Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 6. De la complexité identitaire des francophones du Canada

Yves Frenette

Texte intégral

1Il y a dans le nord de la Saskatchewan une petite communauté agricole du nom de Bellevue. Elle ne compte que 450 habitants, presque tous de langue française. C’est en fait un des derniers bastions francophones de la province. Si vous demandez aux anciens du lieu de se définir, ils vous diront qu’ils sont Canadiens français ou Canadiens, au sens originel du terme, c’est-à-dire de premiers Français d’Amérique. Les plus jeunes, eux, vous diront aussi qu’ils sont Canadiens, mais au sens contemporain du mot, c’est-à-dire de citoyens du Canada. En outre, ces jeunes se définissent comme francophones bilingues ; pour eux, le bilinguisme réfère à un trait identitaire, pas seulement à une capacité linguistique. S’il vous arrive de rencontrer des militants francophones au Centre culturel, vous apprendrez qu’ils favorisent le terme « Fransaskois » pour se désigner.

Georges Michaud et sa famille, Bellevue, Saskatchewan, c. 1930
La famille de Georges Michaud est rassemblée au grand complet. Agronome de formation, il avait été envoyé auprès des minorités francophones par le gouvernement du Québec et se servait de ce poste pour faire du recrutement pour l’Ordre de Jacques-Cartier, une société secrète visant la promotion des intérêts et de l’avancement des Canadiens français face à la puissante concurrence des Loges orangistes et des francs-maçons anglophones.
Archives photographiques du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF).

L’église de Saint-Isidore de Bellevue, Saskatchewan
Une modeste construction de bois sert de lieu de rassemblement communautaire ; le curé et son abbé y viennent à la rencontre des paroissiens après la messe dominicale pour exprimer leurs opinions sur les événements qui ponctuent la vie de cette communauté rurale tissée serrée.
Archives photographiques du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF).

2Canadiens français, Canadiens à l’ancienne mode, Canadiens à la nouvelle mode, francophones, Fransaskois, tout autant de mots pour désigner les descendants des émigrants du Québec venus s’établir dans les Prairies entre la fin du XVIIIe siècle et la Grande Dépression des années 1930. Mais à Bellevue, ce n’est pas tout. Les deux patronymes les plus communs sont Gareau et Gaudet ; en fait, en Saskatchewan française, un adage populaire veut que, « à Bellevue, on ne mélange pas les gâteaux et les galettes », c’est-à-dire les Gareau et les Gaudet. C’est que les habitants ont eu pendant longtemps des pratiques endogames. Bien avant eux, en 1676, un certain Dominique Gareau avait épousé une certaine Marie Gaudet à Port-Royal, capitale de l’Acadie coloniale ; leurs descendants furent déportés au Massachusetts et au Connecticut pendant le Grand Dérangement et, vers 1766-1767, ils trouvèrent refuge à l’Assomption, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, à l’est de Montréal ; de là, ils s’enfoncèrent quelques kilomètres dans les terres pour fonder Saint-Jacques de la Nouvelle Acadie. D’ailleurs, si vous prenez le temps de converser avec les gens âgés de Bellevue, vous entendrez parler de vieilles femmes qui cachaient leur vaisselle quand elles voyaient des soldats en uniforme.

  • 1 Sur les Gareau, voir Ruth Collins-Ewen et Médéric Gareau, « Mémoires de Médéric Gareau », La saga d (...)

3Dans les dernières décennies du XIXe siècle, certains descendants des colons acadiens de Saint-Jacques émigrèrent à leur tour vers les États-Unis et les Prairies canadiennes. Parmi eux, trois frères Gareau, charpentiers de leur métier, qui furent incités, en 1876, à tenter leur chance sur les bords de la rivière Saskatchewan Nord par un prêtre de leur connaissance. En raison de la migration métisse qui avait cours à partir du Manitoba à cette époque, le travail ne manquait pas. En 1882, les Gareau écrivirent à un quatrième frère, Azarie, pour l’inviter à les rejoindre. Plus intéressé par l’agriculture que par la construction, le jeune homme, il avait à peine 23 ans, fit venir sa femme et leurs trois enfants, et il obtint des terres à une quinzaine de kilomètres à l’est de Batoche, invitant à son tour parents et amis de Saint-Jacques et des États-Unis à s’établir à Gareauville, qui prit en 1902 le nom de Saint-Isidore de Bellevue1.

4En 1885, l’armée du général Middleton réprima la révolte du chef métis Louis Riel, et Batoche fut mis à feu et à sang. Les frères d’Azarie perdirent tout ; comme beaucoup de survivants, deux d’entre eux partirent plus à l’ouest, vers l’Alberta et la Colombie-Britannique, alors qu’un troisième retourna au Québec et s’installa à Montréal. Étant située à l’extérieur de Batoche, la ferme d’Azarie fut épargnée ; à deux reprises celui-ci rentra au Québec pour recruter des colons. Ces derniers se firent concéder des terres à bon marché et mirent à profit la présence dans les environs d’une main-d’œuvre métisse à bon marché. Entourés de Métis, d’Amérindiens et d’Ukrainiens, les habitants de Bellevue choisirent de ne pas se marier à l’extérieur. Il y avait bien des « Français de France » dans la région, mais les routes n’étaient pas très bonnes, et il n’y avait guère d’affinités culturelles entre les « cousins » d’Europe et ceux du Québec.

Louis Riel (1844-1885)
Héros légendaire des Métis de l’Ouest, Riel sera le fondateur de la province du Manitoba en 1870 ; il sera élu trois fois par acclamation à la Chambre des communes, bien qu’il ne pourra jamais y siéger, étant sous le coup d’un mandat d’arrestation. Il sera pendu à Regina en 1885 à la suite de la Rébellion des Métis à Batoche, en 1884, et d’un procès considéré aujourd’hui comme une injustice. Cette photo-carte de visite, prise à Montréal, comporte sa signature et la date de 1875, moment où il a fui les policiers qui tentaient de l’appréhender.
Photographie par S. Davis & Sons, Montréal, 1875. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 2 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montré (...)

5Les habitants de Bellevue ne sont pas des « Français du Canada » ; trois siècles et demi les séparent de leurs ancêtres français. Ils sont davantage des « Canadiens d’Amérique » ; en effet, comme leurs compatriotes de langue française des 10 provinces et des 3 territoires, comme les Canadiens de langue anglaise, comme leurs voisins au sud du 45e parallèle, leur identité est profondément ancrée dans le Nouveau Monde, ce qui ne veut pas dire qu’ils aient tourné le dos à l’Europe et que leur expérience historique en ait été une de rupture ou de promesse non remplie2.

  • 3 Marcel Rioux, Les Québécois, Paris, Seuil, 1975, p. 15.

6L’historien de terrain que je suis utilise une définition très prosaïque de l’américanité des francophones du Canada. Pour reprendre les mots du sociologue Marcel Rioux, celle-ci « s’acquiert par la transplantation dans un nouvel habitat, au contact d’une autre nature et par la fréquentation d’autres groupes humains3 ». Le Français d’Amérique emprunte des outils et des techniques au monde amérindien, au colonisateur anglais, à l’immigrant allemand, irlandais et italien. À la mesure des migrations continentales et régionales, ce processus d’acculturation est constamment renouvelé. Et ce n’est pas le seul en cause dans les mutations identitaires successives des francophones.

  • 4 Pour un autre exemple d’itinéraire familial tortueux, voir Michel Bouchard, « De l’Acadie à l’Alber (...)
  • 5 Carl A. Brasseaux, The Founding of New Acadia. The Beginnings of Acadian Life in Louisiana, 1765-18 (...)
  • 6 Gérard-Marc Braud, « Les communautés acadiennes en France », dans Le Congrès mondial acadien. L’Aca (...)

7Retournons un moment à Bellevue. La localité est peuplée par les descendants d’Acadiens déportés dans les colonies américaines par une puissance ennemie, l’Angleterre, et qui ont trouvé refuge parmi les Canadiens de la vallée du Saint-Laurent ; bien qu’après deux ou trois générations ces Acadiens soient devenus des Canadiens français, au contact de la population environnante, qui elle-même connaissait une transformation identitaire, la référence acadienne continuait d’être présente à Saint-Jacques de l’Acadie, comme peut-être l’endogamie ethnique4 ; les émigrants transportèrent ces éléments aux États-Unis et en Saskatchewan, où ils s’adaptèrent à un milieu naturel et humain fort différent de celui qu’ils avaient connu jusque-là, notamment en raison de la présence métisse et de leur situation minoritaire dans un territoire de langue anglaise, territoire qui comptait aussi d’autres groupes ethnoculturels et des « Français de France ». Les migrants développèrent donc une identité différente de celle des Acadiens établis en Lousiane5 et en France6, ainsi que de celle des Acadiens demeurés ou retournés dans les Maritimes.

  • 7 Léon Thériault, « L’Acadie de 1763 à 1990. Synthèse historique », dans Jean Daigle (dir.), L’Acadie (...)
  • 8 Joseph-Yvon Thériault, « Naissance, déploiement et crise de l’idéologie nationale acadienne », dans (...)

8Là, les Acadiens, qui étaient des agriculteurs avant la Déportation, rebâtirent leurs communautés sur de nouvelles bases économiques, tout particulièrement la pêche7. Grâce à la tradition orale, la mémoire collective garda vivace le souvenir de l’ancienne Acadie et le drame du Grand Dérangement. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’élite s’appuya sur cette culture traditionnelle pour faire « renaître » l’Acadie, en créant des institutions et des symboles visant à unifier tous les Acadiens des provinces maritimes8.

