Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 4. Les relations culturelles entre la France et le Canada (1760-1960)

Fernand Harvey

Texte intégral

Les peuples se ressentent toujours de leur origine.
Alexis de Tocqueville, 1835

La culture canadienne-française ne doit qu’aux Canadiens français de survivre et de fructifier. Ni empruntée ni parasite, et autrement que la nôtre, mais exactement au même titre que la nôtre, elle est française de plein droit.
Étienne Gilson, Le Monde, 1946

  • 1 L’auteur remercie Claude Galarneau, ainsi que son épouse, Sophie-Laurence Lamontagne, Gilles Gallic (...)

1Compte tenu d’une longue histoire commune, les relations culturelles entre la France et le Canada sont particulières1. Suivre le fil d’Ariane de ces relations tout au long des deux siècles qui séparent la Conquête anglaise de la Révolution tranquille oblige à s’adapter au contexte historique en constante évolution, d’où la nécessité de regrouper les faits en fonction de périodes plus restreintes. Par ailleurs, il existe deux grandes approches du phénomène culturel : la première, familière aux anthropologues, qui fait référence aux modèles de comportement, aux idéologies et aux visions du monde, et la seconde, qui s’intéresse davantage aux œuvres et à l’ensemble des institutions artistiques, littéraires et scientifiques. Il va sans dire que ces deux approches sont reliées, malgré le fait que l’art a toujours réclamé son autonomie par rapport au milieu ambiant.

2L’étude des relations culturelles entre la France et le Canada exige de tenir compte du contexte politique qui prévaut dans chacun des deux pays au cours des moments-clés de leur histoire, ainsi que de l’évolution des relations diplomatiques officieuses ou officialisées qui en découlent. Ces relations peuvent aussi être étudiées en fonction des perceptions de soi et de l’Autre. Comment les images respectives de la France au Canada français et celle du Canada en France évoluent-t-elles avec le temps ? L’analyse de la politique et des idéologies permet, de toute évidence, une meilleure compréhension des échanges sur le plan de ce qu’on pourrait appeler la culture instituée. Il convient à cet égard d’examiner la nature des voyages effectués par les élites culturelles, de part et d’autre de l’Atlantique, ainsi que les écrits relatifs à leur séjour et les réseaux formés en fonction des affinités artistiques, littéraires ou idéologiques tout autant entre les individus qu’au sein des associations et des institutions. Finalement, au-delà de cette reconnaissance du terrain, ne conviendrait-il pas de poser la question fondamentale concernant la nature et les caractéristiques de cette relation entre la France et le Canada français avant la Révolution tranquille ?

Le maintien des liens avec la France en dépit d’une conjoncture défavorable (1760-1815)

3Au cours de la période qui s’étend de 1760 à 1815, les relations culturelles entre la France et la petite colonie canadienne de la vallée du Saint-Laurent s’inscrivent dans le cadre d’importants bouleversements politiques, militaires et idéologiques qui ne seront pas sans influer sur la nature et la perception de ces relations.

Des relations sociales, malgré un contexte difficile

  • 2 Claude Galarneau, La France devant l’opinion canadienne (1760-1815), Québec, Presses de l’Universit (...)

4Un important courant historiographique a longtemps perçu la Conquête anglaise et la Cession française comme une rupture radicale des liens entre les Canadiens et la France, compte tenu du départ d’une partie importante des élites de la colonie vers l’ancienne métropole. Les études pionnières de Claude Galarneau sur les relations culturelles entre la France et le Canada ont nuancé cette perception en démontrant que les liens entre les deux sociétés n’avaient jamais été véritablement rompus. Le retour en France d’une partie de la noblesse et de la bourgeoisie canadiennes a plutôt favorisé le maintien de relations épistolaires, ainsi qu’un va-et-vient avec le Canada auquel le gouvernement britannique n’a pas fait obstacle, du moins jusqu’en 1793. On peut même se demander, comme le fait Claude Galarneau, si de telles relations régulières avec la France auraient pu se maintenir au fil des années, n’eût été la présence de ces élites canadiennes en France2. À ces relations épistolaires entre les grandes familles de part et d’autre de l’Atlantique, viennent s’ajouter celles du clergé et des communautés religieuses canadiennes avec leur vis-à-vis français, comme c’est le cas pour les ursulines de Québec, les sulpiciens de Montréal et les prêtres du Séminaire de Québec.

5Paradoxalement, les communications entre la France et son ancienne colonie se sont améliorées à partir de 1764 du fait que le courrier mettait désormais deux mois à parvenir à Québec en été via le Saint-Laurent et trois mois en hiver, via New York, de sorte que les nouvelles circulaient durant toute l’année. Sous le Régime français, la colonie demeurait isolée durant les six mois du long hiver. À cette amélioration des communications vient s’ajouter l’introduction de la presse écrite, interdite sous le Régime français. La Gazette de Québec, fondée en 1764, diffuse les idées des Lumières et présente sous un œil favorable la Révolution française jusqu’en avril 1793 après l’exécution de Louis XVI. On observe une tendance analogue à la Gazette de Montréal, fondée en 1778 par Fleury Mesplet, un immigrant français venu de Philadelphie.

6La radicalisation de la Révolution et la déclaration de guerre de la France contre l’Angleterre provoquent un changement complet de l’opinion canadienne à l’égard de la France dont on plaint maintenant « les égarements ». Les autorités coloniales britanniques, de leur côté, n’auraient pas toléré une quelconque sympathie à son endroit. De cette perception négative de la Révolution naîtra l’idée de « la conquête providentielle », lancée par le juge William Smith en 1789 et reprise cinq ans plus tard par Mgr J.-O. Plessis. Cette idée fera la fortune des milieux conservateurs et ultramontains jusqu’au milieu du XXe siècle.

L’impact culturel des prêtres émigrés

7Si les Canadiens ont été empêchés de se rendre en France de 1793 à 1815, ils ont accueilli, en revanche, une quarantaine de prêtres émigrés français, réfugiés à Londres après avoir fui la Révolution. Une fois établis au Canada, leur influence sur la vie religieuse et culturelle sera considérable au cours de la première moitié du XIXe siècle.

8En 1791, le clergé de l’imposant diocèse de Québec — qui couvrait alors l’ensemble du territoire canadien — ne comptait que 140 prêtres pour un total de 150 000 catholiques. C’est pourquoi l’arrivée des prêtres émigrés a permis d’en augmenter d’un quart les effectifs. Mais bien davantage que leur nombre, c’est la qualité de la formation de ces prêtres français, jeunes pour la plupart, ainsi que l’impact à long terme de leur influence culturelle et idéologique qu’il faut souligner. Répartis principalement à Québec, Montréal et Trois-Rivières, mais aussi en pays de mission au Saguenay, dans le golfe Saint-Laurent, en Acadie ou dans le Haut-Canada, ils ont été affectés, tantôt au ministère paroissial ou à l’administration diocésaine, tantôt à l’enseignement classique ou à la théologie. Le poids de leur influence augmente encore en considérant que bon nombre occupent des postes importants, tels que vicaire général, curés de paroisses, aumôniers de communautés religieuses ou directeurs de collèges classiques. On peut citer l’exemple de l’abbé Jean Raimbault, l’un des douze prêtres orientés vers l’enseignement qui fonde le Collège de Nicolet, en plus d’en assumer la direction durant 35 ans. De son côté, l’abbé de Calonne exerce son ministère paroissial dans la région de Trois-Rivières où il jouit d’une haute considération.

  • 3 Guy Laperrière, « Les communautés religieuses françaises au Québec (1792-1914) », dans Yvan Lamonde (...)

9Et que dire des sulpiciens ! À Montréal, depuis le décès de monsieur Montgolfier en 1791, il ne restait plus qu’un seul sulpicien français. L’arrivée de 18 émigrés marque donc un nouveau départ pour cette association de prêtres séculiers. Six d’entre eux se consacrent de façon prioritaire à l’enseignement au Collège de Montréal. Ils forment ainsi deux générations d’avocats, de notaires, de médecins, de commerçants et de prêtres. De plus, des prêtres canadiens éduqués « à la française » fondent, à leur tour, de nouveaux collèges classiques à Saint-Hyacinthe, Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Sainte-Thérèse de Blainville et à l’Assomption3.

L’abbé Jacques-Ladislas-Joseph de Calonne (1743-1822)
Né en 1743 à Douai, l’abbé Calonne, chanoine à la cathédrale de Courtrai, est le frère de Charles-Alexandre de Calonne, ministre des Finances de Louis XVI de 1784 à 1787. Réfugié en Angleterre, il émigre au Canada en 1804 et dessert les Acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard. Il devient aumônier des Ursulines de Trois-Rivières en 1807 et le sera jusqu’à son décès en 1822. Il lègue aux Ursulines sa bibliothèque et sa collection d’œuvres d’art, dont un portrait de Louis XV.
Portrait par Louis Dulongpré, début XIXe siècle, © Musée des Ursulines à Trois-Rivières.
Armoiries de la Famille de Calonne. Collection Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

10Certains de ces prêtres émigrés jouent également un rôle non négligeable dans le développement des arts, en particulier l’abbé Philippe-Jean-Denis Desjardins et son frère, l’abbé Louis-Joseph Desjardins, avec l’envoi de 180 tableaux d’art religieux ramenés de France à Québec, en 1817 et 1820, œuvres qui ont un impact certain comme on le verra plus loin. Du côté missionnaire, on ne saurait passer sous silence l’influence sociale et culturelle considérable exercée par Jean Sigogne auprès des Acadiens du Nouveau-Brunswick pendant 45 ans.

  • 4 Claude Galarneau, « Desjardins, Philippe-Jean-Louis », Dictionnaire biographique du Canada, t. 6, Q (...)

11Dès lors, on ne peut que souscrire à l’affirmation de Claude Galarneau, selon qui « ces prêtres ont été l’un des plus importants supports de la culture française chez les Canadiens durant 60 ans4 ». Comme ils devaient tout à l’Angleterre, ils ne pouvaient que prôner la loyauté à la couronne britannique et adopter des positions idéologiques contre-révolutionnaires. Toutefois, leur apport à l’élaboration d’une culture canadienne-française n’en est pas moins considérable.

La circulation du livre français au Canada

  • 5 Maurice Lemire (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 1 (1764-1805), Québec, Presses de l’Univer (...)

12D’autres aspects permettent d’évaluer la nature des relations culturelles entre la France et le Canada français au cours de cette période difficile qui s’étend de 1760 à 1815. La circulation du livre français constitue, à cet égard, un fait important, malgré certaines limitations. Avant 1815, l’importation de livres français dans le Bas-Canada doit obligatoirement passer par Londres, ce qui n’est pas sans ralentir le processus et marquer un décalage par rapport aux nouveautés parues en France. De plus, le commerce du livre demeure presque exclusivement entre les mains de marchands anglais. L’essor des librairies de langue française, tant à Québec qu’à Montréal, ne débute véritablement qu’à partir des années 1830. Des études ont pu démontrer que les livres français vendus au Canada avant 1815 sont surtout ceux d’auteurs du XVIIIe siècle et que, de ce fait, la colonie « est en contact avec la vie culturelle française à retardement5 ». L’attrait pour les philosophes des Lumières se maintient et Rousseau, Voltaire et Montesquieu demeurent des auteurs populaires, tant en français qu’en anglais.

  • 6 Réjean Lemoine, « Le commerce du livre et la lecture à Québec avant 1839 », dans Yvan Lamonde et Gi (...)
  • 7 Michel Verrette, L’alphabétisation au Québec, 1660-1900 : en marche vers la modernité culturelle, S (...)

13De 1764 à 1839, des quelque 13 000 titres de livres offerts au public par l’entremise de la publicité dans les journaux de la ville de Québec, le livre français comptait pour 40 % du total, le livre anglais pour l’équivalent, le livre américain pour 4 % et le livre canadien pour à peine 8 %6. À une époque où le taux d’analphabétisme au sein de la population est très élevé, l’achat de livres et la lecture demeurent le privilège des élites, tant laïques que religieuses7.

Les relations artistiques

  • 8 Claude Galarneau, La France…, op. cit., p. 155.

14Si les relations artistiques se caractérisent par leur modestie, quelques artistes canadiens vont néanmoins se perfectionner en France. François Beaucourt est le premier peintre canadien à suivre cette voie en allant étudier à Bordeaux, en 1773, avant de se fixer à Montréal une vingtaine d’années plus tard. François Baillargé, de son côté, mieux connu à Québec pour ses réalisations en architecture, s’inscrit à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, de 1778 à 1781. Laurent Amiot (1764-1839), quant à lui, passe six ans en France pour se perfectionner dans le métier d’orfèvre. En sens inverse, au moins deux portraitistes français, Louis Dulongpré et Louis-Chrétien de Heer, viennent s’établir à Montréal après la Révolution américaine8. Cette liste ne serait pas complète sans mentionner le nom de Joseph Quesnel, un immigrant venu s’établir à Québec avant la Révolution française qui est l’auteur du premier opéra-comique canadien. Colas et Colinette est en effet joué pour la première fois à Québec en 1805, puis à Montréal, deux ans plus tard.

15En somme, il n’y aurait jamais eu de rupture complète des relations culturelles entre la France et le Canada après le traité de Paris de 1763. Malgré une conjoncture politique difficile, les liens se sont maintenus grâce à un va-et-vient des grandes familles canadiennes et à leur correspondance privée. À cela s’ajoutent l’importation de livres français, l’information sur la situation politique française rapportée dans les journaux canadiens, l’impact culturel des prêtres émigrés, le séjour en France de quelques artistes canadiens et l’immigration au Canada de leurs homologues français. Le mouvement ainsi amorcé relève, pour l’heure, de réseaux personnels ; il va se poursuivre et s’élargir considérablement au cours du XIXe siècle.

À la recherche d’une reconnaissance du Canada français par la France (1815-1855)

16La fin des guerres napoléoniennes ouvre de nouvelles perspectives. Cependant, jusqu’au milieu du XIXe siècle, on assiste essentiellement à une demande de reconnaissance du fait français au Canada de la part des élites politiques et culturelles. La France, de son côté, ignore tout de la situation politique et culturelle de son ancienne colonie et préfère se tenir à l’écart de tout geste de rapprochement pouvant porter ombrage à ses relations avec la Grande-Bretagne.

Le « Code Napoléon », 1804
Le Code civil, ou « Code Napoléon », est promulgué par Bonaparte le 21 mars 1804. Il est le résultat de quatre années d’études et de débats impliquant des légistes de renom, dont Portalis, Maleville, Bigot de Préameneu et Tronchet. Il servit de base au travail des codificateurs canadiens francophones et anglophone qui rédigèrent le Code civil du Bas-Canada adopté par le Parlement du Canada-Uni en 1866, et connu aussi au Québec sous le nom populaire de « Code Napoléon ».
Édition originale du Code civil (1804). Collection de La Cohorte, Revue de la Société d’entraide des membres de la Légion d’honneur, no 192, mai 2008, p. 20.

L’émergence du Canada français

17Qu’étaient donc devenus ces 60 000 colons de 1760 depuis longtemps oubliés par l’ancienne mère patrie ? Leur progression démographique est spectaculaire au XIXe siècle. La population du Bas-Canada totalisait déjà 150 000 habitants en 1790, puis 427 000 en 1820, pour atteindre près de 900 000 habitants en 1851, cela sans compter les Acadiens des provinces maritimes. Les effectifs des professions libérales se multiplient à la faveur de l’introduction des institutions parlementaires et des progrès de l’économie. Un système scolaire est mis sur pied après 1840 et le Québec compte déjà une douzaine de collèges classiques fondés dans la première moitié du XIXe siècle, ainsi que des écoles de droit et de médecine qui s’intégreront à l’Université McGill, fondée en 1821, et à l’Université Laval, fondée en 1852. Dans un tel contexte, les besoins du Canada français dans le domaine de l’éducation et de la culture sont grands et les institutions naissantes, encore trop jeunes pour assurer d’elles-mêmes un encadrement adéquat.

Les séjours de Canadiens en France

  • 9 Claude Galarneau, « Les Canadiens en France (1815-1855) », Les Cahiers des Dix, vol. 44, 1989, p. 1 (...)

