Version classiqueVersion mobile

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 5. Champlain et la fondation de Québec : l’histoire « régressive », l’historiographie et la diplomatie culturelle (2008-1608)

Guy Martinière

Texte intégral

  • 1 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974, tome I, p. 210- (...)

1Histoire, mémoire, commémoration, identité, patrimoine, culture… Voici quelques mots-clés qui ont marqué, depuis 50 ans, les réflexions et les travaux des historiens, sociologues, géographes et littéraires, en France, au Canada et ailleurs. Or, nous avons choisi d’aborder la fondation de Québec de façon « régressive », c’est-à-dire en parcourant le sujet depuis l’époque contemporaine (2008), jusqu’à sa date réelle. Il nous sera ainsi possible de dessiner certaines pistes susceptibles d’attirer l’attention sur cette nouvelle manière de « faire de l’histoire » aujourd’hui1.

L’Histoire « régressive »

  • 2 Par exemple, Frédéric Mauro, « Esquisse rétrospective de l’économie mexicaine », Problèmes d’Amériq (...)
  • 3 Henry Vivian Nelles, Art of Nation-Building : Pageantry and Spectacle at Quebec’s Tercentenary, Tor (...)
  • 4 Raymonde Litalien, « Historiographie de Samuel Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeoi (...)

2Le choix atypique de proposer d’examiner notre sujet de 2008 à 1608 doit beaucoup à l’influence de Frédéric Mauro et à celle de Nathan Wachtel2. Cette esquisse d’« histoire rétrospective » ou « régressive » ne peut cependant prétendre à présenter l’histoire spectacle du 400e anniversaire de Québec au même titre que Henry Vivian Nelles analysant « le cas du tricentenaire » de 1908, ou encore que Ronald Rudin cernant la célébration des pères fondateurs, Champlain et Mgr de Laval, de 1878 à 19083. Ainsi, il ne s’agit pas de « faire une nouvelle histoire » de Champlain, mais d’examiner tout d’abord la pratique de l’historiographie, c’est-à-dire d’analyser l’écriture de l’histoire4.

  • 5 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montré (...)

3L’historienne Raymonde Litalien a évalué à environ 150 titres le nombre d’ouvrages, en langues française et anglaise, se rapportant à Champlain. Si notre parcours d’historien nous a amené à travailler sur le Brésil, l’analyse des rapports entre historiographie, nation et culture appliquée au cas brésilien ne pouvait que nous conduire à comparer celui-ci avec d’autres cas. C’est ce que nous nous proposons d’accomplir ici pour le Canada, le Québec, la Nouvelle-France et Champlain. Cette démarche d’histoire comparée n’a-t-elle pas été suivie à la fin des années 1990, à partir du Québec, par Gérard Bouchard5 ?

  • 6 Maurice Halbwachs, Mémoires collectives, Paris, PUF, 1950, La mémoire collective, Paris, PUF, 1968, (...)
  • 7 Guy Martinière et Consuelo Varela (dir.), L’état du monde en 1492, Paris, Éd. La Découverte, 1992 e (...)

4Après l’historiographie, l’action culturelle, y compris dans sa dimension internationale, aide à mieux comprendre comment se « fabrique un événement » destiné à forger la « mémoire collective », si chère à Maurice Halbwachs6. L’événement de 2008 nous projette donc sur l’année 1608. Mais quelle est la nature de celui-ci ? Poursuivons le cheminement de l’« egohistoire » (ce parcours qui est le nôtre) et l’éclairage de l’histoire comparée. L’historien spécialiste de l’Amérique latine a été confronté, en 1992, à la commémoration du 5e centenaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb7. Celui-ci avait radicalement modifié la perspective de la célébration du 4e centenaire, celui de 1892, qui avait vu l’Espagne et Séville commémorer la « découverte de l’Amérique » en pleine course au deuxième partage colonial du monde.

5Après 1992, le cheminement de l’ego-histoire nous conduisit en 1998 à Lisbonne. Là aussi, l’historien de l’Amérique latine et du Brésil s’est trouvé confronté à l’histoire du Portugal des grandes découvertes. La Commission nationale pour la commémoration des découvertes portugaises en 1998 entreprenait donc de réviser l’histoire de l’expansion outre-mer en mettant l’accent sur le rôle positif des grands navigateurs portugais sur les routes océanes pour ouvrir l’Europe au monde et non plus sur l’entreprise coloniale elle-même. Les deux commémorations du 5e centenaire, celle de la « rencontre des deux mondes » en 1992 en Espagne, et celle des « grandes découvertes portugaises » en 1998, se trouvaient valorisées par deux expositions exceptionnelles, l’Exposition universelle de Séville et l’Exposition mondiale de Lisbonne.

6Le 4e centenaire de 2008 pouvait-il proposer une nouvelle lecture de ce passé autour du personnage mythique de Champlain, sans utiliser l’instrument de l’exposition universelle que Montréal avait capturé à son profit en 1967 ?

Fêtes, commémorations et lieux de mémoire communs

  • 8 Henri Vivian Nelles, L’histoire spectacle…, op. cit. ; Katia Malausséna, « Commémoration et lien te (...)
  • 9 Jean Duvignaud, Fêtes et civilisations, Paris, Weber, 1973 ; Mona Ozouf, « La fête sous la Révoluti (...)

7La nature du support de la commémoration du 400e anniversaire de Québec est le spectacle de la « fête », des « festivités ». Les nombreux documents produits par la Société du 400e anniversaire traitaient tous de la fête8. Historiens et sociologues ont évidemment analysé l’importance de la fête et son impact dans la mémoire collective. Par exemple, Jean Duvignaud a publié son très bel essai Fêtes et civilisations en 1973, et Mona Ozouf avait conclu l’ouvrage Faire de l’histoire par son article sur les « nouveaux objets » : « La fête sous la Révolution française »9.

8Il faut évoquer aussi le rôle de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs, créée en décembre 1996, à l’occasion de la 55e session de la Commission permanente de coopération franco-québécoise. Marcel Masse, qui présidait avec Henri Réthoré pour la partie française la Commission des lieux de mémoire communs (CFQLMC), rappelait à cette occasion ses objectifs

  • 10 Marcel Masse, « Une relation exceptionnelle », dans Philippe Joutard et Thomas Wien, Mémoires de No (...)

d’inventorier et de célébrer notre mémoire commune. Pour ce faire, elle considère que les lieux de mémoire signifient l’ensemble des repères culturels de Champlain à aujourd’hui. Pour nous, la France — concluait Marcel Masse — est le lieu de provenance de notre mémoire commune et l’Amérique française, le lien d’accomplissement. Pour ces raisons, la Commission […] se doit de coopérer et de travailler en Amérique sur des territoires hors Québec et en France avec des autorités multiples10.

9La Commission a organisé des colloques et permis la réalisation d’ouvrages collectifs.

10Les réseaux scientifiques établis ont permis de faire progresser les recherches sur Champlain et son époque. Ainsi, en 2004, a été inaugurée la Maison Champlain à Brouage et ont été publiés deux importants ouvrages sur Champlain, dont il sera question plus loin, l’un coordonné par Raymonde Litalien et Denis Vaugeois et l’autre par Mickaël Augeron et Dominique Guillemet. En 2008, outre la publication des actes du colloque sur Le Nouveau Monde et Champlain par Guy Martinière et Didier Poton et celle de Mickaël Augeron, Dominique Guillemet, Alain Roy et Marc Saint-Hilaire sur Les traces de la Nouvelle-France en Poitou-Charentes et au Québec, était inauguré à La Rochelle, à la Tour de la Chaîne, le Centre d’interprétation sur l’émigration en Nouvelle-France.

  • 11 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 3, Les France, op. cit.

11« L’ère de la commémoration », pour reprendre une expression de Pierre Nora qui concluait les lieux de mémoire, était méthodologiquement féconde11.

Le 300e anniversaire et la construction des « récits » nationaux à l’ère des portraits historiés des héros fondateurs

  • 12 Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 31 et 33
  • 13 Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Q (...)

12Après avoir abordé le thème « Histoire et mémoire » de façon impressionniste et à partir de quelques témoignages d’ego-histoire, suivons quelques pistes plus conventionnelles : les années 1830-1840 sont celles de l’émergence de la « passion de l’histoire12 ». Ce moment, au demeurant, n’est pas particulièrement propre au Canada, mais on le discerne partout, en Europe et dans les Amériques. Dans ce cadre, essayons de distinguer ce que nos collègues Yvan Lamonde et Patrice Groulx ont appelé sur notre territoire de réflexion d’aujourd’hui « le degré d’organisation d’une mémoire collective embryonnaire13 ».

Jacques Cartier (1491-1557)
Le peintre canadien Théophile Hamel, ayant séjourné à Paris de 1843 à 1846, s’inspire d’une copie du tableau réalisé en 1839 par le peintre français François Riss et conservé à Saint-Malo, pour exécuter en 1847 un dessin qui est lithographié par l’imprimerie L. Nagel à New York et largement répandu dans la population par la suite. La représentation de Cartier est purement imaginaire, puisqu’il n’existe aucun portrait de l’explorateur du Saint-Laurent en 1534.
Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 14 Fernand Braudel (dir.), Le monde de Jacques Cartier. L’aventure au XVIe siècle, Paris/Montréal, Ber (...)
  • 15 Ibid., p. 295. De Georges-Barthélémi Faribault, Catalogue d’ouvrages sur l’histoire de l’Amérique e (...)
  • 16 Ibid., p. 299. D’autre part, quatre ouvrages de Champlain avaient été imprimés de son vivant : Des (...)
  • 17 François-Xavier Garneau, Histoire du Canada, depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Québec, N. Aub (...)

13Dans ce contexte qui permet à l’histoire de construire des images de héros, l’enjeu de la mémoire collective embryonnaire des contemporains, avant de prendre en compte Champlain, a d’abord éclairé le personnage de Jacques Cartier14. En 1835, à Québec, se posait alors la question de célébrer le 3e centenaire de son débarquement. Parmi les animateurs de ce projet de manifestations se trouvait Georges-Barthélémi Faribault, greffier à la Chambre d’Assemblée, un des fondateurs de la Société littéraire et historique de Québec. L’objectif était d’ériger un « monument durable » « afin de marquer l’endroit — la rivière Saint-Charles — où […] le célèbre navigateur qui a découvert Québec, a passé l’hiver 1535-1536 […] dans le but de perpétuer un événement d’un aussi grand intérêt dans les fastes du Canada15 ». Le projet en resta là, mais Faribault publia en 1843 une réédition des Voyages […] de Jacques Quartier, dont la dernière édition était de 1598, et en adressa au maire de Saint-Malo un exemplaire. Ce dernier transmit une copie d’un portrait de Jacques Cartier qui décorait son hôtel de ville. Ce portrait de 1839, réalisé par le peintre François Riss, fut copié par Louis-Félix Amiel à Paris en 1846 et expédié à Québec en 1847. Le gendre de Faribault, Théophile Hamel, en fit un dessin qui devint lithographie. « En moins de deux ans, précise Jacques Robert, le Québec est envahi par la représentation de Cartier16. » On sait le rôle joué par la publication entre 1845 et 1852 de l’ouvrage de François-Xavier Garneau dans la construction de l’histoire du Canada et du Québec et plus particulièrement de l’émergence de l’image idéalisée de la Nouvelle-France17. L’élan était donné.

Michel Particelli d’Emery (1596-1650)
Imprimée en 1654, cette gravure représente Michel Particelli d’Emery, contrôleur des finances et conseiller sous Louis XIII et Louis XIV. Elle sera remaniée pour devenir le « Portrait de Champlain ».
Gravure par Balthazar Montcornet (1600-1668), peintre, graveur au burin et marchand d’estampes, 1654. Collection Bibliothèque et Archives Canada. © Bibliothèque nationale de France.

  • 18 Gilles Gallichan, « La page avant le voile : le livre et l’imprimé dans les relations France-Québec (...)
  • 19 Victor Hugo Paltsis : « A critical examination of Champlain portrait », Acadiensis, 1904 ; Henry Pe (...)
  • 20 Denis Martin, ibid.
  • 21 Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit. p. 13 ; de Charles-Honoré Laverdière, Œuvres de Champ (...)

