulle exprime son souhait de voir le Québec participer à part entière à des rencontres intergouvernementales :

  • 33 Cité par Alain Peyrefitte, op. cit., p. 85.

Le Québec, déclare-t-il alors à Alain Peyrefitte, existera quand il participera librement à des conférences internationales. Tâchez de l’introduire dans cette conférence des ministres de l’Éducation. Il a l’étoffe d’une nation souveraine ; il en a la cohérence culturelle ; il s’est affirmé en quatre siècles de lutte contre la nature ; contre les Indiens ; contre les Anglais33.

  • 34 Voir Robin S. Gendron, Towards a Francophone Community. Canada’s Relations with France and French A (...)
  • 35 Bernard Dorin, « Un combat de quarante ans pour la cause du Québec », Les Cahiers d’histoire du Qué (...)

40Le chef de l’État fait ici allusion à la conférence des ministres francophones de l’Éducation qui doit se tenir à Libreville (Gabon) en février 1968, et qui, de facto, va inaugurer l’entrée tumultueuse du Québec sur la scène internationale34. En direction du Canada, l’invitation est délibérément adressée au seul gouvernement du Québec, en l’occurrence au ministre de l’Éducation Jean-Guy Cardinal, à l’exclusion donc d’Ottawa ; à la suite de la conférence, le Canada décidera de façon unilatérale de rompre ses relations diplomatiques avec le Gabon. Bernard Dorin estime toutefois que cette percée stratégique du Québec n’a pas eu tous les effets escomptés en raison d’une série d’événements qui provoquent un profond changement parmi les acteurs directement impliqués : le décès du premier ministre Daniel Johnson, le remplacement à Ottawa du premier ministre Pearson par Pierre Elliott Trudeau, fermement décidé à faire valoir la prééminence du gouvernement fédéral en matière de représentation internationale, et le départ du général de Gaulle à la suite de son échec lors de la consultation référendaire d’avril 196935. Cette même année, à l’occasion de la conférence de Kinshasa puis de celle de Niamey, Ottawa fera montre de sa capacité à reprendre la maîtrise du jeu.

41Georges Pompidou, devenu président, se comportera en actif héritier aussi dans ce domaine des relations internationales. En particulier, il sera sensible aux arguments des partisans d’une francophonie multilatérale : le Sénégalais Senghor, l’Ivoirien Boigny et le Tunisien Bourguiba. Le développement de relations privilégiées avec Québec trouve là un motif de toute première importance, que ne sera pas alors véritablement en mesure de contrer l’action de l’ambassadeur du Canada en France, Gérard Pelletier. La coopération intergouvernementale francophone naît en 1970 avec la création de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue Agence intergouvernementale de la Francophonie en 1995. À compter de 2005, celle-ci constitue l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Le Québec y bénéficie du statut de « gouvernement participant » sous l’appellation « Canada-Québec », aux côtés de « Canada » et de « Canada-Nouveau-Brunswick ». Le premier secrétaire général de l’ACCT a été un Québécois, Jean-Marc Léger (1970-1973), et le poste d’administrateur de l’OIF est aussi occupé actuellement par un Québécois : Clément Duhaime, ancien délégué général du Québec à Paris, a été nommé à ce poste en décembre 2005 par Abdou Diouf, secrétaire général de l’OIF.

Brian Mulroney, premier ministre du Canada, et François Mitterand, président de la République française, 1986
Lors du 1er Sommet de la Francophonie à Paris, en 1986, une entente intervient entre le Canada et la France, qui permet au 2e Sommet de la Francophonie d’avoir lieu à Québec, en 1987. Derrière le premier ministre Mulroney, l’ambassadeur du Canada en France, M. Lucien Bouchard, futur premier ministre du Québec.
© Archives de l’ambassade de France au Canada.

42François Mitterrand, a priori plus intéressé par la Francophonie que par le devenir du Québec, ne dérogera pas. Le rapport du Centre d’analyse et de prévision du Quai d’Orsay établi à l’occasion de la visite de Pierre Elliott Trudeau en novembre 1982 ne laisse place à aucune ambiguïté quant à l’intensité comparée des relations triangulaires, mais aussi quant au besoin ressenti par les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay de conduire le pouvoir socialiste à emprunter la voie déjà ouverte :

  • 36 Cité par Frédéric Bastien, Le poids de la coopération : le rapport France-Québec, Montréal, Québec- (...)

