Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 7. Quatre siècles d’immigration française au Canada et au Québec

Paul-André Linteau

Texte intégral

1Trop peu ! » Ces deux mots résument bien l’idée principale qui se dégage de nombreux travaux sur l’histoire de l’immigration française au Canada. Cette préoccupation — on pourrait même dire cette fixation — pour le nombre tient sans doute à la perception de fragilité permanente de la population de souche française issue de cette immigration. Rend-elle bien compte de l’importance historique de l’apport des migrants venus de France ? Voilà qui mérite réflexion.

2Nombreux sont les généalogistes, les démographes et les historiens qui ont tenté de mesurer et de décrire l’immigration française, en particulier pour l’époque de la Nouvelle-France. Dans la plupart des cas, les auteurs se sont attardés à l’établissement permanent des colons et à ses conséquences pour le peuplement du pays. Ils ont ainsi privilégié la stabilité plutôt que la mobilité. Pourtant, la migration prend des visages beaucoup plus divers. Elle peut être de courte durée et ne représenter qu’une étape dans un parcours individuel ou dans une carrière marqués par la mobilité. Elle peut être de longue durée, mais se terminer par un retour au pays d’origine. Même quand elle est permanente, elle ne conduit pas nécessairement à un mariage ou à des naissances. Que nous révèlent les recherches en ce domaine ? D’où venaient les immigrants français et où allaient-ils ? Quel a été leur apport à l’histoire du Canada et du Québec ? Un bilan des connaissances devrait permettre de répondre, au moins partiellement, à ces interrogations.

  • 1 Voir, par exemple, Matteo Sanfilippo, « L’histoire nationale et la question migratoire en Europe oc (...)

3D’ailleurs, ces questions ne devraient pas être examinées en vase clos. Les migrations françaises s’inscrivent dans un contexte international dont il faudrait tenir compte. Depuis quelques décennies, l’étude des phénomènes migratoires est devenue un champ bien constitué de la discipline historique, au moins dans le monde occidental1. Les spécialistes ont mis en lumière la complexité des déplacements de population qui ne sont pas à sens unique. Ils ont souligné le rôle-clé des réseaux d’information et des chaînes migratoires. Dans quelle mesure les perspectives de l’histoire internationale des migrations peuvent-elles nous aider à comprendre la relation entre la France et le Canada ?

4Cela fait maintenant quatre siècles que des Français viennent, pour des périodes plus ou moins longues, s’établir au Canada. L’ampleur et l’intensité de ce mouvement varient selon les époques, en fonction du contexte économique et politique qui prévaut aussi bien dans le pays de départ que dans le pays d’accueil.

En Nouvelle-France

5La période qui a reçu le plus d’attention est celle de la Nouvelle-France. Cela n’étonne guère quand on sait que l’immigration française de cette époque a donné naissance à la population canadienne (au sens ancien du terme) et à ses variantes postérieures (canadienne-française, franco-américaine, québécoise, franco-ontarienne, etc.), ainsi qu’à la population acadienne. La fascination pour les origines — souvent embellies et mythifiées — a longtemps caractérisé la production des chercheurs, amateurs ou professionnels. Elle a animé des générations de généalogistes qui ont produit de nombreux répertoires d’ancêtres issus d’une région ou d’un village de France. De Garneau à Lanctôt, de nombreux historiens ont aussi effectué des recherches sur la Nouvelle-France et sur les colons qui l’ont peuplée.

  • 2 La production de Marcel Trudel est très abondante ; voir notamment les volumes de son Histoire de l (...)
  • 3 Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, Montréal, Boréal, 1988 (l’éditi (...)
  • 4 Voir, entre autres, Jacques Mathieu, La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord, XVIe-XVI (...)

6Un virage important se produit à partir des années 1960-1970. De nouvelles générations d’historiens, formées à l’école de l’histoire sociale, jettent un regard différent sur la population de la Nouvelle-France. D’importantes études, signées par Marcel Trudel2, Louise Dechêne3, Jacques Mathieu4 et leurs étudiants, proposent de nouvelles interprétations. Parallèlement, des démographes de l’Université de Montréal, animés par Hubert Charbonneau et Jacques Légaré, mettent sur pied le Programme de recherche en démographie historique (PRDH) et entreprennent la constitution d’un registre de la population du Québec ancien.

  • 5 Mario Boleda, « Trente mille Français à la conquête du Saint-Laurent », Histoire sociale/Social His (...)

7Pendant longtemps, on retient l’idée qu’environ 10 000 immigrants français s’établissent au Canada pendant la période de la Nouvelle-France. Cette évaluation est lancée dès 1859 par Edme Rameau et reprise ensuite, avec des variantes, par plusieurs auteurs. Or, ce nombre mesure uniquement les immigrants qui ont fait souche dans la vallée du Saint-Laurent et qui y ont laissé des descendants : c’est ce que Mario Boleda appelle l’immigration fondatrice. L’évaluation la plus récente et sans doute la plus exacte, celle du PRDH, établit ses effectifs à 9 3005.

  • 6 Robert Larin, Brève histoire du peuplement européen en Nouvelle-France, Québec, Septentrion, 2000, (...)
  • 7 Boleda, « Nouvelle estimation… », op. cit., p. 35.

8Il vient toutefois beaucoup plus d’immigrants que cela, mais une forte proportion d’entre eux retourne en France : la moitié, selon Robert Larin, plus des deux tiers, selon Mario Boleda6. Combien sont-ils ? En l’absence de registres d’entrées et de sorties, il faut se rabattre sur des estimations. Boleda additionne tous les comptages faits par les historiens dans leurs études spécialisées ; il obtient ainsi une mesure qu’il appelle l’immigration observée. Sa plus récente estimation est de 31 894 immigrants. Il ajoute que celle-ci « devient 33 500 si l’on tient compte de la mortalité maritime (5 pour cent environ), dans le but d’estimer l’émigration française vers le Canada7 ».

  • 8 Leslie Choquette, De Français à paysans. Modernité et tradition dans le peuplement du Canada frança (...)

9Il ne s’agit là que des personnes ayant laissé des traces dans les sources, plus ou moins complètes selon les périodes. Il y a sous-évaluation, notamment pour les migrants saisonniers, plus difficiles à saisir. Le nombre de près de 32 000 est donc un minimum et, selon Leslie Choquette, il pourrait atteindre le double, ce que conteste Boleda, qui croit que la quantité et la capacité des navires ne permettent pas d’atteindre un seuil aussi élevé. Dans l’état actuel des recherches, on peut simplement dire que le Canada reçoit plus de 32 000 immigrants français avant 1760 et qu’environ les deux tiers rentrent en France. Quant à l’Acadie, la situation est plus imprécise, mais les estimations du nombre d’immigrants français vont de 1 500 à 7 0008.

  • 9 Gervais Carpin, Le réseau du Canada. Étude du mode migratoire de la France vers la Nouvelle-France (...)
  • 10 Ibid., p. 347.

10Du point de vue de la migration fondatrice, le XVIIe siècle est crucial. Deux périodes y retiennent particulièrement l’attention : celle de la Compagnie des Cent-Associés et celle qui marque les débuts du gouvernement royal. La première bénéficie d’un nouvel éclairage avec l’ouvrage de Gervais Carpin, qui reconstitue le réseau migratoire alimentant le Canada en ressources humaines9. À cette époque, le recrutement se fait surtout par des contrats d’engagement de durée déterminée. Les principaux ports d’embarquement sont La Rochelle et Dieppe. Les engagés qui y résident au moment du départ sont le plus souvent issus du monde rural. Gervais Carpin montre que la Compagnie de la Nouvelle-France, vite à bout de ressources, confie une partie de ses pouvoirs et responsabilités à « une petite constellation de recruteurs […] ayant chacun leurs motivations, leur mode de fonctionnement, leur territoire de recrutement, leurs moyens de financement10 ». Le résultat étonne : tout près de 5 000 immigrants s’embarquent pour le Canada de 1628 à 1662, et 2 000 autres vont en Acadie, nettement plus que ce qu’on attribuait auparavant à la période des Cent-Associés. Toutefois, la majorité des engagés repartent pour la France une fois leur contrat terminé. Il faut dire que les conditions d’établissement ne sont guère avantageuses : l’absence de financement et le déséquilibre des sexes n’incitent guère les colons potentiels à rester. Carpin attribue ces résultats décevants à l’insuffisance d’appui de la part de l’État.

  • 11 Yves Landry, Orphelines en France, pionnières au Canada. Les filles du roi au XVIIe siècle, Montréa (...)