14Le XIXe siècle a donc redécouvert Jacques Cartier, tombé dans l’oubli. Le « père du Canada » pouvait introduire sa figure de marin parmi la geste européenne des grands navigateurs qui concerna aussi Christophe Colomb et que Napoléon Bourassa associa dans la fresque de l’Apothéose de Christophe Colomb à Samuel Champlain. Celui-ci, redécouvert au Québec, l’historiographie française et Saint-Malo l’ont réintégré dans notre mémoire nationale. Alors que Champlain bénéficiait de l’héritage d’une littérature imprimée de ses œuvres poursuivie par l’historiographie missionnaire de la Nouvelle-France, Cartier faisait ainsi irruption dans l’histoire et le Québec lui devait beaucoup. Mais après avoir accompli la redécouverte de Cartier et l’opération de communication autour de son portrait en 1847, Georges-Barthélémi Faribault et Théophile Hamel réalisèrent une opération « portrait de Champlain » quelques années plus tard18. En effet, en 1854, un an avant la venue de la corvette La Capricieuse à Québec, le dessinateur Pierre-Louis Morin rapportait à Faribault à Québec le portrait lithographié de Champlain dans un premier temps attribué à Ducornet. Ce portrait fut mis en vente en 1857. Démonstration fut faite par la suite qu’il s’agissait d’un faux reproduisant le portrait de Michel Particelli d’Émery, surintendant des finances de Louis XIII et Louis XIV, décédé en 1650, et gravé en 1654 par Balthazar Moncornet19. En 1854, le portrait lithographié de Morin allait connaître une belle diffusion. Théophile Hamel en effectuait une version à l’huile entre 1862 et 1864 qui fut gravée par J. A. O’Neil. « Depuis lors, ce visage de Champlain est celui du père de la Nouvelle-France, fondateur de Québec20. » Il fut même validé par différents ouvrages fondateurs de l’histoire du Canada dont la publication des Œuvres de Champlain de l’abbé Charles-Honoré Laverdière en 1870. Celui-ci « rassemble toutes les connaissances du moment et les intègre à l’appareil scientifique de l’ouvrage qui devient la référence privilégiée des historiens, et ce, jusqu’à nos jours21 ». Avec ses travaux, l’irruption de Champlain dans les « récits nationaux » fondateurs fut mise au grand jour.

  • 22 Ronald Rudin, op. cit., p. 53-59.
  • 23 C. H. Laverdière et H. R. Casgrain, Découverte du tombeau de Champlain, Québec, 1866 ; Marcel Mouss (...)

15Parmi les principales révélations qui émergèrent alors sur Champlain, deux exemples de débat passionnèrent les milieux érudits qui firent de Champlain ce héros « catholique » fondateur de la Nouvelle-France : la localisation du tombeau de Champlain et la date de naissance du héros22. La controverse sur la « découverte du tombeau » de Champlain devint publique en 1866 et devait régulièrement revenir, y compris jusqu’à nos jours avec l’appui des archéologues. Il lia le personnage de Champlain à l’entreprise de catholicisation de la culture québécoise telle qu’elle avait été vécue dans la deuxième moitié du XIXe siècle23.

  • 24 Pierre-Damien Rainguet, Bibliographie saintongeaise du dictionnaire historique de tous les personna (...)
  • 25 L. Audiat, « Brouage et Champlain », dans Archives historiques de la Saintonge, 1879.
  • 26 Robert Garon, « Les Archives nationales du Québec : la mémoire de la nation », dans Jacques Mathieu (...)

16L’autre débat était ouvert avec la publication en 1870 de l’ouvrage monumental de Laverdière susceptible de marquer le tricentenaire de la naissance présumée de Champlain, même si cette naissance avait été avancée en 1567 par l’érudit saintongeais Pierre-Damien Rainguet en 1851 et confirmée par Laverdière lui-même en dépit de sa contestation par Léopold Delayant en 186724. Sur la stèle érigée en 1878 devant la place de l’église, à l’initiative du Conseil général de la Charente inférieure, à Brouage, son lieu de naissance, fut mentionné que Champlain serait né « vers 1570 ». Une indication présentée sous forme hypothétique fut confirmée par l’érudit saintongeais Audiat, car l’absence de sources ne permettait absolument pas de trancher25. Le besoin de « sources historiques » se faisait de plus en plus sentir. Aussi, même si l’ère des portraits des fondateurs de la Nouvelle-France battait son plein, même si les travaux d’érudits et leurs « récits biographiques » nationaux permettaient d’exhumer les « voyages » de Cartier et les « œuvres » de Champlain, il revenait au nouvel État d’organiser de façon systématique la mémoire de la nation en créant les institutions des archives. En 1872 étaient créées les Archives publiques du Canada, Archives nationales aujourd’hui, et la nouvelle province de Québec se voyait confier les archives de la Nouvelle-France26.

  • 27 Henri-Raymond Casgrain, Champlain, sa vie et son caractère, Québec, Imp. Demers, 1898; Diverse Voya (...)
  • 28 Narcisse-Eutrope Dionne, Samuel Champlain : fondateur de Québec et père de la Nouvelle-France ; His (...)

17Ainsi, pouvait-on rassembler de nouvelles sources historiques qui seront utilisées notamment par l’abbé Henri-Raymond Casgrain, qui publiait en 1898 un récit de Champlain autour de « sa vie » et de « son caractère »27. Mais quelques années avant, Narcisse-Eutrope Dionne avait publié le premier volume de son ouvrage sur le sujet, dans lequel il rappelait que Champlain le catholique avait été, en 1604, au service du huguenot Pierre Dugua de Mons28.

Samuel de Champlain (c. 1570-1635)
Tirée de la gravure de Montcornet, cette estampe de Samuel de Champlain, gouverneur général du Canada, est reconnue comme étant la source du « faux » portrait de Champlain ; éditée en 1854 par la Maison Massard à Paris et enregistrée la même année par P. L. Morin à Québec. À l’arrière-plan, une vue de Québec puisée à une autre source.
« Samuel de Champlain, gouverneur général du Canada », Ducornet, c. 1900. Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P600, S5, PLC4.

Monument à Samuel de Champlain à Québec
Érigé en 1898, à la suite d’une souscription publique présidée par le juge Alexandre Chauveau (1847-1916), président de la Commission du Monument Champlain. Œuvre du sculpteur français Paul Chevré et de l’architecte Paul A. Le Cardonnel, de Paris. Les armes du Canada, du Québec et de Brouage figurent sur le monument.
Carte postale imprimée par Illustrated Postcard Co., Montréal, c. 1900. Collection de l’honorable Serge Joyal.

L’ambivalence du discours historique « national » entre Canada et Québec : Champlain ou la quête d’un héros de la « colonisation »

18Dans les années 1880 et 1890, l’ère des portraits historiés de Champlain était close et le Canada et le Québec se trouvaient dans l’obligation d’inventer la difficile réponse « nationale » que les premiers historiens étaient en train de construire autour des héros fondateurs. Dans les différentes « nations » européennes et américaines, chaque récit national s’était constitué et l’histoire était devenue « science historique » avec l’appui des archives et l’intégration des appareils critiques au récit historié des nations. L’affirmation des mémoires nationales trouvait une relation nouvelle avec les progrès de la science historique.

  • 29 Parmi ces débats, mentionnons l’ouvrage de Frédéric Boily, La pensée nationaliste de Lionel Groulx,(...)
  • 30 Henri Perceval Biggar, The Early Trading Companies of New France: A Contribution to the History of (...)

19En 1894, la nomination de George M. Wrong, formé à Oxford, à la chaire d’histoire de l’Université de Toronto, apparaissait comme le début de la nouvelle histoire universitaire dans le Canada anglais, en complément de la constitution de la Société royale du Canada en 1882. Mais il faudra attendre 1915 pour voir l’abbé Lionel Groulx devenir le premier professeur d’histoire canadienne à temps plein dans une université francophone au campus de Montréal de l’Université Laval. On sait les débats provoqués parmi les historiens par l’entreprise de Lionel Groulx29. Toutefois, concernant Champlain, outre les travaux de l’abbé Laverdière, de l’abbé Henri-Raymond Casgrain et ceux de Narcisse-Eutrope Dionne, on trouvait aussi, par exemple, ceux de Benjamin Sulte, de Philéas Gagnon ou encore ceux d’Henry Perceval Biggar. À Toronto, après avoir travaillé sur les compagnies de commerce de la Nouvelle-France en 1901, Biggar entreprit, en langue anglaise, dans les années 1920, ses volumineuses éditions des publications de Champlain et de Cartier30. En fait, ce fut encore autour de Jacques Cartier que la mémoire du Canada anglais et celle du Canada français se greffèrent sur l’histoire « scientifique » et « universitaire » et qu’à l’ère des portraits succéda celle des fêtes historiées et celle de la statuomanie. Profitant du succès populaire de ces fêtes de commémoration, poèmes, images diverses et marques de commerce au nom des héros vont se multiplier.

  • 31 Jacques Robert, op. cit., p. 299, dans Fernand Braudel, op. cit.
  • 32 Ernst Myrand, Une fête de Noël sous Jacques Cartier, 1888 ; Narcisse-Eutrope Dionne, Jacques Cartie (...)

20En 1885, par exemple, le Cercle catholique de Québec entreprit de célébrer le 350e anniversaire de l’arrivée de Cartier à Québec31. En 1889, Narcisse-Eutrope Dionne publia un « essai » sur Jacques Cartier, ouvrant la voie à plusieurs autres ouvrages historiques. Mais cette même année 1889, l’ère de la statuomanie commença lorsque fut inauguré, le 24 juin, à Québec, le monument consacré à Jacques Cartier et au père jésuite Jean de Brébeuf près de la rivière Saint-Charles. Ernest Myrand ne venait-il pas de publier l’année précédente son roman historique à succès, Une fête de Noël sous Jacques Cartier32 ? Et en 1893, le sculpteur J. Arthur Vincent voyait inaugurer à Montréal son monument à la mémoire de Jacques Cartier inspiré de la peinture de François Riss. En France, à Saint-Malo, en 1905 fut consacrée l’œuvre du sculpteur Georges Barreau, donnant à une délégation canadienne importante l’occasion de participer à de nombreuses fêtes dans la cité malouine. Cette ère fut poursuivie et élaborée après la construction du palais législatif de Québec entre 1877 et 1884, autour de la célèbre devise « Je me souviens ».

Statue de Champlain, Ottawa
La statue de Samuel de Champlain, œuvre du sculpteur canadien Hamilton MacCarthy, est inaugurée à la Pointe Nepean, à Ottawa, le 27 mai 1915. L’historien Benjamin Sulte fut le modèle du personnage de Champlain, qui tient dans sa main tendue un astrolabe, symbole de l’activité de l’explorateur — malencontreusement tenu à l’envers ! On a d’ailleurs trouvé en août 1867 un astrolabe sur la rive du lac Green, que Champlain avait exploré en 1613 ; on présume que c’était le sien. En effet, Champlain rapporte dans ses relations qu’il l’avait perdu au cours d’un voyage. L’éclaireur algonquin ayant guidé Champlain lors de l’exploration de la rivière Outaouais a été ajouté à la base du piédestal du monument en 1917.
Photographie non attribuée. Collection Guy Martinière.

21Dans l’après-midi du 21 septembre 1898 était inauguré, à Québec, l’imposant monument de Champlain sur la terrasse Dufferin tout près du château Frontenac dont la construction venait à peine d’être achevée (1892), du sculpteur français Paul Chevré et de l’architecte Paul Le Cardonnel. Ce fut la première d’une autre série de six statues consacrées à Champlain. En 1907 fut inauguré le deuxième monument de Champlain en Amérique, mais cette fois aux États-Unis dans le village de Champlain (New York). En 1910, un autre monument était consacré à Champlain pour rappeler qu’il avait été fondateur d’une Acadie française, mais ce monument avait été élevé dans la baie de Fundy. Après avoir commémoré le tricentenaire de la découverte de la baie dès 1904, puis en 1905, deux grandes fêtes commémoratives n’avaient-elles pas été prioritairement consacrées à Pierre Dugua de Mons à Annapolis Royal, autrefois Port-Royal, mais aussi sur l’île Sainte-Croix, Dochet Island en sol américain ? En 1912, furent dévoilés deux monuments en bordure du lac Champlain, faisant écho aux célébrations de la « grande semaine » franco-américaine du 4 au 10 juillet 1909 qui rappelait les hauts faits de l’explorateur Champlain en 1609. Puis en mai 1915 était inaugurée à Ottawa, sur la pointe Nepean, une autre statue de Samuel Champlain tenant un astrolabe à laquelle fut associée en 1917 une figure emblématique d’un éclaireur algonquin. Enfin, en 1925, à Orillia, en Ontario, fut inauguré un monument symbolisant la « bonne entente » où une fête historiée reproduisit l’accueil chaleureux des Hurons fait à Champlain avec un missionnaire, le récollet Le Caron, représentant l’évangélisation, un coureur des bois pour le commerce des fourrures et deux Amérindiens. Le projet d’Orillia avait été imaginé dès 1913, mais avait eu du mal à être finalisé. Tout ceci permit à Patrice Groulx d’écrire :

  • 33 Patrice Groulx, « Se voir dans la peau de Samuel Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vauge (...)