18À partir de 1815, on note une reprise des voyages de Canadiens en France. Il s’agit, cette fois, de la nouvelle élite professionnelle et cléricale, différente des grandes familles canadiennes d’avant 1793. Claude Galarneau a pu ainsi établir que plus de 250 Canadiens de langue française ont fait la traversée, certains à deux ou trois reprises, pour un total de 265 voyages, de 1815 à 18559.

19Cinq catégories de personnes font le voyage en France. Les ecclésiastiques, au nombre de 65, incluent les évêques de cette période en route pour Rome et qui font un arrêt à Paris. Mgr Octave Plessis est le premier à entreprendre un tel voyage en 1819. Mgr Bourget, pour sa part, séjourne à trois reprises en France dans le but de recruter des communautés religieuses d’hommes et de femmes pour son diocèse de Montréal. Parmi le groupe d’ecclésiastiques, on compte aussi une douzaine de sulpiciens de Montréal qui vont faire la Solitude à Issy, des prêtres du Séminaire de Québec en mission pour leur institution et quelques curés de paroisse plus fortunés.

Représentation allégorique du Bas-Canada
Cette estampe du « Québec (Canada) » a été exécutée par le lithographe Alfred Léon Lemercier (1776-1860) à Paris, d’après un dessin d’Henri (Pierre Louis) Grevedon daté de 1830. Le Québec, à l’époque connu sous le nom de Bas-Canada, est représenté sous les traits d’une jeune femme créole arborant des vêtements et bijoux qui rappellent les costumes amérindiens, tels les longs pendants d’oreilles à perles, les broderies ornant la robe et le liseré de la veste.
Lithographie de Lemercier, Paris, Aumont, rue J.-J. Rousseau, no 10 – Tessari et Cie, rue du Cloître, N.D. no 4. Collection de l’honorable Serge Joyal.

20Du côté des 68 hommes d’affaires, on trouve une bonne vingtaine de libraires ou imprimeurs, dont Augustin Germain, E.-R. Fréchette et Octave Crémazie, de Québec, et Édouard-Raymond Fabre, de Montréal. Les intellectuels et les aventuriers totalisent 48 personnes, attirées en France par la vie culturelle ou le goût des voyages. Certains sont des fils de bonne famille, d’autres des membres de la noblesse ou des avocats, dont le plus connu est sans conteste Amable Berthelot, un riche avocat de Trois-Rivières, amateur de beaux livres. François-Xavier Garneau fait également son premier voyage en France dès 1831, à l’âge de 22 ans.

21Quant aux hommes politiques, ils sont nombreux à séjourner en France pour diverses raisons. Louis-Joseph Papineau y effectue un premier voyage en 1823 et y retournera à titre d’exilé politique, de 1839 à 1845, alors qu’il cherchera en vain à gagner des appuis politiques à la cause des Canadiens français encore sous l’effet dévastateur du rapport Durham. Parmi les hommes politiques connus de l’époque, il faut citer les noms de Louis-Hyppolite Lafontaine, Denis-Benjamin Viger, Joseph-Charles Taché, Louis-Antoine Dessaules, ainsi que Georges-Barthélemi Faribault, aide-greffier à la Chambre d’Assemblée.

  • 10 Ibid., p. 148-153.

22Le cas des 63 étudiants canadiens en France est particulièrement intéressant. De ce nombre, 47 sont en médecine et souhaitent parfaire leur formation dans les institutions parisiennes, lesquelles jouissent alors d’une grande réputation à l’étranger. Cette tradition des études en France pour les médecins du Québec va d’ailleurs se poursuivre jusqu’au XXe siècle. Une autre tradition apparaît : celle d’un séjour dans les ateliers d’artiste et dans les écoles de beaux-arts pour les peintres et sculpteurs québécois, même si leur présence en France n’est pas aussi importante que celle des médecins10. Inspiré sans doute par ses prédécesseurs, le peintre Antoine Plamondon quitte Québec en 1826 et passe quatre ans à l’atelier parisien de Paulin-Guérin dans le but de perfectionner son art.

Les Français et l’éveil culturel du Canada

  • 11 Marcel Fournier, Les Français au Québec, 1765-1865 : un mouvement migratoire méconnu, Sillery, Édit (...)
  • 12 Laurier Lacroix, « Les tableaux Desjardins, du pillage révolutionnaire à la sauvegarde du patrimoin (...)

23La venue dans le Bas-Canada de visiteurs ou immigrants français, en petit nombre il est vrai, contribue à y vivifier la vie culturelle11. Dans le domaine de l’art, le fonds de 180 tableaux expédiés de Paris à Québec par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins a manifestement marqué l’histoire de l’art canadien. Achetées à l’encan, ces toiles évoquant en majorité des sujets religieux et quelques sujets profanes — jadis dérobées dans les églises et couvents de la région parisienne lors de la Révolution — sont mises en vente à Québec en 1817 et 1820. S’en porteront acquéreurs le Séminaire de Québec, le Couvent des ursulines et certaines fabriques paroissiales de la région. Le peintre canadien Joseph Légaré en achète pour sa part une trentaine. Si le fonds de tableaux Desjardins a eu une telle importance, cela tient au fait qu’il a, en quelque sorte, servi d’instrument didactique pour les peintres locaux qui ont pu s’adonner à l’art de la copie et perfectionner leur technique, tout en se familiarisant avec des courants esthétiques plus variés12.

  • 13 Claude Galarneau, « Vattemare, Nicolas-Marie-Alexandre », Dictionnaire biographique du Canada, t. 8 (...)

24Le commerce et la diffusion du livre, ainsi que le journalisme contribuent aussi au développement culturel du Bas-Canada. Après Fleury Mesplet, propagandiste de la philosophie des Lumières à Montréal, au cours des années 1780, un autre journaliste immigré fait sa marque, cette fois à Québec ; Napoléon Aubin fonde Le Fantasque en 1837, un journal satirique qui connaît une large diffusion au cours de ses 12 années d’existence. Par ailleurs, la venue à Montréal et à Québec du philanthrope Alexandre Vattemare, en 1840-1841, suscite beaucoup d’enthousiasme auprès de la classe politique, de la presse locale et de la population en général avec son projet de fonder, dans les deux villes, un institut qui regrouperait sous un même toit une bibliothèque publique et les associations culturelles du milieu. Son projet est repris en 1844 par un groupe de jeunes intellectuels qui fondent l’Institut canadien de Montréal. Leur geste sera imité à Québec, quatre ans plus tard. De son côté, Vattemare, une fois de retour en France, multiplie les démarches afin d’établir un réseau culturel entre les élites du Canada français et certains écrivains, archivistes et hommes politiques français13.

Alexandre Vattemare (1796-1864)
Ventriloque et philanthrope français, promoteur de bibliothèques publiques et d’instituts culturels en Europe et en Amérique du Nord. On le considère comme le créateur du premier système d’échange culturel international. Il visite plusieurs villes d’Amérique du Nord à partir de 1839 et sa vision de la culture contribue à la naissance de la Boston Public Library, première grande bibliothèque publique américaine. Son passage à Montréal et à Québec, en 1840-1841, suscite l’enthousiasme et inspire la fondation de l’Institut canadien de Montréal en 1844 et celui de Québec, quatre ans plus tard.
Huile sur toile, École française, 1826. Crédits photo : BAVP/Mairie de Paris.

  • 14 Gilles Gallichan, « La page avant la voile : le livre et l’imprimé dans les relations France-Québec (...)

25Le livre et l’imprimé de langue française occupent désormais une place centrale dans le développement des liens culturels avec la France. Le public canadien est régulièrement informé de l’évolution de la situation en France par l’intermédiaire des journaux de Montréal et de Québec qui reprennent les nouvelles qui leur parviennent maintenant régulièrement des journaux français. De la même façon, ce même public est mis au courant des dernières parutions de livres français en histoire et en littérature. Bien que les bibliothèques publiques tardent à se développer au Canada français à cause du clergé soucieux de s’assurer le contrôle des « bonnes lectures », par opposition à celles jugées dangereuses pour la morale, le livre français circule néanmoins. On retrouve un bon fonds d’ouvrages français à la bibliothèque de la Législature, grâce au zèle de Georges-Barthélemi Faribault, et cela, malgré les deux incendies successifs de 1849 et de 1854 qui nécessitent de reconstituer les collections14.

  • 15 Jean-Louis Roy, Édouard-Raymond Fabre libraire et patriote canadien (1799-1854), Montréal, Hurtubis (...)

26Les librairies connaissent un essor considérable. Dans la seule ville de Québec, on n’en comptait que quatre en 1840 ; ce nombre passe à dix-huit en 1867, dont celle des frères Joseph et Octave Crémazie, fondée en 1833. À Montréal, le libraire Édouard-Raymond Fabre établit des liens d’affaires et familiaux privilégiés avec la librairie Bossange de Paris, dès son premier voyage en France en 182315.

  • 16 Guy Laperrière, op. cit., p. 312-313.

27De son côté, l’Église catholique se réorganise après l’échec des Rébellions de 1837 et 1838 et assure progressivement, et pour longtemps, son leadership moral et culturel au sein de la société canadienne-française. La tournée triomphale de prédication de l’évêque de Nancy, Mgr de Forbin-Janson, dans les paroisses du Haut et du Bas-Canada, en 1840-1841, annonce déjà un repositionnement social et idéologique du clergé au détriment des élites laïques des années 1830. En 1844, les oblats s’établissent dans la région d’Ottawa, puis dans l’Ouest et le Nord canadien. Les jésuites sont aussi de retour au Canada. L’un des leurs, le père Félix Martin, fonde en 1848 le Collège Sainte-Marie à Montréal. D’autres communautés françaises répondent à l’appel de Mgr Bourget, dont les clercs de Saint-Viateur, les clercs de Sainte-Croix et les dominicains16. Cette montée en puissance de l’Église et l’orientation ultramontaine d’une bonne partie de son clergé ne seront pas sans marquer les relations culturelles entre la France et le Canada au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

Les vaines tentatives de reconnaissance culturelle du Canada français en France

  • 17 Isidore Lebrun, Tableau statistique et politique des deux Canadas, Paris, 1833.
  • 18 Yvan Lamonde, « L’exil dans l’exil : le séjour de Louis-Joseph Papineau à Paris (1839-1845) », dans (...)

28Avant 1855, l’existence du Canada français comme entité nationale est sous-estimée, voire inconnue en France. Alexis de Tocqueville, lors d’un bref séjour dans le Bas-Canada en 1831, n’en a dressé qu’une esquisse fort incomplète. Le premier Français à publier un ouvrage quelque peu substantiel sur le Canada est Isidore Lebrun, en 183317. Pour leur part, les journaux français prennent conscience de l’existence de leur ancienne colonie oubliée à l’occasion des Rébellions de 1837 et de 1838. Si un journal parisien comme Le National, d’orientation libérale et radicale, éprouve quelque sympathie pour les patriotes en situant leur lutte dans le mouvement universel de libération des peuples, les journaux conservateurs et monarchistes ne cachent pas leur anglophilie et s’alignent sur la presse anglaise, considérant cette agitation comme un simple mouvement anarchique à condamner. Louis-Joseph Papineau, en exil à Paris, ne parvient pas à trouver de solides appuis politiques et diplomatiques pour impliquer la France dans les affaires du Canada18.

  • 19 Françoise Le Jeune, « Les relations France-Bas-Canada entre 1837 et 1855 : le Canada reconquis par (...)

29Par la suite, plusieurs Canadiens séjournant en France vont tenter d’éveiller les consciences à la cause du Canada français, sans trop de succès. L’un d’eux, Joseph-Guillaume Barthe, greffier à la Cour d’appel du Bas-Canada, se donne pour mission de faire connaître le Canada aux Français dans un livre publié à Paris en 1855 et intitulé : Le Canada reconquis par la France. Son plaidoyer maladroit en faveur de nouvelles relations culturelles et d’une politique d’émigration française au Canada ne soulève, au mieux, que sarcasmes. Il n’obtient pas plus de succès lorsqu’il s’adresse à l’Institut de France dans le but d’y affilier l’Institut canadien de Montréal19.

Le Canada redécouvert par la France (1855-1914)

30À partir de 1855, une conjoncture nouvelle ainsi que divers événements contribuent au développement d’un véritable mouvement de redécouverte du Canada en France. Des rapports s’établissent progressivement entre les deux sociétés sur les plans économique et culturel, du milieu du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale. Ces rapports seront marqués par les débats idéologiques qui agitent les deux sociétés.

Les nouvelles relations de la France avec le Canada

  • 20 Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), op. cit., p 191-259 ; Jacques Portes, L’impossible retour de l (...)
  • 21 Sylvain Gaudet, « Un prince Bonaparte au Québec : le séjour remarqué de Jérôme-Napoléon », Cap-aux- (...)

31L’historiographie a largement fait état de la portée symbolique rattachée à la venue à Québec de La Capricieuse, le 13 juillet 1855. Le commandant de Belvèze et son équipage reçoivent un accueil triomphal de la part de la population québécoise ; leur présence est perçue comme un geste politique et diplomatique annonçant la reprise quasi officielle des relations entre la France et son ancienne colonie. Du côté français, on le sait, ce voyage vise plutôt à établir des relations commerciales avec le Canada dans son ensemble20. En 1861, la visite officieuse à Montréal et à Québec du prince Jérôme-Napoléon, neveu de Napoléon III, contribue également au resserrement des liens entre la France et le Canada français, même si ses idées libérales et anticléricales suscitent l’hostilité du clergé21.

  • 22 Cité dans : Pierre Savard, « Les Canadiens français vus par les consuls de France à Québec et à Mon (...)

32Toujours dans le but de développer des relations commerciales entre les deux pays, le gouvernement français établit à Québec en 1859 un premier consulat, élevé au rang de consulat général dès 1862. Les titulaires successifs au poste de consul recevront des instructions leur enjoignant d’être très prudents et de ne rien entreprendre qui puisse porter ombrage aux relations entre Paris et Londres. Cette prudence n’empêchera pas la plupart des consuls français d’établir des relations cordiales avec les Canadiens de langue française. Malgré une communauté de langue et un attachement manifeste des Canadiens à l’égard de la France, les consuls français prennent conscience d’une identité canadienne distincte. Le consul Kleczkowski, reprenant des propos analogues à ceux formulés par Gauldrée-Boileau quelques années auparavant, écrit dans un rapport que « les Canadiens, très français vis-à-vis des Anglais, nos amis pour la plupart, ne sont plus, vis-à-vis des Français que des Canadiens tout court22 ».

Statue de Bellone couronnant le Monument aux Braves, Québec
Les « Braves » sont ces soldats français et anglais tués lors de la bataille de Sainte-Foy, le 28 avril 1760, conduits par les généraux français Lévis et britannique Murray. Érigé à l’initiative de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec à compter de juin 1855, selon les plans de l’architecte-ingénieur Charles Baillargé, le monument en forme de colonne de fonte dorique est surmonté de la statue de Bellone, déesse romaine de la guerre, mesurant près de 3 mètres de hauteur, offerte par le prince Jérôme Napoléon à la suite de sa visite à Québec en 1861. Cette statue sera inaugurée le 19 octobre 1863 par le gouverneur général du Canada Lord Monk.
Inauguration de la statue de Bellone couronnant le Monument aux Braves à Québec, 19 octobre 1863. Photographie non attribuée. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Les écrits sur le Canada en France

33Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, Français et Canadiens se redécouvrent mutuellement, encouragés par l’amélioration des traversées transatlantiques désormais assurées par des lignes régulières de bateaux à vapeur, même si avant 1885 il faut passer par Londres ou New York pour aller de la France au Canada. Mais c’est sans doute l’augmentation sans précédent du nombre de livres et d’articles consacrés au Canada en France qui témoigne de ce nouvel intérêt des Français.

  • 23 Sylvain Simard, Mythe et reflet de la France. L’image du Canada en France, 1850-1914, Ottawa, Press (...)
  • 24 Sylvain Simard, op. cit., p. 314-315. La Vérité, 28 juin 1884. Cité dans Pierre Savard, Jules-Paul (...)