Vu de France, le côté Paris-Québec est tracé d’un trait nettement plus épais que le côté Paris-Ottawa. […] Le Canada demeure fondamentalement un pays éloigné de la France. […] Dans ce contexte, dans l’ensemble peu favorable, le Québec représente un point d’ancrage d’un exceptionnel intérêt. […] Notre coopération particulière avec le Québec joue un rôle d’aiguillon à l’égard des autorités fédérales36.

43L’arrivée au pouvoir à Ottawa, en 1984, du Parti conservateur de Brian Mulroney finit par servir la politique attentiste de F. Mitterrand : le nouveau gouvernement canadien, plus conciliant, accorde dès 1985 au Québec le statut de gouvernement participant au sein du futur Sommet des pays francophones. Et c’est dans ces conditions qu’en 1986, F. Mitterrand réunit à Paris le premier Sommet des chefs d’État et de Gouvernement ayant en commun l’usage du français, qui rassemble 41 pays ; le deuxième Sommet aura lieu en 1987 à Québec. Dans une allocution prononcée en mars 2005, Benoît Pelletier, ministre québécois des Affaires intergouvernementales, dit voir dans le statut de « gouvernement participant », dont jouit le Québec au sein de l’organisation internationale de la francophonie, la manifestation la plus achevée de son rôle international et un véritable modèle.

44La « tribune » francophone qui s’est progressivement constituée assume la fonction d’un régime d’action commun à la France et au Québec, mais elle offre également au Canada une structure de coopération fondée sur une convergence d’objectifs et d’intérêts ; pour sa part, la France la conçoit à cet égard comme le moyen de compter sur un Canada dont la diversité linguistique en fait un allié naturel. C’est le point de vue qu’avance Marcel Beaux, ancien consul général de France à Québec :

  • 37 Marcel Beaux, « La francophonie », dans Maurice Torrelli (dir.), France-Canada. Défense nationale e (...)

L’adhésion à la francophonie permet au Canada de jouer un rôle international accru, à la charnière du Commonwealth et du monde francophone. Quant à la France, grâce aux francophones d’Amérique, elle n’est nullement absente du continent nouveau. Ainsi, la force du français, de part et d’autre de l’Atlantique, nous rend solidaires. Finalement, le Québec face au reste du Canada, le Canada face au reste du monde nord-américain, la France face au reste de la Communauté européenne, sont confrontés à des situations identiques. La francophonie peut nous aider à surmonter ces problèmes37.

La défense de la diversité culturelle

45La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a été adoptée lors de la 33e Conférence générale de l’UNESCO, le 20 octobre 2005, par une majorité de 148 voix contre 2 (celles des États-Unis et d’Israël) et 4 abstentions. Le processus qui a conduit à cette adoption est indissociable des relations franco-canadiennes et franco-québécoises, du fait même de l’enjeu que la Convention représente pour les sociétés francophones ; celle-ci constitue en effet

  • 38 Christian Poirier, « Les coalitions au Québec, nouveaux acteurs de la Francophonie ? L’exemple de l (...)

un outil crucial dans leur lutte afin de consolider et développer des communautés riches et diversifiées aussi bien sur le plan linguistique que culturel. […] De concert avec les gouvernements canadien et français ainsi que l’Organisation internationale de la francophonie et l’Union européenne, le Québec a joué un rôle important dans la genèse et l’adoption de ce texte38.

46La première rencontre de ce qui deviendra le Réseau international sur la politique culturelle, vecteur majeur de la négociation de la Convention, s’est tenue à Hull en juin 1998 ; Sheila Copps, ministre du Patrimoine canadien, déclare à cette occasion que « nous devons nous employer à créer un milieu propice à la reconnaissance du droit, pour chaque société et chaque pays, d’avoir accès à des choix culturels qui traduisent ses valeurs, sa culture, son identité, son patrimoine et ses aspirations ».

47L’expression « diversité culturelle » a fait son apparition dans le vocabulaire officiel français avec la déclaration franco-mexicaine du 12 novembre 1998 et avec le communiqué conjoint des premiers ministres canadien et français à Ottawa, le 17 décembre suivant. Les signataires, Jean Chrétien et Lionel Jospin, ont alors exprimé

la volonté [] de se concerter sur une base régulière et d’unir leurs efforts au sein des organisations internationales, à commencer par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), afin de promouvoir l’indispensable diversité culturelle et de préserver, notamment dans la perspective des prochaines négociations multilatérales, la capacité des États et des gouvernements à définir et mettre en œuvre des politiques qui y concourent.

