Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 8. Les relations commerciales franco-canadiennes : de la culture à l’économie (1763-2008)

Didier Poton et François Souty

Texte intégral

Être nous-mêmes, c’est essentiellement de maintenir et de développer une personnalité qui dure depuis trois siècles et demi.
Au cœur de cette personnalité se trouve le fait que nous parlons français. Tout le reste est accroché à cet élément essentiel, en découle et nous y ramène, infailliblement.
René Lévesque, Québec, 1967

La langue n’est pas qu’un vernis ou une marchandise, elle est ce qui porte et structure la pensée. Je dirais même que la monoculture appauvrit la pensée comme elle appauvrit les sols. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il y a un lien direct entre le combat culturel et le combat environnemental, c’est-à-dire entre la diversité culturelle et la biodiversité — deux sciences du vivant, en réalité.
Ségolène Royal, La Rochelle, 8 mai 2008

  • 1 D. Stairs et G. R. Winham (dir.), Les dimensions politiques des rapports économiques entre le Canad (...)

1Réfléchir, à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de Québec, sur les échanges économiques entre la France et le Canada en se demandant si ceux-ci peuvent être à la hauteur du discours politique de rapprochement souvent évoqué dans le domaine public n’est pas une démarche nouvelle. Mais, en ce début du XXIe siècle, le contexte est nouveau, puisque la France joue un rôle-clé dans la fondation et dans la construction toujours en cours de l’Union européenne, et que la place du Canada dans l’ALENA traduit désormais son intégration économique nord-américaine, déjà bien engagée au milieu du XIXe siècle par le règlement progressif de ses litiges avec le puissant voisin du Sud et qui s’est accélérée après 1945. Toutefois, la dépendance commerciale envers les États-Unis reste encore une question sensible pour le gouvernement canadien1. On peut comprendre dès lors le souci du Canada de développer dans un cadre contractuel renouvelé ses relations économiques avec l’Union européenne. Si, pour des raisons historiques, le Québec représente encore pour la France la porte d’entrée de l’Amérique du Nord pour les entreprises, la France à ce jour apparaît symétriquement et nettement comme une clé ouvrant au Canada la porte de l’Europe continentale.

  • 2 Y. Lamonde et D. Poton (dir.), « La Capricieuse » [1855] : poupe et proue. Les relations France-Qué (...)
  • 3 R. Durocher et P.-A. Linteau, Le « retard » du Québec et l’infériorité économique des Canadiens fra (...)

2Au milieu du XIXe siècle, c’est à l’initiative de la France que des liens commerciaux brutalement interrompus en 1763 sont retissés grâce aux excellentes relations qu’entretiennent la France de Napoléon III et l’Angleterre de Victoria. Mais, face aux deux puissances économiques montantes que sont les États-Unis, qui accaparent l’essentiel du commerce extérieur français, et la Grande-Bretagne, le commerce franco-canadien occupe une place très secondaire, même dans les échanges américains de la France. Porté par une « nostalgie mercantile2 », le volontarisme de quelques-uns se heurte à une réalité : le caractère peu complémentaire des économies canadienne et française, et l’étroitesse du marché espéré que représente le Bas-Canada francophone. Ce n’est pas une question d’incapacité atavique de ce dernier à entrer dans la modernité capitaliste, car les Canadiens français développent des stratégies pour s’adapter à une nouvelle donne socioéconomique à partir de 1800, en passant d’une économie de quasi-comptoir colonial à une économie de marché3. Il faut aussi ajouter à ces considérations le peu d’intérêt des milieux économiques français pour le Canada, encore vu à travers les lunettes de Voltaire comme un pays de simples arpents de neige !

  • 4 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, Coup d’œil sur l’inventaire bibliographique des relations France (...)

3Un léger frémissement dans les échanges commerciaux est toutefois perceptible à partir des années 1880. Cette évolution doit beaucoup à l’intensité des relations intellectuelles entre la France et le Québec et à la croissance de l’immigration française. C’est dans la solidarité d’armes que se déploient les complexes négociations de l’entre-deux-guerres dans une conjoncture internationale fragilisée par les bouleversements financiers et commerciaux générés par la Première Guerre mondiale. Si artistes, écrivains et intellectuels participent activement, ce sont les politiques qui par leurs voyages après 1945 affirment leur volonté de relancer les relations entre la France et le Canada, et plus particulièrement avec le Québec4.

  • 5 J. Vinant, De Jacques Cartier à Péchiney. Histoire de la coopération économique franco-canadienne, (...)

4Les années 1960 vont une nouvelle fois démontrer que les relations franco-canadiennes ou franco-québécoises s’appuient sur une dialectique complexe entre le politique et l’économique, transcendée par la relation culturelle et linguistique. La création de la Maison du Québec puis de la délégation générale du Québec à Paris (DGQ) en 1961 répond au programme du Parti libéral du Québec d’industrialiser le Québec. Le rôle de Patrick Hyndman, premier conseiller économique de la DGQ, est décisif dans l’installation d’entreprises et de succursales bancaires au Québec, donc dans l’établissement de relations entre les élites étatiques et entrepreneuriales des deux nations. Ce volontarisme rencontrait un autre volontarisme, celui du général de Gaulle. Sublimés par une langue et une culture héritières de racines communes, ce sont deux projets concomitants de modernisation économique qui vont refonder les relations entre Français et Québécois. Les premiers y gagneront une expérience nord-américaine en élargissant leurs perspectives à l’ensemble du Canada, les seconds une initiation à l’Union européenne5.

Renouer des relations économiques : une initiative française

  • 6 L. Groulx, « La Capricieuse en 1855 : célébrations et significations », dans Y. Lamonde et D. Poton (...)
  • 7 Ibid., p. 236-237.
  • 8 J. Portes, « La Capricieuse (1855). Entre France, Grande-Bretagne et Louisiane », dans Y. Lamonde e (...)
  • 9 Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 376 (éléments de conclusion).

5En 1854, un « joli trois-mâts » de Marseille, l’Édouard, remonte le Saint-Laurent. Il accoste le 7 juin à Québec, le 9 juin à Montréal. À Québec, il ne suscite aucun intérêt et il faut attendre le 22 juin pour que son capitaine soit reçu par le conseil municipal de Montréal6. L’année suivante, l’accueil de La Capricieuse est d’une autre nature. Le rôle de la presse, francophone et anglophone, est décisif7. C’est elle qui met en évidence l’alliance en Europe de la France et de l’Angleterre contre la Russie. Alliance en Europe, unité au Canada ? En aval de cet événement, le discours de conciliation des deux mères patries va continuer de dominer les relations entre le Québec et la France8. La formule poétique « Nos bras sont à l’Angleterre, nos cœurs à la France » deviendra, chez Hector Fabre ou chez Wilfrid Laurier, la formule politique : « Nous devons notre existence à la France, notre liberté à l’Angleterre. » L’intelligence d’André Siegfried fera entrer dans la compréhension de la partie compliquée que se livrent les deux mères patries au Canada, et le troisième joueur, les États-Unis9.

La Capricieuse
En 1855, la visite de La Capricieuse, une corvette française, à l’initiative du commandant de Belvèze, marque l’intérêt de la France pour le développement des échanges commerciaux avec le Canada.
La corvette La Capricieuse. Division des archives, Université de Montréal. Fonds Adine Baby-Thomson (P0059) 1FP06348.

La Capricieuse : expression d’une « nostalgie mercantile » ?

6Le 13 juillet 1855, la corvette La Capricieuse jette l’ancre sous les fortifications de la citadelle anglaise de Québec. Fait mémorable, puisqu’il est souvent présenté comme le retour de la France après 92 ans d’absence. Le 23 mai 1854, le commandant Paul-Henri de Belvèze qui commande la station navale de Terre-Neuve rédige une brève note dans laquelle il juge que le marché canadien n’a pas été étudié, qu’il est regrettable que le gouvernement n’ait pas conscience de son potentiel ; il propose « une excursion dans le fleuve dont le but serait de connaître les ressources, les besoins et la condition commerciale de ce grand pays ». Cette note est complétée, quelques mois plus tard, d’un rapport au titre éloquent : « Le commerce de la France dans le golfe Saint-Laurent ». Au cours du mois de février 1855, le ministre de la Marine et des Colonies, Théodore Ducos, entretient son collègue Drouin de l’Huys, ministre des Affaires étrangères, de l’intérêt d’une telle mission. Il souligne combien le moment est opportun « de montrer notre pavillon tant à Québec qu’à Montréal », compte tenu de l’excellent climat qui règne entre la France impériale de Napoléon III et l’Angleterre de la reine Victoria. La réponse de Drouyn de Lhuys s’avère pour le moins réservée :

Le droit que nous avons de le faire ne me paraît pas douteux […]. Mais, j’hésite à me prononcer sur la convenance d’une pareille mesure qui ne s’expliquerait par aucun intérêt actuel et sensible, notre marine marchande ne prenant qu’une part insuffisante au commerce du Saint-Laurent et ne demandant en conséquence ni protection ni surveillance des bâtiments de l’État dans ces parages. Je sais que nos relations avec l’Angleterre sont assez amicales pour que la présence d’un bâtiment de la marine impériale à Québec ne coure pas le risque d’être mal interprétée par les autorités britanniques […].

7Il accepte toutefois de se concerter avec le ministre de l’Agriculture et du Commerce pour « faire étudier les débouchés que le Saint-Laurent devrait en effet offrir à notre commerce ». Jean-François de Raymond note combien la minute de cette lettre conservée dans les archives du ministère des Affaires étrangères français trahit les hésitations dont témoignent les mots barrés !

8Lorsqu’il ne peut plus s’opposer à l’activisme de Ducos — ancien négociant, député de Bordeaux, Ducos est un des porte-parole du lobby favorable à l’expansion maritime et coloniale —, Drouyn de Lhuys se soumet tout en soulignant perfidement que l’absence de relations commerciales entre les ports français et ceux du Saint-Laurent est à attribuer à « l’ignorance et à l’apathie de nos armateurs ». Le changement simultané des ministres de la Marine et des Affaires étrangères accélère la rédaction et la transmission d’instructions qui commandent à De Belvèze… d’exécuter ce qu’il avait lui-même proposé. L’amiral Hamelin, le nouveau ministre de la Marine et des Colonies, insiste toutefois sur la nature de la mission et le comportement qu’il devra tenir : « Votre mission est purement commerciale et il importe qu’elle ne reçoive pas une fausse interprétation. Je compte d’ailleurs sur votre prudence et votre sagacité pour éloigner tout sujet de défiance légitime. » La nature de la mission de De Belvèze étant affirmée, les trois objectifs sont clairement indiqués : l’établissement d’un consulat français à Montréal, la négociation de droits de douane, notamment ceux sur les vins et eaux-de-vie qui étaient élevés (25 %), le commerce du poisson de Terre-Neuve, que les sociétés de pêche françaises pourraient développer, mais qui se trouve en concurrence avec « le poisson américain qui est admis en Canada en franchise complète ».