34L’ouvrage de l’historien de la littérature Sylvain Simard permet de mieux évaluer l’ampleur de ces écrits ainsi que l’image qui s’en dégage. De 1850 à 1914, 663 livres ou brochures sont publiés en France concernant le Canada et à peu près autant d’articles. Cet intérêt marqué est particulièrement manifeste à partir de 1875 et se maintient jusqu’au début des années 1890, pour diminuer par la suite. De qualité inégale, ces ouvrages peuvent être regroupés en quatre grandes catégories : les études géographiques, sociales et politiques (39 %), l’histoire (25 %), les récits de voyage (19 %) et les ouvrages de fiction (17 %)23. Bien davantage que cet aspect quantitatif, c’est l’orientation idéologique des auteurs qui retient l’attention. Car si l’évocation d’un passé commun et d’une communauté de langue suscite un mouvement général de sympathie, la réalité canadienne est perçue en fonction du prisme des idéologies françaises. Sans trop de surprises, cette recherche aboutit à la conclusion que ce sont surtout les milieux traditionalistes, le plus souvent monarchistes et catholiques conservateurs, qui s’intéressent au Canada. D’où cette image d’un Canada français traditionaliste et campagnard qui finit par s’imposer dans l’opinion française et qui n’est pas étrangère au succès considérable du roman Maria Chapdeleine de Louis Hémon, après la Première Guerre mondiale24.

  • 25 Sylvain Simard, op. cit., p. 314-315. La Vérité, 28 juin 1884. Cité dans Pierre Savard, Jules-Paul (...)
  • 26 Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec 1896-1929, Montréal, Fides, 2004, p. 33-37.

35En contrepartie, la montée du laïcisme et de l’anticléricalisme sous la IIIe République marque le début d’une période d’incompréhension entre la France républicaine et le Canada français catholique en ce début du XXe siècle. Du côté canadien, la méfiance, voire l’hostilité des milieux conservateurs envers cette France républicaine émerge dès 1884 quand l’ultramontain Jules Tardivel distingue deux France : « la France catholique et la France impie25 ». Cette opposition idéologique entre les milieux libéraux et les milieux ultramontains se manifeste notamment à l’occasion de l’affaire Dreyfus26 et lors de l’adoption des lois Combes ; elle n’empêche pas pour autant le développement de relations culturelles par le biais de contacts personnels ou de réseaux associatifs, à défaut de relations politiques officielles. Le Canada demeure alors, est-il bon de le souligner, une colonie de la Grande-Bretagne qui ne dispose pas encore d’une politique extérieure autonome, malgré les velléités en ce sens sous le gouvernement de Wilfrid Laurier.

Le Canada et le Québec en France

  • 27 Pierre Savard, « Autour d’un centenaire qui n’eut pas lieu », dans Michel Grenon (dir.), L’image de (...)

36Alors que la France déménage son consulat à Montréal pour se rapprocher des milieux d’affaires anglophones en 1896, le Canada s’active de son côté sur la scène française pour mieux y faire connaître son potentiel économique, ses richesses naturelles et ses produits. Il participe activement aux expositions universelles qui se tiennent à Paris, d’abord en 1855 et en 1867, puis en 1878 et en 1900. Il s’abstiendra néanmoins d’être présent à l’Exposition de 1889 qui commémore le centenaire de la Révolution française, compte tenu des âpres polémiques suscitées entre les journaux libéraux et ultramontains du Québec concernant une éventuelle participation canadienne à l’événement27.

  • 28 Bernard Pénisson, « Le commissariat canadien à Paris (1882-1928) », Revue d’histoire de l’Amérique (...)

37Par ailleurs, l’un des facteurs essentiels pour expliquer le rapprochement diplomatique et culturel officieux entre la France et le Canada français tient aux nouvelles structures politiques canadiennes de 1867. Le fait que les Canadiens français contrôlent pour la première fois de leur histoire un gouvernement provincial à Québec — malgré des moyens financiers et des pouvoirs limités — va permettre à de nouvelles générations de politiciens de faire certains gestes en vue d’un rapprochement. Il est significatif que l’initiative canadienne d’établir des relations officieuses avec la France vienne du Québec. En 1882, le premier ministre Adolphe Chapleau crée le poste d’agent général de la Province de Québec à Paris et désigne le journaliste et libraire Hector Fabre comme premier titulaire. La mission de ce bureau à Paris poursuit des objectifs liés au commerce, à la colonisation et à l’immigration française au Canada. Nulle part n’est-il question de développer des échanges culturels à une époque où les États n’avaient pas encore de politiques articulées en ce sens. Dans les faits cependant, Fabre, qui connaît bien le milieu parisien, en particulier grâce à son alliance de longue date avec la famille Bossange, devient rapidement un intermédiaire incontournable pour les artistes et autres visiteurs canadiens de passage. La même année, Chapleau, devenu ministre à Ottawa, nomme aussi Fabre agent fédéral à Paris. Jusqu’à son décès en 1910, celui-ci cumulera les deux postes sans que cela semble poser de problème. Il faut préciser que Fabre n’a jamais été reconnu officiellement dans ses fonctions par le gouvernement français, pour qui l’ambassadeur anglais à Paris représentait l’ensemble de l’Empire britannique, incluant la colonie canadienne. La position française demeurera officiellement inchangée jusqu’aux années 192028.

Adolphe Chapleau (1840-1898)
Avocat et homme politique, premier ministre du Québec (1879-1882) et ministre du gouvernement fédéral (1882-1892). Convaincu de la nécessité de créer des liens avec la France, considérée comme l’une des deux mères patries du Canada, il nomme Hector Fabre agent du gouvernement du Québec à Paris, poste auquel il ajoute, peu de temps après, celui d’agent du gouvernement fédéral. Lors de sa visite à Paris, en 1882, Chapleau est fait commandeur de la Légion d’honneur.
Mortimer & Co. Litho. no 4 Snider Photo. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Un groupe de Canadiens en stage de perfectionnement à Paris, 1893
À la fin du XIXe siècle, nombreux sont les jeunes Canadiens de langue française qui effectuent des séjours prolongés en France dans le but de perfectionner leurs connaissances en art, en lettres ou en médecine. Le groupe ci-dessus inclut quelques médecins et plusieurs artistes. Première rangée : Maurice G. Cullen (1866-1934), Joseph-Charles Franchère (1866-1921), Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté (1869-1937) ; au centre, Joseph Saint-Charles (1868-1956), à sa gauche, Raymond Masson (1860-1944).
Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Joseph-Saint-Charles (P12), Ph12-102.

  • 29 Sylvain Simard et Denis Vaugeois, « Fabre, Hector », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, (...)

38Au cours des 18 années où il exerce son poste d’agent du Québec et du Canada à Paris, Hector Fabre ne néglige pas ses efforts pour faire connaître le Canada français en France. Il accueille aussi diverses personnalités canadiennes en visite en France dont Adolphe Chapleau (1882 et 1893), le curé Antoine Labelle (1885), Honoré Mercier (1888, 1891), Siméon Lesage (1895), Wilfrid Laurier (1897 et 1902), Israël Tarte (1899 et 1900) et Lomer Gouin (1907). Plusieurs de ces politiciens sont reçus par leurs homologues français et sont décorés de la Légion d’honneur. Fabre joue également un rôle actif au sein de la petite colonie canadienne à Paris. Il fonde un journal, leParis-Canada, dont il assume la direction avec l’aide de son fils Paul. Ce dernier « transforme les salons du commissariat en un véritable centre culturel qui rayonne dans tout le milieu artistique parisien29 ».

  • 30 Sylvain Simard, « Les visiteurs canadiens à Paris (1884-1908) », dans Yolande Grisé et Robert Major (...)

39Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les Canadiens sont de plus en plus nombreux à visiter la France. On peut mesurer l’ampleur du mouvement grâce au registre du Commissariat du Canada publié dans Paris-Canada, même si ces statistiques ne sont pas forcément complètes. De 1884 à 1890, ce registre comptabilise 888 noms. De 1891 à 1899, ce nombre passe à 3 746, pour atteindre 6 540 de 1900 à 1907. Au cours de la seule année 1900, 1 470 Canadiens inscrits dans le registre se trouvent à Paris à l’occasion de l’Exposition universelle. Le nombre de Québécois qui viennent en France pour y parfaire leur formation est aussi en progression. On y retrouve un fort contingent de médecins et de clercs, sans compter des écrivains, des intellectuels et des artistes. La colonie canadienne à Paris est assez nombreuse pour qu’on y célèbre la Saint-Jean-Baptiste à partir de 1887 et qu’on crée, en 1893, un club connu sous le nom de La Boucane qui rassemble les Canadiens ayant le mal du pays30.

  • 31 Laurier Lacroix, « Essai de définition des rapports entre la peinture française et la peinture cana (...)
  • 32 Laurier Lacroix, op. cit., p. 42-43.

40Parmi les Canadiens qui séjournent en France, les peintres forment un groupe important. L’historien de l’art Laurier Lacroix en dénombre 82, tant francophones qu’anglophones, qui étudient en France et en Europe, de 1850 à 1905. On les retrouve à l’École des beaux-arts de Paris et dans les académies, notamment à l’Académie Julian, où ils perfectionnent leur art dans des ateliers, sous la supervision des maîtres de la peinture académique. Les grands noms de l’art canadien y séjournent : les Napoléon Bourassa, Henri Beau, Maurice Cullen, James Wilson Morrice, Charles Huot, Louis-Phillippe Hébert, Alfred Laliberté, pour ne nommer que ceux-là. Les peintres canadiens exposent aussi une partie de leur production dans les salons de la capitale où leurs maîtres parisiens ont leurs entrées. Pour les 39 expositions annuelles organisées par le Salon officiel de Paris de 1870 à 1910, on a pu dénombrer 215 œuvres (huiles ou dessins) attribuées à une soixantaine de peintres canadiens31. En venant chercher en France une formation d’artiste et une certaine reconnaissance une fois de retour au pays, ces peintres québécois et canadiens font évoluer différents genres picturaux, car certains pratiquent la peinture de genre auprès des peintres académiques, d’autres, le portrait, inspirés par le courant néoclassique. Le paysage trouve aussi une nouvelle inspiration du côté de l’école de Barbizon et des impressionnistes32.

Louis Fréchette (1839-1908)
Poète, dramaturge, écrivain et homme politique, Louis Fréchette est élu député fédéral de Lévis (1874-1879). Il s’oriente ensuite vers le journalisme et la littérature. Il met son talent d’écrivain et ses idées libérales radicales au service du journal montréalais La Patrie, dirigé par Honoré Beaugrand. Son recueil de poèmes Les fleurs boréales lui mérite le prix Montyon de l’Académie française en 1880, une première pour un écrivain canadien-français. Lors d’un séjour de quelques mois en France en 1887, il publie La légende d’un peuple, sans doute son œuvre la plus connue et la plus achevée, où l’on peut reconnaître l’influence de son maître, Victor Hugo. Ses sympathies auprès des milieux républicains français lui vaudront l’hostilité des ultramontains au Québec.
Photo Montminy et Cie, c. 1902. Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d’archives de Québec.

41Les relations littéraires entre la France et le Canada au XIXe siècle mériteraient également de longs développements. Encore embryonnaire avant 1860, la littérature canadienne de langue française s’affirme avec le mouvement patriotique de Québec, animé par l’abbé Henri-Raymond Casgrain. Les écrivains qui s’y rattachent, comme Joseph Marmette, Joseph-Charles Taché, Antoine Gérin-Lajoie, Faucher de Saint-Maurice, Louis Fréchette et Napoléon Legendre dominent le paysage littéraire jusqu’à la fin du XIXe siècle. La plupart de ces écrivains effectuent au moins un voyage en France au cours de cette période. L’abbé Casgrain, pourtant un ardent promoteur d’une littérature nationale, effectue plus d’une vingtaine de voyages à Paris au cours de sa carrière, sans doute à la recherche d’une forme de reconnaissance pour son œuvre personnelle et pour la littérature canadienne en voie d’institutionnalisation.

  • 33 Pierre Hébert, « La réception de la littérature canadienne-française en France au XIXe siècle », Vo (...)

42Du côté français, on manifeste une certaine ouverture pour cette jeune littérature. Le poète Louis Fréchette obtient le prix Montyon de l’Académie française en 1880 pour son recueil intitulé Les fleurs boréales, une première pour un écrivain canadien. Huit ans plus tard, cet admirateur de Victor Hugo reçoit une mention honorable de la même académie pour La légende d’un peuple. Le poète Octave Crémazie obtient aussi une certaine audience. Cependant, la critique française commence à se faire plus incisive autour des questions de forme et de contenu à partir des années 188033.

  • 34 Michel Buron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, Histoire de la littérature québécoise, (...)

43La fondation, en 1895, de l’École littéraire de Montréal autour de la figure emblématique du poète Émile Nelligan inspiré par le courant symboliste français annonce un léger vent de modernité dans le monde des lettres canadiennes-françaises. Ces écrivains se tournent vers Paris pour y chercher leur inspiration et leur modèle, tout en prenant le contre-pied des écrivains adeptes du régionalisme et de « l’âme canadienne ». La polémique à la fois esthétique et idéologique entre ceux qui se qualifieront mutuellement de « régionalistes » et d’« exotistes » se prolongera jusqu’aux années 193034.

  • 35 Jean-Pierre Chalifoux, Jean-René Lassonde et Suzanne Ledoux, Coup d’œil sur l’inventaire bibliograp (...)

44Quelques critiques français s’intéressent à la littérature canadienne de langue française, dont Charles ab der Halden qui publie, en 1904, un premier ouvrage entièrement consacré la littérature canadienne à paraître en France sous le titre d’Études de littérature canadienne-française35.

L’apport des Français à la vie culturelle et scientifique du Canada français

  • 36 Laurier Lacroix, op. cit., p. 41-42 ; Bernard Mulaire, « Chabert, Joseph », biographie en ligne, <http://www3.sympatico.ca/bmulaire/articles/article_ancien13_chabert.html>.
  • 37 Juliette Bourassa-Trépanier, « Dessane, Antoine », Encyclopédie de la musique au Canada, t. 1, Mont (...)

45Parmi les Français ayant séjourné au Canada ou étant venus s’y établir, il s’en trouve plusieurs qui ont exercé une influence significative sur la société et la culture. Un inventaire de cet apport exigerait d’importantes recherches dans plusieurs domaines. En arts visuels, par exemple, on a pu recenser une vingtaine de peintres français ayant séjourné ou émigré au Canada de 1850 à 1905. Certains viennent occuper des postes dans l’enseignement de la peinture et du dessin, comme l’abbé Joseph Chabert ou Edmond Dyonnet à Montréal ; ce dernier joue un rôle important dans la promotion de l’Académie royale canadienne dont il est secrétaire durant 38 ans. D’autres artistes sont attirés par l’Ouest canadien36. Dans les arts de la scène, l’introduction du théâtre français à Québec et à Montréal est le fait de troupes en tournée et de quelques comédiens venus s’établir au Canada. En musique, un Antoine Dessane, diplômé du Conservatoire de Paris, arrive à Québec en 1848 ; il y apporte une contribution majeure à l’évolution de l’enseignement musical. Il en va de même de son compatriote Charles Sabatier qui émigre à Montréal, la même année37.

46On pourrait ainsi multiplier l’étude de ces parcours de Français établis au pays. Par leur expertise, ils contribuent à enrichir la vie culturelle, artistique et littéraire du Québec, de l’Acadie et des communautés canadiennes-françaises de l’Ontario et de l’Ouest canadien, tout en maintenant des relations avec la France.

  • 38 Guy Laperrière, op. cit., p. 320-321.

47Par ailleurs, le domaine des professions et des institutions d’enseignement supérieur ou spécialisé a moins retenu l’attention des chercheurs qui s’intéressent aux relations culturelles entre la France et le Canada. Les vagues successives d’émigration des membres du clergé séculier et des congrégations religieuses au cours du XIXe siècle contribuent à la hausse du niveau de l’enseignement dans les écoles et les collèges classiques. Il suffit de rappeler que, de 1900 à 1914, 2 076 religieux français fuyant les lois républicaines anticléricales viennent s’établir au Québec. De ce nombre, 90 % sont des hommes et constituent alors la moitié des effectifs masculins des ordres religieux au Québec38.