Jean Chrétien, premier ministre du Canada, et Jacques Chirac, président de la République française, 1995
De chaleureuses relations personnelles entre Jean Chrétien et Jacques Chirac contribueront à améliorer les échanges et à faciliter les relations entre les deux pays. On aperçoit, derrière M. Chrétien, l’ambassadeur de France au Canada, M. Alfred Siefer-Gaillardin.
© Archives de l’ambassade de France au Canada.

  • 39 Anne Légaré, Le Québec otage de ses alliés. Les relations du Québec avec la France et les États-Uni (...)

48En 1999, l’Association interparlementaire Canada-France souligne que les parlementaires, considérant que la culture n’est pas négociable, « réitèrent leur opposition à toute tentative de considérer les productions culturelles comme des marchandises et de les soumettre comme telles aux principes du libre-échange ». Enfin, lors de leur point de presse conjoint à Ottawa en septembre 1999, Jacques Chirac et Jean Chrétien ont souligné leur concordance de vues sur les grands dossiers, au G8, à l’OTAN ou aux Nations unies. Anne Légaré observe que la puissance d’attraction des États-Unis sur le Canada est en partie à la source des objectifs français vis-à-vis du Canada, compte tenu précisément du souci de diversification des pôles de puissance. Elle rapporte les propos d’un « diplomate averti » pour qui la France, dans ces conditions, « entretient avec le Québec une relation privilégiée sans avoir à son endroit une approche distincte de celle qu’elle a avec le Canada39 ».

49L’adoption de la Convention sur la diversité a été suivie d’un important accord entre le gouvernement de Stephan Harper et celui de Jean Charest, signé le 5 mai 2006. Ce texte reconnaît la spécificité du Québec, spécificité fondée entre autres sur un usage de la langue française et une culture qui l’amène à jouer un rôle particulier sur le plan international. Par voie de conséquence, « un représentant permanent du Québec sera accueilli au sein de la délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO à Paris » et y bénéficiera du statut de « conseiller ». Il est également précisé que « le gouvernement du Québec sera représenté à part entière et selon son désir au sein de toutes les délégations canadiennes aux travaux, réunions et conférences de l’UNESCO ».

Le Canada et l’Union européenne

  • 40 Claude Julien, Le Canada dernière chance de l’Europe, Paris, Grasset, 1965, p. 277.

50Dans un ouvrage au titre intrigant, Le Canada dernière chance de l’Europe, le journaliste Claude Julien défend en 1965 l’idée selon laquelle l’Europe a un grand rôle à jouer au Canada : contribuer à mettre en valeur les ressources de ce pays, c’est en effet l’aider à s’arracher à l’influence trop exclusive des États-Unis, à retrouver une plus grande liberté de manœuvre et à affirmer ainsi son identité nationale. Il y va également de l’avenir même des six pays de la Communauté économique européenne (CEE) de l’époque puisque « le Canada tient entre ses mains la principale clef du trop fragile équilibre économique et politique entre les États-Unis et l’Europe40 ». Une dizaine d’années plus tard, le Canada sera le premier pays non européen à signer un accord de coopération avec la CEE. On est alors en 1976, année également marquée par l’installation à Ottawa d’une représentation officielle de la Commission européenne auprès du gouvernement canadien.

  • 41 André Donneur et Valentin Chirica, « La Canada, l’Union européenne et le 11 Septembre : législation (...)

51Lors du premier Sommet Canada-Union européenne en décembre 2001, les parties ont réaffirmé leur « volonté de défendre leurs valeurs communes dans un ordre mondial multilatéral, de diversifier leurs relations bilatérales, après 25 ans d’accord-cadre et 8 ans de Plan d’action commun41 ». Le Sommet d’Athènes de mai 2003 a été l’occasion de redire qu’un « système multilatéral efficace et dynamique demeurait l’instrument indispensable du règlement des problèmes mondiaux ».

  • 42 Hélène Viau, « La politique canadienne de lutte contre le terrorisme dans une perspective transatla (...)
  • 43 Voir David Long, « Transatlantic relations and Canadian foreign policy », International Journal, vo (...)