11L’intervention de l’État est précisément ce qui caractérise la période qui s’amorce en 1663. Pendant une dizaine d’années, l’administration française consent un effort important pour accroître le peuplement du pays. Le volet le plus spectaculaire de son programme est l’envoi de « filles du roi » afin de contribuer à réduire le déséquilibre des sexes dans la colonie. L’étude de ce sujet, qui occupe une place significative dans l’historiographie de la Nouvelle-France, s’est longtemps enlisée dans le débat sur la moralité de ces immigrantes. En 1992, le démographe Yves Landry publie sur le sujet une étude substantielle qui fait désormais autorité ; il y recense 770 femmes ayant participé au mouvement d’immigration assistée. Ce sont surtout de jeunes célibataires, mais il y a aussi une trentaine de veuves. L’examen de leurs régions d’origine montre une nette surreprésentation de la région parisienne, et plus généralement des villes. Cette concentration géographique contribuerait de façon marquée à l’adoption du français — dont l’usage en France est plus répandu que les patois régionaux en milieu urbain — comme langue commune en Nouvelle-France. Seulement 4 % des filles du roi ne se sont pas mariées au Canada. L’étude de Landry confirme ainsi que ces femmes, par leur mariage puis par leur fécondité, jouent un rôle fondamental dans l’enracinement d’une population de souche française dans la vallée du Saint-Laurent11.

  • 12 Hubert Charbonneau et al., Naissance d’une population. Les Français établis au Canada au XVIIe sièc (...)

12Le problème est que le programme gouvernemental s’arrête trop tôt. Selon les démographes du PRDH, « la décision de l’intendant Talon de faire suspendre l’immigration des Filles du roi […] témoigne, à cet égard, de l’ignorance des conséquences démographiques d’un tel geste ». En effet, malgré l’arrivée de jeunes Canadiennes sur le marché matrimonial, le déséquilibre des sexes perdure, ce qui n’aide pas à retenir les immigrants masculins célibataires12.

  • 13 Boleda, « Trente mille Français… », op. cit., p. 164-165 ; Peter N. Moogk, « Reluctant Exiles : Emi (...)

13L’effort de l’État français à la même époque est aussi dirigé vers un autre groupe : les soldats du régiment de Carignan, à qui on offre des primes pour s’établir. Environ 450 d’entre eux, soit plus du tiers, le font. Par la suite, viennent les troupes de la marine puis, pendant la guerre de Sept ans, des régiments des troupes de terre. Pendant un siècle, à partir des années 1660, plus de 13 000 militaires sont en poste au Canada et y représentent la principale composante de l’immigration française. Ils sont en contact constant avec la population établie, puisqu’ils sont logés chez l’habitant et qu’ils ont le droit, quand ils ne sont pas en campagne militaire, de travailler dans le civil. Il n’est donc pas étonnant qu’une partie d’entre eux, peut-être le cinquième, s’établissent en permanence après la fin de leur engagement13.

  • 14 Notre étude, centrée sur l’immigration française, n’aborde pas l’immigration vers le Canada issue d (...)
  • 15 Boleda, « Trente mille Français… », op. cit., p. 164-172 ; Boleda, « Nouvelle estimation… », op. ci (...)

14Les rythmes et les composantes de l’immigration française au Canada sont désormais bien connus14. Après la poussée des années 1660 et 1670, celle-ci ralentit et devient très faible au début du XVIIIe siècle. On assiste toutefois à une nouvelle poussée à la fin du Régime français ; elle s’explique surtout par l’envoi d’un grand nombre de soldats. Avant 1660, les arrivants sont surtout des engagés, mais ces derniers ne représentent que la portion congrue par la suite. Les filles du roi et les militaires prennent ensuite la relève. Le personnel religieux, quant à lui, fournit 728 immigrants et 58 immigrantes. S’y ajoutent quelques centaines de prisonniers et de déportés. Sauf avant 1660, il vient peu de familles en Nouvelle-France ; la majorité de l’immigration est composée de jeunes célibataires de sexe masculin15.

  • 16 Louise Dechêne, Le peuple, l’État et la guerre au Canada sous le Régime français, édition préparée (...)

15Même si, dès la fin du XVIIe siècle, la majorité de la population de souche européenne vivant au Canada est née au Canada même, il y a toujours des immigrants français en Nouvelle-France. Ceux-ci vont et viennent pour des périodes variables et plusieurs y font une carrière assez longue avant de rentrer en France. Les Canadiens de naissance vivent constamment avec des Français. Leurs administrateurs coloniaux sont des migrants, tout comme leurs évêques et une bonne partie de leurs prêtres. Ils croisent des soldats et des ouvriers qualifiés originaires de la métropole, et beaucoup ont un parent ou un voisin né en France. La présence française fait partie de leur vie quotidienne et de leur univers mental. Dans un ouvrage posthume, Louise Dechêne le rappelle bien en critiquant une historiographie nationaliste qui a monté en épingle certaines tensions entre Canadiens et Français16.

16Qui sont ces immigrants français ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur expérience antérieure ? Certains travaux apportent un éclairage sur les origines géographiques et la composition sociale des immigrants, mais le portrait reste partiel. La richesse des sources démographiques québécoises permet d’en savoir plus pour l’immigration fondatrice, celle qui a fait souche au Canada, que sur les autres mouvements migratoires. Même dans ce cas, l’information est beaucoup plus riche sur les événements postérieurs à la migration que sur ceux qui la précèdent. Le plus souvent, c’est la trajectoire proprement française des immigrants qui reste mal connue.

  • 17 Hubert Charbonneau et André Guillemette, « Provinces et habitats d’origine des pionniers de la vall (...)
  • 18 Charbonneau et Guillemette, « Provinces et habitats d’origine… », op. cit., p. 175.

17Étudiant la population pionnière établie avant 1680, l’équipe du PRDH observe que 30 % provient de la région Poitou-Charentes, 25 % de Normandie (comprenant le Perche) et 20 % de la région parisienne. Le poids de cette dernière s’explique par la venue des filles du roi, mais ce sont les régions de la côte de l’Atlantique, à proximité des ports d’embarquement, qui prédominent. Toutefois, la répartition géographique évolue dans le temps : chaque province d’origine n’a pas le même poids avant et après 166017. Par ailleurs, l’origine urbaine est très marquée, plus que dans la population française en général ; elle concerne « presque la moitié des hommes et environ sept femmes sur dix18 ».

  • 19 Charbonneau et al., Naissance d’une population, op. cit., p. 44-50 ; Jacques Mathieu, Pauline Therr (...)

18Les démographes soulignent l’importance des liens familiaux dans l’immigration pionnière, un phénomène que Jacques Mathieu et ses collaborateurs mettent aussi en lumière pour La Rochelle19. En y ajoutant les réseaux de recrutement mis au jour par Gervais Carpin, on voit à l’œuvre, du moins au XVIIe siècle, des chaînes migratoires, comme en ont trouvé tant d’autres chercheurs en histoire des migrations internationales.

Soldat de la Compagnie franche de la Marine, XVIIIe siècle
Les militaires en poste dans la vallée du Saint-Laurent forment la principale composante de l’immigration qui s’établit en permanence au Canada sous le Régime français. À partir de la fin du XVIIe siècle, ces militaires appartiennent surtout aux Compagnies franches de la Marine, mais pendant la guerre de Sept Ans, des régiments de l’Armée de terre sont aussi envoyés au Canada.
Illustration couleurs par Eugène Lelièvre, tirée de Le patrimoine militaire canadien : d’hier à aujourd’hui, tome I : 1000-1754, « Soldat des Compagnies franches de la Marine en Nouvelle-France, entre 1750 et 1755 », Ottawa, Défense nationale, 1993, p. 82. Reproduit avec la permission du ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, 2008.

  • 20 Leslie Choquette, « L’émigration vers la Nouvelle-France », dans Yves Landry (dir.), Le peuplement (...)
  • 21 Ibid., p. 86-91.

19De son côté, Leslie Choquette étudie un corpus plus vaste, constitué de 16 000 immigrants pour l’ensemble de la Nouvelle-France, ce qui comprend et dépasse les seuls pionniers. Elle observe un recrutement qui s’étend à l’échelle de la France entière, puisque toutes les régions y sont représentées, mais aussi une prédominance des régions de l’Atlantique. En effet, « 39 % des émigrants venaient du Nord-Ouest, 19 % du Centre-Ouest et 11 % du Sud-Ouest20 ». Comme beaucoup d’autres, Leslie Choquette met aussi en lumière la surreprésentation des citadins parmi les émigrants d’un pays encore massivement rural. À partir de sources partielles, elle tente de répartir ces migrants selon leur catégorie sociale. Elle estime que 44 % sont artisans, 27 % paysans et 14 % manœuvres, ce qui ne laisse que 3 % de nobles et 12 % de bourgeois21.

  • 22 Yves Landry, « Les Français passés au Canada avant 1760 : le regard de l’émigrant », dans Jean-Pier (...)

20Au total, il est manifeste que très peu de Français des XVIIe et XVIIIe siècles traversent l’Atlantique avec le projet bien arrêté de s’établir au Canada. Pour la plupart — notamment les engagés, les militaires, les administrateurs et le clergé —, il s’agit de migrations de travail d’une durée de quelques années, comme elles se pratiquent en France dans les mêmes secteurs d’activité. Plusieurs, poussés par les pressions ou les ordres de leurs supérieurs ou par la nécessité économique, n’ont guère le choix dans cette décision. La perspective d’un retour en métropole apparaît donc normale dans ce contexte22.

  • 23 Charbonneau et al., Naissance d’une population, op. cit., p. 6-22, 160 ; Larin, Brève histoire du p (...)