En sol nord-américain, Champlain a été immortalisé par sept statues monumentales dans trois provinces canadiennes et un état américain. Inaugurées entre 1898 et 1925, presque toutes à l’occasion du tricentenaire des explorations du héros, elles reflètent les préoccupations de communautés bien distinctes et de leurs élites. […] En tant que projet collectif, cette série de monuments concentre et révèle, à travers des arguments dont Champlain a été le pivot commun, les enjeux et souvent les tensions qui animaient les lieux où ils sont apparus33.

Ainsi, l’ère de la statuomanie de Champlain se trouvait-elle associée aux « fêtes » qui ont marqué les manifestations organisées autour du tricentenaire, ces fêtes historiées, les célèbres pageants. Dans les organisations de ces fêtes historiées, dans ces « événementiels », où le théâtre joua un rôle de premier plan, le personnage de Champlain se trouvait au centre d’un dispositif composé de différents épisodes de vastes fresques de reconstitutions historiques parmi d’autres héros.

Le prince de Galles passant sous l’Arc de triomphe cérémonial lors de son arrivée à Québec, juillet 1908
Cet événement mémorable eut lieu à l’occasion des fêtes du 300e anniversaire de l’établissement de Samuel de Champlain à Québec.
À l’époque, la France, républicaine et laïque, est mal perçue par les autorités politiques et religieuses du Québec. Un amiral de la flotte française, à la barre du navire Léon Gambetta, représente alors l’héritage de la France au Canada.
Collection Bibliothèque et Archives Canada, PA020835.

22La fête de juillet 1908 à l’occasion de la « célébration nationale à Québec, ancienne capitale du Canada » lors du 3e centenaire de la fondation de Québec par Champlain fut gigantesque. L’histoire spectacle de juillet 1908 à Québec, selon Henri Vivian Nelles,

  • 34 H. V. Nelles, op. cit., p. 180.

avait été conçue pour établir et élargir un terrain d’entente entre Canadiens anglais et Canadiens français et pour inspirer une nouvelle conscience de l’appartenance à une même nation. Les pageants présentèrent, sous la forme dramatique la plus puissante possible, une vision de l’histoire canadienne élaborée pour servir des objectifs politiques explicites34.

23Et Nelles de conclure :

  • 35 Ibid., p. 371. La France vivante en Amérique du Nord, Paris, Hachette, 1913. Consulter aussi, de l’ (...)

En dépit de tous les efforts des autorités pour entretenir le souvenir, le pays oublia graduellement le tricentenaire et la signification qu’il aurait pu avoir. […] Le pays s’épanouit, mais la nation imaginée à l’époque du tricentenaire ne devint jamais réalité, pour le meilleur ou pour le pire. […] On avait imaginé que deux peuples pouvaient partager une vision commune du passé : cela n’a pas eu lieu35.

  • 36 Yves Frenette, « La grande semaine des Franco-Américains et le tricentenaire de la découverte du la (...)

24Avec la commémoration du 3e centenaire de la découverte du lac Champlain, les fêtes historiées ne concernaient plus seulement le Canada et le Québec, mais aussi les États-Unis. En juillet 1909, les États du Vermont et de New York intégrèrent notre héros dans la geste héroïque des États-Unis. Samuel Champlain fut ainsi propulsé aux côtés de Georges Washington lui-même, et aux côtés des héros français de la Guerre d’Indépendance, La Fayette en tête. La civilisation était bien arrivée sur le lac avec Champlain. La réplique du Don-de-Dieu fut même conviée à ces fêtes dont les Franco-Américains assurèrent le succès. La presse et le journaliste J. Arthur Favreau les qualifièrent de « grande semaine »36.

  • 37 Gabriel Hanotaux : « Pourquoi le comité France-Amérique a été fondé ? Le devoir de la France », Fra (...)

25Après ces cérémonies de 1909 furent inaugurés, en juillet 1912, de part et d’autre du lac Champlain, les monuments de Carl Augustus Heber, le sculpteur de New York, symbolisant Champlain portant cuirasse et conquérant la région face aux Iroquois. Toutefois, cette même année 1912, en mai, une délégation de personnalités françaises assemblées dans la « Mission Champlain » avec, à sa tête, Gabriel Hanotaux, avait inauguré un bas-relief de bronze d’Auguste Rodin appelé La France au pied du phare de Crown Point. L’ancien ministre des Affaires étrangères ne venait-il pas de créer, à Paris, en novembre 1909, le Comité France-Amérique qui complétait en quelque sorte un dispositif consacré d’abord à soutenir et faire connaître l’empire colonial français porté par les Comités de « l’Afrique française » et de « l’Asie française » ?37.

  • 38 Alain Roy, « Champlain aux mille visages. Jalons d’une mémoire patiemment tissée. Les thématiques m (...)
  • 39 Émile Garnault, Les Rochelais et le Canada, La Rochelle, 1893 (rééd. 1992) ; André Siegfried, Le Ca (...)

26En 1912, la « Mission Champlain » prolongea son parcours vers Montréal et à Québec, où Hanotaux entreprit de faire agréer le Comité France-Amérique. Autour de la geste de Champlain, il s’efforçait d’assurer « aujourd’hui comme il y a trois siècles », le « véritable succès économique de la colonisation française » à travers l’entreprise de « défricheur » et de « cultivateur » des colons et des pionniers. En juin 1912 encore se tenait à Québec le premier Congrès de la langue française. L’image de la France en Amérique du Nord, mais aussi en Amérique latine, c’est-à-dire dans les deux Amériques, s’en trouvait renouvelée. Elle s’articulait sur l’ancrage de l’Amérique du Nord en France, plus particulièrement celui du Canada et du Québec. Cet ancrage avait trouvé dans une série de visites officielles en France, depuis la commémoration du 285e anniversaire de la fondation de Québec, en 1893, ce qu’Alain Roy a appelé « le phénomène des visites ancestrales38 ». Tourouvre, Honfleur, Brouage, avec le Saint-Malo de Jacques Cartier en étaient les points forts, mais La Rochelle, grâce à Émile Garnault, s’était proclamée le port de départ de ces émigrants défricheurs et cultivateurs39. La voie était ouverte pour le succès de la publication en France du roman de Louis Hémon, en 1913, Maria Chapdelaine.

Monument à Samuel de Champlain érigé au lac Champlain
Afin de commémorer le tricentenaire de l’exploration du lac Champlain, un monument en forme de phare, œuvre des architectes Dillon McLennan et Beadel, est érigé à Crown Point en 1912. Le bronze ornant le monument, œuvre du sculpteur américain Carl Auguste Hébert, représente Champlain avec à ses côtés un Amérindien et un explorateur européen. Un bas-relief en bronze intitulé La France, exécuté par le sculpteur français Auguste Rodin, complète la base du monument ; il est offert par le Comité France-Amérique la même année.
© Dan Kelly.

27Ainsi, de 1870 à 1930, à partir de la constitution d’une historiographie nationale autour des travaux fondateurs marqués par Laverdière et Biggar, autour des fêtes historiées du 3e centenaire et de l’ère de la statuomanie, le personnage de Champlain avait bien trouvé sa place, même si ses multiples facettes étaient différemment appropriées par les historiens et les commémorations en fonction de leurs lectures respectives du présent et du passé : la polyvalence de cette fonction faisait de lui un héros fondateur « civilisateur » et « colonisateur » dans une Amérique du Nord née de l’Europe que l’Entente cordiale entre l’Angleterre et la France s’efforçait de concilier. Différents prismes donnaient cependant matière à débats, conduisant au-delà de la biographie ou de la publication des œuvres à une interprétation plus globale du passé, par exemple autour de la « conquête » ou de la « pacification », de la mise en valeur de l’Amérique du Nord par les émigrants défricheurs et les pionniers autour de l’agriculture et du commerce, de l’évangélisation, de la catholicité rayonnante ou encore de la reconnaissance linguistique où les francophones étaient confrontés aux enjeux du bilinguisme des « deux races » pour reprendre l’expression d’André Siegfried. Mais l’accord était trouvé autour d’un Champlain « colonisateur » et « civilisateur ».

Monuments à Samuel de Champlain (2004) et à Jacques Cartier (1934), Place du Canada, Paris
Le buste de Samuel de Champlain est l’œuvre du sculpteur canadien Alfred Laliberté (c. 1930). Il est érigé en 2004, à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de l’Acadie, à l’initiative du sénateur Serge Joyal et grâce à la contribution financière de la firme Power Corporation du Canada. Laliberté s’est manifestement inspiré du portrait de Champlain popularisé par la gravure et le tableau du peintre Théophile Hamel. Un monument semblable a été érigé la même année à Port-Royal, en Nouvelle-Écosse, et à Brouage, en Saint-Onge.
Tout près s’élève le monument à Jacques Cartier, œuvre du sculpteur français François Drivier, érigé en 1934 par le Comité France-Amérique à l’occasion du 400e anniversaire de l’exploration du Saint-Laurent par le célèbre navigateur malouin. Un exemplaire identique est installé la même année à Montréal, sur le tablier du pont du Havre, à la sortie de l’île Sainte-Hélène, renommé pour l’occasion « pont Jacques-Cartier ».
Photographie de Sébastien Payet. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Vers le 4e centenaire : un cycle long de Cartier à Champlain ?

28Les travaux entrepris sur l’identité et la mémoire ont permis de replacer le personnage de Champlain dans la perspective de la commémoration d’un tricentenaire que nous vous avons proposé de situer dans un temps long d’une cinquantaine d’années, de 1898 à 1930. Mais l’analyse reste à faire pour la genèse du 4e centenaire. Elle nous conduit de 1934 avec la « découverte » de Jacques Cartier à 2008 avec « Champlain et la fondation de Québec », soit 70 années, qu’il nous faudra évidemment fractionner en moments de commémoration intermédiaires : le 300e anniversaire de la mort de Champlain en 1935, qui achève le cycle du 3e centenaire ; le 350e anniversaire de la fondation du premier établissement français en Nouvelle-Écosse en 1954 et celui de la fondation de Québec en 1958 ; le 400e anniversaire de la naissance de Champlain en 1970 ; le 450e anniversaire de la découverte de Cartier en 1984 ; et bien sûr le 400e anniversaire de 2004-2008 complètent ce cycle du 4e centenaire. L’analyse globale de celui-ci est d’autant plus difficile à entreprendre qu’elle impliquera des grilles de lecture de la société contemporaine du Canada et du Québec, bien sûr, mais aussi de la France et de l’Angleterre, voire des États-Unis. Ne doit-elle pas prendre en compte les principaux débats qui ont parcouru la société canadienne, à cette époque ?

  • 40 Abbé Lionel Groulx, La découverte du Canada. Jacques Cartier, Montréal, 1934 ; Charles de La Ronciè (...)
  • 41 Gabriel Louis-Jaray, L’Empire français d’Amérique (1534-1803), Paris, A. Colin, 1938 ; William Ingl (...)
  • 42 Jean-Jacques Lefebvre (dir.), Centenaire de l’Histoire du Canada de François-Xavier Garneau, Montré (...)
  • 43 Raoul Blanchard, Le Canada français. La province de Québec, Paris, Fayard, 1960 ; Pierre Chaunu, L’ (...)

29L’analyse du couple « colonisation-civilisation » pourrait être interprétée à partir de deux ouvrages considérés parmi les plus significatifs de cette période, soit celui d’Émile Salone et celui dirigé par Gabriel Hanotaux et Alfred Martineau. Même si l’année 1935 était marquée par le tricentenaire de la mort de Champlain, ce fut surtout la commémoration, en 1934, du 400e anniversaire de la « découverte » du Canada par Jacques Cartier qui prit l’avantage sur l’arrivée à Québec. Parmi les manifestations à caractère intellectuel, l’abbé Lionel Groulx publia en 1934 un livre sur Cartier. Les travaux sur Cartier avaient été relancés par Biggar. La série des biographies de Cartier était complétée en France par les volumes de Charles de La Roncière et de Gaston Martin en 193840. En 1934, du côté français, la « mission Cartier », organisée par le Comité France-Amérique, voyagea à bord du paquebot Champlain. Elle était dirigée par le ministre des Travaux publics Pierre-Étienne Flandrin et comprenait notamment le maire de La Rochelle, Léonce Vieljeux. Dans l’après-guerre, Lionel Groulx fonda l’Institut d’histoire de l’Amérique française et la Revue d’histoire de l’Amérique française, dont les noms indiquent bien l’intérêt qui existait envers l’Empire français d’Amérique41. Le Canada français était à l’ordre du jour en France et fut l’objet de quelques publications42. Mais cet essor de l’historiographie française de l’Amérique du Nord tourna court et le souffle ne fut retrouvé que 20 ans plus tard43.