Emmanuel-Persillier Lachapelle (1845-1918)
Médecin, fondateur de l’Hôpital Notre-Dame de Montréal en 1880, il ira en France s’enquérir des découvertes de Louis Pasteur et de ses pratiques prophylactiques. De retour au pays, il fonde le Conseil provincial d’hygiène publique en 1887 et promeut la vaccination obligatoire, l’hygiène personnelle chez les tuberculeux et la protection de l’eau et des produits de la ferme. Il est un exemple éloquent de la science en français à Montréal. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1898.
Buste en bronze par le sculpteur canadien Louis-Philippe Hébert, 1898. Collection Power Corporation du Canada.

  • 39 Pierre Smith, « L’Association des médecins de langue française du Canada et les relations médicales (...)

48Les institutions universitaires canadiennes-françaises bénéficient de l’apport de professeurs français en littérature et en médecine, pour ne citer que ces deux domaines. En 1898, à la suite d’une série de conférences de l’écrivain Ferdinand Brunetière à l’Université de Montréal, Pierre de Labriole inaugure la chaire de littérature française de cette université. Pendant ce temps, l’abbé Camille Roy part pour un séjour d’études en France, avant de revenir développer la Faculté des lettres de l’Université Laval. En médecine, les facultés de Montréal et de Laval ont recours à certains professeurs français. L’Association des médecins de langue française du Canada, fondée en 1904, établit aussitôt des liens avec la France, qui délègue régulièrement un « grand patron » lors des congrès de l’organisme39.

  • 40 Robert Gagnon, Histoire de l’École Polytechnique de Montréal, Montréal, Boréal, 1991, p. 66-67 ; 13 (...)
  • 41 Pierre Harvey, Histoire de l’École des hautes études commerciales de Montréal, Montréal, Québec-Amé (...)

49L’École polytechnique de Montréal, fondée en 1872, prend comme modèle l’École centrale des arts et manufactures de Paris pour son programme d’études ; elle recrute à cet effet quelques professeurs français. En s’alignant sur la France, Polytechnique met l’accent sur une formation générale pour l’étudiant, une orientation nettement à contre-courant des établissements nord-américains davantage orientés vers la spécialisation. À partir de 1907, six nouveaux professeurs sont recrutés en France pour renforcer le corps professoral, sans compter le directeur, Alfred Fyen, d’origine belge40. Quant à l’École des hautes études commerciales de Montréal, créée par le gouvernement de Lomer Gouin en 1907 pour former des hommes d’affaires canadiens-français, son programme s’inspire d’institutions existantes en Belgique et en France41. Gouin lui-même se fait un ardent défenseur d’une aide technique de la France pour une mise à niveau des institutions d’enseignement, alors que la province connaît de profonds changements engendrés par l’industrialisation, l’urbanisation et l’exploitation des richesses naturelles.

  • 42 Robert Pichette, « Napoléon III, la filière acadienne », Cap-aux-Diamants, no 81, printemps 2005, p (...)
  • 43 Jean-Roch Cyr, « Un aperçu des relations France-Acadie 1860-1940 », La Société historique acadienne (...)

50Les relations culturelles évoquées jusqu’ici entre la France et le Canada font surtout référence au Québec, lequel dispose de certains pouvoirs dans le domaine de l’éducation et de la culture, ainsi qu’un poids démographique qui lui permet de développer ses propres institutions. Qu’en est-il des relations avec les communautés francophones minoritaires hors Québec ? Le mouvement de la Renaissance acadienne des années 1880 bénéficie de l’apport intellectuel de Rameau de Saint-Père et de ses ouvrages consacrés à l’histoire acadienne publiés en 1857 et en 1877, d’autant plus que l’auteur suggère certaines pistes d’action qui seront réalisées par la suite. De plus, grâce à ses relations avec Napoléon III, il obtient l’aide de l’empereur pour le village acadien de Rustico, à l’Île-du-Prince-Édouard, et pour la fondation de deux nouvelles colonies : Saint-Alexis de Matapédia, au Québec (1860), et Saint-Paul-de-Kent, au Nouveau-Brunswick (1867)42. En dépit de cela, les relations entre la France et l’Acadie demeurent modestes. L’Alliance française de Montréal, fondée en 1902, apporte une aide discrète aux écoles acadiennes et au journal L’Évangéline par l’intermédiaire du prudent sénateur Pascal Poirier, soucieux de ne pas susciter l’hostilité de la majorité anglophone. À cela viendra s’ajouter l’aide du Comité France-Acadie, fondé en France en 1921 par Émile Lauvrière43.

  • 44 Jacques Portes, « La reprise des relations entre la France et le Canada après 1850 », Revue françai (...)

51Comment caractériser de façon globale les relations entre la France et le Canada français, entre le milieu du XIXe siècle et la Première Guerre mondiale ? Cette période se caractérise par la redécouverte du Canada français par la France. Du côté canadien, le rapprochement avec la France sert de point d’appui ambivalent pour construire l’identité canadienne-française dans le contexte d’une Amérique du Nord anglophone. Comme le souligne à juste titre l’historien Jacques Portes, cette reprise des rapports entre les deux pays est moins spectaculaire qu’elle pouvait le paraître, compte tenu du fait que les efforts officiels et privés ne sont pas véritablement liés. Néanmoins, l’établissement de ces réseaux de contacts marque un point de non-retour et servira en quelque sorte de « soubassement aux rapprochements ultérieurs44 ».

En attendant le tournant décisif : la maturation des années 1914-1959

52La Première Guerre mondiale et les années subséquentes marquent un changement majeur dans les rapports entre la France et le Canada pour des raisons politiques et institutionnelles. Le Canada acquiert un nouveau prestige en France après que ses soldats se sont illustrés sur les champs de bataille. Lors de la Conférence de paix de 1919, les Dominions sont représentés par des ministres plénipotentiaires, autorisés à signer le traité de Versailles. Philippe Roy, commissaire général du Canada dans la capitale française participe à cette conférence. Ce sénateur manitobain avait succédé à Hector Fabre, décédé en 1910.

L’évolution des rapports diplomatiques

  • 45 Bernard Pénisson, op. cit., p. 372-373.

53Après la guerre, les missions françaises se succèdent au Canada : celle du maréchal Pau, accompagné d’André Siegfried, en 1919, celle du maréchal Fayolle en 1921 et celle du maréchal Foch en 1923. On veut ainsi remercier le Canada pour son effort de guerre et mieux faire connaître la France. De son côté, le premier ministre Mackenzie King développe une stratégie prudente afin d’obtenir plus d’autonomie pour le Canada sur la scène internationale. À l’issue de la Conférence impériale de Londres, en 1926, l’indépendance des Dominions est pratiquement acquise. L’année suivante, des pourparlers s’engagent entre le gouvernement français et le gouvernement canadien dans le but d’officialiser les rapports diplomatiques entre les deux pays. Le 10 janvier 1928 a lieu la création simultanée d’une légation canadienne à Paris et d’une légation française à Ottawa. Philippe Roy présente ses lettres de créance au président Doumergue le 29 septembre45.

Philippe Roy (1868-1948)
Sénateur libéral de 1906 à 1911, il est nommé en 1911 Commissaire général du Canada à Paris par le premier ministre Wilfrid Laurier pour succéder à Hector Fabre, décédé en 1910. Au moment où les troupes allemandes occupent Paris, en septembre 1914, Philippe Roy reste le seul représentant étranger à ne pas quitter son poste. Sa réputation de courage le signale à l’attention du public français. Après la guerre, ses efforts se concentrent sur le développement des relations commerciales et d’affaires au soutien des intérêts canadiens. De 1928 à 1938, il devient ministre plénipotentiaire.
Collection Bibliothèque et Archives Canada, c052101.

54À la même époque, le gouvernement français se donne un nouvel outil pour promouvoir l’action culturelle avec le Service des œuvres françaises à l’étranger, créé en 1920 et rattaché au ministère des Affaires étrangères. Ce service étend bientôt son action au Canada et apporte un soutien financier réel, quoique modeste, dans le domaine de l’éducation et de la vie culturelle, tant au Québec que dans les communautés francophones en milieu minoritaire ; cet appui se manifeste notamment par l’octroi de bourses à de jeunes Canadiens désirant poursuivre des études en France. Cette aide est distribuée par l’intermédiaire du réseau des consulats français implantés à travers le pays durant l’entre-deux-guerres, en plus de celui de Montréal, soit à Vancouver (1935), Québec (1936) et Winnipeg (1937).

Athanase David (1882-1953)
Avocat, député, ministre dans les cabinets de Lomer Gouin, puis de Louis-Alexandre Taschereau où il occupe le poste de secrétaire et registraire de la Province de Québec (1919-1936) ; à ce titre, il a notamment la responsabilité des questions de culture et d’éducation. Athanase David est à l’origine d’importants projets destinés à favoriser, par des bourses d’études, le séjour en France d’étudiants québécois. Il est responsable de la création de l’École des beaux-arts à Québec et de celle de Montréal. Il est fait commandeur de la Légion d’honneur en 1934. Il est nommé au Sénat en 1940.
Photographie d’Athanase David par le studio de Livernois, 1940. Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d’archives de Québec.

Pendant ce temps au Québec…

  • 46 Louise Beaudoin, « Origines et développement du rôle international du gouvernement du Québec », dan (...)
  • 47 Gilles Gallichan, « Le « bouleversement intime » : le Québec et la France vaincue de juin 1940 », L (...)

55Du côté du gouvernement du Québec, aucune initiative n’est entreprise pour doter le Québec d’un représentant à Paris, à la suite de la décision du gouvernement fédéral de Borden de mettre fin au double mandat du commissaire Philippe Roy, en 1911. Le premier ministre Lomer Gouin, davantage préoccupé du développement des ressources naturelles que de colonisation et d’immigration française — comme c’était le cas à l’époque du commissaire Fabre — a-t-il jugé qu’une telle représentation officieuse à Paris aurait fait double emploi avec la représentation canadienne ? Le Canada lui-même, n’était-il pas encore sous la tutelle de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris ? Toujours est-il qu’aucune présence politique québécoise permanente en France n’est assurée avant la création de la Délégation générale du Québec à Paris en 196146. Pourtant, le gouvernement d’Adélard Godbout présente bien un projet de loi en 1940 dans le but d’ouvrir des agences du Québec à Paris, Londres, New York et Ottawa, mais la guerre empêche la réalisation de ce plan, sauf dans le cas de New York47.

  • 48 Olivar Asselin, « Du rôle de la France dans la formation d’une élite canadienne-française », France (...)

56Faut-il y voir un désintérêt du Québec par rapport à la France ? Les faits semblent le contredire, même si l’État québécois favorise un soutien aux réseaux associatifs et aux initiatives personnelles, plutôt qu’une implication directe. Au cours des années 1920, nombreux sont ceux qui, à la suite d’Édouard Montpetit, prônent un rapprochement avec la France en vue de former une élite mieux qualifiée, tant par sa culture générale que par sa spécialisation technique ou professionnelle. En 1919, le journaliste Olivar Asselin propose un véritable plan d’action au gouvernement du Québec en vue d’instituer un système de bourses pour les étudiants québécois qui désirent poursuivre des études supérieures en France. Dans son esprit, toutes les disciplines devaient être admissibles, incluant les lettres et les sciences sociales48.

57En nationaliste pragmatique qu’il est, Lomer Gouin manifeste son ouverture à l’idée de recourir à l’expertise française pour la formation technique, professionnelle et artistique. En 1908, son gouvernement reconnaît d’utilité publique le Conservatoire Lasalle, une institution privée d’art dramatique et d’élocution fondée l’année précédente par le comédien français Eugène Lasalle et lui accorde une modeste subvention annuelle. Gouin institue aussi le prix d’Europe en 1910 pour permettre le perfectionnement des jeunes musiciens.

58Cependant, un saut qualitatif important s’amorce au début des années 1920 grâce à l’action législative d’Athanase David, secrétaire de la province dans le cabinet de Gouin, puis dans celui de Louis-Alexandre Taschereau. Celui qu’on qualifiera officieusement de « ministre des beaux-arts » fait adopter par l’Assemblée législative une série de lois concernant l’enseignement des beaux-arts, la protection du patrimoine, la création d’un musée d’État et l’octroi de bourses d’études en Europe. Rétrospectivement, le bilan de l’action de David peut être considéré comme la première « politique culturelle » du gouvernement du Québec.

  • 49 Québec, Débats de l’Assemblée législative, 13 février 1920, p. 406-407.

59Le 13 février 1920, Gouin dépose lui-même un projet de loi pour créer les bourses d’Europe, sans doute inspiré par les propositions d’Olivar Asselin formulées l’année précédente. « C’est aux universités françaises, déclare-t-il en Chambre, que nous ferons appel » pour former la nouvelle élite qu’on réclame de toutes parts49. Athanase David poursuit cette politique de bourses, sous le gouvernement d’Alexandre Taschereau, en la bonifiant dès 1922. Elle sera maintenue sous sa gouverne jusqu’en 1936 et même au-delà sous le gouvernement de Maurice Duplessis. De 1920 à 1936, le gouvernement québécois aura dépensé un total de 76 784 $ pour les prix d’Europe et 673 454 $ pour les bourses d’Europe.

Édouard Montpetit (1881-1954)
Avocat et économiste, premier boursier officiellement délégué par la province de Québec en 1907, il étudie les sciences sociales et politiques à Paris. En 1920, il devient secrétaire général de l’Université de Montréal et le directeur fondateur de l’École des sciences sociales. Il œuvrera tout au long de sa carrière au développement des échanges universitaires, culturels et scientifiques avec la France, notamment à l’Institut scientifique franco-canadien, dont il est l’un des membres fondateurs en 1926.
Fonds Victor Morin, Division des archives de l’Université de Montréal, P00561FP00608

  • 50 Fernand Harvey, « La politique culturelle d’Athanase David, 1919-1936 », Les Cahiers des Dix, no 57 (...)
  • 51 Coup d’œil sur l’inventaire bibliographique des relations France-Québec depuis 1760, Montréal, Bibl (...)

60On ne saurait trop insister sur l’importance de ces bourses d’Europe pour la mise à niveau des élites québécoises d’avant la Révolution tranquille. Parmi les noms les plus connus qui en ont bénéficié avant de poursuivre leur carrière au Québec, il faut citer le sociologue Victor Barbeau, des musiciens Rodolphe Mathieu, Eugène Lapierre, Claude Champagne, Lionel Daunais, Wilfrid Pelletier et Edwin Bélanger, les peintres Rodolphe Duguay et Alfred Pellan, le juriste Maximilien Caron, le mathématicien Adrien Pouliot, l’historien Jean Bruchési, l’archiviste Antoine Roy, l’historien de l’art Gérard Morisset et le géographe Benoît Brouillette, sans compter un nombre important de médecins qui sont allés se spécialiser dans les universités ou les hôpitaux français50. En outre, d’autres Québécois vont poursuivre des études en Europe grâce à des ressources familiales ou à celles du clergé. On peut citer les noms des économistes Édouard Montpetit et François-Albert Angers, des historiens Lionel Groulx et Antoine Bernard, ainsi que du peintre Paul-Émile Borduas ; ce dernier bénéficie d’une bourse d’Olivier Maurault, curé de la paroisse Notre-Dame de Montréal, pour étudier à Paris de 1928 à 1930, aux Ateliers d’art sacré dirigés par Maurice Denis51. Plusieurs comédiens québécois apprendront aussi leur métier à Paris au cours des années 1930.

Le sénateur Joseph-Marcellin Wilson (1859-1940)
L’un des hommes d’affaires francophones les plus importants de sa génération, Joseph-Marcellin Wilson est aussi membre du Sénat du Canada (1911-1939). M. Wilson est, entre autres, mécène des institutions universitaires ; il contribue à la construction des nouveaux bâtiments de l’Université de Montréal et surtout il se charge personnellement, en 1926, des coûts de construction de la Maison des étudiants canadiens de la Cité universitaire de Paris, en souscrivant plus de 2 600 000 FF. Il est fait commandeur de la Légion d’honneur par le gouvernement français. Il est aussi l’un des directeurs de la filiale canadienne du Comité France-Amérique.
Photographie Blank & Stoller, Montréal. Collection de M. Jean Ostiguy, Montréal.