52Pour André Donneur, la politique de lutte antiterroriste du Canada représente un « modèle mixte » : le lien géographiquement naturel et impératif avec les États-Unis fait d’autant moins obstacle au lien transatlantique que la lutte antiterroriste implique un contrôle qui va bien au-delà de l’Amérique du Nord et qui s’exerce notamment en Europe. Ce point de vue est partagé par Hélène Viau : « Le défi quotidien du Canada est de prendre en compte et de concilier les impératifs géographiques, ses intérêts, ses valeurs, ses obligations légales canadiennes et internationales et son identité42. » H. Viau rappelle que les valeurs et les principes que le Canada, l’Union européenne et la France partagent dans le cadre de la lutte au terrorisme, ainsi que leur approche similaire dans l’évaluation de la menace terroriste et de la façon d’y répondre, ont été soulignés lors des visites officielles à Bruxelles et à Paris effectuées en octobre 2004 par le premier ministre canadien et son ministre des Affaires étrangères. L’Énoncé de la politique internationale du Canada, publié en avril 2005 par le premier ministre Paul Martin, a confirmé le rôle de partenaire réservé par le Canada à l’Union européenne, comme lieu d’échanges, modèle de gouvernance multiniveau et acteur international43.

53À ce chapitre, le principal enjeu prend désormais la forme de la négociation d’un possible accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Dans la promotion de ce dossier, Stephen Harper bénéficie du plein appui de Jean Charest, qui s’est montré particulièrement attaché à l’aboutissement de ce processus, en particulier à l’occasion de son voyage en Europe de janvier 2008. L’occupation par la France de la présidence de l’Union européenne au cours du second semestre 2008 pourrait constituer une utile fenêtre d’opportunité pour que soit mené à bien ce projet de « traité de nouvelle génération ».

Jean Charest, premier ministre du Québec, et Nicolas Sarkozy, président de la République française, 2007
Le contexte international contemporain favorise une réévaluation des rapports économiques menant à la négociation d’un nouveau traité d’échanges commerciaux entre le Canada et l’Union européenne, appuyé fortement par le premier ministre du Québec. Photographie prise lors d’une mission à Paris en juillet 2007.
© Gouvernement du Québec, 2007.

***

54L’analyse des relations France-Canada-Québec au cours du dernier demi-siècle permet de dégager un enseignement majeur, qui n’est pas étranger au caractère alors hautement improbable des initiatives qui, au début des années 1960, leur ont donné leur essor avant de forger durablement leur spécificité. Par un coup d’éclat qui n’a pas de véritable équivalent, la France du général de Gaulle s’est pour ainsi dire invitée en territoire canadien. Ses motifs d’alors, on l’a vu, sont pluriels, depuis la volonté de donner un prolongement largement atypique à sa politique de décolonisation, fondée sur le droit des peuples à s’autodéterminer, jusqu’au désir de renforcer sa position internationale face à la puissance étatsunienne. Quoi qu’il en soit, l’ombre portée de la France a joué un rôle structurant dans le débat constitutionnel entre Québec et Ottawa avant même de se matérialiser sur la scène internationale proprement dite. Les relations ainsi engagées, qui ont pu donner prise à la fois, selon les protagonistes, à la reconnaissance passionnée ou à un tenace ressentiment, n’ont laissé indifférent aucun des acteurs impliqués. L’évolution des rapports de force à la fois nationaux et internationaux et l’émergence de nouveaux enjeux ont conduit à un processus de normalisation, qui n’enlève rien, toutefois, à l’exceptionnalité du moment fondateur et qui, peut-être même, continue de s’en nourrir et de s’en inspirer. S’il est en effet une empreinte que la France a laissée au Canada contemporain, c’est à coup sûr l’orientation qu’elle a donnée au débat politique interne.

55Ce processus de normalisation est largement lié à un nouveau brassage des cartes et, sans doute aussi, à une complexification du tableau, en particulier sur le terrain des relations internationales. L’analyse qu’en propose Claude Morin dès 1972 n’a sans doute rien perdu de sa pertinence, surtout dans le contexte actuel, en ce qui concerne l’évolution et l’évaluation du rôle d’Ottawa. Celui qui venait d’être au cœur des négociations du gouvernement québécois avec Ottawa et Paris fait une lecture en apparence paradoxale de l’inégal partage des gains par Ottawa et Québec :

  • 44 Claude Morin, Le pouvoir québécois en négociation, Montréal, Boréal Express, 1972, p. 101-102.