  • 9 À moins d’indications contraires, nous nous appuyons sur notre livre Brève histoire des Canadiens f (...)

9Les Canadiens, eux, ne furent pas déportés, mais conquis. La Conquête introduisit l’Anglais dans la vallée du Saint-Laurent et lui conféra le pouvoir politique et économique. Jusqu’au début du XIXe siècle, l’immigration en provenance des îles britanniques fut faible, mais, à partir de ce moment, elle s’accrut considérablement. Les Canadiens se rendirent à l’évidence : les Anglais ne repartiraient pas et leur poids démographique pèserait de plus en plus lourd ; ils étaient même en voie de s’approprier l’identité canadienne en se définissant comme Canadians. Apparu dans les années 1820, le vocable « Canadien français » se répandit après l’échec des rébellions de 1837-1838. L’intelligentsia en vint à considérer les Canadiens d’origine française et les Acadiens comme une « race ». L’identité des francophones était donc linguistique et généalogique9.

  • 10 Marcel Martel, Le deuil d’un pays imaginé. Rêves, luttes et déroute du Canada français. Les rapport (...)

10Partout où ils allaient, et ils allèrent à peu près partout en Amérique du Nord, les Canadiens français emportèrent leurs traits culturels et leurs institutions. La famille, la parenté, l’Église catholique, tout le réseau institutionnel facilitait leur adaptation dans les milieux divers où ils se retrouvèrent, que ce fût une ville forestière du Nord ontarien, un village manitobain ou une ferme isolée en Alberta. Comme leurs ancêtres de France qui s’étaient aventurés en Nouvelle-France, les migrants devaient modifier leur bagage culturel et, au cours du processus, ils acquirent de nouvelles identités, non seulement parce qu’on ne pratiquait pas l’agriculture de la même façon dans les plaines de l’Ouest que dans les contreforts des Appalaches, mais aussi parce que, la plupart du temps, les Canadiens français partageaient les lieux où ils s’installaient avec d’autres groupes, notamment ceux issus des îles britanniques, qui étaient en majorité, du moins à l’échelle provinciale. Ainsi, dès la fin du XIXe siècle, on commença à parler des « Canadiens français d’Ontario » comme d’un groupe distinct des francophones des autres provinces. En Saskatchewan, en 1912, au moment de la création d’une association provinciale pour représenter les francophones de la province, les participants au congrès de fondation furent particulièrement soucieux de choisir une appellation qui rallierait le plus grand nombre. Après discussion, ils optèrent pour le terme « Franco-Canadien » plutôt que « Canadien français ». Quarante ans plus tard, lors du Troisième congrès de la langue française du Canada, Louis-Philippe Mousseau parla longuement à ses compatriotes du Québec des Canadiens français de l’Alberta, qu’il désignait du vocable de « Franco-Albertains ». En fait, depuis le tournant du XXe siècle, les conflits scolaires, que l’historien Marcel Martel qualifie de mythes fondateurs des minorités hors Québec, faisaient prendre conscience aux groupes francophones de leurs différences ; les Canadiens français du Québec jouissaient d’une certaine sécurité culturelle, tandis qu’eux devaient lutter pour bâtir et préserver des institutions, et surtout pour avoir accès à des écoles de langue française10.

  • 11 Parmi eux, Martel, op. cit. ; Fernand Harvey, « Le Québec et le Canada français. Histoire d’une déc (...)

11On se trouve donc devant un paradoxe : l’expansion du Canada français dans l’espace contenait les germes de sa disparition, puisque, par définition, les migrations sont porteuses d’acculturation. Dans un groupe minoritaire, l’acculturation est d’autant plus envahissante qu’elle s’accompagne de transferts linguistiques. L’émergence de nouvelles identités chez les francophones de l’Ontario (Franco-Ontariens) et de l’Ouest (Franco-Manitobains, Fransaskois, etc.) au XXe siècle s’explique donc, en grande partie, par les transformations qu’ils avaient subies sur place, et non en raison principalement de la redéfinition identitaire des Canadiens français du Québec en « Québécois » pendant la Révolution tranquille, comme l’ont avancé plusieurs chercheurs11. En effet, les jeux s’étaient faits beaucoup plus tôt, en fait dès le moment où les Canadiens français s’étaient installés à l’extérieur du Québec. Parce que leurs communautés avaient été abreuvées de sang neuf jusqu’aux années 1920, cette transformation identitaire avait été tamisée. Mais lorsque le boulevard de l’émigration se réduisit à un sentier, les nouvelles identités s’exprimèrent avec force. Pour l’historien du politique, les États généraux du Canada français de 1967 marquent la rupture. Pour l’historien du social et du culturel, ils la symbolisent, l’élite réagissant à un mouvement qui avait cours depuis plusieurs décennies dans les couches populaires. En effet, à partir de la Première Guerre mondiale, les petites gens du Québec, le petit peuple cher à l’abbé Lionel Groulx, étaient de moins en moins en contact avec le Canada français d’outre-frontières, à la mesure du ralentissement considérable du mouvement d’émigration.

12Le Québec influait grandement sur l’évolution des minorités, mais l’influence qu’elle recevait de ces dernières était aussi réelle. Après la Deuxième Guerre mondiale, l’avènement d’une identité québécoise distincte est étroitement lié aux représentations que se fait l’intelligentsia de la francophonie canadienne. En effet, les grandes crises scolaires et celle de la conscription ont presque convaincu certains chefs nationalistes, et ce, dès les années 1920, de l’impossibilité de la dualité culturelle et linguistique. Lentement, la leçon du nombre imprègne les milieux nationalistes : il est très difficile, sinon illusoire d’assurer la survie des minorités assujetties à la volonté de la majorité ; ne faudrait-il pas plutôt rassembler ses effectifs sur le territoire québécois, seul endroit où les Canadiens français peuvent profiter pleinement de leurs droits religieux et linguistiques ? L’identité québécoise est ainsi fondée en partie sur un rétrécissement des frontières de la nation ; avec la Révolution tranquille, le territoire physique occupé par l’État du Québec en vient à se confondre avec le territoire mental de la nation, qui se traduit par un « nous les Québécois », dont sont plus ou moins exclus les francophones vivant à l’extérieur du Québec, perçus comme appartenant à un autre espace, canadien ou américain, donc à un État étranger.

Bannière de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal
Symbole distinctif en usage jusqu’au milieu du XXe siècle pour représenter ce qu’il était alors convenu d’appeler la « race » française en Amérique. Ce tricolore rouge-bleu-blanc reprend les armoiries de la société : « au premier d’azur, à une représentation de St-Jean Baptiste au naturel surmontant deux branches d’érable de part et d’autre d’un castor ; au second coupé : au premier d’azur à trois fleurs de lys d’or qui est France moderne, au second de gueules de lion d’or ». Cette rare bannière, en partie peinte à la main (soie de Lyon) à l’atelier des Sœurs du Bon Pasteur, aurait, selon la tradition orale, servi lors du 50e anniversaire de la SSJB en 1884. Elle appartenait au notaire Victor Morin (1865-1960), président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (1915-1924).
Bannière de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, seconde moitié du XIXe siècle. Provenance : Succession de Victor Morin. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 12 Nive Voisine, « Les valeurs religieuses de l’émigrant québécois (1850-1920) », dans Claire Quintal (...)

13Ceci étant dit, jusqu’aux années 1950-1970, les Canadiens français et les Acadiens ont partagé une langue et des traits identitaires, au premier chef le catholicisme, et l’institution ecclésiale les encadrait. Souvent dévots, ils acceptaient le catholicisme, non pas parce qu’il leur était imposé, mais parce qu’il apportait des réponses à leurs questions et qu’il représentait pour eux un lieu d’identification. Face à un clergé qu’ils connaissaient bien, ils savaient faire la part des choses. Comme l’écrit avec beaucoup d’à-propos l’historien Nive Voisine, « décrire le catholique […] comme un être brimé, totalement soumis, ployant sous les menaces est tout aussi faux que de nier l’action du clergé sur la vie des gens12 ».

  • 13 Guy Laperrière, « L’adaptation à de nouveaux modes de vie », dans Jean Simard (dir.), Le grand héri (...)

14Le catholicisme marquait l’espace des communautés francophones. La paroisse constituait le premier lieu d’appartenance, la première référence spatiale, et l’église ou la chapelle le premier lieu sacré. Au Québec, en Acadie et, dans un degré moindre, en Ontario, dans l’Ouest et aux États-Unis, les édifices dans les villes étaient ornés d’une croix, parfois très grande, imprimée dans la pierre ou la brique. Dans les campagnes, on trouvait des croix de chemin et des calvaires au bord des routes. La religion était aussi inscrite dans la toponymie : « apparemment, écrit avec humour l’historien Guy Laperrière, tous les saints du paradis se sont donné rendez-vous sur la carte du Québec13 ». À l’extérieur de cette province, les paroisses posaient les premiers jalons de l’action militante pour le maintien de la culture d’expression française et de la foi catholique, devenant de véritables enclaves en territoire « étranger » ; elles étaient le pivot autour duquel gravitait l’activité sociale. L’école, l’hôpital, la caisse populaire s’organisaient autour de la paroisse, au sein de laquelle se tenaient en outre des récitals, des bazars, des discours, des pièces de théâtre. L’encadrement paroissial donnait aux Acadiens et aux Canadiens français une identité, un sentiment de sécurité et d’appartenance. Croyant fermement à l’adage « Qui perd sa langue, perd sa foi », le clergé en vint à caresser, à la fin du XIXe siècle, un projet de société centré sur un Canada biculturel qui, chez les plus optimistes, comprenait aussi la Nouvelle-Angleterre.