  • 52 Michel Cauchon, « L’inventaire des œuvres d’art », dans À la découverte de Gérard Morisset, Québec, (...)

61Il reste à évaluer l’impact de tous ces boursiers d’Europe sur la culture québécoise. À titre d’exemple, l’historien de l’art Gérard Morisset a poursuivi une formation en muséologie à l’École du Louvre en 1930 et s’est inspiré de l’expérience française pour entreprendre son Inventaire des œuvres d’art du Québec, à partir de 193752.

  • 53 Fernand Harvey, op. cit., p. 42-43 ; Luc Roussel, Les relations culturelles du Québec avec la Franc (...)

62Pour accueillir le flot croissant d’étudiants à Paris, un projet prend forme : celui d’une maison des étudiants canadiens. Elle verra le jour grâce au zèle du commissaire Philippe Roy qui réussit à trouver un appui financier auprès du sénateur Joseph-Marcelin Wilson, un philanthrope canadien-français. Du côté du gouvernement du Québec, Taschereau et David appuient le projet en accordant une subvention annuelle de 5 000 $ durant 10 ans pour soutenir les frais de fonctionnement de la Maison des étudiants canadiens. Sollicité à son tour, le gouvernement fédéral refuse son aide, alléguant que l’éducation est de juridiction provinciale. La Maison des étudiants canadiens, localisée à la Cité universitaire, est finalement inaugurée le 30 octobre 1926, en présence du prince de Galles, du président français Gaston Doumergue et du premier ministre Taschereau53.

La Maison des étudiants canadiens à Paris, 1926
Cet élégant bâtiment a été dessiné par l’architecte montréalais Georges Vanier. C’est le premier à être construit dans la nouvelle Cité universitaire internationale de Paris. Inaugurée le 26 octobre 1926, la Maison des étudiants canadiens à Paris permet aux Canadiens francophones et anglophones d’avoir accès au savoir français dans des conditions de résidence agréables.
Reproduit d’Encyclopédie de l’architecture,tome 1, Paris, Morancé, 1929 ; tiré du livre Maison des étudiants canadiens… 75 ans d’histoire : 1926-2001, Éditions Stromboli, 2001.

Jean Bailleuil (1878-1949)
Artiste statuaire d’origine française à l’École des beaux-arts de Québec. En 1921, il avait été chargé par Athanase David de transformer l’École des arts et manufactures de Québec, rue Saint-Joachim, en École des beaux-arts, dont il devint le directeur fondateur (1922-1929). On le voit ici en compagnie d’un groupe d’étudiants.
Fonds Omer-Parent, Collection Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 1923.

63D’autres législations culturelles dues à l’initiative d’Athanase David s’inspirent du modèle français. C’est le cas de la loi de 1922 créant la Commission des monuments historiques du Québec qui s’appuie sur la loi française du patrimoine de 1913. Par contre, laLoi sur les musées de la province de 1922 semble avoir des racines plus locales, compte tenu de l’absence de telles institutions publiques avant l’ouverture du Musée de la province, en 1933.

  • 54 Gérard Monnier, L’art et ses institutions en France, Paris, Gallimard, 1995, coll., « Folio histoir (...)
  • 55 Fernand Harvey, op. cit., p. 56-64.
  • 56 Gloria Lesser, École du meuble 1930-1950, Montréal, Musée des arts décoratifs de Montréal, 1989, p. (...)

64La décision politique et administrative sans doute la plus significative pour les relations culturelles avec la France entre les deux guerres concerne la création des écoles des beaux-arts de Québec et de Montréal en 1922. David prend comme modèle le système des beaux-arts français tel qu’il a été développé sous la IIIe République54. La direction de l’École des beaux-arts de Montréal est confiée à Emmanuel Fougerat, directeur fondateur de l’École régionale des beaux-arts de Nantes, tandis qu’un autre professeur français, Jean Bailleuil, assume des fonctions analogues à Québec. Outre ces deux directeurs, sept autres professeurs français sont recrutés pour différentes fonctions d’enseignement, dont Charles Maillard, qui prend la relève à la direction des deux institutions, de 1925 jusqu’à sa démission en 1945. Calqué sur le modèle français, le programme de formation intègre aussi l’architecture. Fortement marquées par l’académisme, les écoles des beaux-arts de Québec et de Montréal constituent néanmoins un modèle unique au Québec et en Amérique du Nord, compte tenu de leur neutralité confessionnelle, de la mixité des sexes et de la gratuité scolaire55. On aura recours à un modèle français analogue au moment de créer l’École du meuble sous la direction de Jean-Marie Gauvreau en 1930, ainsi que le Conservatoire de musique de la province de Québec à Montréal en 1942, et à Québec en 194456.

Gabriel Hanotaux (1853-1944)
Jeune diplomate, il est chargé en 1892 de négocier avec le Haut Commissaire canadien à Londres un traité de commerce entre la France et le Canada, qui sera signé l’année suivante. Ministre des Affaires étrangères (1894-1898), académicien (1897), il est l’une des personnalités françaises les plus actives dans le développement des relations culturelles, sociales et économiques avec le Canada. Ami du sénateur libéral Raoul Dandurand, Gabriel Hanotaux est à l’origine de plusieurs projets pour accroître les échanges entre la société française et le Canada. Il est président fondateur en 1909 du Comité France-Amérique. Il suscite la formation l’année suivante de l’Association France-Canada. Il sera l’instigateur de plusieurs missions françaises au Canada.
Collection de l’Institut France-Amériques, Paris.

Le sénateur Raoul Dandurand (1861-1942)
Avocat nommé au Sénat en 1898. L’un des personnages politiques les plus influents et les plus actifs dans le développement des relations politiques, culturelles et commerciales avec la France pendant près de 45 ans. Premier président de la filiale canadienne du Comité France-Amérique, président de l’Assemblée générale de la Société des Nations en 1925, et délégué canadien de 1927 à 1930. Il est fait Grand Officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur en 1935. Il est cofondateur des collèges Stanislas (1938) et Marie-de-France (1939). Il est aussi élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques à l’Institut de France.
Collection Bibliothèque et Archives Canada, c049820.

  • 57 Gilles Gallichan, « Le « bouleversement intime… », op. cit., p. 257.
  • 58 Le sénateur Raoul Dandurand expédia, en vain, une lettre de protestation à Duplessis (Montréal, 8 f (...)

65Le rapprochement culturel avec la France amorcé par les politiques de David se heurte bientôt à la crise économique des années 1930 qui restreint l’action du gouvernement québécois. La coupure des liens avec la France de Vichy après 194257et le long règne du premier ministre Maurice Duplessis, un nationaliste conservateur peu enclin à un rapprochement avec la France qui avait coupé la subvention annuelle du Comité France-Amérique, marquent un recul des relations politiques entre le Québec et la France au cours des années de l’après-guerre58. Quoi qu’il en soit, c’est bien davantage sur le plan des réseaux associatifs, des pratiques artistiques ainsi que des échanges intellectuels et scientifiques, tant institutionnels que personnels, qu’on peut évaluer le véritable impact des relations culturelles entre la France et le Canada français avant la Révolution tranquille.

Premier Congrès de la langue française à Québec en 1912
L’iconographie qui entoure la tenue du Premier Congrès de la langue française à Québec (24-30 juin 1912) est instructive : le Red Ensign, drapeau du Canada, le Carillon Sacré-Cœur, drapeau des Canadiens français, et le tricolore de la France. En médaillon, la représentation de saint Jean-Baptiste enfant, saint patron des Canadiens français ; l’écu de la province de Québec surmonté de la devise « Je me Souviens » sur laquelle repose le castor accosté de part et d’autre de feuilles d’érable ; enfin, la devise de la Société Saint-Jean-Baptiste « Nos Institutions – notre Langue – et nos Lois » ; sur l’édifice de l’Université Laval à Québec flottent, à gauche, le drapeau papal et, à droite, le Carillon Sacré-Cœur. Cet entremêlement de symboles civils et religieux est illustratif de la symbiose qui s’est opérée au Québec entre la vie civile et la vie religieuse. La France était présente à ce congrès. Le Deuxième Congrès eut lieu en 1937 et donna naissance au Conseil de la vie française en Amérique, qui cessa ses activités le 7 septembre 2007. Le Troisième Congrès s’est finalement tenu en 1952.
Carte postale imprimée par La Cie J. A. Langlais et Fils, Québec, 1912. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Médaille du Premier Congrès de la langue française, 1912
Frappée à cette occasion, cette médaille était remise aux invités de marque, orateurs et organisateurs. La couleur du ruban auquel était suspendue la médaille variait selon l’importance du récipiendaire : or, argent ou bleu. Sur son avers apparaît une jeune femme faisant lire un garçon, une jeune fille à ses pieds. Dans le paysage, au fond, la silhouette d’une église, allusion à la devise « La langue gardienne de la Foi ». Au revers, la légende « c’est notre doux parler qui nous conserve frères – 1912 ».
Médaille réalisée par Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), graveur-médailliste français, bronze argenté, 1912. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Inauguration du buste de Jacques Cartier sur le pont Jacques-Cartier à Montréal
En 1934, en présence de la Mission Jacques-Cartier, organisée par le Comité France-Amérique à l’occasion du 4e centenaire de la venue de Jacques Cartier au Canada, est inauguré le buste du célèbre explorateur. Présidée par Henry Bordeaux, membre de l’Académie française, la délégation française avait auparavant participé au dévoilement d’une croix à Gaspé, en plus de faire un arrêt à l’hôtel de ville de Québec, avant de se rendre à Ottawa et à Toronto.
Dessin de Georges Leroux, tel que reproduit dans Voyage au Canada. La mission Jacques Cartier, s. l., Éditions de l’Atlantique, 1935, p. 30, pl. vi.

Le réseau associatif : le Comité France-Amérique et l’Institut scientifique franco-canadien

  • 59 Archives de l’Université de Montréal, Fonds du Comité France-Amérique de Montréal, 23 janvier 1898- (...)

66Le Comité France-Amérique, fondé à Paris par Gabriel Hanotaux en 1909, peut être considéré comme un acteur important dans le réseau associatif entre la France et le Canada. La mission de ce comité est ambitieuse : informer et alerter les dirigeants et l’opinion publique de l’importance grandissante des nations américaines dans la vie du monde. Grâce au sénateur Dandurand, un comité local de l’association voit le jour à Montréal en 1910. Il se propose de développer des relations culturelles, économiques et artistiques entre le Canada et la France, d’accueillir des personnalités françaises de passage au Canada, d’accorder des bourses à des étudiants canadiens désireux d’étudier en France, et d’organiser des œuvres de secours et d’entraide selon les circonstances. Dès le début, le Comité France-Amérique de Montréal reçoit une subvention annuelle de 1 000 $ du gouvernement du Québec, et ce, jusqu’en 193659.

67La première tâche du comité montréalais sera de préparer la Mission Champlain à New York, Montréal et Québec en 1912. Présidée par Gabriel Hanotaux lui-même, la délégation comprend notamment le romancier René Bazin et l’écrivain Étienne Lamy, secrétaire perpétuel de l’Académie française, qui participent aux délibérations du premier Congrès de la langue française tenu à Québec cette année-là.

68Pendant la Première Guerre mondiale, la section canadienne du Comité apporte son aide financière aux populations françaises éprouvées, après avoir reçu un accueil enthousiaste auprès du public canadien sollicité par diverses souscriptions. Après la guerre, l’une des premières initiatives du Comité France-Amérique est d’organiser la Mission Fayolle, présidée par le maréchal Marie-Émile Fayolle. Cette mission avait été chargée d’exprimer la gratitude de la France au Canada pour la participation de ses troupes et pour l’envoi de dons. Dans le cadre d’une tournée qui le mène à Montréal, Québec, Toronto et Ottawa, le maréchal remet au nom de la France un buste au Parlement canadien ; exécuté par Auguste Rodin, il porte la dédicace : « Au Canada qui a versé le sang de ses fils pour la Liberté du Monde, la France reconnaissante, 1914-1918 ».

  • 60 Jean-Philippe Jobin, « Un autre 400e : les célébrations de 1934 à Québec », dans « Du Québec 1608-2 (...)

69Puis, le Comité organise la Mission Jacques-Cartier en 1934 pour commémorer le quatrième centenaire de l’exploration du Saint-Laurent par le navigateur malouin. La Mission présidée par Henry Bordeaux se rend à Gaspé, puis à Québec, Trois-Rivières, Montréal, Ottawa et Toronto. Elle inaugure dans son sillage la Grande Croix de Gaspé et le Monument Cartier, installé sur le tablier du pont Jacques-Cartier, renommé en son honneur. Un monument identique sera aussi installé à la place du Canada, à Paris60.

70Quelques années plus tard, le Comité France-Amérique mandate la Mission Cavelier-de-La-Salle, d’abord en visite en Louisiane pour le tricentenaire de la découverte du Mississippi, à le représenter à l’occasion du deuxième Congrès de la langue française à Québec, en 1937. Dans ce sillage, le Comité fonde, à Paris, la Maison des Nations américaines ainsi que l’Institut des études américaines pour faciliter les échanges interuniversitaires et établir une tradition d’études et de conférences.

71Interrompues durant la Seconde Guerre mondiale, les activités transatlantiques du Comité reprennent par la suite. Lors de son cinquantenaire, en 1959, le Comité prend le nom d’Association France-Amérique et sa section canadienne devient l’Institut France-Canada. Grâce à l’initiative conjointe de l’ambassadeur canadien Jean Désy, du duc de Lévis-Mirepoix, de l’ambassadeur français Jean Béliard, les activités reprennent et connaîtront un nouvel élan au cours des décennies qui suivent.

72Par ailleurs, dans le domaine des sciences et de la recherche, tout était à faire au Québec dans les années 1920. Le recteur de l’Université de Montréal, Mgr Georges Gauthier, entreprend d’organiser la faculté des sciences sur le modèle des facultés françaises. C’est dans ce contexte qu’est fondé à Montréal, en 1926, l’Institut scientifique franco-canadien par le biologiste français Louis-Janvier Dalbis. Cet institut se donne pour objectif de favoriser les échanges universitaires et d’organiser des conférences de vulgarisation scientifique pour le public. Plusieurs professeurs français de renom viendront au Canada pour des séjours de six mois dans le cadre de ces échanges dans des domaines aussi variés que la critique littéraire, l’histoire, la philosophie, la géographie et la médecine. Parmi ceux-ci, le philosophe Étienne Gilson devient cofondateur de l’Institut d’études médiévales de l’Université de Toronto, en 1929.

  • 61 Jean-Claude Guédon, « L’Institut scientifique franco-canadien (1926-1939) : élites, culture et vulg (...)

73La présence de l’Institut scientifique franco-canadien ne fait toutefois pas l’unanimité au Québec. Le frère Marie-Victorin, fondateur de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (ACFAS) en 1923, considère, pour sa part, que cet institut trop français ne permet pas le développement d’une science « canadienne »61.

Les grands secteurs culturels dans les relations France-Canada

74La partie la plus visible des relations culturelles plus ou moins officielles entre la France, le Québec et le Canada est le fait de ministres, de députés et de sénateurs canadiens-français, ainsi que de personnalités liées à des réseaux associatifs de part et d’autre de l’Atlantique.

Étienne Gilson (1884-1978)
Médiéviste de renom et spécialiste de la pensée de Thomas d’Aquin, Étienne Gilson a enseigné la philosophie à l’Université de Paris, ainsi que dans diverses institutions universitaires en Europe, en Angleterre et aux États-Unis. Il s’intéresse dès 1926 aux relations universitaires avec le Canada et suit de près le développement de l’Institut scientifique franco-canadien, dont il devient président (1937-1951). Il est également cofondateur en 1929 de l’Institut d’études médiévales de l’Université de Toronto. Après sa retraite du Collège de France, en 1951, il poursuit durant quelques années son enseignement à l’Université de Toronto.
Photo Ashley & Crippen, Toronto, c. 1958.