  • 10 J.-F. de Raymond, op. cit., p. 211-212 ; J. Portes, op. cit., p. 227 et suiv. et du même auteur, « (...)

9Les autorités canadiennes reçoivent La Capricieuse, son commandant, ses officiers et l’équipage avec cérémonie. Mais il s’agit d’éviter que la liesse populaire ne se transforme en un mouvement identitaire des Canadiens français. À la fin du mois de juillet, Paul-Henri de Belvèze est à Montréal. Comme à Québec, réceptions, banquets, bals se succèdent. De là, accompagné du procureur général du Canada-Uni, De Belvèze visite le Haut-Canada. Le 25 août, La Capricieuse entreprend la redescente du Saint-Laurent. Les objectifs assignés par le gouvernement ont-ils été atteints dans les années qui suivent la triomphale excursion du commandant de Belvèze10 ?

Des efforts peu couronnés de succès

10En 1858, le décret créant le consulat général de France à Québec est publié. Son premier titulaire est Charles-Henri-Philippe Gauldrée-Boileau. Il consacre les premiers mois de sa mission à rencontrer les autorités et à se renseigner sur la situation commerciale de la France au Canada. Dans une lettre datée du 29 décembre 1859, le constat qu’il tire est sans appel :

Jusqu’à présent le commerce direct entre la France et le Canada a été pour ainsi dire nul. Au point de vue de l’établissement de relations régulières entre les deux pays tout est presque à créer […]. Mais en général, les capitaux manquent au Canada et si notre commerce ne prend pas une certaine initiative il s’imposerait à perdre un marché de trois millions de consommateurs qui ne demandent qu’à s’ouvrir à lui […]. [Il faut] lui donner accès à la région des Lacs et la vallée du Mississippi.

11La correspondance de Gauldrée-Boileau révèle un représentant français à l’affût de toutes les informations lui permettant d’embrasser le Canada dans sa totalité. Il note les projets de ports francs, les perspectives de colonisation agricole de la rivière Rouge grâce à la progression du chemin de fer, l’importance du consulat de Victoria (qui relève de San Francisco), les promesses des gisements aurifères du fleuve Fraser, les ressources pétrolières d’Amérique du Nord — « la France devrait s’y intéresser » —, la qualité des produits de l’industrie canadienne à l’exposition de Montréal de 1860 et le dynamisme du Haut-Canada qui l’engage à proposer en 1862 la création d’une agence consulaire à Toronto, qu’il appuie d’un rapport économique précis dont la conclusion se veut définitive : « Ces chiffres parlent d’eux-mêmes pour une communauté aussi jeune que celle du Haut-Canada, ils indiquent un grand esprit d’entreprise et beaucoup de prospérité. » Il ne limite donc pas son champ d’action au Bas-Canada.

  • 11 J. Portes, La France, quelques Français et le Canada (1850-1870), Relations politiques, commerciale (...)

12Les contingences des négociations commerciales le rattrapent, car il perçoit très vite les causes de la faiblesse des échanges entre la France et le Canada ; la principale est résumée par lui en une phrase : « Le Canada ne vend point à la France et je crains que ce ne soit là une des principales sinon l’unique raison pour laquelle il ne lui achète rien. » Pas d’achat ? Si, bien sûr, mais des produits qui, soit relèvent du luxe et correspondent à un marché étroit, soit sont soumis à des droits d’entrée élevés et sont concurrencés par des productions canadiennes ou états-uniennes, ces dernières pouvant entrer sans droits grâce au régime de réciprocité. Il s’y ajoute la contrainte de devoir passer par les compagnies maritimes anglaises à partir du port de Liverpool. Gaudrée-Boileau se désespère à plusieurs reprises du manque de navires français : « Le fait le plus regrettable à constater c’est que notre marine marchande [ne] prend actuellement aucune part à un mouvement d’affaires qui pourrait si limité qu’il soit lui donner cependant des profits. » Il regrette aussi la faiblesse de l’immigration française. Mais qu’en attendait-on ? Le développement d’un marché de consommateurs francophones est « naturellement porté sur tout ce qui vient de ce pays [la France] » comme l’écrivait en 1854 l’agent consulaire français en poste à Sydney. Une part du fret est assurée par les compagnies maritimes françaises, comme c’est le cas dans les échanges avec les ports des États-Unis, du Brésil et surtout de l’Argentine. Mais comme le gouvernement n’entend pas la soutenir pour ne pas tarir l’émigration vers l’Algérie, la réflexion sur ce point reste virtuelle11.

  • 12 Ministère des Affaires étrangères, Correspondance commerciale, Québec, tome 3 (1864-1867).

13En 1864, Gauldrée-Boileau est remplacé par Frédéric Gautier. Il tire un bilan positif de son action : « l’impulsion est donnée et nous sommes en droit d’espérer que le commerce direct interrompu si longtemps entre la France et le Canada ne cessera de croître ». La situation n’a en fait guère évolué. Ce n’est pas la vente de quelques navires construits par les chantiers navals de Québec à des armements de Marseille et de Bordeaux, le frémissement des échanges entre les Antilles françaises et les ports du Saint-Laurent, le léger accroissement des ventes de vin qui permettent de conclure à une croissance importante du trafic direct entre la France et le Canada12.

  • 13 Ibid.

14Les années qui suivent sont toutes aussi décevantes. Les maisons commerciales qui envisagent de s’implanter au Bas-Canada se découragent vite. Seule la maison Courchet & cie, établie à New York, ouvre une succursale à Montréal, d’où elle exporte du bois et importe les produits caractéristiques de la France (vins, eaux-de-vie, tissus, etc.). Quant à l’achat de navires, si, de 1863 à 1870, la France achète 51 unités de 18 000 tonneaux, le nombre baisse ensuite à cause de la concurrence des bateaux en fer13.

Le tournant des années 1880

  • 14 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 32-33 ; B. Penisson, « Le commissariat canadien à P (...)

15En 1880, l’amiral Juin, arrivé à bord de la frégate La Magicienne, reçoit un accueil triomphal et, l’année suivante, Adolphe Chapleau, premier ministre du Québec, se rend à Paris et se fait le promoteur d’un véritable rapprochement qu’il marque l’année suivante par la nomination d’Hector Fabre à titre d’agent général pour la province de Québec dans la capitale française. Cinq mois plus tard, le gouvernement d’Ottawa nomme ce dernier agent fédéral. Soucieux de développer la promotion des relations entre les deux pays, Hector Fabre lance la revue Paris-Canada (1884)14.

16L’arrêté de nomination québécois indique

  • 15 B. Penisson, op. cit., p. 358.

que les relations d’affaires entre la province de Québec et le continent européen prennent tous les jours une extension croissante ; que de grandes industries, des institutions financières et d’autres entreprises fondées ou alimentées par le capital français se sont développées considérablement depuis quelque temps15.

  • 16 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 34.

17Des termes excessifs, compte tenu de la réalité des échanges ? Pas totalement : 4 000 000 $ ont été empruntés sur la place de Paris en 1881, des projets d’émigration circulent, et près d’une centaine de navires, dont une quarantaine sous pavillon français, entrent dans les ports de Québec et de Montréal en 188416.

Sir Wilfrid Laurier (1841-1919)
Premier ministre du Canada (1896-1911), premier Canadien français à occuper ce poste depuis la Confédération de 1867, il sera également le premier à ce titre à faire une visite officielle en France, où il séjournera trois fois (1897, 1902 et 1907) au cours de sa carrière politique. Il y déclare en août 1902 : « Bien que séparés depuis plus d’un siècle de la France, et bien que différents aujourd’hui des Français par beaucoup de points, nous avons gardé au cœur le culte de la France et nous avons pris notre part avec passion de toutes ses joies et de toutes ses douleurs, de ses douleurs plus encore que de ses joies. » Fait Grand Officier de la Légion d’honneur en 1897. La rue Wilfrid Laurier a été inaugurée en 1927 dans le 14e arrondissement de Paris.
Photographie de Henri Manuel, 1912. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Le port de Montréal, milieu du XIXe siècle
À cette époque, Montréal est la métropole économique du Canada ; son port est le plus actif de la côte est du pays. Les marchandises destinées au développement du centre et de l’ouest du pays sont transbordées au port de Montréal pour être transportées par la suite par chemin de fer ou par les canaux du fleuve Saint-Laurent.
Sépia signée et datée en bas à gauche : CJ WAY, 1864, titrée, sur la poupe du bateau, Montréal. Charles Jones WAY, peintre canadien (1835-1919). Collection Power Corporation du Canada.

18Au Québec, un autre outil entend jouer un rôle essentiel : la Chambre de commerce française. Le 27 mai 1886, le consul Georges Dubail réunit les négociants français de Montréal. Moins d’un mois plus tard, les statuts sont acceptés par l’assemblée générale. L’article 2 fixe comme but à la Chambre « de recueillir et d’échanger avec les commerçants et les institutions commerciales de la métropole tous les renseignements propres à développer les rapports commerciaux, industriels et financiers entre la France et le Canada ». Elle assurera remarquablement jusqu’en 1914 cette mission par son Bulletin mensuel bilingue et plusieurs publications, dont Le Canada et la France qui, sous la direction de Maurice Tremblay, est, en 1911, une mine de documentation sur les relations commerciales depuis 1886. La Chambre s’avérera un groupe de pression efficace dans la préparation et l’application du traité de commerce de 1893, et surtout de celui de 1907.