15Pendant longtemps, Rome et le Vatican constituaient donc des références importantes pour les francophones du Canada. Comme l’ultramontanisme était au cœur de leur culture religieuse, ils se tournaient vers la ville éternelle pour s’abreuver à la doctrine et aux pratiques catholiques ; le Saint-Siège était également l’arbitre suprême et on respectait ses décisions, même lorsqu’il jugeait en faveur de l’ennemi « irlandais » ou qu’il condamnait l’Action française de Paris.

Médaille du 50e anniversaire de la Société Saint-Jean-Baptiste, 1884
Cette médaille émaillée sur fond doré reprenant les armoiries de la Société Saint-Jean-Baptiste est suspendue à son ruban original tricolore, en référence aux origines nationales françaises des Canadiens français. Cette médaille était portée par les dignitaires lors des manifestations publiques de la Société : parades annuelles, banquets patriotiques, messes solennelles, activités sociales… D’autres médailles à l’iconographie semblable, en cuivre, de plus petit format et moins coûteuses, étaient aussi portées par les simples membres ou sympathisants. L’usage en disparut au milieu du XXe siècle.
Médaille en émail et cuivre doré réalisée par G. Lamond & fils, Montréal, 1884. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 14 Gérard Bouchard, op. cit., p. 93-99.
  • 15 Pat Murphy, Toss the Feathers. Irish Set Dancing, Cork, Mercier Press, 1995.

16À partir de 1760, l’Angleterre, mais aussi l’Écosse et l’Irlande influèrent puissamment sur l’identité des Canadiens français et des Acadiens. Dès les premières années du Régime anglais apparurent des traits culturels empruntés à la nouvelle métropole et souvent apportés par les immigrants britanniques. Ces traits se retrouvaient dans les domaines de la cuisine, de la mode, du mobilier et de l’architecture, rurale et urbaine14. Chez l’élite, on pense, entre autres, aux salons de thé ; il n’est pas jusqu’au tribun nationaliste Louis-Joseph Papineau à s’en faire bâtir un dans son domaine de la Petite Nation. Quant au peuple, on cite le plus souvent les transferts à partir du folklore irlandais et du folklore écossais, eux-mêmes inspirés des modèles de la cour de France15.

  • 16 Martin Pâquet, « “Le sport de la politique”. Transferts et adaptations de la culture politique brit (...)

17Mais l’influence britannique est surtout palpable sur la culture politique des francophones après l’introduction du parlementarisme en 1791. Tôt, les Acadiens et les Canadiens admirèrent la Constitution anglaise et, rapidement, ils utilisèrent avec efficacité le régime parlementaire et le droit comme appareil de régulation normative, en plus d’adopter les rituels et les références symboliques de la culture politique anglaise. Il n’est pas jusqu’aux traditionalistes qui les intégrèrent à leur discours et à leur pratique16.

  • 17 Joseph-Henri Blanchard, « L’enseignement du français dans les écoles publiques de l’Île-du-Prince-É (...)
  • 18 Donat Robichaud, Le grand Chipagan. Histoire de Shippagan, Beresford, chez l’auteur, 1976, p. 106-1 (...)

18À l’extérieur du Québec, l’espace public était le plus souvent investi par la langue anglaise. À l’Île-du-Prince-Édouard, le clergé d’origine écossaise anglicisait les paroisses et le français disparut progressivement des écoles17. Partout, l’anglais était la langue du pouvoir et de l’argent, et l’espace symbolique lui-même était britannique : ne célébrait-on pas la fête de l’Empire dans certaines localités acadiennes du nord-est du Nouveau-Brunswick18 ?

  • 19 Louis-Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française. Américanité, anticolonialisme et républ (...)
  • 20 Ibid., p. 213.
  • 21 Jean-Paul Bernard, « Les idéologies québécoises et américaines au XIXe siècle », dans Claude Savary (...)

19L’autre pôle qui ne cesserait d’attirer les francophones du Canada, c’était, bien sûr, les États-Unis. Lors de la Guerre d’Indépendance, une poignée seulement de Canadiens montrèrent de la sympathie pour les insurgés américains. Par la suite, l’intérêt pour la jeune république fut plutôt faible et les représentations de l’Oncle Sam négatives. Selon l’historien Louis-Georges Harvey, « l’Américain incarnait […] l’archétype de l’individu dominé par son matérialisme et ses passions, celui qui ne pouvait se vouer à la défense de l’intérêt commun et dont la soif de pouvoir et la corruption morale menaçaient la liberté politique du peuple19 ». Quant aux institutions américaines, elles étaient considérées comme corrompues. Toutefois, après 1815, la situation politique, c’est-à-dire le duel entre le Parti canadien puis le Parti patriote et les autorités coloniales britanniques, provoqua un attrait pour la république du Sud, dont on suivait l’évolution dans les journaux et dans les ouvrages spécialisés qu’acquérait la Bibliothèque de l’Assemblée législative. Le caractère des Américains fut, pour ainsi dire, réhabilité, et les États-Unis devinrent synonymes d’égalité et de liberté. Papineau lui-même délaissa de plus en plus le modèle parlementaire britannique au profit du modèle républicain américain et le Parti patriote s’affirma démocrate, réclamant l’électivité des institutions. Lorsque le conflit se transforma en crise en 1834, les chefs firent la filiation entre leur cause et celle des patriotes américains 50 ans plus tôt ; « à la veille des insurrections, l’image de la Révolution américaine semblait maintenant justifier le recours aux armes20 ». À partir de ce moment, la Déclaration d’indépendance américaine fut adoptée par l’élite révolutionnaire du Bas-Canada21.

  • 22 Sylvie Beaudreau, Quebec and the Problem of French Canadian Emigration to the United States, 1840-1 (...)

20Après la défaite des insurgés, en 1837-1838, leur succession fut assurée par les Rouges, face à la coalition des libéraux modérés et des conservateurs, alliés à l’Église catholique. Les deux groupes croisaient souvent le fer, notamment dans leurs journaux, qui présentaient des opinions diamétralement opposées sur les États-Unis22. À l’Institut canadien de Montréal, les Rouges invitaient des personnalités comme l’écrivain Ralph Waldo Emerson à prononcer des conférences. Selon les auteurs de l’Histoire de la littérature québécoise :

  • 23 Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, Histoire de la littérature québécoise, (...)

L’écrivain de Concord offre au public intellectuel montréalais ce que ne lui procure pas sa formation classique : une véritable leçon de vie à l’américaine. L’influence d’Emerson, porteur d’un discours typiquement américain, est considérable sur l’Institut canadien dont les membres se reconnaissent volontiers dans les valeurs libérales qu’il incarne et dans le modèle de l’American scholar23.

  • 24 Richard Jones, « Le spectre de l’américanisation », dans Savary, op. cit., p. 145-166.
  • 25 Il est vrai, comme le fait remarquer Joseph-Yvon Thériault (Critique de l’américanité, op. cit., p. (...)
  • 26 Lamonde, op. cit., p. 76-77.

21À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, la place du Canada et du Québec dans l’Empire britannique en vint à occuper le centre des débats politiques. Il fallut attendre les lendemains de la Première Guerre mondiale pour que la crainte des États-Unis domine le paysage idéologique, à la fois chez les tenants de l’ordre traditionnel, en voie de transformation rapide, et les réformistes qui souhaitaient soustraire l’économie québécoise à la domination de l’Oncle Sam24. C’est que la culture populaire américaine représentait un aimant puissant pour les francophones, notamment les citadins. L’américanisation, c’est-à-dire la pénétration de la culture américaine, prenait des formes multiples : le cirque, le parc d’attractions, les vues animées25. Au milieu de la décennie de 1920, la compagnie Paramount contrôlait les salles d’exploitation à Montréal et, de 1919 à 1930, les films projetés au Québec étaient produits à 96 % aux États-Unis. L’américanisation passait aussi par le sport professionnel, notamment le baseball, la radio et l’automobilisme26.

  • 27 Ibid., p. 87-99.
  • 28 André-J. Bélanger, « Commentaire », dans Savary, op. cit., p. 168.
  • 29 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973, p. 93. Pour des constats plus réc (...)

22Après la Deuxième Guerre mondiale, l’avènement de la société de consommation met le Canada français et, dans une moindre mesure, l’Acadie à l’heure des États-Unis. Les membres de l’élite, tout comme les petites gens, participent à l’American Way of Life. Le cinéma continue d’être américain et les magazines en provenance des États-Unis envahissent le marché canadien, tout comme le nouveau médium de la télévision. Même la gauche radicale des années 1960 et 1970, qui dénonce vigoureusement l’impérialisme yankee, participe à des degrés variables à la contreculture d’inspiration américaine27. Pensons à la revue Mainmise, au sous-titre évocateur : Organe québécois du rock international, de la pensée magique et du gay sçavoir. Sur le plan institutionnel, et pour ne prendre que l’exemple du secteur de l’éducation, la réforme scolaire introduite à la suite du rapport Parent calque amplement le système américain ; c’est la même chose avec l’établissement des trois niveaux de formation (baccalauréat, maîtrise, doctorat) à l’université28. L’emprise culturelle américaine fait dire au sociologue Guy Rocher en 1973 que le Québécois n’est plus un « Français d’Amérique », il est devenu un « Américain francophone »29.