Pour le gouvernement fédéral, le « gain » est devenu plus subtil, moins facile à cerner, mais au fond il est beaucoup plus important. [ ] Il a réussi à orienter les événements de telle sorte qu’il est beaucoup moins handicapé qu’auparavant pour participer à des rencontres internationales traitant de sujets provinciaux. [ ] D’autre part, le Canada a acquis, au cours du processus, un visage officiellement plus francophone que jamais grâce à l’apport du Québec44.

  • 45 Entretien de Daniel Jouanneau avec Jennifer Campbell, « French ambassador leaves on high note », Th (...)

56La configuration du « triangle » n’a cessé d’évoluer depuis lors, au gré de nouveaux enjeux, de nouveaux acteurs et de la conjoncture internationale. Mais cette évolution est allée de pair avec la consolidation d’un socle qui a pris la forme d’un processus cumulatif et d’une institutionnalisation progressive. Pour conserver l’image du « gain » qu’utilise C. Morin, on peut sans aucun doute avancer qu’au cours du dernier demi-siècle la France, le Canada et le Québec ont été les protagonistes d’un jeu à somme positive. Les relations délibérément asymétriques que la France du général de Gaulle a engagées sur le territoire canadien au profit de Québec ont en effet exercé une puissante fonction d’émulation et d’aiguillon ; avec le recul, et hors de tout paradoxe, on peut y lire l’une des raisons clés de la force du partenariat international qui, désormais, lie aussi Paris et Ottawa. À la fin de son récent mandat diplomatique au Canada, l’ambassadeur de France Daniel Jouanneau, qui fut deux décennies plus tôt consul général de France à Québec et qui s’exprime donc en acteur et en observateur averti, a souligné cette forme de maturité et de détente fondée sur la confiance et qui met fin à ce qu’a pu être la querelle des tapis rouges : « Dans le passé, il y a eu à certains moments des tensions entre Paris, Ottawa et Québec, mais maintenant le triangle est serein, paisible et très productif45. » Font écho à ces propos ceux que François Fillon a tenus à Québec le 3 juillet 2008, au milieu des festivités de la ville et à l’occasion de la quinzième Rencontre alternée des premiers ministres français et québécois. Après avoir évoqué la « grande voix historique » qui a tiré le Québec de son « hivernement », il a souligné que

  • 46 Voir Isabelle Porter, « De colonie française à nation québécoise », Le Devoir, 4 juillet 2008, p. 1 (...)

tout Français qui vient à Québec porte dans ses bagages ce contrat vierge que signent par avance les grands pays d’avenir. Nos entreprises, nos universités, nos agences technologiques, nos élus travaillent à en réaliser les promesses. Demain, c’est un large accord économique entre l’Europe et le Canada que la France défendra46.

57Ce partenariat ne saurait être étranger à l’attrait croissant qu’exercent le modèle — le laboratoire ? — social et politique canadien et québécois et les réponses qu’il conçoit pour affronter les nouveaux défis des démocraties occidentales. Comment comprendre autrement l’intérêt croissant porté aux recherches sur le Canada dans près d’une vingtaine d’universités françaises ? C’est là, assurément, la marque d’une autre empreinte…

Notes

1 J’adresse mes remerciements à Fernand Harvey pour ses informations documentaires ainsi qu’à Serge Joyal et à Paul-André Linteau pour leurs commentaires et suggestions sur une première version de ce texte.

2 Sylvie Guillaume et Pierre Guillaume, Paris, Québec, Ottawa : un ménage à trois, Paris, Entente, 1987.

3 Emanuel Adler, « Constructivism and International Relations », dans W. Carlsnaes, T. Risse et B. A. Simmons (dir.), Handbook of International Relations, Londres, Sage Publications, 2002, p. 95.

4 Paul-André Comeau et Jean-Pierre Fournier, Le lobby du Québec à Paris. Les précurseurs du général de Gaulle, Montréal, Québec Amérique, 2002, p. 9-10.

5 Ibid.

6 Hector Fabre, qui inaugurera alors ce poste, représentera également le Canada jusqu’à sa mort, en 1910.

7 Gouvernement du Québec, Québec-France. Portrait d’une relation en mouvement, Québec, Ministère des Relations internationales, 2002, p. 15.