Les Compagnons de la chanson
Issus d’un groupe vocal français né sous l’Occupation, en 1941, et après des débuts sur scène où ils interprètent de vieilles mélodies françaises empruntées au folklore, ils connaissent leurs premiers succès en 1944. Encouragés par Édith Piaf, ils adoptent un répertoire plus jeune et partent en tournée aux États-Unis et au Canada. La formation, qui compte neuf membres, dont Paul Buissonneau dans les débuts, donnera plusieurs spectacles à Québec et à Montréal, et contribuera au développement de la chanson canadienne de langue française au cours des années 1950.
Les Compagnons de la chanson, interviewés par trois journalistes du poste CHRC à l’entrée du cinéma de Paris, à Québec, le 10 novembre 1951. Photo Moderne. Collection Georgette Lacroix.

75Cependant, les relations culturelles sur le plan des élites des deux pays répondent à une dynamique beaucoup plus large et complexe que les chercheurs commencent à peine à explorer par le biais des réseaux intellectuels, littéraires, artistiques et scientifiques, sans oublier un certain nombre d’influences réfléchies dans la culture de masse. Quelques pistes de réflexion évoquées à grands traits permettront de mieux saisir la richesse d’une telle approche ; elles s’articuleront donc autour de deux pôles : la culture de masse et la culture d’élite.

La culture de masse : le cinéma et la chanson

  • 62 Yves Lever, « Le cinéma au Québec », Continuité, no 41, automne 1988, p. 23-26.

76L’un des faits culturels majeurs de la première moitié du XXe siècle est l’avènement de la culture de masse. Au Québec comme dans l’ensemble du Canada, le cinéma, la radio, le disque et le théâtre populaire sont d’origine américaine. Comment, dès lors, préserver une culture canadienne d’inspiration française dans un Québec devenu majoritairement urbain depuis le recensement de 1921 ? Lorsque le cinéma muet fait place au cinéma parlant au début des années 1930, le problème de la langue se pose d’autant plus que les distributeurs américains dominent le marché. La présence de la compagnie de distribution France Films au Québec permet d’ouvrir la porte à une alternative grâce à l’introduction du cinéma français. Cette présence s’accentue à l’occasion de la Seconde Guerre mondiale alors que plusieurs professionnels français du cinéma se réfugient au Québec ou tout près, aux États-Unis, créant ainsi une conjoncture favorable à la création d’une industrie locale de longs métrages commerciaux pour les salles, en attendant le véritable démarrage d’une cinématographie québécoise à partir des années 196062.

  • 63 Christian Beaucage, « La divine scandaleuse : Sarah Bernhardt au Québec », Capaux-Diamants, no 35, (...)
  • 64 Jean-Nicolas de Surmont, La Bonne chanson, Montréal, Tryptique, 2001, p. 50-52.

77Une évolution analogue peut être observée pour la chanson, le disque et l’industrie du spectacle. En 1905, le passage de Sarah Bernhardt à Montréal et à Québec avait suscité l’enthousiasme du public, en même temps que la condamnation du clergé à cause de son répertoire jugé immoral63. Par ailleurs, l’accueil réservé à Théodore Botrel ne suscite aucune controverse, bien au contraire. Le « barde breton » entreprend des tournées au Québec en 1902, puis en 1922, il y trouve un accueil chaleureux au sein des élites catholiques et de la population en général. L’abbé Charles-Émile Gadbois, fondateur de l’œuvre de La Bonne chanson en 1937, inclura plusieurs de ses chansons dans son répertoire64. Puis viennent les vedettes de la chanson française en tournée au Canada, particulièrement après la Seconde Guerre mondiale alors que la formule des cabarets est en vogue. À la radio ou en spectacle Chez Gérard à Québec ou au Faisan doré à Montréal, un Charles Trenet ou un Charles Aznavour, ainsi que tous ces artistes français qui séjournent au Québec ne manquent pas d’influencer la « chanson canadienne » naissante qui hésite entre l’imitation et l’originalité. Et que dire de la chanson à texte de style « Rive gauche », incarnée par Juliette Gréco ; elle sert de référence aux premiers chansonniers québécois. À ce moment, Félix Leclerc connaît ses premiers succès à Paris en 1950 avant de devenir un grand de la chanson française et québécoise.

78Cette question de la présence française dans la culture de masse au Québec et au Canada français mériterait une analyse plus approfondie. Sans doute permettrait-elle d’évaluer le contrepoids relatif qu’elle a pu fournir à l’invasion de la culture de masse américaine, du moins à une certaine époque. Pour la première fois dans l’histoire des relations culturelles entre la France et le Canada français, la dimension populaire de la culture peut, avec pertinence, être prise en compte.

La culture d’élite : les arts, la littérature et la philosophie

79De 1914 à 1960, le contexte historique amène une profonde mutation, c’est-à-dire une rupture réelle, voire annoncée, avec le passé, et ce, tant du côté français que canadien. De fait, on note un renouvellement des approches dans les arts, l’architecture, la littérature, la philosophie et les idéologies. Au Canada français, ce contexte entraîne des mouvements contraires d’éloignement ou de rapprochement avec la France selon le cas.

  • 65 Sur toute cette question : François-Marc Gagnon, Paul-Émile Borduas (1905-1960), op. cit., p. 108-1 (...)

80En arts visuels, Borduas et les signataires du Refus global (1948) rompent avec le clérico-nationalisme de la société canadienne-française, mais aussi avec l’académisme enseigné à l’École des beaux-arts de Montréal, dans la foulée d’un certain héritage français. C’est par l’intermédiaire d’un Français, le père Alain-Marie Couturier, qui dénonce l’académisme persistant dans une vive polémique avec le directeur Charles Maillard en 1941, qu’un vent de changement en faveur de la modernité s’introduit dans le débat touchant les institutions d’enseignement des arts au Québec65. Bien d’autres acteurs dans ce débat qui a notamment conduit au développement de l’art abstrait au Québec ont été inspirés par des influences françaises.

Ernest Cormier (1885-1980)
L’un des architectes canadiens les plus célèbres du XXe siècle. Diplômé de l’École des beaux-arts de Paris en 1914, il réalise les plans des édifices emblématiques de l’art déco au pays : le nouveau Palais de justice de Montréal, rue Notre-Dame (1920-1926) ; le pavillon central de l’Université de Montréal (1926-1943) ; la Cour suprême du Canada à Ottawa (1938). Il collabore à la décoration du siège social des Nations Unies à New York (1947) et conçoit le Grand séminaire de Québec à l’Université Laval (1957-1969).
Portrait d’Ernest Cormier, c. 1920. Dupras & Colas, photographes, Canada ; actifs à Montréal. © Fonds Ernest-Cormier. Collection Centre canadien d’architecture/Canadian Centre for Architecture, Montréal.

  • 66 André G. Bourassa, « Vers la modernité de la scène québécoise. Influence des grands courants du thé (...)
  • 67 Voir à ce sujet la polémique colligée par Robert Charbonneau : La France et nous, Montréal, L’Arbre (...)
  • 68 Denis Saint-Jacques (dir.), « Réseaux littéraires France-Québec (1900-1940) » numéro thématique d’É (...)

81En théâtre, l’apport français à l’émergence d’une modernité québécoise est aussi à souligner au cours de la première moitié du XXe siècle66. La littérature offre un tableau beaucoup plus ambivalent des rapports entre la France et le Québec, en particulier pour la période précédant la Révolution tranquille. Les écrivains de ce côté-ci de l’Atlantique se trouvent tantôt dans une position d’imitation coloniale, tantôt dans celle d’une affirmation nationale avec des connotations conflictuelles évidentes67. Dans les deux cas, la recherche d’une certaine forme de reconnaissance par le milieu littéraire parisien n’est pas à exclure. Se pose aussi la question des réseaux littéraires et des « croisements biographiques », au demeurant bien plus féconds que les seuls échanges institutionnels. À cet égard, une enquête menée par les littéraires Denis Saint-Jacques et Gérard Fabre reconstitue ces réseaux et leurs orientations idéologiques avant la Seconde Guerre mondiale. Il semble bien que chez les « exotiques », tout autant que chez les « régionalistes », les relations avec la France aboutissent à une impasse. Les premiers s’orientant vers des relations mondaines et d’extrême droite, alors que les seconds, misant sur leurs vis-à-vis provinciaux, ne réussissent pas à intéresser les éditeurs parisiens. Les stratégies adoptées par ces deux principaux courants littéraires canadiens-français font en sorte qu’ils s’éloignent grandement des écrivains français tels Gide, Proust, Valéry, Claudel, Mauriac ou Bernanos, qui ont une influence considérable dans le champ littéraire français. Une exception toutefois est à signaler : celle d’un groupe d’écrivains canadiens-français sous la direction de Robert Charbonneau et de Paul Beaulieu qui fonde, en 1931, la revue La Relève. Signeront des textes dans les débuts, Roger Duhamel, Robert Élie, Hector de Saint-Denis Garneau et Jean Le Moyne, ainsi que plusieurs autres par la suite, dont André Laurendeau. Mais La Relève demeure avant la guerre un courant encore marginal ; les contacts sont donc à reprendre sur de nouvelles bases après les années de guerre. Le champ est libre pour de nouvelles générations d’écrivains, dont Anne Hébert, Jacques Godbout et les poètes de l’Hexagone68.

  • 69 Yvan Lamonde, Allégeances et dépendances. L’histoire d’une ambivalence identitaire, Québec, Édition (...)
  • 70 Yvan Lamonde, « André Laurendeau en Europe (1935-1937) : à la recherche d’un nouvel ordre », Les Ca (...)

82Le domaine des idées et de la philosophie se prête aussi à une analyse complexe des réseaux culturels entre la France et le Canada français. Si les affinités idéologiques et philosophiques s’étaient établies principalement avec les milieux traditionalistes et conservateurs depuis le milieu du XIXe siècle, l’entre-deux-guerres marque sans doute l’apogée de telles affinités avant leur déclin annoncé au moment de la rupture du Canada avec le régime de Vichy. Déjà, la condamnation de L’Action française de Maurras par Pie XI en 1926 amène Lionel Groulx, directeur d’une revue du même nom au Québec, à prendre ses distances. Son nationalisme, davantage culturel que politique, s’accordait davantage avec la pensée de Maurice Barrès qu’avec celle de Maurras, selon l’historien Yvan Lamonde69. Un exemple encore plus explicite d’une prise de distance avec la droite française est celui d’André Laurendeau qui revient en 1937 d’un séjour de deux ans en France, ébranlé dans ses convictions nationalistes et influencé par de nouveaux courants de pensée70.

  • 71 Stéphanie Angers et Gérard Fabre, Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). (...)

83Par ailleurs, un rapprochement sur le plan des idées philosophiques progressistes s’amorce entre des intellectuels français et canadiens-français au moment de la fondation de la revue Esprit par Emmanuel Mounier, en 1932. Le personnalisme chrétien à la base de son orientation correspond bien aux attentes de ceux qui veulent changer les choses dans un Québec où la pensée cléricale est sclérosée par le dogmatisme catholique, même si des mouvements d’action catholique importés de France et de Belgique commencent à se manifester. La génération de La Relève puisera donc son inspiration dans la revue Esprit dans les années 1930, de même que dans la revue Cité libre, dans les années 195071.

  • 72 Yvan Lamonde et Cécile Facal, « Jacques et Raïssa Maritain au Québec et au Canada français : une bi (...)
  • 73 André J. Bélanger, Ruptures et constantes : quatre idéologies du Québec en éclatement : La Relève, (...)

84Le courant personnaliste chrétien de Mounier n’est pas le seul à irriguer le milieu intellectuel du Québec des années 1930 à la Révolution tranquille. On pourrait même penser qu’il reste minoritaire. Il faudrait aussi mesurer l’influence d’autres penseurs français, dont les néothomistes Étienne Gilson et Jacques Maritain et l’existentialiste chrétien Gabriel Marcel72. Ces penseurs permettent aux élites catholiques progressistes du Québec, tant clercs que laïcs, d’utiliser ces nouveaux courants comme « visas idéologiques73 » auprès des autorités religieuses afin de préparer les esprits en vue des réformes qui allaient se concrétiser au cours de la Révolution tranquille.

  • 74 Gérard Fabre, « Le comparatisme d’André Siegfried », Recherches sociographiques, vol. 3, no 1, 2002 (...)

85À ces échanges artistiques, littéraires et philosophiques, il faudrait aussi ajouter la contribution de scientifiques français aux études canadiennes et québécoises, dont celle du politologue André Siegfried, des géographes Raoul Blanchard et Pierre Deffontaines, ainsi que de l’historien de la littérature Auguste Viatte74. Beaucoup d’autres apporteront leur expertise au développement de la recherche et de l’enseignement dans les universités du Québec et du Canada par la suite.

86Au moment où des relations politiques officielles se nouent entre la France et le Québec au début des années 1960, les deux sociétés, longtemps éloignées par l’histoire et des idéologies peu compatibles, se sont sensiblement rapprochées. André Malraux, ministre français des Affaires culturelles, visitant le Musée du Québec en 1963 en compagnie de son homologue québécois Georges-Émile Lapalme, en constitue un puissant exemple.

***

87Si les relations politiques entre la France et le Canada ont été pendant longtemps interrompues, les relations culturelles avec le Canada français n’ont jamais cessé, même si ce fil d’Ariane a été ténu avant le milieu du XIXe siècle. Les élites du Canada français ont été les premières à solliciter de telles relations ainsi qu’une reconnaissance de leur existence nationale par la France, qui, de son côté, a mis du temps à y répondre. La redécouverte du Canada par la France a d’abord été le fait des milieux conservateurs, trop heureux d’y retrouver le modèle d’une société paysanne et traditionnelle. En outre, la France républicaine et laïque du tournant du XXe siècle avait peu en commun avec le Canada français catholique. Et pourtant, transcendant ces clivages idéologiques, des réseaux culturels, littéraires et artistiques se sont créés entre les deux sociétés, puis consolidés au cours de la première moitié du XXe siècle.

88Manifestement, le Canada français avait besoin de la référence française pour construire son identité encore incertaine dans le contexte nord-américain. Sans doute faudrait-il ici tenir compte de la problématique spécifique des minorités acadiennes et francophones hors Québec, alors que leurs relations avec la France devaient surtout passer par la médiation de leurs associations et institutions communautaires. À quoi il faudrait ajouter l’action intellectuelle, littéraire et artistique de Français établis dans ces communautés et qui y ont souvent exercé un rôle de leadership, particulièrement dans l’Ouest canadien. Tout autre est cependant la situation qui prévaut au Québec avant même l’avènement de la Révolution tranquille. Les Canadiens français qui occupent une position majoritaire au Québec développent leurs propres institutions dans le domaine de la culture et de l’éducation. Ils bénéficient à cet égard d’une double contribution française : celle des communautés religieuses immigrantes dans les écoles primaires et les collèges classiques et celle d’enseignants laïcs recrutés pour les écoles techniques, professionnelles ou artistiques créées par l’État et qui s’inspirent souvent de modèles français équivalents, bien qu’adaptés à la situation propre au Québec.

89Dans les débats littéraires, idéologiques et philosophiques qui agitent la société québécoise, particulièrement des années 1930 à 1960, la France s’avère un point de repère intellectuel incontournable, mais non exclusif pour les élites à la recherche d’une modernité longtemps refoulée. Elles y trouvent à la fois des éléments de convergence et de divergence. La nouvelle affirmation identitaire générée par les effets de la Révolution tranquille posera en des termes passablement différents la problématique des relations culturelles entre la France et le Québec. À une demande d’aide et de reconnaissance de la part de l’ancien Canada français ont succédé des rapports d’échange plus égalitaires entre Français et Québécois.

Notes

1 L’auteur remercie Claude Galarneau, ainsi que son épouse, Sophie-Laurence Lamontagne, Gilles Gallichan, Laurier Lacroix et Paul-André Linteau pour avoir lu les premières versions de ce texte et y avoir fait des commentaires pertinents.