Drapeau des Canadiens français, 1903
Ce drapeau fut adopté en 1903 par la Société Saint-Jean-Baptiste comme drapeau officiel des Canadiens français. Il s’inspire de la bannière de la milice canadienne lors de la victoire des troupes françaises à Fort Carillon (Ticonderoga), en 1758 ; on y ajouta par la suite une grande croix blanche. Cette bannière était connue comme Le Carillon. C’est la SSJB qui y ajouta en 1903 un Sacré-Cœur en son centre : elle prit alors le nom de Carillon-Sacré-Cœur, mettant ainsi en pratique le précepte politique de l’époque : « La langue gardienne de la Foi ». Ce drapeau subsista jusqu’à l’adoption par l’Assemblée législative du Québec en 1948 du Fleurdelysé. En fait, il s’agit essentiellement du même modèle, dont le Sacré-Cœur a disparu et les fleurs de lys aux quatre coins ont été redressées, tout en gardant la croix blanche qui le divise en quatre parties égales. Cependant, les Canadiens français de l’Ontario refusèrent en 1903 de le reconnaître comme bannière distinctive.
Drapeau reproduit sur une carte postale imprimée en 1904 et identifiée au dos « Drapeau des Canadiens Français ». Produit par La librairie Cadieux et Derôme de Montréal, daté 1904, no S229. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 30 Yves Roby, Les Franco-Américains de la Nouvelle-Angleterre 1776-1930, Sillery, Septentrion, 1990.
  • 31 Serge Courville (dir.), Histoire de la Beauce, Québec, Presses de l’Université Laval et IQRC, 2003.

23Malheureusement, il n’y a pas encore d’étude sur le rôle des rapatriés des États-Unis dans la propagation de l’influence américaine au Canada français et en Acadie. Rappelons que plus d’un million de personnes prirent la route des « États » ou de l’« Amarique » de 1850 à 1930 ; environ la moitié rentrèrent au pays30. Déjà familiarisés avec l’électricité, le téléphone, le cinéma, la presse illustrée, l’automobile, le baseball, les returnati francophones amenèrent de nouvelles modes, ouvrirent des ateliers de cinématographie, des cinémas, des restaurants. Le cas le plus célèbre est celui de ces fils de boulanger-pâtissier de la Beauce qui, après un séjour dans une usine de fabrication d’automobiles de Détroit, révolutionnèrent l’entreprise familiale en y introduisant une chaîne de montage. Un succès québécois était né : « les petits gâteaux Vachon »31.

François-Edmé Rameau de Saint-Père (1820-1899)
Cet historien français a publié deux ouvrages sur l’Acadie : La France aux colonies (1859) et Une colonie féodale en Amérique : L’Acadie (1604-1881). Il a de plus effectué plusieurs voyages au Canada, apportant son appui aux œuvres d’éducation et de colonisation en Acadie.
Centre d’études acadiennes, Université de Moncton, PA1-0401C.

  • 32 Voir Gérard Bouchard et Yvan Lamonde (dir.), Québécois et Américains. La culture québécoise aux XIX(...)
  • 33 Guildo Rousseau, L’image des États-Unis dans la littérature québécoise (1775-1930), Sherbrooke, Édi (...)
  • 34 Jean Morency et Joël Boilard, « La filière américaine. La contribution des migrants canadiens-franç (...)

24Parallèlement, les modèles américains influèrent sur les créateurs dès le début du XIXe siècle, que ce fût dans les domaines du théâtre, de la peinture ou de l’urbanisme. Même l’architecture religieuse s’inspirait de ce qui se faisait au sud de la frontière32. Le phénomène avait son pendant littéraire : de 1830 à 1930, James Fenimore Cooper et Henry Wasdsworth Longfellow étaient très présents dans l’esprit des écrivains canadiens-français et acadiens33. Puis, apparurent des formes imaginatives importées du Sud par l’entremise de personnalités littéraires canadiennes-françaises des États-Unis34.

  • 35 Léon Thériault, op. cit., p. 55-56 ; Pierre Trépanier, « Rameau de Saint-Père, la France et la vie (...)

25Et la France dans tout cela ? Outre les empreintes laissées par plus de 150 ans de présence coloniale dans le nord-est de l’Amérique, notamment sur le plan linguistique, a-t-elle continué, après 1760, à jouer un rôle dans les élaborations identitaires des descendants des premiers Acadiens et des premiers Canadiens ? La réponse est affirmative. En Acadie, on attribue même en partie la renaissance des dernières décennies du XIXe siècle à l’influence d’Edme Rameau de Saint-Père, dont les livres La France aux colonies, paru en 1859, et Une colonie féodale en Amérique, publié en 1877, furent avidement lus par les membres de l’élite acadienne, qui mirent en pratique le programme de « relèvement national » proposé par l’historien français35.

  • 36 Gérard Bouchard, op. cit., p. 122.
  • 37 Gilles Gallichan, « La page avant la voile. Le livre et l’imprimé dans les relations France-Québec (...)
  • 38 Biron, Dumont et Nardout-Lafarge, op. cit., p. 92.
  • 39 Cité dans Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec (1896-1929), Montréal, Fides, 2004, p. (...)

26Au Québec, où s’exerça aussi l’influence de Rameau de Saint-Père, l’intelligentsia, à gauche et à droite, était profondément attachée à l’ancienne métropole. Comme l’écrit Gérard Bouchard, « chacun inventait sa vraie France, y découpait son univers, ses auteurs, ses héritages, son modèle exemplaire pour le Québec, et y fondait sa fidélité36 ». Du côté des libéraux, Victor Hugo était le président honoraire de l’Institut canadien de Montréal et la Revue canadienne, publiée dans cette ville de 1845 à 1848, était remplie de textes sur l’histoire de France, ses grands écrivains, sa situation politique et sociale ; dans les bibliothèques et les librairies, le livre français était omniprésent37. Autre exemple : lors d’un retour de Paris en 1867, le chroniqueur et journaliste Arthur Buies fonda une feuille pamphlétaire intitulée La Lanterne canadienne, inspirée de La Lanterne du polémiste antibonapartiste Henri Rochefort38. Plus tard, pendant la Première Guerre mondiale, même un nationaliste anti-impérialiste comme Olivar Asselin put se porter volontaire : « Moi, si je veux partir, c’est que j’aimerais mieux mourir que de voir la France vaincue et impuissante39 », déclara-t-il.

Drapeau acadien
Les Acadiens furent les premiers à adopter, à leur deuxième Convention nationale, en 1884, le tricolore français comme drapeau distinctif, auquel ils avaient ajouté une étoile jaune au coin supérieur gauche. Cette étoile a une connotation religieuse : elle est aux couleurs papales « pour montrer notre inviolable attachement à la sainte Église, notre mère », et représente l’étoile de Marie « Stella Maris, qui doit garder la petite colonie acadienne à travers les orages et les écueils ». Ces deux drapeaux, le Carillon Sacré-Cœur et le Stella Maris, ont donc une forte connotation religieuse, bien que le drapeau acadien arbore le tricolore républicain et le drapeau du Québec s’inspire d’une bannière monarchiste.
Drapeau original datant de 1884. Collection du Musée acadien, Université de Moncton.

27Il est clair, cependant, que c’est la tradition contre-révolutionnaire qui se fit le plus lourdement sentir dans le bilan des influences françaises. C’est peut-être le journaliste d’origine américaine Jules-Paul Tardivel qui représenta avec le plus de vigueur ce courant :

  • 40 Cité dans Pierre Savard, Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis (1851-1905), Québec, Pres (...)

Nous aimons la France d’autrefois, la France puissante, grande et glorieuse, la France fille aînée de l’Église ; nous aimons aussi la France catholique de nos jours. Mais la France moderne, telle que la Révolution l’a faite, la France déchue de son antique splendeur, la France impie, la France républicaine, en un mot, ne nous inspire qu’un sentiment qui est un mélange d’horreur et de pitié40.

  • 41 Cité dans Lamonde, Histoire sociale des idées, op. cit., p. 171.
  • 42 Charles-Philippe Courtois, Trois mouvements intellectuels québécois et leurs relations françaises :(...)
  • 43 Mary Elizabeth Aubé et Yves Frenette, Jeanne Lajoie, Toronto, Fiducie du patrimoine ontarien, à par (...)
  • 44 Courtois, op. cit.

28Dans la presse conservatrice, les rédacteurs empruntaient des textes, des idées et des formules-chocs à L’Univers de Louis Veuillot, plus tard à La Croix des pères assomptionnistes. On s’inspirait aussi des idées de Barrès : « Même avant d’aller étudier en France, écrit Édouard Montpetit, je m’abreuvais de Barrès, qui m’apprenait le secret de la résistance française et la persistance d’une civilisation sous les coups de la défaite41 ». Maurras était aussi admiré, quoique son athéisme dérangeât. Cela n’empêcha pas l’abbé Groulx et Omer Héroux de transformer leur Ligue des droits du français, créée en 1913, en Ligue d’Action française huit ans plus tard. En 1917, ils avaient d’ailleurs baptisé leur organe L’Action française42. Eux et d’autres nationalistes canadiens français adaptèrent le vocabulaire utilisé par les milieux de droite français pour exprimer la douleur et la colère de la perte de l’Alsace et de la Lorraine à la perte des droits linguistiques dans les Prairies et en Ontario. En pleine guerre mondiale, l’ennemi prussien devint l’ennemi anglo-saxon. Pour contrer la proscription de la langue française dans les écoles de l’Ontario, on y fonda des « écoles libres ». À Pembroke, une jeune Franco-Ontarienne au prénom prédestiné de Jeanne ouvrit une telle école et se dépensa sans compter pour la « cause nationale », malgré une santé fragile. Quand elle mourut de la tuberculose, on la surnomma « la pucelle de Pembroke »43. Et, dans les années 1930, les mouvements de droite non conformistes québécois s’inspirèrent de l’extrême droite française, notamment les maurrassiens dissidents ; toutefois, ils n’allèrent pas aussi loin dans leur flirt avec le fascisme44.