21Une fois sur place, un certain nombre de ces immigrants provisoires décident de s’installer en permanence, plutôt que de rentrer au pays d’origine. Pourquoi n’y en a-t-il pas plus qui le font ? Plusieurs auteurs se penchent sur cette question. Il ressort que, sur le plan démographique, les autorités françaises — coloniales et métropolitaines — commettent une double erreur stratégique. D’une part, elles ne favorisent pas la migration de familles entières, déjà constituées, car il est moins coûteux de transporter de jeunes hommes aptes au travail. Seulement environ 250 familles s’établissent pendant toute la période de la Nouvelle-France, mais elles contribuent de façon exceptionnelle au peuplement du pays. La décision des autorités paraît donc néfaste sur ce plan. D’autre part, en cessant d’appuyer, après l’épisode des filles du roi, l’immigration féminine, les autorités maintiennent le déséquilibre du marché matrimonial. Si plus de jeunes hommes, immigrants temporaires, avaient pu trouver une épouse pendant leur séjour dans la vallée du Saint-Laurent, il est probable que le taux de retour en France aurait été moins élevé. La capacité de rétention du Canada est en outre handicapée par le faible éventail d’activités économiques. Même si certains artisans trouvent à s’employer dans les villes de la colonie, le principal débouché est la colonisation agricole. On peut penser que cette perspective n’est pas toujours attirante pour de jeunes ouvriers de souche urbaine, même si les conditions de vie d’un paysan canadien peuvent paraître plus avantageuses et moins contraignantes que celles de son homologue français23.

  • 24 Jean-Pierre Poussou, « Mobilités et migrations », dans Jacques Dupâquier et al., Histoire de la pop (...)
  • 25 Choquette, « L’émigration vers la Nouvelle-France », op. cit., p. 211-223.

22Au-delà du taux de rétention, il y a toute la question du volume de l’immigration française au Canada. Celui-ci est nettement moins élevé que dans les colonies britanniques ou espagnoles et il représente une proportion beaucoup plus faible de la population métropolitaine. La plupart des chercheurs évoquent la faible propension des Français à émigrer. L’historiographie française livre, pour les XVIIe et XVIIIe siècles, l’image d’une société caractérisée avant tout par la stabilité, dans laquelle les déplacements sont surtout des migrations rurales saisonnières, de courte distance et de courte durée. La seule exception se trouve dans les grandes villes où la mobilité, surtout chez les artisans, est plus marquée24. Ce sont dans les rangs de ces artisans que se recrutent les candidats pour la Nouvelle-France, qui n’est pourtant qu’une destination potentielle parmi de nombreuses autres25.

  • 26 Moogk, « Reluctant Exiles », op. cit., p. 463-505 ; Landry, « Les Français passés au Canada avant 1 (...)

23L’historien Peter Moogk met en cause l’image négative du Canada parmi la population française, celle d’un pays froid et dangereux. Il affirme que l’information sur les avantages de ce pays ne rejoint pas les milieux populaires, ce que cherche à nuancer Yves Landry. Selon Moogk, les recruteurs ont toutes les peines du monde à attirer des artisans ou des engagés, réfractaires à venir au Canada, perçu comme un lieu d’exil26.

  • 27 Un peu à contre-courant, Robert Larin estime qu’il en vient 3 000, dont un millier s’établissent ; (...)
  • 28 Ibid., p. 222-223 ; Choquette, De Français à paysans, op. cit., p. 242.

24Plusieurs auteurs soulignent l’impact de l’interdiction de l’immigration protestante. Même si elle n’est pas toujours respectée et que quelques centaines de protestants français réussissent à entrer au Canada27, il reste que les huguenots qui quittent en masse leur pays après la révocation de l’Édit de Nantes ne se dirigent pas vers la Nouvelle-France, privant celle-ci d’une source potentielle28.

  • 29 Voir, par exemple, Mickaël Augeron, « Partir pour la Nouvelle-France : la place et le rôle des vill (...)
  • 30 Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 27-36 et 191.

25On souligne souvent que les colonies françaises des Antilles attirent nettement plus d’engagés que le Canada29. Ce portrait doit être nuancé, comme le rappelle Robert Larin. La plupart des engagés des îles rentrent en France au terme de leur contrat et, à la fin du XVIIe, ils sont remplacés par une main-d’œuvre esclave, d’origine africaine. La population de souche française y décline, ce qui n’est pas le cas au Canada, où les effectifs dépassent ceux de toute autre colonie française des Antilles. Selon Larin, la « capacité de rétention [du Canada] fut la meilleure de tout l’Empire français30 ».

26Même s’il reste faible par rapport à ses équivalents britanniques et hispaniques, le mouvement migratoire de la France vers le Canada n’est tout de même pas négligeable. Il apparaît même désormais plus substantiel que ce qu’on en a longtemps dit. Sur le plan démographique, il donne naissance à la population canadienne dont le taux de fécondité assurera ensuite une croissance remarquable. Sur les plans social et économique, il permet la mise en place d’un ensemble de structures et d’institutions qui façonnent encore le Québec d’aujourd’hui. Sur le plan culturel, il permet l’implantation et l’enracinement de la langue française dans le nord de l’Amérique.

Sous le Régime britannique

  • 31 Marcel Fournier, Les Français au Québec, 1765-1865, Sillery, Septentrion, 1995.

27Pendant un siècle, l’immigration française paraît presque tarie, tant le taux des effectifs est bas. La compilation la plus exhaustive, celle du généalogiste Marcel Fournier31, établit à 1 487 le nombre d’immigrants français au Québec de 1765 à 1865, soit en moyenne seulement une quinzaine par année. Pourtant, même faible, le courant est toujours là et gagne en importance à mesure qu’on avance dans le XIXe siècle.

  • 32 Ibid., p. 23-32 ; Claude Galarneau, « Les Français au Canada (1815-1860) », Études canadiennes/Cana (...)

28La conquête militaire de 1760, puis le traité de Paris de 1763 entraînent le retour en France d’une partie des immigrants présents à la fin du Régime français. Il est cependant impossible d’en mesurer le nombre. Pendant les décennies suivantes, les autorités coloniales britanniques visent à peupler le pays de colons anglo-protestants et interdisent presque complètement l’entrée d’immigrants français. Deux événements provoquent des brèches dans la politique de fermeture : d’abord la Révolution américaine, qui amène l’établissement de quelques dizaines de Français à partir des futurs États-Unis, dont l’imprimeur Fleury Mesplet et des soldats démobilisés à la fin de la Guerre d’Indépendance ; ensuite, la Révolution française, avec ses milliers d’émigrés établis en Angleterre, qui provoque un petit courant migratoire vers le Bas-Canada, comprenant notamment une quarantaine de prêtres qui viennent renforcer de façon marquée un clergé affaibli depuis la conquête32.

  • 33 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 32-51.

29La guerre de 1812-1814 avec les États-Unis entraîne l’envoi au pays des régiments suisses de Meuron et de Watteville, au service de l’Angleterre. Ces unités comptent des soldats français, dont quelques dizaines choisissent de rester au Bas-Canada après leur démobilisation, en 1816. La fin des guerres napoléoniennes permet l’assouplissement de la politique à l’endroit de l’immigration française. Avec le déferlement de colons britanniques qui se dirigent vers ses colonies d’Amérique du Nord, l’Angleterre n’a d’ailleurs rien à craindre de la venue de Français dans la vallée du Saint-Laurent. La normalisation des relations franco-canadiennes, à partir des années 1850, facilite encore plus les choses. Ainsi, de 1815 à 1865, le nombre d’immigrants français augmente graduellement. Sauf pour le recrutement religieux, il n’est guère possible d’identifier des chaînes migratoires ou des courants particuliers. La plupart des immigrants français semblent arriver de façon isolée ou en petits noyaux familiaux, généralement en passant par les États-Unis33.

  • 34 Galarneau, « Les Français au Canada », op. cit., p. 216.

30Marcel Fournier relève donc 1 487 arrivées au Québec pendant un siècle. Compte tenu de l’insuffisance des sources, on peut supposer qu’il y en a probablement un peu plus et que certains sont rentrés en France sans laisser de traces, tandis que d’autres se sont fondus dans la masse canadienne-française. Par ailleurs, des immigrants français se dirigent vers d’autres parties du Canada, notamment vers l’Ontario qui, en 1861, compterait plus de 2 000 personnes nées en France, surtout des germanophones. À la vue de ces effectifs, l’immigration française de cette période peut paraître insignifiante, mais comme le souligne l’historien Claude Galarneau, « la présence et l’influence culturelle et morale des Français ont été inversement proportionnelles à leur nombre dans la société québécoise34 ».

  • 35 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 57 ; John A. Dickinson, « Les sulpiciens au Canada » (...)
  • 36 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 57 ; Roberto Perin, Ignace de Montréal, artisan d’un (...)