19Le Canada avait tiré profit du traité de libre-échange conclu entre la France et l’Angleterre en 1860. Mais lors du renouvellement en 1873, les colonies en sont exclues. Les négociations entre la France et le Canada échouent en 1879 à la suite de la difficulté à concilier les intérêts anglais avec les concessions faites à la France. En 1881, les négociations reprennent. Elles sont longues et difficiles entre méfiance britannique, rivalités politiques canadiennes et protectionnisme français. L’accord n’intervient qu’en 1893, grâce au travail obstiné de Gabriel Hanotaux et Charles Tupper, haut-commissaire du Dominion à Londres. Mais il n’est ratifié par les institutions parlementaires qu’en 1895 ! Hector Fabre souligne l’importance politique de l’accord : « Notre patriotisme se réjouit que ce soit avec la France que le Canada ait fait son premier traité de commerce […] ». Mais le jeu subtil des accords impliquant l’Angleterre, les États-Unis, le Canada et la France parasite son application. En 1900, le premier ministre Wilfrid Laurier propose au consul de France, Alfred Kleczkovski, l’ouverture de pourparlers pour aboutir à un nouvel accord commercial. De passage à Paris en 1902, Laurier veut à la fois nommer un agent commercial, négocier un nouveau traité et établir une nouvelle ligne de navigation. Les partisans du protectionnisme au Canada condamnent tout accord. Sans doute faut-il y ajouter, en suivant l’opinion d’André Siegfried, un certain attentisme français et une discrète mais efficace pression de notre allié britannique, « jaloux de voir sa colonie s’entendre trop bien avec nous ». Hector Fabre en appelle au réalisme : « En France comme au Canada, tous les esprits avisés sont d’accord pour souhaiter le resserrement des liens commerciaux et industriels qui substituent, par le fait des circonstances, aux liens sentimentaux. »

20La refonte complète de son régime douanier par le Canada en 1906 est l’occasion saisie par les Canadiens pour faire savoir à la France qu’il était prêt à discuter d’un nouvel arrangement commercial étendu à l’ensemble des exportations françaises et canadiennes au lieu de se borner à une vingtaine d’articles. L’entente cordiale développée entre la France et l’Angleterre favorise la reprise des pourparlers… d’autant que « le nouveau tarif canadien ne permet pas à la France de jouir d’un traitement équivalent à celui dont jouissent les produits anglais » note, réaliste, l’ambassadeur de France à Londres. Et celui-ci d’ajouter : « ce n’est pas la concurrence de nos produits qui préoccupe les industriels anglais, c’est celle des produits américains ». Le traité du 19 septembre 1907 est beaucoup plus complet que la convention de 1893. Retenons l’essentiel. Les réductions tarifaires portent sur 152 produits canadiens, au lieu de 21, et 98 produits français au lieu de 7. Le Canada consent des réductions de douane sur des produits importants pour la France (vins, conserves de légumes et de poissons, livres et publications, broderies et soieries, médicaments, huile d’olive, etc.). La convention accorde, pour tous les articles visés, la réciprocité du traitement de la nation la plus favorisée. Mais, comme en 1893, le transport direct est obligatoire pour que les avantages tarifaires soient appliqués. L’accord est conclu pour 10 ans, à moins de dénonciation avec préavis d’un an. Il fallut attendre la fin de 1909 pour que le traité soit ratifié à cause des réticences du Sénat français. Le relèvement par la France de son tarif douanier général quelques semaines plus tard n’empêche pas l’échange des ratifications le 1er février 1910 grâce à la modération canadienne. Ces accords ont-ils eu des effets sur les relations économiques entre la France et le Canada ?

21De 1880 à 1914, la France réussit à s’imposer comme le troisième partenaire commercial du Canada grâce à une croissance constante des exportations françaises à partir du milieu des années 1880, mais la concurrence allemande est forte. L’évolution des exportations canadiennes est moins dynamique et elles diminuent même de 1876 à 1895. Conséquence ? La balance commerciale française est régulièrement positive avec le Canada et le déficit en faveur de la France se creuse inexorablement. De 1900 à 1914, le déficit est passé de 2 500 000 $ à près de 11 000 000 $ ! La France semble profiter pleinement de l’accord de 1907-1910.

Le Crédit foncier franco-canadien
Première institution financière franco-canadienne établie au pays. Fondé le 18 novembre 1880 sous l’impulsion d’Adolphe Chapleau, premier ministre du Québec (1879-1882), le Crédit foncier franco-canadien réunissait des membres de l’élite issus du milieu des affaires et de la politique.
Crédit foncier franco-canadien, au coin des boulevards Saint-Joseph et Saint-Laurent, Montréal. Photographie non attribuée, 1911. Collection Édouard-Zotique Massicotte. Direction du Centre d’archives de Montréal (BANQ), P750-6-81A.

L’honorable Honoré Mercier (1840-1894)
Premier ministre du Québec (1887-1891). Honoré Mercier se tourne vers le Crédit lyonnais en 1888 pour souscrire un emprunt de 3 500 000 $ dans le but de financer, entre autres, la construction du chemin de fer de Québec et du lac Saint-Jean. En 1890, il séjourna en France pour contracter un nouvel emprunt de 4 000 000 $, renouvelé par un autre au même montant l’année suivante. En 1891, il sera fait commandeur de la Légion d’honneur, après avoir d’abord été nommé officier en 1888 (la rosette en apparaît sur le revers gauche de la veste d’Honoré Mercier dans ce portrait imprimé à de nombreux exemplaires pour être vendu à bas prix au public).
Oléographie par R. Reinhold d’après une photographie de J. E. Livernois, Québec. Succession Mercier. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 17 B. Penisson, « Les relations commerciales franco-canadiennes, 1880-1914 », Revue française d’histoi (...)

22Mais comme le souligne avec pertinence Bernard Penisson, ces chiffres ne correspondent sans doute pas à la réalité totale des échanges entre les deux pays. En effet, une bonne part des produits français transitent toujours par l’Angleterre et sont donc presque toujours notés dans les chiffres des importations anglaises. De plus, comment évaluer les produits français débarqués à New York et dirigés par chemin de fer vers Montréal ou Toronto et inscrits comme marchandises américaines par les douanes canadiennes ? À l’inverse, des produits considérés comme anglais par les douanes françaises, puisqu’en provenance de Grande-Bretagne, ont été produits ou fabriqués au Canada. D’autant que le passage par l’Angleterre évite aux exportateurs canadiens la taxe d’entrepôt et un nouveau réseau d’intermédiaires. Mais la part de ces échanges reste très marginale pour les deux pays. La France ne représente jamais plus de 2 % des importations totales canadiennes, et le Canada ne dépasse pas 0,1 % des importations générales françaises17. Aussi est-il légitime de se poser une question : en une période où les échanges franco-américains sont si dynamiques, pourquoi une telle atonie des relations commerciales franco-canadiennes ?

  • 18 B. Marnot, « Les relations commerciales entre la France et l’Amérique du Nord au XIXe siècle », dan (...)
  • 19 A. Siegfried, Le Canada, les deux races, Paris, Armand Colin, 1906, p. 404.

23Selon Bruno Marnot, il y a quatre séries de causes à cette atonie : en premier lieu, à la différence du commerce avec les États-Unis, la structure des échanges franco-canadiens ne présente pas le même caractère de complémentarité. La France importe du bois, produit d’exportation quasi exclusif du Canada jusqu’en 1880, mais se fournit pour l’essentiel en Scandinavie. Quant aux exportations françaises à destination du Canada, elles sont composées essentiellement de vin, d’eau-de-vie et de tissus, c’est-à-dire des produits de luxe, fructueux en valeur, mais faibles en volume. En premier lieu, avec un taux d’urbanisation inférieur et un pouvoir d’achat plus faible, notamment chez les Canadiens français, cible privilégiée des exportateurs, le marché canadien a un potentiel plus limité. En deuxième lieu, les initiatives lancées par la France dans les années 1850 ne suscitent guère d’intérêt de la part du milieu du négoce français à l’exception de quelques expéditions de firmes bordelaises et marseillaises. En troisième lieu, malgré l’abrogation des Actes de Navigation, le pavillon anglais continue à dominer ; la plupart des marchandises françaises transitent par Liverpool. Enfin, en dernier lieu, l’intégration économique et commerciale du Canada à l’ensemble américano-britannique s’avère être la raison fondamentale de l’échec français. Incapable de détourner les négociants de l’Angleterre après la guerre d’Indépendance, la France ne réussit pas à s’insérer dans les relations anciennes qui lient le commerce canadien aux économies de l’Angleterre et des États-Unis qui en accaparent près de 90 %18. En témoigne l’échec de la ligne maritime française entre le Havre, La Rochelle-La Pallice et le Canada, organisée en 1903 et 1904 et pourtant activement soutenue par Wilfrid Laurier, faute d’un chiffre d’affaires suffisant et surtout par le fait « que les articles aient davantage à passer par l’Angleterre pour s’y dénationaliser et bénéficier du trafic préférentiel19 ». Pourtant, la société Air Liquide perçoit un potentiel important à sa présence en territoire québécois et s’y installe en 1911.

Le Groupe Air Liquide
Le Groupe Air Liquide est présent au Canada depuis 1911. Sa première usine est alors située dans l’ancienne ville de Maisonneuve (aujourd’hui annexée à Montréal) où l’entreprise a toujours des installations. Air Liquide Canada compte près de 1 500 employés et possède des établissements d’un bout à l’autre du pays.
© Air Liquide.

Le maréchal de France Marie Émile Fayolle (1852-1928)
Membre du Comité France-Amérique, fondé à Paris en 1909, actif dans le développement des échanges commerciaux et culturels entre le Canada et la France. Le maréchal Fayolle est à la tête de la mission de 1921 chargée de promouvoir le commerce et l’industrie au Canada (Montréal, Québec, Ottawa, Toronto, Hamilton).
Le général Fayolle commandant la première armée, portrait par Jonas Lucien-Hector (1880-1947). © Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.

Maintenir des liens : une volonté partagée pendant l’entre-deux-guerres

24Du côté français, comme du côté canadien, s’exprime après la guerre la volonté de maintenir une politique contractuelle. Dès 1919, les signes ne manquent pas, témoignant de ce souci partagé d’entretenir entre les deux pays une relation fondée sur une histoire particulière : le Canadien Pacifique crée une ligne de paquebots entre Le Havre et Montréal, des missions françaises visitent le Canada. À l’histoire commune s’ajoute la solidarité d’arme pour fonder des relations de confiance, solides et durables dans un nouveau contexte international.

25Mais les deux parties sont bien évidemment conscientes que les relations internationales, tant sur le plan politique qu’économique, ont été profondément bouleversées par le premier conflit mondial, notamment dans les rapports entre l’Europe et l’Amérique du Nord. La réadaptation des économies nord-américaines à la paix, la nouvelle donne monétaire sont autant de paramètres à maîtriser pour les gouvernements. Les accords ne peuvent pas, au-delà des déclarations d’intention et de solidarité entre vainqueurs, ne pas tenir compte de ces réalités dans les négociations de l’après-guerre. Au gré, bien évidemment, de la vie politique des États qui peut entraîner des changements radicaux dans la politique économique internationale des nations.

La mission Fayolle, sur le Paris, en route pour New York et le Canada, été 1921
Au centre, puis à sa droite : le maréchal Fayolle, l’amiral Charlier et Mgr Maurice Landrieux. La délégation est accueillie à New York par les sénateurs Raoul Dandurand et Charles Beaubien avant de faire route vers le Canada. Elle visite les villes de Montréal, Trois-Rivières, Québec, Ottawa, Toronto et Hamilton au cours de son périple de dix jours.
Au Canada, préface de Gabriel Hanotaux, Paris, Librairie Félix Alcan, [1922], p. 160, pl. v.

Étiquettes de bouteilles de cognac
Les vins et spiritueux furent les premiers produits français à être importés à grande échelle au Canada à compter de 1850. Le cognac est l’une des premières marques françaises totalement
mondialisées. © Musées de Cognac.

L’accord commercial de 1922 : un accord fragilisé par la dépréciation de la monnaie française

  • 20 Ph. Prévost, La France et le Canada d’une après-guerre à l’autre (1918-1944), Saint-Boniface, Les É (...)