  • 45 Yvan Lamonde et Cécile Facal, « Jacques et Raïssa Maritain au Québec et au Canada français. Une bib (...)
  • 46 Stéphanie Angers et Gérard Fabre, Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). (...)
  • 47 E.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la grande noirceur. L’horizon personnaliste de (...)

29Parallèlement, les idées de Jacques Maritain et d’Emmanuel Mounier commencèrent à circuler dans les milieux intellectuels, syndicalistes et politiques. Une enquête menée en 1962 auprès d’une centaine d’intellectuels québécois révèle que Maritain se plaçait au cinquième rang parmi les auteurs qui les avaient le plus influencés45. Des hommes aussi différents que Robert Charbonneau, Pierre Elliott Trudeau et Pierre Vallières s’inspirèrent du personnalisme de la revue Esprit, qui entretenait des relations avec des publications québécoises, surtout La Relève et Cité libre, mais aussi Parti pris et Possibles46. Les recherches récentes de Jean-Philippe Warren, Martin Meunier et Michael Gauvreau font ressortir l’importance de ce courant dans l’émergence d’une nouvelle sensibilité catholique et la genèse de la Révolution tranquille47.

  • 48 Voir le texte de Paul-André Linteau dans le présent recueil.
  • 49 Yves Frenette, « L’apport des immigrants français aux francophonies canadiennes », Francophonies d’ (...)
  • 50 Guy Laperrière, « Les communautés religieuses françaises au Québec (1792-1914) », Lamonde et Poton,(...)
  • 51 Claude Galarneau, La France devant l’opinion canadienne (1760-1815), Québec, Presses de l’Universit (...)

30L’influence française se propagea aussi par l’intermédiaire d’immigrants48. Même s’ils n’étaient pas nombreux — environ 150 000 de 1760 à 1980 —, leur apport à la vitalité culturelle des francophonies canadiennes n’en fut pas moins capital, puisqu’ils occupaient une place centrale dans certaines sphères, notamment la religion, l’éducation et les arts49. Ainsi, à trois moments, le Canada accueillit des prêtres et des religieux, qui contribuèrent de façon marquée à l’éducation des classes populaires et aisées. Ils devinrent curés, missionnaires, enseignants et aumôniers, et augmentèrent les effectifs du clergé. Ne se confinant pas aux murs de leurs presbytères, de leurs collèges et de leurs couvents, ils étendirent leur action à plusieurs domaines50. Dans un premier temps, les 42 prêtres réfractaires qui fuirent la Révolution française imprégnèrent l’Église canadienne d’une nouvelle vigueur et apportèrent des traditions qu’ils feraient rayonner pendant 60 ans sur les rives du fleuve Saint-Laurent, dans le golfe du même nom, au Saguenay et au Haut-Canada ; sur les bords du lac Saint-Pierre, entre Trois-Rivières et Montréal, pas moins de sept paroisses eurent à leur tête un prêtre émigré. La présence de ces ecclésiastiques y était sentie de façon si nette que les contemporains désignaient la région du nom de « Petite France ». Au séminaire de Nicolet, le supérieur Jean Raimbault forma pendant 35 ans de jeunes prêtres qui iraient à leur tour transmettre les traditions catholiques françaises dans d’autres institutions d’enseignement. Reconnaissant à l’Angleterre de lui avoir donné l’asile, Raimbault prêchait la « Fidélité envers le Prince ». À des centaines de kilomètres de là, l’abbé Jean-Mandé Sigogne faisait la même chose à la baie Sainte-Marie, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Pendant un ministère qui dura un demi-siècle, le prêtre émigré rétablit la pratique religieuse au sein de populations qui s’étaient éloignées des sacrements. Il devint un des personnages les plus importants de la région et il joua le rôle d’intermédiaire politique entre ses ouailles acadiennes et les autorités britanniques d’Halifax51.

  • 52 Laperrière, op. cit., p. 313.
  • 53 Idem, Les congrégations religieuses. De la France au Québec 1880-1914, 3 t., Québec, Presses de l’U (...)
  • 54 Luc Noppen, « L’église Sainte-Marie, monument du métissage de modèles bretons et des savoir-faire a (...)

31Deux générations plus tard, sous le leadership de l’évêque de Montréal, Ignace Bourget, l’Église canadienne-française commença à recruter du personnel en France, y compris des oblats et des jésuites, « qui devaient tenir une place si importante au Canada français52 ». Surtout, à partir de 1880, les politiques anticléricales de la Troisième République incitèrent religieux et religieuses de 50 congrégations à chercher refuge dans un pays ou la tolérance régnait. Impliqués massivement dans l’enseignement, ils monopolisèrent longtemps les postes de direction dans les communautés53. L’un d’entre eux, l’eudiste Pierre-Marie Dagnaud, ancien professeur au Collège de Redon, fut responsable de l’importation de modèles architecturaux bretons au Canada54.

Les drapeaux officiels de la francophonie canadienne
Cette multiplication de drapeaux démontre bien comment, au XXe siècle, l’identité des Canadiens français s’est morcelée sous différentes identités provinciales et territoriales.

  • 55 Frenette, « L’apport des immigrants français », op. cit.
  • 56 Paul-André Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels. Les rapports av (...)

32À ces religieux et à ces prêtres s’ajoutaient des enseignants laïques. En Acadie, les premiers instituteurs furent souvent des immigrants français et l’un d’entre eux, Auguste Renaud, devint, en 1867, le premier député francophone du Nouveau-Brunswick à la Chambre des communes55. À Montréal, tous les directeurs fondateurs et un certain nombre de professeurs des grandes écoles (d’architecture, de commerce, de techniques, de beaux-arts) créées par le gouvernement du Québec furent recrutés en France ou en Belgique. Plus tard, au moment de la guerre d’indépendance de l’Algérie, des immigrants pieds-noirs comptèrent parmi les premiers laïcs à enseigner dans les collèges classiques. Parallèlement, le modèle français joua un rôle considérable dans le développement des mouvements de jeunesse et des autres mouvements d’action catholique56.

Camille Laurin, René Lévesque et la Charte de la langue française
L’une des lois les plus importantes adoptées sous le gouvernement de René Lévesque, premier ministre du Québec de 1976 à 1985, la Charte de la langue française (connue sous le nom de Loi 101) est parrainée par le ministre Camille Laurin et adoptée par l’Assemblée nationale en 1977. Louangée d’un côté, contestée de l’autre, la Charte met fin à une décennie de conflits linguistiques en établissant clairement la priorité du français sur le territoire du Québec. Elle devient un symbole important de l’identité québécoise.
© Jacques Nadeau, c. 1977.

  • 57 Cité dans Biron, Dumont et Nardout-Lafarge, op. cit., p. 155.

33L’influence de la France ne fut pas limitée à l’éducation. Jusqu’en 1980, la littérature française constitua la principale référence des écrivains francophones du Canada, même ceux qui exultaient l’âme canadienne, dont l’œuvre phare, Maria Chapdelaine, fut d’ailleurs écrite par un Français pour un public français. Face à eux, ceux qu’on a appelés les « exotiques » voulaient faire de Montréal un petit Paris littéraire, inspirés qu’ils étaient par l’esprit moderniste et la qualité esthétique des textes de leurs idoles français : « Tout ce qui nous venait de France avait le pouvoir de l’enchantement57 », commenta ultérieurement Jean Charbonneau. Certains, tel Jules Fournier, allèrent même jusqu’à nier l’existence d’une littérature canadienne-française.

  • 58 Linteau, « Le Québec et les grands ensembles », op. cit., p. 19-35.

34Jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, le théâtre évolua également sous l’égide de Français : les œuvres jouées étaient françaises, les comédiens étaient français. Au début du XXe siècle, des films français étaient à l’affiche dans les salles de cinéma et l’arrivée du disque contribua à la diffusion de la culture française. À partir du milieu du XIXe siècle, plusieurs jeunes allèrent étudier en France, et pas seulement ceux qui étaient férus de lettres. La plupart des grands médecins de l’hôpital Notre-Dame de Montréal, par exemple, avaient fait un stage de perfectionnement à Paris. On retrouve la même tendance chez les scientifiques et les artistes58.

35Il faut toutefois préciser que les influences françaises, tout comme les influences romaines, britanniques et américaines, constituèrent rarement des transpositions, elles étaient plutôt des adaptations. Ce qu’écrit l’historien Pierre Trépanier à propos de Rameau de Saint-Père vaut aussi pour d’autres personnages « influents » :

  • 59 Trépanier, op. cit., p. 288-289. Voir aussi Olivier Dard, « De la rue de Rome au Canada français. I (...)

Il est certain que si le prophète n’avait pas proféré les paroles souhaitées il aurait été renvoyé au désert sans état d’âme aucun […]. Les élites canadiennes-françaises — modérées et traditionalistes — procéderont toujours à un tri dans la pensée de Rameau en fonction de leurs besoins à elles, cherchant dans le discours de l’intellectuel français des confirmations, des précisions, des amplifications, des mises en perspective conformes à leurs attentes59.