2 Claude Galarneau, La France devant l’opinion canadienne (1760-1815), Québec, Presses de l’Université Laval, 1970, p. 62-63.

3 Guy Laperrière, « Les communautés religieuses françaises au Québec (1792-1914) », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, PUL, 2006, p. 311 ; Claude Galarneau, op. cit., p. 214.

4 Claude Galarneau, « Desjardins, Philippe-Jean-Louis », Dictionnaire biographique du Canada, t. 6, Québec, Presses de l’Université Laval, 1987, p. 219-221.

5 Maurice Lemire (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 1 (1764-1805), Québec, Presses de l’Université Laval, 1991, p. 248.

6 Réjean Lemoine, « Le commerce du livre et la lecture à Québec avant 1839 », dans Yvan Lamonde et Gilles Gallichan (dir.), L’histoire de la culture et de l’imprimé. Hommage à Claude Galarneau, Québec, Presses de l’Université Laval, 1996, p. 165-170.

7 Michel Verrette, L’alphabétisation au Québec, 1660-1900 : en marche vers la modernité culturelle, Sillery, Éditions du Septentrion, 2002, 192 p.

8 Claude Galarneau, La France…, op. cit., p. 155.

9 Claude Galarneau, « Les Canadiens en France (1815-1855) », Les Cahiers des Dix, vol. 44, 1989, p. 136 et 139.

10 Ibid., p. 148-153.

Marcel Fournier, Les Français au Québec, 1765-1865 : un mouvement migratoire méconnu, Sillery, Éditions du Septentrion, 1995.

11 Marcel Fournier, Les Français au Québec, 1765-1865 : un mouvement migratoire méconnu, Sillery, Éditions du Septentrion, 1995.

12 Laurier Lacroix, « Les tableaux Desjardins, du pillage révolutionnaire à la sauvegarde du patrimoine québécois », dans Michel Grenon (dir.), France-Québec. Images de la Révolution française au Québec, 1789-1989, Montréal, Hurtubise HMH, 1989, p. 183-200.

13 Claude Galarneau, « Vattemare, Nicolas-Marie-Alexandre », Dictionnaire biographique du Canada, t. 8, Québec, Presses de l’Université Laval, 1985, p. 888-889.

14 Gilles Gallichan, « La page avant la voile : le livre et l’imprimé dans les relations France-Québec (1840-1855) », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 180-184.

15 Jean-Louis Roy, Édouard-Raymond Fabre libraire et patriote canadien (1799-1854), Montréal, Hurtubise HMH, 1974, p. 76.

16 Guy Laperrière, op. cit., p. 312-313.

17 Isidore Lebrun, Tableau statistique et politique des deux Canadas, Paris, 1833.

18 Yvan Lamonde, « L’exil dans l’exil : le séjour de Louis-Joseph Papineau à Paris (1839-1845) », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), op. cit., p. 133-138 et 172-176.

19 Françoise Le Jeune, « Les relations France-Bas-Canada entre 1837 et 1855 : le Canada reconquis par la France ou la France reconquise par le Canada ? », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), op. cit., p. 113-125.

20 Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), op. cit., p 191-259 ; Jacques Portes, L’impossible retour de la France. De La Capricieuse à De Gaulle, Montréal, vlb éditeur, 2008, p. 18-21.

21 Sylvain Gaudet, « Un prince Bonaparte au Québec : le séjour remarqué de Jérôme-Napoléon », Cap-aux-Diamants, n ° 81, printemps 2005, p. 58-63.

22 Cité dans : Pierre Savard, « Les Canadiens français vus par les consuls de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1900 », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 21, n ° 2, septembre 1967, p. 223.

23 Sylvain Simard, Mythe et reflet de la France. L’image du Canada en France, 1850-1914, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1987, p. 14-20. Voir aussi : Bernard Pénisson, « La représentation du Canada en France au début du XXe siècle », Études canadiennes/Canadian Studies, n ° 33, 1992, p. 59-72.

24 Sylvain Simard, op. cit., p. 314-315. La Vérité, 28 juin 1884. Cité dans Pierre Savard, Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis 1851-1905, Québec, Presses de l’Université Laval, 1967, p. 43.

25 Sylvain Simard, op. cit., p. 314-315. La Vérité, 28 juin 1884. Cité dans Pierre Savard, Jules-Paul Tardivel, la France et les États-Unis 1851-1905, Québec, Presses de l’Université Laval, 1967, p. 43.

26 Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec 1896-1929, Montréal, Fides, 2004, p. 33-37.

27 Pierre Savard, « Autour d’un centenaire qui n’eut pas lieu », dans Michel Grenon (dir.), L’image de la Révolution française au Québec 1789-1989, Montréal, Hurtubise HMH, 1989, p. 105-121.

28 Bernard Pénisson, « Le commissariat canadien à Paris (1882-1928) », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 34, no 3, décembre 1980, p. 376.

29 Sylvain Simard et Denis Vaugeois, « Fabre, Hector », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, <http://www.biographi.ca>, 30 mai 2008 ; Daniel Chartier, « Hector Fabre et le Paris-Canada au cœur de la rencontre culturelle France-Québec de la fin du XIXe siècle », Études françaises, vol. 32, no 3, automne 1996, p. 51-60.

30 Sylvain Simard, « Les visiteurs canadiens à Paris (1884-1908) », dans Yolande Grisé et Robert Major (dir.), Mélanges de littérature canadienne-française et québécoise offerts à Réjean Robidoux, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1992, p. 302-303 et 309.

31 Laurier Lacroix, « Essai de définition des rapports entre la peinture française et la peinture canadienne au XIXe siècle », dans Les relations entre la France et le Canada au XIXe siècle, Paris, Cahiers du Centre culturel canadien, no 3, 1974, p. 39-43 ; Sylvain Allaire, « Les Canadiens au Salon officiel de Paris entre 1870 et 1910 : sections peinture et dessin », Annales d’histoire de l’art canadien, vol. 4, no 2, 1977-1978, p. 141-154.

32 Laurier Lacroix, op. cit., p. 42-43.

33 Pierre Hébert, « La réception de la littérature canadienne-française en France au XIXe siècle », Voix et Images, vol. 11, no 2 1986, p. 265-300.

34 Michel Buron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2007, p. 151-152. Les « exotistes » sont aussi qualifiés de « parisianistes ».

35 Jean-Pierre Chalifoux, Jean-René Lassonde et Suzanne Ledoux, Coup d’œil sur l’inventaire bibliographique des relations France-Québec depuis 1760, Montréal, Bibliothèque nationale du Québec, 1999, p. 46.

36 Laurier Lacroix, op. cit., p. 41-42 ; Bernard Mulaire, « Chabert, Joseph », biographie en ligne, <http://www3.sympatico.ca/bmulaire/articles/article_ancien13_chabert.html>.

37 Juliette Bourassa-Trépanier, « Dessane, Antoine », Encyclopédie de la musique au Canada, t. 1, Montréal, Fides, 1983, p. 900-902 ; Helmut Kallmann, « Sabatier, Charles », Encyclopédie de la musique au Canada, t. 3, p. 2986-2987.

38 Guy Laperrière, op. cit., p. 320-321.

39 Pierre Smith, « L’Association des médecins de langue française du Canada et les relations médicales franco-canadiennes », Culture française, vol. 10, déc. 1961, p. 32-34 ; Raoul Kourilsky, « La médecine canadienne-française et la France », La vie médicale au Canada français, vol. 1, juillet 1972, p. 696-704. Il n’existe pas d’étude approfondie des relations médicales entre la France et le Québec.

40 Robert Gagnon, Histoire de l’École Polytechnique de Montréal, Montréal, Boréal, 1991, p. 66-67 ; 130-131.

41 Pierre Harvey, Histoire de l’École des hautes études commerciales de Montréal, Montréal, Québec-Amérique, 1994, p. 182-184.

42 Robert Pichette, « Napoléon III, la filière acadienne », Cap-aux-Diamants, no 81, printemps 2005, p. 50-54.

43 Jean-Roch Cyr, « Un aperçu des relations France-Acadie 1860-1940 », La Société historique acadienne. Les Cahiers, vol. 13, no 4, décembre 1982, p. 166-168 ; 175 ; Léon Thériault, « L’évolution des relations extérieures de l’Acadie (1763-1978) », Égalité. Revue acadienne d’analyse politique, vol. 12, printemps 1984, p. 23-30.

44 Jacques Portes, « La reprise des relations entre la France et le Canada après 1850 », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 62, no 228, 1975, p. 460.

45 Bernard Pénisson, op. cit., p. 372-373.

46 Louise Beaudoin, « Origines et développement du rôle international du gouvernement du Québec », dans Paul Painchaud (dir.), le Canada et le Québec sur la scène internationale, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1977, p. 447-448.

47 Gilles Gallichan, « Le « bouleversement intime » : le Québec et la France vaincue de juin 1940 », Les Cahiers des Dix, no 59, 2005, p. 250-251. Il s’agit du Projet de loi 14 intitulé : « Loi concernant les agents généraux de la Province de Québec à l’étranger », Québec, 1940.

48 Olivar Asselin, « Du rôle de la France dans la formation d’une élite canadienne-française », France-Amérique, juin 1919, p. 228-232.

49 Québec, Débats de l’Assemblée législative, 13 février 1920, p. 406-407.

50 Fernand Harvey, « La politique culturelle d’Athanase David, 1919-1936 », Les Cahiers des Dix, no 57, 2003, p. 40-47.

51 Coup d’œil sur l’inventaire bibliographique des relations France-Québec depuis 1760, Montréal, Bibliothèque nationale du Québec, 1999, p. 54-69 ; François-Marc Gagnon, Paul-Émile Borduas (1905-1960), Montréal, Fides, 1978, p. 29-30.

52 Michel Cauchon, « L’inventaire des œuvres d’art », dans À la découverte de Gérard Morisset, Québec, Ministère des Affaires culturelles et Musée du Québec, 1981, p. 35-43.

53 Fernand Harvey, op. cit., p. 42-43 ; Luc Roussel, Les relations culturelles du Québec avec la France 1920-1965, thèse de Ph. D. en histoire, Université Laval, 1983, p. 41-43.

54 Gérard Monnier, L’art et ses institutions en France, Paris, Gallimard, 1995, coll., « Folio histoire 66 », p. 207-236.

55 Fernand Harvey, op. cit., p. 56-64.

56 Gloria Lesser, École du meuble 1930-1950, Montréal, Musée des arts décoratifs de Montréal, 1989, p. 14-16. Simon Couture, Les origines du Conservatoire de musique du Québec, mémoire de maîtrise, École de musique, Université Laval, 1997, p. 131.

57 Gilles Gallichan, « Le « bouleversement intime… », op. cit., p. 257.

58 Le sénateur Raoul Dandurand expédia, en vain, une lettre de protestation à Duplessis (Montréal, 8 février 1937) pour qu’il établisse la réputation du Comité France-Amérique, accusé par le premier ministre de manquer de crédibilité. BAnQ-Québec, Fonds du Secrétariat de la province, E 4, dossier subventions, 1937.

59 Archives de l’Université de Montréal, Fonds du Comité France-Amérique de Montréal, 23 janvier 1898-18 juin 1964, P76 ; Luc Roussel, op. cit., p. 98.

60 Jean-Philippe Jobin, « Un autre 400e : les célébrations de 1934 à Québec », dans « Du Québec 1608-2008. 400 ans d’histoire politique », numéro hors série de Cap-aux-Diamants, été 2008, p. 28-30.

61 Jean-Claude Guédon, « L’Institut scientifique franco-canadien (1926-1939) : élites, culture et vulgarisation scientifique », Protée (UQAC), vol. 16, no 3, aut. 1988, p. 67-75 ; Luc Chartrand, Raymond Duchesne et Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec, Montréal, Boréal, 1987, p. 253-257. Paul-André Linteau, « Le Québec et les grands ensembles linguistiques et culturels : les rapports avec la France et les États-Unis depuis le milieu du XIXe siècle », Zeitschrift für Kanada-Studien, 17, Jahrgang/Nr. 2, Band 32, 1997, p. 22.

62 Yves Lever, « Le cinéma au Québec », Continuité, no 41, automne 1988, p. 23-26.

63 Christian Beaucage, « La divine scandaleuse : Sarah Bernhardt au Québec », Capaux-Diamants, no 35, automne 1993, p. 38-41.

64 Jean-Nicolas de Surmont, La Bonne chanson, Montréal, Tryptique, 2001, p. 50-52.

65 Sur toute cette question : François-Marc Gagnon, Paul-Émile Borduas (1905-1960), op. cit., p. 108-109.

66 André G. Bourassa, « Vers la modernité de la scène québécoise. Influence des grands courants du théâtre français au Québec (1898-1948) », Pratiques théâtrales, no 13, 1981, p. 3-26.

67 Voir à ce sujet la polémique colligée par Robert Charbonneau : La France et nous, Montréal, L’Arbre, 1947 (réédition : Montréal, Bibliothèque québécoise, 1993).

68 Denis Saint-Jacques (dir.), « Réseaux littéraires France-Québec (1900-1940) » numéro thématique d’Études littéraires, vol. 36, no 2, aut. 2004, p. 7-13.

69 Yvan Lamonde, Allégeances et dépendances. L’histoire d’une ambivalence identitaire, Québec, Éditions Nota Bene, 2001, p. 153. Voir aussi le chapitre 3 : « » La France et nous » : perceptions réciproques du Québec et de la France depuis deux siècles », p. 137-164 ; Pierre Trépanier, « Sur le maurrassisme au Canada français », Les Cahiers des Dix, no 53, 1999, p. 167-233.

70 Yvan Lamonde, « André Laurendeau en Europe (1935-1937) : à la recherche d’un nouvel ordre », Les Cahiers des Dix, no 61, 2007, p. 215-251.

71 Stéphanie Angers et Gérard Fabre, Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti pris et Possibles, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p. 9-104 ; Gérard Fabre, « Entre dissonances et consonances. La petite musique d’Esprit au Québec », Possibles, vol. 30, nos 3-4, été-automne 2006, p. 78-92.

72 Yvan Lamonde et Cécile Facal, « Jacques et Raïssa Maritain au Québec et au Canada français : une bibliographie », Mens. Revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, vol. 8. no 1, automne 2007, p. 157-274.

73 André J. Bélanger, Ruptures et constantes : quatre idéologies du Québec en éclatement : La Relève, la JÉC, Cité libre, Parti pris, Montréal, Hurtubise HMH, 1977.

74 Gérard Fabre, « Le comparatisme d’André Siegfried », Recherches sociographiques, vol. 3, no 1, 2002, p. 11-131 ; Serge Courville et Normand Seguin, « Spatialité et temporalité chez Blanchard : propos d’heuristique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 30, no 80, septembre 1986, p. 293-298 ; Auguste Viatte, Histoire littéraire de l’Amérique française des origines à 1950, Québec, Presses de l’Université Laval, 1954.