26En 1918, la France dénonce la convention de 1907-1909. Le Canada fait de même deux années plus tard. Une période au cours de laquelle le Canada constate une situation dégradée de ses échanges avec la France : les produits des États-Unis jouissent d’un tarif plus favorable et les exportations françaises profitent de la dépréciation du franc20.

  • 21 Ibid.

27Le 29 janvier 1921 est signé à Paris un accord commercial temporaire. La France se voit reconnue la clause de la nation la plus favorisée (hors des accords particuliers qui régissent les échanges du Canada avec l’Angleterre et les Dominions)… mais certains avantages spéciaux obtenus par la France en 1907-1909 sont annulés, alors que les Canadiens sont maintenus dans leurs avantages. Il ne s’agit en fait, comme l’écrit Philippe Prévost, que « d’une mise à jour temporaire des accords de 1907-1909 […] qui avait pour but de rétablir l’équilibre du commerce entre les deux pays en attendant la conclusion d’un accord définitif ». Mais la publication le 28 mars 1921 d’un décret relevant tous les droits de douane français, sauf pour les marchandises importées des États-Unis, jette la stupeur à Ottawa. Ce qui permit le déblocage de la situation fut l’élection des libéraux qui, dans la tradition de leur grand leader Laurier, considéraient que devaient s’établir des relations privilégiées avec la France21.

  • 22 Ibid., p. 221-225.
  • 23 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 54-56 ; J. Vinant, op. cit., p. 67-71.

28Les négociations de 1922 aboutissent à un nouvel accord commercial, signé le 15 décembre. La France reçoit la clause de la nation la plus favorisée et des réductions de droits de douane pour un certain nombre de produits. Il faut noter qu’elle n’obtient aucun dégrèvement sur l’ensemble des vins et spiritueux à l’exception du champagne, du cognac et de l’armagnac, à cause de la prohibition qui s’applique à sept provinces de la Confédération. Le Canada obtient un tarif minimum pour ses exportations principales, des réductions tarifaires pour d’autres et la garantie que les produits semblables à ceux exportés par les États-Unis ne seront jamais grevés de taxes supérieures à celles appliquées à son puissant voisin nord-américain22. C’est dans ce contexte qu’à l’initiative du sénateur canadien Charles-André Beaubien, deux trains-expositions sillonnent les deux pays en 1921 et 1923, une opération qui remporte un franc succès de part et d’autre de l’Atlantique. En 1924, la Chambre de commerce de Paris remet au sénateur Beaubien, lors d’une séance spéciale de la Société de géographie commerciale, sa médaille de vermeil, afin de souligner le succès de la mission du train-exposition23.

  • 24 Ph. Prévost, op. cit., p. 225-230.
  • 25 P.-A. Linteau, Histoire du Canada, Paris, PUF, coll. « Que-sais-je ? », p. 90-91.
  • 26 MAE, Archives diplomatiques (Nantes), poste de Vancouver (1896-1952), dossiers no 17-18 ; P.-A. Lin (...)

29La France profite largement de ce traité commercial grâce à la dépréciation du franc qui n’est stabilisé qu’en 1928 (le franc « Poincaré »). La valeur des exportations françaises au Canada double de 1922 à 1928, alors que la valeur des marchandises importées du Canada connaît, après un évident essor en 1923 et 1924, les deux seules années où la balance commerciale est défavorable à la France, un recul malgré le sursaut de 1927. Le gouvernement canadien ne pouvait pas ne pas réagir. Ce qu’il fit en 1926, mais par des décisions qui en fait laissent les agents des douanes décider des droits applicables aux marchandises, qu’ils considèrent en situation de dumping. La France est la première visée, mais que pouvait-elle faire, compte tenu de sa situation monétaire ? La stabilisation du franc lui permet de demander l’ouverture de nouvelles négociations afin de stabiliser les règles gérant les échanges commerciaux entre les deux pays24. D’autant que les autorités canadiennes semblaient s’engager dans des mesures protectionnistes suscitées par l’inquiétude causée par l’effondrement du prix du blé, première étape de la dépression économique, la ruine des agriculteurs se répercutant rapidement sur l’industrie. Comme le souligne Paul-André Linteau, « le Canada est […] l’un des pays industrialisés les plus sérieusement atteints […]. [G] rand exportateur de matières premières, le Canada est particulièrement affecté par le marasme profond du commerce international, aggravé par la réaction protectionniste qui se manifeste partout25. » Une situation dramatique qui n’empêche pas le consul de France à Vancouver de croire dans l’avenir du Canada en 1933 : « il est permis de penser que son redressement ne saurait faire de doutes et qu’il sera plus rapide que n’importe quel autre pays neuf ». Effectivement, l’année suivante, le Canada connaît une reprise économique notée par le poste français de Vancouver très au fait de la situation de l’Ouest canadien26. Ces années sont au contraire celles de la crise en France. C’est donc dans cette conjoncture que le Canada entend renégocier son accord commercial avec la France.

Des échanges soumis aux politiques monétaires et mis en péril par la Grande Dépression

  • 27 Ph. Prévost, op. cit., p. 270-271.

30Le 16 décembre 1931, le Canada dénonce le traité de 1922. Faute de pouvoir établir le cadre d’une convention provisoire, le Quai d’Orsay rejetant les propositions d’Ottawa, la France et le Canada se retrouvent six mois plus tard sans traité de commerce. Il faut attendre le mois d’octobre 1932 pour que s’engagent des négociations à Paris. Le Canada se voit octroyer le tarif minimum pour des produits essentiels pour lui : poissons, crustacés, pâte à papier, blé, chaussures, machines agricoles et matériels électriques. Comme le note à juste titre Philippe Prévost, aux productions de la pêche et de l’agriculture figurent désormais en bonne place des produits manufacturés, signe de l’industrialisation du Canada27. Le tarif intermédiaire est accordé à une soixantaine d’articles moins importants pour l’économie du Dominion. Le reste des exportations se voit appliquer le tarif maximum. Les exportations françaises sont l’objet de traitements différents, les produits les plus demandés par les Canadiens francophones (objets de culte et de piété, livres et brochures, revues, appareils médicaux, etc.) sont soumis à des droits minimaux, c’est-à-dire le tarif préférentiel du Commonwealth… sous réserve de l’accord du gouvernement anglais. Des produits essentiels pour les Français (fromages, broderies, soieries, foie gras, eau minérale, dattes, etc.) bénéficient de réduction sur le tarif intermédiaire. Pour bénéficier de ces dispositions, ces dizaines d’articles dont la liste est établie avec précision, comme lors des accords précédents, doivent être transportés en droiture. La France obtient le maintien de la surtaxe de change de 11 %.

Le sénateur Charles-Philippe Beaubien (1870-1949)
Sénateur (1915-1940) fort actif au sein de la filiale canadienne du Comité France-Amérique, fondée en 1910. Sa famille est l’actionnaire majoritaire de la Banque Beaubien, dont une succursale ouvre à Paris en 1910. Il décide d’organiser le voyage d’un train-exposition présentant de façon dynamique et attrayante les produits du commerce et de l’industrie de l’économie française. Francophile, il est le président du Comité national canadien de la Mission française qui visitera le Canada en 1934 à l’occasion du 400e anniversaire de l’exploration du fleuve Saint-Laurent par Jacques Cartier.
Dessin au fusain de M. Georges Leroux, membre de l’Académie des beaux-arts de Paris, 1935. Tel que reproduit dans Voyage au Canada : la mission Jacques Cartier, Éditions de l’Atlantique, 1935, p. 36, pl. 10. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 28 Ibid., p. 273 et suiv.

31Les débats les plus difficiles ont pour objet les vins et alcools français. Ottawa refuse d’appliquer des réductions tarifaires, car il est lié par les accords impériaux qui protègent les vins d’Afrique du Sud et d’Australie. La partie canadienne souhaitant que soit appliqué à son blé exporté un tarif minimum, en contrepartie, les Français entendent obtenir un alignement des droits sur leurs vins et alcools sur le tarif du Commonwealth. Blé pour les uns, vins et alcools pour les autres allaient-ils faire échouer la négociation ? Finalement, la France accepte d’accorder des droits de douane minimums pour le blé du Dominion en échange du tarif intermédiaire pour ses vins et alcools, mais fait admettre que le tarif minimum sur le blé ne pourra être maintenu plus d’une année si les eau-de-vie et vins mousseux français ne voyaient pas leurs droits alignés sur le tarif préférentiel de l’Empire britannique. Paris accepte, pour éviter la rupture, que ce dernier point fasse l’objet d’un échange de lettres et qu’il ne figure pas dans l’accord qui est ratifié à Ottawa le 12 mai 193328. Le nouvel accord est qualifié d’« arrangement » et non de traité. La crise de 1929 a-t-elle eu pour conséquence de mettre un terme à la volonté politique partagée par les deux partenaires depuis les années 1880 ?

32Ce nouvel accord fait immédiatement face à des difficultés lorsqu’il s’agit de le faire appliquer. De nouveaux pourparlers sont nécessaires pour le secteur des vins et alcools et nécessitent un avenant signé à Paris le 1er octobre 1934. Une fois ce domaine réglé, c’est celui du blé qui ressurgit. À l’origine de ce rebondissement se trouve le décalage entre les deux pays dans les conséquences intérieures de la crise économique mondiale. En 1934, le Canada connaît de premiers indices d’amélioration de sa situation économique, alors que la France, elle, s’enfonce dans la crise. À l’automne 1934, les prix du blé s’effondrent en France et le gouvernement doit s’engager, sous la pression des agriculteurs, à limiter les importations de céréales.

  • 29 Ibid., p. 275-279.

33Cette convention ne relance pas les échanges commerciaux entre la France et le Canada, puisque le total des échanges entre les deux pays continue de décroître pour se stabiliser au niveau le plus bas atteint en 1936. Avec toutefois un phénomène majeur : la balance commerciale est favorable au Canada à partir de 1932, et ce, jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939. La cause de ce retournement est le maintien du niveau des exportations canadiennes vers la France, alors que les exportations françaises baissent dès 1931 et que, malgré un rebond en 1932, elles s’effondrent à partir de 1935. Cette évolution ne peut être comprise qu’à la lumière des politiques monétaires des différents pays, la monnaie française se retrouvant défavorisée par rapport à sa contrepartie canadienne29.

34La conclusion de P. Prévost est claire et sans appel :

  • 30 Ibid., p. 280-281.

Les échanges sont restés très faibles en raison de la structure du commerce entre les deux pays. D’un côté, l’essentiel des ventes était constitué par le blé, un produit pour lequel la France se suffisait […]. De l’autre, les industriels canadiens, presque tous anglophones, préfèrent importer leurs machines d’Angleterre et des États-Unis, produire eux-mêmes. La France ne pouvait guère exporter au Canada que des articles de luxe ou de demi-luxe, produits dont les ventes sont limitées et qui sont très sensibles à la conjoncture économique surtout en période de crise. Enfin, il ne faut pas oublier que les vins français, qui constituaient une part non négligeable des exportations avant 1914 furent frappés par les mesures de prohibition adoptées par la plupart des gouvernements provinciaux à l’exemple des États-Unis. Tous ces facteurs expliquent largement l’atonie des relations commerciales franco-canadiennes. Les dévaluations du franc et du dollar, autant que la récession, ne purent qu’aggraver la faiblesse des échanges et rendre pratiquement inopérants les accords passés entre les deux pays30.