36L’originalité des francophones du Canada aura été de faire une synthèse à partir d’influences diverses. Le dimanche, un individu pouvait successivement entendre un message du pape à l’église, écouter un disque de Maurice Chevalier dans son salon, discuter avec des amis dans un parc d’un affrontement entre conservateurs et libéraux à la Chambre des communes et admirer Clark Gable sur un écran de cinéma.

37Dans les années 1960, l’éclatement du Canada français se traduit par une différenciation identitaire. Au Québec, la nouvelle identité passe par la promotion de la langue française. À une époque d’urbanisation et de communication de masse qui accroissent les contacts avec le reste de la civilisation nord-américaine, à une époque aussi de désacralisation et de décléricalisation, la langue demeure le seul référent traditionnel, un référent d’ailleurs véhiculé par le puissant média qu’est la télévision : le Québécois est un Nord-Américain qui parle le français, fondement de son individualité. Dans sa quête d’autonomie, la France et sa culture apparaissent comme des alliés puissants, non menaçants. On a beaucoup étudié les relations entre le Québec et la France depuis 1960, mais on ne connaît pas grand-chose de l’importation des produits français et de leur impact sur les pratiques des Québécois, la consommation de vins et de fromages, l’arrivée de TV5, etc. On peut à peine noter que l’influence culturelle de la France se démocratise, que la langue québécoise se rapproche de la norme parisienne et que les vedettes françaises sont plus connues que jamais.

  • 60 Joseph-Yvon Thériault, « Naissance, développement et crise », op. cit., p. 67-83 ; Jean-Paul Hautec (...)

38Au milieu du XXe siècle, l’identité acadienne se modernise également et, comme ailleurs dans la francophonie canadienne, elle se fragmente selon les appartenances provinciales. Au Nouveau-Brunswick, elle s’affirme avec force sous le leadership d’une nouvelle élite, qui est inspirée en partie par le néo-nationalisme québécois et qui se fonde sur le réseau institutionnel traditionnel pour revendiquer l’égalité de la société acadienne face à la majorité de langue anglaise. Les Acadiens de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard, ainsi que les Franco-Terre-Neuviens ont aussi le vent dans les voiles sur les plans institutionnel et culturel, mais leur situation ressemble, à bien des égards, à celle des francophones des provinces des Prairies, l’assimilation linguistique effectuant des ravages60.

  • 61 Michael Behiels, La francophonie canadienne. Renouveau constitutionnel et gouvernance scolaire, Ott (...)
  • 62 Jean-Pierre Corbeil et al., Les minorités prennent la parole. Résultats de l’Enquête sur la vitalit (...)
  • 63 Yves Frenette, « Réflexions sur les francophonies nord-américaines contemporaines », dans Gilles Ga (...)
  • 64 Roger Bernard, De Québécois à Ontarois. La communauté franco-ontarienne, Hearst, Le Nordir, 1996 ; (...)

39En effet, à l’extérieur du Québec, les pressions multiformes du milieu ambiant, canadien-anglais et américain, accélèrent les transferts linguistiques vers l’anglais à un rythme effarant, et ce, en dépit de grands progrès juridiques et institutionnels dans les 30 dernières années, notamment depuis l’avènement de la Charte des droits et libertés en 198261. Les dernières données disponibles sont à cet égard révélatrices. En 2006, près de 52 % des individus de langue maternelle française n’utilisent plus le français comme langue principale, c’est-à-dire comme langue dans laquelle ils sont le plus à l’aise62. À certains endroits, cette évolution s’accompagne d’une redéfinition identitaire : en l’absence de la langue française, l’identité de certaines personnes, qui s’affirment francophones, devient symbolique et se cantonne dans le folklore et la mémoire63. Parallèlement, dans plusieurs provinces et régions, la langue française acquiert une fonction uniquement utilitaire et se trouve coupée de référents culturels, particulièrement chez les jeunes ; comme à Bellevue, ceux-ci se définissent comme des Canadiens bilingues et, pour eux, le français devient une langue seconde, un phénomène qui correspond à la thèse de l’identité bilingue du regretté Roger Bernard64.

Manifeste du Parti acadien, 1972
Le Manifeste du Parti acadien, publié en 1972 par un groupe d’Acadiens engagés dans l’action sociale et politique, a cristallisé la lutte séculaire des Acadiens pour la reconnaissance de l’égalité du peuple acadien dans la vie publique au Nouveau-Brunswick. Le texte portait « Nous voulons vivre en démocratie. Nous voulons vivre chez nous dans un climat d’entente, de coopération et d’ÉGALITÉ […]. Nous voulons aussi revigorer notre fierté et renouveler notre langue… ». Dix ans plus tard, la reconnaissance de l’égalité par le gouvernement du Nouveau-Brunswick, dirigé par Richard Hatfield (1970-1987), consacre l’aboutissement de la lutte engagée par le Parti acadien et de façon plus générale, par la population acadienne.
Le Parti acadien, textes d’Euclide Chiasson, André Dumont, Jacques Fortin, Arthur William Landry, Donald Poirier, Armand Roy, Lorio Roy ; B.P. 354, Petit-Rocher, Nouveau-Brunswick, 1972. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Pierre Elliott Trudeau et la Loi sur les langues officielles
Pierre Elliott Trudeau, élu premier ministre du Canada à quatre reprises (1968-1972 ; 1972-1974 ; 1974-1979 ; 1980-1984), fait adopter la Loi sur les langues officielles du Canada en 1969. Cette loi, une des premières qu’il fait adopter, vise à donner au français des droits et un statut égal à l’anglais dans l’administration publique fédérale. Décriée en certains milieux, elle est particulièrement bien accueillie en milieu minoritaire francophone, où la lutte pour les droits du français a une longue histoire. Elle devient une composante importante de l’identité du Canada et de l’image que son gouvernement veut projeter au pays et dans le monde.
Affiche en couleurs publiée par le Parti libéral du Canada, c. 1970. Collection de l’honorable sénateur Jerahmiel S. Grafstein.

  • 65 Yves Frenette, « Immigration et francophonie canadienne au tournant du XXIe siècle », dans Louder e (...)

40En ce début du XXIe siècle, les groupes francophones du Canada continuent donc à prendre des chemins divergents, en dépit des efforts louables de certains intellectuels, militants et hommes et femmes politiques, qui rêvent de reconstruire le Canada français sur des bases nouvelles. Les francophonies canadiennes, y compris le Québec, se rejoignent toutefois dans les possibilités et les défis posés par l’immigration, comme le montre l’actualité. Même si elle est, pour l’instant, confinée aux grandes villes, l’immigration est en voie de redessiner les contours identitaires des francophonies, comme du monde occidental d’ailleurs65. Il y a fort à parier que, dans 50 ou 75 ans, les chercheurs devront tenir compte des apports antillais et africains dans la construction identitaire des « Français du Canada ».

Notes

1 Sur les Gareau, voir Ruth Collins-Ewen et Médéric Gareau, « Mémoires de Médéric Gareau », La saga des Gareau, Régina, Les Éditions de la nouvelle plume, 1999, p. 1-5.

2 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Boréal, 2000 ; Yvan Lamonde, Allégeances et dépendances. L’histoire d’une ambivalence identitaire, Québec, Nota Bene, 2001, p. 29-135. Pour une critique du concept d’américanité, voir Joseph-Yvon Thériault, Critique de l’américanité, Montréal, Québec Amérique, 2005.

3 Marcel Rioux, Les Québécois, Paris, Seuil, 1975, p. 15.

4 Pour un autre exemple d’itinéraire familial tortueux, voir Michel Bouchard, « De l’Acadie à l’Alberta en passant par le Kansas. Sur les traces de la famille Comeau », dans Dean Louder et Éric Waddell (dir.), Franco-Amérique, Québec, Septentrion, 2008, p. 235-250.

5 Carl A. Brasseaux, The Founding of New Acadia. The Beginnings of Acadian Life in Louisiana, 1765-1803, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1987; idem, Acadian to Cajun. Transformation of a People, 1803-1877, Jackson, University Press of Mississippi, 1992.

6 Gérard-Marc Braud, « Les communautés acadiennes en France », dans Le Congrès mondial acadien. L’Acadie en 2004, Montréal, Éditions d’Acadie, 1996, p. 343-350.

7 Léon Thériault, « L’Acadie de 1763 à 1990. Synthèse historique », dans Jean Daigle (dir.), L’Acadie des Maritimes. Études thématiques, Moncton, Chaire d’études acadiennes, 1993, p. 45-89 ; Nicolas Landry et Nicole Lang, Histoire de l’Acadie, Sillery, Septentrion, 2001.

8 Joseph-Yvon Thériault, « Naissance, déploiement et crise de l’idéologie nationale acadienne », dans Simon Langlois (dir.), Identité et cultures nationales. L’Amérique française en mutation, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1995, p. 67-83.

9 À moins d’indications contraires, nous nous appuyons sur notre livre Brève histoire des Canadiens français, Montréal, Boréal, 1998.

10 Marcel Martel, Le deuil d’un pays imaginé. Rêves, luttes et déroute du Canada français. Les rapports entre le Québec et la francophonie canadienne (1867-1975), Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1997.

11 Parmi eux, Martel, op. cit. ; Fernand Harvey, « Le Québec et le Canada français. Histoire d’une déchirure », dans Langlois, op. cit., p. 49-64 ; Gaétan Gervais, Des gens de résolution. Le passage du Canada français à l’Ontario français, Sudbury, Prise de parole, 2003.