30Après les études de l’abbé Lionel Groulx, les travaux des historiens connaissaient un nouvel élan. Guy Frégault, Michel Brunet ou Maurice Seguin le portaient à Montréal pendant que Marcel Trudel, Jean Hamelin ou Fernand Ouellet le développaient à l’Université Laval. Dans les années 1960-1970, l’essor des départements d’histoire dans les universités allait d’ailleurs considérablement élargir et épaissir le champ de la recherche en histoire sociale et en histoire économique. Ces travaux, renouvelés sous l’impulsion de Robert Le Blant et de René Baudry, faisaient apparaître de nouvelles sources : Nouveaux documents sur Champlain et son époque étaient alors publiés aux Archives publiques du Canada en 1967. Il est vrai que les nouvelles questions étaient posées au passé à partir de la belle synthèse réalisée par Marcel Trudel publiant la biographie de Champlain en 1956. Cet ouvrage préfigurait en quelque sorte sa série devenue un grand classique, l’Histoire de la Nouvelle-France, dont le premier et le deuxième volume voyaient le jour dans les années 1960 et le troisième volume se trouvait achevé, une dizaine d’années plus tard, à la fin des années 1970.

  • 44 Il faut rappeler la volumineuse Histoire du Canada français depuis la découverte, 4 vol., Montréal, (...)
  • 45 Robert Le Blant et René Baudry : Nouveaux documents sur Champlain et son époque. vol. 1 (1560-1622) (...)
  • 46 Étienne Trocmé et Marcel Delafosse, Le Commerce Rochelais de la fin du XVe siècle au début du XVIIe(...)

31Le renouveau de ces récits biographiques des héros fondateurs n’était-il pas symbolisé par la vaste entreprise du Dictionnaire biographique du Canada, où « Cartier » et « Champlain » figuraient évidemment en bonne place dans une vaste fresque des multiples héros fondateurs44 ? Mais le Dictionnaire, réalisé par d’éminents universitaires pour donner au grand public une certaine interprétation du passé, n’a-t-il pas été aussi perçu comme la promotion d’une certaine image de l’unité canadienne ? Quoi qu’il en soit, parmi les nouvelles questions que la mémoire posait au passé, les historiens interpellaient Champlain. Jean Buchési, en 1950, avait donné une forme provocatrice et iconoclaste à une question : « Champlain a-t-il menti ? » Il est vrai que les Nouveaux documents sur Champlain45 devaient beaucoup aux travaux que Robert Le Blant avait entrepris avec l’archiviste de La Rochelle, Marcel Delafosse. Celui-ci, spécialiste du commerce rochelais, avait évoqué aussi la particularité des relations de Champlain avec Brouage ainsi que ses rapports avec son oncle Guillaume Allène, le capitaine provençal, à l’origine du voyage de Champlain aux Indes occidentales46. Les débats sur la catholicité rayonnan te de Champlain dont l’Église catholique avait fait un de ses héros favoris dans la seconde moitié du XIXe siècle et toute la première moitié du XXe siècle se trouvaient aussi relancés au moment où l’Église du Québec voyait son emprise s’effriter. Ainsi, au moment où se dessinaient les enjeux de la commémoration du 400e anniversaire de la naissance de Champlain vers 1970, les enjeux de politique intérieure, d’identité et de mémoire avaient replacé le Québec dans une perspective nouvelle née de la Révolution tranquille.

Médaille de bronze commémorant le premier voyage du Champlain, le 18 juin 1932
Navire construit en 1931 par les chantiers et ateliers de Saint-Nazaire, comportant plus de 623 cabines de passagers et desservant la ligne Le Havre– Southampton– New-York pour la Compagnie générale transatlantique (ligne française de transport maritime créée en 1861 qui desservait aussi le Canada). La mission Jacques-Cartier arrivera de France à bord du Champlain en 1934. Le navire coulera le 17 juin 1940, après avoir heurté une mine près de La Pallice (port industriel de La Rochelle). À l’avers de la médaille, le personnage de Champlain fièrement debout devant la Ville de Québec.
Collection de l’honorable Serge Joyal.

La mémoire et l’ère des musées : musées d’histoire ou musées de civilisation

  • 47 Père Maxime Le Grelle, Brouage Québec, foi de pionniers, 1976. Alain Roy, op. cit., Sylvie Denis, o (...)
  • 48 Jean Liebel, « On a vieilli Champlain », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1978, no 32 ; «  (...)
  • 49 Robert Larin, Brève histoire des protestants en Nouvelle-France et au Québec (XVIe-XIXe siècles), S (...)
  • 50 Conrad E. Heidenreich, Explorations and Mapping of Samuel de Champlain 1603-1632, Toronto, Cartogra (...)

32Dans ces années 1970 au climat politique troublé s’amorçait le troisième moment de ce long cycle des commémorations du 4e centenaire. Dans l’analyse de ce processus global qui reste à entreprendre, une des pistes qui semblent intéressantes à suivre est celle de l’ère des musées, contribuant à dynamiser la relation patrimoine-mémoire à travers le renouveau des musées d’histoire et des centres d’interprétation. En effet, à Brouage, fin août 1970, les ministres du gouvernement français Jean de Lipkowski, et du gouvernement québécois, François Cloutier, inauguraient un mémorial Samuel Champlain et une rue du Québec « pour célébrer les retrouvailles du Québec et de la France47 ». Ensuite, le père Maxime Le Grelle réalisait en 1973 une exposition « France-Canada » dans l’église qu’il entreprenait de faire restaurer avec le soutien du mécène canadien David Macdonald Stewart. Il publiait en 1976 son livre à succès avant de bénéficier du don de deux vitraux qui allaient illuminer son église en 1982 et 1983, l’un offert par le Nouveau-Brunswick et l’autre par la Ville de Québec. En fait, la question de la date de naissance de Champlain devait réapparaître dans les années 1970. Jean Liebel, quant à lui, avait remis en cause la date de 1570. Dans son article « On a vieilli Champlain », il s’attachait à montrer qu’il convenait de repousser sa date de naissance d’une dizaine d’années et le même auteur, avant d’entreprendre la rédaction d’un manuscrit sur Pierre Dugua de Mons, revenait sur la question du portrait de Champlain48. Dans la continuité de William Morse et Robert Le Blant, Jean Liebel contribuait à mettre en valeur la complexité de cette Saintonge de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, au moment où les questions religieuses entre huguenots et catholiques faisaient resurgir la rivalité entre Royan et Brouage à propos de la fondation de Québec. N’allait-on pas trouver, à partir des vastes enquêtes de généalogie entreprises par les historiens dans les années 1990, une voie ouverte vers une histoire des protestants en Nouvelle-France49 ? À la fin de ces années 1970, une autre facette du talent de Champlain couplée avec celui de Cartier devait cependant être mise en valeur : il s’agissait de lier le territoire à l’histoire et à la mémoire. Conrad E. Heindrenreich avait étudié la cartographie de Champlain en 1976 et l’appropriation de la « terre promise » à travers l’étude du « vocabulaire » et du « langage géographique » de Cartier et de Champlain conduisait Christian Morissoneau à suivre la piste du « mythe du Nord québécois » : le chemin de la Chine n’allait pas tarder à retrouver sa place dans la continuité des espérances des grandes découvertes50.

  • 51 Fernand Braudel, L’identité de la France, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, 3 vol. D’autre part, de (...)

33Mais ce fut en 1984, avec Jacques Cartier, que le cycle du 400e anniversaire allait rebondir ou, plus exactement, au 450e anniversaire de la découverte. Parmi les nombreux événements dont cette année fut marquée et dont il conviendra d’effectuer l’analyse d’ensemble, outre la création, très originale, du Centre Jacques Cartier à Lyon dont Alain Bideau et Jean-Pierre Bardet seront les animateurs des « entretiens » annuels, nous retiendrons la publication d’un ouvrage qui, sous la direction de Fernand Braudel, devait remettre le Canada et le Québec dans une nouvelle lecture de la découverte de l’Amérique. La réalisation d’une exposition, au Musée du Québec, traduisait aussi le nouveau rôle joué par les musées dans la mise en images des objets du passé. Puis, en 1984, Fernand Braudel, attaché à la rédaction de son Identité de la France, avait accepté de diriger, avec Michel Mollat du Jourdin, la remarquable synthèse : Le monde à l’époque de Jacques Cartier51.

  • 52 Guy Vadeboncoeur, « Le Musée Stewart. Un musée de l’Ancien et du Nouveau Monde », dans Thomas Wien, (...)

34Saint-Malo évidemment se retrouvait au centre de l’action. Avec la Société des Amis de Jacques Cartier, fondée au Canada, David M. Stewart fit l’acquisition et la restauration du manoir de Limoëlou. Le gouvernement du Canada, par le secrétaire d’État de l’époque, Serge Joyal, contribua aux frais. Et le musée-manoir Jacques Cartier à Saint-Malo fut, en 1984, au cœur des activités du Festival : « Québec chante Saint-Malo. » En fait, les activités de mécénat de David M. Stewart et de son épouse Liliane Stewart, au moyen de la Fondation Macdonald-Stewart, créée en 1973, étaient étroitement liées au développement des musées d’histoire. Ce « système des musées » a connu un essor exceptionnel dans les années 1970-1990. L’objectif de David M. Stewart était alors, selon Guy Vadeboncœur, de développer des « infrastructures muséales qui pouvaient prétendre raconter aux visiteurs étrangers, comme aux citoyens de la ville, la grande aventure de la découverte, de l’exploration et de l’occupation du Nouveau Monde par les Européens aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles « dont la métropole était dépourvue52 ». Ainsi, le musée Stewart était localisé sur l’île Sainte-Hélène à Montréal et son fondateur avait entrepris d’acquérir et de rassembler de nombreuses collections grâce aux conseils avisés de Jean Palardy, historien de la culture matérielle.

  • 53 Sur ce point, voir Guy Martinière, « La représentation des Amériques à travers les expositions du M (...)
  • 54 La Renaissance et le Nouveau Monde, catalogue de l’exposition du Musée du Québec, Québec, Bibliothè (...)
  • 55 Ibid., p. xix, avant-propos du livre-catalogue signé Alain Parent.
  • 56 Notre patrimoine, un présent du passé, rapport présenté par Roland Arpin, Québec, Gouvernement du Q (...)
  • 57 Yves Bergeron, Trésors d’Amérique française, Québec, Musée de l’Amérique française, 1992.

35En France, le riche mécène qui contribua à la restauration de l’église de Brouage et à celle du manoir de Limoëlou à Saint-Malo fut aussi pour beaucoup dans le développement des collections du Musée du Nouveau Monde, qui privilégiait alors en France les images de l’Amérique du Nord, du Canada et du Québec. Il fut inauguré en 198253. Son conservateur, Alain Parent, fut chargé d’organiser l’exposition « La Renaissance et le Nouveau Monde », qui fut présentée au Musée du Québec à la suite de l’entente intervenue entre le gouvernement français et celui du Québec54. Cette exposition, constatait Alain Parent, constitua « la participation de la France à la commémoration du 450e anniversaire de la venue de Jacques Cartier au Canada en 153455 ». L’exposition se plaça dans le cadre général d’un renouveau de la muséographie qui devait connaître son point culminant avec le nouveau Musée de la Civilisation à Québec ouvert en 1988 et le Musée de Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire, réalisé à Montréal en 1992 à l’occasion du 350e anniversaire de la fondation de la métropole québécoise. Avec le Musée canadien des civilisations de Hull, ouvert en 1989, ces trois musées constituèrent les réalisations les plus significatives de cette ère des musées qu’un Roland Arpin symbolisa à Québec56. Ils s’ajoutaient au réseau de sites historiques de Parcs Canada. Le 3 juillet 1986, Québec n’était-elle pas devenue la première ville nord-américaine inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO ? En 1995, le Musée de l’Amérique française, né du Musée du Séminaire de Québec, dont la création avait été proposée en 1990, devait voir ses collections intégrer les collections du Musée de la Civilisation et rattacher ainsi les trésors d’Amérique française de Cartier et Champlain, hérités du Séminaire de Monseigneur Laval, à une représentation de la « civilisation-monde » dont le Québec était porteur57.