  • 31 P.-A. Linteau, op. cit., p. 99.
  • 32 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 65-69.

35Le 10 septembre 1939, le Canada entre en guerre et devient une vaste usine de munitions et d’armes, auxquelles il faut ajouter de grandes quantités d’aliments. Un million d’hommes et de femmes servent dans les forces armées. Mais, comme le souligne Paul-André Linteau, « pour l’ensemble des Canadiens, la guerre est synonyme de prospérité31 ». Dans les relations avec la France, il faut attendre 1942 pour que le consul de France à Québec soit expulsé et les relations rompues avec Vichy. Pour les représentants de la France libre, il s’agit de retourner l’opinion canadienne en faveur du général de Gaulle. Ce dernier se rend au Canada en 1944 et en 1945. Dès 1947, les relations reprennent. Dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, se tient la grande « Exposition française de Montréal ». Quarante et un secteurs d’activités industrielles, artistiques et culturelles sont représentés. Au cours des années 1950, près de 17 000 Français vont émigrer au Canada, la grande majorité s’installant au Québec, tandis que le groupe agroalimentaire français en vue dans cette période, Henri Maire, s’installe au Québec en 195132.

Du volontarisme au principe de réalité 1960-2008

36Au début du XXIe siècle, le troisième investisseur étranger en stock au Canada, après les États-Unis et le Royaume-Uni, est la France (le quatrième en valeur absolue). Certes, cette situation est due à de très importantes opérations de fusions et d’acquisitions de sociétés canadiennes menées par Vivendi, Alcatel, Alstom et Rexel en 2000. On compte 400 entreprises françaises implantées au Canada, pour plus de 100 000 emplois directs. Le groupe Total devrait investir 10 milliards d’euros dans l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta au cours des 10 prochaines années. De l’autre côté, concernant les investissements canadiens en France, depuis le rachat de Pechiney par Alcan en 2003, le stock d’investissement direct étranger canadien en France est évalué à 12,3 milliards d’euros (soit 2,6 % du stock). On compte 180 filiales de sociétés canadiennes en France — laquelle est la sixième destination des investissements directs étrangers (IDE) canadiens. Mentionnons notamment Alcan (acquise en 2007 par le groupe anglo-australien Rio Tinto, fondé en 1873), Bombardier, Financière Power, Nortel, Cascades, McCain, Quebecor, SNC-Lavalin, EnCana et Vermilion.

Exposition française de Montréal (1954)
En septembre 1954 se tenait au Palais du commerce, à Montréal, l’exposition française la plus importante à ce jour, destinée à faire valoir les réalisations prometteuses de l’art, de l’industrie, de la culture et de la technique. Elle démontrait comment la France avait réussi à se reconstruire après la guerre. Cette exposition fit forte impression et démontra que la France était désormais un pays moderne et tourné vers l’avenir.
« Exposition française de Montréal, septembre 1954 », catalogue officiel/Official Catalogue, République française, Comité permanent des foires à l’étranger, 1954, xvi, 151 p. (22 cm). Collection de Fernand Harvey.

Bombardier Transport en France
Tramway Bombardier Flexity Outlook, à Marseille, juin 2007. L’entreprise canadienne Bombardier est bien implantée en France où elle fabrique de l’équipement de transport.
© Bombardier.

37Durant cette époque contemporaine, deux grandes périodes se discernent assez nettement.

  • 33 L’annonce par Michelin, en août 1969, d’implanter en Nouvelle-Écosse deux usines de fabrication de (...)

38De 1960 à 1982, interviennent des mutations dans les systèmes postcoloniaux qui ont une profonde résonnance sur les relations du Canada et du Québec l’un à l’égard de l’autre du fait des mutations des relations du Canada avec le Royaume-Uni, la France et la Communauté européenne. Elles ont un impact important sur le Canada, l’engageant à revoir ses systèmes d’alliance privilégiée (1960-1973 : rapprochement avec les États-Unis, évolution du système fédéral). Ces années sont celles du volontarisme politique de part et d’autre (au Québec avec l’émergence d’un nouveau nationalisme symbolisé par la Révolution tranquille, comme en France par le gaullisme). Mais le volontarisme se heurte à ses limites politiques, car il ne s’appuie pas encore sur l’économique. Autrement dit, on ne s’appuie pas encore assez sur les forces profondes — culturelles et linguistiques —, tant il devrait être normal que soient acceptées non seulement la volonté des Québécois francophones et des Français d’assumer leurs échanges commerciaux avec le plaisir, mais aussi l’appétence, l’intérêt d’utiliser la langue qu’ils ont en partage et les structures économiques — celles qu’ici encore ils ont en partage33. Au premier rang de ces structures économiques partagées figurent les grands opérateurs intégrés verticalement dans les services d’intérêt général (les utilities) qui sont efficaces économiquement, socialement et politiquement, car ils sont producteurs d’homogénéité économique au service de multiples PME.

  • 34 Théorie par laquelle les compétences provinciales du Québec doivent se prolonger à l’extérieur, con (...)

39De 1985 à 2008, une accalmie aux passions s’installe, due à la reconnaissance de la situation particulière du Québec faisant des relations franco-québécoises un cas unique dans les relations internationales (une relation privilégiée d’un État souverain avec une entité provinciale d’un autre État souverain respectant les formes juridiques internationales). Cette période est assise sur une forte montée en puissance des relations économiques décentralisées34. S’agit-il d’un prélude à une nouvelle page de l’Histoire du Québec ?

Des années de la décolonisation et de la reconnaissance des droits provinciaux aux années d’intégration fédérale

  • 35 T. O. Lloyd, The British Empire, 1558-1995, Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 366-367.

40Au Québec, la situation sociopolitique des années 1960 est assez explosive. Le nationalisme modernisateur de la Révolution tranquille soutient la revendication d’une emprise plus forte des francophones sur l’économie du Québec. Le slogan « Maître chez nous », utilisé par le Parti libéral lors des élections de 1962 est un puissant symbole de cette remise en question de l’emprise des anglophones sur l’économie du Québec35. Le résultat le plus emblématique de ce changement fut à cette époque la stratégie de développement économique autonome, fondée sur une démarche largement inspirée du modèle de développement suivi par la France des Trente Glorieuses et fort bien étudié par l’économiste québécois Jacques Fortin. Le meilleur exemple est sans doute celui de la nationalisation, en 1963, de la partie de l’industrie hydroélectrique qui n’avait pas déjà été étatisée en 1944.

Visite officielle d’André Malraux, ministre des Affaires culturelles de la France (1959-1969)
André Malraux vient inaugurer l’exposition technique française de 1963 au Palais du commerce, alors l’exposition la plus grande consacrée à l’industrie, à la technique et aux produits de consommation français qui ait été tenue à Montréal. Celle-ci aura un impact important dans la relance des échanges commerciaux et professionnels pour les années à venir.
De gauche à droite : Georges-Émile Lapalme, ministre des Affaires culturelles du Québec ; l’honorable Louis Robichaud, premier ministre du Nouveau-Brunswick ; André Malraux, ministre des Affaires culturelles de la France ; l’honorable Jean Lesage, premier ministre du Québec ; l’honorable Lionel Chevrier, ministre de la Justice du Canada et solliciteur général ; son Excellence Raymond Bousquet, ambassadeur de la France au Canada. © Photographie Gilles Richard, 1963. Collection du Fonds du ministère de la Culture et des Communications du Québec. Direction du Centre d’archives de Montréal (BANQ), E6, S7, SS1, P632547.

  • 36 La question linguistique demeure une question majeure, comme le soulignait encore dernièrement Jean (...)

41La société publique Hydro-Québec, dont l’emprise est alors étendue à toute la province, devient le plus puissant symbole de la stratégie de développement autocentré sur les ressources énergétiques naturelles du Québec, avec une volonté affirmée initialement par le Parti libéral, puis reprise par les gouvernements successifs depuis les années 1960. Ce type de développement industriel a permis au Québec de se développer en assurant aux citoyens francophones de nouveaux emplois situés dans des domaines dont ils étaient auparavant exclus, en obtenant des résultats remarquables faisant mentir les critiques anglophones36. À partir des années 1970, les nouveaux entrepreneurs francophones qui ont profité à la fois des réformes scolaires des années 1960 et de l’appui financier et politique de l’État deviennent les nouvelles vedettes de la société québécoise.

  • 37 J. Lampron, « La plus importante vague d’investissements de France est survenue au Québec dans les (...)
  • 38 Ibid.

42C’est durant ces années 1980 qu’intervient la reprise d’investissements qui va entraîner au cours de la décennie suivante la plus importante vague d’investissements de la France au Québec depuis la reprise de relations commerciales au XIXe siècle37. Jusqu’à 3 000 emplois sont créés par les entreprises françaises au Québec de 1980 à 1989, puis ce sont 12 000 emplois créés par les mêmes opérateurs français dans la province durant la décennie 1990-200138. Julien Lampron résume le chemin parcouru dans cette évolution des relations commerciales franco-canadiennes à travers le Québec :

  • 39 Ibid., p. 55.

L’économie québécoise a considérablement évolué au cours des quarante dernières années. Surtout centrée sur le secteur secondaire au tournant de la « Révolution tranquille » et comptant presque exclusivement sur des investissements étrangers en provenance des États-Unis, l’économie québécoise se présente aujourd’hui résolument tournée vers l’avenir et plus que jamais ouverte aux entreprises étrangères. La coopération économique entre la France et le Québec s’est véritablement amorcée dans les années 1960 avec la création des filiales québécoises de grandes entreprises françaises, notamment dans le secteur bancaire. Celles-ci ont pris de nombreuses participations dans la Société générale de financement, ce qui a permis l’émergence en 1962 d’un faisceau de nouvelles entreprises. Le choc pétrolier de 1973 a constitué un dur coup de frein. Mais les fondations mises en place au cours de la décennie précédente ont permis à la coopération économique de se poursuivre et de s’intensifier tout au long des années 1970, amenant une nouvelle vague d’investissements français. Celle-ci s’est encore accrue dans les années 1980. Avec la mise en œuvre de l’accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis le 1er janvier 1989, le Québec est devenu pour les entreprises françaises une porte d’entrée, une passerelle, pour le marché nord-américain. Au cours des années 1990, les nouvelles orientations de l’économie québécoise ont ouvert des secteurs d’excellence correspondant aux priorités de développement de la France. Le Québec offre une main-d’œuvre de qualité, une fiscalité favorisant la recherche et le développement ainsi qu’un taux de change propice à l’exportation39.