8 L’intervention du Canada, qui conduira à la création des Casques bleus et à l’établissement de la force de paix de l’ONU au Proche-Orient, vaudra en 1957 le prix Nobel de la paix à Lester B. Pearson.

9 Frédéric Bastien, Relations particulières. La France face au Québec après de Gaulle, Montréal, Boréal, 1999, p. 113.

10 Jacques Palard et Bernard Gagnon, « Relations internationales des régions et fédéralisme. Les provinces canadiennes dans le contexte de l’intégration nord-américaine », Revue internationale de politique comparée, vol. 12, no 2, 2005, p. 161-178.

11 Louis Bélanger note toutefois que « malgré cela, Lesage s’est montré, dans son approche des relations extérieures du Québec, beaucoup plus préoccupé par la réalité nord-américaine que par la réalité française » (« La France », dans Louis Balthazar, Louis Bélanger et Gordon Mace [dir.], Trente ans de politique extérieure du Québec 1960-1990, Sillery, Éd. du Septentrion, 1993, p. 108-109).

12 Claude Morin, L’art de l’impossible. La diplomatie québécoise depuis 1960, Montréal, Boréal, 1987, p. 22.

13 Le Monde, 29 novembre 1967, p. 3.

14 Entretien avec Bernard Dorin, 3 juin 2008.

15 Cité par Alain Peyrefitte, De Gaulle et le Québec, Montréal, Stanké, 2000, p. 87.

16 Robert Pichette, L’Acadie par bonheur retrouvée. De Gaulle et l’Acadie, Moncton, Éd. d’Acadie, 1994.

17 Chedly Belkhodja et Roger Ouellette, « La reconnaissance de l’Acadie sur la scène internationale : de la diplomatie quasi étatique à la logique des réseaux », dans André Magord (dir.), L’Acadie plurielle. Dynamiques identitaires collectives et développement au sein des réalités acadiennes, Poitiers/Moncton, Université de Poitiers/Institut d’études acadiennes et québécoises/Université de Moncton/Centre d’études acadiennes, 2003, p. 573.

18 Au terme d’un litige de 25 ans, la Cour instituée par les deux pays a tranché en juin 1992, et le 2 décembre 1994, un accord a été signé qui répartit l’exploitation des ressources halieutiques entre les deux pays et instaure une coopération régionale entre l’archipel et les provinces atlantiques canadiennes.

19 Louis Bélanger, op. cit., p. 154.

20 Le Devoir, 5 novembre 1977.

21 Frédéric Bastien, Un pont pour la jeunesse. Une histoire de l’Office franco-québécois pour la jeunesse, Laval/Montréal/Saint-Denis, Beauchemin/OFQJ, 2003, p. 28.

22 Voir Le Devoir, 28 mars 2008 : « À Québec, Sarkozy devrait rompre avec la politique du ni-ni ».

23 En octobre 2003, les gouvernements français et canadien ont signé un accord qui simplifie les procédures administratives applicables à l’entrée et au séjour de leurs jeunes ressortissants qui souhaitent se rendre dans l’autre pays à des fins de formation universitaire, de perfectionnement linguistique ou d’expérience professionnelle, en particulier par voie de stage en entreprises.

24 À l’occasion de la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage, Michaëlle Jean a participé à Bordeaux, le 10 mai 2008, à un colloque intitulé : « De l’abolition de l’esclavage à la diversité culturelle : se souvenir d’hier pour mieux dialoguer aujourd’hui ». Sur cinq colonnes, l’hebdomadaire régional Sud Ouest Dimanche a rendu compte de sa participation sous le titre : « Reine de la diversité, la gouverneure générale du Canada a présidé hier à Bordeaux les cérémonies de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Parcours d’une femme simple et remarquable ». L’article présente la gouverneure générale comme un « symbole vivant de l’intégration et de la diversité culturelle à la canadienne, professionnelle reconnue, désarmante de charme et de simplicité » (Jean-Bernard Gilles, Sud Ouest Dimanche, 11 mai 2008, p. 19).