36Dans ces années 1990, le troisième moment du cycle du 400e anniversaire s’achevait : de la colonisation triomphante des années 1930 aux enjeux de civilisation des années 1980-1990 portés par les musées, le Canada et le Québec allaient entrer dans la phase finale de la préparation du 4e centenaire de la fondation de l’Acadie et du Québec en 2004-2008.

Nouveaux travaux sur Champlain : l’Amérique française réinventée

  • 58 Par exemple, Samuel Champlain 1570-1635. Hommage au fondateur de Québec, Evry, Société littéraire d (...)

37Mais dans cette phase de préparation des commémorations de 2004-2008, le renouvellement des travaux sur Champlain allait être marqué par plusieurs orientations. En 1987, après les grandes biographies de Laverdière, de Biggar, de Bishop et de Trudel, Joe Amstrong offrait un Champlain à Toronto. Une notable entreprise de réédition des écrits de Champlain était complétée par une nouvelle analyse comparée des textes de la Renaissance française touchant au continent américain58.

  • 59 Jean Glénisson (dir.), La France d’Amérique. Voyages de Samuel Champlain 1604-1629, Paris, Imprimer (...)
  • 60 Jean Liebel, Pierre Dugua de Mons…, op. cit. ; Guy Binot, Pierre Dugua de Mons, gentilhomme royanna (...)

38Dans l’esprit des grandes éditions critiques des œuvres de Champlain, Jean Glénisson, le médiéviste français spécialiste de l’histoire des textes, s’attacha à présenter La France d’Amérique : voyages de Samuel Champlain 1604-1629, ouvrage publié en 199459. Avec lui, l’érudition saintongeaise reconduisait à Brouage, la catholique, que poursuivait l’héritage du père Le Grelle et qui présentait une exposition permanente localisée dans l’église, « les origines religieuses de la Nouvelle-France ». Mais elle reconduisait aussi à Royan, où le huguenot Pierre Dugua de Mons trouvait ses biographes, Jean Liebel puis Guy Binot60. Elle reconduisait enfin à La Rochelle, où le Musée du Nouveau Monde, mais aussi la Maison de la culture, inaugurée la même année, s’étaient engagés dans la promotion culturelle de l’Acadie et du Québec.

  • 61 Éric Thierry (dir.), Samuel de Champlain, Voyages en Nouvelle-France. Exploration de l’Acadie, de l (...)

39Cependant, parmi les rééditions des écrits de Champlain, on pouvait discerner une tendance qui devait conduire à examiner le comportement du colonisateur avec les populations amérindiennes, les « Premières Nations ». Constatons l’existence d’une édition Des Sauvages de Champlain réalisée par Alain Beaulieu et Réal Ouellet en 1993, après sa réédition introduite par Marcel Trudel en 1978. Constatons aussi l’édition des Voyages en Nouvelle-France de Samuel de Champlain (1604-1611) réalisée à Paris en 2004 avec un texte établi et présenté par Éric Thierry, le spécialiste de Marc Lescarbot et qui, à partir de Vervins, s’attachera à mieux comprendre la politique d’Henri IV et celle de Poutrincourt en Acadie ainsi que notamment les rencontres de Champlain avec les autochtones61. L’altérité était en train de s’affirmer.

40La nouvelle analyse comparée des textes de la Renaissance française avait été effectuée à l’initiative de Frank Lestringant. Son regard ne tarda pas à se porter sur la France-Amérique. « Cannibales » ou « bons sauvages », la littérature revisitait l’image des Indiens. Si les textes de Champlain n’avaient pas été retenus par les grands manuels français de littérature, Jean Glénisson avait remarqué que

la jeune critique contemporaine avait commencé, à l’exemple de Frank Lestringant, à réviser ce catalogue arbitraire et à prendre en considération les écrits des explorateurs, cosmographes et mariniers de l’âge des découvertes. Parmi ceux-là, Champlain accepte une place honorable.

41De Champlain, la porte était notamment ouverte sur l’approche de Marc Lescarbot d’après Bernard Emont et Éric Thierry et l’analyse des textes sur la Floride huguenote de Frank Lestringant puis de Bertrand Van Ruymbeke sur le refuge huguenot en Amérique.

Monument de Pierre Dugua, sieur de Mons (c. 1558-1628)
C’est en 1904 que le gouvernement canadien fait ériger, près du fort Sainte-Anne à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, le premier monument à Pierre Dugua de Mons, qui a dirigé l’expédition à l’origine de l’établissement de Port-Royal, en Acadie, en 1604. Le monument est l’œuvre du sculpteur canadien Hamilton MacCarthy. Lieutenant-général du Canada et huguenot, Dugua de Mons fait armer à ses frais deux navires, le Lévrier et le Don-de-Dieu, pour conduire Champlain et les engagés vers Québec, en 1608. On devra attendra jusqu’au 3 juillet 2007 pour qu’un monument à sa mémoire soit érigé à Québec, sur l’ancienne terrasse Saint-Denis qui porte aujourd’hui son nom. Comme pour Champlain, il n’existe aucun portrait authentique de Dugua.
Carte postale, c. 1910, imprimée par Valentine & Sons Co. Ltd. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 62 Yves Cazeaux, Henri IV. Les horizons du règne, Paris, Albin Michel, 1986 ; L’Acadie. Histoire des A (...)
  • 63 Sur ces différents points, on consultera la synthèse de Jacques Mathieu, La Nouvelle-France. Les Fr (...)

42Ce fut précisément autour des nouveaux « horizons du règne » d’Henri IV qu’Yves Cazeaux avait attiré l’attention en 1986. Bernard Barbiche reconnut même le moment décisif que joua l’outre-mer dans la politique d’Henri IV dont Philippe Duplessis-Mornay avait été un des inspirateurs. Pierre Dugua de Mons n’avait-il pas choisi, comme laboratoire, le territoire d’Amérique du Nord alors que Daniel de La Touche, seigneur de la Ravardière, avait marqué l’espoir de la France équinoxiale au Brésil62 ? D’autre part, avec Robert Larin, le domaine de l’histoire démographique de la Nouvelle-France, en aval de Champlain, se situait dans la continuité des applications de recherches généalogiques sur l’émigration dont on sait l’importance qu’elles représentent dans la quête québécoise et acadienne des « familles souches ». À la suite des travaux de Jacques Mathieu, d’Yves Landry et de nombreux autres historiens québécois, la perception du mode migratoire de la France vers la Nouvelle-France se trouvait quantifiée, mesurée et renouvelée en profondeur. Gervais Carpin identifiait ce « réseau du Canada » et Leslie Choquette réinterprétait « le peuplement du Canada français » à partir d’une transformation de « Français à paysans »63. Les historiens français spécialistes d’histoire démographique et de l’émigration de l’époque moderne, comme Jean-Pierre Poussou, ne dissimulaient pas leur satisfaction pour un tel « travail très neuf et suggestif ».

  • 64 Bruce G. Trigger, Les Indiens, la fourrure et les Blancs français et Amérindiens en Amérique du Nor (...)

43Cependant, l’un des principaux renouvellements de l’écriture de l’histoire canadienne s’était affirmé avec la réévaluation de l’histoire des premières nations assurée par l’essor de disciplines nouvelles de sciences humaines longtemps marginales au Québec : l’ethnologie, l’anthropologie, l’archéologie et l’ethnohistoire64. Bruce G. Trigger avait enfoncé le clou, n’hésitant pas à polémiquer avec les historiens

nationalistes [prestigieux] tout autant anglophones que francophones qui continuèrent à affirmer (et certains jusque dans les années soixante) que le Canada avait eu la bonne fortune d’échapper aux complications que les mélanges sociaux entre immigrants européens et peuples autochtones avaient prétendument entraînées en Amérique latine et ailleurs […].

  • 65 Ibid., p. 54 ; du même auteur: « Champlain, Judged by His Indien Policy : A Different View of Early (...)
  • 66 Cornelius Jaenen, Les relations franco-amérindiennes en Nouvelle-France et en Acadie, Ottawa, Affai (...)
  • 67 Laurier Turgeon, « French Fishers, Fur Traders and Amerindians During The Sixteenth Century: Histor (...)
  • 68 Laurier Turgeon, « Pour redécouvrir notre XVIe siècle : les pêches à Terre-Neuve d’après les archiv (...)

44Et, après avoir cité l’abbé Lionel Groulx et dénoncé « sa position raciste », Trigger évoquait, dans les années 1960, Gustave Lanctôt et Marcel Trudel, spécialisés dans l’analyse de « l’ère héroïque », c’est-à-dire les affaires internes de la communauté française. Puis, il concluait : « Bien que conscients des nouvelles tendances qui se manifestaient dans les études amérindiennes, et répudiant la rhétorique anti-Indiens, les historiens québécois évitèrent dans l’ensemble de se pencher sérieusement sur la question des autochtones65. » Toute une nouvelle génération d’historiens se préoccupait désormais des « relations franco-amérindiennes ». Cornelius Jaenen, Denys Delage, Laurier Turgeon, Alain Beaulieu ou Georges E. Sioui, par exemple, parcouraient ce nouveau terrain qui, « du pays renversé », les conduisait aux « métissages » dont Gilles Havard faisait une des clés de « l’empire » dans le Pays-d’en-Haut66. Hurons et Iroquois étaient réintroduits dans l’histoire que les travaux sur la littérature de la Renaissance avaient réévaluée. Le Champlain qui avait publié en 1603 son ouvrage intitulé Des Sauvages… connaissait une nouvelle jeunesse. Et la fastueuse période de la pêche à Terre-Neuve, longtemps assimilée à l’initiative des pêcheurs basques ou bretons bien avant l’arrivée de Champlain, retrouvait dans l’histoire, avant la période des fourrures, une place originale aux contacts métissés de l’Europe avec les Amérindiens67. En ce sens, Laurier Turgeon pouvait entreprendre de « redécouvrir notre XVIe siècle68 ».

  • 69 Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2006, p. 21-22.

45Une jeune génération d’historiens est en train de repositionner cette nouvelle lecture des relations « franco-amérindiennes », dont Champlain avait été le témoin, dans le cadre d’une nouvelle interprétation de l’« histoire de l’Amérique française ». Gilles Havard et Cécile Vidal ont publié en 2003 leur Histoire de l’Amérique française. Là, non seulement l’histoire « nationale » canadienne et l’histoire des États-Unis se trouvaient englobées dans une aire culturelle de l’Amérique du Nord d’un premier Empire français, mais ce dernier retrouvait une place réinventée par rapport à cette Amérique latine qui avait été portée par l’Espagne et le Portugal depuis 1492 et depuis les débats engagés par les commémorations du cinquième centenaire à Séville et à Lisbonne69.

  • 70 Sébastien Lancereau, Réflexion sur le concept de l’Amérique française, Québec, Musée de la civilisa (...)

46Le terme d’Amérique française faisait l’objet d’un nouvel enjeu70. Raymonde Litalien et Denis Vaugeois l’appliquaient à Champlain en 2004 pour marquer l’ouverture des commémorations. Les organisateurs des fêtes du 400e anniversaire de la fondation de Québec par Champlain ont-ils tenu compte de cette nouvelle perception de l’Amérique française ?

  • 71 Marcel Fournier, Les Bretons en Amérique française 1504-2004. Cinq siècles de présence bretonne en (...)
  • 72 Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (dir.), op. cit., p. 13.
  • 73 J. L. Granatstein, Who Killed Canadian History?, Toronto, Harper-Collins, 1998.
  • 74 Raymonde Litalien, « Historiographie de Samuel Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeoi (...)
  • 75 Ibid.
  • 76 Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Par (...)
  • 77 Cet article a été rédigé avant la parution du livre de Mathieu d’Avignon, Champlain et les fondateu (...)