31L’impact le plus considérable concerne le clergé. Fournier recense 365 prêtres et religieux, soit le quart de sa liste. À eux seuls, les sulpiciens en accueillent 75 à partir de 1783. Cela leur permet non seulement d’augmenter leurs effectifs et donc leur rayonnement dans la société montréalaise, mais surtout de maintenir la prépondérance des Français sur les Canadiens français dans le séminaire et leur emprise sur l’établissement35. Les communautés religieuses françaises que Mgr Bourget réussit à attirer à partir des années 1840 sont responsables de la venue d’un bon nombre d’immigrants. Chez les hommes, les jésuites en amènent 59, les oblats 46, et quatre autres groupes 62. Chez les religieuses, celles de Sainte-Croix en ont 23 et les autres communautés 32 ; s’y ajoutent 68 prêtres séculiers. Ces nouveaux apports permettent à l’Église catholique du Québec d’accroître son emprise religieuse et sociale et de mieux encadrer ses fidèles. L’effet se manifeste dans les paroisses, mais surtout dans le domaine de l’éducation, où œuvrent plusieurs des nouvelles communautés, dont l’Église est désormais en mesure d’assurer le développement36.

  • 37 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 51.

32Quant aux civils, ils œuvrent dans un vaste éventail d’activités. On y trouve des artisans et des ouvriers, des agriculteurs, des pêcheurs et des marins, mais aussi, et de plus en plus, des enseignants et des artistes, des membres des professions libérales et des hommes d’affaires. Ils s’installent principalement dans les régions de Montréal et de Québec. Fournier connaît l’origine départementale des deux tiers de tous les nouveaux venus. Celle-ci diffère de celle qui prévalait en Nouvelle-France, puisque les immigrants « proviennent en grande partie du centre et de l’est de la France bien que les anciennes provinces de Normandie et de Bretagne maintiennent leur participation37 ».

Monseigneur Ignace Bourget (1799-1885)
Deuxième évêque de Montréal, de 1840 à 1876, Mgr Bourget se rendra plusieurs fois en France pour y recruter des communautés religieuses. Il est représenté sur cette photo à l’âge de 82 ans, revêtu des vêtements épiscopaux caractéristiques de la pompe ecclésiastique, au moment où il quête encore pour payer les coûts de construction de sa cathédrale, une réplique, à l’échelle, de la basilique de Saint-Pierre de Rome.
Photographie de L. E. Desmarais & Cie., rue St-Laurent à Montréal, 1881. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Premier contingent d’immigrants Savoyards en route pour le lac Saint-Jean,1904
À l’initiative de la Société de rapatriement et de colonisation du lac Saint-Jean, d’anciens immigrants français établis aux États-Unis sont recrutés de 1897 à 1904 pour venir développer la région du lac Saint-Jean.
Photographie du studio de Livernois, 1904. Collection Bibliothèque et Archives Canada, C006081.

De la Confédération à la Deuxième Guerre mondiale

33Après 1867 s’amorce une nouvelle ère pour le mouvement migratoire français vers le Canada : atteignant un niveau inégalé jusque-là, il prend des allures nouvelles. Le gouvernement fédéral fait de l’immigration un élément fondamental de sa stratégie de développement économique, afin de coloniser ses territoires de l’Ouest. La politique porte particulièrement ses fruits à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, au moment où la migration transatlantique atteint son zénith.

  • 38 Walter T. K. Nugent., Crossings: The Great Transatlantic Migrations, 1870-1914, Bloomington, Indian (...)

34De 1871 À 1915, près de 37 millions d’Européens traversent l’Atlantique vers les pays du Nouveau Monde. Avec moins de 1 % des effectifs, la France occupe une place mineure. La croissance de sa population est presque nulle pendant cette période, au contraire de celle de ses grands voisins, de sorte que la pression démographique ne pousse pas à l’émigration. Quelques centaines de milliers de Français décident tout de même d’émigrer, mais ils le font surtout en direction des États-Unis et de l’Argentine, le Canada venant loin derrière38.

  • 39 Bernard Pénisson, « L’émigration fançaise au Canada (1882-1929) », dans L’émigration française : ét (...)

35L’historien Bernard Pénisson estime à 29 510 le nombre de personnes de nationalité française qui arrivent au Canada de 1881 à 1914. Il faut sans doute en ajouter quelques milliers, car les données sont incomplètes pour les deux premières décennies. Les effectifs français font donc un bond spectaculaire par rapport à la période précédente, mais ils représentent moins de 1 % de l’immigration canadienne totale39.

  • 40 Pénisson, « L’émigration fançaise au Canada (1882-1929) », op. cit., p. 52-85.

36Cela soulève d’ailleurs, au début du XXe siècle, un débat politique provoqué par les porte-parole du mouvement nationaliste, surtout les députés Henri Bourassa et Armand Lavergne et les journalistes Olivar Asselin et Georges Pelletier. Ceux-ci dénoncent la politique d’immigration du gouvernement fédéral et lui reprochent entre autres de ne pas en faire assez pour attirer des francophones. Il est indéniable que les sommes consacrées par le gouvernement canadien au recrutement en France sont minimes par rapport à celles qui sont disponibles au Royaume-Uni. Les efforts canadiens se heurtent toutefois à l’opposition du gouvernement français à toute campagne de recrutement, de sorte que la promotion du Canada en France doit se faire de façon indirecte. À cet égard, l’Agence canadienne d’immigration, installée à Paris de 1903 à 1914, est constamment sur la corde raide. Par ailleurs, il faut attendre 1905 avant que soit établi un service maritime régulier et direct entre la France et le Canada, avec des subventions du gouvernement fédéral40.

  • 41 Pénisson, « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », op. cit., p. 112-116.
  • 42 Yves Frenette, « L’apport des immigrants français aux francophonies canadiennes », à paraître en 20 (...)

37La politique canadienne vise surtout à attirer des colons dans l’Ouest et elle y réussit dans une certaine mesure. Au début du XXe siècle, les agriculteurs se dirigeant vers les Prairies forment la composante principale de l’immigration française, de sorte qu’au recensement de 1911, cette région abrite un peu plus de la moitié de tous les Français qui résident au Canada ; ils y sont plus de 9 00041. Les agriculteurs français, souvent encadrés par des prêtres et parfois par des aristocrates, établissent plusieurs communautés rurales au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Ils contribuent ainsi à renforcer la francophonie canadienne de ces provinces. Des études ont été consacrées à l’histoire des Français et des communautés françaises de l’Ouest canadien, et l’historien Yves Frenette en fournit une bonne synthèse42.

38Très différent est le mouvement migratoire à destination du Québec. Le nombre de Français établis dans cette province passe d’un peu plus de 2 000 en 1881, à près de 6 000 en 1911. Ils sont concentrés dans les villes, de sorte que le poids des agriculteurs y est beaucoup moins grand que dans l’Ouest. Comme avant 1865, on y trouve, d’une part, des ouvriers et des artisans, d’autre part, des personnes associées à l’élite économique ou culturelle.

Georges Clemenceau (1841-1929)
Premier ministre de France à deux reprises (1906-1909 ; 1917-1920), il émet une circulaire dite Circulaire Clemenceau en 1909-1910 tendant à restreindre les campagnes publiques de recrutement de candidats français à l’émigration vers le Canada. Le sénateur Dandurand fera des représentations personnelles auprès de lui afin d’adoucir l’application de la Circulaire et ainsi faciliter les efforts de recrutement d’immigrants français, en particulier pour contrebalancer l’immigration au Canada de citoyens originaires des îles britanniques. Cette maquette du monument Clemenceau est une œuvre du sculpteur français François Cogné exécutée en 1932 et intitulée Le Père de la victoire. Le monument en bronze est situé à Paris, Place Georges-Clemenceau, à l’intersection des Champs-Élysées et de l’avenue Winston-Churchill.
Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 43 Guy Laperrière, « “Persécution et exil” : la venue au Québec des congrégations françaises, 1900-191 (...)

39Encore une fois, le groupe le plus important est celui du clergé catholique. À partir de 1880, des lois républicaines réduisent la marge de manœuvre des congrégations religieuses en France, une situation accentuée par les lois Combes, en 1904. Plusieurs dizaines de congrégations françaises choisissent d’envoyer une partie de leurs membres au Québec, soit pour grossir les effectifs d’une équipe déjà sur place, soit pour réaliser une fondation nouvelle. Ce phénomène est minutieusement étudié par Guy Laperrière, qui calcule que, de 1900 à 1914, 2 076 religieuses et religieux français s’y établissent. Plus des trois quarts des nouveaux venus, en majorité des hommes, œuvrent dans l’enseignement43.

Hector Fabre (1834-1910)
Premier délégué du Canada, et agent général du Québec à Paris en 1882, Hector Fabre est sénateur libéral depuis 1875 lorsqu’en 1882, il est nommé Agent général du Québec à Paris par le premier ministre Adolphe Chapleau. La même année, le gouvernement canadien le nomme délégué du Canada : il est le premier à occuper ce poste. Francophile dans l’âme, il avait séjourné cinq fois en France depuis 1857, avant sa nomination. Il fonde le journal Paris-Canada, en 1884 pour mieux faire connaître le Canada, ses produits et son potentiel d’investissements. Il multiplie les conférences pour recruter des immigrants français. Il meurt à Paris en 1910 après avoir représenté sans interruption les intérêts canadiens, et ceux du Québec, pendant vingt-huit ans. Fait chevalier de la Légion d’honneur en 1884.
Collection Bibliothèque et Archives Canada, PA-026613.