25 Voir l’article de Robert Dutrisac, « Vibrante déclaration d’amour de Sarkozy au Canada », Le Devoir, 9 mai 2008.

26 Voir l’article de Robert Dutrisac : « Les amitiés de la France : la visite en France de Michaëlle Jean illustre le changement de la politique française », Le Devoir, 10 mai 2008, ainsi que l’article de Rhéal Séguin, « Sarkozy takes strong stand on Canadian unity » : « French President Nicolas Sarkozy firmly realigned France’s foreign policy toward Canada yesterday, distancing himself from Quebec sovereignists and saying he no longer wants to choose between Canada and Quebec » (The Globe and Mail, 9 mai 2008).

27 Robert Dutrisac et Isabelle Porter, Le Devoir, 6 mai 2008.

28 Christian Rioux et Antoine Robitaille, Le Devoir, 7 mai 2008.

29 Louise Beaudoin, « Quelle mouche aurait piqué Nicolas Sarkozy ? », Le Devoir, 1er avril 2008.

30 « La notion de puissance moyenne renvoie à l’idée d’un État privilégiant une diplomatie multilatérale au service de la communauté internationale et disposé à favoriser l’ajustement si possible pacifique des conflits, non pas tellement par altruisme, mais par conviction que son propre intérêt national est mieux servi de façon éclairée que de manière égoïste, ce qui implique le maintien d’un environnement international ordonné et prévisible » (Dario Battistella, « La notion de puissance moyenne », communication au colloque Vers la dénationalisation de la politique étrangère. Le Canada et le Québec en perspective comparée, Bordeaux, Institut d’études politiques, 4-5 mai 2005, p. 2-3).

31 Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts, Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris, Presses de Sciences Po/Dalloz, 3e édition, 1999, p. 12.

32 Nelson Michaud, « Le Québec dans le monde. Faut-il redéfinir les fondements de son action ? », dans Robert Bernier (dir.), L’État québécois au XXIe siècle, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004.

33 Cité par Alain Peyrefitte, op. cit., p. 85.

34 Voir Robin S. Gendron, Towards a Francophone Community. Canada’s Relations with France and French Africa, 1945-1968, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2006.

35 Bernard Dorin, « Un combat de quarante ans pour la cause du Québec », Les Cahiers d’histoire du Québec du XXe siècle, no 7, 1997, p. 24-38.

36 Cité par Frédéric Bastien, Le poids de la coopération : le rapport France-Québec, Montréal, Québec-Amérique, 2006, coll. « Débats », p. 172-173.

37 Marcel Beaux, « La francophonie », dans Maurice Torrelli (dir.), France-Canada. Défense nationale et sécurité. Convergences et divergences, Nice, Université de Nice Sophia-Antipolis/Institut du droit de la paix et du développement, 1989, p. 84.

38 Christian Poirier, « Les coalitions au Québec, nouveaux acteurs de la Francophonie ? L’exemple de la coalition pour la diversité culturelle », dans Sylvie Guillaume (dir.), Les associations dans la francophonie, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006, p. 155 et 162.

39 Anne Légaré, Le Québec otage de ses alliés. Les relations du Québec avec la France et les États-Unis, Montréal, vlb, 2003, p. 198.

40 Claude Julien, Le Canada dernière chance de l’Europe, Paris, Grasset, 1965, p. 277.

41 André Donneur et Valentin Chirica, « La Canada, l’Union européenne et le 11 Septembre : législation comparée et coopération canado-européenne en matière de lutte contre le terrorisme », dans Josiane Tercinet (dir.), Les relations transatlantiques et l’environnement international, Bruxelles, Bruylant, 2005, p. 92.

42 Hélène Viau, « La politique canadienne de lutte contre le terrorisme dans une perspective transatlantique », dans Alex MacLeod (dir.), Lutte antiterroriste et relations transatlantiques, Bruxelles, Bruylant, 2006, p. 165.

43 Voir David Long, « Transatlantic relations and Canadian foreign policy », International Journal, vol. 58, no 4, 2003, p. 591-614.

44 Claude Morin, Le pouvoir québécois en négociation, Montréal, Boréal Express, 1972, p. 101-102.

45 Entretien de Daniel Jouanneau avec Jennifer Campbell, « French ambassador leaves on high note », The Ottawa Citizen, 11 juin 2008, p. C6.