47Au terme de cette analyse, nous nous permettrons de poser cinq remarques et il peut y en avoir bien d’autres. La première concerne la possibilité d’entreprendre de nouveaux travaux de recherche dans le domaine très contemporain de l’analyse de la commémoration du 400e anniversaire de la fondation de Québec et de ses représentations, une fois, bien sûr, que l’ensemble des manifestations sera achevé, c’est-à-dire à partir de la fin de l’année 2008. Comme l’avait entrepris Henry Vivian Nelles à propos du tricentenaire, il conviendrait aussi à ce propos de relier 2008 à 2004 et donc de comparer Québec avec l’Acadie et peut-être aussi avec le lac Champlain 2009. Une analyse comparée des deux commémorations québécoises, celle du tricentenaire et celle du 4e centenaire, ne manquerait pas non plus d’intérêt. La deuxième remarque concerne la possibilité de développer des programmes de travail autour de la notion de lieux de mémoire communs. En France, le cas de la région Poitou-Charentes a servi de pilote. Bretagne, Normandie, Aquitaine pourraient être concernées et le travail a commencé en Bretagne grâce à Marcel Fournier71. Et pourquoi sur le continent nord-américain ne pas envisager d’autres territoires, au Canada ou aux États-Unis ? La troisième remarque concerne la relation entre les images produites par les commémorations et la connaissance historique. Prenons d’abord le cas français emprunté à Michel Têtu, lors du colloque sur la Francophonie en Amérique de mai 2003 et aux commentaires qui ont été faits par Mickaël Augeron et Dominique Guillemet dans l’introduction de leur ouvrage Champlain ou les portes du Nouveau Monde, publié en 2004 : « Champlain ? Connais pas, pourrait-on écrire en paraphrasant une expression célèbre. En effet, si le personnage de Champlain était un peu présent avec Jacques Cartier dans les manuels scolaires français de la fin du XIXe siècle au début des années 1970, il en a totalement disparu depuis72. » Après 2008, cela sera-t-il toujours le cas ? Nous espérons que les nouvelles lectures « innovantes » de Champlain, telles que les ont proposées les historiens lors de ces vingt dernières années, permettront d’intégrer ces nouveaux messages dans le discours de l’enseignement. D’ailleurs, cette remarque peut aussi concerner le Canada, non pas quant à la connaissance du nom de Champlain dans l’histoire canadienne, mais quant aux conditions de l’enseignement de l’histoire dans la formation des citoyens. Rappelons à ce propos les controverses publiques à l’occasion de la publication en 1998 de l’ouvrage de J. L. Granatstein : Who Killed Canadian History73 ? La quatrième remarque concerne l’historiographie de Champlain. Nous emprunterons la piste de Raymonde Litalien, qui constate que les choix des commentateurs « suivent généralement les préoccupations du temps, insistant sur l’établissement d’une population agricole quand on prône l’attachement à la terre, sur l’immigration de colons français quand apparaît le besoin d’identification à une “nation fondatrice”, sur l’attention aux Amérindiens lors des revendications autochtones74. » Et Raymonde Litalien précise : « Sans aller jusqu’à dire qu’on a voulu écrire une histoire politiquement correcte à partir de Champlain, il faut admettre que ce personnage fondateur à l’action multiple se prête à une interprétation tout aussi composite75. » Alors, Champlain sans cesse recomposé ? La question se posera lors des célébrations du cinquième centenaire… Enfin, la cinquième remarque est plus polémique, mais à notre avis fondamentale. Prenons comme exemple les débats actuels qui traversent la société canadienne après les résultats des référendums de 1980 et de 1995. Ils ne sont pas sans rapport avec l’émergence de revendications autochtones des « Premières Nations » dans le cadre du modèle construit autour de l’« État » et de la « Nation » au moment où le thème de l’Amérique française est sur le devant de la scène. Peut-on appliquer, et de quelle manière, au cas canadien les travaux autour des représentations de la « Nation » qu’un Maurice Agulhon effectua en France sur Marianne au pouvoir ? Comment développer les travaux d’Eric Hobsbawm et de Terence Ranger sur l’invention de la tradition76 ? Pour l’année 2008 et au-delà, on comprend quels sont les enjeux. Champlain aidera-t-il à apporter des réponses77 ?

Notes

1 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974, tome I, p. 210-218 ; Jacques Le Goff (dir.), La nouvelle Histoire, Paris, Retz, 1978.

2 Par exemple, Frédéric Mauro, « Esquisse rétrospective de l’économie mexicaine », Problèmes d’Amérique latine, no 10, septembre 1968, p. 37-45 ; Nathan Wachtel, Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie. XXe-XVIe siècle. Essai d’histoire régressive, Paris, Gallimard, 1990.

3 Henry Vivian Nelles, Art of Nation-Building : Pageantry and Spectacle at Quebec’s Tercentenary, Toronto, University of Toronto Press, 1999 (traduction en langue française : L’histoire spectacle : le cas du tricentenaire de Québec, Montréal, Boréal, 2003) ; Ronald Rudin : Founding Fathers : The Celebration of Champlain and Laval in the Streets of Quebec 1978-1908, Toronto, University of Toronto Press, 2003 (trad. en langue française : L’histoire dans les rues de Québec. La célébration de Champlain et de Mgr de Laval 1878-1908, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005).

4 Raymonde Litalien, « Historiographie de Samuel Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois (dir.), Champlain. La naissance de l’Amérique française, Sillery, les Éditions du Septentrion, 2004, p. 11-16, ainsi que « Samuel Champlain, fondateur du Canada, sa présence dans la mémoire », dans Guy Martinière et Didier Poton (dir.), Le Nouveau Monde et Champlain, Paris, Les Indes Savantes, 2008. D’autre part, de Paul-André Linteau on consultera entre autres : Histoire du Québec contemporain. De la confédération à la crise (1867-1929), Montréal, Boréal, 1979 et Histoire du Québec contemporain. Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986 (en collaboration avec René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard).

5 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Boréal, 1990. D’autre part, de Guy Martinière, Contribution à l’étude de l’économie rétrospective du Brésil. Essai d’historiographie, thèse de 3e cycle inédite, Paris X-Nanterre ; Le Brésil et l’Europe atlantique (XVIe-XVIIIe siècles). L’invention contemporaine de la « brasilianité », thèse d’État inédite, Paris X-Nanterre ; Aspects de la coopération franco-brésilienne, Paris/Grenoble, MSH/Presses universitaires de Grenoble, 1982.

6 Maurice Halbwachs, Mémoires collectives, Paris, PUF, 1950, La mémoire collective, Paris, PUF, 1968, ainsi que Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925.

7 Guy Martinière et Consuelo Varela (dir.), L’état du monde en 1492, Paris, Éd. La Découverte, 1992 en coédition avec la Sociedad estatal para la ejecucion de programas del quinto centenario.

8 Henri Vivian Nelles, L’histoire spectacle…, op. cit. ; Katia Malausséna, « Commémoration et lien territorial. L’Angleterre et le Québec en comparaison », dans Recherches sociographiques, janvier-avril 2002.

9 Jean Duvignaud, Fêtes et civilisations, Paris, Weber, 1973 ; Mona Ozouf, « La fête sous la Révolution française », dans Jacques Le Goff et Pierre Nora, Faire de l’histoire, op. cit., tome 3, p. 256-277.

10 Marcel Masse, « Une relation exceptionnelle », dans Philippe Joutard et Thomas Wien, Mémoires de Nouvelle-France, op. cit., p. 14.

11 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 3, Les France, op. cit.

12 Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 31 et 33

13 Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, Presses de l’Université Laval, 2006.

14 Fernand Braudel (dir.), Le monde de Jacques Cartier. L’aventure au XVIe siècle, Paris/Montréal, Berger-Levrault/Libre expression, 1984, notamment la contribution de Jacques Robert, « L’invention d’un héros », p. 295-306.

15 Ibid., p. 295. De Georges-Barthélémi Faribault, Catalogue d’ouvrages sur l’histoire de l’Amérique et en particulier du Canada, Québec, William Couran, 1837 ; Voyages de découverte au Canada dans les années 1534 et 1542… de Jacques Quartier, Québec, William Cowan, 1843.

16 Ibid., p. 299. D’autre part, quatre ouvrages de Champlain avaient été imprimés de son vivant : Des Sauvages en 1603 ; Les Voyages du Sieur de Champlain Xaintongeais en 1613 ; Voyages et Découvertes en la Nouvelle-France en 1619 et Les Voyages de la Nouvelle-France occidentale, dicte Canada en 1632.

17 François-Xavier Garneau, Histoire du Canada, depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Québec, N. Aubin, 1845-1852, 4 vol. Sur cet aspect, voir Serge Gagnon, Le Québec et ses historiens de 1840 à 1920. La Nouvelle-France de Garneau à Groulx, Québec, Presses de l’Université Laval, 1978 ; Gilles Gallichan, Kenneth Landry et Denis Saint-Jacques (dir.), François-Xavier Garneau, figure nationale, Québec, Nota Bene, 1998.

18 Gilles Gallichan, « La page avant le voile : le livre et l’imprimé dans les relations France-Québec (1840-1855) », dans Yvan Lamonde et Didier Poton, op. cit., p. 184-185 ; Yvan Lamonde, « Faribault, Georges-Barthélémi », dans Georges W. Brown (dir.), Dictionnaire biographique du Canada, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1985, vol. 9.

19 Victor Hugo Paltsis : « A critical examination of Champlain portrait », Acadiensis, 1904 ; Henry Percival Biggar, « The portrait of Champlain », The Canadian Historical Review, tome 1, 1920 ; Denis Martin, Portraits des héros de la Nouvelle-France. Images d’un culte historique, La Salle, Hurtubise, 1988 ; « Samuel Champlain à visage découvert », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit., p. 354-363.

20 Denis Martin, ibid.

21 Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit. p. 13 ; de Charles-Honoré Laverdière, Œuvres de Champlain, Québec, 1870, 6 tomes.

22 Ronald Rudin, op. cit., p. 53-59.

23 C. H. Laverdière et H. R. Casgrain, Découverte du tombeau de Champlain, Québec, 1866 ; Marcel Moussette, « Un héros sans visage : Champlain et l’archéologie », Les Cahiers des Dix, 2000, 54.

24 Pierre-Damien Rainguet, Bibliographie saintongeaise du dictionnaire historique de tous les personnages…, Saintes, chez Niox, 1851 ; Léopold Delayant, Notice sur Samuel Champlain…, Niort, L. Clouzot, 1867. De Pierre Margry, « Vie de Samuel Champlain, fondateur de Québec », dans Recueil des actes de la commission des arts et monuments de la Charente-inférieure, tome 1, 1870.

25 L. Audiat, « Brouage et Champlain », dans Archives historiques de la Saintonge, 1879.

26 Robert Garon, « Les Archives nationales du Québec : la mémoire de la nation », dans Jacques Mathieu (dir.), La mémoire dans la culture, Québec, Presses de l’Université Laval, 1995, p. 151-168 ; Brian S. Osborne : « Paysages, mémoire, monuments et commémoration : l’identité à sa place », Halifax, novembre 2001.

27 Henri-Raymond Casgrain, Champlain, sa vie et son caractère, Québec, Imp. Demers, 1898; Diverse Voyages Touching the Discovery of America and the Island Adjacents, Hakluyt Society, Londres, 1859.

28 Narcisse-Eutrope Dionne, Samuel Champlain : fondateur de Québec et père de la Nouvelle-France ; Histoire de sa vie et de ses voyages, Québec, 1891-1906, 2 vol., rééd. Toronto, University of Toronto Press, 1963.

29 Parmi ces débats, mentionnons l’ouvrage de Frédéric Boily, La pensée nationaliste de Lionel Groulx, Sillery, Éd. du Septentrion, 2003, ou encore le plus ancien mais très précieux ouvrage de Serge Gagnon, Le Québec et ses historiens de 1840 à 1920. La Nouvelle-France de Garneau à Groulx, Québec, Presses de l’Université Laval, 1978.

30 Henri Perceval Biggar, The Early Trading Companies of New France: A Contribution to the History of Commerce and Discovery in North America, Toronto, University of Toronto Library, 1901; The Works of Samuel Champlain, Toronto, The Champlain Society, 1922-1936 (6 vol.) ; The Voyages of Jacques Cartier, Ottawa, Archives publiques du Canada, 1924. D’autre part, outre les ouvrages de Laverdière, Casgrain et Dionne mentionnés plus tôt : Benjamin Sulte, Histoire des Canadiens français, Montréal, Wilson éditeur, 1882-1884 ; Pages d’histoire du Canada, Montréal, Granger, 1891 ; Philéas Gagnon, Essai de bibliographie canadienne, Québec, 1895 ; « Notes bibliographiques sur les écrits de Champlain », Bulletin de la Société de géographie de Québec, 1908, vol. 3, no 2.

31 Jacques Robert, op. cit., p. 299, dans Fernand Braudel, op. cit.

32 Ernst Myrand, Une fête de Noël sous Jacques Cartier, 1888 ; Narcisse-Eutrope Dionne, Jacques Cartier, 1889.

33 Patrice Groulx, « Se voir dans la peau de Samuel Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit., p. 335 ; voir aussi Colin M. Coates, « La mémoire en pierre : les statues commémoratives au Québec de 1800 à 1923 », dans Iufo Kolboom et Sabine Alice Grzouka (dir.), Lieux de mémoire dans l’autre Amérique : tradition et modernité au Québec, Heildeberg, Synchron, 2002.