  • 44 Paul-André Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels : les rapports a (...)

40L’impact sur le monde de l’éducation est considérable, même si cette question n’a pas obtenu de la part des chercheurs toute l’attention qu’elle mérite. Dans les écoles primaires, surtout de garçons, dans les couvents, les collèges classiques et les séminaires, il y a alors de fortes chances qu’un élève québécois soit exposé à un professeur ou à un directeur français. Il étudiera fort probablement dans un manuel français édité, avec de légères adaptations pour le marché québécois, par l’une ou l’autre des communautés. On peut faire l’hypothèse qu’au moment où l’alphabétisation progresse rapidement, la présence d’enseignants français contribue à l’amélioration de la langue parlée et écrite. En outre, comme les Français ont tendance à monopoliser les postes de direction dans les communautés, ils peuvent imprimer leur marque sur les orientations de leur groupe et sur la formation des enseignants québécois. On peut se demander aussi dans quelle mesure ces nouveaux arrivants ont pu renforcer les tendances conservatrices du clergé canadien-français et son rejet de la France républicaine et laïque44.

  • 45 Fernande Roy, Progrès, harmonie, liberté. Le libéralisme des milieux d’affaires francophones à Mont (...)
  • 46 Frenette, « L’apport des immigrants français aux francophonies canadiennes », op. cit., p. 12-13.

41Depuis Fleury Mesplet, en 1778, les immigrants français contribuent au développement de la presse de langue française au Québec et dans le reste du Canada. Le phénomène s’accentue dans les dernières décennies du XIXe siècle. Plusieurs journalistes français, le plus célèbre étant Jules Helbronner, participent à la création et au développement de journaux d’affaires francophones à Montréal, en plus de collaborer aux grands quotidiens de la métropole45. Dans l’Ouest, « les journaux de langue française [sont] presque toujours mis sur pied par des Français46 ».

  • 47 Ingrid Filot Les immigrants français à Montréal 1850-1901. Étude des Français présents à Montréal l (...)

42Ingrid Filot étudie, à partir des données du recensement, les immigrants français établis dans l’île de Montréal en 1901. Ils sont alors 1 485, soit un peu moins de 0,5 % de la population totale, mais 3,2 % de celle qui est née à l’étranger. Parmi tous les immigrants venus d’Europe, hors du Royaume-Uni, ils se classent au deuxième rang, avec 18 % des effectifs, derrière la Russie et devant l’Italie. En moyenne, ils avaient 26 ans à leur arrivée au Canada. Contrairement à plusieurs autres communautés ethniques, les Français ne sont pas concentrés dans l’espace montréalais, mais dispersés au sein de la population locale. Parmi les hommes mariés, seulement les deux cinquièmes ont épousé une Française, les autres choisissant une Québécoise. La fabrication et la construction rassemblent 27 % de ceux qui ont un emploi, le commerce 8 %, les services religieux et éducatifs 16 %, les services culturels et artistiques 5 %, tout comme la restauration. On retrouve donc de nombreux Français dans des secteurs associés à l’image de la France comme pays de la culture et de la haute cuisine, mais il y a aussi beaucoup d’ouvriers, notamment dans la confection, chez les verriers, les machinistes et dans les métiers de la construction. Il faudrait multiplier de telles études afin d’en arriver à dresser un portrait d’ensemble de la contribution des immigrants français à la société québécoise47.

Affiche de recrutement pour la colonisation du Canada, c. 1890
Affiche diffusée en France pour recruter des candidats à l’immigration au Canada.
« 160 acres de terre libre, 400 millions d’acres de terre arable au Canada », affiche datant de 1890 à 1920. AC, RG 76, Direction de l’immigration. Collection Bibliothèque et Archives Canada, C-089537.

  • 48 Marcel Pleau, Histoire de l’Union française, 1886-1945, polycopié, Montréal, L’Union française, 198 (...)

43La communauté française de Montréal commence à se doter d’institutions spécifiques. En 1886 est créée l’Union nationale française, constituée en société l’année suivante. Cette œuvre de bienfaisance vient en aide aux Français dans le besoin, notamment en gérant un refuge et en payant le transport de ceux qui veulent rentrer en France48. En 1886 aussi, est fondée la Chambre de commerce française réunissant les hommes d’affaires intéressés à promouvoir les échanges entre le Canada et la France.

  • 49 Pénisson, « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », op. cit., p. 113-117.

44Dans l’histoire de la migration française vers le Canada, la période de la fin du xixe et du début du XXe siècle en est donc une d’effervescence, brutalement interrompue par le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Les réservistes français sont appelés sous les drapeaux et environ 5 000 d’entre eux quittent le Canada pour retourner en France. Certains y laissent leur vie, d’autres choisissent de ne pas revenir. C’est un dur coup pour la communauté française qui amorce alors une phase de déclin. En 1914, le consulat estime à 25 000 le nombre de Français au Canada ; en 1941, il en reste moins de 14 000. Dans l’Ouest, des communautés entières déclinent, puis disparaissent. Après le conflit, l’incitation à émigrer est faible dans une France qui a perdu une portion significative de sa population masculine. À partir de 1921 et pendant le reste de la décennie, le nombre de nouveaux arrivants français au Canada ne dépasse pas quelques centaines par année, un chiffre qui tombe à quelques dizaines par année pendant la décennie suivante, marquée par la crise économique. Au total, de 1915 à 1945, le Canada n’accueille que 9 177 immigrants français49.

Le siège de l’Union française, au 429, avenue Viger Est, Montréal
Ancienne demeure de l’armateur Jacques-Félix Sincennes (1818-1876) et du sénateur Alphonse Desjardins (1841-1912), maire de Montréal en 1893. Édifice de style Second Empire construit en 1867 et conçu par l’architecte canadien Henri-Maurice Perrault. Fondée en 1886, l’Union française y établit ses quartiers en 1909. Le 14 juillet est célébré chaque année dans le Square Viger, en face.
Photographie de Pierre-Henri Aho. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 50 Luc Chartrand, Raymond Duchesne et Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec, Montréal, Boréal, (...)
  • 51 Prévost, La France et le Canada d’une après-guerre à l’autre, op. cit., p. 127-139.

45L’entre-deux-guerres voit aussi se développer un autre type de migration, temporaire celle-là : la visite d’intellectuels et de spécialistes français. L’Institut scientifique franco-canadien, créé en 1926 et financé par les gouvernements français et québécois, a précisément pour mission d’organiser les tournées de cours et conférences d’universitaires français. Il en recrute cinq ou six par année, la majorité en sciences et en médecine, mais plusieurs aussi en sciences humaines ou en littérature, tels le philosophe et médiéviste Étienne Gilson, ou encore le géographe Raoul Blanchard, qui écrit plusieurs ouvrages importants sur le Québec et qui est considéré comme le père fondateur de la géographie québécoise. L’Institut contribue à relever le niveau de l’enseignement universitaire au Québec et à ouvrir les étudiants québécois sur la science française50. À la même époque, deux collèges sont créés à Montréal, pour offrir le baccalauréat français : Stanislas pour les garçons en 1938, et Marie-de-France pour les filles, en 193951.

Depuis la Deuxième Guerre mondiale

  • 52 Richard Jones, « Spécificités de l’immigration française au Canada, au lendemain de la Deuxième Gue (...)

46En 1948, le gouvernement fédéral modifie les conditions d’immigration des citoyens français. Ils sont désormais sur le même pied que les sujets britanniques (y compris ceux des grands Dominions) et les citoyens américains, et ils n’ont plus à obtenir de visa. Selon l’historien Richard Jones, cette mesure vise plus à atténuer les critiques des nationalistes québécois qu’à augmenter l’immigration française. Les préoccupations de sécurité — afin d’empêcher l’entrée au Canada aussi bien des communistes que des anciens collaborateurs — retardent tout le processus de sélection, sans que le gouvernement fédéral y affecte des ressources supplémentaires. De plus, la France restreint le montant d’argent que les migrants peuvent emporter. Ainsi, même si beaucoup de Français semblent alors souhaiter immigrer, bien peu parviennent à le faire52.

  • 53 Pénisson, « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », op. cit., p. 114-118.

47Leur nombre augmente tout de même dans les années 1950 et dépasse les niveaux atteints au début du siècle. De 1945 à 1960, plus de 40 000 personnes de nationalité française entrent au Canada ; c’est à peine 2 % des deux millions d’immigrants qui entrent au Canada à la même époque. Cela contribue à faire augmenter le nombre de personnes nées en France qui atteint 36 103 pour tout le Canada en 1961 (une indication que plusieurs des immigrants récents ne sont pas restés). Cette fois, le Québec est le principal bénéficiaire de cet apport, suivi de loin par l’Ontario53.

  • 54 Ibid., p. 114-118 ; Jean-Louis Grosmaire, L’immigration française au Québec : essai de géographie s (...)