43Environ 250 entreprises françaises sont alors recensées comme ayant effectué un investissement au Québec, et 286 entreprises ont un lien de parenté avec une entreprise française au Canada. En 2001, les opérateurs français sont surtout installés dans les secteurs des services et conseils en communication, vêtement, mode et cosmétiques, transport aéronautique et aérospatial, produits pharmaceutiques et médicaux, informatique, énergie-métallurgie et construction-bâtiment ou encore l’agroalimentaire (plus de 60 000 000 $ investis par Danone en 1993, avec 350 emplois créés au Québec).

Mondialisation, américanité, francité et investissements

  • 40 Alors directeur de la planification stratégique à la Société de transport de la communauté urbaine (...)
  • 41 J. Fortin, Québec, le défiéconomique, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1990.
  • 42 Actes du colloque « Les relations internationales du Québec depuis la Doctrine Paul Gérin-Lajoie (1 (...)

44La relation très forte qui s’est établie entre la volonté d’autonomie du Québec depuis 40 ans est allée de pair avec l’émergence du phénomène de la mondialisation dans la circulation des hommes, des capitaux et des idées. Ce phénomène de mondialisation est incontournable pour comprendre, tirer un bilan et envisager une projection vers le futur des relations économiques franco-canadiennes ou franco-québécoises. C’est d’ailleurs dès 1990 qu’un jeune économiste québécois, Jacques Fortin40, a souligné cette relation existant entre la dimension d’intégration économique régionale ou mondiale, d’une part, et d’autre part, le développement des aspirations du Québec à diriger ses propres affaires, dans le prolongement de la période de la Révolution tranquille41. En 2008, la relation du Québec avec la France ne peut plus se concevoir sans intégrer cette relation au phénomène de la mondialisation en tenant compte de l’engagement européen de la France dans la construction de l’entité communautaire de l’Union européenne (UE)42. On va y revenir avec le renforcement des relations entre la France et le Canada ou entre l’UE et le Canada, ce renforcement devant être accompagné et complété, en vertu des principes de subsidiarité chers aux démocrates chrétiens et socio-démocrates européens, par des relations soutenues entre le Québec et la France, puisque l’essentiel des relations économiques entre la France et le Canada passe par les relations directes entre entreprises économiques et culturelles québécoises et françaises.

  • 43 G. Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde, Montréal, Boréal, 2000.
  • 44 Anne Legaré, Le Québec, otage de ses alliés. Les relations du Québec avec la France et les États-Un (...)
  • 45 Frédéric Bastien, Le poids de la coopération : le rapport France-Québec, Montréal, Québec-Amérique, (...)
  • 46 Ibid., p. 10.

45Le Québec se situe-t-il ou doit-il se situer dans une dialectique de la relation à son américanité ou à sa francité, voire à sa francitude, lorsque ses aspirations culturelles et linguistiques sont remises en cause ? La question de l’américanité du Québec a été mise en avant notamment par Gérard Bouchard, tandis que les intellectuels québécois43 oscillent par rapport à la question de la francité où s’affrontent puis convergent les deux thèses ou options dominantes d’Anne Legaré44 et Frédéric Bastien45. Frédéric Bastien souligne de manière optimiste que la coopération entre le Québec et la France se mesure d’abord et avant tout par comparaison avec la coopération de la France avec le gouvernement fédéral, tandis qu’Anne Legaré montre du scepticisme sur l’intérêt réel de la France pour le Québec, même si une forte coopération culturelle et universitaire existe (qui masque en fait l’absence de présence politique de la France au Québec même). Ce scepticisme est renforcé par son doute que les intérêts économiques puissent servir à transcender des intérêts politiques, en dépit de la force des intérêts économiques qui ont pu se nouer entre le Québec et la France grâce à la dimension culturelle : « il ne faut pas confondre les intérêts stratégiques et les intérêts économiques, car ces derniers ne peuvent pas suffire à définir une politique internationale46 ».

46Loyauté, fidélité ou solidité des convictions de la France vis-à-vis du Québec et des Québécois ? Il s’agit d’une grave question que les Québécois sont en droit de se poser vis-à-vis des dirigeants français, tant il est vrai que la classe politique et administrative parisienne apparaît parfois très empreinte de realpolitik assez désincarnée, oubliant les peuples et leur composante humaine, plus inspirée par des diplomates comme Talleyrand ou Metternich que des hommes d’État comme Charles de Gaulle.

  • 47 Voir les déclarations du président Sarkozy, notamment devant la gouverneure générale du Canada, dan (...)

47La tendance de la realpolitik semble actuellement en cours à Paris, par exemple si l’on en juge par les déclarations du président de la République française sur les plages de Normandie en mai 200847. Mais que dire du témoignage du peuple français, dont les cérémonies de la Grande Traversée à La Rochelle et à Bordeaux en mai 2008 ont donné une idée de l’attachement passionné au Québec ? L’approche populaire est plus empreinte de la dynamique d’implantation et d’accueil d’entreprises, notamment de PME, de part et d’autre de l’Atlantique, dans les deux espaces économiques francophones.

  • 48 48. Si l’on s’attache à l’étude des relations franco-canadiennes, il faut souligner la présence de (...)
  • 49 Voir R. Aubé, « Les relations économiques s’intensifient avec les régions françaises », Le Magazine (...)

48Qu’on en juge : considérée comme l’un des 10 marchés prioritaires du Canada à travers le monde, la France est son troisième partenaire commercial au sein de l’Union européenne, après le Royaume-Uni et l’Allemagne48, et le septième à l’échelle mondiale. Les relations commerciales entre la France et le Canada se sont en fait nettement renforcées depuis la fin des années 1990, favorisées par une desserte aérienne devenue plus importante et par l’augmentation des échanges à la fois technologiques et scientifiques. Depuis 1990, les échanges globaux entre la France et le Canada n’ont donc cessé de s’accroître, tant sur le plan des personnes (au-delà même du flux de touristes) que des biens corporels ou incorporels, avec l’établissement de plusieurs centaines de filiales de grands groupes et de PME dans chacun des deux pays. Ces échanges divers — plus particulièrement avec l’Ontario, le Québec, les provinces de l’Atlantique et, dans une mesure moindre, avec l’Alberta, la Colombie-Britannique et le Manitoba — se sont progressivement transformés en projets commerciaux, industriels, financiers et culturels à long terme, marquant ainsi la solidité et la vitalité des échanges entre les deux pays, par-delà les discours des hommes politiques. Il faut aussi appliquer la démarche provinciale au cadre français, puisque six régions françaises ont développé des relations suivies avec le Québec : le Nord-Pas-de-Calais, l’Auvergne, l’Alsace, le Rhône-Alpes, l’Aquitaine et le Poitou-Charentes. Le volontarisme des régions françaises peut d’ailleurs fournir une nouvelle solution de soutien aux implantations d’opérateurs français au Québec ou d’accueil d’opérateurs québécois en France, en particulier au moment où le gouvernement français semble préférer afficher une plus grande proximité avec le gouvernement fédéral canadien, comme cela a été observé au printemps 200849.

  • 50 Communiqué de presse du 11 juin 2008.

49En ce qui concerne la relation entre l’Union européenne et le Canada, l’UE est le deuxième partenaire du Canada, après les États-Unis, et le deuxième investisseur. Sur le plan bilatéral franco-canadien, le communiqué publié à l’occasion d’un plan d’action franco-canadien signé le 11 juin 2008 souligne que la France constitue le neuvième partenaire commercial du Canada à l’échelle mondiale et son quatrième en Europe, après le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Norvège. La France est le quatrième investisseur en importance du Canada, ses investissements dans notre pays s’étant chiffrés à 17,4 milliards de dollars en 2007. En outre, en 2006, près de 400 entreprises françaises avaient leur siège au Canada. De plus, la France constitue la septième destination pour l’investissement canadien, lequel s’est élevé à 14,6 milliards de dollars en 2007. À la fin 2007, les échanges bilatéraux de marchandises entre la France et le Canada ont atteint le sommet sans précédent de 8,2 milliards de dollars50.

Paul G. Desmarais (1927-)
Président du Comité exécutif de Power Corporation du Canada, associé au baron belge Albert Frère dans de multiples investissements français et européens, il a réussi à bâtir un empire industriel et financier. Dès le début des années 1980, il voit la France comme un pays où le peu d’investissements canadiens ouvre la porte à l’initiation, avec les chefs de file français, de nombreuses occasions d’affaires. Il est fait grand’croix de la Légion d’honneur en 2008.
© Gil Jacques, 1995.

50Bien que le Canada pèse à peu près 10 % du PIB de l’UE et de la population européenne, soit environ la moitié de la France, il semble que les relations de part et d’autre de l’Atlantique privilégient une dynamique institutionnelle homothétique : la Fédération du Canada a des relations privilégiées avec l’Union européenne ; le Québec, en tant qu’entité provinciale infrafédérale, a des relations privilégiées avec un État membre de l’Union européenne, la France. Une partie essentielle des relations entre le Canada et l’Union européenne continentale passe par les relations commerciales entre la France et le Québec. Les instruments de base des relations euro-canadiennes qui ont été constitués initialement dans les toutes dernières années de la décennie 1990 sont nombreux. Les plus importants sont l’accord-cadre conclu en 1996 sur la coopération commerciale et économique, et aussi l’accord de coopération en matière de concurrence de 1998, qui relève de la catégorie des nombreux accords sectoriels (par exemple dans le domaine des vins et spiritueux). Il existe aussi des déclarations (en 1996 sur le plan d’action ; en 1998 concernant les initiatives commerciales). Des négociations sont en cours afin, notamment, de lever les obstacles réglementaires au commerce et d’augmenter les investissements, qui pourraient déboucher sur un renforcement de la coopération bilatérale entre l’Union européenne durant la présidence française et le Sommet euro-canadien de Montréal à l’automne 2008. La principale différence avec les États-Unis est le caractère plus contraignant des instruments mis en place entre l’UE et le Canada que de ceux mis en place entre l’UE et les États-Unis. En effet, le partenariat transatlantique euro-canadien est basé sur le soutien au multilatéralisme fondé sur la règle de droit. La communauté d’idées liant l’Europe au Canada est plus forte qu’avec les États-Unis, notamment grâce à la convergence forte liant le Québec à la France au sein de l’entité canadienne. Le Canada et l’UE partagent aussi les mêmes opinions à propos de thèmes très généraux (par exemple en ce qui concerne la réforme de l’ONU), mais aussi de thèmes plus spécifiques, dans lesquels les dirigeants québécois ont affirmé très tôt leur leadership intellectuel dès les années 1960, avec les problématiques du développement durable, de la lutte contre le réchauffement climatique, de l’importance de la diversité culturelle et celle de la coopération des institutions publiques avec la société civile. Le ministre des Affaires étrangères et du Commerce international, ministre de la porte d’entrée du Pacifique et des Jeux olympiques de Vancouver-Whistler, et la ministre française de l’Économie, des Finances et de l’Emploi ont signé le 11 juin 2008 le Plan d’action conjoint Canada-France. Cet accord est appuyé par les milieux d’affaires canadiens et européens, car il assure une plus grande libéralisation du commerce et de l’investissement sur le plan bilatéral franco-canadien, dans ce qui manifeste une volonté de l’État fédéral canadien d’étendre aussi à d’autres provinces les relations économiques très fortes existant jusqu’ici entre le Québec et la France. Le Plan d’action conjoint Canada-France vise à consolider les relations économiques en les faisant reposer sur trois grands objectifs :

1) renforcer la coopération dans des domaines liés à la compétitivité, à l’innovation, à la science et à la technologie ; 2) appuyer l’établissement d’un partenariat plus étroit entre le Canada et l’Union européenne ; 3) aider les petites et moyennes entreprises de part et d’autre à accroître leurs activités sur les marchés du Canada et de l’Union européenne.