46 Voir Isabelle Porter, « De colonie française à nation québécoise », Le Devoir, 4 juillet 2008, p. 10.

Table des illustrations

Légende Georges-Émile Lapalme, ministre des Affaires culturelles, et Jean Lesage, premier ministre du QuébecInauguration des nouveaux bureaux de la Maison de la province de Québec à Paris, en 1961, rue Barbet-Jouy, qui deviendra la Délégation générale du Québec à Paris.De gauche à droite : deux dames non identifiées ; Georges-Émile Lapalme, ministre des Affaires culturelles ; l’honorable Jean Lesage, premier ministre du Québec ; Mme Georges-Émile Lapalme ; son Excellence Pierre Dupuy, ambassadeur du Canada en France. © Fonds de la Délégation générale du Québec à Paris.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Le général Charles de Gaulle (1890-1970)Premier président de la Ve République (1959-1969). Il joue un rôle déterminant dans le développement des relations entre la France et le Québec. Sa visite officielle au Québec en 1967 a un retentissement considérable et marque un tournant dans les relations France-Canada-Québec.Fusain sur papier signé H. Coëffin. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Le G7 en 1977Les pays membres du G7 sont représentés entre autres, en 1977, par le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau (2e à partir de la gauche) et le président de la République française, Valéry Giscard d’Estaing (à la gauche de Trudeau). En 1976, la France appuya l’admission du Canada au sein du G6 (formé en 1975), bien que la taille de l’économie canadienne soit de moindre envergure que celle des six autres pays les plus industrialisés de l’époque.Dirigeants du G7 en 1977. Collection de la Jimmy Carter Library, États-Unis.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende René Lévesque, premier ministre du Québec, et François Mitterand, président de la République française, 1983Visite officielle en France, en 1983, du premier ministre René Levesque, reçu par le président François Mitterrand.© Fonds de la Délégation générale du Québec à Paris.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Pierre Elliott Trudeau, premier ministre du Canada, en compagnie de Gérard Pelletier, ambassadeur du Canada en France, Place Vendôme, Paris, 1977Pierre Elliott Trudeau, accompagné de Gérard Pelletier, se rend à un déjeuner avec les rédacteurs du quotidien Le Monde à l’occasion de la première visite officielle qu’il effectue en France en mai 1977. C’est pendant la durée de ses mandats de premier ministre que se redéfiniront les relations du Canada avec la France dans un contexte politique parfois tendu, et où la coopération obtenue sera souvent difficile et distante.© Presse Canadienne, Wire-Photos/rb41445px, Paris, 12 mai 1977.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Brian Mulroney, premier ministre du Canada, et François Mitterand, président de la République française, 1986Lors du 1er Sommet de la Francophonie à Paris, en 1986, une entente intervient entre le Canada et la France, qui permet au 2e Sommet de la Francophonie d’avoir lieu à Québec, en 1987. Derrière le premier ministre Mulroney, l’ambassadeur du Canada en France, M. Lucien Bouchard, futur premier ministre du Québec.© Archives de l’ambassade de France au Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Jean Chrétien, premier ministre du Canada, et Jacques Chirac, président de la République française, 1995De chaleureuses relations personnelles entre Jean Chrétien et Jacques Chirac contribueront à améliorer les échanges et à faciliter les relations entre les deux pays. On aperçoit, derrière M. Chrétien, l’ambassadeur de France au Canada, M. Alfred Siefer-Gaillardin.© Archives de l’ambassade de France au Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Jean Charest, premier ministre du Québec, et Nicolas Sarkozy, président de la République française, 2007Le contexte international contemporain favorise une réévaluation des rapports économiques menant à la négociation d’un nouveau traité d’échanges commerciaux entre le Canada et l’Union européenne, appuyé fortement par le premier ministre du Québec. Photographie prise lors d’une mission à Paris en juillet 2007.© Gouvernement du Québec, 2007.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16738/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

Auteur

Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France, et spécialiste de la transformation du système politico-administratif, de l’analyse organisationnelle du catholicisme et du système sociopolitique du Canada et du Québec. Il est également président de la Commission Homme et Société du Comité consultatif régional de la recherche et du développement technologique de la Région Aquitaine. Ses travaux scientifiques récents incluent Jeunes et projets de société. La conscience de génération en France et au Québec (avec Simon Langlois, 2008) ; Régimes territoriaux et développement local (avec Xabier Itçaina et Sébastien Ségas, 2007) ; Vieillissement, santé et société : défis et perspectives (avec Jean Vézina, 2007) ; et Diversités et identités au Québec et dans les régions d’Europe (avec Bernard Gagnon et Alain Gagnon, 2006).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search