48Le rythme des entrées s’accélère un peu dans les années 1960 et atteint un sommet de près de 8 000 en 1967, l’année de l’Exposition universelle qui attire à Montréal de nombreux jeunes Français. Pendant cette décennie, 41 360 immigrants de nationalité française débarquent au Canada, mais ce sera presque la moitié moins pendant la décennie suivante. Le Québec attire généralement de 75 à 80 % des nouveaux venus, mais de 1969 à 1973, le quart choisit l’Ontario. Quant à l’Ouest, il n’obtient désormais que de faibles effectifs. En 1981, le nombre de Français au Canada est de 56 180 dont les deux tiers sont au Québec, 17 % en Ontario et 15 % dans l’Ouest54.

  • 55 Paul-André Linteau, « Les transformations de la société multiculturelle au Québec (1945-2000) », da (...)

49La seconde moitié du XXe siècle est caractérisée par une histoire d’amour entre les Français et le Québec. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la France se classe toujours parmi les premiers pays fournissant des immigrants au Québec. Dans les années 1960, elle vient au deuxième rang, derrière l’Italie ; pendant la décennie suivante, au troisième, derrière Haïti et les États-Unis. Le phénomène se poursuit même après que tous les autres pays d’Europe de l’Ouest sont disparus de la liste des dix premiers. Ainsi, de 1995 à 2002, la France vient au premier rang ; de 2003 à 2007, elle occupe le deuxième rang, derrière l’Algérie et devant la Chine et le Maroc55.

  • 56 Francis Cabanes, Une histoire toute simple : le fondateur de la Pâtisserie de Gascogne se raconte, (...)

50Une moitié de ces immigrants ne restent que quelques mois ou quelques années, mais beaucoup d’autres s’implantent de façon définitive. On connaît mal leur histoire, notamment pour ceux qui sont arrivés dans l’après-guerre. Parfois des mémoires — comme ceux du pâtissier Francis Cabanes ou de la fille de l’acteur Marcel Cabay — lèvent un coin du voile, sans qu’on puisse extrapoler à partir de ces expériences. Il en est de même pour l’album qui réunit de brèves entrevues autobiographiques d’une vingtaine de Français connus installés à Montréal56.

  • 57 Jacques Portes, « Les coopérants militaires français au Québec », dans Stéphane Paquin (dir.), Hist (...)

51De son côté, l’historien Jacques Portes analyse quelques aspects de la venue de près de 2 000 coopérants français dans les universités et les ministères à partir de 1965. Il s’agit de jeunes gens dans la vingtaine, dont le quart est déjà marié et 40 % vient de Paris, les autres d’un peu partout en France. Leur présence est surtout manifeste au moment de la grande expansion du réseau universitaire québécois57.

  • 58 Jean-Louis Grosmaire, « Les Français à Montréal », Cahiers de géographie du Québec, vol. 27, no 71, (...)

52La seule étude d’envergure portant sur la communauté française est réalisée par le géographe Jean-Louis Grosmaire qui en livre un portrait pour les années 1960 et 1970. L’immigrant français de cette période est le plus souvent un jeune homme. En effet, l’âge moyen à l’arrivée est de 27 ans et les hommes sont toujours plus nombreux que les femmes. Par ailleurs, « le Français émigre seul à Montréal ou avec sa famille. Le parrainage est peu fréquent et rares sont les collatéraux qui le suivent comme chez les Italiens, les Grecs et les Portugais. Le Français s’avère un immigrant indépendant58. »

  • 59 Grosmaire, « Les Français à Montréal », op. cit., p. 341-342 ; L’immigration française au Québec, o (...)

53Grosmaire observe un comportement résidentiel qui distingue les Français des autres immigrants installés au Québec. En effet, ils sont présents dans l’ensemble du territoire et non seulement dans la métropole. Le gros des effectifs se rassemble tout de même à Montréal, « probablement l’endroit qui regroupe le plus de Français hors de l’hexagone, en rivalité avec Abidjan ». Même là, il n’y a pas de forte concentration géographique et il n’existe pas de quartier français dans la ville. « Le Français se retrouve ici un peu comme chez lui. […] Il n’éprouve pas le barrage de la langue ni de la distance culturelle. Cela favorise sa diffusion géographique59. »

  • 60 Grosmaire, L’immigration française au Québec, op. cit., p. 372.
  • 61 Ibid., p. 428-433.

54Ce confort relatif ne doit pas masquer les difficultés d’adaptation auxquelles se heurtent les immigrants français, notamment sur le marché du travail. Certains font face au chômage ou ont de la difficulté à faire reconnaître leur formation ou leur expérience : « Il s’ensuit inévitablement des déceptions : le rêve américain s’effondre […]. Les plus amers quittent le pays, les mieux prédisposés poursuivent leurs buts et s’adaptent60. » Pour Grosmaire, qui parle de la « quasi-invisibilité des Français », les défis de l’adaptation ne débouchent cependant pas sur le « repli ethnique61 ».

***

55Ce survol de l’historiographie relative à l’immigration française révèle une production à la fois riche et pauvre. Les travaux sont abondants, mais la plupart ne touchent que des aspects particuliers ou livrent un instantané d’un moment ou d’une période très précise. Il reste encore beaucoup de zones d’ombre.

56Sur une durée de quatre siècles, les chercheurs observent un mouvement migratoire continu de la France vers le Canada, et en particulier vers le Québec. Sauf pour une brève période pionnière, au XVIIe siècle, ce mouvement n’a pas un effet démographique considérable et il n’entraîne pas une forte augmentation de la population francophone, sauf au début du XXe siècle dans l’Ouest canadien. Les effectifs sont relativement faibles quand on les compare à ceux d’autres groupes. Même au Québec, le poids démographique des immigrants français reste modeste. L’intérêt du phénomène se situe moins dans le nombre que dans sa constance et sa durée.

57Il se situe aussi dans sa signification historique. Ce mouvement migratoire témoigne d’abord de la création d’un peuple de souche française en Amérique du Nord et de l’établissement d’une société dotée d’une langue et d’institutions françaises. Par la suite, il témoigne d’une fidélité, d’une volonté de maintenir vivants les liens entre deux sociétés devenues distinctes.

58Il faut aussi souligner les conséquences sociales, économiques et culturelles de la présence des immigrants français. Ceux-ci laissent leur marque en éducation et dans le monde religieux, mais aussi dans les médias, dans le milieu artistique, dans la production et dans la gestion des entreprises. À chaque époque, ils apportent du sang neuf et stimulent la société québécoise. Ces contributions restent encore trop méconnues et devraient faire l’objet de recherches plus systématiques.

59Il faudrait pousser plus loin l’étude des diverses étapes de ce mouvement migratoire : origines et trajectoires antérieures des migrants, conditions de départ et d’arrivée, adaptation et carrière dans le pays d’accueil. Cela commence à être fait pour la Nouvelle-France, mais assez peu pour les périodes subséquentes. L’histoire de l’immigration française est fascinante et mérite qu’on y accorde plus d’attention.

Notes

1 Voir, par exemple, Matteo Sanfilippo, « L’histoire nationale et la question migratoire en Europe occidentale », dans Yves Frenette et al. (dir.), Les parcours de l’histoire. Hommage à Yves Roby, Québec, Presses de l’Université Laval, 2002, p. 59-91 ; René Leboutte, « Les migrations de longue durée. Permanences et mutations », dans René Leboutte (dir.), Migrations et migrants dans une perspective historique. Permanences et innovations, Bruxelles, Peter Lang, 2000, p. 15-54 ; James Jackson Jr. et Leslie Page Moch, « Migration and the Social History of Modern Europe », dans Dirk Hoerder et Leslie Page Moch (dir.), European Migrants. Global and Local Perspectives, Boston, Northeastern University Press, 1996, p. 52-69.

2 La production de Marcel Trudel est très abondante ; voir notamment les volumes de son Histoire de la Nouvelle-France (Montréal, Fides, diverses années) et son Catalogue des immigrants, 1632-1662, LaSalle, Hurtubise HMH, 1983.

3 Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, Montréal, Boréal, 1988 (l’édition originale est de 1974) ; « La croissance de Montréal au XVIIIe siècle », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 27, no 2, septembre 1973, p. 163-179.

4 Voir, entre autres, Jacques Mathieu, La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord, XVIe-XVIIIe siècle, Paris/Québec, Belin/Presses de l’Université Laval, 1991.

5 Mario Boleda, « Trente mille Français à la conquête du Saint-Laurent », Histoire sociale/Social History, vol. 23, no 45, mai 1990, p. 153-177 ; « Nouvelle estimation de l’immigration française au Canada, 1608-1760 », dans Yves Landry (dir.), Le peuplement du Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles, Québec, Centre national de la recherche scientifique, 2004, p. 29-37.

6 Robert Larin, Brève histoire du peuplement européen en Nouvelle-France, Québec, Septentrion, 2000, p. 31 ; Boleda, « Trente mille Français… », op. cit., p. 176-177.