34 H. V. Nelles, op. cit., p. 180.

35 Ibid., p. 371. La France vivante en Amérique du Nord, Paris, Hachette, 1913. Consulter aussi, de l’abbé Armand Yon : « Missions de la France au Canada de 1908 à 1939 », Cahiers de politique étrangère du Journal des Nations américaines, France-Amérique magazine, supplément bibliographique, 1951. On consultera aussi Guy Martinière : Aspects de la coopération franco-brésilienne, op. cit., p. 57-58.

36 Yves Frenette, « La grande semaine des Franco-Américains et le tricentenaire de la découverte du lac Champlain, dans Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (dir.), Champlain ou les portes du Nouveau Monde. Cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, La Crèche, Geste éd., 2004, p. 323-326 ; Maurice Basque, « Le tricentenaire de l’établissement des Français à l’île de Sainte-Croix en 1604 », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, Champlain, op. cit., p. 347-348 ; François Weill, Les Franco-Américains 1860-1980, Paris, Belin, 1990 ; Yves Roby, « Les élites franco-américaines et le recours au passé (1880-1940) », dans Jacques Mathieu, op. cit.

37 Gabriel Hanotaux : « Pourquoi le comité France-Amérique a été fondé ? Le devoir de la France », France-Amérique. Revue mensuelle du comité France-Amérique, avril 1913, p. 201-202, ainsi que du même auteur : Les commémorations franco-américaines. Champlain, Paris, Sansot, 1912 et

38 Alain Roy, « Champlain aux mille visages. Jalons d’une mémoire patiemment tissée. Les thématiques mémorielles partagées entre le Québec et le Poitou-Charentes au XXe siècle », dans Mickaël Augeron et Dominique Guillemet, op. cit., p. 331 ; Sylvie Denis, « Les relations culturelles et sentimentales entre La Rochelle et le Canada (fin XIXe-XXe siècle) », dans Mickaël Augeron et Dominique Guillemet, op. cit.

39 Émile Garnault, Les Rochelais et le Canada, La Rochelle, 1893 (rééd. 1992) ; André Siegfried, Le Canada, les deux races, Paris, A. Colin, 1906 ; Gérard Fabre, « Un français conquis : André Siegfried face à Wilfrid Laurier », dans Yvan Lamonde et Didier Poton, op. cit.

40 Abbé Lionel Groulx, La découverte du Canada. Jacques Cartier, Montréal, 1934 ; Charles de La Roncière, Jacques Cartier, Paris, Plon, 1931, dans une collection intitulée « Les grandes figures coloniales » où avait été publié un Champlain de M. Constantin-Weyer. Charles de La Roncière était connu alors pour sa monumentale Histoire de la marine française en cinq tomes, dont le tome III, Paris, Plon, 1906, concernait plus particulièrement Jacques Cartier ; Gaston Martin, Jacques Cartier et la découverte de l’Amérique du Nord, Paris, Gallimard, 1938 ; Henri Perceval Biggar, Documents Relating to Cartier and Roberval, Ottawa, Public Archives, no 11, 1924 ; Les précurseurs de Jacques Cartier (1497-1534), Ottawa, 1913.

41 Gabriel Louis-Jaray, L’Empire français d’Amérique (1534-1803), Paris, A. Colin, 1938 ; William Inglis Morse, Pierre du Gua sieur de Mons, record colonial and Saintongeais, Londres, Bernard Quaritch, 1939 ; Gilles Harvard, « L’historiographie de la Nouvelle-France en France au cours du XXe siècle : nostalgie, oubli et renouveau », dans Thomas Wien, Cecile Vidal et Yves Frenette, op. cit., p. 95-124.

42 Jean-Jacques Lefebvre (dir.), Centenaire de l’Histoire du Canada de François-Xavier Garneau, Montréal, Société historique de Montréal, 1945 ; Claude de Bonnault, Histoire du Canada français, Paris, PUF, 1950 ; Charles-André Julien, avec René Herval, Théodore Beauchesne et Suzanne Lussagnet, Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle. Textes des voyages de Gonneville, Verrazano, J. Cartier et Roberval, tome 1, Paris, PUF, 1946 ; Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du XVIe siècle. Le Brésil et les Brésiliens, Paris, PUF, 1953 ; Les Français en Floride, Paris, PUF, 1958 ; Les voyages de découverte et les premiers établissements (XV-XVIe siècles), Paris, PUF, 1948 ; Hubert Deschamps, Les voyages de Samuel Champlain, saintongeais, père du Canada, Paris, PUF, 1951 ; Florian de La Horbe (préface d’Hubert Deschamps), L’incroyable secret de Champlain, Paris, 1959.

43 Raoul Blanchard, Le Canada français. La province de Québec, Paris, Fayard, 1960 ; Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques de la préhistoire à nos jours, Paris, A. Colin, 1964 ; Claude Fohlen, « Les débuts de l’histoire américaine en France », Revue française d’histoire américaine, 1982, no 13, p. 27-40 ; « Mutations de l’historiographie canadienne », dans Jacques Portes (dir.), Le fait français et l’histoire du Canada, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1990 ; « Vingtcinq ans d’histoire canadienne en France », dans Jean-Michel Lacroix (dir.), « État des lieux de la recherche sur le Canada en France », Paris, AFEC, 2001 ; Gilles Havard, op. cit.

44 Il faut rappeler la volumineuse Histoire du Canada français depuis la découverte, 4 vol., Montréal, L’action nationale, 1950-1952. Il ne peut être question de mentionner l’ensemble des travaux de Marcel Trudel, on citera seulement Champlain, Montréal, Fides, 1956 ; Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Fides ; « Champlain », George W. Brown (dir.), Dictionnaire biographique du Canada, Sainte-Foy, Presses de l’Université de Laval, 1966, tome 1.

45 Robert Le Blant et René Baudry : Nouveaux documents sur Champlain et son époque. vol. 1 (1560-1622), Ottawa, 1967, publication des Archives publiques du Canada, no 15 ; Robert le Blant, « Les études historiques sur la colonie française d’Acadie, 1603-1713 ? », Revue d’histoire des colonies, Paris, 1948, t. 35 ; « Les prémices de la fondation de Québec », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1966, tome 20 ; « Le commerce compliqué des fourrures canadiennes au début du XVIIe siècle », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1972, tome 26. De Hubert Deschamps, « Pierre de Mons, fondateur de l’Acadie et du Canada », Revue d’histoire des colonies françaises, 1950. À propos du testament de Champlain, Robert Le Blant, « Le testament de Samuel Champlain, 17 novembre 1635 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1963, tome 17 ; du même auteur « La famille Boullé, 1586-1639 », Revue d’histoire de l’Amérique française, tome 17.

46 Étienne Trocmé et Marcel Delafosse, Le Commerce Rochelais de la fin du XVe siècle au début du XVIIe, Paris, A. colin, 1952. De Marcel Delafosse, « Documents inédits. Séjour de Champlain à Brouage », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1956, tome 9 ; « L’Oncle de Champlain », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1958, tome 12.

47 Père Maxime Le Grelle, Brouage Québec, foi de pionniers, 1976. Alain Roy, op. cit., Sylvie Denis, op. cit.

48 Jean Liebel, « On a vieilli Champlain », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1978, no 32 ; « L’année de naissance de Champlain », dans Actes du 104e Congrès national des Sociétés savantes, Bordeaux, 1979 ; « Les faux portraits de Champlain », Vie des Arts, 1983 ; Pierre Dugua sieur de Mons, fondateur de Québec, Paris, Le Croît Vif, 1999.

49 Robert Larin, Brève histoire des protestants en Nouvelle-France et au Québec (XVIe-XIXe siècles), Saint-Jean-de-Granby, Éd. de la Paix, 1998.

50 Conrad E. Heidenreich, Explorations and Mapping of Samuel de Champlain 1603-1632, Toronto, Cartographico monograph, 1976 ; Christian Morissoneau : Langage géographique de Cartier et Champlain. Choronymie, vocabulaire et perception, Québec, Presses de l’Université Laval, 1978 ; La terre promise. Le mythe du Nord québécois, Montréal, Hurtubise, 1978 ; « À l’origine du Nord, le chemin de la Chine », Cahiers de géographie du Québec, 1996 ; « le rêve de Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit. ; Conrad E. Heidenreich et Edward H. Dahl, « La cartographie de Champlain 1603-1632 », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit. ; Raymonde Litalien, Les explorateurs de l’Amérique du Nord, Québec, Septentrion, 1993.

51 Fernand Braudel, L’identité de la France, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, 3 vol. D’autre part, de Fernand Braudel (dir.), Le monde à l’époque de Jacques Cartier, p. 14, op. cit. Sur le développement des études historiques en France, « sacrifiant » l’Amérique du Nord, cf. Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France… », p. 107-108, op. cit., dans Thomas Wien, Cécile Vidal et Yves Frenette, De Québec…, op. cit.

52 Guy Vadeboncoeur, « Le Musée Stewart. Un musée de l’Ancien et du Nouveau Monde », dans Thomas Wien, Cécile Vidal et Yves Frenette (dir.), op. cit.

53 Sur ce point, voir Guy Martinière, « La représentation des Amériques à travers les expositions du Musée du Nouveau Monde de La Rochelle », dans Philippe Joutard et Thomas Wien avec la collaboration de Didier Poton, Philippe Joutard et Thomas Wien, avec la collaboration de Didier Poton (dir.), Mémoires de Nouvelle-France. De France en Nouvelle-France, Rennes, Presses universitaires, 2005 ; Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes, 1984-1992.

54 La Renaissance et le Nouveau Monde, catalogue de l’exposition du Musée du Québec, Québec, Bibliothèque nationale du Québec, 1984.

55 Ibid., p. xix, avant-propos du livre-catalogue signé Alain Parent.

56 Notre patrimoine, un présent du passé, rapport présenté par Roland Arpin, Québec, Gouvernement du Québec/Ministère de la Culture et des Communications, 2000. Sur les différents aspects de la politique des musées : Yves Bergeron (dir.), Musées et muséologie : nouvelles frontières. Essais sur les tendances, Québec, Musée de la Civilisation, 2005 ; Roland Arpin, La fonction politique des musées, Québec, Musée de la civilisation, 1999 ; Le Musée de la Civilisation. Concept et pratiques, Québec, Musée de la Civilisation/Éd. Multimondes, 1992 ; Musées et politique. Actes du 4e colloque de l’Association internationale des musées d’histoire, Québec, Musée de la civilisation, 1999.

57 Yves Bergeron, Trésors d’Amérique française, Québec, Musée de l’Amérique française, 1992.

58 Par exemple, Samuel Champlain 1570-1635. Hommage au fondateur de Québec, Evry, Société littéraire des PTT, 1990 ; Samuel Champlain, récits de voyages, Saint-Ouen-en-Brie, Éd. La Lucarne ovale, 1999 ; Samuel Champlain, des Sauvages, Saint-Ouen-en-Brie, Éd. La Lucarne ovale, 2000 ; Samuel Champlain, enfant de Brouage, Saint-Ouen-en-Brie, Éd. La Lucarne ovale, 2002 ; Joe C. W. Armstrong, Champlain, Toronto, Mac Million, 1987 (traduit en langue française sous le titre Samuel de Champlain, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1988).

59 Jean Glénisson (dir.), La France d’Amérique. Voyages de Samuel Champlain 1604-1629, Paris, Imprimerie nationale, 1994.

60 Jean Liebel, Pierre Dugua de Mons…, op. cit. ; Guy Binot, Pierre Dugua de Mons, gentilhomme royannais, premier colonisateur du Canada, lieutenant général de la Nouvelle-France de 1603 à 1612, Royan, Éd. Bonne Anse, 2004.

61 Éric Thierry (dir.), Samuel de Champlain, Voyages en Nouvelle-France. Exploration de l’Acadie, de la vallée du Saint-Laurent, rencontres avec les autochtones et fondation de Québec 1604-1611, Paris, Cosmopole, 2001 ; Éric Thierry, Marc Lescarbot (vers 1570-1641). Un homme de plume au service de la Nouvelle-France, Paris, Honoré Champion, 2001 ; « La paix de Vervins et les ambitions françaises en Amérique », dans Jean-François Labourdette, Jean-Pierre Poussou et Marie-Catherine Vignal, Le traité de Vervins, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2000 ; « De la ligue à la conversion des Mi’Kmaqs, Jean de Biencourt de Poutrincourt », dans Georges Viard (dir.), Les Français à la découverte des Premières Nations en Nouvelle-France (1534-1701), Montréal, 2004.