51La fédération canadienne double ainsi le renforcement de ses relations institutionnelles avec l’Union européenne, et la Commission européenne qui l’incarne, par un renforcement de ses relations avec le gouvernement français, que celui-ci ne saurait refuser. Le 8 mai 2008 à La Rochelle, la Gouverneure générale du Canada rappelait ainsi — très politiquement — que les gouvernements français et canadiens partagent des efforts communs sur le plan international tant dans un cadre bilatéral que multilatéral (par exemple, l’engagement des forces françaises et canadiennes en Afghanistan).

52La question fondamentale demeure celle de la dépendance du Canada par rapport aux États-Unis : Ottawa, Toronto ou Montréal demeurent à une heure et demie de Boston ou de New York en avion. Mais le Canada est un État fédéral dont l’un des États fédérés, le Québec, possède des relations privilégiées avec un État membre de l’Union européenne, la France, même si Québec est à six heures de vol de Paris. De plus, le Canada exprime une volonté de s’affranchir de son grand voisin du Sud, notamment en se rapprochant de l’Union européenne. Le Québec peut alors servir les intérêts fédéraux, et la langue française devient de ce fait un atout. La volonté fédérale canadienne d’une plus grande coopération avec les principaux partenaires économiques et surtout avec l’Europe sur des valeurs partagées, qui sont celles du Canada et de la France, rejoint celle de tous les dirigeants québécois successifs.

53L’américanité du Québec et l’européanité de la France n’effacent pas la force et la permanence de volonté de partage et de l’esprit de la francophonie. De ce point de vue, la problématique est demeurée identique aux XIXe et XXe siècles : il y a une histoire particulière des relations entre le Canada et la France grâce à l’acharnement des Québécois à préserver leur identité culturelle et linguistique. Le plus grand défi pour les Français, qu’ils soient à Paris ou dans les régions, est de se montrer à la hauteur de cette aspiration profonde.

54On ne peut donc que souscrire aux conclusions de Frédéric Bastien dans son ouvrage déjà cité :

  • 51 Ibid., p. 269.

Des tensions surviendront certainement dans l’avenir entre la vision trudeauiste du Canada, appuyée par une majorité au Canada anglophone, et la vision dualiste des Québécois. Les relations avec la France et la participation du Québec à la francophonie continueront de poser problème aux tenants de la thèse voulant que le Canada ne forme qu’une seule nation, fondée sur dix provinces égales. Dans la mesure où cette dispute débordera dans l’arène des relations internationales, le Québec pourra de nouveau compter sur la France dans son opposition au Canada anglais51.

55Les relations commerciales entre le Canada et la France, dès lors qu’elles concerneront le Québec, seront assurément stimulées par le recours à la langue française, qui cimente la société québécoise et son identité si forte, et qui la différencie des sociétés des autres provinces au sein de la fédération canadienne.

Notes

1 D. Stairs et G. R. Winham (dir.), Les dimensions politiques des rapports économiques entre le Canada et les États-Unis, Ottawa, Commission royale sur l’union économique et les perspectives de développement du Canada, 1985.

2 Y. Lamonde et D. Poton (dir.), « La Capricieuse » [1855] : poupe et proue. Les relations France-Québec [1760-1914], Sainte-Foy, Les Presses de L’Université Laval, 2006, p. 371-372 (éléments de conclusion).

3 R. Durocher et P.-A. Linteau, Le « retard » du Québec et l’infériorité économique des Canadiens français, Montréal, Boréal, 1971 ; G. Paquet et J.-P. Wallot, Un Québec moderne 1760-1840. Essai d’histoire économique et sociale, Montréal, Hurtubise, coll. « Cahier du Québec », 2007.

4 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, Coup d’œil sur l’inventaire bibliographique des relations France-Québec depuis 1760, Montréal, Fondation et Centre de recherche Lionel-Groulx/Bibliothèque nationale du Québec, p. 65-69, 1999 (avec la participation de S. Ledoux).

5 J. Vinant, De Jacques Cartier à Péchiney. Histoire de la coopération économique franco-canadienne, Paris, Chotard et Associés Editeurs [s.d.] [1987] ; G. Cholette, La coopération économique francoquébécoise de 1967 à 1997, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1998.

6 L. Groulx, « La Capricieuse en 1855 : célébrations et significations », dans Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 234-235.

7 Ibid., p. 236-237.

8 J. Portes, « La Capricieuse (1855). Entre France, Grande-Bretagne et Louisiane », dans Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 227 et suiv. ; J.-F. De Raymond, « La Capricieuse dans les archives diplomatiques françaises. L’initiative et la décision », dans Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 211-212.

9 Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 376 (éléments de conclusion).

10 J.-F. de Raymond, op. cit., p. 211-212 ; J. Portes, op. cit., p. 227 et suiv. et du même auteur, « La Capricieuse au Canada », Revue d’Histoire de l’Amérique française, vol. 31, no 3, décembre 1977, p. 351-370 ; F. Le Jeune, « Les relations France-Bas-Canada entre 1837 et 1855 : le Canada reconquis par la France ou la France reconquise par le Canada ? », dans Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 99-131.

11 J. Portes, La France, quelques Français et le Canada (1850-1870), Relations politiques, commerciales et culturelles, thèse de doctorat, Université de Paris I-Sorbonne, 1974 ; J. Portes, « La reprise des relations entre la France et le Canada après 1850 », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 62, no 228 (1975), p. 452 et suiv., ainsi que « L’établissement du réseau d’agences consulaires françaises au Canada (1850-1870) », Études canadiennes, no 3, 1977, p. 59-70 ; Ministère des Affaires étrangères, Correspondance commerciale, Québec, tome 1 (1858-1862), tome 2 (1862-1864), Correspondance politique des consuls (Angleterre, consulat de Québec), vol. 35-50 (1860-1882).

12 Ministère des Affaires étrangères, Correspondance commerciale, Québec, tome 3 (1864-1867).

13 Ibid.

14 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 32-33 ; B. Penisson, « Le commissariat canadien à Paris (1882-1928) », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 34, no 3, décembre 1960, p. 357-376.

15 B. Penisson, op. cit., p. 358.

16 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 34.

17 B. Penisson, « Les relations commerciales franco-canadiennes, 1880-1914 », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 87, 1990, p. 35-73 ; G. Fabre, « Un Français « conquis » : André Siegfried face à Wilfrid Laurier », dans Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 343-360.

18 B. Marnot, « Les relations commerciales entre la France et l’Amérique du Nord au XIXe siècle », dans Y. Lamonde et D. Poton (dir.), op. cit., p. 11-15.

19 A. Siegfried, Le Canada, les deux races, Paris, Armand Colin, 1906, p. 404.

20 Ph. Prévost, La France et le Canada d’une après-guerre à l’autre (1918-1944), Saint-Boniface, Les Éditions du Blé, 1994, p. 217.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 221-225.

23 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 54-56 ; J. Vinant, op. cit., p. 67-71.

24 Ph. Prévost, op. cit., p. 225-230.

25 P.-A. Linteau, Histoire du Canada, Paris, PUF, coll. « Que-sais-je ? », p. 90-91.

26 MAE, Archives diplomatiques (Nantes), poste de Vancouver (1896-1952), dossiers no 17-18 ; P.-A. Linteau, op. cit., p. 90-91.

27 Ph. Prévost, op. cit., p. 270-271.

28 Ibid., p. 273 et suiv.

29 Ibid., p. 275-279.

30 Ibid., p. 280-281.

31 P.-A. Linteau, op. cit., p. 99.

32 J.-P. Chalifoux et J.-R. Lassonde, op. cit., p. 65-69.

33 L’annonce par Michelin, en août 1969, d’implanter en Nouvelle-Écosse deux usines de fabrication de pneus pour desservir l’Amérique du Nord provoqua à Québec la surprise générale. L’explication officielle qui en fut donnée par le premier ministre du Québec Jean-Jacques Bertrand : « Certaines entreprises décident de leur localisation pour des motifs purement économiques. »

34 Théorie par laquelle les compétences provinciales du Québec doivent se prolonger à l’extérieur, connue au Québec sous le nom de doctrine Gérin-Lajoie, bâtie en référence ou en réaction à la doctrine de Monroe ; voir les actes du colloque Les relations internationales du Québec depuis la Doctrine Paul Gérin-Lajoie (1965-2005), Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 2006.

35 T. O. Lloyd, The British Empire, 1558-1995, Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 366-367.

36 La question linguistique demeure une question majeure, comme le soulignait encore dernièrement Jean-Paul Gagné à l’occasion de l’organisation du prochain sommet de l’Organisation internationale de la francophonie à Montréal, à l’automne 2008 : « Si la culture et la langue ne sont pas souvent des facteurs déterminants dans la sélection des occasions d’affaires, elles peuvent parfois faire une différence. Par exemple, on peut penser que des PME françaises dont les dirigeants connaîtraient mal l’anglais auraient intérêt à utiliser le Québec comme base pour accéder au marché nord-américain. De plus, si on veut que la Francophonie économique se développe, il faut qu’elle se donne plus d’avantages concurrentiels, notamment un climat d’affaires plus favorable aux entreprises. C’est ainsi que se créera la richesse que de nombreux pays sont pressés de redistribuer. Il y aura alors davantage d’emplois et de ressources pour atténuer la pauvreté » (J.-P. Gagné, Les Affaires, Montréal, 24 mai 2008).

37 J. Lampron, « La plus importante vague d’investissements de France est survenue au Québec dans les années 1980 », Le Magazine du Québec, 5 octobre 1981, p. 55-58.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 55.

40 Alors directeur de la planification stratégique à la Société de transport de la communauté urbaine de Montréal.

41 J. Fortin, Québec, le défiéconomique, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1990.

42 Actes du colloque « Les relations internationales du Québec depuis la Doctrine Paul Gérin-Lajoie (1965-2005) », op. cit.

43 G. Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde, Montréal, Boréal, 2000.

44 Anne Legaré, Le Québec, otage de ses alliés. Les relations du Québec avec la France et les États-Unis, Montréal, vlb, 2003.