7 Boleda, « Nouvelle estimation… », op. cit., p. 35.

8 Leslie Choquette, De Français à paysans. Modernité et tradition dans le peuplement du Canada français, Québec, Septentrion/Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 4 ; Boleda, « Trente mille Français… », op. cit., p. 174-175 ; Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 83.

9 Gervais Carpin, Le réseau du Canada. Étude du mode migratoire de la France vers la Nouvelle-France (1628-1662), Québec, Septentrion/Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001.

10 Ibid., p. 347.

11 Yves Landry, Orphelines en France, pionnières au Canada. Les filles du roi au XVIIe siècle, Montréal, Leméac, 1992.

12 Hubert Charbonneau et al., Naissance d’une population. Les Français établis au Canada au XVIIe siècle, Paris/Montréal, Institut national d’études démographiques/Presses de l’Université de Montréal, 1987, p. 21-22.

13 Boleda, « Trente mille Français… », op. cit., p. 164-165 ; Peter N. Moogk, « Reluctant Exiles : Emigrants from France in Canada before 1760 », The William and Mary Quarterly, Third Series, vol. 46, no 3, juillet 1989, p. 50-502 ; « Manon’s Fellow Exiles : Emigration from France to North America before 1763 », dans Nicholas Canny (dir.), Europeans on the Move : Studies on European Migration, 1500-1800, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 256-257 ; Hubert Charbonneau et al., « La population française de la vallée du Saint-Laurent avant 1760 », dans Serge Courville (dir.), Atlas historique du Québec. Population et territoire, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1996, p. 34 ; Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 72.

14 Notre étude, centrée sur l’immigration française, n’aborde pas l’immigration vers le Canada issue d’autres pays européens ou des colonies américaines, ni celle des esclaves noirs.

15 Boleda, « Trente mille Français… », op. cit., p. 164-172 ; Boleda, « Nouvelle estimation… », op. cit., p. 34-35 ; Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 70-87 ; Louis Pelletier, Le clergé en Nouvelle-France, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1993, p. 44 ; Hubert Charbonneau et al., « La population française de la vallée du Saint-Laurent avant 1760 », p. 33-35 ; Josiane Paul, Exilés au nom du roi. Les fils de famille et les faux-sauniers en Nouvelle-France, 1723-1749, Québec, Septentrion, 2008.

16 Louise Dechêne, Le peuple, l’État et la guerre au Canada sous le Régime français, édition préparée par Hélène Paré, Sylvie Dépatie, Catherine Desbarats et Thomas Wien, Montréal, Boréal, 2008.

17 Hubert Charbonneau et André Guillemette, « Provinces et habitats d’origine des pionniers de la vallée laurentienne », dans Claude Poirier (dir.), Langue, espace, société. Les variétés du français en Amérique du Nord, Québec, Presses de l’Université Laval, 1994, p. 157-183 ; cette étude corrige des estimations antérieures du PRDH. Voir aussi Hubert Charbonneau et Normand Robert, « Origines françaises de la population canadienne, 1608-1759 », dans R. Cole Harris (dir.), Atlas historique du Canada, tome 1, Des origines à 1800, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1987, planche 45.

18 Charbonneau et Guillemette, « Provinces et habitats d’origine… », op. cit., p. 175.

19 Charbonneau et al., Naissance d’une population, op. cit., p. 44-50 ; Jacques Mathieu, Pauline Therrien-Fortier et Rénald Lessard, « Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-France », Recherches sociographiques, vol. 28, no 2-3, 1987, p. 211-217 ; Jacques Mathieu, « De France à Nouvelle-France au XVIIe siècle », dans Yves Landry et al. (dir.), Les chemins de la migration en Belgique et au Québec, XVIIe-XXe siècles, Beauport, MNH, 1995, p. 195-199.

20 Leslie Choquette, « L’émigration vers la Nouvelle-France », dans Yves Landry (dir.), Le peuplement du Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles, op. cit., p. 14-15 ; De Français à paysans, op. cit., p. 23-29.

21 Ibid., p. 86-91.

22 Yves Landry, « Les Français passés au Canada avant 1760 : le regard de l’émigrant », dans Jean-Pierre Bardet et René Durocher (dir.), Français et Québécois : le regard de l’autre, Paris, Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise, 1999, p. 220 ; Moogk, « Reluctant Exiles », op. cit., p. 505 ; Leslie Choquette, « La mobilité de travail en France et l’émigration vers le Canada (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans Yves Landry et al. (dir.), Les chemins de la migration en Belgique et au Québec, XVIIe-XXe siècles, op. cit., p. 201-208.

23 Charbonneau et al., Naissance d’une population, op. cit., p. 6-22, 160 ; Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 189-193.

24 Jean-Pierre Poussou, « Mobilités et migrations », dans Jacques Dupâquier et al., Histoire de la population française, tome 2, De la Renaissance à 1789, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 99-143.

25 Choquette, « L’émigration vers la Nouvelle-France », op. cit., p. 211-223.

26 Moogk, « Reluctant Exiles », op. cit., p. 463-505 ; Landry, « Les Français passés au Canada avant 1760 : le regard de l’émigrant », op. cit., p. 223-232.

27 Un peu à contre-courant, Robert Larin estime qu’il en vient 3 000, dont un millier s’établissent ; Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 16-25.

28 Ibid., p. 222-223 ; Choquette, De Français à paysans, op. cit., p. 242.

29 Voir, par exemple, Mickaël Augeron, « Partir pour la Nouvelle-France : la place et le rôle des villes portuaires métropolitaines (1608-1763) », dans Bertrand Guillet et Louise Pothier (dir.), France/Nouvelle-France, naissance d’un peuple français en Amérique, Paris/Montréal/Nantes, Somogy/Pointe-à-Callière/Musée du château des ducs de Bretagne, 2005, p. 55.

30 Larin, Brève histoire du peuplement européen…, op. cit., p. 27-36 et 191.

31 Marcel Fournier, Les Français au Québec, 1765-1865, Sillery, Septentrion, 1995.

32 Ibid., p. 23-32 ; Claude Galarneau, « Les Français au Canada (1815-1860) », Études canadiennes/Canadian Studies, no 17, décembre 1984, p. 216 ; Guy Laperrière, « Les communautés religieuses françaises au Québec (1792-1914) », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 308-312.

33 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 32-51.

34 Galarneau, « Les Français au Canada », op. cit., p. 216.

35 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 57 ; John A. Dickinson, « Les sulpiciens au Canada », dans Dominique Deslandres et al. (dir.), Les sulpiciens de Montréal. Une histoire de pouvoir et de discrétion, 1657-2007, Montréal, Fides, 2007, p. 49-61 ; Ollivier Hubert, « Les bases d’une prosopographie sulpicienne », dans Dominique Deslandres et al. (dir.), Les sulpiciens de Montréal, op. cit., p. 136-143.

36 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 57 ; Roberto Perin, Ignace de Montréal, artisan d’une identité nationale, Montréal, Boréal, 2008.

37 Fournier, Les Français au Québec, op. cit., p. 51.

38 Walter T. K. Nugent., Crossings: The Great Transatlantic Migrations, 1870-1914, Bloomington, Indiana University Press, 1995, p. 11-18; François Weil, « French migration in the Americas in the 19th and 20th centuries as a historical problem », Studi Emigrazione/Études Migrations, vol. 33, no 123, 1996, p. 451-456.

39 Bernard Pénisson, « L’émigration fançaise au Canada (1882-1929) », dans L’émigration française : études de cas : Algérie, Canada, États-Unis, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 85-88 ; « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », Revue européenne des migrations internationales, vol. 2, no 2, novembre 1986, p. 112.

40 Pénisson, « L’émigration fançaise au Canada (1882-1929) », op. cit., p. 52-85.

41 Pénisson, « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », op. cit., p. 112-116.

42 Yves Frenette, « L’apport des immigrants français aux francophonies canadiennes », à paraître en 2008 dans Francophonies d’Amérique ; « Les Français au Canada depuis 1760. Essai de synthèse », manuscrit inédit, 2002 ; Yves Frenette et Audrey Pyée, « Bibliographie sur les migrants français au Canada depuis 1760 », dans (en collaboration) Les Français aux Amériques (XVIIe-XXIe siècles) : bibliographie, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2002 ; je remercie Yves Frenette de m’avoir communiqué ces documents. Voir aussi Richard Jones, « French », dans Paul Robert Magocsi (dir.), Encyclopedia of Canada’s Peoples, Toronto, University of Toronto Press, 1999, p. 526-538.

43 Guy Laperrière, « “Persécution et exil” : la venue au Québec des congrégations françaises, 1900-1914 », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 36, no 3, décembre 1982, p. 389-411 ; Les congrégations religieuses. De la France au Québec, 1880-1914, 3 vol., Québec, Presses de l’Université Laval, 1996-2005 ; « Les communautés religieuses françaises au Québec (1792-1914) », p. 318-324.

44 Paul-André Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels : les rapports avec la France et les États-Unis depuis le milieu du XIXe siècle », Zeitschrift für Kanada-Studien, 17, Jahrgang/Nr. 2, Band 32, 1997, p. 21-22 ; Nive Voisine, Les frères des écoles chrétiennes au Canada : une ère de prospérité, tome II, 1880-1946, Sainte-Foy, Anne Sigier, 1991, p. 63-179.