12 Nive Voisine, « Les valeurs religieuses de l’émigrant québécois (1850-1920) », dans Claire Quintal (dir.), L’émigrant québécois vers les États-Unis : 1850-1930, Québec, Conseil de la vie française en Amérique, 1982, p. 33.

13 Guy Laperrière, « L’adaptation à de nouveaux modes de vie », dans Jean Simard (dir.), Le grand héritage. L’Église catholique et la société du Québec, Québec, Musée du Québec, 1984, p. 163.

14 Gérard Bouchard, op. cit., p. 93-99.

15 Pat Murphy, Toss the Feathers. Irish Set Dancing, Cork, Mercier Press, 1995.

16 Martin Pâquet, « “Le sport de la politique”. Transferts et adaptations de la culture politique britannique au Québec, 1791-1960 », dans Jean Morency et al. (dir.), Des cultures en contact. Visions de l’Amérique du Nord francophone, Québec, Nota Bene, 2005, p. 149-170.

17 Joseph-Henri Blanchard, « L’enseignement du français dans les écoles publiques de l’Île-du-Prince-Édouard », dans Deuxième Congrès de la langue française au Canada, Mémoires, t. III, Québec, 1938, p. 225.

18 Donat Robichaud, Le grand Chipagan. Histoire de Shippagan, Beresford, chez l’auteur, 1976, p. 106-107.

19 Louis-Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française. Américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005, p. 72.

20 Ibid., p. 213.

21 Jean-Paul Bernard, « Les idéologies québécoises et américaines au XIXe siècle », dans Claude Savary (dir.), Les rapports culturels entre le Québec et les États-Unis, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1984, p. 47.

22 Sylvie Beaudreau, Quebec and the Problem of French Canadian Emigration to the United States, 1840-1896, thèse de doctorat (histoire), Université York, 1992.

23 Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2007, p. 88.

24 Richard Jones, « Le spectre de l’américanisation », dans Savary, op. cit., p. 145-166.

25 Il est vrai, comme le fait remarquer Joseph-Yvon Thériault (Critique de l’américanité, op. cit., p. 76-81), que le processus de modernisation n’est pas propre aux États-Unis. Mais, en Acadie et au Canada français, la majorité des produits de grande consommation, matériels et culturels, provenaient des États-Unis ; dans ce contexte, l’association modernisation-américanisation était facile à faire.

26 Lamonde, op. cit., p. 76-77.

27 Ibid., p. 87-99.

28 André-J. Bélanger, « Commentaire », dans Savary, op. cit., p. 168.

29 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973, p. 93. Pour des constats plus récents et plus nuancés, voir Florian Sauvageau (dir.), Variations sur l’influence culturelle américaine, Québec. Presses de l’Université Laval, 1999.

30 Yves Roby, Les Franco-Américains de la Nouvelle-Angleterre 1776-1930, Sillery, Septentrion, 1990.

31 Serge Courville (dir.), Histoire de la Beauce, Québec, Presses de l’Université Laval et IQRC, 2003.

32 Voir Gérard Bouchard et Yvan Lamonde (dir.), Québécois et Américains. La culture québécoise aux XIXe et XXe siècles, Montréal, Fides, 1995, plus particulièrement le chapitre de Raymonde Gauthier, « L’empreinte de l’architecture américaine dans l’architecture religieuse de la région montréalaise (1835-1865) », p. 287-318.

33 Guildo Rousseau, L’image des États-Unis dans la littérature québécoise (1775-1930), Sherbrooke, Éditions Naaman, 1981.

34 Jean Morency et Joël Boilard, « La filière américaine. La contribution des migrants canadiens-français et des Franco-Américains d’origine au processus de diffusion de la littérature étatsunienne au Québec », dans Yves Frenette, Martin Pâquet et Jean Lamarre (dir.), Les parcours de l’histoire. Hommage à Yves Roby, Québec, Presses de l’Université Laval, 2002. Voir aussi Jean Morency, Le mythe américain dans les fictions d’Amérique. De Washington Irving à Jacques Poulin, Québec, Nuit blanche, 1994.

35 Léon Thériault, op. cit., p. 55-56 ; Pierre Trépanier, « Rameau de Saint-Père, la France et la vie intellectuelle en Amérique française », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855). Poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 285-305.

36 Gérard Bouchard, op. cit., p. 122.

37 Gilles Gallichan, « La page avant la voile. Le livre et l’imprimé dans les relations France-Québec (1840-1855) », dans Lamonde et Poton, op. cit., p. 177-190.

38 Biron, Dumont et Nardout-Lafarge, op. cit., p. 92.

39 Cité dans Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec (1896-1929), Montréal, Fides, 2004, p. 237.

40 Cité dans Pierre Savard, Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis (1851-1905), Québec, Presses de l’Université Laval, 1967, p. 27.

41 Cité dans Lamonde, Histoire sociale des idées, op. cit., p. 171.

42 Charles-Philippe Courtois, Trois mouvements intellectuels québécois et leurs relations françaises : L’Action française, La Relève et La Nation (1917-1939), thèse de doctorat en histoire, Université du Québec à Montréal, 2007.

43 Mary Elizabeth Aubé et Yves Frenette, Jeanne Lajoie, Toronto, Fiducie du patrimoine ontarien, à paraître.

44 Courtois, op. cit.

45 Yvan Lamonde et Cécile Facal, « Jacques et Raïssa Maritain au Québec et au Canada français. Une bibliographie », Mens, vol. 8, no 1, automne 2007, p. 157.

46 Stéphanie Angers et Gérard Fabre, Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti Pris et Possibles, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.

47 E.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la grande noirceur. L’horizon personnaliste de la Révolution tranquille, Québec, Septentrion, 2002 ; Michael Gauvreau, The Catholic Origins of Quebec’s Quiet Revolution, 1931-1970, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2005.

48 Voir le texte de Paul-André Linteau dans le présent recueil.

49 Yves Frenette, « L’apport des immigrants français aux francophonies canadiennes », Francophonies d’Amérique, à paraître en 2008.

50 Guy Laperrière, « Les communautés religieuses françaises au Québec (1792-1914) », Lamonde et Poton, op. cit., p. 308.

51 Claude Galarneau, La France devant l’opinion canadienne (1760-1815), Québec, Presses de l’Université Laval, 1970 ; Gérald C. Boudreau, Le père Sigogne et les Acadiens du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, Montréal, Bellarmin, 1992.

52 Laperrière, op. cit., p. 313.

53 Idem, Les congrégations religieuses. De la France au Québec 1880-1914, 3 t., Québec, Presses de l’Université Laval, 1996-2005. Le cas le plus patent est celui des Sulpiciens, établis à Montréal dès 1657. Il faudra attendre jusqu’en 1917 pour que le supérieur soit un Canadien de naissance. Pendant 260 ans, les Messieurs de Saint-Sulpice seront donc exclusivement dirigés au Canada par un prêtre français.

54 Luc Noppen, « L’église Sainte-Marie, monument du métissage de modèles bretons et des savoir-faire acadiens », Port Acadie, vol. 10-12, automne 2006-printemps 2007-automne 2007, p. 149-175.

55 Frenette, « L’apport des immigrants français », op. cit.

56 Paul-André Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels. Les rapports avec la France et les États-Unis depuis le milieu du XIXe siècle », Zeitschrift für Kanada-Studien, 17, Jahrgang/Nr. 2, Band 32, 1997, p. 19-35.

57 Cité dans Biron, Dumont et Nardout-Lafarge, op. cit., p. 155.

58 Linteau, « Le Québec et les grands ensembles », op. cit., p. 19-35.

59 Trépanier, op. cit., p. 288-289. Voir aussi Olivier Dard, « De la rue de Rome au Canada français. Influences ou transferts ? », Mens, vol. 8, no 1, automne 2007, p. 14-18.

60 Joseph-Yvon Thériault, « Naissance, développement et crise », op. cit., p. 67-83 ; Jean-Paul Hautecœur, L’Acadie du discours. Pour une sociologie de la culture acadienne, Québec, Presses de l’Université Laval, 1975 ; Jean-Claude Vernex, Les Acadiens, Paris, Éditions Entente, 1979 ; Maurice Basque et al., L’Acadie de l’Atlantique, Moncton/Québec, Société nationale de l’Acadie/Centre d’études acadiennes/Centre international de recherche et de documentation de la francophonie, 1999.

61 Michael Behiels, La francophonie canadienne. Renouveau constitutionnel et gouvernance scolaire, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2005.

62 Jean-Pierre Corbeil et al., Les minorités prennent la parole. Résultats de l’Enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle, Ottawa, Statistique Canada, 2006, p. 10.

63 Yves Frenette, « Réflexions sur les francophonies nord-américaines contemporaines », dans Gilles Gagné (dir.), Le Canada français. Son temps, sa nature, son héritage, Québec, Nota Bene, 2006, p. 67, 177, 203-209, 231-234, 249 et 315-316.

64 Roger Bernard, De Québécois à Ontarois. La communauté franco-ontarienne, Hearst, Le Nordir, 1996 ; Yves Frenette, « L’identité des jeunes francophones au tournant du XXIe siècle. Le cas de l’Ontario », dans Geoffrey Ewen et Colin Coates (dir.), Regards sur le Canada, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, à paraître.

65 Yves Frenette, « Immigration et francophonie canadienne au tournant du XXIe siècle », dans Louder et Waddell, op. cit., p. 345-354. Au Québec, les débats récents entourant l’immigration et le pluralisme ont donné une nouvelle vie au terme « Canadien français », qui était presque entièrement disparu de la place publique. Au moment d’écrire ces lignes, la controverse fait rage, notamment dans le quotidien Le Devoir, en raison de l’utilisation du vocable « Québécois d’origine canadienne-française » dans le rapport de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (commission Bouchard-Taylor). S’agit-il d’un accident de parcours ou d’un courant en profondeur ? Il est trop tôt pour le dire.