45 Frédéric Bastien, Le poids de la coopération : le rapport France-Québec, Montréal, Québec-Amérique, 2006 ; voir aussi F. Bastien et A. Legaré, « Les relations du Québec avec la France », Revue d’histoire politique, vol. 16, no 1, automne 2007.

46 Ibid., p. 10.

47 Voir les déclarations du président Sarkozy, notamment devant la gouverneure générale du Canada, dans L.-B. Robitaille, « On aime le Québec, mais on aime le Canada », La Presse, vendredi 9 mai 2008.

48 48. Si l’on s’attache à l’étude des relations franco-canadiennes, il faut souligner la présence de lAllemagne au nombre des premiers partenaires commerciaux du Canada, Allemagne qui est aussi le premier partenaire commercial extérieur français.

49 Voir R. Aubé, « Les relations économiques s’intensifient avec les régions françaises », Le Magazine du Québec, 5 octobre 2001.

50 Communiqué de presse du 11 juin 2008.

51 Ibid., p. 269.

Table des illustrations

Légende La CapricieuseEn 1855, la visite de La Capricieuse, une corvette française, à l’initiative du commandant de Belvèze, marque l’intérêt de la France pour le développement des échanges commerciaux avec le Canada.La corvette La Capricieuse. Division des archives, Université de Montréal. Fonds Adine Baby-Thomson (P0059) 1FP06348.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-1.jpg
Fichier image/, 196k
Légende Sir Wilfrid Laurier (1841-1919)Premier ministre du Canada (1896-1911), premier Canadien français à occuper ce poste depuis la Confédération de 1867, il sera également le premier à ce titre à faire une visite officielle en France, où il séjournera trois fois (1897, 1902 et 1907) au cours de sa carrière politique. Il y déclare en août 1902 : « Bien que séparés depuis plus d’un siècle de la France, et bien que différents aujourd’hui des Français par beaucoup de points, nous avons gardé au cœur le culte de la France et nous avons pris notre part avec passion de toutes ses joies et de toutes ses douleurs, de ses douleurs plus encore que de ses joies. » Fait Grand Officier de la Légion d’honneur en 1897. La rue Wilfrid Laurier a été inaugurée en 1927 dans le 14e arrondissement de Paris.Photographie de Henri Manuel, 1912. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-2.jpg
Fichier image/, 176k
Légende Le port de Montréal, milieu du XIXe siècleÀ cette époque, Montréal est la métropole économique du Canada ; son port est le plus actif de la côte est du pays. Les marchandises destinées au développement du centre et de l’ouest du pays sont transbordées au port de Montréal pour être transportées par la suite par chemin de fer ou par les canaux du fleuve Saint-Laurent.Sépia signée et datée en bas à gauche : CJ WAY, 1864, titrée, sur la poupe du bateau, Montréal. Charles Jones WAY, peintre canadien (1835-1919). Collection Power Corporation du Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-3.jpg
Fichier image/, 380k
Légende Le Crédit foncier franco-canadienPremière institution financière franco-canadienne établie au pays. Fondé le 18 novembre 1880 sous l’impulsion d’Adolphe Chapleau, premier ministre du Québec (1879-1882), le Crédit foncier franco-canadien réunissait des membres de l’élite issus du milieu des affaires et de la politique.Crédit foncier franco-canadien, au coin des boulevards Saint-Joseph et Saint-Laurent, Montréal. Photographie non attribuée, 1911. Collection Édouard-Zotique Massicotte. Direction du Centre d’archives de Montréal (BANQ), P750-6-81A.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-4.jpg
Fichier image/, 112k
Légende L’honorable Honoré Mercier (1840-1894)Premier ministre du Québec (1887-1891). Honoré Mercier se tourne vers le Crédit lyonnais en 1888 pour souscrire un emprunt de 3 500 000 $ dans le but de financer, entre autres, la construction du chemin de fer de Québec et du lac Saint-Jean. En 1890, il séjourna en France pour contracter un nouvel emprunt de 4 000 000 $, renouvelé par un autre au même montant l’année suivante. En 1891, il sera fait commandeur de la Légion d’honneur, après avoir d’abord été nommé officier en 1888 (la rosette en apparaît sur le revers gauche de la veste d’Honoré Mercier dans ce portrait imprimé à de nombreux exemplaires pour être vendu à bas prix au public).Oléographie par R. Reinhold d’après une photographie de J. E. Livernois, Québec. Succession Mercier. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-5.jpg
Fichier image/, 248k
Légende Le Groupe Air LiquideLe Groupe Air Liquide est présent au Canada depuis 1911. Sa première usine est alors située dans l’ancienne ville de Maisonneuve (aujourd’hui annexée à Montréal) où l’entreprise a toujours des installations. Air Liquide Canada compte près de 1 500 employés et possède des établissements d’un bout à l’autre du pays.© Air Liquide.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-6.jpg
Fichier image/, 388k
Légende Le maréchal de France Marie Émile Fayolle (1852-1928)Membre du Comité France-Amérique, fondé à Paris en 1909, actif dans le développement des échanges commerciaux et culturels entre le Canada et la France. Le maréchal Fayolle est à la tête de la mission de 1921 chargée de promouvoir le commerce et l’industrie au Canada (Montréal, Québec, Ottawa, Toronto, Hamilton).Le général Fayolle commandant la première armée, portrait par Jonas Lucien-Hector (1880-1947). © Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-7.jpg
Fichier image/, 100k
Légende La mission Fayolle, sur le Paris, en route pour New York et le Canada, été 1921Au centre, puis à sa droite : le maréchal Fayolle, l’amiral Charlier et Mgr Maurice Landrieux. La délégation est accueillie à New York par les sénateurs Raoul Dandurand et Charles Beaubien avant de faire route vers le Canada. Elle visite les villes de Montréal, Trois-Rivières, Québec, Ottawa, Toronto et Hamilton au cours de son périple de dix jours.Au Canada, préface de Gabriel Hanotaux, Paris, Librairie Félix Alcan, [1922], p. 160, pl. v.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-8.jpg
Fichier image/, 200k
Légende Étiquettes de bouteilles de cognacLes vins et spiritueux furent les premiers produits français à être importés à grande échelle au Canada à compter de 1850. Le cognac est l’une des premières marques françaises totalementmondialisées. © Musées de Cognac.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-9.jpg
Fichier image/, 464k
Légende Le sénateur Charles-Philippe Beaubien (1870-1949)Sénateur (1915-1940) fort actif au sein de la filiale canadienne du Comité France-Amérique, fondée en 1910. Sa famille est l’actionnaire majoritaire de la Banque Beaubien, dont une succursale ouvre à Paris en 1910. Il décide d’organiser le voyage d’un train-exposition présentant de façon dynamique et attrayante les produits du commerce et de l’industrie de l’économie française. Francophile, il est le président du Comité national canadien de la Mission française qui visitera le Canada en 1934 à l’occasion du 400e anniversaire de l’exploration du fleuve Saint-Laurent par Jacques Cartier.Dessin au fusain de M. Georges Leroux, membre de l’Académie des beaux-arts de Paris, 1935. Tel que reproduit dans Voyage au Canada : la mission Jacques Cartier, Éditions de l’Atlantique, 1935, p. 36, pl. 10. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-10.jpg
Fichier image/, 164k
Légende Exposition française de Montréal (1954)En septembre 1954 se tenait au Palais du commerce, à Montréal, l’exposition française la plus importante à ce jour, destinée à faire valoir les réalisations prometteuses de l’art, de l’industrie, de la culture et de la technique. Elle démontrait comment la France avait réussi à se reconstruire après la guerre. Cette exposition fit forte impression et démontra que la France était désormais un pays moderne et tourné vers l’avenir.« Exposition française de Montréal, septembre 1954 », catalogue officiel/Official Catalogue, République française, Comité permanent des foires à l’étranger, 1954, xvi, 151 p. (22 cm). Collection de Fernand Harvey.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-11.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Bombardier Transport en FranceTramway Bombardier Flexity Outlook, à Marseille, juin 2007. L’entreprise canadienne Bombardier est bien implantée en France où elle fabrique de l’équipement de transport.© Bombardier.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-12.jpg
Fichier image/, 252k
Légende Visite officielle d’André Malraux, ministre des Affaires culturelles de la France (1959-1969)André Malraux vient inaugurer l’exposition technique française de 1963 au Palais du commerce, alors l’exposition la plus grande consacrée à l’industrie, à la technique et aux produits de consommation français qui ait été tenue à Montréal. Celle-ci aura un impact important dans la relance des échanges commerciaux et professionnels pour les années à venir.De gauche à droite : Georges-Émile Lapalme, ministre des Affaires culturelles du Québec ; l’honorable Louis Robichaud, premier ministre du Nouveau-Brunswick ; André Malraux, ministre des Affaires culturelles de la France ; l’honorable Jean Lesage, premier ministre du Québec ; l’honorable Lionel Chevrier, ministre de la Justice du Canada et solliciteur général ; son Excellence Raymond Bousquet, ambassadeur de la France au Canada. © Photographie Gilles Richard, 1963. Collection du Fonds du ministère de la Culture et des Communications du Québec. Direction du Centre d’archives de Montréal (BANQ), E6, S7, SS1, P632547.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-13.jpg
Fichier image/, 284k
Légende Paul G. Desmarais (1927-)Président du Comité exécutif de Power Corporation du Canada, associé au baron belge Albert Frère dans de multiples investissements français et européens, il a réussi à bâtir un empire industriel et financier. Dès le début des années 1980, il voit la France comme un pays où le peu d’investissements canadiens ouvre la porte à l’initiation, avec les chefs de file français, de nombreuses occasions d’affaires. Il est fait grand’croix de la Légion d’honneur en 2008.© Gil Jacques, 1995.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16723/img-14.jpg
Fichier image/, 295k

Auteurs

Professeur d’histoire moderne et il enseigne l’histoire du protestantisme à l’Université de La Rochelle (UFR lettres, langues, arts et sciences humaines). Il est spécialiste de l’histoire des Églises réformées à l’époque moderne. Outre de nombreuses contributions, incluant Le Nouveau Monde et Champlain (avec Guy Martinière, 2008) et Les protestants de l’Ouest (avec Jean-Yves Carluer, 2007), il a publié deux ouvrages : La vie religieuse en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (1994) et Les protestants français du XVIe siècle (1996).

Enseigne les études de la loi et de la concurrence comparative à l’Université de La Rochelle (UFR langues, lettres, arts et sciences humaines), où il a créé, en 1999, un programme postuniversitaire sur le commerce international avec l’Asie. Depuis 2007, il est conseiller principal à la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de la France. Il a publié une série de livres sur la politique de la concurrence aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni de 1995 à 1996, ainsi que plusieurs ouvrages, tels que Le droit de la concurrence de l’Union européenne (1997) et Les collectivités locales et le droit de la concurrence : efficacité économique, réglementation et services publics locaux (2003).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540