45 Fernande Roy, Progrès, harmonie, liberté. Le libéralisme des milieux d’affaires francophones à Montréal au tournant du siècle, Montréal, Boréal, 1988, p. 92-99.

46 Frenette, « L’apport des immigrants français aux francophonies canadiennes », op. cit., p. 12-13.

47 Ingrid Filot Les immigrants français à Montréal 1850-1901. Étude des Français présents à Montréal lors du recensement de 1901, mémoire de maîtrise en histoire, Université de Lyon II Lumière, 1995 ; ce mémoire a été fait sous la direction d’Yves Lequin, Paul-André Linteau et Jean-Claude Robert ; Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels : les rapports avec la France et les États-Unis depuis le milieu du XIXe siècle », op. cit., p. 25.

48 Marcel Pleau, Histoire de l’Union française, 1886-1945, polycopié, Montréal, L’Union française, 1985.

49 Pénisson, « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », op. cit., p. 113-117.

50 Luc Chartrand, Raymond Duchesne et Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec, Montréal, Boréal, 1987, p. 253-257 ; Jean-Claude Guédon, « L’Institut scientifique franco-canadien (1926-1939) : élites, culture et vulgarisation scientifique », Protée, vol. 16, no 3, 1988, p. 67-75 ; Philippe Prévost, La France et le Canada d’une après-guerre à l’autre (1918-1944), Saint-Boniface (Manitoba), Éditions du Blé, 1994, p. 59-66 et 107-125 ; Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels : les rapports avec la France et les États-Unis depuis le milieu du XIXe siècle », op. cit., p. 22.

51 Prévost, La France et le Canada d’une après-guerre à l’autre, op. cit., p. 127-139.

52 Richard Jones, « Spécificités de l’immigration française au Canada, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale », Revue européenne des migrations internationales, vol. 2, no 2, novembre 1986, p. 127-142.

53 Pénisson, « Un siècle d’immigration française au Canada (1881-1980) », op. cit., p. 114-118.

54 Ibid., p. 114-118 ; Jean-Louis Grosmaire, L’immigration française au Québec : essai de géographie sociale, thèse de doctorat (géographie), Université de Montréal, 1981, p. 266.

55 Paul-André Linteau, « Les transformations de la société multiculturelle au Québec (1945-2000) », dans Jean-Michel Lacroix et Paul-André Linteau (dir.), Vers la construction d’une citoyenneté canadienne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 19-22 ; Claire Benjamin, « Les entrées internationales au Québec », Démographie québécoise : passé, présent, perspectives, Québec, Bureau de la Statistique du Québec, 1983, p. 313-344 ; les données sur l’immigration récente au Québec sont publiées sur le site Internet de l’Institut de la statistique du Québec : <www.stat.gouv.qc.ca>.

56 Francis Cabanes, Une histoire toute simple : le fondateur de la Pâtisserie de Gascogne se raconte, Outremont, Carte blanche, 2000 ; Claudine Cabay Chatel, Des pas dans ma mémoire, Montréal, Publistar, 2008 ; Bertrand Lemeunier et Éric Clément, Français de Montréal, Montréal, La Presse, 2005.

57 Jacques Portes, « Les coopérants militaires français au Québec », dans Stéphane Paquin (dir.), Histoire des relations internationales du Québec, Montréal, vlb, 2006, p. 75-86.

58 Jean-Louis Grosmaire, « Les Français à Montréal », Cahiers de géographie du Québec, vol. 27, no 71, septembre 1983, p. 344 ; L’immigration française au Québec, op. cit., p. 283-294.

59 Grosmaire, « Les Français à Montréal », op. cit., p. 341-342 ; L’immigration française au Québec, op. cit., p. 271.

60 Grosmaire, L’immigration française au Québec, op. cit., p. 372.

61 Ibid., p. 428-433.

Table des illustrations

Légende Soldat de la Compagnie franche de la Marine, XVIIIe siècleLes militaires en poste dans la vallée du Saint-Laurent forment la principale composante de l’immigration qui s’établit en permanence au Canada sous le Régime français. À partir de la fin du XVIIe siècle, ces militaires appartiennent surtout aux Compagnies franches de la Marine, mais pendant la guerre de Sept Ans, des régiments de l’Armée de terre sont aussi envoyés au Canada.Illustration couleurs par Eugène Lelièvre, tirée de Le patrimoine militaire canadien : d’hier à aujourd’hui, tome I : 1000-1754, « Soldat des Compagnies franches de la Marine en Nouvelle-France, entre 1750 et 1755 », Ottawa, Défense nationale, 1993, p. 82. Reproduit avec la permission du ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, 2008.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Monseigneur Ignace Bourget (1799-1885)Deuxième évêque de Montréal, de 1840 à 1876, Mgr Bourget se rendra plusieurs fois en France pour y recruter des communautés religieuses. Il est représenté sur cette photo à l’âge de 82 ans, revêtu des vêtements épiscopaux caractéristiques de la pompe ecclésiastique, au moment où il quête encore pour payer les coûts de construction de sa cathédrale, une réplique, à l’échelle, de la basilique de Saint-Pierre de Rome.Photographie de L. E. Desmarais & Cie., rue St-Laurent à Montréal, 1881. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Premier contingent d’immigrants Savoyards en route pour le lac Saint-Jean,1904À l’initiative de la Société de rapatriement et de colonisation du lac Saint-Jean, d’anciens immigrants français établis aux États-Unis sont recrutés de 1897 à 1904 pour venir développer la région du lac Saint-Jean.Photographie du studio de Livernois, 1904. Collection Bibliothèque et Archives Canada, C006081.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Georges Clemenceau (1841-1929)Premier ministre de France à deux reprises (1906-1909 ; 1917-1920), il émet une circulaire dite Circulaire Clemenceau en 1909-1910 tendant à restreindre les campagnes publiques de recrutement de candidats français à l’émigration vers le Canada. Le sénateur Dandurand fera des représentations personnelles auprès de lui afin d’adoucir l’application de la Circulaire et ainsi faciliter les efforts de recrutement d’immigrants français, en particulier pour contrebalancer l’immigration au Canada de citoyens originaires des îles britanniques. Cette maquette du monument Clemenceau est une œuvre du sculpteur français François Cogné exécutée en 1932 et intitulée Le Père de la victoire. Le monument en bronze est situé à Paris, Place Georges-Clemenceau, à l’intersection des Champs-Élysées et de l’avenue Winston-Churchill.Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Hector Fabre (1834-1910)Premier délégué du Canada, et agent général du Québec à Paris en 1882, Hector Fabre est sénateur libéral depuis 1875 lorsqu’en 1882, il est nommé Agent général du Québec à Paris par le premier ministre Adolphe Chapleau. La même année, le gouvernement canadien le nomme délégué du Canada : il est le premier à occuper ce poste. Francophile dans l’âme, il avait séjourné cinq fois en France depuis 1857, avant sa nomination. Il fonde le journal Paris-Canada, en 1884 pour mieux faire connaître le Canada, ses produits et son potentiel d’investissements. Il multiplie les conférences pour recruter des immigrants français. Il meurt à Paris en 1910 après avoir représenté sans interruption les intérêts canadiens, et ceux du Québec, pendant vingt-huit ans. Fait chevalier de la Légion d’honneur en 1884.Collection Bibliothèque et Archives Canada, PA-026613.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Affiche de recrutement pour la colonisation du Canada, c. 1890Affiche diffusée en France pour recruter des candidats à l’immigration au Canada.« 160 acres de terre libre, 400 millions d’acres de terre arable au Canada », affiche datant de 1890 à 1920. AC, RG 76, Direction de l’immigration. Collection Bibliothèque et Archives Canada, C-089537.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Le siège de l’Union française, au 429, avenue Viger Est, MontréalAncienne demeure de l’armateur Jacques-Félix Sincennes (1818-1876) et du sénateur Alphonse Desjardins (1841-1912), maire de Montréal en 1893. Édifice de style Second Empire construit en 1867 et conçu par l’architecte canadien Henri-Maurice Perrault. Fondée en 1886, l’Union française y établit ses quartiers en 1909. Le 14 juillet est célébré chaque année dans le Square Viger, en face.Photographie de Pierre-Henri Aho. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16720/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

Auteur

Professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et est spécialiste de l’histoire du Québec aux XIXe et XXe siècles, de l’histoire de Montréal et de l’histoire de l’immigration. Actif sur la scène internationale dans le champ des études canadiennes, il a publié des articles dans plusieurs pays. Ses ouvrages incluent Histoire du Québec contemporain, vol. 1 : De la Confédération à la crise (1867-1929) et vol. 2 : Le Québec depuis 1930 (avec René Durocher, Jean-Claude Robert et Français Ricard, 1979, 1983, 1989) ; Le retard du Québec et l’infériorité économique des Canadiens français (avec René Durocher, 1971) ; Histoire de Montréal depuis la Confédération (1992, 2000) et Histoire du Canada (1994, 1997, 2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540