Table des illustrations

Légende L’abbé Jacques-Ladislas-Joseph de Calonne (1743-1822)Né en 1743 à Douai, l’abbé Calonne, chanoine à la cathédrale de Courtrai, est le frère de Charles-Alexandre de Calonne, ministre des Finances de Louis XVI de 1784 à 1787. Réfugié en Angleterre, il émigre au Canada en 1804 et dessert les Acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard. Il devient aumônier des Ursulines de Trois-Rivières en 1807 et le sera jusqu’à son décès en 1822. Il lègue aux Ursulines sa bibliothèque et sa collection d’œuvres d’art, dont un portrait de Louis XV.Portrait par Louis Dulongpré, début XIXe siècle, © Musée des Ursulines à Trois-Rivières.Armoiries de la Famille de Calonne. Collection Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Le « Code Napoléon », 1804Le Code civil, ou « Code Napoléon », est promulgué par Bonaparte le 21 mars 1804. Il est le résultat de quatre années d’études et de débats impliquant des légistes de renom, dont Portalis, Maleville, Bigot de Préameneu et Tronchet. Il servit de base au travail des codificateurs canadiens francophones et anglophone qui rédigèrent le Code civil du Bas-Canada adopté par le Parlement du Canada-Uni en 1866, et connu aussi au Québec sous le nom populaire de « Code Napoléon ».Édition originale du Code civil (1804). Collection de La Cohorte, Revue de la Société d’entraide des membres de la Légion d’honneur, no 192, mai 2008, p. 20.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Représentation allégorique du Bas-CanadaCette estampe du « Québec (Canada) » a été exécutée par le lithographe Alfred Léon Lemercier (1776-1860) à Paris, d’après un dessin d’Henri (Pierre Louis) Grevedon daté de 1830. Le Québec, à l’époque connu sous le nom de Bas-Canada, est représenté sous les traits d’une jeune femme créole arborant des vêtements et bijoux qui rappellent les costumes amérindiens, tels les longs pendants d’oreilles à perles, les broderies ornant la robe et le liseré de la veste.Lithographie de Lemercier, Paris, Aumont, rue J.-J. Rousseau, no 10 – Tessari et Cie, rue du Cloître, N.D. no 4. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Alexandre Vattemare (1796-1864)Ventriloque et philanthrope français, promoteur de bibliothèques publiques et d’instituts culturels en Europe et en Amérique du Nord. On le considère comme le créateur du premier système d’échange culturel international. Il visite plusieurs villes d’Amérique du Nord à partir de 1839 et sa vision de la culture contribue à la naissance de la Boston Public Library, première grande bibliothèque publique américaine. Son passage à Montréal et à Québec, en 1840-1841, suscite l’enthousiasme et inspire la fondation de l’Institut canadien de Montréal en 1844 et celui de Québec, quatre ans plus tard.Huile sur toile, École française, 1826. Crédits photo : BAVP/Mairie de Paris.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Statue de Bellone couronnant le Monument aux Braves, QuébecLes « Braves » sont ces soldats français et anglais tués lors de la bataille de Sainte-Foy, le 28 avril 1760, conduits par les généraux français Lévis et britannique Murray. Érigé à l’initiative de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec à compter de juin 1855, selon les plans de l’architecte-ingénieur Charles Baillargé, le monument en forme de colonne de fonte dorique est surmonté de la statue de Bellone, déesse romaine de la guerre, mesurant près de 3 mètres de hauteur, offerte par le prince Jérôme Napoléon à la suite de sa visite à Québec en 1861. Cette statue sera inaugurée le 19 octobre 1863 par le gouverneur général du Canada Lord Monk.Inauguration de la statue de Bellone couronnant le Monument aux Braves à Québec, 19 octobre 1863. Photographie non attribuée. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Adolphe Chapleau (1840-1898)Avocat et homme politique, premier ministre du Québec (1879-1882) et ministre du gouvernement fédéral (1882-1892). Convaincu de la nécessité de créer des liens avec la France, considérée comme l’une des deux mères patries du Canada, il nomme Hector Fabre agent du gouvernement du Québec à Paris, poste auquel il ajoute, peu de temps après, celui d’agent du gouvernement fédéral. Lors de sa visite à Paris, en 1882, Chapleau est fait commandeur de la Légion d’honneur.Mortimer & Co. Litho. no 4 Snider Photo. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Un groupe de Canadiens en stage de perfectionnement à Paris, 1893À la fin du XIXe siècle, nombreux sont les jeunes Canadiens de langue française qui effectuent des séjours prolongés en France dans le but de perfectionner leurs connaissances en art, en lettres ou en médecine. Le groupe ci-dessus inclut quelques médecins et plusieurs artistes. Première rangée : Maurice G. Cullen (1866-1934), Joseph-Charles Franchère (1866-1921), Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté (1869-1937) ; au centre, Joseph Saint-Charles (1868-1956), à sa gauche, Raymond Masson (1860-1944).Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Joseph-Saint-Charles (P12), Ph12-102.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Louis Fréchette (1839-1908)Poète, dramaturge, écrivain et homme politique, Louis Fréchette est élu député fédéral de Lévis (1874-1879). Il s’oriente ensuite vers le journalisme et la littérature. Il met son talent d’écrivain et ses idées libérales radicales au service du journal montréalais La Patrie, dirigé par Honoré Beaugrand. Son recueil de poèmes Les fleurs boréales lui mérite le prix Montyon de l’Académie française en 1880, une première pour un écrivain canadien-français. Lors d’un séjour de quelques mois en France en 1887, il publie La légende d’un peuple, sans doute son œuvre la plus connue et la plus achevée, où l’on peut reconnaître l’influence de son maître, Victor Hugo. Ses sympathies auprès des milieux républicains français lui vaudront l’hostilité des ultramontains au Québec.Photo Montminy et Cie, c. 1902. Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d’archives de Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Emmanuel-Persillier Lachapelle (1845-1918)Médecin, fondateur de l’Hôpital Notre-Dame de Montréal en 1880, il ira en France s’enquérir des découvertes de Louis Pasteur et de ses pratiques prophylactiques. De retour au pays, il fonde le Conseil provincial d’hygiène publique en 1887 et promeut la vaccination obligatoire, l’hygiène personnelle chez les tuberculeux et la protection de l’eau et des produits de la ferme. Il est un exemple éloquent de la science en français à Montréal. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1898.Buste en bronze par le sculpteur canadien Louis-Philippe Hébert, 1898. Collection Power Corporation du Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Philippe Roy (1868-1948)Sénateur libéral de 1906 à 1911, il est nommé en 1911 Commissaire général du Canada à Paris par le premier ministre Wilfrid Laurier pour succéder à Hector Fabre, décédé en 1910. Au moment où les troupes allemandes occupent Paris, en septembre 1914, Philippe Roy reste le seul représentant étranger à ne pas quitter son poste. Sa réputation de courage le signale à l’attention du public français. Après la guerre, ses efforts se concentrent sur le développement des relations commerciales et d’affaires au soutien des intérêts canadiens. De 1928 à 1938, il devient ministre plénipotentiaire.Collection Bibliothèque et Archives Canada, c052101.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Athanase David (1882-1953)Avocat, député, ministre dans les cabinets de Lomer Gouin, puis de Louis-Alexandre Taschereau où il occupe le poste de secrétaire et registraire de la Province de Québec (1919-1936) ; à ce titre, il a notamment la responsabilité des questions de culture et d’éducation. Athanase David est à l’origine d’importants projets destinés à favoriser, par des bourses d’études, le séjour en France d’étudiants québécois. Il est responsable de la création de l’École des beaux-arts à Québec et de celle de Montréal. Il est fait commandeur de la Légion d’honneur en 1934. Il est nommé au Sénat en 1940.Photographie d’Athanase David par le studio de Livernois, 1940. Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d’archives de Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Édouard Montpetit (1881-1954)Avocat et économiste, premier boursier officiellement délégué par la province de Québec en 1907, il étudie les sciences sociales et politiques à Paris. En 1920, il devient secrétaire général de l’Université de Montréal et le directeur fondateur de l’École des sciences sociales. Il œuvrera tout au long de sa carrière au développement des échanges universitaires, culturels et scientifiques avec la France, notamment à l’Institut scientifique franco-canadien, dont il est l’un des membres fondateurs en 1926.Fonds Victor Morin, Division des archives de l’Université de Montréal, P00561FP00608
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Le sénateur Joseph-Marcellin Wilson (1859-1940)L’un des hommes d’affaires francophones les plus importants de sa génération, Joseph-Marcellin Wilson est aussi membre du Sénat du Canada (1911-1939). M. Wilson est, entre autres, mécène des institutions universitaires ; il contribue à la construction des nouveaux bâtiments de l’Université de Montréal et surtout il se charge personnellement, en 1926, des coûts de construction de la Maison des étudiants canadiens de la Cité universitaire de Paris, en souscrivant plus de 2 600 000 FF. Il est fait commandeur de la Légion d’honneur par le gouvernement français. Il est aussi l’un des directeurs de la filiale canadienne du Comité France-Amérique.Photographie Blank & Stoller, Montréal. Collection de M. Jean Ostiguy, Montréal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende La Maison des étudiants canadiens à Paris, 1926Cet élégant bâtiment a été dessiné par l’architecte montréalais Georges Vanier. C’est le premier à être construit dans la nouvelle Cité universitaire internationale de Paris. Inaugurée le 26 octobre 1926, la Maison des étudiants canadiens à Paris permet aux Canadiens francophones et anglophones d’avoir accès au savoir français dans des conditions de résidence agréables.Reproduit d’Encyclopédie de l’architecture,tome 1, Paris, Morancé, 1929 ; tiré du livre Maison des étudiants canadiens… 75 ans d’histoire : 1926-2001, Éditions Stromboli, 2001.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Jean Bailleuil (1878-1949)Artiste statuaire d’origine française à l’École des beaux-arts de Québec. En 1921, il avait été chargé par Athanase David de transformer l’École des arts et manufactures de Québec, rue Saint-Joachim, en École des beaux-arts, dont il devint le directeur fondateur (1922-1929). On le voit ici en compagnie d’un groupe d’étudiants.Fonds Omer-Parent, Collection Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 1923.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Gabriel Hanotaux (1853-1944)Jeune diplomate, il est chargé en 1892 de négocier avec le Haut Commissaire canadien à Londres un traité de commerce entre la France et le Canada, qui sera signé l’année suivante. Ministre des Affaires étrangères (1894-1898), académicien (1897), il est l’une des personnalités françaises les plus actives dans le développement des relations culturelles, sociales et économiques avec le Canada. Ami du sénateur libéral Raoul Dandurand, Gabriel Hanotaux est à l’origine de plusieurs projets pour accroître les échanges entre la société française et le Canada. Il est président fondateur en 1909 du Comité France-Amérique. Il suscite la formation l’année suivante de l’Association France-Canada. Il sera l’instigateur de plusieurs missions françaises au Canada.Collection de l’Institut France-Amériques, Paris.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Le sénateur Raoul Dandurand (1861-1942)Avocat nommé au Sénat en 1898. L’un des personnages politiques les plus influents et les plus actifs dans le développement des relations politiques, culturelles et commerciales avec la France pendant près de 45 ans. Premier président de la filiale canadienne du Comité France-Amérique, président de l’Assemblée générale de la Société des Nations en 1925, et délégué canadien de 1927 à 1930. Il est fait Grand Officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur en 1935. Il est cofondateur des collèges Stanislas (1938) et Marie-de-France (1939). Il est aussi élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques à l’Institut de France.Collection Bibliothèque et Archives Canada, c049820.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Premier Congrès de la langue française à Québec en 1912L’iconographie qui entoure la tenue du Premier Congrès de la langue française à Québec (24-30 juin 1912) est instructive : le Red Ensign, drapeau du Canada, le Carillon Sacré-Cœur, drapeau des Canadiens français, et le tricolore de la France. En médaillon, la représentation de saint Jean-Baptiste enfant, saint patron des Canadiens français ; l’écu de la province de Québec surmonté de la devise « Je me Souviens » sur laquelle repose le castor accosté de part et d’autre de feuilles d’érable ; enfin, la devise de la Société Saint-Jean-Baptiste « Nos Institutions – notre Langue – et nos Lois » ; sur l’édifice de l’Université Laval à Québec flottent, à gauche, le drapeau papal et, à droite, le Carillon Sacré-Cœur. Cet entremêlement de symboles civils et religieux est illustratif de la symbiose qui s’est opérée au Québec entre la vie civile et la vie religieuse. La France était présente à ce congrès. Le Deuxième Congrès eut lieu en 1937 et donna naissance au Conseil de la vie française en Amérique, qui cessa ses activités le 7 septembre 2007. Le Troisième Congrès s’est finalement tenu en 1952.Carte postale imprimée par La Cie J. A. Langlais et Fils, Québec, 1912. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Médaille du Premier Congrès de la langue française, 1912Frappée à cette occasion, cette médaille était remise aux invités de marque, orateurs et organisateurs. La couleur du ruban auquel était suspendue la médaille variait selon l’importance du récipiendaire : or, argent ou bleu. Sur son avers apparaît une jeune femme faisant lire un garçon, une jeune fille à ses pieds. Dans le paysage, au fond, la silhouette d’une église, allusion à la devise « La langue gardienne de la Foi ». Au revers, la légende « c’est notre doux parler qui nous conserve frères – 1912 ».Médaille réalisée par Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), graveur-médailliste français, bronze argenté, 1912. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Inauguration du buste de Jacques Cartier sur le pont Jacques-Cartier à MontréalEn 1934, en présence de la Mission Jacques-Cartier, organisée par le Comité France-Amérique à l’occasion du 4e centenaire de la venue de Jacques Cartier au Canada, est inauguré le buste du célèbre explorateur. Présidée par Henry Bordeaux, membre de l’Académie française, la délégation française avait auparavant participé au dévoilement d’une croix à Gaspé, en plus de faire un arrêt à l’hôtel de ville de Québec, avant de se rendre à Ottawa et à Toronto.Dessin de Georges Leroux, tel que reproduit dans Voyage au Canada. La mission Jacques Cartier, s. l., Éditions de l’Atlantique, 1935, p. 30, pl. vi.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Étienne Gilson (1884-1978)Médiéviste de renom et spécialiste de la pensée de Thomas d’Aquin, Étienne Gilson a enseigné la philosophie à l’Université de Paris, ainsi que dans diverses institutions universitaires en Europe, en Angleterre et aux États-Unis. Il s’intéresse dès 1926 aux relations universitaires avec le Canada et suit de près le développement de l’Institut scientifique franco-canadien, dont il devient président (1937-1951). Il est également cofondateur en 1929 de l’Institut d’études médiévales de l’Université de Toronto. Après sa retraite du Collège de France, en 1951, il poursuit durant quelques années son enseignement à l’Université de Toronto.Photo Ashley & Crippen, Toronto, c. 1958.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Les Compagnons de la chansonIssus d’un groupe vocal français né sous l’Occupation, en 1941, et après des débuts sur scène où ils interprètent de vieilles mélodies françaises empruntées au folklore, ils connaissent leurs premiers succès en 1944. Encouragés par Édith Piaf, ils adoptent un répertoire plus jeune et partent en tournée aux États-Unis et au Canada. La formation, qui compte neuf membres, dont Paul Buissonneau dans les débuts, donnera plusieurs spectacles à Québec et à Montréal, et contribuera au développement de la chanson canadienne de langue française au cours des années 1950.Les Compagnons de la chanson, interviewés par trois journalistes du poste CHRC à l’entrée du cinéma de Paris, à Québec, le 10 novembre 1951. Photo Moderne. Collection Georgette Lacroix.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Ernest Cormier (1885-1980)L’un des architectes canadiens les plus célèbres du XXe siècle. Diplômé de l’École des beaux-arts de Paris en 1914, il réalise les plans des édifices emblématiques de l’art déco au pays : le nouveau Palais de justice de Montréal, rue Notre-Dame (1920-1926) ; le pavillon central de l’Université de Montréal (1926-1943) ; la Cour suprême du Canada à Ottawa (1938). Il collabore à la décoration du siège social des Nations Unies à New York (1947) et conçoit le Grand séminaire de Québec à l’Université Laval (1957-1969).Portrait d’Ernest Cormier, c. 1920. Dupras & Colas, photographes, Canada ; actifs à Montréal. © Fonds Ernest-Cormier. Collection Centre canadien d’architecture/Canadian Centre for Architecture, Montréal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16702/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

Auteur

Professeur au Centre urbanisation, culture et société de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), à Québec, depuis 1993, et chercheur rattaché à la Chaire Fernand-Dumont sur la culture de cette institution. Ses champs d’intérêt, d’enseignement et de recherche actuels portent sur le rôle des institutions culturelles publiques en matière de transmission de la culture, les acteurs culturels dans la production et la diffusion culturelle en milieu urbain et régional, et les enjeux de la diversité culturelle dans un contexte de mondialisation. Ses publications récentes comprennent : Les relations entre le Québec et l’Acadie, 1880-2000 : De la tradition à la modernité (avec Gérard Beaulieu, 2000) ; Bibliographie générale de Fernand Dumont : œuvres, études et réception (avec Hugo Séguin-Noël et Marie-Josée Verreault, 2007) et Histoire de Québec et de sa région (avec Marc Vallières et al., 2008).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540