Table des illustrations

Légende Georges Michaud et sa famille, Bellevue, Saskatchewan, c. 1930La famille de Georges Michaud est rassemblée au grand complet. Agronome de formation, il avait été envoyé auprès des minorités francophones par le gouvernement du Québec et se servait de ce poste pour faire du recrutement pour l’Ordre de Jacques-Cartier, une société secrète visant la promotion des intérêts et de l’avancement des Canadiens français face à la puissante concurrence des Loges orangistes et des francs-maçons anglophones.Archives photographiques du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende L’église de Saint-Isidore de Bellevue, SaskatchewanUne modeste construction de bois sert de lieu de rassemblement communautaire ; le curé et son abbé y viennent à la rencontre des paroissiens après la messe dominicale pour exprimer leurs opinions sur les événements qui ponctuent la vie de cette communauté rurale tissée serrée.Archives photographiques du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Louis Riel (1844-1885)Héros légendaire des Métis de l’Ouest, Riel sera le fondateur de la province du Manitoba en 1870 ; il sera élu trois fois par acclamation à la Chambre des communes, bien qu’il ne pourra jamais y siéger, étant sous le coup d’un mandat d’arrestation. Il sera pendu à Regina en 1885 à la suite de la Rébellion des Métis à Batoche, en 1884, et d’un procès considéré aujourd’hui comme une injustice. Cette photo-carte de visite, prise à Montréal, comporte sa signature et la date de 1875, moment où il a fui les policiers qui tentaient de l’appréhender.Photographie par S. Davis & Sons, Montréal, 1875. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Bannière de la Société Saint-Jean-Baptiste de MontréalSymbole distinctif en usage jusqu’au milieu du XXe siècle pour représenter ce qu’il était alors convenu d’appeler la « race » française en Amérique. Ce tricolore rouge-bleu-blanc reprend les armoiries de la société : « au premier d’azur, à une représentation de St-Jean Baptiste au naturel surmontant deux branches d’érable de part et d’autre d’un castor ; au second coupé : au premier d’azur à trois fleurs de lys d’or qui est France moderne, au second de gueules de lion d’or ». Cette rare bannière, en partie peinte à la main (soie de Lyon) à l’atelier des Sœurs du Bon Pasteur, aurait, selon la tradition orale, servi lors du 50e anniversaire de la SSJB en 1884. Elle appartenait au notaire Victor Morin (1865-1960), président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (1915-1924).Bannière de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, seconde moitié du XIXe siècle. Provenance : Succession de Victor Morin. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Médaille du 50e anniversaire de la Société Saint-Jean-Baptiste, 1884Cette médaille émaillée sur fond doré reprenant les armoiries de la Société Saint-Jean-Baptiste est suspendue à son ruban original tricolore, en référence aux origines nationales françaises des Canadiens français. Cette médaille était portée par les dignitaires lors des manifestations publiques de la Société : parades annuelles, banquets patriotiques, messes solennelles, activités sociales… D’autres médailles à l’iconographie semblable, en cuivre, de plus petit format et moins coûteuses, étaient aussi portées par les simples membres ou sympathisants. L’usage en disparut au milieu du XXe siècle.Médaille en émail et cuivre doré réalisée par G. Lamond & fils, Montréal, 1884. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Drapeau des Canadiens français, 1903Ce drapeau fut adopté en 1903 par la Société Saint-Jean-Baptiste comme drapeau officiel des Canadiens français. Il s’inspire de la bannière de la milice canadienne lors de la victoire des troupes françaises à Fort Carillon (Ticonderoga), en 1758 ; on y ajouta par la suite une grande croix blanche. Cette bannière était connue comme Le Carillon. C’est la SSJB qui y ajouta en 1903 un Sacré-Cœur en son centre : elle prit alors le nom de Carillon-Sacré-Cœur, mettant ainsi en pratique le précepte politique de l’époque : « La langue gardienne de la Foi ». Ce drapeau subsista jusqu’à l’adoption par l’Assemblée législative du Québec en 1948 du Fleurdelysé. En fait, il s’agit essentiellement du même modèle, dont le Sacré-Cœur a disparu et les fleurs de lys aux quatre coins ont été redressées, tout en gardant la croix blanche qui le divise en quatre parties égales. Cependant, les Canadiens français de l’Ontario refusèrent en 1903 de le reconnaître comme bannière distinctive.Drapeau reproduit sur une carte postale imprimée en 1904 et identifiée au dos « Drapeau des Canadiens Français ». Produit par La librairie Cadieux et Derôme de Montréal, daté 1904, no S229. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende François-Edmé Rameau de Saint-Père (1820-1899)Cet historien français a publié deux ouvrages sur l’Acadie : La France aux colonies (1859) et Une colonie féodale en Amérique : L’Acadie (1604-1881). Il a de plus effectué plusieurs voyages au Canada, apportant son appui aux œuvres d’éducation et de colonisation en Acadie.Centre d’études acadiennes, Université de Moncton, PA1-0401C.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Drapeau acadienLes Acadiens furent les premiers à adopter, à leur deuxième Convention nationale, en 1884, le tricolore français comme drapeau distinctif, auquel ils avaient ajouté une étoile jaune au coin supérieur gauche. Cette étoile a une connotation religieuse : elle est aux couleurs papales « pour montrer notre inviolable attachement à la sainte Église, notre mère », et représente l’étoile de Marie « Stella Maris, qui doit garder la petite colonie acadienne à travers les orages et les écueils ». Ces deux drapeaux, le Carillon Sacré-Cœur et le Stella Maris, ont donc une forte connotation religieuse, bien que le drapeau acadien arbore le tricolore républicain et le drapeau du Québec s’inspire d’une bannière monarchiste.Drapeau original datant de 1884. Collection du Musée acadien, Université de Moncton.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Les drapeaux officiels de la francophonie canadienneCette multiplication de drapeaux démontre bien comment, au XXe siècle, l’identité des Canadiens français s’est morcelée sous différentes identités provinciales et territoriales.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Camille Laurin, René Lévesque et la Charte de la langue françaiseL’une des lois les plus importantes adoptées sous le gouvernement de René Lévesque, premier ministre du Québec de 1976 à 1985, la Charte de la langue française (connue sous le nom de Loi 101) est parrainée par le ministre Camille Laurin et adoptée par l’Assemblée nationale en 1977. Louangée d’un côté, contestée de l’autre, la Charte met fin à une décennie de conflits linguistiques en établissant clairement la priorité du français sur le territoire du Québec. Elle devient un symbole important de l’identité québécoise.© Jacques Nadeau, c. 1977.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Manifeste du Parti acadien, 1972Le Manifeste du Parti acadien, publié en 1972 par un groupe d’Acadiens engagés dans l’action sociale et politique, a cristallisé la lutte séculaire des Acadiens pour la reconnaissance de l’égalité du peuple acadien dans la vie publique au Nouveau-Brunswick. Le texte portait « Nous voulons vivre en démocratie. Nous voulons vivre chez nous dans un climat d’entente, de coopération et d’ÉGALITÉ […]. Nous voulons aussi revigorer notre fierté et renouveler notre langue… ». Dix ans plus tard, la reconnaissance de l’égalité par le gouvernement du Nouveau-Brunswick, dirigé par Richard Hatfield (1970-1987), consacre l’aboutissement de la lutte engagée par le Parti acadien et de façon plus générale, par la population acadienne.Le Parti acadien, textes d’Euclide Chiasson, André Dumont, Jacques Fortin, Arthur William Landry, Donald Poirier, Armand Roy, Lorio Roy ; B.P. 354, Petit-Rocher, Nouveau-Brunswick, 1972. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Pierre Elliott Trudeau et la Loi sur les langues officiellesPierre Elliott Trudeau, élu premier ministre du Canada à quatre reprises (1968-1972 ; 1972-1974 ; 1974-1979 ; 1980-1984), fait adopter la Loi sur les langues officielles du Canada en 1969. Cette loi, une des premières qu’il fait adopter, vise à donner au français des droits et un statut égal à l’anglais dans l’administration publique fédérale. Décriée en certains milieux, elle est particulièrement bien accueillie en milieu minoritaire francophone, où la lutte pour les droits du français a une longue histoire. Elle devient une composante importante de l’identité du Canada et de l’image que son gouvernement veut projeter au pays et dans le monde.Affiche en couleurs publiée par le Parti libéral du Canada, c. 1970. Collection de l’honorable sénateur Jerahmiel S. Grafstein.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16714/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

Auteur

Professeur titulaire au Département d’histoire de la Faculté des arts (2006) et directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (2007) à l’Université d’Ottawa. Il a enseigné pendant 18 ans l’histoire nord-américaine à l’Université York et au Collège Glendon. Spécialiste de la francophonie nord-américaine, ses recherches actuelles portent sur la lettre dans les diasporas francophones, les lieux de mémoire de la Nouvelle-France en contexte minoritaire et l’Ontario français du Centre et du Sud-Ouest. Il a fait paraître plus de 60 chapitres et articles scientifiques et deux livres : Histoire de la Gaspésie (1981, 2e édition 1999) et Brève histoire des Canadiens français (1998). Il a aussi réalisé le site Web Francophonies canadiennes : identités culturelles, qui a reçu plusieurs prix.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540