62 Yves Cazeaux, Henri IV. Les horizons du règne, Paris, Albin Michel, 1986 ; L’Acadie. Histoire des Acadiens du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Albin Michel, 1992 ; Guy Martinière, « Henri IV et la France équinoxiale » et David Quinn, « Henri IV et la Nouvelel-France », dans L’avènement d’Henri IV. Quatrième centenaire, colloque Pau-Nérac 1989, Pau, J. et D. Éditions, 1990 ; Bernard Barbiche, « Henri IV et l’outre-mer : un moment décisif », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois, op. cit. ; Didier Poton, Duplessis-Mornay. Le pape des huguenots, Paris, Perrin, 2006 ; Mickaël Augeron, Didier Poton et Bertrand Van Ruymbeke (dir.), Les Huguenots et l’Atlantique. Pour Dieu, la Cause ou les Affaires, Paris, Les Indes Savantes/Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2008 ; Guy Martinière, Didier Poton et François Souty, D’un rivage à l’autre. Villes et protestantisme dans l’aire atlantique, Paris/Poitiers, Imprimerie nationale/Presses de la MSH, 1999 ; Guy Martinière et Martine Acerra (dir.), Coligny, les protestants et la mer, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 1997 ; H. Kirke, The First English Conquest of Canada, Londres, Bemrose and Sons, 1908.

63 Sur ces différents points, on consultera la synthèse de Jacques Mathieu, La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord (XVIe-XVIIIe siècles), Paris/Québec, Belin/Presses de l’Université Laval, 1991 ; Yves Landry, Orphelines en France pionnières au Canada. Les filles du roi au XVIIe siècle, 1992 ; Robert Larin, La contribution du Haut-Poitou au peuplement de Nouvelle-France, Moncton, Éd. d’Acadie, 1994 ; Gervais Carpin, Le Réseau du Canada. Étude sur le mode migratoire de la France vers la Nouvelle-France (1628-1662), Paris/Sillery, Presses de l’Université Paris-Sorbonne/Septentrion, 2001 ; Leslie Choquette, De Français à paysans. Modernité et tradition dans le peuplement du Canada français, Paris/Sillery, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne/Septentrion, 2001.

64 Bruce G. Trigger, Les Indiens, la fourrure et les Blancs français et Amérindiens en Amérique du Nord, Montréal/Paris, Boréal/Seuil, 1990 p. 16.

65 Ibid., p. 54 ; du même auteur: « Champlain, Judged by His Indien Policy : A Different View of Early Canadian History », Anthropologica, 1971 ; The Children of Aataentsic: A History of the Huron People to 1660, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1976.

66 Cornelius Jaenen, Les relations franco-amérindiennes en Nouvelle-France et en Acadie, Ottawa, Affaires indiennes, 1985 ; Denys Delâge, Le pays renversé. Amérindiens et Européens en Amérique du Nord-Est 1600-1664, Montréal, Boréal, 1991 ; Alain Beaulieu, Les Autochtones du Québec, Québec, Musée de la Civilisation, 1997 ; Laurier Turgeon, Patrimoines métissés. Contextes coloniaux et post-coloniaux, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/Éd. de la MSH, 2003 ; Gilles Havard, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’en Haut 1660-1715, Québec/Paris, Septentrion/Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003 ; Georges E. Sioui, Pour une histoire amérindienne de l’Amérique, Québec, Presses de l’Université Laval, 1999 ; Les Hurons-Wendats : une civilisation méconnue, Québec, Presses de l’Université Laval, 1994.

67 Laurier Turgeon, « French Fishers, Fur Traders and Amerindians During The Sixteenth Century: History and Archeology », dans William et Mary Quarterly, 1998; « Basque-Amérindiens Trade in the Saint-Lawrence During the Sixteenth Century: New Documents, New Perspectives », dans Man in the Northeast, 1990; de Bernard Allaire, Pelleteries, manchons et chapeaux de castor. Les fourrures nord-américaines à Paris, op. cit., 1999.

68 Laurier Turgeon, « Pour redécouvrir notre XVIe siècle : les pêches à Terre-Neuve d’après les archives notariales de Bordeaux », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1986 ; d’autre part, de Bernard Allaire, Pelleteries, manchons et chapeaux de castor. Les fourrures nord-américaines à Paris, op. cit.

69 Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2006, p. 21-22.

70 Sébastien Lancereau, Réflexion sur le concept de l’Amérique française, Québec, Musée de la civilisation, 2003 ; Raymonde Litalien et Denis Vaugeois (dir.), op. cit.

71 Marcel Fournier, Les Bretons en Amérique française 1504-2004. Cinq siècles de présence bretonne en Amérique du Nord, Rennes, Éd. Les Portes du Large, 2004.

72 Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (dir.), op. cit., p. 13.

73 J. L. Granatstein, Who Killed Canadian History?, Toronto, Harper-Collins, 1998.

74 Raymonde Litalien, « Historiographie de Samuel Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois (dir.), op. cit., p. 14.

75 Ibid.

76 Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989 ; Eric Hobsbawm et Erence Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

77 Cet article a été rédigé avant la parution du livre de Mathieu d’Avignon, Champlain et les fondateurs oubliés. Les figures du père et le mythe de la fondation, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008. L’auteur n’a donc pas pu traiter de cet ouvrage qui témoigne bien du fait que Champlain et la fondation de Québec restent des sujets d’actualité et continuent à susciter de nouvelles interprétations.

Table des illustrations

Légende Jacques Cartier (1491-1557)Le peintre canadien Théophile Hamel, ayant séjourné à Paris de 1843 à 1846, s’inspire d’une copie du tableau réalisé en 1839 par le peintre français François Riss et conservé à Saint-Malo, pour exécuter en 1847 un dessin qui est lithographié par l’imprimerie L. Nagel à New York et largement répandu dans la population par la suite. La représentation de Cartier est purement imaginaire, puisqu’il n’existe aucun portrait de l’explorateur du Saint-Laurent en 1534.Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Michel Particelli d’Emery (1596-1650)Imprimée en 1654, cette gravure représente Michel Particelli d’Emery, contrôleur des finances et conseiller sous Louis XIII et Louis XIV. Elle sera remaniée pour devenir le « Portrait de Champlain ».Gravure par Balthazar Montcornet (1600-1668), peintre, graveur au burin et marchand d’estampes, 1654. Collection Bibliothèque et Archives Canada. © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Samuel de Champlain (c. 1570-1635)Tirée de la gravure de Montcornet, cette estampe de Samuel de Champlain, gouverneur général du Canada, est reconnue comme étant la source du « faux » portrait de Champlain ; éditée en 1854 par la Maison Massard à Paris et enregistrée la même année par P. L. Morin à Québec. À l’arrière-plan, une vue de Québec puisée à une autre source.« Samuel de Champlain, gouverneur général du Canada », Ducornet, c. 1900. Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P600, S5, PLC4.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Monument à Samuel de Champlain à QuébecÉrigé en 1898, à la suite d’une souscription publique présidée par le juge Alexandre Chauveau (1847-1916), président de la Commission du Monument Champlain. Œuvre du sculpteur français Paul Chevré et de l’architecte Paul A. Le Cardonnel, de Paris. Les armes du Canada, du Québec et de Brouage figurent sur le monument.Carte postale imprimée par Illustrated Postcard Co., Montréal, c. 1900. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Statue de Champlain, OttawaLa statue de Samuel de Champlain, œuvre du sculpteur canadien Hamilton MacCarthy, est inaugurée à la Pointe Nepean, à Ottawa, le 27 mai 1915. L’historien Benjamin Sulte fut le modèle du personnage de Champlain, qui tient dans sa main tendue un astrolabe, symbole de l’activité de l’explorateur — malencontreusement tenu à l’envers ! On a d’ailleurs trouvé en août 1867 un astrolabe sur la rive du lac Green, que Champlain avait exploré en 1613 ; on présume que c’était le sien. En effet, Champlain rapporte dans ses relations qu’il l’avait perdu au cours d’un voyage. L’éclaireur algonquin ayant guidé Champlain lors de l’exploration de la rivière Outaouais a été ajouté à la base du piédestal du monument en 1917.Photographie non attribuée. Collection Guy Martinière.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Le prince de Galles passant sous l’Arc de triomphe cérémonial lors de son arrivée à Québec, juillet 1908Cet événement mémorable eut lieu à l’occasion des fêtes du 300e anniversaire de l’établissement de Samuel de Champlain à Québec.À l’époque, la France, républicaine et laïque, est mal perçue par les autorités politiques et religieuses du Québec. Un amiral de la flotte française, à la barre du navire Léon Gambetta, représente alors l’héritage de la France au Canada.Collection Bibliothèque et Archives Canada, PA020835.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Monument à Samuel de Champlain érigé au lac ChamplainAfin de commémorer le tricentenaire de l’exploration du lac Champlain, un monument en forme de phare, œuvre des architectes Dillon McLennan et Beadel, est érigé à Crown Point en 1912. Le bronze ornant le monument, œuvre du sculpteur américain Carl Auguste Hébert, représente Champlain avec à ses côtés un Amérindien et un explorateur européen. Un bas-relief en bronze intitulé La France, exécuté par le sculpteur français Auguste Rodin, complète la base du monument ; il est offert par le Comité France-Amérique la même année.© Dan Kelly.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Monuments à Samuel de Champlain (2004) et à Jacques Cartier (1934), Place du Canada, ParisLe buste de Samuel de Champlain est l’œuvre du sculpteur canadien Alfred Laliberté (c. 1930). Il est érigé en 2004, à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de l’Acadie, à l’initiative du sénateur Serge Joyal et grâce à la contribution financière de la firme Power Corporation du Canada. Laliberté s’est manifestement inspiré du portrait de Champlain popularisé par la gravure et le tableau du peintre Théophile Hamel. Un monument semblable a été érigé la même année à Port-Royal, en Nouvelle-Écosse, et à Brouage, en Saint-Onge.Tout près s’élève le monument à Jacques Cartier, œuvre du sculpteur français François Drivier, érigé en 1934 par le Comité France-Amérique à l’occasion du 400e anniversaire de l’exploration du Saint-Laurent par le célèbre navigateur malouin. Un exemplaire identique est installé la même année à Montréal, sur le tablier du pont du Havre, à la sortie de l’île Sainte-Hélène, renommé pour l’occasion « pont Jacques-Cartier ».Photographie de Sébastien Payet. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Médaille de bronze commémorant le premier voyage du Champlain, le 18 juin 1932Navire construit en 1931 par les chantiers et ateliers de Saint-Nazaire, comportant plus de 623 cabines de passagers et desservant la ligne Le Havre– Southampton– New-York pour la Compagnie générale transatlantique (ligne française de transport maritime créée en 1861 qui desservait aussi le Canada). La mission Jacques-Cartier arrivera de France à bord du Champlain en 1934. Le navire coulera le 17 juin 1940, après avoir heurté une mine près de La Pallice (port industriel de La Rochelle). À l’avers de la médaille, le personnage de Champlain fièrement debout devant la Ville de Québec.Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Monument de Pierre Dugua, sieur de Mons (c. 1558-1628)C’est en 1904 que le gouvernement canadien fait ériger, près du fort Sainte-Anne à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, le premier monument à Pierre Dugua de Mons, qui a dirigé l’expédition à l’origine de l’établissement de Port-Royal, en Acadie, en 1604. Le monument est l’œuvre du sculpteur canadien Hamilton MacCarthy. Lieutenant-général du Canada et huguenot, Dugua de Mons fait armer à ses frais deux navires, le Lévrier et le Don-de-Dieu, pour conduire Champlain et les engagés vers Québec, en 1608. On devra attendra jusqu’au 3 juillet 2007 pour qu’un monument à sa mémoire soit érigé à Québec, sur l’ancienne terrasse Saint-Denis qui porte aujourd’hui son nom. Comme pour Champlain, il n’existe aucun portrait authentique de Dugua.Carte postale, c. 1910, imprimée par Valentine & Sons Co. Ltd. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

Auteur

Historien et doyen honoraire de la Faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines de l’Université de La Rochelle. Il est spécialiste des relations culturelles et scientifiques entre le Brésil, le monde lusophone et la France. Il a publié Le Nouveau Monde et Champlain (2008, en collaboration avec Didier Poton) et D’un rivage à l’autre : villes et protestantisme dans l’aire atlantique, XVIe-XVIIe siècles, actes du colloque organisé à La Rochelle, 13-14 novembre 1998 (avec Didier Poton et François Souty de l’Université de La Rochelle, 2002) ; Aspects de la coopération franco-brésilienne : transplantation culturelle et stratégie de la modernité (1982) ; et France-Brésil, vingt ans de coopération (1989).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search